Francaisdefrance's Blog

13/02/2012

L’islam n’est pas une religion reconnue en Italie…

L’Italie réagit; enfin… Chez eux, l’islam n’est pas une religion. Depuis le temps qu’on le hurle haut et fort. C’est une idéologie. Et pourquoi les autres religions peuvent profiter de cette manne gouvernementale? Parce que eux, ils n’emmerdent personne…

Pourvou qué ça souive…

FDF

.

LES PEUPLES D’EUROPE  SE RÉVEILLENT    –   L’EUROPE N’EST PAS UNE TERRE D’ISLAM  ET NE DOIT PAS LE DEVENIR !

.

L’Italie refuse de donner à l’islam le statut officiel de religion.

Les mosquées italiennes ne recevront pas une part des impôts sur le revenu que le gouvernement italien reverse chaque année aux différentes religions.

Les hommes politiques de la coalition au pouvoir citent les imams radicaux, la polygamie, et l’incapacité des immigrés musulmans à faire respecter les droits de la femme comme autant d’obstacles sur le chemin de la reconnaissance de l’islam en tant que religion officielle en Italie.

Les temples bouddhistes et hindous, les églises dépendant de l’Église orthodoxe de Grèce et les témoins de Jéhovah seront quant à eux éligibles à cette source de revenu d’après une loi approuvée en mai dernier par le gouvernement italien, mais que le parlement n’a pas encore votée.

Le gouvernement réserve chaque année 8% du montant des impôts sur les revenus pour les églises reconnues par l’Italie. La grande majorité de ces sommes va à l’Église catholique. Tout contribuable peut cependant choisir à titre individuel de verser cette somme à des œuvres de bienfaisance ou à des projets culturels.

Yahya Pallavicini, directeur de COREIS, l’une des plus grosses associations musulmanes du pays,  s’est déclaré amer de constater que l’islam s’était vu refuser le droit à cette source de revenus.

« Un travail aurait dû commencer pour donner une reconnaissance légale aux musulmans modérés qui depuis des années ont montré qu’ils étaient des interlocuteurs à la fois dignes de confiance et étrangers au fondamentalisme. » a-t-il déclaré.

L’islam n’est pas une religion reconnue en Italie, et il n’y a qu’une seule mosquée officielle dans le pays, la grande mosquée de Rome. Les hommes politiques de la coalition au pouvoir citent les imams radicaux, la polygamie, et l’incapacité des immigrés musulmans à faire respecter les droits de la femme comme autant d’obstacles sur le chemin de la reconnaissance de l’islam en tant que religion officielle en Italie.

Jusqu’ici, seule l’Église catholique, le judaïsme et d’autres églises reconnues, telles que les Luthériens, les Évangéliques, les Vaudois, et les adventistes touchaient l’impôt sur le revenu de la part du gouvernement italien.

L’Italie compte entre 1 et 1,5 millions de musulmans, ainsi que 130 mosquées affiliées à l’organisation musulmane UCOII.

SOURCE  :  http://www.bivouac-id.com

Merci à JC JC…

09/10/2011

L’offensive islamiste de plus en plus agressive en Algérie…

L’Algérie est en passe de replonger dans le Moyen-Âge (dont elle est n’est encore pas si loin, d’ailleurs; ce sera facile…). Des illuminés islamiques lancent une fatwa pour faire fermer les débits de boissons alcoolisées… Au nom de quoi ?

FDF

.

La fetwa et la fitna d’El Hachemi Sahnouni

Sahnouni et Abderrazak Zeraoui Hamadache

Dans une hallucinante fetwa, l’ancien dirigeant du parti dissous, d’El Hachemi Sahnouni, et Abderezak Zeraoui Hamadache lancent un appel, dans un tract diffusé hier aux citoyens, les incitant à se soulever pour la fermeture des débits de boissons alcoolisées.

Encouragés par une islamisation rampante de la société, conséquence d’une orientation idéologique des tenants du pouvoir, des anciens du FIS dissous passent à l’offensive. Deux imams radicaux, Hachemi Sahnouni et Abderrazak Zeraoui ont signé une fatwa qui sonne comme appel à la désobéissance aux lois de la République.

« Nous appelons les comités des quartiers populaires à multiplier leur contestation demandant la fermeture définitive des bars et des débits de boissons alcoolisées prohibées par la religion du Prophète, parce qu’elles pervertissent notre jeunesse et détruisent ses mœurs religieuses (…)« , ont-ils écrit dans leur tract infamant. Une incitation à la violence, à la haine, à l’intolérance et, plus dangereux encore, à dresser des Algériens les uns contre les autres. Un véritable appel à « la fitna« . Visiblement galvanisé par le virage conservateur pris par le pouvoir de Bouteflika, l’ancien prédicateur de la mosquée Essouna de Bab El-Oued (Alger) s’érige ainsi en inquisiteur.

