Francaisdefrance's Blog

05/03/2012

Gaza – Nouvelle Piscine olympique !

Arrêtons de martyriser le peuple Palestinien !!!

FDF

.

Bienvenue dans le monde de l’hypocrisie et la takkia islamique !

Une piscine olympique inaugurée à Gaza … Tout le monde sait que les méchants sionistes imposent un strict blocus à la bande de Gaza et qu’il n’y a pas un sac de ciment, une brique, une tuile, un carreau, un tuyau qui y entre. La preuve : cette piscine olympique dans le « ghetto » ou si vous préférez « prison à ciel ouvert » de Gaza, sans oublier le club/restaurant super luxueux de la « prison à ciel ouvert » de Gaza . Visiblement les médias francophones si bien informés n’ont rien vu et n’ont rien su.

Les similarités entre Gaza et Buchenwald sont frappantes, n’est-ce pas? Espérons que la flottille Free Gaza n’oubliera pas d’apporter quelques paires de lunettes de plongée.

Source: Ma’an (agence de presse palestinienne)

« La première piscine olympique a été inaugurée mardi au club As-Sadaka lors d’une cérémonie présidée par la Société Islamique. Les ministres du gouvernement de Gaza, les membres du Conseil législatif palestinien, les dirigeants des organisations islamistes, ainsi que les membres du club et des athlètes ont participé à la cérémonie d’ouverture. Yaseen Nasim, secrétaire de la Société Islamique, a remercié les donateurs qui ont contribué à la réalisation du projet.

Yaseen Nasim a rendu hommage au club As-Sadaka qui a remporté un un certain nombre de victoires internationales et régionales lors de matchs de football, de volley-ball et de tennis de table.

Les athlètes du club ont exécuté des exercices de natation dans la nouvelle piscine lors de l’inauguration. »

.

Gaza: le club/restaurant super luxueux de la « prison à ciel ouvert » de Gaza

Qui l’aurait dit ?  Ces photos révèlent un aspect méconnu car non médiatisé – de la région la plus médiatisée du monde – de « la prison à ciel ouvert » ou « ghetto » ou « camp de concentration » de Gaza (Rimal, Cairo Street, Gaza, Palestine).

A Symphony of Services !!!

 

The perfect place for your dining, gathering and special events in Gaza.

(Une Symphone de Services !!! L’endroit parfait pour vos dîners, réunions et événements spéciaux à Gaza.)

 

The Roots Club:

 

Ambiance galore

Beautifully designed buffets.

Every detail handled for you.

 (Une ambiance du tonnerre.  Des menus composés avec raffinement. Nous nous occupons de chaque détail pour vous.)

A 12-page menu with everything you might want in meat, seafood or poultry. 

(Le menu de 12 pages satisfera vos exigences en viandes, fruits de mer et volaille.)

Indoor and outdoor facilities for your special event.

(Votre événement spécial pourra se dérouler à l’intérieur ou à l’extérieur.)

 

Ca ressemble comme deux gouttes d’eau à une camp de concentration nazi, n’est-ce pas? 

 

Parmi les clients du Roots Club on trouve le personnel de l’UNDP, UNICEF et UNRWA.

 

Les personnes qui aiment faire connaître au monde entier les horreurs de la vie à Gaza dépensent leur argent occidental dans des restaurants luxueux (le complexe comprend quatre restaurants …  Big Bite, Green Terrace Café, Ambassador Banquet Hall et Roots Fine Dining Restaurant) dans le soit-disant trou perdu de Gaza.

22/08/2011

Ramadan: le mois du sacrifice…

Les musulmans de France auront dépensé 400 millions d’euros durant le mois de Ramadan !

.

Bon. C’est toujours ça qu’ils n’investiront pas dans la construction de leurs mosquées. Mais 400 millions d’euros, rien qu’en France! Pour le « mois du sacrifice »… Quelle hypocrisie.

FDF

L’agence française « Ecofine », spécialisée dans l’information économique et financière a indiqué que « 71% des 5 millions de musulmans vivant en France, observent le ramadhan cette année ». « Les achats des musulmans qui observent le jeûne se sont multipliés par deux par rapport aux autres mois de l’année, soit un total de dépense de près de 400 millions d’euros »

Les grands distributeurs multiplient l’ouverture de points de vente spécialisés dans les produits « halal », souligne « Ecofine ».

