Francaisdefrance's Blog

04/02/2011

Définition du “vrai” musulman selon le nouvel imam de la mosquée de Ground Zero…

Ca commence bien, à Ground Zero. Ca promet… La provocation est de mise dès le départ. L’affrontement sera inévitable. C’est ce qu’ils veulent, de toutes façons… Et ce n’est pas Obwana qui va se révolter.

FDF

.

 

Surprise ! Les 19 islamoterrroristes-suicide qui ont tué près de 3000 américains le 11 septembre 2001 sont les “vrais”musulmans suivant sa définition.

les ‘vrais’ musulmans qui entrent dans les plus hauts niveaux du paradis musulman sont ceux qui paient le prix ultime du sacrifice dans le but de  mettre en œuvre la charia, la loi islamique,” a déclaré l’imam qui est devenu le nouveau visage des futures mosquée et centre culturel islamique de Ground Zero à New York.

Dans un sermon récent obtenu par WorldNetDaily, l’Imam Abdallah Adhami a débuté son sermon par une prière islamique déclarant la suprématie d’Allah sur l’Univers.

 

13/12/2010

Prières dans les rues.

Pouvons-nous imaginer des catholiques ou chrétiens faisant la même chose impunément ?

Que nous réserve l’avenir dans une perspective de « communautarisme » bonasse et imbécile ?

Interruption du trafic ?

Où sont les policiers ?

 

 

Ceci se passe à New York City sur  Madison avenue.

Je me demande ce qui se passerait si les chrétiens bloquaient les rues de New York tous les dimanches pour une heure ou deux ?
Une nation chrétienne ne peut pas mettre en place une scène de Noël de l’enfant Jésus dans un lieu public, mais les musulmans peuvent arrêter la circulation normale un vendredi après-midi en adoration dans les rues … Quelque chose se passe en Amérique qui n’est pas sans rappeler ce qui se passe en Europe.
Le politiquement correct nous rend imbéciles.


C’est une image précise de ce qui se passe tous les vendredis après-midi dans plusieurs régions de New York où un grand nombre de musulmans ne peuvent entrer dans les mosquées – Ils remplissent les rues avoisinantes, face à l’est pour un couple d’heures entre 2 et 4 heures – d’ailleurs ce rassemblement se situe au coin de la 42e Rue et Madison Ave, il existe un autre groupe encore plus important, aux 94e rue et 3e avenue, etc.

Aussi, nous présumons que vous êtes au courant du différend sur la construction d’un autre lieu de « haute » Mosquée à quelques rues de « Ground Zero » – En ce qui concerne cette mosquée, l’imam refuse de divulguer l’endroit d’où vient la somme des 110 millions de dollars pour la construire.  Une plainte a été déposée pour forcer la divulgation de cette information – les faits viennent du FYI.


Cette scène se situe à New York City sur Madison avenue, non en France ou au Moyen-Orient, Yémen ou Kenya. 


Y a-t-il un message ici ?  Bien entendu, ils
revendiquent l’Amérique pour Allah.
Si l’on ne se réveille pas rapidement, le « politiquement correct » nous mettra à la porte de notre propre pays!
« Afin que le mal s’épanouisse, tout ce qui est nécessaire est que les gens de bien ne fassent rien. »


10/12/2010

Ground Zero: l’église:NON; la mosquée:OUI !!!

Effarant. On croit rêver. Patriotes américains: relevez la tête !!!

FDF

.

Alors que l’opinion publique y est massivement opposée, à juste titre si vous voulez mon avis, la mosquée de Ground Zero voit ses chances de voir le jour grandir de jour en jour. La nouvelle en soi est déjà pour le moins désolante mais voilà qu’il y a bien pire: L’église Saint Nicolas, vieille d’un siècle et qui a été détruite par la chute des tours en est, elle, réduite à porter plainte contre les autorités qui n’ont jamais envisagé de la reconstruire!

Il faut savoir que la dhimmitude bat son plein dans les élites et médias américains, remontés à bloc pour le « multikulti » par un Obama aux ascendants musulmans. Jugez vous même: Sharif El-Gamal défenseur majeur du projet de mosquée a été élu « homme de l’année » par la chaîne NBC. Après avoir successivement serveur puis mafieux (avec un casier) puis entrepreneur bidon, « l’homme de l’année » d’NBC doit décidément trouver tout ça très cocasse….Notez, tant que vous y êtes, que l’imam Feisal Abdul Rauf, défenseur principal du projet, a lui été élu « homme de l’année » par Time et ce malgré des déclarations pour le moins surprenantes pour un candidat à ce titre et surtout en cette période de débats autour de Ground Zero, du genre « L’Islam a mois de sans d’innocents non musulmans sur les mains que les USA n’en ont de musulmans »

Le tableau ne serait pas complet sans rappeler que l’argument numéro un en faveur de la construction de cette mosquée et qu’elle « serait un temple à l’apaisement »: Libre à chacun de trouver que c’est en bonne voie ou pas….

Sources: 95-year-old-st-nicholas-church-at-ground-zero-sues-for-right-to-rebuild… et ground-zero-mega-mosque-imam-rauf-time-supremacist-man-of-the-year…

Vu sur: http://patriotes-francais.fr/

07/12/2010

Une mosquée sur Ground Zero, mais surtout pas d’église !

Et ça, c’est au nom de la laïcité???
FDF

.


Church destroyed by jihad left out of 9/11 renewal (video)

(cliquez pour vidéo)

Source: JPPS

26/10/2010

Daisy Kahn: « le 11-Septembre a fait de moi une femme musulmane ».

Daisy Kahn
Directrice de la Société américaine pour la promotion des musulmans.

Et elle explique pourquoi. Elle trouve le projet de Ground Zero « très exitant »… Ca arrive à tout le monde de péter les plombs; mais là… Et elle veut nous faire croire que cette soudaine conversion à l’islam est due à un acte (ou plutôt tous les actes…) de l’islam radical… Mais, Mme Kahn, il n’y a qu’UN islam. Le saviez-vous? Et il est intégriste, radical, meurtier, sanguinaire.

FDF

Daisy Kahn est à l’origine, avec son mari, l’imam Rauf, du projet de centre culturel musulman Cordoba House, près de Ground Zero, à New York



 

Daisy Kahn eu un parcours identitaire agité. « Jusqu’à l’âge de 15 ans, j’étais une fillette du Cachemire. Arrivée alors aux États-Unis, je suis devenue “Indienne”, car personne ne connaissait le Cachemire. Puis, lors des opérations de recensement, j’ai été cataloguée comme “Asiatique du Sud-Est”, parce qu’il n’y avait pas de case “Inde” à cocher. J’ai ensuite obtenu la citoyenneté américaine et je suis rapidement devenue “New-Yorkaise”, tant il est vrai que New York est un monde à lui tout seul. »

Tout cela n’était qu’anecdote. Le 11 septembre 2001, lorsque les tours jumelles se sont effondrées à New York, la vie de Daisy Kahn a basculé. Celle qui avait épousé le rêve américain, réussi de belles études et s’était établie comme architecte, est devenue soudainement à 43 ans une « femme musulmane ».

« Bien sûr, j’étais musulmane, mais je ne m’étais jusqu’alors pas vraiment pensée moi-même comme telle. Devenus curieux au sujet de l’islam, les Américains se sont mis sans cesse à m’interroger sur le statut des femmes dans le monde islamique, raconte-t-elle. J’avais beau leur répondre qu’elles avaient les mêmes droits que les autres, mes propos tombaient dans l’oreille de sourds. On me sommait d’expliquer pourquoi elles étaient maltraitées et ce que je faisais pour changer le cours des choses. Il fallait que je m’exprime au nom des 750 millions de femmes musulmanes du monde. J’ai commencé alors à sentir le fardeau que signifiait d’être étiquetée “femme musulmane”. »

La New-yorkaise a découvert le poids du patriarcat dans nombre de pays musulmans.

