Francaisdefrance's Blog

17/03/2012

Rose mafia, magouilles Mélenchon-Hollande : comment peut-on voter pour de tels imposteurs ?

Bon à savoir avant de glisser le bulletin dans l’urne…

FDF

.

Hollande et Mélenchon représenteraient, selon les sondages, 40 % d’intentions de vote au premier tour. Si les journalistes, qu’on dit à 80 % de gauche, parlaient autant de ces scandales que du fameux bal de Vienne de Marine Le Pen, ou du dîner du Fouquet’s de Sarkozy, les Français voteraient-ils vraiment pour de tels imposteurs ?

Joël Locin est bien gentil, mais il ne faudrait tout de même qu’il nous prenne trop pour des imbéciles. Dans l’affaire de la magouille Hollande-Mélenchon, il n’y a pas un tricheur-menteur sans parole, et une innocente victime, il y a deux magouilleurs.

http://www.youtube.com/watch?v=2ffdju0DkYU&feature=player_embedded

Jean-Luc Mélenchon, dans cette transaction, avoue, comme Hollande, se foutre totalement du vote des militants socialistes, et se montre prêt à des accords de chefs de courants qui ressemblent à des partages de territoires de chefs mafieux. Ce qui le dérange, dans cette interview, n’est pas le viol négocié du vote des militants socialistes, c’est que la parole du parrain socialiste n’ait pas été respectée, et qu’il en soit la victime. On comprend mieux comment Martine Aubry a battu Ségolène Royal en 2008 : ses soutiens ont mieux triché que ceux de l’ancienne candidate à la présidentielle !

Quand il était au PS, le candidat de Front de gauche militait à la Gauche socialiste. On aurait pu attendre, de la part de militants qui se battaient pour un vrai socialisme, une autre attitude que celle des barons socialistes, souvent corrompus. Or, que constate-t-on, chez les principaux leaders de ce courant ? Certes, Méluche n’a jamais été confronté à une affaire de gros sous, et c’est à son honneur, mais il se montre prêt à magouiller un vote de militants avec Hollande.

Faut-il parler de Julien Dray et de ses différentes affaires, qui ont souvent impliqué Sos Racisme ? Faut-il parler de Marie-Noëlle Lienemann, qui fut dans l’équipe du maire d’Hénin-Beaumont Gérard Dalongeville, auteur du livre « Rose mafia », et qui a soutenu cet élu corrompu jusqu’au bout, comme l’ensemble de la gauche ? Faut-il parler d’Harlem Desir, condamné par le justice en 1998 ? Faut-il, même s’il n’a jamais eu d’ennuis judiciaires, oublier Corbière et de son logement social, dans Paris, avec 4000 euros d’indemnités mensuels d’élu, un salaire d’enseignant et une femme avocate ? Ils veulent prendre la Bastille ? Mais ils ne sont plus du côté du peuple depuis bien longtemps, ils sont du côté des possédants !

Ils sont du même moule que ceux qui avaient défrayé la chronique dans les années 1990, lors des affaires Urba, où un système quasi-mafieux, quand Henri Emmanuelli était le trésorier du PS, rackettait toutes les grandes surfaces qui voulaient implanter un magasin dans une commune. Bien évidemment, à l’arrivée, c’était le consommateur qui payait l’ardoise.
Ils sont du même moule que les Guérini, Andrieux, Bernardini et autres élus marseillais qui, selon les dires d’Arnaud Montebourg lui-même, avaient installé un système et des méthodes « dignes du grand banditisme ». Pour eux, seul une chose compte : qu’ils aient les moyens de faire de la politique, et que cela soit le contribuable qui paie les privilèges qu’ils s’octroient.

Dire que sans vergogne, ils ont osé jouer les chevaliers blancs contre Woerth, quand ils protégeaient, en leur sein, des Guérini ou des Dalongeville, et tous leurs obligés ! Dire qu’ils ont osé frétiller, lors de leurs primaires, sur la démocratie retrouvée du peuple français, pour 4,5 % d’électeurs, quand ils bourraient consciencieusement les urnes, lors de leurs élections internes, quelque temps auparavant.

