Francaisdefrance's Blog

31/08/2011

Christianophobie: interdiction de construire des églises en Inde !

Et nous; trop bons, trop cons, on autorise la construction de mosquées. Et les collabos qui nous les imposent sont devenus légions…

FDF

.

Inde – La construction d’église devient interdite en mémoire des massacres d’Orissa !

En Inde, la persécution des chrétiens continue …. ne pouvant recommencer les massacres d’Orissa, il faut bien adopter une autre tactique …

Manifestation pendant les massacres d’Orissa en 2008

Alors qu’approche le 3ème « anniversaire » des massacres d’Orissa (août 2008), le gouvernement viole la liberté religieuse, interdisant la construction d’églises, etc.

Lu sur Agence Fides :

Bhubaneswar (Agence Fides) – Alors qu’approche le troisième anniversaire des massacres de l’Orissa (dont le 24 août constitue la journée commémorative), la communauté chrétienne locale continue de subir des vexations et des violences en tout genre aux plans politique, légal, économique et social. Le 24 août, jour symbole choisi pour commémorer les massacres de 2008, les chrétiens d’Orissa prieront et se réuniront en assemblée afin de faire mémoire des victimes et d’élever leur voix contre les injustices qui continuent à les frapper. Ainsi que l’indiquent des sources de Fides au sein du Diocèse de Cuttak- Bhubaneswar, le gouvernement local viole actuellement de manière flagrante la liberté de religion des fidèles chrétiens, les empêchant de reconstruire les églises démolies au cours des violences ou d’en édifier de nouvelles dans les « colonies » chrétiennes qui se sont formées au lendemain des massacres.

Le gouvernement du district de Kandhamal (le plus fortement intéressé par les massacres) a envoyé une lettre au curé de l’église catholique de « Notre-Dame de la Médaille miraculeuse » qui se trouve à Mondasoro, lui intimant d’interrompre immédiatement les travaux de reconstruction d’une chapelle dans le village de Padunbadi, affirmant que le sol est propriété du domaine. « L’église existe dans le village depuis plus de deux générations » – remarque le curé, le Père Laxmikant Pradhan dans le cadre d’une conversation avec Fides. « L’ordonnance du gouvernement, qui empêche de reconstruire l’église, est donc une claire injustice à l’encontre des fidèles chrétiens, déjà éprouvés par l’évacuation, la faim et la pauvreté ».

Le cas de Mondasoro n’est pas unique en son genre. Voici quelques jours, le gouvernement a bloqué la construction d’une autre église catholique à Nandagiri, toujours dans le district de Kandhamal. Nandagiri est un quartier où de nombreuses familles chrétiennes évacuées après les violences de 2008 et n’ayant pu retourner dans leurs villages d’origine, occupés par les extrémistes hindous, ont été replacées. La colonie en question compte 54 familles catholiques et 17 protestantes de dénomination pentecôtiste, qui ont continué à célébrer leur culte dans des lieux de fortune et qui avaient commencé à construire une chapelle. Le gouvernement, remarque des sources locales de Fides, a intimé l’arrêt des travaux, acceptant les plaintes des radicaux hindous mais violant le principe de liberté religieuse garanti par la Constitution indienne.

[…]

Des milliers de fidèles chrétiens de Kandhamal demeurent encore dans la condition d’évacués, campant au mieux à la périphérie des villes et ayant perdu tous leurs biens, ils vivent dans la misère et souffrent de problèmes de chômage. En outre, les procès contre les responsables des massacres de 2008 sont conditionnés et se concluent souvent par des acquittements, perpétuant une situation d’impunité généralisée. Tels seront les thèmes de la  » journée de la mémoire  » qui verra les chrétiens mobilisés le 24 août prochain afin d’attirer à nouveau l’attention du gouvernement fédéral indien sur la situation tragique de l’Orissa.

Massacres d'Orissa, Aout 2008.
Massacres d’Orissa,
août 2008.
Massacres d'Orissa, Aout 2008.
Massacres d’Orissa,
août 2008.Sources: Infos Méconnues

30/08/2011

Inde: encore une église cible des intégristes !

La christianophobie est contagieuse…

FDF

.