Sahnouni se sent en terrain conquis, lui, dont la responsabilité politique dans la violence qui a embrasé le pays durant les années 1990 n’est plus à démontrer. S’attribuant ainsi « le rôle » de la conscience de la société, les prédicateurs jugent curieusement que « ce sont les débits de boissons alcoolisées qui sont la cause de nombreux problèmes des Algériens parce qu’elles propagent la perversion et éloignent des solutions réelles et justes« . Les deux prêcheurs estiment dans leur propagande intégriste que « le nombre de crimes a augmenté et les bagarres sont de plus en plus nombreuses entre les buveurs d’alcool et d’honorables citoyens à cause de la multiplication des débits de boissons« .

Invraisemblable. Est-ce parce qu’il existe des imams pédophiles qu’il faudrait fermer les mosquées ? Faut-il interdire les matchs de football pour mettre un terme à la violence dans les stades ! Le raccourci est vite pris. Faut-il chercher les sources de la violence ailleurs que dans les bars ? Ne sont-elles pas d’ordre politique ? L’extrémisme religieux revient au-devant de la scène au moment même où le terrorisme continue de faire des victimes innocentes. Bien évidemment, d’El Hachemi Sahnouni n’oserait pas pointer du doit la cause réelle du mal qui ronge l’Etat et la société. Sahnouni en est-il seulement conscient ?

Pour le moins étrange, il a choisi de se fourvoyer aujourd’hui dans cette espèce de « guerre civile » contre les débits de boissons et leur clientèle. L’a-t-il fait de lui-même et par lui-même sans la tutelle d’un quelconque sponsor politique interne ou externe ? A l’heure, faut-il le noter, on traverse une phase très délicate politiquement du fait des exigences du changement démocratique imposé par ce qui se passe dans le monde arabe et les nécessités de la situation interne. Il est aisé en effet de remarquer que ce personnage évite soigneusement de s’attaquer au pouvoir politique.

Pouvoir et islamistes, même combat

Depuis quelques années, l’opinion publique assiste avec stupéfaction et inquiétude à une campagne de stigmatisation menée par le pouvoir de Bouteflika contre des Algériens parce qu’ils épousent une religion autre que l’Islam, contre les non-jeûneurs. Des femmes sont souvent persécutées. Le gouvernement a trouvé un stratagème juridique pour interdire aux descendants de détenteurs de licence d’exploitation de débits de boissons alcoolisées d’en hériter. Depuis, de nombreux bars sont fermés, notamment dans l’Algérois. D’autres propriétaires de débits de boissons alcoolisées, sous une pression de l’administration policière avec l’appui de leurs supplétifs, ont fermé boutique.

Au nom de quoi ? Au nom d’innombrables prétextes de pratique commerciale qui dissimulent mal une action de moralisation de la société. Ainsi, des concessions « symboliques« , mais combien importantes, sont instrumentalisées par le pouvoir au profit des islamistes et aux forces conservatrices dans le but d’acheter leur soutien et surtout leur silence au moment où les peuples se soulèvent contre les dictatures. Est-il nécessaire de rappeler, durant les événements du début janvier dernier, que le gouvernement a fait recours aux imams pour dissuader les Algériens de descendre dans la rue pour réclamer leurs droits politiques. Au mois du Ramadhan dernier, le gouvernement a chargé son ministre des Affaires religieuses d’exhorter les commerçants à ne pas augmenter les prix des produits de large consommation. Alors que la mission de contrôle des prix est du ressort du ministère du Commerce.

Ainsi, nous assistons à un glissement dangereux de l’Etat en s’appuyant sur le discours religieux, souvent extrémiste, dans la gestion des affaires publiques. L’opinion publique s’inquiète de cette collusion historique et dangereuse entre le pouvoir et les islamistes. Le caractère républicain de l’Etat en pâtit. Par ailleurs, la question que soulève la fetwa de l’ancien dirigeant du FIS dissous va au-delà d’anecdotiques beuveries. Elle pose sérieusement la problématique des libertés individuelles et publiques dans une société mortellement étouffée.

En filigrane, dans son douteux combat, El Hachemi Sahnouni ne désespère pas, après l’épisode meurtrier des années 1990, de ramener l’Algérie au Moyen-Âge, en faisant feu de tout bois. De nombreux observateurs tirent la sonnette d’alarme, attirant l’attention sur la propagation de l’idéologie wahhabite et salafiste dans de nombreuses mosquées tolérée par le pouvoir en place. Pour peu, son hégémonie n’est pas remise en cause par les tenants de cette idéologie obscurantiste. Mais pas seulement. Le pouvoir met à contribution tous ses appareils idéologiques.

Des médias (publics et privés) et l’école distillent un discours d’intolérance et de haine. Foncièrement hostile aux aspirations de liberté, de démocratie et de justice de la société, le pouvoir a fait le choix de faire alliance avec des forces les plus archaïques. Quitte à mettre l’Etat en péril. Cette situation rappelle curieusement la période du début des années quatre-vingt. Faut-il alors considérer que la transition politique qui se joue actuellement doit absolument se négocier avec les islamistes purs et durs ?

Source: http://www.lematindz.net/