Francaisdefrance's Blog

02/01/2012

Nuit de la saint Sylvestre: toujours moins de délinquance…

La politique du « moins que »…

.

C’est la dernière qui vient de tomber. On nous balance de chiffres des « arrestations »: moins qu’en 2010, qui était moins qu’en 2009, qui était moins qu’en 2008, etc…

Des chiffres bien sûr électoralistes qui ne serviront cette année qu’à faire remonter la cote (bien basse) de Sarkö Ier…

Et dire qu’il a fallu la nuit dernière le déploiement de 60 000 membres des forces de sécurité pour en arriver là. Le gouvernement a fait un très mauvais calcul: tout ce monde pour 251 arrestations, cela fait 0, 004 délinquant arrêté par membre des forces de sécurité. Ca commence à coûter cher, non?

Mais rassurez-vous. Les vrais chiffres, nous les saurons plus tard; ceux des voitures incendiées, par exemple… Ces chiffres, il serait facile de les obtenir: ne serait-ce que par les personnes qui ont vu leur voiture incendiée ou par les sociétés d’assurances qui ont reçu les constats… Mais je pense que des consignes ont été données; au nom de la sécurité nationale…

Mais ça fait plaisir de se sentir de plus en plus en sécurité.

FDF

60 000 policiers, gendarmes, sapeurs-pompiers et secouristes avaient été mobilisés dans l’Hexagone.

Les festivités de la nuit de la Saint-Sylvestre ont connu une affluence sensiblement identique à l’année précédente et « se sont déroulées dans le calme, sans incident notoire, sur l’ensemble du territoire national », estime le ministre de l’Intérieur dimanche dans un communiqué. « Seuls huit membres des forces de l’ordre ont été légèrement blessés au cours de la nuit », ajoute le ministre qui précise que « seulement 251 interpellations ont été nécessaires contre 501 en 2011, 405 en 2010 et 288 en 2009 ».

« Les dégâts aux biens immobiliers publics et privés sont restés minimes et la recherche d’affrontement avec les forces de l’ordre a été plus rare que les années précédentes« , poursuit le ministre.

À propos des voitures brûlées, « comme l’année précédente, aucun chiffre ne sera communiqué pour éviter toute surenchère ou compétition entre villes », indique le ministre qui rendra public le bilan annuel des voitures brûlées, courant janvier 2012, lors de la présentation des résultats de la lutte contre la délinquance et de l’activité des services de police et de gendarmerie pour 2011.

60 000 policiers, gendarmes, sapeurs-pompiers et secouristes avaient été mobilisés pour permettre à chacun de vivre ce moment festif en toute sécurité. 360 000 personnes se sont rassemblées à Paris, dont 300 000 sur les Champs-Élysées, sans incident majeur.

Source: http://www.lepoint.fr/

05/07/2011

2012: danse avec Marine…

Pas mal…

FDF

.

Dans le hebdomadaire Dilema veche, à Bucarest, Marine Le Pen est vue comme une potentielle menace pour Nicolas Sarkozy: future présidente parce qu’elle est blonde est être blonde est à la mode dans le monde politique féminin? Ou danger léger comme une bulle de champagne? Adrian Cioroianu, professeur à la Faculté d’Histoire, Université de Bucarest, écrit un édito sur les blondes, que nous publions avec son aimable autorisation.

Ce qui est bien en Europe, c’est non seulement que chaque pays se retrouve avec les partis qu’il mérite, mais aussi avec les blondes afférentes en têtes de ces partis : Angela Merkel – Allemagne, Marine Le Pen – France, Ioulia Timochenko – jadis en Ukraine, Elena Udrea – Roumanie. Il y en a peut-être d’autres, mais je ne les ai pas en tête. Aujourd’hui, je me suis proposé d’écrire au sujet d’une de ces blondines. En préparant ce texte, j’ai opéré moi aussi un sondage, sur un échantillon complètement non représentatif. J’ai pris une feuille A3 et j’ai écrit dessus au marqueur noir les dix mots qui suivent : « Elle est blonde et conduit un parti sur la droite« . Et j’ai demandé à mon échantillon d’étudiants : « Qui est-ce ? ». Alors, un pourcentage de 94,4% des répondants ont dit… – oui, oui, c’est vrai, voilà qu’à peine la phrase finie vous avez déjà deviné le nom (Elena Udrea, ministre du Tourisme en Roumanie). A peine une minorité de 4,9% de l’échantillon a répondu Angela Merkel, et une autre minorité de 0,6% a avancé le nom de l’ukrainienne Ioulia Timochenko. Et le reste de 0,1% soit ne savaient pas / n’ont pas répondu, soit ont jeté une chaussure à talon aiguille sur ma chère feuille A3.