Une église catholique vandalisée et saccagée par des extrémistes dans l’Andhra Pradesh !

L’église après le passage des vandales…

C’est encore une église catholique de rite syro-malankar qui vient d’être vandalisée et saccagée par des extrémistes, un événement qui survient peu de jour après la profanation de l’église St. Mary de Warje Malwadi (État du Maharashtra, voir ici). C’est le 25 août, tôt le matin, que des fidèles de l’église Mother Mary de Secundrabad (État d’Andhra Pradesh). Les vandales ont mis le feu à l’autel, aux Bibles, aux Croix, aux livres de chants, aux vêtements liturgiques… Le feu s’est communiqué au toit qui a été en grande partie détruit. Cette église avait déjà été attaquée, voici quatre ans, par des extrémistes hindous du Bajrang Dal.

Source: http://www.christianophobie.fr/

18/08/2011

Inde: et ça persécute, ça persécute…

De plus en plus horrible, la christianophobie. Il faut mettre un terme à tout ça. Déjà, rapatrier nos religieux et religieuses chrétiennes des pays où ils subissent au mieux une chasse aux sorcières. La torture et la mort par assassinat sont devenue l’issues de leur sacerdoce.

Et instaurer la loi du Talion dans les pays occidentaux… On signe où?

A noter que dans cette contrée, il n’y a que 15% de musulmans. Apparemment, c’est suffisant pour semer la terreur…

FDF

.

Une religieuse catholique a été retrouvée morte dans un réservoir d’eaux usées, le 17 août à Thiruvananthapuram (Kerala), selon des sources policières. P. Chandrasekharan, le directeur de la police, a déclaré que le corps de Sœur Marie Ancy a été découvert dans un réservoir, au couvent du Saint-Esprit où elle habitait. Deux dalles de béton recouvraient le réservoir, excluant tout possibilité de mort naturelle … Âgée de 48 ans, Sœur Marie Ancy fut enseignante à l’école primaire « Sainte-Croix », à Palapoor. Selon le rapport de la police la défunte aurait été aperçue pour la dernière fois le 16 août à 21h00. A 5 heures, une none a tenté de réveiller Sœur Marie, mais elle n’était plus dans sa chambre. Ce sont des habitants voisins qui auraient trouvé le corps vers 7h30. Sœur Marie souffrait d’allergies sévères, et des marques de brûlures ont été trouvées sur sa peau. La défunte était originaire de Kottayam (Kerala), et avait rejoint le couvent en 1980 …

Source: http://infos-meconnues.blogspot.com/

16/06/2011

Humour logique…

Allez; on rigole un bon coup!

FDF

.

Tout ceci n’est qu’une hypothèse, mais le raisonnement se tient !!!

Imaginons que le gouvernement Français concède à chacun d’entre nous une bourse de 500 euros pour relancer la consommation.

                                                            (je confirme : c’est une supposition !!)

-Si nous la dépensons au supermarché du coin ou en vêtement, cet argent part en Chine.
– Si nous dépensons l’argent en carburant, il part chez les Arabes.
– Si nous achetons un ordinateur, il ira en Inde.
-Si on achète des fruits et des légumes, l’argent va en Espagne ou au Maroc .
-Si on achète une bonne bagnole, notre fric va en Allemagne
– Si on achète des babioles, il part à Taïwan et n’aidera toujours pas notre économie.  

  La seule façon de maintenir l’argent en France, c’est de le dépenser en achetant du vin, du pineau, du cognac, du calva, ou du champagne, si l’on considère que ce sont les uniques biens encore produits chez nous.  
  Donc, en faisant la bringue, j’accomplis mon devoir civique…   
 Alors pour aider notre système économique national en cette période de crise : PICOLEZ !

