Francaisdefrance's Blog

02/12/2010

Rififi chez les muzz d’Epinay…

Ces gens sont sans cesse en guerres intestines. Comment voulez vous qu’ils ne le soient pas avec le reste du monde. Déjà, à Drancy, il y a peu de temps…

Le maire d’Epinay semble vouloir dégager en touche; tout porte à croire qu’il a compris.
FDF

.

Lutte de pouvoir à la mosquée d’Epinay

Des banderoles devant le lieu de culte, la grande prière sous une discrète surveillance policière, une manifestation de fidèles devant la mairie… La mosquée d’Epinay-sur-Seine a vécu hier ce que celle de Drancy a connu au début de l’année : une lutte de pouvoir entre deux groupes. D’un côté, l’association Intégration musulmane spinasienne (IMS), qui gérait la mosquée.

De l’autre, l’Union des associations musulmanes d’Epinay (UAME), qui regroupe quatre associations et réclame la gestion du lieu au nom de sa forte représentativité.

Ces derniers reprochent au président d’IMS, Hamid Boushaki, d’avoir géré seul et sans transparence l’association cultuelle, et s’interrogent sur la destination des dons en espèces des fidèles. « Je tiens les comptes à la disposition de qui le souhaite », répond l’intéressé. La crise n’a cessé de croître depuis avril 2009 et l’installation de la communauté musulmane — qui priait jusqu’alors dans deux lieux — dans une nouvelle mosquée, un grand hangar de la rue de l’Avenir réhabilité et agrandi par la ville (comme à Drancy). « Les jeunes ont juste voulu participer aux affaires », clame le secrétaire général de l’Uame, Hamza Bouaziz.

De plus en plus attaqué, le président d’IMS, Hamid Boushaki, a jeté l’éponge fin septembre, se contentant de gérer l’association culturelle. Ses proches, croisés hier à la mosquée, dénoncent « une tentative de prise en main d’un groupe intégriste ». Et s’inquiètent de la présence dans la manifestation de membres du collectif radical Cheikh Yassine, qui a mené la fronde contre l’imam de Drancy, Hassen Chalghoumi. La différence de taille, c’est qu’à Epinay l’imam Mustapha, qui dirige la prière depuis douze ans, n’est pas du tout sur la sellette.

Le maire, Hervé Chevreau (DVD), est embarrassé. « C’est un problème de gestion et d’hommes », selon lui. L’élu a fait appel à la Grande Mosquée de Paris pour reprendre la gestion de la mosquée d’Epinay et les prêches du vendredi. Il est venu sur place avec Dalil Boubakeur il y a dix jours, mais le recteur de la Grande Mosquée de Paris a décidé depuis de suspendre sa mission de bons offices. « J’attends que les esprits se calment, explique-t-il. Il y a un réel danger de radicalisation, mais pas question d’imposer un imam s’il n’y a pas consensus des fidèles. »

La grande prière du vendredi, hier, a donc été dirigée comme à l’habitude par l’imam Mustapha. Sitôt achevée, deux cents fidèles se sont dirigés vers l’hôtel de ville pour manifester et rencontrer le maire. En vain, ce dernier étant absent d’Epinay pour la Toussaint. « Nous reviendrons jusqu’à ce qu’il nous reçoive, promet Hamza Bouaziz. Nous sommes des républicains, des démocrates. Nous ne réclamons que des élections. »

Source: http://www.inversalis-productions.eu/blog/

27/11/2010

Musulmans d’Epinay sur Seine: prières devant la mairie…

Il sont vraiment fanatiques… « des milliers de musulmans »; c’est l’invasion, déjà? On n’était pas au courant…

Prier devant la Mairie, rien que pour emmerder… Ils devraient aller prier devant le commissariat, pour voir… Ils ne peuvent pas prendre leurs voitures et aller prier à la mosquée la plus proche, si ils sont en manque? Quelle bande de……………….. je ne trouve plus le nom…

FDF

.

Plusieurs dizaines de musulmans d’Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis) ont fait la prière du vendredi devant la mairie de la ville, après la fermeture de leur mosquée, à propos de laquelle ils mettent le maire en cause, a constaté une journaliste de l’AFP.

 

Des musulmans lors d’une précédente manifestation à Epinay

« « Nous sommes là parce que la mosquée a été fermée et que donc les milliers de musulmans d’Epinay n’ont plus » de lieu de culte, a dit Hamza Bouaziz, secrétaire général de l’Union des associations musulmanes d’Epinay (UAME), entouré de dizaines d’hommes de tous âges.

La salle de prière a été fermée le 18 novembre « à cause de troubles graves à l’exercice du culte et à l’ordre public », peut-on lire sur une affiche accrochée à l’entrée.

L’imam est resté deux jours en raison de l’opposition « violente, y compris physique.

Autre ton sur une autre feuille : « Non à une ingérence de la mosquée de Paris ».
L’affaire a débuté à la fin de l’été quand le gestionnaire de la mosquée a été contesté par des fidèles. L’UAME lui reproche « une gestion chaotique et opaque » des dons des fidèles.

« Certains individus ont mis une telle pression sur le gestionnaire qu’il a démissionné de sa partie cultuelle », assure le maire, Hervé Chevreau (divers droite).

« Il a fallu trouver quelqu’un d’autre pour éviter la fermeture, donc je me suis rapproché de la grande mosquée de Paris, une institution connue et reconnue », poursuit le maire. C’est la mosquée de Paris qui gère aujourd’hui la salle de prière, dont la mairie est propriétaire, et qui a décidé de sa fermeture.

« L’imam nommé ne pouvait pas faire le prêche, certains voulaient que ce soit l’ancien », rapporte M. Chevreau. L’imam est resté deux jours en raison de l’opposition « violente, y compris physique » des partisans de l’ancien imam, selon le porte-parole de la mosquée de Paris, Slimane Nadour.

Quand la gestion a été transférée à la mosquée de Paris, « on ne nous a pas demandé notre avis alors que nous sommes d’Epinay et donc les premiers concernés », dit M. Bouaziz.

« Le maire ne peut pas nous dire de prier derrière un tel ou un tel », affirme-t-il.

La mosquée de Paris, qui assure que le précédent imam « n’avait pas les compétences requises », a annoncé qu’elle enverra un imam « dès que le calme sera revenu ». »

Source : http://www.defrancisation.com/