Francaisdefrance's Blog

31/01/2012

Encore les « bienfaits de l’immigration »: deux soeurs jumelles sourdes et muettes ont été violentées et violées !

C’est d’une autre « immigration » qu’il s’agit cette fois. Mais mêmes moeurs, mêmes déviances… S’attaquer à des jeunes femmes handicapées: des proies faciles, pour des délinquants très courageux.

Apportez nous encore des preuves de ces bienfaits de l’immigration; vite !

FDF

.

Deux soeurs jumelles sourdes et muettes de 29 ans ont été violentées et violées dans la nuit de samedi à dimanche à Bois-Colombes (Hauts-de-Seine), par deux hommes rencontrés en boîte de nuit.

Selon la préfecture, confirmant une information de RTL, les deux soeurs ont rencontré en boîte de nuit deux hommes d’origine roumaine, qu’elles ont raccompagnés dans un appartement squatté par deux femmes elles aussi d’origine roumaine. A leur arrivée, les deux femmes sont sorties. Les deux soeurs auraient alors été violentées et violées.

Alertés par le bruit, des voisins ont appelé la police vers 12h30. Les deux hommes se sont enfuis à l’arrivée des forces de l’ordre. Ces derniers ont trouvé les jeunes femmes prostrées dans l’appartement. Il n’y a pas eu d’interpellation. La police judiciaire des Hauts-de-Seine est chargée de l’enquête.

Source: http://www.lefigaro.fr/

25/12/2011

Passé (presque) entre les lignes… Un cheik pas trop sans provisions à la mosquée de Nanterre.

« C’est pas moi, m’sieur ! »

Encore un religieux pris la main dans le sac, mais ce n’est pas lui…

Arrêtons de stigmatiser ces braves gens !

FDF

.

Figure emblématique de l’islam dans le département, le recteur de la mosquée de Nanterre s’est retrouvé devant le tribunal hier pour répondre d’abus de confiance et de blanchiment.

Nanterre, palais de justice, hier. Mohamed Boudjedi, recteur de la mosquée de Nanterre, nie les faits qui lui sont reprochés. Il parle de « machination ».

Mohamed Boudjedi, recteur de la mosquée de Nanterre, nie les faits qui lui sont reprochés. Il parle de « machination ». | (LP/V.M.)

Les fidèles abusés, le chantier interrompu de la future mosquée, des subventions détournées… Mohamed Boudjedi, recteur de la mosquée de Nanterre, se retrouve au cœur de la tourmente. Hier, cet homme de 64 ans, figure de l’islam des Hauts-de-Seine, était convoqué devant le tribunal correctionnel de Nanterre pour répondre d’« abus de confiance » et « blanchiment ».

Il est soupçonné d’avoir trompé les fidèles en gardant l’argent des dons. Plus de 20000 € auraient été détournés à son propre profit entre 2006 et 2008. Le cheikh Boudjedi est aussi suspecté d’avoir empoché plus de 26000 € de subventions accordées par la Grande Mosquée de Parispour la salle de prière de Nanterre.

L’indisponibilité de l’avocate de Mohamed Boudjedi a conduit le tribunal à reporter le procès hier. Le prévenu s’expliquera donc devant la 14e chambre correctionnelle, spécialisée dans les escroqueries, le 10 mai 2012. Lors du procès, il répondra également du blanchiment d’une centaine de milliers d’euros.

« C’est une machination », commentait le recteur Boudjedi en quittant la salle d’audience. Barbe grise, vêtu d’une grande djellaba blanc cassé, un couvre-chef clair et bordeaux sur le crâne, « sa sainteté », comme l’appelle son proche conseiller, a eu l’air bien égaré à la barre. Après l’audience, il était plus à l’aise et prompt à se défendre. D’abord, les dons, ils se font « comme ça », dit-il. Après la prière, les fidèles lui glissent quelques billets pour leur mosquée. Mais il n’a « rien volé », s’indigne le religieux.