En bonne Américaine entreprenante et plutôt que de subir cette nouvelle et pesante identité, Daisy Kahn prend le sujet à bras-le-corps. « Il fallait que les femmes musulmanes soient visibles, qu’elles puissent s’exprimer pour que leur voix soit dominante et ne plus laisser le champ libre aux extrémistes », explique-t-elle. En 2006, elle renonce à la carrière à laquelle elle s’était d’autant plus librement consacrée qu’elle n’a pas d’enfants (son mari, l’imam Rauf, en a deux).

Elle crée alors la Société américaine pour la promotion des musulmans et lance le réseau Wise (Women’s Islamic Initiative in Spirituality and Equality, « Initiative des femmes islamiques pour la spiritualité et l’égalité »). « Les femmes musulmanes veulent se définir au travers de leur religion et non pas en dépit de leur religion », explique-t-elle.

Elle qui vivait dans son cocon new-yorkais a découvert le poids du patriarcat dans nombre de pays musulmans et décidé de concentrer sa lutte sur « la manipulation de la croyance pour justifier en son nom les horreurs faites aux femmes : mutilations sexuelles, crimes d’honneur, violence domestique et même terrorisme ».

Avec son mari, elle est à l’origine de l’initiative Cordoba House (« Maison de Cordoue »), le projet de construction du centre culturel et religieux musulman non loin de Ground Zero à New York (l’ancien emplacement des tours jumelles). Ce centre, qui se veut un haut lieu de l’islam modéré et vise à promouvoir le multiculturalisme, sera aussi un lieu d’expression des femmes musulmanes. « La communauté musulmane de New York est la plus diverse du monde », fait valoir Daisy Kahn, qui, à 52 ans, trouve ce projet « socialement très excitant ».

Source: http://tinyurl.com/255m7df

10/10/2010

Ground Zero: Un club de striptease ou une mosquée ?

Ah ben là, y’a pas photo, comme on dit. Et les américains « républicains » sondés à ce sujet ont été clairs et nets… En revanche, on hésite un peu chez les « démocrates »… Les indépendants me déçoivent…

Ahhhhh, le puritanisme légendaire de nos cousins d’Amérique…

FDF

Strip Club

Si on vous disait qu’un ou l’autre de ces établissements était construit à deux blocs de Ground Zero, lequel préféreriez-vous? La question a été posée à des électeurs républicains, démocrates et indépendants dans le cadre d’un sondage PPP (Public Policy Polling).

Seulement 4% des républicains préféreraient une mosquée, alors que 21% opteraient pour un club de danseuses nues.

La mosquée l’emporterait auprès de 49% des démocrates et le club de danseuses nues auprès de 33%.

Parmi les indépendants, c’est 34% pour la mosquée et 28% pour le club de danseuses nues.

Au fait, on n’a pas demandé leur avis aux musulmans ?

 

Source: http://tinyurl.com/2b5kfsx

20/09/2010

La charia gagne du terrain… Mais chut…………….

C’est une évidence. Désormais, les appels à l’application de la charia dans les pays envahis par les islamistes sont choses courantes. Le pire est que personne n’ose rien dire… sauf les membres de la « résistance »… Les gouvernements ouvrent ils les yeux? C’est fortement inquiétant…

FDF

.


Tandis que les pays musulmans se débarrassent progressivement des Chrétiens, après s’être débarrassés des Juifs, en revendiquant, sur les terres qu’ils ont arrachées à leurs occupants historiques, une pureté raciale que l’on n’avait connue que chez leurs amis nazis, ils exigent des démocraties, plus de tolérance et plus de droits. Tout en faisant valoir un droit légitime à la création d’une mosquée à Ground Zero, leurs lois interdisent toute construction d’église, de synagogues ou de temples en terre d’Islam. Ils font accepter le Hallal dans l’Europe chrétienne (dans combien de temps exigeront ils le retrait de la charcuterie des supermarchés ?), mais ils font tuer le cheptel de porcs en Egypte. Tant que ça marche, pourquoi se priver.

Leur dernière victoire est l’application de la Charia aux Etats Unis. J’ai écrit application, pas reconnaissance. Molly Norris est américaine. Elle vivait à Seattle. Aujourd’hui, elle vit cachée. En avril dernier, par solidarité envers les auteurs d’un show TV « South Park » menacés de mort car un épisode avait heurté la sensibilité des musulmans, elle avait décrété, sur facebook, la journée mondiale de la caricature de Mahomet. (Etant hébergés en France chez Over-Blog, nous avions décidé, à drzz, de ne pas relayer cet évènement, n’ayant qu’une confiance relative dans la résolution de notre hébergeur à faire respecter la liberté d’expression).

Le 15 septembre dernier, le FBI a conseillé à Molly Norris (et l’a assistée) de disparaitre de la surface du globe : changer de nom, changer de métier, changer de ville, s’inventer une nouvelle identité, rompre avec ses amis, sa famille et ses proches, pour qu’on ne puisse pas remonter sa trace. Ce qu’elle s’est empressée de faire.

La raison vous l’avez comprise, est que les islamistes ont appliqué la Charia (la loi islamique), sans s’encombrer de demander la permission, ni même l’opinion des américains.

Pendant qu’à New York une branche islamiste exige le strict respect de la loi américaine pour l’édification de leur mosquée, une autre, à Seattle décide de la rejeter, et d’appliquer la loi coranique. A New York ils exigent le respect de la liberté de culte, et le condamnent à Seattle. Comme disait ma gardienne : « à eux le bénéfice de la démocratie, à nous les contraintes de la Charia. »

L’imam américano-yéménite Anwar al-Awlaki, âgé de 39 ans, a donc émis un jugement. Molly a été reconnue coupable au cours d’un procès dont personne n’a eu connaissance, et qui fut strictement conforme aux règles de la Charia. Coupable de blasphème, elle a été condamnée à mort.

La puissante Amérique, le FBI, ne peuvent rien faire. Selon David Gomez, responsable du contre terrorisme à Seattle, personne ne peut la protéger. Les Etats Unis sont donc débordés… trop d’islamistes sur leur sol sont déjà prêts à exécuter la sentence (Les Etats Unis comptent dix fois moins de musulmans qu’en France, toutes proportions gardées). En France, en juillet dernier, lors des violentes émeutes de Grenoble, suite à une condamnation à mort également prononcée par des milieux islamistes, la France a adopté la même attitude que les Etats Unis : les condamnés à morts, des policiers de la brigade anti criminalité et leurs familles, ont été mutés car ici non plus, on ne peut pas les protéger.

Ma pensée sincère va à cette jeune femme dont la vie vient d’être bouleversée à cause de la cécité d’une nation qui n’a pas vu le danger islamiste monter sur son sol. Ces quelques dessins sont là pour se souvenir qui nous sommes et ce que nous défendons. Je crois les français assez couillus pour ne pas laisser mémère les pousser trop longtemps dans les orties, et les islamistes assez cons pour continuer à pousser…

Jean-Patrick Grumberg

12/09/2010

Manifestation à Bruxelles contre le projet de mosquée à Ground Zero!

Bien les Belges! On ne doit pas lâcher prise!

FDF

Manifestation à Bruxelles contre le projet de mosquée à Ground Zero

A l’occasion du 9ème anniversaire des attentats du 11 septembre à New York, une centaine de membres de l’organisation « Villes Contre l’Islamisation » ont manifesté ce samedi matin à Bruxelles contre le projet de construction d’un centre islamique et d’une mosquée près du site de Ground Zero.

Les militants se sont réunis devant les bureaux du Vlaams Belang, situés place Madou, non loin de l’ambassade américaine, munis de pancartes et de drapeaux américains et flamands. Filip Dewinter, président de l’organisation et leader de la formation d’extrême droite, y a rappelé qu’il assimilait ce projet de construction à une provocation musulmane portant un coup au visage des victimes des attentats. La manifestation s’est déroulée dans le calme.

