Francaisdefrance's Blog

27/10/2011

Soyez plus discrets avec vos mosquées, ça passera mieux…

Le projet de Marseille: pourquoi tant de faste !!!

La folie des grandeurs conduit souvent à la décadence.

Amis musulmans: vous devriez entretenir votre culte avec plus de discrétion. Pourquoi ces mosquées-cathédrales? Qui (nous/vous) coûtent des sommes pharamineuses et défigurent notre paysage. Soyez plus humbles. Vous verrez: des lieux de culte moins « tape à l’oeil », ça passera beaucoup mieux auprès des chrétiens que nous sommes. Chez nous, la tolérance, on l’a déjà prouvée. Chez vous, nettement moins. Fondez-vous dans la masse et faites vous oublier; ça évitera l’islamophobie dont vous plaignez sans cesse. On tolère vos mosquées en terres chrétiennes; vous brûlez nos églises en terres musulmanes. Si on ne veut pas en arriver à la loi du Talion, vous savez ce qui vous reste à faire. Vous avez les cartes en main…

FDF

.

Le quotidien régional La Marseillaise a publié hier, des extraits d’un rapport confidentiel sur l’islam à Marseille. Le document, qui préconise une compression des espaces de culte, suscite l’indignation chez les responsables d’associations musulmanes.

A Marseille, les prières de rue, ça dérange

Le document, qui est en fait un rapport confidentiel de 8 pages des services de renseignement français, porte un regard pessimiste sur la communauté musulmane de Marseille. Selon ses termes, « si rares sont les individus radicalisés au point de soutenir les jihadistes, le fondamentalisme aurait progressé au point de gagner la majorité de la population musulmane ». Certaines communautés de musulmans sont ainsi accusées d’enfermer leurs membres « dans une boucle culturelle », accentuant ainsi le « repli communautaire », rapporte le quotidien La Marseillaise.

Selon le rapport, les musulmans de Marseille sont une « population fragilisée, peu informée et peu cultivée y compris sur les préceptes de sa propre religion, se retrouvant entre les mains d’imams auto-proclamés, guère plus compétents que leurs ouailles mais suffisamment charismatiques pour obtenir leur suivisme ».

« Pas plus de mosquées mais mieux de mosquées. »

Le document se penche particulièrement sur la question des prières de rue et du nombre de mosquées. Les auteurs du rapport sous-entendent que les lieux de cultes musulmans sont trop nombreux à cause des divisions intestines dont souffre l’islam marseillais. Ces divisions pousseraient de nombreux musulmans à faire leurs prières dans les rues. La solution préconisée : « reconcentrer (réduire, ndlr) les lieux de culte ».

Ceci aurait pour effet « une professionnalisation des imams, des économies d’échelles, forcerait les fédérations et les obédiences au consensus et éloignerait les intérêts extra-nationaux, facilitant en outre les rapports et l’observation par les partenaires institutionnels. Non pas plus de mosquées mais mieux de mosquées », indique le rapport. En d’autres termes, pour éviter aux fidèles de prier dans les rues, il faudrait réduire le nombre de mosquées. Sur ce point, le rapport est jugé « contradictoire » par Nassera Bernmarnia, directrice de l’Union des familles musulmanes à Marseille.

Moins de mosquées, mais pas de grande mosquée

Alors que le « moins de mosquées » sous-entend naturellement la construction d’édifices capables de fédérer les communautés musulmanes de Marseille, il semble que les auteurs du rapport excluent la construction d’une grande mosquée à Marseille. Pour eux, l’idéal serait un édifice discret, avec un impact sur le paysage urbain.  En d’autres termes, une grande mosquée de Marseille ferait tache sur le décor marseillais.

Pour Nassera Bernmarnia indignée, « encore une fois, on enferme le musulman dans le cliché du terroriste, de celui qui ne respecte rien ». De son côté, Benoit Gilles, journaliste à La Marseillaise, estime pour sa part, que « les rédacteurs mêlent sans peine les généralités et l’anecdote, les stéréotypes grossiers et les observations renseignées ». Un tissu de contradiction en somme, censé défendre la « laïcité à la française ».