Les 20000 € correspondent au paiement de cours d’arabe dispensés à 150 élèves, selon lui. « Ils donnent 200 € pour l’année. Il faut bien payer les cinq professeurs », justifie-t-il, précisant que l’enseignement est assuré par ses « cinq enfants ». Si on lui remet tant d’argent, c’est aussi « pour les moutons », poursuit le cheik.

« Pour l’Aïd, je vais acheter moi-même 50 moutons et je les ramène dans le camion. Je les égorge et les prépare pour mes fidèles, c’est mon devoir. » Quant aux sommes versées par la Grande Mosquée de Paris, c’est juste son « salaire de mufti », versé « depuis 1992. » Sept cent cinquante euros mensuels pour ses offices. Sauf que, d’après les enquêteurs de la police judiciaire parisienne, il s’agit bien d’une subvention destinée à faire vivre la mosquée et pas le recteur Boudjedi.

Une autre affaire désagréable ternit l’image du religieux : le chantier de la mosquée Emir-Abdelkader, qui dissimulerait une vaste escroquerie. L’entrepreneur chargé de sa construction, choisi par l’Association islamique des religieux de Nanterre de Boudjedi, aurait détourné des centaines de milliers d’euros. Un juge d’instruction enquête. Là encore, il s’agit d’une « machination », soutient le cheik.

Source: http://www.leparisien.fr/

23/10/2011

Liberté de la presse malmenée: riposte à Puteaux !

Un maire qui fait saisir tous les exemplaires du « Canard Enchaîné » en vente dans sa commune, on se demande bien de quel droit elle ose procéder à cet acte… Et pourquoi pas un autodafé ? L’inquisition serait elle de retour? On a déjà assez des pratiques moyen-âgeuses des islamistes…

FDF

.

A Puteaux, distribution de « Canard enchaîné »… déguisés en palmipèdes

A Puteaux, des opposants à la maire ont distribué un exemplaire du Canard enchaîné où Joëlle Ceccaldi-Raynaud était mise en cause.

A Puteaux, des opposants à la maire ont distribué un exemplaire du Canard enchaîné où Joëlle Ceccaldi-Raynaud était mise en cause. | Montage Le Post (avec REUTERS)

Ce n’est pas une promotion pour Eurodisney mais Donald a été vu à pluto Puteaux, dans les Hauts-de-Seine, en train de distribuer le Canard enchaîné, samedi, rapporte Europe 1.

Plus exactement, une quarantaine d’opposants au député-maire UMP de la ville étaient déguisés en canard (ils portaient des faux becs ou des masques) et proposaient l’exemplaire, publié mercredi, de l’hebdomadaire, ou bien une simple photocopie d’un article où Joëlle Ceccaldi-Raynaud était mise en cause.

Pourquoi ? Car le jour de la parution du « ‘palmipède », tous les exemplaires ont été rachetés par une personne qui travaillerait pour la mairie. C’est l’opposant MoDem Christophe Grébert qui avait signalé le premier la pénurie de Canard enchaîné et qui a organisé la riposte.

« Le but était de préserver la liberté de la presse et le droit du citoyen de Puteaux de s’informer« , a déclaré Olivier Kalousdian, responsable du groupe EELV Puteaux, présent lors de la distribution.

Joëlle Ceccaldi-Raynaud ne s’est toujours pas exprimé sur cette affaire.

Source: Le Post

26/04/2011

Le Conseil général des Hauts de Seine va expulser des gendarmes!

C’est tout simplement honteux!!!  Des « logements éducatifs sociaux ». Pour y loger des « cas sociaux »! Et savez-vous qui sont ces « cas sociaux »??? Ce sont ceux dont la progéniture a comme idéal de « casser du flic »! Eh bien, pour commencer, « on » les y aide …

FDF

.