 Pour info : la Fête de l’Eau a fait près de 400 morts au Cambodge tandis que celle du Beaujolais s’est déroulée sans aucun problème

21/02/2011

Attentats de Bombay: peine de mort confirmée pour le seul auteur survivant: ça calme…

Ce n’est pas que je sois systématiquement pour la peine de mort (quoique, quelques cas de meurtres en France ces derniers temps m’ont incité à revoir ma copie) mais là, force est de constater qu’en Inde la Justice mérite son nom. Le genre de décision qui devrait calmer d’autres candidats aux attentats. En France, on leur ferait un procès interminable et couteux sans effet notoires…
FDF

Mohammed Ajmal Amir Kasab, seul auteur survivant de l'attentat de Bomba, blessé,  après son arrestation, le 1er décembre 2008.

Mohammed Ajmal Amir Kasab, seul auteur survivant de l’attentat de Bomba, blessé, après son arrestation, le 1er décembre 2008. Police de Bombay/AFP/archives

La haute cour de Bombay a confirmé lundi en appel la condamnation à mort du seul auteur survivant du commando responsable des attentats de Bombay en 2008, qui avaient fait 166 morts.

Mohammed Ajmal Amir Kasab, un Pakistanais de 23 ans, avait été condamné à la peine capitale en mai 2010 par un tribunal d’exception indien au terme d’un procès d’un an. La peine de mort avait été prononcée en vertu de quatre chefs d’accusation: meurtres, actes de guerre contre l’Inde, complot et terrorisme.

Kasab était le seul accusé survivant du commando. Les neuf autres membres ont été tués lors de l’intervention des forces de l’ordre.

Du 26 au 29 novembre 2008, un commando de dix hommes lourdement armés avait semé la mort dans des hôtels de luxe, un restaurant touristique, la principale gare et un centre juif de Bombay, faisant 166 morts et plus de 300 blessés.

Kasab a été déclaré coupable d’être l’un des deux auteurs du carnage à la gare, qui a fait 52 morts.

L’Inde a imputé les attentats, qualifiés par la presse de « 11-Septembre de l’Inde », au groupe extrémiste Lashkar-e-Taïba (LeT) installé au Pakistan.

La haute cour de Bombay a par ailleurs rejeté un appel de l’Etat concernant l’acquittement prononcé l’an dernier pour deux Indiens qui avaient été accusés d’avoir fourni des plans manuscrits aux dix islamistes.

Depuis son arrestation quelques heures après le début des attentats, Kasab a été placé en isolement dans une prison de la capitale économique. Pour des raisons de sécurité, il n’était pas présent lors de la procédure en appel mais il a suivi les audiences par liaison vidéo.

Il a écouté le verdict en appel les yeux rivés au sol, a rapporté la chaîne de télévision NDTV.

Un avocat de la cour suprême, K.T.S. Tulsi, a déclaré à cette chaîne que les attentats de novembre 2008 étaient « la pire tragédie depuis l’indépendance de l’Inde ».

« Des femmes et des enfants ont été tués sans pitié. Les auteurs n’ont pas eu d’égard pour la vie humaine. Dans de tels cas, quelqu’un d’aussi diabolique ne mérite aucune pitié », a-t-il ajouté.

Au cours de la procédure en appel, qui a commencé en octobre 2010, les conseils de Kasab avaient demandé un nouveau procès, argumentant n’avoir pas eu assez de temps pour venir à bout des 11.000 pages du dossier d’accusation avant le début du procès.

Les avocats de Kasab peuvent encore interjeter appel auprès de la cour suprême à New Delhi, la plus haute juridiction du pays. En dernier ressort, ils peuvent demander la grâce de la présidente de l’Inde.

En Inde, la dernière exécution, par pendaison, a eu lieu en 2004 et la précédente remontait à 1998.

Après les attentats, les relations entre l’Inde et le Pakistan, deux pays rivaux d’Asie du sud qui se sont opposés lors de trois guerres depuis leur indépendance concomitante en 1947, s’étaient brutalement tendues et le processus de paix, entamé en 2004, avait été interrompu.

Les deux pays ont annoncé début février avoir convenu de reprendre leurs pourparlers de paix.

Source: http://www.ladepeche.fr/

25/09/2010

Inde: un professeur catholique est mutilé par des islamistes pour un exercice de ponctuation !

Tolérance et charia…

FDF

.