Le marché de la viande halal qui est le grand bénéficiaire de ce boom de la consommation, devrait générer un chiffre d »affaire de 6 milliards d’euros pour 2011, avec une progression de 10 % par an selon les experts de ce secteur.

Bref loin de paralyser l’économie comme se plaisent à le souligner certains détracteurs de l’islam, le mois de Ramadan stimule au contraire la consommation.

Source: Oumma.com

12/08/2011

Ce bon gros ramadan…

Ce n’est pas moi qui le dit, cette fois. L’hypocrisie du ramadan est reconnue par les musulmans eux-même. On se prive le jour, mais une fois la rupture du jeûne arrivée…

FDF

Chat très très croyant et pratiquant…

Un ramadan de privation ou de surconsommation ?

Les repas de rupture du jeûne pendant le ramadan sont l’occasion de réunions familiales et de tables bien garnies.

La pratique de l’iftar qui rompt chaque jour le ramadan est souvent l’occasion de repas gargantuesques tranchant avec la modération consommatoire de ce mois sacré. Un décalage attribué par le théologien Ahmed Jaballah à la confusion entre « la recommandation islamique de se rassembler en famille » et « les excès liés aux habitudes culturelles. »

Le ramadan, mois de jeûne et quatrième pilier de l’islam, est-il encore celui de l’ascèse et de la privation ? Pas si sûr. Face aux excès de consommation des musulmans, encouragés à grand renfort de marketing par une grande distribution vorace, la question peut légitimement se poser. Et beaucoup se la pose. « Le ramadan est visiblement et statistiquement le mois de consommation par excellence. Ne voyez-vous pas là une dérive et un paradoxe ? » s’interroge une internaute sur le forum Yabiladi.com. De fait, le constat s’impose. Quand vient l’heure de l’iftar (rupture du jeûne), il n’est pas rare de voir des tables somptueuses, garnies de buffets succulents où la harira ou la chorba le disputent au tajine, à l’entrée et au banal plat de résistance, sans oublier bien sûr, la saveur exquise des qalb ou leuzz, makrout ou zlabia (pâtisseries arabes) arrosés d’un bon café. Ce type de banquet où cinq personnes mangent pour dix tranche assurément avec l’ambiance austère et spirituelle véhiculée par le jeûne sacré.

La méconnaissance du ramadan

C’est bien l’avis de Tahar Mahdi, théologien et juriste en droit musulman, enseignant à l’Institut international de la pensée islamique (IIIT) qui remarque une « perte totale des finalités voulues par le jeûne du fait qu’on a fait de ce mois béni une occasion d’implication matérielle, voire matérialiste. Ce qui favorise la surconsommation qui n’est autre chose que l’abandon de l’enseignement prophétique à ressentir la faim et la soif, pour devenir solidaire de tous les affamés du monde. » Une opinion partagée par Ahmed Jaballah, théologien musulman et directeur de l’Institut européen des sciences humaines (IESH), qui voit dans cette pratique consumériste l’effet d’une méprise. « Il y a certainement des excès constatés dans les pratiques alimentaires des musulmans pendant le ramadan. Plus exactement, il y a un mélange entre la recommandation islamique de se rassembler en famille et avec les amis pour rompre le jeûne, et les excès de la table liés aux habitudes culturelles. Ce mélange établit un décallage entre pratique extérieure et signification profonde du jeûne. » Un décallage qui participerait d’une méconnaissance ou d’un oubli des valeurs du ramadan. « Les abstentions du jeûne ne sont pas des finalités mais les moyens de réaliser des finalités. Parmi elles, atteindre le sens de la crainte de Dieu et cultiver sa propre volonté » explique Ahmed Jaballah, tandis que pour Tahar Mahdi, le ramadan est « une rupture du fidèle avec les seuls désirs de la vie d’ici-bas afin de prouver son rattachement à Dieu et montrer par là même que sa vie est un lieu de la manifestation du Divin.»

Le musulman, un consommateur comme les autres !