 Des familles de gendarmes sommées sans état d’âme de déguerpir de leur logement de fonction à la caserne de Levallois Perret (92).

C’est vrai que les gendarmes et leur famille  avaient  tous une tête d’enterrement à cette réunion de mardi dernier (19 avril 2011), où on leur a expliqué et annoncé qu’ils devaient dégager fissa de leur logement de fonction de la caserne de gendarmerie de Levallois Perret, sise –comme on dit- dans les Hauts de Seine, département cher au Président.

Dix familles de gendarmes de tous grades, dont 7 sont arrivées depuis moins d’un an, doivent en théorie déguerpir avant le mois d’août pour transformer les appartements « en logements locatifs sociaux » selon une délibération du Conseil général des Hauts de Seine en date du 7 mars 2011.

Voilà qui est aberrant et incompréhensible : les logements sont déjà locatifs puisque la Gendarmerie paye un loyer au département et ils ont bien un caractère social. Ce ne sont, en effet, que des logements de sous-officiers, nullement luxueux, et la modicité relative des soldes des gendarmes, atteste du caractère social de la destination de ces appartements. Mais ces critères de bons sens ne sont pas ceux de la loi. Et ce n’est pas la vision du Conseil général, propriétaire des lieux.

Haro sur les gendarmes.

Pour l’Etat employeur, les gendarmes sont une poule aux œufs d’or. Tout d’abord, ils sont militaires, donc a priori obéissants, sauf quand ils décident de descendre dans la rue comme en 2001. Ils ne sont pas non plus syndiqués, ce qui garantit une absence de résistance quand on touche à leurs intérêts. Ce n’est pas comme les policiers, qui sont parvenus à stopper la dissolution de deux CRS à Lyon et Marseille, voici quelques mois. Et puis, les gendarmes n’ont pas d’horaires de travail à respecter. On peut presser le citron. On ne risque pas de voir débouler l’inspection du travail, même en cas de suicide.

Ils ont toutefois un grave défaut, au regard de l’Etat et de ses élus : ils sont logés par nécessité absolue de service pour être sifflés par leurs chefs, quand ça les arrange.

En région parisienne, il y a beaucoup de gendarmes qui travaillent dans les ministères, et les administrations diverses et variées qui en dépendent. Il y a donc un besoin important en logements. En 2007, la Gendarmerie, le petit doigt sur la couture du pantalon, a créé, non pas une bulle …immobilière, mais le BUL, bureau unique du logement, chargé de « rationaliser ». Bilan : plus de 600 baux de logements hors casernes résiliés et une économie de plus de 10 millions d’euros. Mais, elle n’en est pas récompensée pour autant.

Dans le même temps, la plupart des unités de gendarmerie de Paris et de la petite couronne ont été fermées. C’est ce qui est arrivé à la brigade de Levallois Perret à partir du 1erjuillet 2010. Les logements de la caserne, dont le Conseil général des Hauts de Seine est propriétaire, n’en continuent pas moins d’être occupés par dix familles.  L’usage et la bienséance justifieraient  que l’évacuation d’une caserne en vue de sa restitution au propriétaire soit étalée dans le temps pour tenir compte de la situation sociale des familles et de la gestion des personnels. Pas dans les Hauts de Seine ! Est-ce parce que cela se passe dans le département du président ou bien parce que d’autres facteurs plus personnels interviennent ?

Attention, un Patrick peut en cacher un autre.

A Levallois, il y a des programmes immobiliers et des expropriations en cours, notamment dans le secteur de la rue Anatole France où se trouve la caserne. Alors, certains  auraient été prêts à voir  la main de Patrick, l’ami de Sarko, dans cette mauvaise manière faite aux gendarmes. On ne prête qu’aux riches.

Mais non ! C’est l’autre Patrick… Devedjian,  un peu moins copain que le précédent avec l’occupant du château, qui est à l’origine du coup de poignard dans le dos.