Quelques mois après avoir distribué à ses élèves leur sujet d’examen de ponctuation où se glissait le nom « Muhammad », Thenganakunnel Joseph, professeur dans un collège catholique du Kerala, un Etat du sud de l’Inde, a été violemment agressé. Sa main droite a été mutilée, ses bras et jambes fracturés.

Quel meilleur exercice qu’un dialogue pour vérifier les connaissances des élèves en matière de ponctuation en malayalam, la langue officielle du Kerala ? Le professeur Joseph s’inspira en l’occurrence d’un dialogue entre un fou et Dieu, tiré d’un film local. Mais c’est le fou qu’il choisit d’appeler « Muhammad », le nom du Prophète de l’islam, comme des milliers d’habitants dans un Etat où le quart de la population est musulman.

Quelques semaines plus tard, le 4 juillet, des hommes l’ont attaqué à coups de haches et de barres de fer à la sortie de la messe. La police soupçonne le Front populaire indien, un groupuscule islamiste local, d’avoir organisé cette attaque, et a arrêté vingt-sept de ses membres.

Plutôt que de venir au secours de son professeur, le collège Newman, placé sous protection policière à la suite de manifestations de musulmans, a préféré le renvoyer, l’accusant d’avoir porté atteinte au sentiment religieux de la communauté musulmane. « Il a délibérément ridiculisé le prophète », explique Thomas Malekkudy, le responsable du diocèse de Kothamangalam, sous lequel l’autorité du collège Newman est placée. Le diocèse a même fait lire pendant la messe, dans plus de 120 paroisses, une circulaire expliquant que le professeur Joseph avait cherché à discréditer l’Eglise et ses institutions.

Thenganakunnel Joseph se retrouve désormais invalide, sans emploi, avec une famille à nourrir. « Je me suis déjà excusé et je ne voulais offenser quiconque en utilisant le nom « Muhammad » », assure le professeur. La Ligue musulmane indienne et des organisations catholiques ont demandé, en vain, la réintégration du professeur.

Un modèle de coexistence

« Cet incident est symptomatique de l’influence rampante du fondamentalisme religieux qui mène à la violence dans le pays en général, et plus récemment des violences dans le Kerala », observe l’historien KN Panikkar dans une tribune publiée par le quotidien The Hindu.

Début septembre, des façades d’églises ont été vandalisées…

Suite et source: http://tinyurl.com/24xfede

15/09/2010

L’Occident devient-il autiste face au monde musulman?

15 septembre 2010

« Un article suivant de Michel Garroté que je partage totalement.

En effet, les occidentaux sont victimes d’un tropisme suicidaire. Ils déplorent la paille mais ne voit pas le cimeterre qui égorge. Par quelle malédiction ou virus occidental nos dirigeants ne s’aperçoivent pas de cette évidence qui explose chaque jour sous leurs yeux. Par quelle dégénérescence de la pensée ces femmes et ces hommes imaginent acheter la paix, trouver l’équilibre, construire un monde de paix? Foutaise au fond car si les pays musulmans dont parle Michel Garroté dans l’article suivant n’a cure de cette main tendue. La modération et la volonté de négociation n’est que preuves de faiblesse pour eux. Comment se fait-il que le monde occidental est à l’écoute de la « colère » des musulmans mais n’écoute pas les suppliques des chrétiens et des juifs de ces pays. Ce ne sont pas caricatures mais des femmes et des hommes qui sont brûlés vifs dans leurs églises et temples au nom d’Allah le miséricordieux. Est-ce un Dieu d’amour que celui qui ordonne la mort d’innocents?

Alors certes, on me dira que la bible regorge de colères d’un Dieu vengeur et impitoyable. Comme à Sodome et Gomorrhe ou tout simplement le déluge qui noya des milliers voire l’humanité entière si l’on en croit les écritures.

Il se trouve que nous sommes en 2010 et que les Juifs, comme les Chrétiens, ont dépassé en majorité l’interprétation littérale du premier degré. Ce n’est pas le cas de l’ensemble du milliard de musulmans qui considèrent encore que le Coran est un livre venu de Dieu, incréé et ne pouvant pas être interprété qui plus est. C’est-à-dire une bombe à retardement à notre époque puisque ce livre saint contient des myriades d’appels aux meurtres d’infidèles, de dénis d’égalité des sexes et d’interdictions diverses contre les droits de l’homme. Alors bien sûr, les musulmans de France et d’occident ne sont pas des fanatiques. Mais tous les fanatiques actuels sont musulmans.

