Francaisdefrance's Blog

02/03/2012

Chicago: Bouches du Rhône…

Carte postale de Marseille- 2012

.

Scènes de la vie ordinaire à Marseille…

FDF

.

Un jeune homme de 26 ans et une femme de 39 ans ont été tués, dans la nuit, de plusieurs balles de gros calibre tirées par un ou plusieurs individus dans une cité HLM des quartiers Est de Marseille.

Le jeune homme a été la cible, jeudi vers 22h30 de un ou plusieurs tireurs alors qu’il se trouvait dans un local de la cité de La Pomme (11e). Après plusieurs tentatives de réanimation, il est décédé sur place, selon les marin-pompiers. Grièvement blessée par plusieurs impacts de balles au thorax, la femme a été transportée par les marins-pompiers aux urgences de l’hôpital de La Timone à Marseille où elle est décédée de ses blessures dans la nuit, selon la même source.

Aucun incident n’a été constaté après l’assassinat même si un attroupement important s’est formé au coeur de cet ensemble immobilier de cinquante bâtiments qui avait fait l’objet d’une descente de police vendredi dernier. Les forces de l’ordre étaient à la recherche de stupéfiants. Le parquet a confié les investigations à la brigade criminelle de la police judiciaire déjà en charge de plusieurs homicides non élucidés dans les cités.

D’après des informations obtenues par Le Figaro, l’enquête s’oriente vers une affaire de règlement de comptes entre voyous. L’homme abattu était défavorablement connu de la police. Il faisait, dit-on, l’objet d’une « mise en attention » de la part de certains services et pourrait avoir constitué une cible car il s’intéressait de près à la vente d’or. La police assure qu’il détenait des armes automatiques. On cite aussi le nom de l’un de ses proches, comme étant actuellement en prison. La jeune femme tuée, quant à elle, aurait entretenu par le passé un lien privilégié avec une figure locale du banditisme.

Il s’agit du second règlement de comptes dans la Cité phocéenne depuis le début de l’année, après une série noire fin 2011. En décembre, des tirs de kalachnikov avaient fait plusieurs morts dans l’agglomération et quatre cadavres avaient été retrouvés dans des voitures en flamme. Fin novembre, un policier avait été tué dans une course-poursuite et les forces de l’ordre avaient abattu un braqueur qui leur tirait dessus à la sortie d’un magasin, en plein jour.  Sur l’année dernière, 20 règlements de compte ont été recensés dans les Bouches-du-Rhône (29 victimes dont 16 décédées), dont 15 à Marseille (23 victimes dont 13 décédées), selon les chiffres de la préfecture.

Source: http://www.lefigaro.fr/

16/12/2011

Délinquance ou coup de folie? Un viel homme meurt roué de coups dans un bus à Marseille.

Chronique de la violence ordinaire…

Ca devient gravissime. Voilà le genre de « faits divers » qui me met hors de moi. Ce septuagénaire, très malade, meurt sous les coups d’un folle, déjà connue pour des faits de violence gratuite…

On va encore plaider la folie? Certainement. Le vieux monsieur, lui, n’aura plus rien à plaider…

Au fait, on n’a pas le nom de cette folle? Je demande ça car vu que c’est à Marseille que les faits se sont passés…

FDF

.

Photo d’illustration

Les passagers n’en ont d’abord pas cru leurs yeux. Comment cette femme d’à peine 30 ans, accompagnée de sa fille, pouvait-elle à ce point s’acharner, avec une telle violence ? En face d’elle, un homme à l’apparence malingre, âgé de 70 ans, qui venait de s’asseoir, sur une place réservée aux personnes handicapées. Pour une raison que la justice n’a pas encore établie, elle l’a apostrophé, puis l’a frappé, jusqu’à ce qu’il perde connaissance, sur le trottoir.