Source: http://www.yabiladi.com/

Et merci à DG pour l’info…

13/07/2011

Ramadan: là où les « fidèles » se sacrifient…

Et c’est reparti pour un mois de grand théâtre avec le ramadan et ces pauvres fidèles qui se privent de manger le jour… pour mieux s’empifrer la nuit!. Quel sacrifice ! On pourrait s’en émouvoir si on ne savait pas ça: http://tinyurl.com/6exu2vm

Et durant ce « long » mois, croyez vous qu’ils pensent à leurs frères d’Afrique? C’est le « mois du partage », aussi…

FDF

.

Le ramadan fêté à la Grande mosquée à Strasbourg… Comme ailleurs.

L’espace cultuel du Heyritz devrait accueillir temporairement les fidèles, à partir du 1er août

A l’extérieur de la Grande mosquée, au Heyritz, des ouvriers s’affairent à damer le parking. A l’intérieur, d’autres se pressent, par exemple, à poser des portes, à effectuer les derniers branchements dans les salles d’ablution et de traduction. « Il reste encore des choses à faire, comme installer la sonorisation. Mais, hormis la pose de la moquette provisoire dans la salle de prière, tout sera fini le 29 juillet, avance Fouad Douai, le président de la SCI en charge du lieu. Afin de délivrer une autorisation d’ouverture au public, la commission de sécurité fera une inspection le 1er août à 8 h 30. Inch Allah, si dieu le veut, on devrait donc pouvoir accueillir les fidèles dès la fin de la matinée, premier jour du ramadan. »

L’Aïd-el-kébir y sera célébré
Vendredi, lors d’une pré-visite, les services de sécurité n’ont noté aucun couac préjudiciable. Tout au plus, « une marche à enlever, des extincteurs à replacer… », dit Fouad Douai. « Nous accueillerons les fidèles pour la prière tous les jours du 1er août au 5 septembre et pourrons enfin fêter l’Aïd-el-kébir ici, le 30 août ou 1er septembre. Puis nous refermerons la mosquée deux mois pour permettre la fin des travaux » notamment de déco, précise Saïd Aalla, son président.

Du point de vue financier aussi, les affaires vont bon train. « Le budget de la phase finale du chantier est bouclé. Pour les éléments hors marché, comme la clôture, la Grande mosquée va prendre les charges à ses frais », pointe Saïd Aalla. Initialement prévu à hauteur de 4,5 millions d’euros, la construction de ce « nouveau patrimoine de tous les Strasbourgeois, musulmans ou non », va finalement coûter le double. Le surcoût résulte notamment d’un différend avec un entrepreneur, qui avait paralysé le chantier de janvier 2008 à mai 2009. En projet depuis 2000, le lieu devait être inauguré en 2008, annonçait-on lors de la pose de sa première pierre en 2004.

Source: http://www.20minutes.fr/

02/04/2011

Bonne nouvelle. Marseille: la grande mosquée s’enlise…

Et encore un projet qui le reste. Il n’y a pas que dans le désert qu’il y a des mirages, les gars!

Le projet de mosquée se plante? Qui s’en plaindra? Les pro-muzz? Les dhimmis? Les collabos? Pas nous, les Résistants, en tous cas.

FDF

.

 

Le trésorier a démissionné, le président est contesté. Et les caisses sont vides.

Présenté il y a un an, dans un grand élan d'amitié de tous les acteurs, le projet prend l'eau et surtout, l'argent n'est pas au rendez-vous.

Présenté il y a un an, dans un grand élan d’amitié de tous les acteurs, le projet prend l’eau et surtout, l’argent n’est pas au rendez-vous.