Ali Gérard Pillois, président de l’Association de défense du consommateur musulman (ADCM) créée il y a quinze ans et animée par une dizaine de membres actifs, est plus sceptique. S’il reconnaît certains abus qui correspondent à « une déformation moderne de nos habitudes alimentaires dans un pays laïc où tous les excès sont possibles », prouvant par là-même que «  les musulmans sont perméables et sont des consommateurs comme les autres », il nuance la portée du phénomène. « Je ne suis pas sûr que cette tendance soit omniprésente. D’ailleurs, l’estomac du fidèle se rétrécit progressivement à mesure que le jeûne se prolonge rendant impossible un processus de jeûne incontrôlable. » Pour lui, « tout dépend de ce que recherche le musulman dans le ramadan. Moins on nourrit le corps, plus on nourrit l’esprit. Et plus on nourrit le corps, plus on fatigue l’esprit. » Dès lors, comment permettre aux musulmans de mieux harmoniser leurs pratiques alimentaires avec les valeurs du ramadan ? « On ne peut que conseiller les autres de mieux se nourrir et diminuer leur absorption » poursuit Mr Pillois, alors que pour les savants musulmans, tout commence par l’éducation. « Les parents et l’ensemble des imams et des éducateurs doivent travailler sur la signification véritable du jeûne » convient le directeur de l’IESH. Mais aussi à la restauration d’un certain climat spirituel, propice au détachement des plaisirs de la table, ce que préconise Tahar Mahdi. « Il faut rester attaché aux principes spirituels de l’islam et réactiver l’aspect communautaire pour ressentir l’éclat lumineux de la spiritualité ramadanienne tout comme les premiers musulmans l’ont vécu » conseille le juriste musulman.

Source: http://fr.zaman.com.tr/fr/

02/07/2011

Strauss-Kahn 2: le retour ?

J’ai entendu dire Pierre Moscovici de sa propre bouche qu’il était le lieutenant de DSK et qu’il le soutenait avec ferveur. Un (bon) mois plus tard, le même individu (voyant la cause de son idole partir en déconfiture) dit se rallier derrière François Hollande. Aujourd’hui où il semble que DSK fasse un éventuel retour sur la scène politique, j’aimerais savoir à quel sein va se vouer le « parachuté » en Franche Comté ou il n’a jamais pu exercer le moindre rôle, mis à part la présidence de l’Agglomération du Pays de Montbéliard. Triste trophée…

FDF

.

Strauss-Kahn innocenté ? Mais il reste coupable de crime mondialiste contre les peuples et contre la France !

Les rédactions ne bruissent que des états d’âme des journalistes et des politiques de gauche, qui espèrent que celui qui depuis trois ans, aux manettes du FMI, affame les peuples, après avoir fait deux fois son œuvre délétère comme ministre de l’industrie puis de  l’économie et des finances de la France entre 88 et 91 et entre 97 et 99 va pouvoir revenir sur la scène nationale et internationale pour achever ses basses œuvres !

Lamentable. Nous ne nous sommes jamais prononcés sur l’éventuelle culpabilité de l’ancien directeur du FMI. Nous avons publié des contributions de Pascal Olivier, Anne Zelensky, Marie-José Letailleur et d’autres, émettant des doutes quant au scenario qui nous était proposé. Nous nous sommes contentés de relever les mensonges, l’hypocrisie et l’esprit de caste de tous ses petits camarades et des journalistes dits de gauche, faisant d’un harceleur fou un petit saint et oubliant volontiers l’éventuelle victime, censée être honorée qu’un tel héros puisse exercer un droit de cuissage à son endroit. Nous avons dénoncé la loi du silence complice de la caste politico-médiatique, qui a cherché à cacher des faits que tout le monde connaissait.

Nous avons également relevé les contradictions de ceux qui, en 2007, avaient dit pis que pendre à propos de Sarkozy et le Fouquet’s mais trouvent normal qu’un dit socialiste ait des ressources et une vie de nabab, à côté duquel le président de la République passerait presque pour un nécessiteux…

Enfin,  la presse et le Parti socialiste, connaissant les points faibles de ce dernier, ont tout fait pour qu’il soit LE candidat PS, tout en connaissant ses points faibles, qui en faisaient une cible privilégiée pour les Mata-Hari chargées de lui faire signer contrats et engagements contraires aux intérêts de la France.  Que dire d’un Mélenchon, envisageant sans broncher de se désister au second tour pour un Strauss-Kahn ? Cela prouve, s’il en était besoin, à quel point tous ces gens complotent avec les tenants de la finance internationale et avec ceux qui veulent imposer leur loi inique au monde entier, qu’ils fassent partie du Siècle, de Bilderberg ou autre cercle où l’on trouve tout le gratin UMPS et tous les journalistes à la mode(1).
YouTube

Par ailleurs, dans cette vidéo, Emmanuel Ratier, dont on peut ne pas partager certaines visions de la société, se montre d’une lucidité féroce sur la réalité du Parti socialiste, et la contradiction majeure entre un Strauss-Kahn, qui n’a rien de socialiste, et la base du parti…

Strauss-Kahn est membre de toutes les structures mondialistes qui exercent le vrai pouvoir, et l’imposent aux différents gouvernements. Si complot il y a, il est là. Et c’est infiniment plus grave qu’un éventuel complot ou une éventuelle manipulation contre Strauss-Kahn, qui a largement mérité de ne plus pouvoir être candidat socialiste de toutes façons. Il a fait assez de dégâts comme ça !