A l’automne 2010, la gendarmerie a envoyé en éclaireur un colonel  pour s’enquérir auprès du Conseil général des intentions du propriétaire sur la caserne de Levallois. Toutes les assurances verbales ont alors été données à ce missi dominici. Mais, c’est connu, les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent.

Et  le 23 décembre, en guise de cadeau de Noël, le Conseil général a fait part de son intention de vendre l’immeuble. Après une visite des locaux par des acquéreurs potentiels, la vente a été autorisée par une délibération du 7 mars 2011, qui fixe sans concertation la remise des locaux libres de toute occupation au 1er août, sans se préoccuper du sort des occupants.

Garde à vous et déguerpissez ! Peu importe que le propriétaire n’ait pas adressé de préavis officiel. Peu importe que la plupart des occupants soient arrivés depuis moins d’un an. Peu importe que les enfants soient déstabilisés par un déménagement et une réinstallation dans un lieu inconnu à ce jour. Peu importe que telle famille doive préparer son déménagement alors que l’époux, le père, sert en Afghanistan. Ah, qu’il est réconfortant pour les gendarmes et leurs familles, considérés ainsi comme de vulgaires meubles meublants d’un casernement, de se sentir si bien soutenus par les élus !

Ultime manœuvre désespérée voire utopique, promise par le colonel du BUL : solliciter du nouveau propriétaire une prolongation du bail permettant aux familles de se maintenir dans les lieux deux années de plus, afin que l’évacuation des locaux corresponde aux mutations des militaires.

Mais, pour quelle raison, M. Dova, conseiller général  d’Antony (Centre), président de l’Office Public Départemental de l’Habitat des Hauts de Seine, qui va devenir l’heureux acquéreur de la caserne serait-il plus compréhensif ?

M. Devedjian et M. Dova s’apprêtent à commettre une mauvaise action. Le comprendront- ils ?

Peut-être !

A défaut, les gendarmes ne leur disent pas : Merci !

Source:http://adefdromil.org/13457

26/02/2011

Intox? Le retour d’Action Directe…

Les nouveaux « nettoyeurs » sont là? Le NPA n »est plus crédible, c’est vrai, question anarchie et révolution. Le « facteur » part en vrille (voir son affiche débile de soutien à la révolution en Tunisie que j’ai publiée ici-même récemment).

Bref. Plus c’est gros, plus ça passe. Je suis tout de même sceptique… Et si c’était un coup du « facteur masqué »? Allez savoir…

FDF

.

« La section antiterroriste de la brigade criminelle de Paris a été saisie après l’envoi de courriers annonçant la réactivation du groupe terroriste d’extrême gauche. Ce tract a fait l’effet d’une bombe dans les commissariats des Hauts-de-Seine :

«À la mémoire de Jean-Marc Rouillan, Nathalie Ménigon et Joëlle Aubron. Réactivation du mouvement anarchiste. À bas la dictature capitaliste. La victoire et la liberté sont pour demain. Nous donnerons les shérifs modernes aux vermines. Vos heures sont comptées. Nous commencerons l’extermination par le 92.»

Ces lettres sont parvenues aux commissariats de Sèvres, Clichy-la-Garenne et Vanves, ainsi qu’aux postes de police de Chaville, Malakoff et du Plessis-Robinson. »

Source: http://lesalonbeige.blogs.com/

13/02/2011

Nouveau drame généré par l’immigration extra-européenne…

Ce n’est pourtant pas Carnaval, déjà???

C’est l’habitude de ces abrutis. Même pour commettre des attentats-suicides, ils se déguisent avec des burqas. Alors…

FDF




Deux assassinats sauvages à Nanterre : un suspect à la djellaba…


Un homme de 39 ans et un adolescent de 17 ans ont été assassinés avant-hier soir à Nanterre (Hauts-de-Seine). Ce double meurtre s’est déroulé au cœur de la cité multiethnique Berthelot.