Source: http://tinyurl.com/34xa8vm

09/09/2010

Mosquée de Ground Zero : une « question de sécurité nationale », selon l’imam du coin…

Et encore des menaces. Ils sont sur une terre d’accueil et ils menacent… Mais qu’attendent les américains pour les foutre dehors? Mais pas en direction de l’Europe, SVP, on a déjà donné…

FDF

.

L’imam qui veut bâtir un centre islamique près de Ground Zero était de retour hier soir sur le plateau de CNN pour défendre son projet… avec un argument massue. Renoncer maintenant à construire ce centre, prévu à deux pâtés d’immeubles du site des attentats du 11 septembre 2001, serait envoyer le message que « les radicaux l’ont emporté » aux Etats-Unis.

La crise pourrait être encore plus importante que celle des caricatures danoises.

Cela pourrait mener à une « explosion de colère dans le monde musulman », « la crise pourrait être encore plus importante que celle des caricatures danoises », « cela pourrait devenir très très dangereux », a plaidé l’imam Feisal Abdul Rauf, rappelant que la présence américaine dans les pays musulmans est nettement plus large que celle du Danemark et constituera autant de cibles… « Je suis moins inquiet des extrémistes aux Etats-Unis que des extrémistes qui sont dans le monde musulman » a-t-il poursuivi. Mais les premiers excitent les seconds, et les seconds pourraient faire un malheur, explique-t-il en substance. « C’est une question pour notre sécurité nationale » a-t-il répété plusieurs fois.



L’argument est à la mode. Le général David Petraeus a fait le même raisonnement cette semaine pour tenter de dissuader l’illuminé de Gainesville qui veut brûler des Corans ce samedi, en commémoration du 11 septembre. Cela « mettrait en danger nos troupes », notamment en Afghanistan, a invoqué le général. C’est peut-être une façon de s’adresser aux exaltés comme le pasteur Jones de Gainesville, ou à tous ceux qui ne veulent pas de la mosquée de Manhattan pour de mauvaises raisons telle que l’islamophobie… Mais l’argument est franchement pervers : s’il faut respecter l’islam, est-ce surtout ou avant tout pour s’épargner des représailles ou un bain de sang ?

A en juger par les premières réactions, l’imam Rauf est d’ailleurs loin d’avoir convaincu: « C’est une menace voilée ! » s’indignait mercredi soir sur le plateau de CNN Andy Sullivan, militant contre la mosquée. « Si nous ne construisons pas la mosquée il y aura des représailles » a-t-il retenu des explications de l’imam. Interrogée aussi sur CNN, Rosaleen Tallon, qui a perdu un frère dans les attentats du 11 septembre, se montrait pareillement choquée : « Pourquoi ne pas plutôt construire cette mosquée au Proche-Orient ? Pourquoi ne serait-ce pas plutôt à eux d’apprendre à être tolérants ? New York est déjà une ville très tolérante ».

Un nouveau sondage ABC-Washington Post publié ce mercredi confirme d’ailleurs que les Américains ont bien un problème grandissant avec l’islam. 66% des Américains s’y déclarent opposés à ce projet de centre islamique proche de Ground Zero. Beaucoup plus grave surtout, 49% des Américains disent avoir une « opinion générale défavorable » de l’islam. 37% seulement des Américains, pourtant généralement grands amateurs de religions, disent avoir une « opinion favorable » de l’islam.

Source : Blog Libération (via defrancisation.com)

05/09/2010

Ground Zero: on joue sur les mots…

Difficile de cerner la position du président américain sur ce sujet brûlant qu’est la future mosquée de Ground Zero. Les médias sont déroutés. C’est peut-être le but? Sûrement, d’ailleurs… De toutes façons, si Obama le veut, elle se dressera, cette « insulte au monde occidental ».

FDF

.

Les journalistes ne comprennent rien à Obama.

5 Septembre 2010

Le cerveau des journalistes s’est révélé plus binaire que jamais dans le décryptage des choix de Barack Obama. Voici-ci donc toute la vérité sur la position du Président américain concernant la construction d’une mosquée près de Ground Zero.

(Flickr - jurvetson - cc)

(Flickr – jurvetson – cc)

Le manichéisme ne cesse d’étendre son empire. Ce travers propre au monde politique a contaminé celui des médias, lesquels présentent de plus en plus l’actualité sur le mode binaire du bon ou du mauvais, du blanc ou du noir, du succès ou de l’échec… Les nuances, les subtilités, les durées, les complexités sont laminées. Cette dégradation s’explique par la course à la précipitation médiatique – on ne prend plus le temps de croiser les informations, on ne lit plus les discours, on simplifie les situations – mais aussi par le réflexe « campiste » (d’abord choisir son camp) de nombre de journalistes qui considèrent que l’actualité, sur le modèle du journalisme météorologique, ne peut aller que dans deux directions : la bonne et la mauvaise. Une décision est correcte ou incorrecte. Un homme politique avance ou recule.

Ce simplisme qui, trop souvent avant de les comprendre, consiste à mettre chaque fait d’actualité dans des cases, passe à côté des initiatives qui sortent de ce registre limité. On vient d’en avoir une illustration avec la position du président Obama à propos de la construction d’une mosquée à Manhattan, tout près du site commémorant le massacre du 11 septembre 2001. On nous a d’abord dit que Barack Obama s’était nettement engagé pour la réalisation de ce projet, ce qui était vraiment bien de sa part parce qu’on ne pouvait évidemment qu’être pour, à moins d’être raciste et intolérant. Puis, patatras, on nous explique avec consternation et douleur qu’Obama a « reculé », qu’il « s’est pris les pieds dans le tapis », qu’il se «contredit», qu’il a commis un « impair ». Bref qu’il n’a pas tenu le coup et qu’il est passé de la bonne case à la mauvaise, les deux seules – pour ou contre – envisageables.

Or Obama s’est montré dans cette affaire beaucoup plus subtil, trop semble-t-il pour ce crétinisme médiatique qui nous a fait passer à côté d’une vraie leçon de politique (et non de morale) de la part du Président américain. Qu’a dit en effet Obama, qui a échappé à tant de commentateurs  ? Rien de compliqué mais une position très intéressante et irréductible à une réponse personnelle, contrairement à ce qui a été rapporté. Car sur le fond, si on veut bien l’écouter, Obama ne s’est pas prononcé. Il a d’abord fait son devoir en rappelant, en tant que Président des États-Unis et garant de la légalité et de la liberté de culte prévues par la Constitution, que « les musulmans ont les mêmes droits à pratiquer leur religion que quiconque dans ce pays » et que ceux-ci incluent « le droit de construire un lieu de culte dans une propriété privée du bas-Manhattan dans le respect du règlement et du droit local ». Mais il a précisé qu’il n’avait pas à se prononcer sur « la sagesse de bâtir une mosquée à cet endroit-là »

Suite et source: http://tinyurl.com/2g9chuw


30/08/2010

La dernière vidéo de Pat Condell, du 28 août 2010, consacrée à la mosquée de Ground Zero…

Pillé chez Bivouac-ID. Une excellente analyse de Pat Condell, qui résume bien l’idéologie qu’est l’islam.

FDF

Pat Condell : « L’islam tolérant ? Personne ne croit plus à ces foutaises. »

30 août 2010

« Une religion de paix ? Ce que les gens voient, c’est une religion d’intolérance, d’agression, de plaintes bidon montées de toutes pièces, de brutalités hystériques, qui manipule pour obtenir des droits spéciaux et des privilèges exorbitants, une religion faite de misogynie caractérisée, d’homophobie, d’antisémitisme, et de violence.»

Le propos s’élargit à l’islam en général. Le temps de sous-titrage nécessaire étant trop long, nous vous proposons une traduction textuelle intégrale (voir sous la vidéo).

(Le texte étant traduit, nous faisons appel à des volontaires pour le sous-titrage.)