Eh bien, ils avaient tous faux – parce que je pensais à une autre blonde ! Si d’aventure vous ne saviez pas qui est Marine Le Pen, il serait bon de mettre à jour vos connaissances de la France d’aujourd’hui. Ainsi l’année prochaine, lorsque son parti obtiendra un score étonnamment bon aux élections, vous ne direz pas que je ne vous avais pas prévenu. Madame Marine Le Pen, une des blondes la plus en vogue en Union Européenne, est la fille cadette, de 30 et quelques années (lire quarante-deux), de son plus illustre père, Jean-Marie de son petit nom.

La dame en question a des études juridiques, a également deux mariages consommés à son actif, et surtout, depuis le 15 janvier, a la responsabilité de diriger le parti que son père a créé près de quatre décennies auparavant (et avec lequel, en 2001, il est arrivé en finale des présidentielles françaises), le Front National. Et dès que madame Le Pen touche à un micro, la presse se frotte les mains : lors d’un meeting à Lyon, madame a comparé les musulmans qui sortent prier dans la rue, en-dehors des mosquées, aux troupes d’occupation nazies de naguère (et un sondage subséquent révélait que 39% des Français semblaient être à peu près d’accord avec « la métaphore« ). Le programme de Marine Le Pen & FN devient (selon les analystes) un peu plus digeste pour un électorat français stressé par la crise, la concurrence des immigrés et par « le danger de l’islamisation« ; ils voudraient un filtrage de  ceux qui viennent s’installer dans l’Hexagone, la reprise de certains attributs de la souveraineté que Paris semble avoir cédé à Bruxelles, le retour au franc français comme monnaie nationale, et, entre autres, le rétablissement de la peine de mort pour les crimes graves. Comme j’ai eu l’occasion de croiser cette dame plusieurs fois ces dernières années, sur les vols Strasbourg – Paris, vous comprendrez que les dernières données sur son évolution m’ont quelque peu sauté aux yeux : un sondage effectué en France, en décembre dernier, suggérait que 22% des Français étaient d’accord avec les idées du Front, près de 20% des Français déclarant leur intention de voter pour Mme Le Pen en tant que présidente de la France, au moment respectif. Enfin, il faut garder à l’esprit que plus de 30% des partisans actuels de Nicolas Sarkozy et de son parti (UMP) croient qu’il serait normal que, après les élections de 2012, l’UMP et le FN établissent une alliance.

Six ou sept ans auparavant, Sarkozy, à l’époque futur candidat à la présidence, avait repris plusieurs des thèmes favoris de Jean-Marie Le Pen – bien sûr, avec une différence dans le ton et la forme. Je ne pense pas qu’il résistera à la tentation de le faire à nouveau l’année prochaine, lors des élections à venir. En outre, toute éventuelle augmentation de l’instabilité dans les pays d’Afrique du Nord pourrait accroitre le nombre de maghrébins en Europe, et particulièrement en France – et ceci pourrait être une chance pour cette blonde qui semble sérieusement ragaillardir en France un parti que beaucoup considéraient comme décrépit (voire même défunt) d’un point de vue politique. Il n’est pas exclu que, en 2012, M. Sarkozy danse sur la musique de Mme Le Pen.