Nous écrivions que Strauss-Kahn hors jeu, il allait falloir en trouver d’autres pour faire le sale boulot. Cela n’a pas trainé. Une Lagarde, qui a fait la preuve de son incompétence pour sauver les Français du chômage, de la dette et des délocalisations peut ainsi se retrouver à la tête du FMI, montrant ainsi quelles sont les priorités des élites bruxellisées et mondialisées (ce ne sont plus les nôtres, depuis longtemps) : réduire à quia les pays et leurs peuples (l’exemple de la Grèce suffit à comprendre ce qui se passe), imposer la finance islamique, et donc la charia,  au monde entier pour se concilier ceux qui détiennent le pétrole et qui achètent, actuellement, nos dettes et nos immeubles sur les Champs-Elysées tout en envoyant leurs pauvres nous envahir, légalement et illégalement, pour faire baisser les salaires et les revendications professionnelles.

Et vous voudriez que l’on réjouît pour Strauss-Kahn, s’il s’avérait qu’il ait été victime d’un complot dont il serait, par ailleurs intéressant de connaître les commanditaires ? Vous galégez. L’ancien président du FMI, on s’en moque, parce que le véritable drame, c’est que, avec ou sans Strauss-Kahn, les peuples sont trompés et vampirisés, comme je l’écrivais dès le début de cette affaire.  Il faut néanmoins reconnaître que son inculpation a eu un seul mais essentiel effet positif : c’est qu’un Strauss-Kahn donné favori par les sondages puisse disparaître de la course à l’Elysée, parce que, avec lui, ce serait encore pire qu’avec Sarkozy et c’est peu dire, parce que si les socialistes et leurs alliés verts d’Europe Ecologie – qui se prépare à élire Eva Joly, sa double nationalité et son accent à couper au couteau  ! – étaient majoritaires à l’Assemblée, le peu qui nous reste de République et de citoyenneté disparaîtrait, à coups de droits de vote des étrangers, de discrimination positive, de retour du délit de blasphème, j’en passe et des meilleures, comme nous l’écrivions pour célébrer la candidature de Martine Aubry !

Nous attendons avec intérêt la suite du feuilleton. Mais comme l‘écrivait pertinemment Roger Heurtebise, ce matin,  même si DSK n’est plus dans le coup, ses complices, Aubry-Delanoé-Moscovici sont toujours là, prêts à appliquer la même politique mondialiste que celle que voulait nous imposer leur mentor… et ses soutiens médiatiques ! Celle du détricotage de la République une et indivisible, et de son sacrifice sur l’autel de l’Union européenne au dogme mondialiste, dont ils sont les fidèles valets.

Du balai, tout cela !

Source: Christine Tasin

14/04/2011

La charia devrait remplacer la loi en France…

Excellent billet piqué à Christine Tasin…

FDF

.

De gré ou de force, pour complaire aux musulmans et à une certaine journaliste anglaise…

 

Nous avions déjà attiré votre attention sur les délires de Forsane Alizza à Limoges et dans le 93, mais c’est une goutte d’eau par rapport à l’océan de protestations et de menaces qui viennent de toutes parts depuis la mise en application de l’interdiction du niqab et de la burka dans notre pays.

