Francaisdefrance's Blog

01/02/2012

Excellente nouvelle! Houria Bouteldja : le parquet fait appel !

Là, je vais en déboucher une, de bouteille de champ. Si vous en aviez la possibilité géographique, je vous inviterais. Tant pis; quelques flûtes à votre santé! Mais il est un peu tôt. Je vais attendre midi…

Celle qui « nique la France » voit la France lui retourner le compliment.

La « Zouria Bouteldja » va repasser en cour d’appel. Il est vrai que sa relaxe était une gifle à tous les vrais Français. Et c’est nous les racistes… Preuve que non.

Et pourvu que cette affaire fasse jurisprudence. Ca rabattrait le caquet à bien des adeptes du racisme anti-blancs.

FDF (soulagé)…

.

L’AGRIF nous apprend cette bonne nouvelle :

Le parquet de Toulouse n’accepte pas non plus la relaxe d’Houria Bouteldja et fait appel .

Suite à l’appel interjeté par l’Agrif à l’encontre du jugement vraiment surprenant rendu le 25 janvier 2012 par le Tribunal correctionnel de Toulouse, le procureur de la République a décidé de reconnaître et d’accompagner notre démarche très légitime en exerçant son droit de recours devant la Cour d’Appel.

Il considère en effet que le jugement du tribunal présidé par monsieur Guillaume Roussel est d’abord entaché de graves irrégularités de forme notamment en ce qu’il s’appuie sur les déclarations de témoins recueillies en dépit des règles les plus impératives du code de procédure pénale.

Il observe ensuite que le jugement n’a pas du tout pris en compte les termes de la plainte de l’Agrif selon laquelle la communauté évidemment identifiée, désignée et injuriée est bien celle des « blancs » ; « ces blancs », qu’ « il faut rééduquer », qu’ « il faut bien nommer », et qu’Houria nomme en effet : « moi, je les appelle des sous-chiens ».

Est-il vraiment croyable que l’on n’ait pas saisi le réciproque renforcement injurieux de ces propos additionnant :

–         le dédain menaçant : « ces blancs »  qu’ « il faut rééduquer ».

–         le mépris pour ces moins que rien : « ces blancs, il faut bien les nommer ».

–         le racisme dégoulinant : « moi, je les appelle des sous-chiens ».

Qui, sérieusement, pourrait prétendre ne pas voir là l’expression d’une venimeuse haine raciste ?

L’Agrif attend désormais avec confiance de la Cour d’Appel de Toulouse la juste condamnation d’Houria Bouteldja.

Source: http://yvesdaoudal.hautetfort.com/

Merci à JC JC…

18/01/2012

Grande-Bretagne : « Je faisais mon devoir de musulman » (celui de tuer les homosexuels)…

Pris la main dans le sac en train de distribuer des tracts homophobes… Comme de bien entendu, ils nient les faits.

On n’est pas en France, les gars. Nier les faits ne vous ouvre pas les portes vers la sortie… Le « c’est pas moi, m’sieur », ça marche chez nous. Pas ailleurs.

FDF

.

Il est permis de se demander si la bêtise n’a pas atteint, là,  son  paroxysme.  

Quoique, avec eux, il nous reste encore des choses à découvrir …

http://www.dailymail.co.uk/news/article-2087412/I-doing-duty-Muslim-says-defendant-handed-leaflets-saying-gay-people-hanged.html#ixzz1jjmwCmCa

Procès de Kabir Ahmed, 28 ans  et de 4 autres musulmans    DONT VOUS POURREZ VOIS LES BONNES TÊTES  CI-DESSOUS –  Ils sont  jugés pour avoir distribué des prospectus demandant que l’on pende les homosexuels.  ET BIEN EVIDEMMENT,  ILS NIENT LES FAITS

« Je faisais mon devoir de musulman » déclare-t-il à la cour.

Selon lui, il répandait simplement la parole de dieu telle qu’elle est enseignée par l’islam. Le prospectus précise que le seul motif de controverse au sujet de l’homosexualité en islam est la méthode de mise à mort : par le feu, en étant projeté dans le vide, ou par la lapidation………..    ET LA PENDAISON  NON??????

Il a été arrêté ainsi que 5 autres personnes alors qu’il distribuait ces tracts devant la mosquée de Derby, Angleterre.

JC JC…

.

«Je faisais mon devoir de musulman», explique père qui ont distribué des tracts disant les homosexuels devraient être pendus

Kabir Ahmed, 28 ans, raconte la cour qu’il ne pouvait pas «rester les bras croisés et regarder quelqu’un de commettre un péché»
Cinq hommes font face premières poursuites pour incitation à la haine fondée sur l’orientation sexuelle depuis la loi est entrée en vigueur
Dépliant intitulé Peine de mort? a déclaré: «La peine de mort est la seule manière de ce crime immoral peuvent être effacés de corrompre la société»

Par Lucy Buckland

Un père a dit à un tribunal qu’il ne faisait que son devoir de musulman en distribuant des tracts appelant pour les homosexuels d’être exécuté.