Les deux victimes rentraient d’un supermarché quand elles ont été poignardées devant leur porte. La mère du mineur a donné un signalement de l’agresseur aux policiers. Une heure après cet appel au secours, un homme a été interpellé à Colombes (Hauts-de-Seine), en possession d’un couteau, qui pourrait être l’arme du crime. Le suspect a été identifié grâce « à la djellaba et au blouson noir qu’il portait », relate Aujourd’hui en France d’hier…

Source: [http://fr.novopress.info]

02/01/2011

Nouvelle agression dans le métro: celle de trop…

Et encore un agression! Il faut agir; vite!!! Avant que des milices « descendent » dans le métro… Mais je pense qu’il le faudra, que des milices descendent dans le métro… Et là: pas de quartiers !

FDF

.


Métro Porte de Clichy où une octogénaire s'est fait voler son sac et se trouve dans le coma.

Métro Porte de Clichy où une octogénaire s’est fait voler son sac et se trouve dans le coma. | Capture d’écran BFM TV

Deux jours après la mort d’une jeune femme de 27 ans, bousculée par un voleur à la station Etienne Marcel, une dame de 83 ans se trouve dans le coma après avoir été victime d’un vol à l’arraché, jeudi, à la station de métro Mairie de Clichy, dans les Hauts-de-Seine.

Après avoir été bousculée par son agresseur, la vieille dame est tombée sur la tête, indique Le Parisien. D’après les vidéos des caméros de surveillance, le jeune voleur a attrapé la victime par le bras pour se saisir de son sac. Cette dernière a résisté avant de venir s’écraser contre un mur, rapporte RTL.

Hospitalisée dans un état grave, elle est actuellement plongée dans un coma artificiel.

Son agresseur, un adolescent de 14 ans, a été arrêté et placé en garde à vue.

Les parents ont également été placés en garde à vue. Ils sont soupçonnés d’utiliser leur fils à des fins de mendicité.

07/12/2010

Ca devient grave…

Il faut toujours de méfier de ses voisins… L’avocat de cette dame va plaider la folie; ça marche à tous les coups…

FDF

.

Une femme reconnaît avoir découpé deux de ses voisins !

Décrite comme fragile psychologiquement, cette mère de famille de 58 ans de Clichy-la-Garenne, déjà mise en examen pour un premier meurtre, en a reconnu un second.

Une affaire qui fait froid dans le dos. Une femme de 58 ans, mère de famille, est soupçonnée d’avoir tué deux de ses voisins à Clichy-la-Garenne, dans les Hauts-de-Seine. Elle avait déjà été mise en examen en novembre 2008 pour l’un de ces deux meurtres. Elle vient tout juste de reconnaître le second.

Zohra Magnin, décrite comme fragile psychologiquement selon les enquêteurs, avait ainsi été placée en détention provisoire il y a deux ans pour le meurtre de Robert Guyonnet, 60 ans, dont les restes avaient été retrouvés par hasard par un agent de la DDE en bordure de la RN7 dans un bois de Dordives (Loiret). Le corps de Robert Guyonnet était réparti dans 6 sacs plastiques.

L’identification de la victime s’était faite rapidement grâce au fichier d’empreintes et à des signes distinctifs tels que des tatouages que l’homme portait sur les bras. La victime, gardien d’un immeuble de Clichy-la-Garenne, avait en effet déjà été fichée pour des délits d’alcoolémie au volant et d’outrages.

Zohra Magnin, veuve et mère de deux enfants, avait admis au cours de l’enquête connaître la victime mais ne pas être en contact avec lui. Mais des indications trouvées dans la mémoire de son téléphone portable avaient mis la puce à l’oreille aux enquêteurs. Peu de temps après, ces derniers retrouvaient à son domicile un couteau à longue lame où figuraient des traces de l’ADN de Robert Guyonnet. Des traces de sang de cet homme avaient également été retrouvées dans l’appartement de la mère de famille…

Suite et source: http://tinyurl.com/2drtg8k

07/10/2010

Mosquée à Boulogne-Billancourt: c’est NON également !!!