Bien sûr, les musulmans intégristes s’en donnent à coeur joie, appelant à l’aide les Frères musulmans et Al Qaïda pour châtier notre pays de mécréants de vouloir conserver aux femmes leur dignité, à grand renfort de bombes et autres joyeusetés propres à encourager la démocratie et l’écoute de l’autre…

Bien sûr les défenseurs des droits de l’homme, avec la gôche, (le PS a refusé de voter la loi, rappelons-le) y vont de leurs petits couplets, fustigeant le grand méchant loup Sarkozy et les affreux laïcards qui osent  non seulement libérer 2000 femmes de leur prison ambulante mais refusent que Paris ne soit pas Kaboul…

Bien sûr les pays anglo-saxons, qui sont dans une crise terrible à cause du multiculturalisme et de son échec, ne supportent pas que tous les pays ne soient pas dans la même panade que la leur et pointent du doigt cette France qui résiste encore aux sirènes islamiques…

Mais le pompon, c’est cette journaliste anglaise, Viv Groskop, qui écrit sans état d’âme que cette loi est « un poil irrespectueuse » et qui ose s’écrier  : « que d’histoires pour un bout de tissu ! « 

Le ridicule ne tue plus, heureusement pour vous, Madame Groskop, parce que, effectivement, parler de racisme, pour un simple bout de tissu, n’est-ce pas un poil irrespectueux ?

Le ridicule ne tue plus, heureusement pour vous, Madame Groskop, parce que, effectivement, se promener dans la rue en refusant à celui que l’on croise la possibilité de communiquer visage à visage avec vous, n’est-ce pas un poil irrespectueux ?

Le ridicule ne tue plus, heureusement pour vous, Madame Groskop, parce que, effectivement, se promener dans la rue en se cachant des hommes, n’est-ce pas un poil irrespectueux pour tous les mâles de la terre, considérés comme des animaux en rut ?

Le ridicule ne tue plus, heureusement pour vous, Madame Groskop, parce que, effectivement, faire semblant de croire que Carnaval peut exister tous les jours et que chacun peut se promener (et cambrioler les banques en passant) avec un masque de Zorro, n’est-ce pas un poil irrespectueux pour vos lecteurs ?

La sottise et l’hypocrisie  ne tuent plus, heureusement pour vous, Madame Groskop, parce que, effectivement, refuser de traiter le fond du problème, qui est l’islamisation de l’Europe, dont le voile et aussi, forcément, la burka, sont le porte-étendard n’est-ce pas totalement irrespectueux pour vos lecteurs que vous prenez pour des cons ?

Quand auront-ils tous fini de nous prendre pour des cons en essayant de nous faire culpabiliser en parlant de l’illusoire liberté de celle qui s’enferme volontairement là où le vivre ensemble s’impose, dans la rue et dans les services publics ?

Quand auront-ils tous fini de nous prendre pour des lâches en essayant de nous faire peur ?

Nous préférons la guerre au déshonneur parce que nous savons que, de toutes façons, il y aura la guerre.

Mais il n’y aura pas le déshonneur pour la France et les Français. Sûrs de notre bon droit, sûrs de nos valeurs, sûrs de l’universalisme et des valeurs égalitaires dont nous sommes porteurs, nous ne fléchirons pas. Mieux encore, nous sommes prêts à nous battre pour l’interdiction du voile, des mosquées et du halal. Parce que ce sont des pratiques irrespectueuses de l’être humain, tout simplment. Nous ne sommes pas des chiens, nous ne suivrons pas les préceptes islamiques qui veulent faire de l’homme un chien soumis et de la femme une chienne obéissante.

Source: http://christinetasin.over-blog.fr/

12/04/2011

Une grande partie de l’immigration régulière provient de la régularisation de migrants clandestins.

On s’en doutait un peu…

FDF

.

Immigration : la vérité ne s’avoue qu’en privé !

Dans toute cette affaire, il est une chose à laquelle je ne parviendrai jamais à m’habituer : l’hypocrisie. Pour avoir tout simplement déclaré au Figaro Magazine qu’il souhaitait « réduire l’immigration régulière », M. Claude Guéant est confronté à une nouvelle tornade d’indignation : « Attaque contre les immigrés » (Fabius) ,« Discours de stigmatisation » (Sopo, SOS racisme), « Vision nationaliste et raciste » (Kader Arif, PS), « Bas instinct de l’électorat d’extrême droite » (Voynet), « Concours des propositions les plus stupides » (Dartigolles, PCF).Or, le ministre de l’Intérieur, par ses propos, a tout bonnement pris acte de ce que le taux de chômage des étrangers non communautaires atteint 23,4 % et que la France n’a pas de travail à leur offrir. Il a constaté que 100 000 jeunes Françaises et Français se présentent chaque année sur le marché du travail à la sortie de leurs études et que l’économie française ne produit pas assez d’emplois pour leur fournir un travail ! 