Dire que Hollande mange avec BHL dans des restaurants qui coûtent deux fois plus cher que le Fouquet’s, et qu’ils continuent à se prétendre les représentants des plus pauvres !
Je sais par ailleurs que la droite sarkozyste ne vaut pas plus cher, et qu’ils n’ont pas davantage, pour nombre d’élus, le sens de l’Etat et de l’intérêt général que les voyous socialistes. Mais les Bédier-Dugoin-Woerth-Balkany sont pour la loi du fric et celle du plus fort, ils ne se réclament pas de la justice sociale, et ne prétendent pas donner des leçons de vertu à la terre entière, contrairement aux professeurs de vertu de la rue de Solférino.

Hollande et Mélenchon représenteraient, selon les sondages, 40 % d’intentions de vote au premier tour. Si les journalistes, qu’on dit à 80 % de gauche, parlaient autant de ces scandales que du fameux bal de Vienne de Marine Le Pen, ou du dîner du Fouquet’s de Sarkozy, les Français voteraient-ils vraiment pour de tels imposteurs ?

Paul Le Poulpe

SOURCE : http://ripostelaique.com/

28/12/2011

Un socialiste qui a encore les cantonales de 2011 en travers de la gorge…

Il en est qui ont la rancune tenace. De futurs élus? On ne sait pas. D’anciens candidats, c’est le cas… Celui-ci n’a pas encore digéré ses 9, 56  % qui l’ont empêché d’accéder au second tour des cantonales en 2011, viré par une candidate du Front National…

Voilà qui va encore ternir l’image déjà peu reluisante des socialistes.

FDF

.

Tarascon (13) : un anti-républicain pris en flagrant délit d’arrachage d’affiches du Front National !

Voir: http://youtu.be/FqREeIYYF3g

Depuis quelques semaines à Tarascon (13), les affiches collées par les militants du Front National sont dégradées. Tags, inscriptions injurieuses et mensongères, affiches déchirées… Les colleurs du FN ont cherché à en savoir un peu plus et surprise ce matin de Noêl ! Caméra au poing, un lecteur de Nations Presse Info a pu filmer l’auteur des dégradations en pleine action : Jean-René Soler, le candidat du PS aux cantonales de 2011 sur Tarascon ! A noter qu’il doit son investiture à Jean-Noël Guérini président du Conseil général des Bouches-du-Rhône mis en examen en septembre 2011 pour prise illégale d’intérêt, trafic d’influence et association de malfaiteurs.

Hier, les militants frontistes ont encore boité, l’accueil était remarquable, surprenant, il se passe quelque chose… Les adversaires du Front National et de Marine Le Pen le sentent, ceci explique cela !

Source: http://www.nationspresse.info/

09/09/2011

Les casseroles du PS… On ne va pas laisser passer encore celle-là !

Affaire Guerini: et encore une mise en examen et des ennuis judiciaires pour un élu du Parti Socialiste!

La couleur du PS ne sera plus le rose mais le rouge… Dénonçons toutes ces malversations! Montrons notre mécontentement au Parti Socialiste. Pointons du doigt les méfaits de la Gauche caviar platine !

A vos courriers !

FDF

.

Jean-Noël Guérini mis en examen, se met en congé du PS et en retrait du CG.

Click here to find out more!
Jean-Noël Guérini mis en examen, se met en congé du PS et en retrait du CGEt encore une mise en examen, une !

.

Jean-Noël Guérini a été mis en examen jeudi à Marseille dans une affaire de marchés publics impliquant son frère et s’est mis en congé du PS pour, dit-il, ne pas pénaliser son parti en pleines primaires, sans toutefois démissionner de la présidence du conseil général.