Les faits se sont produits lundi en fin d’après-midi, dans un bus de la ligne 49, au niveau de la place de Strasbourg (3e). Déjà, en début de semaine (notre édition du 14 décembre), les enquêteurs de la Brigade criminelle de la Sûreté départementale avaient lancé un appel à témoins. Après la stupéfaction, des passagers, au moins deux, étaient intervenus pour mettre fin à cette insoutenable scène de violence. La police cherchait notamment à comprendre comment les faits s’étaient enchaînés dans le bus et pourquoi l’altercation s’était produite.

Ils ignoraient encore que la victime allait décéder des suites de ses blessures. Le septuagénaire a finalement succombé dans la nuit de mercredi à jeudi, à l’hôpital de La Timone, où il n’était jamais sorti de son coma.

Depuis, les témoignages manquent. L’enquête a simplement permis de reconstituer le début de la rixe. Vers 17 h 30, la victime, un homme malade souffrant de troubles respiratoires, monte dans le bus. Il demande à deux personnes assises sur les places réservées aux invalides et aux handicapés de le laisser s’asseoir. Elles s’exécutent. À quelques mètres de lui, une femme l’interpelle. Sa fille de 8 ans et une amie se trouvent à ses côtés. Des insultes sont-elles échangées ? Toujours est-il que la jeune femme sombre dans une colère noire, empoigne l’homme, qui se défend. Des voyageurs, dont l’amie de la mise en cause, tentent de les séparer. Selon d’autres témoignages, c’est même la fillette qui se rend devant la cabine du conducteur pour lui demander d’arrêter son véhicule.

Mais une fois le bus arrêté, la bagarre se poursuit sur le trottoir. Le vieux monsieur commence à suffoquer. Il sort un aérosol de Ventoline mais ne réussit pas à respirer sa dose. Il finit par s’affaler sur le capot d’une voiture, sous les coups incessants de la jeune femme.

Elle est finalement interpellée non loin, après l’alerte donnée par les témoins. Placée en garde à vue, elle a été déférée au parquet mercredi, mise en examen et écrouée pour coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Elle était ivre au moment des faits et avait déjà été arrêtée pour des violences, en 2009. Elle avait cogné sur sa voisine, avec un extincteur.

Toute personne ayant assisté à la rixe peut contacter la Brigade criminelle au 06 14 08 03 61.

Source: http://www.laprovence.com/

14/08/2011

Viol d’une mineure en plein jour et en pleine rue à Marseille: ça étonne quelqu’un ?

Il paraît que ces actes innommables sont très rares dans la « première ville islamique de France ». Ca va; j’ai eu peur, un moment…

FDF

.

Photo d’illustration

.

Une jeune fille de 13 ans a été violée en pleine rue et en plein jour le jeudi 4 août à Marseille, a-t-on appris, jeudi, de source proche de l’enquête. Les faits se sont déroulés à 17 heures à proximité du boulevard National, non loin du centre-ville, dans le 3e arrondissement. L’agression a été découverte lorsque l’adolescente, qui s’était plainte de maux de ventre avant de s’évanouir en rentrant de promenade, a été hospitalisée en pédiatrie à l’hôpital de la Timone. Les examens ont alors permis de mettre en évidence des violences sexuelles très importantes.

La mère de l’adolescente est venue déposer une plainte au commissariat du centre-ville. Mais dans l’immédiat, les policiers n’ont pu entendre l’adolescente, prostrée. C’est finalement l’aide d’un psychiatre qui a permis de reconstituer les faits, une fois recueillis les témoignages de tous les proches. La mineure, notamment grâce à des dessins, a expliqué que trois individus l’avaient attaquée à proximité du boulevard National et que l’un d’entre eux l’avait violée pendant qu’elle était immobilisée.

« Une telle agression sexuelle d’un enfant aussi jeune dans un tel contexte est très rare à Marseille, » relevait, jeudi, un syndicaliste policier. Les investigations n’ont pas encore permis de dresser des portraits-robots, mais il reste la piste ADN, a ajouté la source proche de l’enquête. Les policiers de la brigade des mineurs de la sûreté départementale de Marseille sont en charge de l’affaire.

Source: http://www.lepoint.fr/