Lire: http://www.youtube.com/watch?v=oJQ4bwGPRuk

Traduction intégrale :

« « Il semble bien que le projet de mosquée à Ground Zero a réussi a diviser l’Amérique en deux. Même le président a une opinion. Enfin… En quelque sorte… L’histoire de cette mosquée a désormais fait le tour du monde. Et tout le monde attend la suite. Nous savons tous que si l’islam arrive à se sortir d’un coup comme celui-là aux États-Unis, il pourra tout se permettre.

Les gens continuent de présenter l’affaire comme un problème de liberté religieuse. Mais il y a une différence entre pratiquer sa religion — ce que tout le monde a le droit de faire — et jeter sa religion au visage de l’autre, en geste de triomphe politique. Ce qui est bien le cas ici.

J’aimerais bien savoir la gravité qu’une insulte doit avoir pour ne plus être protégée par le 1er amendement de la constitution américaine. Après tout, le 2e amendement de la constitution donne le droit aux Américains de porter des armes. Mais il faut tout de même un permis pour se balader avec un flingue, et tout le monde ne peut pas en obtenir un, malgré le 2e amendement.

Je me demande aussi si le soutien inaltérable au projet de Bloomberg, le maire de New-York, n’est pas moins lié à son souci des libertés religieuses qu’à ses intérêts financiers à Dubai, où sa société tente de s’implanter comme  l’un des plus gros pourvoyeurs de services financiers “charia-compatibles” au Moyen-Orient. Peut-être faudrait-il lui demander…

Les commentateurs libéraux [i.e. la gauche américaine] n’arrêtent pas de nous répéter qu’il ne s’agit pas réellement d’une mosquée, mais d’une sorte de centre communautaire, et de salles de prières, et que ce n’est même pas à Ground Zero.

Une mosquée est à la fois un centre communautaire et une salle de prière. Et la mosquée de ce bâtiment occuperait les deux derniers étages [sur 13], ce qui signifie qu’elle surplomberait directement la scène de Ground Zero, et c’est pour cela que  le site a été choisi.

Quand le gouverneur de New York a proposé de trouver un autre site pour la construction de la mosquée, les promoteurs n’ont même pas voulu en discuter. Déplacer la mosquée aurait fait perdre la raison même du choix de ce site, qui est de narguer les américains et de leur jeter le 11 septembre au visage. S’ils ne peuvent pas construire la mosquée à cet endroit, il n’y a aucune raison de la construire ailleurs…

Personne ne sait d’où vient l’argent, et personne ne veut en parler. Le promoteur était serveur dans un restaurant il y a quelques années. Et voilà aujourd’hui qu’il investit des millions de dollars, cash, dans un immeuble de Manhattan… Les clients du restaurant ont dû lui laisser de gros pourboires…

Quant au soi-disant imam “modéré” qui est derrière tout cela, il défend la sharia, il soutient le régime théocratique iranien, il refuse de condamner le terrorisme, et refuse même de condamner l’utilisation d’enfants pour réaliser des attentats-suicide à l’explosif, et reporte la faute du 11 septembre sur les États-Unis.

Et l’on apprend récemment que cet imam est à l’origine du discours d’Obama au Caire, souvenez-vous, ce discours dans lequel il léchait les bottes des musulmans et appelait cela “être un homme d’état“. Et si c’est vrai, ce n’est pas une mince influence !

« Il ne faut pas s’étonner que tant d’Américains pensent qu’Obama est musulman. Car c’est le genre de chose que seul un musulman pourrait dire. Ou un homme politique européen, bien sûr.. » Je me demande s’il a aussi quelque chose à voir avec le récent discours du président à l’occasion du ramadan, dans lequel Obama a loué l’islam pour sa promotion de la justice, du progrès, de la tolérance,  et la dignité de tous les êtres humains. Oui, le président Obama a vraiment déclaré tout cela. Et en gardant son sérieux… Il ne faut pas s’étonner que tant d’Américains pensent qu’Obama est musulman. Car c’est le genre de chose que seul un musulman pourrait dire. Ou un homme politique européen, bien sûr…

On sait combien le président des USA veut être populaire dans le monde musulman. J’imagine qu’il a dû se dire qu’il fallait prononcer de belles paroles, car son auditoire était remplie d’activistes musulmans, qui l’auraient sinon accusé d’islamophobie, de racisme, ce qui l’aurait obligé à suivre des cours intensifs de dialogue des civilisations et de tolérance multiculturelle… Et cela aurait été bien embarrassant pour le premier président noir.

Mais quelle que soit la personne qui a conseillé à Obama de prononcer ces âneries politiquement correct, elle devrait être renvoyée sur le champ. Car cela donne l’impression qu’Obama n’a aucune considération pour l’intelligence du peuple américain. Ce qui revient aussi à dire qu’il veut n’effectuer qu’un seul mandat…

« Tout le monde, absolument tout le monde, sait que l’islam ne fait absolument RIEN en faveur de la justice, du progrès, de la tolérance, ou la dignité de l’homme. Pour qui nous prend Obama ?  »Tout le monde, absolument tout le monde, sait que l’islam ne fait absolument RIEN en faveur de la justice, du progrès, de la tolérance, ou de la dignité de l’homme. Pour qui nous prend Obama ? La pire chose que l’on puisse faire, c’est d’exposer toutes ces notions à l’influence de l’islam. Et prétendre le contraire est simplement un mensonge éhonté.

Obama ne réalise-t-il pas que personne ne croit plus à ces foutaises [crap]. Obama a dû voir les sondages d’opinion. Il SAIT que des millions de gens, partout dans le monde occidental, ne font plus aucune confiance à cette religion, parce que de façon répétée, encore et encore, ils ont vu ses partisans exploiter nos libertés en toute mauvaise foi, comme c’est le cas à Ground Zero.

Les gens ont vu que, quand on en vient à la question de l’islam, la tolérance et le respect sont toujours, et dans tous les cas, à sens unique.

Une religion de paix ? Certainement pas. Ce que les gens voient, et ce qu’ils ont vu depuis 20 ans, depuis l’affaire Salamn Rushdie, c’est une religion d’intolérance, d’agression, de plaintes bidon montées de toutes pièces, de brutalités hystériques, qui manipule pour obtenir des droits spéciaux et des privilèges exorbitants, une religion faite de misogynie caractérisée, d’homophobie, d’antisémitisme, et de violence.

« Tout dans cette religion est matière à confrontation. C’est pour cela qu’elle n’est pas la bienvenue en Occident, parce qu’elle s’est rendue elle même détestable. »Quiconque s’élève contre cette religion  peut s’attendre à être menacé de représailles violentes. Tout dans cette religion est matière à confrontation. C’est pour cela qu’elle n’est pas la bienvenue en Occident, parce qu’elle s’est rendue elle même détestable.

Et c’est cela qu’Obama aurait dû déclarer aux activistes islamistes, s”il veut se donner un titre du genre “leader du monde libre“. Et il aurait aussi dû leur dire que cette mosquée de Ground Zero rend leur religion encore plus malvenue que jamais.

Construire cette mosquée est certainement l’acte le plus stupide qu’un musulman pourra jamais vouloir. A moins qu’ils n’agissent en toute mauvaise foi, auquel cas, ils le sont certainement, stupides.

Ce n’est pas une raison pour que des imbéciles agressent des musulmans, comme cela s’est passé récemment. Car cette affaire provoque la consternation au sein des musulmans également. Certains, donnons leur ce crédit, se sont élevés contre le projet de mosquée, et l’ont condamné comme une provocation inutile.

Et de façon prévisible, une femme qui a agi de la sorte lors d’un meeting à New York, a reçu des menaces par téléphone. Quelle classe…

Si rien d’autre de bon ne sors de toute cette pagaille, l’affaire aura au moins donné aux politiciens politiquement correct une occasion de se dresser pour quelque chose, pour une fois. Ca à du être une sacrée expérience pour certains…

Et je suis sûr qu’ils doivent être ravis d’apprendre que ce projet va continuer car rien — d’un point de vue légal — ne peut être fait pour l’arrêter.