Après deux ans et demi d’enquête et une audition de plus de quatre heures, le sénateur des Bouches-du-Rhône, âgé de 60 ans, a été mis en examen pour prise illégale d’intérêt, trafic d’influence et association de malfaiteurs, tous les chefs visés par le réquisitoire du parquet.

Ses avocats, Me Patrick Maisonneuve et Me Dominique Mattei, ont décidé de déposer « une requête en nullité pour défaut d’indices » devant la cour d’appel d’Aix-en-Provence et demandent le dessaisissement de la juridiction marseillaise qu’ils accusent de partialité.

« Je vais prouver mon innocence et l’immense manipulation politique qui part du sommet de l’Etat », a martelé de son côté M. Guérini à la sortie du tribunal, déplorant « un scénario largement écrit à l’avance ».

Il a cependant annoncé sa mise en congé du PS « pour ne pas gêner (ses) camarades au moment où est engagé le processus des primaires » et a délégué « temporairement une grande partie de (ses) prérogatives à (son) premier vice-président » au conseil général, Daniel Conte.

« Pour autant, je ne démissionne pas de la présidence, je reste le pilote et le garant de la politique suivie« , a-t-il précisé.

Un geste qui ne devrait pas suffire à Solférino, où l’on voit l’élu marseillais comme un « boulet moral » dans le contexte des primaires et de la future campagne présidentielle.

Jeudi, le patron du PS par intérim, Harlem Désir, l’a encore appelé à « se retirer du PS et de toutes ses fonctions et responsabilités politiques ». « Je serai d’une totale intransigeance à l’égard de ceux qui voudront porter atteinte à la dignité et à l’intérêt général des socialistes », a déclaré M. Désir, évoquant des faits « d’une extrême gravité ».

Le député Arnaud Montebourg, qui avait dénoncé « les dérives » de la fédération socialiste des Bouches-du-Rhône en mettant violemment en cause M. Guérini, a demandé qu’il soit « mis hors d’état de nuire à la réputation du PS ».

« Il est parfaitement possible que la direction du PS réunisse les conseillers généraux socialistes des Bouches-du-Rhône et leur propose de voter une motion de destitution de leur président », a-t-il ajouté.

Un tel « coup de force » venu de Solférino serait une première, glisse-t-on à la fédération départementale, qui doit annoncer jeudi soir sa nouvelle direction collégiale, conformément aux conclusions de la commission d’enquête du PS présidée par Alain Richard et déclenchée par le rapport Montebourg.

Les appels à la démission sont venus également de la droite. « Il appartient aujourd’hui au PS, et en particulier à Martine Aubry et François Hollande, de prendre leurs responsabilités », a estimé le maire UMP de Marseille, Jean-Claude Gaudin, longtemps silencieux sur l’affaire.

La justice reproche différents éléments à Jean-Noël Guérini, dont le frère, Alexandre, entrepreneur dans les déchets, a été mis en examen fin 2010 et a passé cinq mois et demi en prison dans le cadre de cette vaste affaire à tiroirs, pour laquelle une vingtaine de personnes sont déjà mises en cause.

Selon ses avocats, c’est la première fois qu’un élu de la République est mis en examen pour association de malfaiteurs. « C’est aussi le seul dans ce dossier. Or, normalement, dans une association de malfaiteurs, il y a au moins deux personnes », ont-ils souligné.

******************************************************************************************

Il faut  nous écrivions  TOUS  a chacune des FÉDÉRATIONS DÉPARTEMENTALES DU PS   ET AU SIÈGE   rue SOLFERINO

federationxx@parti-socialiste.fr   ( xx   étant le numéro de département  à  2 chiffres)

NOUS DEVONS DEMANDER LA DEMISSION  D’HARLEM DESIR    et de CAMBADELIS

ET  TOUS LES AUTRES   QUI SONT OU ONT ETE CONDAMNES   ET QUI ONT DES  RESPONSABILITES AU SEIN DU PS

.

D’après un coup de colère de JCJC…

Source: http://www.lepoint.fr/