Francaisdefrance's Blog

04/03/2011

Les « hautes instances musulmanes de France » ont peur du débat sur l’islam…

Et on les comprend… Vous savez quoi? « ILS » ont la trouille… Et ils ont raison d’avoir la trouille. On a re-distribué les cartes. Et débat sur l’islam ou pas, c’est tous les musulmans de France qui sont en ligne de mire, maintenant.

Ca va ch… pour eux et le savent très bien. La stigmatisation a eu son heure de gloire, les « heurtés » passent pour des cons. Alors, dans un dernier sursaut… C’est les nerfs, comme on dit… La haine du chrétien, on la paye un jour ou l’autre; surtout si on la pratique sur ses terres…

FDF

.

Des responsables musulmans français contre le débat sur l’islam

Des responsables religieux musulmans français ont lancé un appel pour que le débat, qui stigmatiserait les musulmans, n’ait pas lieu.

Des responsables du culte musulman en France lancent un appel, dans Le Monde, contre la tenue du débat sur l’islam, le 5 avril, qui « pourrait renforcer des amalgames déjà ancrés dans l’esprit de nombreux de nos concitoyens ». Ce collectif, qui regroupe notamment les recteurs des mosquées d’Addawa (Paris), de Villeurbanne et de Décines (Rhône), de Bordeaux (Gironde) ou le président du collectif des institutions musulmanes de Roubaix (Nord), estime « légitime » le débat sur l’islam en France ». Mais ils craignent que le calendrier électoral et les termes de la campagne politique à venir » ne lui portent préjudice, en renforçant des amalgames « trop ancrés dans l’esprit de nombre de nos concitoyens au sujet de l’islam, deuxième religion de France ». « En effet, soulignent-ils, la confusion entre islam, immigration, insécurité, extrémisme islamiste est un danger qui guetterait ce débat. » 

« Le débat sur la place de l’islam en France le placerait, de fait, à l’écart des autres religions sous-entendant qu’il y aurait une incompatibilité entre notre religion et les valeurs de la République et la laïcité, notamment. » « Or, soulignent les signataires, parmi lesquels Miktar Ahmed, président de l’association Imams du Nord, et Najah Mohamed, imam de la mosquée de Vigneux (Essonne), les musulmans de France n’ont jamais demandé jusqu’alors un quelconque traitement d’exception à la loi de 1905. Par conséquent, nous demandons aux politiques de respecter le principe de laïcité et de s’abstenir de dicter aux musulmans la manière dont ils doivent comprendre leur religion. Quant aux problèmes tels que les prières dans les rues, la construction des mosquées, les minarets… ils demandent le plus souvent des solutions techniques dans le cadre juridique déjà en vigueur, à condition que l’on sorte du démagogique et de l’idéologique. »

Source: http://www.lepoint.fr/