Les gens derrière tout cela n’ont manifestement ni l’intelligence, ni le savoir vivre nécessaire pour retirer ce projet. Même s’ils savent également, comme nous tous, que si la situation était inversée,  si  une insulte calculée comme celle-là était dirigée contre l’islam, il n’y aurait strictement aucune chance que ce projet puisse se poursuivre, constitution ou pas.

Paix. Et vous savez que c’est vrai… »

Source: http://www.bivouac-id.com

29/08/2010

Ground Zero: provocation indécente…

Le projet controversé d'une mosquée située à proximité... (Photo: Don Emmert, AFP)

Bien dit!

FDF

Le projet controversé d’une mosquée située à proximité de Ground Zero, où se trouvaient les tours jumelles détruites le 11 septembre 2001, constitue une insulte à la mémoire des victimes des attentats selon les opposants.

Photo: Don Emmert, AFP

Tout en étant d’accord en principe avec le président Barack Obama sur la liberté de culte religieux, je ne peux que déplorer le fait qu’il n’a pas osé dénoncer comme une provocation indécente, bien que légale, le projet de construction d’une mosquée près du site des attentats du 11 septembre à New York. Il n’est pas inutile de se rappeler que cette tuerie sanglante a été planifiée et exécutée par des musulmans de la branche terroriste de l’Islam. Je veux bien croire que tous les musulmans ne sont pas des terroristes, mais j’aimerais qu’à l’occasion ceux qui se disent des musulmans modérés posent des gestes en ce sens en cessant immédiatement ce projet de mosquée par respect pour les Américains qui ont vu des milliers des leurs périr dans ces attentats barbares. La marque d’une religion authentique est la compassion qui conduit à partager les souffrances de l’autre ou à éviter, à tout le moins, de les accentuer par une attitude désinvolte.

L’islam sera respecté par tous comme grande religion du monde le jour où elle passera d’un comportement dominateur et frondeur à un comportement unificateur et pacificateur.

Gilles Baribeau, Québec

25/08/2010

Mosquée de Ground Zero: la popularité d’Obama en prend un coup…

Et bien comme ça, notre Sarkö national se sentira moins seul, lui qui prend le président des Etats Unis comme modèle…

FDF

24/08/2010

Plusieurs centaines d'opposants ont manifesté, dimancheà New York, contre le projet de construction d'un centre islamique à deux rues de Ground Zero, site des attentats du 11 septembre 2001. (Crédits photo : AFP)

Regardez le geste de la dame en jaune, à gauche; pas bon, ça… (Crédits photo : AFP)

Des manifestants se sont fait face dimanche soir à New York. Le débat affecte la popularité de Barack Obama.

La place de l’islam dans la société américaine est-elle en passe de devenir un sujet majeur de la campagne pour les élections de mi-mandat du 2 novembre? Ils étaient plusieurs centaines à s’invectiver dimanche à New York, séparés par un cordon de policiers. «Pas de mosquée!», criaient les uns, reprenant des chants patriotiques et brandissant des affiches où le mot «charia» apparaissait en lettres dégoulinantes de peinture rouge sang. «Peu importe ce que les bigots disent, les musulmans sont bienvenus», scandait l’autre groupe de manifestants.

Ce face-à-face tendu en dit long sur la virulence du débat national que suscite depuis le début de l’été le projet de construction d’un centre islamique à deux rues de Ground Zero, site des attentats du 11 septembre 2001, jugé sacré par de nombreux Américains. Le Parti républicain et une grande partie des familles de victimes ont protesté contre un projet perçu comme une provocation inutile. Invoquant la liberté de pratique religieuse comme «l’une des raisons majeures de la création de l’Amérique», le maire démocrate de New York, Michael Bloomberg, un Juif, a au contraire soutenu fermement la démarche, y voyant le symbole de la capacité du pays à surmonter ses divisions et à rallier les partisans d’un islam modéré. En ligne avec cette approche, dont il avait souligné l’enjeu dans son discours du Caire en 2009, Barack Obama s’est invité dans le débat pour expliquer que les musulmans avaient le droit de construire ce centre près de Ground Zero.

Des mots qui pourraient lui coûter politiquement cher…

Suite et source: http://tinyurl.com/37v9pxr

23/08/2010

La mosquée de Ground Zero divise jusqu’aux musulmans américains !

Pourquoi tant de « salamaleks » pour en fin de compte mettre dans la tronche du monde Occidental la plus belle provocation (imparable) de son Histoire ? Elle se fera cette mosquée et une fois de plus, on trouvera des connards pour applaudir…

FDF

Rachel Zoll, 20 août 2010

Associated Press


Le projet de construction d’une mosquée non loin de Ground Zero, à New York, fait polémique jusque dans les rangs des musulmans américains. Certains le jugent inutilement provocateur à l’heure où l’islam cherche à se faire accepter aux Etats-Unis ou qu’il méprise la douleur des victimes des attentats du 11-Septembre.

La construction de ce qui devait être, au départ, une simple mosquée locale s’est transformée en une véritable confrontation nationale, qui divise également les communautés musulmanes dans tous les Etats-Unis. Le projet a relancé le débat sur la tolérance religieuse et les valeurs de la société américaine, et ravivé la douleur des attentats.

« Pour la plupart des Américains, le 11-Septembre reste une plaie ouverte et tout ce qui est associé à l’islam, même pour les Américains qui comprennent l’islam -comme avoir autant de publicité autour d’un centre islamique-, c’est comme remuer le couteau dans la plaie », estime Akbar Ahmed, professeur d’études islamiques à l’Université américaine.

Tel qu’il est actuellement présenté, le projet Park51, d’un montant de 100 millions de dollars (78 millions d’euros), comportera une mosquée, une piscine, une salle de sports, un auditorium de 500 places et un monument à la mémoire des victimes du 11 septembre 2001. Le tout à deux rues du site du World Trade Center. Pour Akbar Ahmed, ancien ambassadeur du Pakistan en Grande-Bretagne, il devrait également inclure une synagogue et une église, afin de prouver son caractère oecuménique.

Abdul Cader Asmal, ancien président du Conseil islamique de Nouvelle-Angleterre, une organisation regroupant une petite vingtaine de centres islamiques, pense pour sa part que les promoteurs devraient réduire l’ampleur du projet et construire seulement une mosquée, même si la loi leur permet de bâtir ce qu’ils souhaitent. « Gagner devant un tribunal ne va pas aider à améliorer l’image des musulmans dans le pays », estime-t-il. « Il faut gagner le coeur et l’esprit des Américains ordinaires ».

Asra Nomani, avocate des droits de la femme dans le monde musulman, soutient la construction d’une mosquée, mais pense que le projet devrait être délocalisé par respect de la douleur des familles de victimes du 11-Septembre. « Je ne peux pas soutenir la construction d’une mosquée à l’endroit qu’ils ont choisi », dit-elle.

Le projet Park51 est porté par l’imam Feisal Abdul Rauf et son épouse Daisy Khan, connus pour leur volonté de dialogue avec les autres religions à New York. Mais la stratégie de communication choisie par le couple fait également grincer quelques dents: actuellement à l’étranger pour une série de conférences, Rauf ne s’est pas publiquement exprimé face aux Américains, laissant l’espace médiatique à sa femme et au promoteur Sharif el-Gamal de la société SoHo Properties, propriétaire de l’immeuble.

« L’absence de Feisal Rauf est énervante », souligne ainsi l’écrivain américain musulman Aziz Poonawalla, favorable à Park51, sur le blog ordinary-gentlement.com. « Je suis capable de défendre Rauf contre certaines des accusations portées contre lui, mais je n’ai pas envie de faire son porteur d’eau pendant qu’il se ballade autour du monde ».