On peut ne pas souscrire à ce raisonnement, mais pourquoi le caricaturer, le lapider, le diaboliser ? Ce genre de débat a eu lieu en Espagne, en Grande-Bretagne, en Allemagne dans un climat de consensus et sans déchaîner une telle polémique haineuse. Dans quel pays vivons-nous ?

D’ailleurs, il faut le savoir, le clivage habituel entre immigration régulière (supposée bonne) et immigration clandestine (mauvaise) est artificiel : une grande partie de l’immigration régulière provient de la régularisation de migrants clandestins.

Les donneurs de leçon qui poussent des cris d’orfraies aux propos du ministre de l’Intérieur baignent dans l’hypocrisie. Ils savent bien que la France ne peut pas accueillir tout le monde, n’en a pas les moyens. Ils le savent, mais se donnent des airs de modernité, d’ouverture et de générosité en accablant les déclarations de M. Guéant. Ils sont bien contents, au fond, que d’autres fassent le « sale boulot » pour eux en essayant de contrôler le flux migratoire.

J’aimerais raconter une anecdote dont je certifie l’authenticité, au mot près, sur mon honneur. En mai 2006, nous sommes à l’Assemblée nationale. J’accompagne, en tant que fonctionnaire, le ministre de l’Intérieur qui défend le projet de loi sur l’immigration dont l’objectif est de limiter le regroupement familial : désormais, un étranger qui voudra faire venir sa famille en France devra disposer d’un revenu d’un travail équivalent au minimum au SMIC et d’un logement adapté au nombre de ses enfants.

Un député PS se déchaîne dans l’hémicycle, devant les autres parlementaires présents, le public, la presse et les chaînes de télévision, contre ce projet de loi. Je ne me souviens plus de son nom mais je le vois encore : grand, mince, la soixantaine, petite moustache, lunettes, élu d’une circonscription du nord de la France. Il hurle dans le micro : « Votre projet est une honte pour la France. Il rappelle les heures les plus sombres de l’histoire. C’est un projet nauséabond, xénophobe, pétainiste. Une fois de plus vous stigmatisez les étrangers dans notre pays. Une fois de plus vous cherchez à déchaîner les passions haineuses et racistes en désignant des boucs émissaires à la vindicte populaire ! »

Ce brave Monsieur, je le retrouve deux heures plus tard environ à la buvette de l’Assemblée nationale. Il s’avance vers moi, jovial, sympa, un verre à la main. Il m’offre un coup à boire et nous échangeons, en tête à tête. Je m’attends à une engueulade. Or, ses paroles, qui viennent le plus naturellement du monde, me laissent totalement pantois.

«

 

Vous savez, chez moi, dans la ville dont je suis maire, l’immigration, c’est une véritable catastrophe. Je ne sais plus quoi faire. Ils viennent de tous les côtés, je n’ai rien à leur proposer, pas de boulot, pas de logement social… Les gens (mes électeurs) n’en peuvent plus …– Mais c’est un peu la raison pour laquelle nous proposons cette loi… » 

Je m’attends, presque à coup sûr, à ce qu’il se remette à aboyer. Stupéfaction :

« Oui, je sais, vous avez raison. Mais ce sera difficile vous savez, pour remettre de l’ordre dans tout ça. Tant mieux si vous réussissez, je vous le souhaite, il faut absolument faire quelque chose, mais ce ne sera pas simple… »

Voilà. On peut me croire ou ne pas me croire bien sûr. J’ai plein de défauts mais je ne suis pas menteur. Je donne ma parole à mes lecteurs de l’absolue authenticité de cette anecdote qui en dit long sur l’hypocrisie ambiante…

Maxime Tandonnet

 

Source: http://www.claudereichman.com/articles/tandonnetlaveriteenprive.htm

Merci à DG…

26/08/2010

Bon voyage en Algérie…

Voyageur: passé cette limite, tes chances de survie sont moindres…

LE PETIT FUTÉ GUIDE TOURISTIQUE OU SOCIAL-ÉCONOMIQUE ?

