Francaisdefrance's Blog

23/10/2011

Gaspillage de l’argent public et baffouement de la loi de 1905 à Épinay-sur-Seine !

Pris en flag, le maire d’Épinay-sur-Seine ! Non seulement il marche avec ses gros sabots sur la loi de 1905 (qui dit que l’Etat ne subventionne aucun culte….) et en plus, l’argent des contribuables qu’il a donné en 2010 pour la mosquée n’a pas empêché celle-ci de rester fermée… Excellent travail!

Les muzz prient dans la rue… Et pourquoi? Voir ci-dessous.


FDF

.

Épinay-sur-Seine : 3 millions d’ euros pour une mosquée fermée

La mairie d’ Épinay-sur-Seine ( Seine-Saint-Denis) a financé la construction d’ une mosquée de 700 m² et de 1 400 places. Mais la mosquée demeure fermée.

Le maire Hervé Chevreau ( ex-Modem) a inauguré la mosquée en avril 2009. « Officiellement il s’agit d’une salle polyvalente mise à la disposition d’une association. En réalité la structure sert de mosquée », relate le quotidien 20 Minutes dans un article intitulé : « Obligé de tricher pour bâtir des mosquées ».

« C’est donc bien une subvention déguisée, a admis Hamid Bou Shaki, président de l’association IMS (intégration musulmane spinassienne), mais on le fait déjà pour les synagogues. Pourquoi y aurait-il deux poids deux mesures ? » L’argument, de fait, est imparable.

*********************************************

Bonus: http://youtu.be/5rQ6OuObRNQ

Voir aussi Nouvelles mosquées : financées à 30% par l’argent public

Articles relatifs

10/09/2011

On aura tout vu…

Chaque abonné à EDF, s’il ne paye pas ses factures, subit le même sort; et c’est normal… Alors, les musulmans, il faut arrêter de vous faire plaindre avec ce genre d’incident qui est somme toute d’une logique implacable… Et vous osez faire passer ça presque pour de la discrimination? Payez vos factures (d’ailleurs, vous deviez déjà avoir reçu des relances, non?) et tout ira mieux; vous verrez. Ca se passe comme ça, chez NOUS…

FDF

Factures impayées? On coupe! Valable pour tout le monde…

**************************************************************************************************************************

Une mosquée menacée de coupure d’électricité

Regain de tensions à Épinay-Sur-Seine autour du risque d’une nouvelle fermeture de la « Mosquée ».

Alors que la situation était stable ces dernières semaines, avec la non ingérence de la Mosquée de Paris et des « fonctionnaires » municipaux dans les affaires du culte musulman à Épinay-Sur-Seine, une coupure d’électricité imminente relance le risque d’une nouvelle fermeture du seul et unique lieu de culte sur la ville qui, selon les estimations, compte plus de 57 000 habitants dont 22 000 habitants de confessions musulmanes.

Rappelons tout d’abord que les locaux municipaux du 26 rue de l’Avenir à Épinay-Sur-Seine font, depuis près d’un an maintenant, l’objet d’une contestation importante par les Spinassiens de confessions musulmanes. En effet, le maire de la ville, Hervé CHEVREAU, allié à la mosquée de Paris, tente d’imposer « Sa Loi » aux citoyens musulmans de la ville au lieu de respecter purement et simplement « la Loi ».

Juge et parti dans ce dossier, le 1er magistrat de la ville a manifestement bafoué les règles de base du « vivre ensemble » et se trouve en total contradiction avec la Loi de 1905 de séparation des Églises et de l’État. Car, en choisissant la Grande Mosquée de Paris contre l’avis de tous pour gérer ce lieu, cette dernière s’est crue autorisée à changer les ministres du culte qui ont toujours fait l’unanimité dans notre ville. À ce titre plusieurs dossiers ont été portés devant les tribunaux.

Usant de stratagèmes machiavéliques, les uns plus odieux que les autres, ces derniers ont tenté par tous les moyens de s’ingérer dans les affaires du culte musulman de la ville. Toutefois, leurs plans ont à chaque fois été mis à mal face à la mobilisation et la détermination des fidèles, qui ne souhaitent pas faire allégeance au Maire et encore moins être gérer par un organisme illégitime et extérieure à la ville. Pour ce faire, les associations musulmanes de la ville se sont regroupées autour de l’UAME pour défendre leurs droits fondamentaux.

Aujourd’hui, alors qu’ils en ont le droit et les moyens, EDF refuse curieusement d’accepter le paiement par les fidèles des factures d’électricité impayées du seul et unique local où les musulmans peuvent pratiquer leur culte. Titulaire du contrat avec EDF, c’est la Mosquée de Paris qui à l’origine été censée réglé les factures d’électricité.

Ces jours-ci, nous avons appris que le Maire essayait à nouveau d’intervenir sur ce dossier. Il s’agit donc clairement d’une nouvelle stratégie du maire Hervé CHEVREAU et de la Mosquée de Paris qui a pour objectif la coupure imminente du courant sur le site et par voie de conséquence la fermeture de la « mosquée » puisque le lieu ne répondra plus aux normes d’un « ERP ».

Face ce à cet acharnement continu (HOGRA) du Maire et de la Mosquée de Paris qui n’arrivent pas à s’imposer face à la mobilisation des fidèles, un premier rassemblement a été organisé à 15h juste après la prière de Joumou’a, vendredi 09 Septembre 2011 sur l’esplanade de la Mairie d’Epinay-Sur-Seine pour avertir le Maire et les responsables politiques, mais aussi sensibiliser l’opinion publique et informer les médias, des conséquences désastreuses que cette fermeture impliquerait.