Photo DR

Qu’il est loin le temps des sourires, des accolades, des certitudes. Il y a près d’un an, en mai, on procédait à la pose symbolique de la première pierre de la grande mosquée de Marseille, à St-Louis (15e). Le projet, confié à l’association « Mosquée de Marseille » était sur les rails. Mais un mois plus tard, en juin, le président Nourredine Cheikh était renversé par Abderrahman Ghoul au terme d’une assemblée générale houleuse. Que reprochait-on à Cheikh ? De ne pas assez communiquer et d’être cornaqué par la Ville. L’imam Ghoul prenait ainsi les commandes de l’association. Mais près d’un an après, rien n’a avancé.

Il faut 22 M€ (des dons uniquement) pour bâtir la mosquée, dont les travaux devaient démarrer fin 2010. Et les caisses sont toujours vides. Il faut dire qu’après la « disparition » de Cheikh, l’Algérie, qui devait mettre 7 M€, s’est retiré. À cause des affinités de Ghoul avec le Maroc ? C’est ce qu’on dit même s’il faut chercher d’autres explications ailleurs. Et l’Algérie freinant des quatre fers, d’autres pays favorables au projet, auraient rangé le chéquier. On attendait également 7M€ de l’Arabie Saoudite. Quant au Maroc, le consul se disait intéressé par le dossier. Mais c’était l’année dernière. Depuis, silence radio. Conséquence: les caisses de l’association sont vides même si la communauté comorienne et le président du Sénégal ont donné quelques milliers d’euros (environ 100000 au total). Mais aujourd’hui, le malaise est d’autant plus grand que le trésorier de l’association, Abou Diarra, a démissionné. Pourquoi ? « Je me sentais mal » lâche seulement ce dernier. Que s’est-il passé ? La collecte des dons de particuliers (qui peuvent participer au même titre que les états) serait floue. « Il n’y a aucune visibilité » affirme un autre membre du bureau qui s’apprête à tout déballer sur la place publique. « Tant que Ghoul sera là, la mosquée ne se fera pas. L’ancien président ne communiquait pas. Celui-là agit et communique après. Le problème c’est qu’on n’a aucune preuve de ce qu’il avance. »

Mais qu’avance l’imam Ghoul ? Après avoir promis (en décembre) du neuf pour mars, il ne communique plus. A-t-il fait une croix sur les pays musulmans ? Compte-il, comme on l’affirme, sur de richissimes particuliers. Un prince ? Un émir ? Mais si c’est le cas, un mécène (ou un pays) ne pourrait pas mettre plus de 20% de l’enveloppe. Car en finançant la totalité, il aurait la mainmise sur la mosquée. Ce qu’une charte, éditée avec le maire, interdit. Mais ce mécène existe-t-il vraiment ? Se manifestera-t-il quand les recours seront épuisés? Car des procédures ont été engagées. Le prix du bail (24000 € par an) serait sous-évalué? Les places de parking seraient insuffisantes? Extrême droite d’un côté, CIQ de l’autre, ont saisi la justice. Il ne faut plus parler de mosquée. Mais de mirage.

Source: http://www.laprovence.com/

03/01/2011

Grande mosquée de Barcelone: c’est non !

Et encore une municipalité qui semble avoir compris. Il faut dire que les espagnols ont déjà vécu par le passé sous le joug musulman… Ca calme.

FDF

.

Barcelone ne veut plus de la grande mosquée

Barcelone ne veut plus de la grande mosquée

Les autorités catalanes avaient récemment annoncé la création d’une grande mosquée à Barcelone, dont la gestion serait confiée aux Marocains. 

L’information relayée par les médias espagnols en marge du forum intellectuel, organisé à la mi-décembre par le Conseil européen des oulémas marocains et la Fédération des centres culturels et islamiques de Catalogne, a été totalement démentie par les autorités catalanes.

Ces autorités, en charge des affaires religieuses, ont expliqué qu’il n’avait jamais été question de création d’une grande mosquée à Barcelone, ajoutant que le fait de reconnaitre le droit des musulmans d’avoir une mosquée dans la ville, ne signifiait en rien un engagement pour la construire.

Nouredine Ziani, président de la Fédération des centres islamiques de la province de Catalogne, défend lui le fait que la construction de grandes mosquées pour remplacer les lieux de prières aménagés dans les parkings et les sous-sols des immeubles, serait la solution pour combattre l’extrémisme religieux.