Ce sont les Hindous, les Chrétiens et les juifs qui paient le plus lourd tribu à ce fanatisme comme au Pakistan ou l’ensemble des musulmans profite des inondations pour s’en prendre aux chrétiens pakistanais. Un fanatisme qui devient de plus en plus prégnant en France et en Europe. Si nos dirigeants actuels n’ont pas le courage politique pour dire NON, c’est l’Europe entière qui basculera dans une guerre de religion à terme.

Pour l’instant, mon propos paraît pour beaucoup excessif Je le souhaite vraiment. Je suis quelque peu rassuré par la montée en puissance d’une contestation des européens et des français de tous les horizons y compris musulmane. Trop peu encore. Ceux qui aujourd’hui font le pari de gagner les futures élections de 2011, 2012 voire 2014 en faisant le moins de vagues possibles risquent bien de tout perdre à terme face à cette prise de conscience progressive des électeurs. »

Gérard Brazon


De Michel Garroté de Drzz-info:

« Vendredi 10 septembre 2010, Obama a déclaré que l’ennemi des USA, c’est Al-Qaïda et non pas l’islam. Obama a par ailleurs condamné le fait qu’en Floride, une poignée de chrétiens réformés envisageaient de brûler quelques exemplaires du Coran aujourd’hui 11 septembre. Le problème, c’est qu’en terre d’islam (et en terre hindoue), des Chrétiens sont brûlés vifs. Ils sont brûlés vifs par des mahométans qui ne sont pas membre d’Al-Qaïda. Vu sous cet angle, les propos d’Obama ne sont-ils pas légèrement à côté de la plaque ? A moins que les propos d’Obama ne soient le fruit de son éducation musulmane. Auquel cas les propos d’Obama sont à côté de la plaque parce qu’ils participent de la stratégie islamique qui consiste à tenir un double langage et à créer des écrans de fumée.

Encore hier, le journaliste Paul Ohlott, sur actualité chrétienne, écrivait notamment (extraits) :  « L’émoi légitime du monde entier concernant la provocation du pasteur Terry Jones, nous amène néanmoins à nous interroger si « brûler des Bibles » engendrerait également une indignation générale. (…) En 2008, le Pentagone a pris la décision de brûler des Bibles appartenant à des soldats américains, tandis qu’ils étaient en mission en Afghanistan. L’aumônier Gordon James Klingenschmitt a expliqué que ces Bibles étaient imprimées dans les langues locales (le dari et le pachto) et devaient être offertes à des « citoyens afghans qui accueillent les soldats dans leurs maisons ». Mais cette « expression de gratitude américaine envers l’hospitalité afghane », n’a pas manqué « d’offenser certains groupes extrémistes musulmans ». Afin d’apaiser les tensions, « les Bibles ont été confisquées et détruites ». Et selon CNN, le Lt. Col. Mark Wright aurait même déclaré que brûler « les déchets » en zone de guerre est la procédure normale. Suite à cet incident, aucun tollé. Le monde entier n’a pas été ému d’apprendre qu’un livre Saint ait été brûlé. Pour couronner le tout, l’aumônier Klingenschmitt a été « jeté hors de l’armée ». La même année, une équipe de reporters de France 24 s’est rendue en Inde, dans l’Etat de l’Orissa, pour « entendre des témoignages épouvantables de personnes qui disent être victimes d’un nouveau genre d’intolérance religieuse ». Et le mot « intolérance » paraît bien faible, puisque « des Chrétiens de l’Orissa ont vu leurs églises saccagées, leurs villages rasés, et 32 personnes ont été tuées. Certains ont même été brûlés vifs ». Le reportage intitulé « Où l’on brûle les Bibles » est toujours disponible sur le site de la chaîne française (NDLR : âmes sensibles s’abstenir…). Qui s’est ému de cette Inde qui « brûle les Bibles et les chrétiens » ? ». »

Lire la suite ICI