Quand, en 2004, il lança le premier guide touristique sur l’Algérie, Le Petit Futé, maison d’édition spécialisée dans le tourisme, expliquait que l’ouvrage était  » destiné à tous ceux qui sont curieux de connaître les richesses que recèle l’Algérie », qu’il réhabilite la destination et peut suggérer l’idée d’un futur voyage (lire l’interview de Jean-Paul Labourdette, directeur des collections)
Pour l’année 2010, si on en croit un article de notre confrère El-Watan, Le Petit futé semble gagné par l’envie de dissuader ceux qui seraient tentés par l’idée d’un « futur voyage » dans notre pays, d’aller au bout de leur rêve.
Parmi les « les richesses que recèle l’Algérie », Le Petit Futé cite, en effet « le machisme », les moeurs légères, les faux barrages, les femmes battues,  la frustration, la jalousie, la perversion sexuelle, l’hypocrisie, les coupures d’eau, le manque d’hygiène, le sida…
Le guide est sans nuances envers les candidats voyageurs :  » N’espérez pas y trouver le confort qu’on s’est habitués à découvrir au Maroc voisin » .

En Algérie, lit-on, on couche dans des   » hôtels agonisants », « sordides », au service « aléatoire »,  où « le personnel a pris de l’âge en même temps que les piscines se vidaient, que les jardins s’asséchaient, que la plomberie s’engorgeait de détritus divers ou que la moquette aux spirales psychédéliques pourrissait » Pour ceux qui n’auraient pas tout saisi, le guide se fait explicite :  » Aucun hôtel algérien ne peut être qualifié de cadre enchanteur, le service laisse presque toujours à désirer, la plomberie et l’électricité peuvent inquiéter les plus anxieux et la propreté les plus maniaques… »
Et remerciez la providence si vous parvenez à prendre votre douche : «Principale particularité qui peut être un problème : la pénurie de l’eau ! Dans les toilettes des lieux publics ou même chez les particuliers, l’eau est stockée dans un récipient qu’on déverse dans la cuvette (sans exagérer sur la quantité) en guise de chasse d’eau. Dans la plupart des cas, comme il n’y a pas du tout- à-l’égout, on ne jette rien dans la cuvette. Une poubelle est presque toujours mise à disposition. Il s’agit juste de s’y habituer ! Autre particularité : il n’y a presque jamais de papier toilette».
Le Petit futé Algérie suggère de ne rien boire du tout. «Dans les grandes villes, l’eau du robinet peut se boire à condition de tolérer les goûts la caractérisant», peut-on lire à la page 143 à propos de l’eau du robinet en Algérie. «Dans les sources des villages et des oasis, l’eau est meilleure au goût, mais peut être à l’origine de troubles intestinaux…», lit-on à propos de l’eau des sources, comme quoi, cette eau est aussi à éviter. Enfin, la suspicion touche aussi l’eau embouteillée. «On trouve partout des bouteilles d’eau minérale, pas toujours scellées, souvent de marque…», lit- on encore.
Autrement dit, en Algérie, il est déconseillé de boire de l’eau.
Mais alors boire quoi ? A propos des bars et cafés, on peut lire à la page 145 que «s’il est devenu facile de trouver des bars où l’on serre de l’alcool à Alger, il en va autrement dans d’autres villes et a fortiori à l’intérieur du pays. Les bars sont certes des lieux de convivialité mais aussi et surtout des lieux où les clients viennent pour s’enivrer ou pour oublier (alors que bien souvent les Algériens ont le vin triste) et il n’est pas rare d’y croiser des femmes.»
Si la perspective de mourir de soif ne vous dissuade pas, le Petit futé vous signale celle de mourir du sida  » mais aussi l’herpes, de chlamydiae et autres joyeusetés  »  L’Algérie est, en effet,  présenté comme un vaste bordel.  « A Alger ou à Oran, lit-on en page 106, de Club des Pins aux cabarets les plus miteux en passant par les restaurants, les bars d’hôtel et bien sûr internet et les sites de rencontre, des dizaines de filles cherchent une vie meilleure malgré les tabous, malgré le hidjab facilitant paradoxalement les choses, qui pour un cadeau, qui pour un dîner sortant de l’ordinaire, qu’on appartienne à la classe moyenne (s’il en reste une !) ou qu’on soit plus défavorisé… la prostitution est plus visible qu’on aurait pu l’imaginer dans la rue, dans les hôtels, très fréquentés l’après-midi, les bars de ces mêmes hôtels, les lieux de sortie nocturne » Mais le guide est formel : « Le sida n’épargne pas l’Algérie »
Ces messieurs les touristes sont donc avertis.
Les femmes aussi d’ailleurs : il est risqué de voyager seule dans ce beau pays.