Kabir Ahmed, 28 ans, dit qu’il a remis un dépliant intitulé Peine de mort? d’un policier et les enfouit dans boîtes aux lettres à travers Derby parce qu’il était la diffusion de la parole de Dieu telle qu’elle est enseignée par l’Islam.

Il a dit: «Mon intention était de faire mon devoir en tant que musulman, pour informer les gens de la parole de Dieu et de donner le message sur ce que Dieu dit à propos de l’homosexualité. »
Au banc des accusés: Kabir Ahmed, 28 ans, arrive à Derby Crown Court, où, avec quatre autres, il est en procès accusé d’incitation à la haine fondée sur l’orientation sexuelle
Accusé: Omar Javed, 38 ans, arrive à Derby Crown Court, où, avec quatre autres, il est d’aller en procès accusé d’incitation à la haine fondée sur l’orientation sexuelle.

Accusé: Kabir Ahmed, à gauche, et Umar Javed, à droite, sont en procès avec trois autres hommes accusés d’incitation à la haine fondée sur l’orientation sexuelle.

.

Marié Ahmed, qui a une fille de neuf mois, est en procès avec quatre autres hommes à Derby Crown Court accusé d’incitation à la haine fondée sur l’orientation sexuelle, de la première poursuite du genre depuis la législation entrée en vigueur en Mars 2010.

A l’ouverture du procès jurés la semaine dernière a montré la peine de mort? notice, qui montre une image d’un mannequin pendu à une corde et dit que l’homosexualité est passible de la peine de mort en vertu de l’islam.

Les Etats-dépliant: «La peine de mort est la seule manière de ce crime immoral peuvent être effacés de corrompre la société et agir comme un facteur dissuasif pour toute autre personne malade qui est à distance inclinée dans cette façon plié.
Accusés: Mehboob Hussain, 45 ans, arrive à la cour
Co-accusé Razwan Javed, 28 ans, garde la tête baissée, comme il se dirige vers le tribunal
Au banc des accusés: Ihjaz Ali, 42 ans, est également en procès accusé d’incitation à la haine fondée sur l’orientation sexuelle

Au banc des accusés: Mehboob Hussain, à gauche, Razwan Javed, et Ihjaz Ali, à droite, arrivent tous à Derby Crown Court

Il poursuit: «Le seul différend entre les autorités classique était la méthode employée dans l’exécution du code pénal, et continue ensuite de proposer de brûlure, d’être jeté d’un point haut comme une montagne ou un immeuble, ou d’être lapidé à mort que des méthodes appropriées.

Témoigner aujourd’hui Ahmed, vêtu d’un pantalon gris et une chemise noire, a déclaré qu’il avait remis un de la peine de mort? tracts aux PC Stephen Gregory le 2 Juillet 2010, comme il passait par la zone de la mosquée Jamia à Rosehill rue après la prière du vendredi.

Il a déclaré au tribunal qu’il sentait que c’était son devoir de musulman d’informer et de conseiller les gens partout où ils peuvent être commettre des péchés, il manquerait s’il n’était pas.
Le procès: Les cinq accusés sont soupçonnés d’avoir remis un document homophobes devant la mosquée Jamia à Derby

Le procès: Les cinq accusés sont soupçonnés d’avoir remis un document homophobes devant la mosquée Jamia à Derby

«Mon devoir n’est pas seulement pour moi mais pour essayer de mieux et mieux la société où je vis, dit-il.

«Nous croyons que nous ne pouvons pas rester les bras croisés et regarder quelqu’un de commettre un péché, nous devons essayer de les conseiller et de les inciter à rester à l’écart du péché».

Ahmed a dit qu’il avait étudié les textes de nombreuses religions, y compris la Bible et la Torah et utilisé des idées de chacun afin de comparer avec ce que l’Islam dit à propos de choses comme la drogue, l’alcool, la prostitution et les relations.
Défendeurs: Un croquis pris à l’intérieur de la cour des cinq hommes sur le procès. (Lr) Ihjaz Ali, Razwan Javed, Kabir Ahmed, Mahboub Hassain et Umer Javed

Défendeurs: Un croquis pris à l’intérieur de la cour des cinq hommes sur le procès. (Lr) Ihjaz Ali, Razwan Javed, Kabir Ahmed, Mahboub Hassain et Umer Javed

Ahmed avocat Zacharias Miah lui ai demandé s’il PC Grégoire lui avait dit qu’il faisait quelque chose de mal aurait-il remis le sac des tracts qu’il portait et Ahmed répondit: «. Bien sûr, sans l’ombre d’un doute»

Procureur Bobbie Cheema a déclaré au tribunal la peine de mort? dépliant n’était pas éducatives ou informatives, mais était simplement «menaçant, injurieux, effrayant et méchant».

Quatre hommes de Derby d’autres – Ihjaz Ali, 42 ans, Mehboob Hussain, 45 ans, Omar Javed, 38 ans, et son frère Razwan Javed, 28, rue de Wilfred – sont également chargés de la même infraction.

Les cinq hommes nient les accusations.

Le procès se poursuit.

Désolé pour le texte, c’est une traduction automatique…

FDF