Autre crainte de certains musulmans américains, la possibilité que le centre tombe entre des mains plus radicales quand Feisal Abdul Rauf et Daisy Khan se retireront. Pour Asra Nomani, les musulmans américains doivent ainsi accepter l’existence d’un courant extrémiste dans l’islam, et donc la possibilité que des imams radicaux prennent un jour le contrôle de Park51. « Oui, il y a un a priori contre les musulmans aujourd’hui, mais les musulmans ont aussi aujourd’hui un problème extrémiste », confie-t-elle.

A ce titre, les promoteurs du centre ne doivent pas seulement se revendiquer modérés, estime Tawfik Hamid, universitaire égyptien en poste à l’Institut d’études politiques Potomac. Ils doivent rejeter « de manière claire et sans ambiguïté » certaines pratiques radicales telles que le meurtre d’apostats, la lapidation des femmes adultère ou encore la guerre sainte contre les non-musulmans. « A mon avis, cela serait perçu par les radicaux de l’islam comme une défaite de leur idéologie », souligne-t-il.


22/08/2010

Fronde anti-mosquées à New York.

22 août 2010

Ground Zero en plein chantier à New-York


Rappel des faits: Une mosquée doit voir le jour en septembre 2011 près de Ground Zero à New York, là où s’élevaient autrefois les tours jumelles détruites par les attentats du 11 septembre 2001. Un projet qui suscite des controverses.


Loin des regards, des dizaines d’autres futurs lieux de culte sont aussi au coeur de polémiques. De la Californie à New York, les raisons du rejet sont beaucoup plus profondes que les problèmes de nuisances sonores et de circulation régulièrement cités pas les opposants pour justifier leur position. Ecoutez-ci dessous le reportage à New York de notre correspondant Alexis Buisson.

D’origine ukrainienne, Rita Balmina est contre, Matt Sky, promoteur de sites internet est contre. Le débat sur la question de savoir si Barak Obama est musulman… refait surface.

Ils sont nombreux les Américains qui s’opposent au projet de construction d’un centre islamique comportant une salle de conférence, une piscine et une mosquée à deux blocs de Ground Zero, le lieu où se tenaient les deux tours jumelles à New York détruites lors de l’attentat d’Al Qaida, le 11 septembre 2001. Il y a aussi ceux qui estiment que les musulmans qui ont acheté le terrain pour le centre sont également dans leur droit.

« Eh, ho, pas question de mosquée ici », dit ce passant new yorkais qui prévient les autres passants qu’ils pourraient, eux aussi perdre des êtres chers dans un autre attentat terroriste perpétré par des musulmans. L’artiste d’origine ukrainienne, Rita Balmina, dit qu’elle était à Park Place le 11 septembre et estime que les attentats du 11 septembre ont été perpétrés sous la bannière de l’islam..

« Je crains, dit-elle en russe, qu’une mosquée construite sur ce site ne devienne un symbole pour les gens qui ont commis ces attentats. Elle se demande également si les gens qui viendront se recueillir ici ne seront pas des personnes partageant les vues extrémistes des assaillants ».

« Nous récitons le Coran au nom de la liberté de religion, » dit ce New Yorkais favorable à la construction de la mosquée. Il est également pour le droit constitutionnel des Américains de prier en paix où ils veulent. Matt Sky promoteur de sites internet à temps partiel  pense qu’il y a ici défi aux principes américains.

J’éprouve, dit-il, de la sympathie pour tous ceux qui sont morts le 11 septembre mais cela ne veut pas dire que nous devrions détruire les valeurs de notre pays.  Quand nous envoyons des soldats mourir à l’étranger, ils se battent pour nos libertés : liberté de religion, de parole et de presse.  Ceux qui s’opposent à la construction de ce centre, s’oppose à la liberté de religion.

Selon un  sondage réalisé par le Pew Research Center, un Américain sur cinq pense que le Président Barack Obama est un musulman. L’étude, réalisée avant la controverse actuelle sur Ground Zero et le centre islamique, révèle que 18 % des Américains pensent que leur président est de confession musulmane. Plus curieusement encore, 60 % des sondés affirmant cela, prétendent l’avoir appris dans les médias. Ce ne sont pourtant pas les déclarations publiques et les allusions au fait qu’il est protestant et qu’il va régulièrement à l’église qui manquent.

Lors d’un point de presse tenu jeudi, le porte parole de la Maison blanche, Bill Burton, a beaucoup insisté sur ces faits : à savoir que le président Obama est un chrétien pratiquant, et qu’il prie tous les jours. (???)

Source: http://tinyurl.com/265yfho

Ground Zero: Pourquoi un immeuble de 15 étages pour une mosquée ?

.

L’invasion selon cet enfoiré d’imam Rauf… « Imaginez un état parfaitement islamique »

FDF

.

22/08/2010

USA : La mosquée de Ground Zero et le Projet d’index de la charia de l’imam Rauf

Pourquoi un immeuble de 15 étages pour une mosquée ? Des Américains sont arrivés à la conclusion que compte tenu de l’utilisation que l’imam Rauf avait déclaré vouloir faire de l’immeuble (salle de prière, piscine, auditorium, restaurants halal, école de cuisine halal, bureaux liés à ces activités, etc.), une demi douzaine d’étages seraient inoccupés.

En explorant les sites Web de Cordoba, l’organisation de Rauf, ils ont découvert que celui-ci poursuit un Projet d’Index de la charia, soit un index qui compare les progrès de la charia dans le monde et sert à définir la stratégie d’islamisation d’une société.

Rauf est un imam subversif et, avec l’aide des élites et la complicité des médias, il appelle à la tolérance de ce qui, avant l’ère du politiquement correct, aurait été qualifié de trahison.

Cordoba-initiative

_____________________________________

Imaginez, un état parfaitement islamique, par Christine Brim

Quel est l’objectif ? Peut-être que l’objectif de l’imam ne consiste pas simplement à imposer au peuple américain, avec l’aide de ses élites, un projet d’une « insensibilité » choquante à l’égard du 11-Septembre. Peut-être que l’objectif à long terme de l’imam est d’imposer la charia au peuple américain avec, bien sûr, l’aide des élites américaines.

Examinons le Projet d’Index de la charia afin de résoudre l’énigme des six étages mystérieux. Nous avons trouvé deux sites Web cachés contenant des informations copieusement supprimées : toutes concernent le Projet d’Index de la charia de l’Institut Cordoba de l’imam. Pour référence, voici le plus récent site Web caché de l’imam (également disponible ici en pdf). Et voici le site caché précédent de l’imam (également disponible ici en pdf). Les informations postées sur ces sites, que l’imam a tenté de cacher dans une nouvelle version épurée, suggèrent que les six étages mystérieux de la mosquée de Ground Zero seront utilisés aux fins de  l’objectif à long terme de l’imam: le projet d’Index de la charia, qui vise à comparer la conformité à la charia, à disséminer de la propagande en faveur de la charia, et à faire appliquer la charia en Amérique et dans le monde entier.

Ci-dessous, la preuve, tirée des sites cachés, que Rauf a tenté de camoufler ses projets.  Nous avons même numéroté les documents relatifs au Projet d’Index de la charia qu’il a mentionnés. […]

Quelque chose à cacher ? Les sites cachés de l’imam disparaissent, par Sun Tzu

Plus tôt cette semaine, Christine Brim a posté le premier d’une série d’exposés sur les sites cachés de la Cordoba Initiative, l’organisation de Faisal Abdul Rauf derrière la mosquée de Ground Zero. Depuis la parution de l’article, le site a été fermé ; des informations cruciales sur le Projet d’Index de la charia ne sont plus accessibles.

Un fait a été largement ignoré dans les nombreux bulletins de nouvelles sur la mosquée de Ground Zero : avant le projet provocant de mosquée, la principale préoccupation de Rauf était le Projet d’Index de la charia de Cordoba.

Le slogan du Projet: « Imaginez, un état parfaitement islamique ».