Contre l’édification d’une mosquée à Boulogne-Billancourt!

.

Contre l’édification d’une mosquée à Boulogne-Billancourt, la campagne de la NDP redémare…

Boulogne.jpg

Depuis la fin du mois de juin (cliquez ici), la Nouvelle Droite Populaire des Hauts-de-Seine mène une campagne militante active contre la construction d’une mosquée à Boulogne-Billancourt. Des milliers de tracts ont été distribués dans toute la ville et de nombreuses signatures nous sont parvenues.

Aujourd’hui, la NDP vient d’éditer un autocollant qui sera prochaînement aposé partout dans la ville afin de sensibiliser les habitants de Boulogne sur ce nouveau symbole de l’occupation de notre pays qui est en train d’être construit dans leur ville. Cette campagne se matérialisera aussi par l’édition d’un nouveau tract.

Source: http://tinyurl.com/2agygr9

05/09/2010

La gueule de l’emploi, quand on l’a, faut assumer…

Ca vient de chez Oumma.com. M’étonne pas. Et ça chiale, encore et toujours. Si ces types ont des gueules de terroristes, c’est la faute aux terroristes à qui ils veulent ressembler. De toutes façons, si on veut jouer les terroristes de bacs à sable (dans les Hauts de Seine) où ils sévissent habituellement, on assume ou on se fait plus discrets… Qu’en pense la Halde, SOS Racisme et Cie? Vous sortez les mouchoirs après; compris?

FDF

.

Débarqués manu militari pour une prière dans les airs.

« C’est l’incroyable épilogue aérien d’une escapade en Catalogne de deux français, d’origine tunisienne, résidant dans les Hauts-de-Seine, qu’a relaté le Canard Enchaîné.

Cela tenait plus de la méditation intérieure, discrète et silencieuse, les yeux à demi fermés, assis sagement sur son siège de passager, comme n’importe quel vacancier somnolant à bord de son avion du retour, après un week-end touristique bien rempli, ou bien tentant d’atteindre une certaine « zenitude », à l’approche d’un décollage imminent.

Rien dans l’attitude de notre compatriote qui s’était envolé, en février dernier, avec son beau-frère pour Barcelone, n’était de nature à alarmer l’hôtesse de l’air de la compagnie espagnole Vueling, dont le sang n’a fait qu’un tour lorsque le mot « prière » a répondu à sa curiosité piquée au vif.

La psychose du terrorisme qui, chaque année, à la même période, soit quelques jours avant la commémoration du 11-septembre, fait une grave rechute, repousse parfois très loin les limites de l’absurde.

Avion immobilisé, débarqués manu militari, cernés en un éclair par vingt gendarmes espagnols, nos deux français de l’étape ont eu droit à un traitement de faveur comme seul le délit de faciès l’autorise : un interrogatoire poussé assorti de son contrôle d’identité tatillon, et après avoir été relâchés par des policiers redoublant de cynisme parce que bredouilles, une nuitée impromptue en Espagne leur a été imposée, avant d’être de leur poche de 200 euros supplémentaires pour rentrer chez eux avec une autre compagnie.

Une autre compagnie car, dans un raffinement sécuritaire qui n’a pas voulu perdre la face, les policiers les ont purement et simplement blacklistés, au motif de tenez-vous bien : « Refus d’éteindre leur portable » ! Nos deux infortunés compères ont porté plainte contre la compagnie espagnole Vueling, qui s’est fendu d’un courrier lapidaire dans lequel elle ne concède aucun excès de zèle, mais affirme avoir suivi la procédure classique.

Pour une prière dans les airs qui pensait prendre un peu de hauteur, c’est un atterrissage forcé sur le tarmac du racisme qui l’a ramenée à une dure réalité… »