Francaisdefrance's Blog

06/12/2011

Pour 76 % des Français, « l’islam progresse trop en France » !

Et ils ont raison, les Français. Dommage que 95 % de celles et ceux qu’ils ont élus ne les écoutent plus…

Normal, ils ont été élus. Mais la confiance du peuple s’émousse.

FDF

.

IL EST ENCORE TEMPS DE METTRE UN TERME A CETTE PROGRESSION  SI CHÈRE à NOS CHERS POLITIQUES DE L’UMPSVerts  qui refusent d’écouter la voix du peuple. (85% de défiance –  voir à la fin)

Selon un sondage sur les valeurs des Français à six mois de l’élection présidentielle, réalisé du 2 au 4 novembre par l’Ifop pour Europe 1 et Paris Match , 76 % des Français estiment que « l’islam progresse trop en France ». Un chiffre en progression de 5 points par rapport à une question similaire posée il y a tout juste un an.


L’enquête montre également que la laïcité est une valeur plébiscitée par 81 % des Français

(+ 1 point par rapport à l’automne 2006), mais derrière l’effort, le travail ou l’entreprise.


Ce sondage qui, selon l’Ifop, montre que « les Français plébiscitent des valeurs qui sont au cœur du pacte républicain » (liberté, égalité, fraternité), souligne donc aussi « une radicalisation des Français sur des sujets de crispation identitaire ».


Ils ne sont par exemple que 14 % à estimer que « l’État devrait aider financièrement à la construction de mosquées » (contre 28 % au printemps 2006).

Enfin, 76 % des Français disent n’avoir « plutôt pas confiance » dans les autorités religieuses, ce qui place les religions parmi les institutions qui leur inspirent le moins confiance : aussi peu que les médias, mais plus que les partis politiques qui arrivent bons derniers (85 % de défiance). Seules institutions à rassembler une majorité de Français leur faisant confiance : les maires (67 %).

Source: http://www.la-croix.com/

Merci à JCJC…

05/08/2011

Pas bon, ça. Ramadan en France: 10% de « jeûneurs » en plus…

Nous avons déjà de plus en plus de chômeurs. Gros problème. Et maintenant, plus de « jeûneurs » durant le ramadan… Quelle sera la prochaine plaie de la France? Je n’ose imaginer.

FDF

.

A l’heure où cette dernière vient d’entamer, à travers le monde, le mois sacré du ramadan, une enquête de l’Institut français d’opinion publique (Ifop, PDF) rapporte que la pratique de l’islam est en nette progression en France, notamment chez les jeunes.

Dans cette étude, commandée par le quotidien français catholique La Croix et publiée le 1er août 2011, on observe que cette année, 71% de la population musulmane suit avec rigueur le mois de jeûne. Comparativement, ils étaient 60% en 1989.

Par ailleurs, la fréquentation hebdomadaire des mosquées a sensiblement augmenté. 25% des musulmans déclarent se rendre à la mosquée pour la prière du vendredi alors qu’ils n’étaient que 16% il y a 15 ans. L’étude oppose également l’assiduité des musulmans sur leur lieu de culte avec celle des catholiques: 95% de ces derniers ne vont pas à l’église, tandis que 25% des musulmans se rendent au moins une fois par semaine à la mosquée.

Une hausse de la pratique de l’islam sur le territoire français qui s’exprime aussi en dehors du mois de jeûne, à travers la consommation. Dans son étude, l’Ifop note que 49% de la population musulmane achète d’avantage de produits halal qu’il y a quelques années.

Cette recrudescence de la pratique religieuse est, toujours selon l’enquête de l’Ifop, particulièrement significative chez les jeunes générations. Une constatation qui peut s’expliquer démographiquement: près de deux tiers des musulmans de France ont entre 18 et 34 ans (62%), tandis que cette tranche d’âge ne représente que 29% de l’ensemble de la population française.

Dans une interview accordée au site Atlantico, le directeur adjoint du département Opinion et Stratégies d’entreprise de l’Ifop Jerôme Fourquet analyse les raisons de ce regain dans la pratique du culte musulman en France: 

«Plusieurs causes peuvent expliquer cette tendance […] Il existe d’abord un cycle d’intérêt nouveau. On peut aussi penser à une certaine forme d’affirmation identitaire face au modèle dominant, et d’insatisfaction face au modèle d’intégration proposé, ou encore une volonté de s’affirmer en marquant sa différence. Il est d’ailleurs intéressant de constater que l’assiduité à la prière du vendredi a d’abord et avant tout progressé chez les jeunes générations», a-t-il déclaré.

Une analyse fondée sur un sondage qui reste néanmoins à prendre avec précaution. La France interdit en effet de poser la question de la religion lors de recensements effectués par les organismes publics, et la question du nombre exact de musulmans sur le territoire restera toujours sans réponse.

Source: http://www.slateafrique.com/

06/01/2011

Les musulmans ne voudront jamais « s’intégrer »…

Ce n’est pas simplement que les musulmans « ne sont pas bien intégrés dans la population »; c’est qu’ils ne veulent surtout pas le faire… Quand tout le monde aura compris ça…

FDF

.

Le sentiment anti-islam progresse des deux côtés du Rhin.

Une étude à l’échelle européenne portant sur l’intégration des musulmans dans divers pays fait ressortir la progression de la méfiance envers les musulmans. Les résultats de l’enquête devraient inquiéter les dirigeants français et allemands alors que celle-ci fait ressortir que 60% des sondés en France et 75% en Allemagne estiment que les musulmans « ne sont pas bien intégrés dans la population.« 

L’enquête, menée par l’institut de sondage IFOP, fait ressortir une hostilité chez les sondés, aussi bien français qu’allemands. Ceux-ci sont près de 40% a estimer que l’Islam est une « menace » pour l’identité de leur pays. Le chiffre est quasi-identique dans les deux pays et posent de manière crue la question des modèles d’intégration.

La classe politique française ne s’est pas remise du soutien conséquent de nombreux français aux propos de Marine Le Pen, héritière présumée du parti d’extrême-droite Front National, jugeant la présence de certains musulmans dans les rues le vendredi, jour de prière, comme étant comparable à  » l’Occupation » allemande lors de la dernière guerre. Le sérail politique allemand est, quant à lui, en difficulté face au débat identitaire provoqué par les propos islamophobes d’un membre du conseil de la Banque Fédérale allemande, depuis poussé à la démission, Thilo Sarrazin, jugeant l’immigration musulmane comme la source des maux de l’Allemagne. La France connaissait une recrudescence du questionnement identitaire depuis le débat avorté sur  » l’identité nationale » lancé l’an passé par le gouvernement. L’Allemagne se trouve elle aussi, à son tour, plongée dans la polémique alors que le passé nazi l’avait jusqu’alors préservée de telles dérives.

Source: http://www.fenetreeurope.com/