Source: http://tinyurl.com/39phhn8

20/08/2010

Mosquée de Ground Zero: les preuves que le projet est islamiste…

Ca va en faire réfléchir certains, concernant l’islamisation de notre France avec les mosquées… Les municipalités-collabos, par exemple… Du moins, souhaitons-le.

FDF

20.08.2010

Exclusivité française-

Le média américain Big Peace a réalisé un remarquable travail d’investigation mettant en évidence que l’enseignement de la Charia sera la principale raison d’être du projet soutenu par la gauche américaine (New York Times, Newsweek, Parti démocrate…), par le biais d’islamistes notoires Iraniens, Pakistanais, Afghans, le tout avec la collaboration de l’International  Institute of islamic Thought (IIIT), institut notoirement lié aux Frères Musulmans dont les casseroles judiciaires ne manquent pas…et dont la présence en France n’a été dénoncée que par L’Observatoire de l’islamisation.

Extraits et décryptage :

« Nous avons trouvé des sites Internet cachés avec de l’information détaillée concernant le « Sharia Index Project » [projet de référenciel en Charia]de l’imâm de l’Institut Cordoba. Voici les anciennes versions du projet de l’institut (encore disponibles en PDF -première version ici, deuxième ) avant que l’imâm Rauf ne nettoie avec précaution le contenu dans une version policée plus présentable.

Plusieurs étapes ont servi à élaborer ce projet, présentées dans les premières versions du projet :

– Août 2006 : meeting de planification- Kuala Lumpur; Indonésie :

L’objet est d’étudier l’idée d’un index afin de mesurer le degré de Charia effectivement incorporé dans toutes les nations, et de préparer une feuille de route pour le projet. Les cinq premiers participants recrutés par l’imam Rauf sont membres des Frères Musulmans et conseillers en Charia pour des établissement financiers :

Professor Dr. Mahmood Ahmad Ghazi, Pakistan, (Chairman of the Shariah Board for the State Bank of Pakistan and former president of International Islamic University);

Professor Dr. Mohammad Hashim Kamali, Malaysia (Dean of the International Institute of Islamic Thought & Civilization and Former Interim Chairman, Constitutional Review Committee, Afghanistan);

Professor Dr. Tahir Mahmood, India (Founder/Chairman, Amity University Institute for Advanced Legal Studies, New Delhi, and former Dean of the Faculty of Law, Delhi University);

Dato’ Abdul Hamid Mohamad, Malaysia (Judge, Federal Court of Malaysia … Malaysian Supreme Court).

– Mai 2007 : Avant projet du référentiel de Charia :

Cinq autres « savants » se sont greffés au groupe de départ, comprenant des islamistes : un Turc, un Iranien, un Pakistanais et un Malaisien. Deux documents sont sortis de cette réunion : Les contenus essentiels de gouvernance par la Charia, une première ébauche du « Sharia Index » , ainsi que « soixante-quatorze principes de gouvernance musulmane issus de la loi islamique [charia] »

« En plus, le groupe a développé un Plan Stratégique pour le projet, avec les dates clés et la liste des tâches. A aussi été identifié une « short list » et une « long list » des savants-universitaires pour élaborer le support » (extrait de la première version du site du Cordoba Institute)

(Pour le contenu de toutes ces réunions préparatoires, se référer à l’article original très documenté)

– Août 2008: Publication finale des plans

La journaliste Anne Bayefsky a identifié le participant Iranien du « Sharia index Project » sur une photo du meeting de 2008, il s’agit de Mohammad Javad Larijani connu pour avoir justifié la torture des dissidents iraniens et les peines corporelles prévues par la Charia.

Novembre et décembre 2008 : lancement du projet avec l’IIIT, mouvement des Frères Musulmans. – En novembre 2008, L’International Institute of islamic thought (IIIT) édite le livre de l’imam Rauf ( pilotant le projet de la mosquée du WTC) et organise son lancement. « “What is Right with Islam is what is Right for America » est le nom du livre. Présence du vice président de l’IIITJamal Barzinji – voir le PDF sauvergardé.                                  – Décembre 2009: l’imam Rauf rencontre les dirigeants de l’IIIT afin de discuter de la finalisation du « Sharia index Project », dans leur siège en Virginie.

L’institut est né en 1981 dans l’état de Pensylvannie, sous l’impulsion de hauts responsables des Frères Musulmans. Son fondateur Abdul Hamid Abu Sulayman, est un séoudien ayant obtenu 3 380 000 dollars de son royaume pour lancer cette institution ayant pour objectif affiché « l’islamisation des savoirs[1] », faisant office de réservoir d’idée et de centre de formation pour intellectuels  islamistes, afin de leurs inculquer les méthodes de camouflage en occident.

L’ IIIT a fait l’objet d’enquêtes approfondies, aussi bien par le FBI que par des spécialistes de l’islamisme, le mettant en cause dans le financement du djihad international. Le journaliste Sylvain Besson dresse dans son livre La Conquête de l’occident[2] un portrait accablant de l’institut :

« L’accusation de soutien au terrorisme se fonde sur les relations de l’IIIT avec deux institutions islamistes un peu particulières. En 1997, un directeur de l’IIIT a versé 325 000 dollars à la Fondation de la Terre sainte. Or, des enregistrements effectués secrètement par le FBI indiquent que celle-ci a servi de couverture financière au groupe palestinien Hamas (…) L’IIIT a également entretenu des rapports suivis avec un institut basé en Floride, l’Entreprise mondiale d’études islamiques, ou WISE selon son acronyme anglais. Dès 1990, l’IIIT lui a versé des dizaines de milliers de dollars, et son soutient financier s’est poursuivi jusqu’en 2001. Des documents saisis en 1995 au domicile d’un dirigeant du WISE, Sami al-Arian, suggèrent que cette organisation était un appendice de groupe armé palestinnien Jihad islamique. Ce fait était d’ailleurs expressément souligné lors des réunions de récolte de fonds organisées par al-Arian. En février 2003, celui-ci a été inculpé par la justice américaine de soutien au terrorisme. (…) L’analyste israélien Reuven Paz  a participé à l’enquête américaine visant Sami al-Arian et WISE. Il a eu accès à l’un des documents découverts au domicile du militant palestinien. Cette « Charte du centre pour les études, le renseignement et l’information » vise à espionner les Etats-Unis de l’intérieur et à apprendre aux militants du Jîhad comment se fondre dans une société non-musulmane en supprimant tout signe extérieur d’islamisme, à commencer par la barbe. (…) et conclu « ce dont nous avons besoin, c’est de démanteler le système culturel de l’Ouest ». Dans des conférences organisées aux Etats-Unis, al-Arian martelait le même refrain en termes différents :

« Le Jihad est notre chemin. Victoire à l’islam. Mort à Israël. Révolution jusqu’à la victoire […] maudissons l’Amérique, maudissons Israël, maudissons leurs alliés jusqu’à la mort [3]»

Le directeur même de l’IIIT à l’époque, et membre fondateur, Taha Jaber al-Alwani, soutenait al-Arian moralement et financièrement ! Ancien enseignant à l’université Ibn Séoud à Ryad, figure majeure des Frères Musulmans en Occident, il a participé à la fondation du Conseil européen de la fatwa et de la recherche, structure liée étroitement à l’UOIF dont certains de ses dirigeants figurent dans l’organigramme.             Voir le contenu d’un livre de référence édité par l’IIIT en France afin de se faire une idée de sa radicalité. L’institut délivre des diplômes Licence-maîtrise-doctorat dans ses locaux de Saint-Ouen !   Ces dernières informations ont été revélée en exclusivité par l’Observatoire de l’islamisaiton en decembre 2007…sans provoquer d’indignation de la part de l’Etat Français, l’IIIT est toujours habilité à délivrer des diplômes officiels….

Source: Observatoire de l’islamisation

17/08/2010

Les musulmans abandonneraient le projet de la Mosquée de Ground Zero !

Bon. On va attendre un peu pour la confirmation de cette info trop belle pour être vraie…

FDF

.