En outre, dans la mesure où le Maire se refuse à tout dialogue, un courrier dénonçant les agissements du Maire a été envoyé à de nombreux responsables et élus politiques locaux (ville, département et région). Ainsi, Monsieur le préfet de Seine-Saint-Denis a été sollicité pour une demande de conciliation.

Par ailleurs, une procédure de référé est en cours.

Enfin, le comportement d’EDF dans cette affaire n’est pas sans rappeler celui d’une autre affaire de l’actualité de ces derniers jours. L’utilisation du tramway de la RATP pour le déplacement des Roms. Même si la situation n’est pas, en tout point, semblable, la comparaison reste inévitable. Serait il devenu courant qu’une entreprise publique investit d’une mission de service publique soit détourné de son rôle pour servir des intérêts privés ?

Source des pleurnicheurs: encore Oumma.com

06/04/2011

Épinay-sur-Seine : 3 millions d’ euros pour une mosquée fermée !

Dans le domaine du gaspillage de l’argent public et celui des subventions déguisées pour la construction des mosquées, nous avons là un champion toutes catégories. La loi de 1905, il ne doit pas la connaître, ce maire… On peut lui rappeler, si besoin est. Et aux prochaines municipales, inutile qu’il songe à s’y présenter. Tout faux sur les deux tableaux, monsieur le maire.

Profitez bien de votre dernier mandat…

FDF

.

La mairie d’ Épinay-sur-Seine ( Seine-Saint-Denis) a financé la construction d’ une mosquée de 700 m² et de 1 400 places. Mais la mosquée demeure fermée.

Le maire Hervé Chevreau ( ex-Modem) a inauguré la mosquée en avril 2009. « Officiellement il s’agit d’une salle polyvalente mise à la disposition d’une association. En réalité la structure sert de mosquée », relate le quotidien 20 Minutes dans un article intitulé : « Obligé de tricher pour bâtir des mosquées ».

« C’est donc bien une subvention déguisée, a admis Hamid Bou Shaki, président de l’association IMS (intégration musulmane spinassienne), mais on le fait déjà pour les synagogues. Pourquoi y aurait-il deux poids deux mesures ? » L’argument, de fait, est imparable.

Source: http://tinyurl.com/3qompeg

02/12/2010

Rififi chez les muzz d’Epinay…

Ces gens sont sans cesse en guerres intestines. Comment voulez vous qu’ils ne le soient pas avec le reste du monde. Déjà, à Drancy, il y a peu de temps…

Le maire d’Epinay semble vouloir dégager en touche; tout porte à croire qu’il a compris.
FDF

.

Lutte de pouvoir à la mosquée d’Epinay

Des banderoles devant le lieu de culte, la grande prière sous une discrète surveillance policière, une manifestation de fidèles devant la mairie… La mosquée d’Epinay-sur-Seine a vécu hier ce que celle de Drancy a connu au début de l’année : une lutte de pouvoir entre deux groupes. D’un côté, l’association Intégration musulmane spinasienne (IMS), qui gérait la mosquée.

De l’autre, l’Union des associations musulmanes d’Epinay (UAME), qui regroupe quatre associations et réclame la gestion du lieu au nom de sa forte représentativité.

Ces derniers reprochent au président d’IMS, Hamid Boushaki, d’avoir géré seul et sans transparence l’association cultuelle, et s’interrogent sur la destination des dons en espèces des fidèles. « Je tiens les comptes à la disposition de qui le souhaite », répond l’intéressé. La crise n’a cessé de croître depuis avril 2009 et l’installation de la communauté musulmane — qui priait jusqu’alors dans deux lieux — dans une nouvelle mosquée, un grand hangar de la rue de l’Avenir réhabilité et agrandi par la ville (comme à Drancy). « Les jeunes ont juste voulu participer aux affaires », clame le secrétaire général de l’Uame, Hamza Bouaziz.

De plus en plus attaqué, le président d’IMS, Hamid Boushaki, a jeté l’éponge fin septembre, se contentant de gérer l’association culturelle. Ses proches, croisés hier à la mosquée, dénoncent « une tentative de prise en main d’un groupe intégriste ». Et s’inquiètent de la présence dans la manifestation de membres du collectif radical Cheikh Yassine, qui a mené la fronde contre l’imam de Drancy, Hassen Chalghoumi. La différence de taille, c’est qu’à Epinay l’imam Mustapha, qui dirige la prière depuis douze ans, n’est pas du tout sur la sellette.

Le maire, Hervé Chevreau (DVD), est embarrassé. « C’est un problème de gestion et d’hommes », selon lui. L’élu a fait appel à la Grande Mosquée de Paris pour reprendre la gestion de la mosquée d’Epinay et les prêches du vendredi. Il est venu sur place avec Dalil Boubakeur il y a dix jours, mais le recteur de la Grande Mosquée de Paris a décidé depuis de suspendre sa mission de bons offices. « J’attends que les esprits se calment, explique-t-il. Il y a un réel danger de radicalisation, mais pas question d’imposer un imam s’il n’y a pas consensus des fidèles. »

La grande prière du vendredi, hier, a donc été dirigée comme à l’habitude par l’imam Mustapha. Sitôt achevée, deux cents fidèles se sont dirigés vers l’hôtel de ville pour manifester et rencontrer le maire. En vain, ce dernier étant absent d’Epinay pour la Toussaint. « Nous reviendrons jusqu’à ce qu’il nous reçoive, promet Hamza Bouaziz. Nous sommes des républicains, des démocrates. Nous ne réclamons que des élections. »

Source: http://www.inversalis-productions.eu/blog/