Source: http://alest.blogs.courrierinternational.com/

15/12/2010

« Dans l’Hexagone, ils [les islamistes] se politisent. »

Le grand reporter franco-iranien  Emmanuel Razavi a rapporté dans son ouvrage sur les Frères musulmans les impressions d’un cadre opérationnel des Renseignements généraux en charge charge des réseaux islamistes

« Dans l’Hexagone, ils [les islamistes] se politisent. Les Frères musulmans ont compris que l’action terroriste n’était pas utile, à moins qu’ils ne se retrouvent en situation de blocage. Auquel cas, la France ne serait pas à l’abri d’une action de grande intensité. Mais aujourd’hui, on ne semble pas être dans cette configuration, puisqu’ils ont obtenu beaucoup de la République. […]La troisième guerre mondiale a commencé dans la tête des islamistes. Une guerre dont les prémisses s’inscrivent dans la droite ligne de Munich. Les femmes et les hommes politiques de ce pays ne pourront pas dire qu’ils ne savaient pas, car il y a maintenant plus de dix ans qu’on les a mis en garde. Mais ils n’ont cessé de continuer à accueillir des intégristes musulmans sur le territoire comme s’il s’agissait d’une minorité qui avait des droits acquis. À croire qu’on les considère comme nos Indiens d’Amérique ! À Munich, il y avait une alternative. Soit on choisissait la voie du courage, soit on se couchait. On a choisi la seconde solution. On a vu ce qui s’est passé. N’a-t-on pas retenu les leçons de l’Histoire ? » Emmanuel Razavi, Frères Musulmans dans l’ombre d’Al Qaeda, Jean-Cyrille Godefroy, 2005, p. 143

Quand le livre est paru, le ministre de l’Intérieur s’appelait Nicolas Sarkozy…
piqué sur http://www.islamisation.fr/archive/2010/12/15/la-resistance-se-reunit-samedi-a-paris.html

Merci à DG pour l’info…

09/12/2010

Connaissez-vous Al Tijari Mag ?

Si si; ils ont osé… Chez nous.

FDF

.

Le halal a même son magazine professionnel : Al Tijari Mag


AL TIJARILe halal se structure fortement dans l’hexagone, pour preuve, si certains en doutaient encore, avec la parution de son magazine bi-mensuel professionnel Al Tijari Mag qui se présente comme « le premier magazine professionnel de la filière musulmane ».

On appréciera la réponse d’un entrepreneur musulman dans les boissons « halal » lors de son interview :

« le halal n’est pas une notion économique mais avant tout un notion religieuse qui rythme notre quotidie

avec notamment un billet d’humeur du fondateur du portail de consommateurs musulmans Al-Kanz.org, Fateh Kimouche. Ce dernier appelle à signer la pétition pour « sauver le halal » (sans rire).

Qu’il se rassure, ce marché ne s’est jamais aussi bien porté avec la complicité de professionnels de la grande distribution  qui nous en vendent sans en faire mention sur l’étiquetage … Un peu mytho M. Kimouche ?

Cela s’inscrit en fait dans la crise que connaît le halal en matière de certification, les multiples organismes islamiques rivalisant entre eux pour s’accaparer le marché au regard des sommes colossales que cela engendre. Les structures musulmanes liées au Conseil français du culte musulman cherchent à se réapproprier le halal qui, ces derniers temps, est progressivement passé sous la coupe d’une grande distribution avide de bénéfices énormes. Preuve de cette guerre interne entre musulmans « de France » au sujet du halal : la fameuse pétition « halal en danger » dont l’Union des organisations islamiques de France (UOIF) liée aux Frères musulmans semble être à l’origine, si l’on prend en compte les premiers signataires.

L’intégralité du magazine est consultable en ligne ici

Source: http://www.nationspresse.info/

05/12/2010

La France, les étrangers l’aiment et l’achètent. Ils ont raison, nos élus la bradent…

C’est les soldes avant l’heure, en France… Personne ne veut acheter nos SDF français de souche qui dorment dehors sous des cartons pendant qu’une foultitude « d »ayant-droits » issus de l’immigration passent leur temps aux Allocs et chez les assistantes sociales afin de pleurer et obtenir de quoi bouffer,  se loger à l’oeil et j’en passe?

FDF

.


Dette publique, capital des entreprises, immobilier… Les investisseurs étrangers sont très présents dans l’Hexagone.

1.591 milliards d’euros de dette publique en France à la mi-2010, soit 82,9% du produit intérieur brut (PIB). Avec 163 milliards de plus en tout juste un an, cette dette s’est alourdie de plus de 8 points de PIB (à rapprocher de la croissance annuelle qui se situe entre 1,5 et 2,5 points de PIB par an).

