Francaisdefrance's Blog

02/03/2012

Merci Sarkö! Mauvaise surprise pour des milliers de foyers jusqu’alors non-imposables !

Passée délicatement entre les entre les goutes, l’info… Et juste avant les présidentielles.

« Président du pouvoir d’achat », disait il…

FDF

.

Merci…

.

La nouveauté concernerait cent mille à deux cent mille foyers, selon les estimations de la commission des finances de l’Assemblée nationale. Pour eux, qui étaient jusqu’ici dispensés d’impôt sur le revenu, il s’agira désormais de payer le fisc, relève Le Parisien du lundi 6 février. En cause, une mesure glissée au beau milieu du plan de rigueur de novembre 2011 : le gel du barème de l’impôt sur le revenu pour deux années consécutives, 2012 et 2013, soit sa désindexation du taux de l’inflation. En d’autres termes, il n’y a plus d’ajustement de cet impôt à la hausse des prix, qui a pourtant atteint 2,1 % en 2011 selon le quotidien.

Les familles non imposables, outre le fait de goûter pour la première fois aux joies de la feuille d’impôts, risquent ainsi de perdre les aides qui correspondaient à leur tranche – des tarifs de cantine aux réductions dans les transports. Les conséquences sont également non négligeables pour des milliers d’autres foyers qui, par effet domino, changeront de tranche et devront payer davantage cette année, note encore Le Parisien.

ATTENDRE SEPTEMBRE POUR SAVOIR

Le gouvernement a toutefois rappelé que si la somme dont les contribuables doivent s’acquitter est inférieure à 61 euros par foyer fiscal, ils en sont dispensés, ce qui devrait préserver un certain nombre de foyers jusqu’ici non imposables. Combien ? Il faudra attendre septembre, et l’envoi de l’avis d’imposition, pour le savoir.

Mais pour certaines catégories de contribuables, notamment les célibataires, l’addition pourrait se révéler bien plus salée. Selon les calculs du Syndicat national unifié des impôts, la hausse atteindrait 12,5 % pour une personne seule. Et « un couple gagnant chacun le smic sur treize mois verra son impôt sur le revenu grimper de 60 euros. Plus les revenus sont faibles, plus la hausse d’impôt est douloureuse« , affirme le journal.

Par ailleurs, le barème de l’ISF (impôt sur la fortune) ayant également été immobilisé, cet impôt sera, lui aussi, un peu plus élevé. Cette « mesurette » devrait tout de même rapporter 1,7 milliard d’euros à l’Etat en 2012, et le double en 2013.

Source: http://www.lemonde.fr/

13/02/2012

L’islam n’est pas une religion reconnue en Italie…

L’Italie réagit; enfin… Chez eux, l’islam n’est pas une religion. Depuis le temps qu’on le hurle haut et fort. C’est une idéologie. Et pourquoi les autres religions peuvent profiter de cette manne gouvernementale? Parce que eux, ils n’emmerdent personne…

Pourvou qué ça souive…

FDF

.

LES PEUPLES D’EUROPE  SE RÉVEILLENT    –   L’EUROPE N’EST PAS UNE TERRE D’ISLAM  ET NE DOIT PAS LE DEVENIR !

.

L’Italie refuse de donner à l’islam le statut officiel de religion.

Les mosquées italiennes ne recevront pas une part des impôts sur le revenu que le gouvernement italien reverse chaque année aux différentes religions.

Les hommes politiques de la coalition au pouvoir citent les imams radicaux, la polygamie, et l’incapacité des immigrés musulmans à faire respecter les droits de la femme comme autant d’obstacles sur le chemin de la reconnaissance de l’islam en tant que religion officielle en Italie.

Les temples bouddhistes et hindous, les églises dépendant de l’Église orthodoxe de Grèce et les témoins de Jéhovah seront quant à eux éligibles à cette source de revenu d’après une loi approuvée en mai dernier par le gouvernement italien, mais que le parlement n’a pas encore votée.

Le gouvernement réserve chaque année 8% du montant des impôts sur les revenus pour les églises reconnues par l’Italie. La grande majorité de ces sommes va à l’Église catholique. Tout contribuable peut cependant choisir à titre individuel de verser cette somme à des œuvres de bienfaisance ou à des projets culturels.

Yahya Pallavicini, directeur de COREIS, l’une des plus grosses associations musulmanes du pays,  s’est déclaré amer de constater que l’islam s’était vu refuser le droit à cette source de revenus.

« Un travail aurait dû commencer pour donner une reconnaissance légale aux musulmans modérés qui depuis des années ont montré qu’ils étaient des interlocuteurs à la fois dignes de confiance et étrangers au fondamentalisme. » a-t-il déclaré.

L’islam n’est pas une religion reconnue en Italie, et il n’y a qu’une seule mosquée officielle dans le pays, la grande mosquée de Rome. Les hommes politiques de la coalition au pouvoir citent les imams radicaux, la polygamie, et l’incapacité des immigrés musulmans à faire respecter les droits de la femme comme autant d’obstacles sur le chemin de la reconnaissance de l’islam en tant que religion officielle en Italie.

Jusqu’ici, seule l’Église catholique, le judaïsme et d’autres églises reconnues, telles que les Luthériens, les Évangéliques, les Vaudois, et les adventistes touchaient l’impôt sur le revenu de la part du gouvernement italien.

L’Italie compte entre 1 et 1,5 millions de musulmans, ainsi que 130 mosquées affiliées à l’organisation musulmane UCOII.

SOURCE  :  http://www.bivouac-id.com

Merci à JC JC…