L’Algérie est en effet peuplée de  » crétins frustrés » où il « reste difficile, voire impossible, de faire certaines choses comme de s’asseoir seule à une terrasse de café même dans les grandes villes ». Elles s’exposeraient aux  » ragots et les médisances qui naissent et prospèrent très rapidement dans le terreau de la frustration et de la jalousie. » Mais elle s’exposent aussi aux machos :  » Il est toujours normal pour un homme algérien de lever la main sur sa femme, sa petite amie, sa fille… » Et gare aux illusions : « «…Même si vous apercevez en ville des jeunes femmes habillées légèrement, ne sachant pas qui elles sont, où elles vivent ou comment elles sont jugées, évitez de faire comme elles en portant des tenues jugées provocantes», lit-on encore.
Et gare aux jeunes racoleurs qui ne rêvent que de vous épouser pour une carte de séjour !  » Dans le sud, les gens se sont habitués à voir des bras et des jambes nus, mais ils n’en pensent pas moins ! Garder à l’esprit que vous représentez le pays vers lequel on rêve très fort de s’envoler pour un meilleur avenir… Sachez donc rester circonspecte devant toute tentative de séduction un peu incongrue», lit-on à la même page…
Le guide s’attarde sur la condition féminine.
«Le nouveau code de la famille présenté par Bouteflika en mars 2005 est loin d’être satisfaisant.

L’idéologie islamiste a complètement assombri le regard des hommes sur les femmes. On voit, mais on ne connaît pas la femme. On ignore ou on en veut à celle qui par sa seule existence vous attirera dans les filets du mal. Comme ailleurs, et peut-être plus qu’ailleurs, les femmes sont souvent rabaissées, voire battues… Il est toujours normal pour un homme algérien de lever la main sur sa femme, sa petite amie, sa fille…», lit-ont toujours dans la page 105.
«Si les hommes algériens peuvent reconnaître haut et fort que les femmes sont leurs égales, sinon supérieures, reprenant le mythe de la bonne mère, dévouée et courageuse sans qui le pays n’existerait plus, bla, bla, bla, dans la réalité, il ne reste pas grand-chose de ce beau discours qui nous surprendrait presque…»

 » Le pays de la mafia politico-financière « 

Si en dépit de tout cela, vous tenez à séjourner dans cette contrée bizarre, sachez que  l’Algérie, « destination touristique à réhabiliter », c’est   » le pays de la mafia politico-financière », des milices des forces spéciales,  et des atteintes aux libertés. «A la lecture des titres parfois audacieux de certains journaux de la presse algérienne, on pourrait penser que la presse est libre en Algérie.

Ce n’est plus le cas depuis 2004, année de la pénalisation des délits de presse. Et cette audace est chèrement payée souvent par la prison avec sursis et des amendes très sévères et quelquefois par la prison ferme…

En revanche, des pressions de toutes natures sont constamment exercées sur les journalistes de la part des responsables politiques, de la mafia politico-financière, de notables et d’hommes d’affaires locaux mettant en péril leur métier et dans certains cas leur vie», lit-on à la page 473.
«Les journaux, leurs directeurs et leurs journalistes sont régulièrement assignés en justice pour répondre de plaintes pour diffamation et le plus acharné semble être le ministère de la Défense qui s’estime diffamé par la moindre allusion dans les caricatures et les articles publiés», lit-on encore à la même page.
Le Petit futé signale que « la consommation d’anti dépresseurs, d’anxiolytiques et autres tranquillisants est également importante et dans certaines villes, le nombre de panneaux annonçant un psy peut surprendre. »
El-Watan rappelle que ce bel ouvrage dythirambique envers l’Algérie est financé par de grands annonceurs publics que sont Air Algérie, l’ONAT, Moblis et l’hôtel Aurassi, pour ne citer que ces derniers, et qui, fait remarquer le journal,  « ont, sans le savoir, subventionné une grave atteinte à l’image de la destination Algérie et à celle de tout le pays. »
Faut-il pour autant parler, comme l’écrit l’auteur de l’article d’El-Watan, « d’un des plus néfastes traités commis contre l’Algérie ces 10 dernières années » ? Sans doute pas.

Le guide dérape par moments, abuse de clichés mais révèle des vérités incontestables.

Pas bonnes à dire, certes. Mais pour qui ?

Source : http://www.elwatan.com/actualite/feroce-attaque-contre-la-destination-algerie-par-le-petit-fute-24-08-2010-87315_109.php
Merci à JLB pour l’info…