Certes, il s’agit de la dette publique brute, comme définie par le traité de Maastricht. Elle totalise l’ensemble de la dette de l’État, des collectivités territoriales et des organismes publics. On distingue aussi la dette publique nette: par rapport à la précédente, on en déduit l’ensemble des actifs (biens et actions) possédés par l’Etat.

Cette dette nette s’établit aux alentours de 1.420 milliards d’euros mi-2010 (1.389 fin mars 2010, selon l’Insee). A de tels niveaux, peu importe que l’on se focalise sur l’une ou l’autre dette: elle est gigantesque et pèse, pour la dette publique,

24.500 euros sur les épaules de chaque Français.

1.223 milliards d’euros de dette publique négociable.

Suite et commentaires sur Fortune

10/08/2010

Nos amis suisses nous observent… Et leurs conclusions ne sont que la réalité.

Lu sur: http://tinyurl.com/35b2tfp


C’est malheureusement vrai, mais cette brève analyse résume parfaitement le climat qui règne actuellement sur la France… Vue d’outre-Hexagone, les conclusions sur notre situation sont accablantes; mais tellement vraies. Le pire est que c’est la triste image de notre pays que nous présentons à la face du monde. J’ai fort envie de m’exiler… En Suisse, tiens.

FDF

Un climat de guerre civile règne sur la Toile hexagonale.

Sécurité, islam, halal: Internet est devenu un champ de bataille où s’expriment angoisses et frustrations. Selon un sondage, les Français approuvent les mesures annoncées par l’Elysée

Trois mille trois cent soixante et un commentaires «postés» par des internautes sur le site français d’extrême droite Fdesouche.com. Cette déferlante de réactions fait suite aux émeutes survenues à la mi-juillet dans le quartier grenoblois de La Villeneuve, après qu’un braqueur de banques d’origine maghrébine a été tué lors d’un échange de tirs avec la police.

L’un des commentaires, signé du pseudonyme Vancleef, donne un aperçu très cru de ce qu’on peut lire sur ce forum: «[…] nous allons devoir éradiquer par n’importe quels moyens cette racaille arrogante et nauséabonde qui n’a rien à faire ici. Tous nos politiques verreux (sic) et lâches sont les seuls responsables de ce qui va arriver.» Et qu’est-ce qui va arriver?

Un climat de guerre civile règne sur la Toile hexagonale, comme si l’heure d’en découdre était venue. Cette poussée belliciste s’inscrit dans un contexte de fracture à la fois territoriale, ethnique et confessionnelle. Deux mondes se font face, se toisent et parfois s’affrontent: l’un, halal, l’autre, non halal. Tel est le glissement identitaire auquel on assiste. Dans le feu de l’action, la haine s’exprime: «De toutes les manières, vous êtes une sale race, on va vous tuer aussi», aurait dit un jeune de La Villeneuve à un policier, cité dans un article paru le 17 juillet sur le site tf1.fr.

Dans une tribune publiée par Le Monde daté du 4 août, Bernard-Henri Lévy reproche à Nicolas Sarkozy l’usage du mot de «guerre» dans son discours sur la sécurité prononcé le 30 juillet à Grenoble en réponse aux exactions perpétrées par un noyau d’habitants de La Villeneuve. «Quand les voyous parlent de guerre, c’est une provocation. Quand les Etats disent «chiche, la guerre!» cela s’appelle la guerre civile», écrit le philosophe, qui demande à l’Etat de mieux choisir ses mots, «précisément, ajoute-t-il, parce que la guerre civile menace».

Les Français ressentent-ils cette menace? Toujours est-il que, selon un sondage paru vendredi dans Le Figaro, ils approuvent dans une fourchette allant de 55 à 89% d’opinions favorables (plutôt favorables incluses), la batterie de mesures de sécurité annoncées à Grenoble par le président de la République. Des mesures dont chacun comprend qu’elles sont avant tout dirigées contre les Français issus de l’immigration, l’une d’elles prévoyant «le retrait de la nationalité française pour les délinquants d’origine étrangère en cas d’atteinte à la vie d’un policier ou d’un gendarme».

Page précédente12Page suivante