16 août 2010

Le journal de gauche israélien Haaretz révèle ce soir que, dans un apparent souci d’apaisement, les leaders spirituels musulmans vont annoncer dans les tout prochains jours qu’ils renoncent au projet de la mosquée de Cordoue, ou Ground Zero, ou encore mosquée pour célébrer l’attentat du 11 septembre, et vont la construire ailleurs.


Photo (ajoutée par France-Israël) illustrant l’article de J. Greenfield « Le détournement musulman de Ground Zero« 

Selon Haaretz, la décision est principalement motivée par le combat très vigoureux mené par les opposants à la construction, dont la campagne d’affichage sur les flancs de bus de New York montrant les Twin Towers en feu, a retenti dans toute l’Amérique. Le parti républicain s’apprêtait également à produire une campagne télé très hostile. Une des autres raisons invoquées par les milieux musulmans religieux est qu’ils ne veulent pas que le projet éveille des sentiments négatifs envers les musulmans (à mon sens, c’est un peu tard, mais ils l’ont bien mérité), et ils espèrent, au contraire, que ce geste sera regardé par les familles des victimes du Onze-Septembre comme une marque de respect (là encore, je serais étonné que les opposants voient ce geste comme un signe positif, puisque sans cette brave résistance, les musulmans n’auraient pas renoncé à leur projet).

Mais les deux raisons qui paraissent les plus intéressantes, et que nous tenterons de ne pas oublier, sont le fait que les financements nécessaires auraient manqué, et que l’apparent recul du président Obama, aurait jeté un froid (Obama, lors du discours de célébration du Ramadan, a affirmé que toutes les religions sans exception ont le droit de construire un lieu de culte ; par la suite, face au scandale que ses propos ont suscité parmi les victimes de l’attentat, il ajoutera : « Je me suis prononcé sur la conformité du projet vis-à-vis des règles de notre constitution, je ne me suis pas prononcé sur le choix de construire cette mosquée à cet endroit, et je ne le ferai pas ».

Mon sentiment profond : il ne faut pas humilier nos ennemis lorsqu’ils sont perdants. Même si les raisons de leur abandon du projet sont tout ce qu’il y a de plus hypocrites, ils l’ont abandonné et c’est ce qui compte. Crier victoire ne ferait qu’attiser une haine dont nous nous passons bien. Au lieu de cela, tirons-en, si possible, la bonne leçon : la force parle et l’emporte, c’est dans la nature de l’homme.

Jean-Patrick Grumberg


Source : Haaretz




Mosquée de New-York : Obama se prend les pieds dans le tapis (de prière)…

Le projet de construction d’une mosquée non loin de Ground Zero suscite une vive polémique.

lundi 16 août 2010

Le président Barack Obama se serait bien passé de cette nouvelle polémique. Son discours donné vendredi en faveur de la construction d’une mosquée aux abords de Ground Zero, théâtre des attentats terroristes du 11 septembre, ne fait pas l’unanimité. Malgré une déclaration samedi nuançant ses propos, ses adversaires politiques n’ont pas hésité à s’engouffrer dans la brèche.

« En tant que citoyen, en tant que président, je pense que les musulmans ont autant le droit de pratiquer leur religion dans ce pays que n’importe qui d’autre. Et cela inclut le droit de construire un lieu de culte et un centre communautaire sur une propriété privée dans le sud de Manhattan, en accord avec les lois en vigueur. C’est cela l’Amérique. » Une déclaration faite vendredi soir lors d’un diner de rupture de jeun donné à la Maison Blanche en l’honneur de la communauté musulmane qui a déclenché un véritable tollé. En se montrant favorable au projet d’édification d’une mosquée de 15 étages non loin de Ground Zero, théâtre des attaques terroristes qui se sont abattues sur le World Trade Center le 11 septembre 2001, le président Barack Obama s’est pris les pieds dans le tapis. En déplacement en Floride samedi, il a précisé que ce discours n’avait pas pour objectif de déterminer s’il était sage ou non de construire une mosquée près de Ground Zero mais de souligner que c’était un droit. « Je n’évoquais pas et je n’évoquerai pas le bien-fondé du fait de construire une mosquée à cet endroit. » a déclaré le chef d’Etat américain. Prise de position saluée par Michael Bloomberg, maire de New York.

Le porte-parole de la présidence américaine, Robert Gibbs avait pourtant précisé le 3 août dernier, alors que le projet de construction du centre culturel faisait débat, que c’était « un problème que la ville et la communauté de New York doivent gérer seules. La Maison-Blanche n’a pas à s’immiscer dans cette prise de décision locale. » Le Président Obama aurait pu se contenter de garder le silence mais selon son conseiller David Axelrod se confiant au New York Times, il aurait « senti qu’il était de sa responsabilité de parler. » Le traditionnel repas du ramadan était une occasion toute trouvée.

Obama accusé de « flatter l’islam »

Le soutien apporté au Cordoba House, nom du projet du centre culturel musulman, a été largement critiqué par le parti républicain. Newt Gingrich, ancien président de la Chambre des représentants considère que le président « flatte l’islam. » Selon lui, l’édification d’une mosquée sur ce site frappé par les attentats du 11 septembre serait pour les musulmans un symbole de victoire. « Ce serait comme mettre un signe nazi à côté du Musée de l’Holocauste » a-t-il ajouté. D’autres membres du parti républicain ont fustigé les déclarations du locataire de la Maison Blanche relançant ainsi les rumeurs sur son éventuelle confession musulmane. Malgré le rappel du président Obama selon lequel « La cause d’al-Qaïda n’est pas l’islam. C’est une répugnante déformation de l’islam », Peter King, élu new-yorkais et membre républicain de la Chambre des Représentants considère que « c’est un manque de sensibilité de la part de la communauté musulmane de construire une mosquée à l’ombre de Ground Zero. » Et John Boehner, chef de la minorité de la Chambre de s’engouffrer également dans la brèche, annonçant que les Américains ne suivront pas le président dans cette direction. John Cornyn ne manque pas quant à lui de souligner que « c’est le peuple américain qui rendra son verdict » à l’occasion des élections du Sénat le 2 novembre prochain. A un mois du neuvième anniversaire des attentats du 11 septembre, un sondage CNN Opinion Research révèle que 68% des Américains sont opposés au projet de centre culturel musulman.

Lieu hautement symbolique, Ground Zero est pour les Américains un véritable sanctuaire qui a vu la vie de 3000 de leurs compatriotes s’éteindre brutalement sous les attaques terroristes revendiquées par al-Qaïda.

Source: http://tinyurl.com/2blfo5c

68% des Américains sont opposés à la mosquée de Ground Zero !

17 août 2010

Mosquée de Ground Zéro, Barack Hussein Obama et taqiya
« La mosquée de New York et le « double langage » de Barack Obama
En tempérant son soutien à la construction d’une mosquée à deux blocs de Ground Zero, le président américain brouille les pistes. Et prête le flanc aux critiques.

« C’est un problème que la ville et la communauté de New York doivent gérer seules. La Maison-Blanche n’a pas à s’immiscer dans cette prise de décision locale. » Ainsi parlait Robert Gibbs, porte-parole de la présidence américaine, rapporte le blog The Caucus. Le « problème » qu’il évoquait, le 3 août dernier? La construction d’un centre culturel musulman à deux blocs de Ground Zero, site du sud de Manhattan à jamais associé aux attentats du 11-Septembre 2001. »  Lire la suite sur : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/amerique/la-mosquee-de-new-york-et-le-double-langage-de-barack-obama_912777.html

Sondage :
68% des Américains sont opposés au projet de mosquée près de Ground Zero
As you may know, a group of Muslims in the U.S. plan to build a mosque two blocks from the site in New York City where the World Trade Center used to stand. Do you favor or oppose this plan?
Source : CNN Opinion Research  / http://i2.cdn.turner.com/cnn/2010/images/08/11/rel11a1a.pdf page 3 .
Articles en rapport:
Page suivante »