Cette thèse avait déjà été soutenue par l’ex député au parlement catalan, Mohamed Chaïb, auprès de l’Ambassadeur Américain à Barcelone selon un câble Wikileaks, et par le président de la municipalité de Barcelone, Jordi Hereu, lors d’une visite effectuée à la mosquée Hassan II, à Casablanca en 2009.

Source: http://www.bladi.net/

Un nouveau mot interdit: « occupation »…

Pas mal, Lucien, pas mal…

FDF

.

Incroyable ! tandis que Marine le Pen ne faisait nullement référence à la période de l’Occupation nazie (1), mais à la notion d’occupation au sens de contrainte imposée aux habitants d’un territoire donné (par exemple les habitants de la rue Myrha à Paris alors que la Grande Mosquée peut parfaitement accueillir nos irrésistibles fervents), les dirigeants UMP et PS se déchaînent, en parfaits météorologistes de la… chose politique bien sûr, accompagnés évidemment de « l’intelligente » Duflot, et surtout de l’inénarrable MRAP osant comparer les prières de rues musulmanes aux « processions religieuses » (alors que celles-ci ne font que passer) sans oublier enfin le CFCM qui en appelle à la responsabilité, parlant de manque de « lieux de culte musulman » alors que « tout le monde sait », sauf eux (?) qu’il existe bien plus de lieux de cultes musulmans qu’auparavant, et qu’auparavant précisément il n’y avait pas de prières dans la rue bloquant chaque vendredi tout un pan de territoire : cherchez l’erreur !

En fait, ce sont tous ces « dirigeants » (profitant de l’aubaine pour aller à la pêche au vote « musulman ») qui sont méprisants voire racistes puisqu’ils sous-estiment le calcul politique opéré par ceux qui organisent sciemment des occupations de rue alors qu’au même moment nombre de mosquées sont à moitié vides.

Il est navrant de constater encore une fois que dès que l’on a la peau basanée ou noire, l’on est exclu tout de suite de la stratégie politique : l’on ne peut être que plaint ou montré du doigt comme exclu ; rien à faire, et ce alors même qu’un attentat au nom de l’islam a été déjoué in extremis en Suède parce que certains suédois ont voté « mal » dernièrement.

Nous en sommes là : une classe politique complètement « out », incapable de toute nouveauté, hormis dans l’outrance, jusqu’à se rendre compte qu’il manque du matériel de déneigement (alors qu’il avait été décidé que puisqu’il  ne neigerait plus, il n’y avait plus de raison d’investir, maintenant « on » nous dit le contraire : il neige à cause du « réchauffement » : et si ma tante en avait on l’appellerait mon oncle…), cette classe politique, donc, incapable de prévoir la France 2.0, la France des nouvelles technologies, des mutations nécessaires, etc etc, de la nouvelle donne nécessitant une vision réellement révolutionnaire (au sens de penser à apporter la prospérité pour le plus grand nombre) se recroqueville sur ses acquis électoraux, sur « son » islam qui n’existe qu’en Europe en réalité (et même en Egypte, la dictature vient de montrer ses limites « éclairées » alors que l’on s’acharne sur les dissensions en Côte d’Ivoire…), sur son espoir enfin d' »égalité réelle » c’est-à-dire agiter l’idée que l’on peut remettre les compteurs à zéro comme en 1792 ou en 1917 en supprimant l’élite afin de s’y mettre à la place, sauf qu’ils oublient qu’ils seront eux-mêmes emportés par la vague qu’ils appellent de leurs voeux, tel Danton et tant d’autres à commencer par Trotski.

Ainsi dorénavant dénoncer une « occupation » d’usine, de faculté, sera sans doute montré du doigt comme étant un propos « fasciste » ; par ailleurs, l’épisode de la « non pagaille » alors que la neige tombait drue, montre bien que la Nomenklatura voit désormais uniquement le réel sur ses écrans communicationnels, pis : ils créent le réel adéquat et somment le vrai réel de s’effacer ou, encore une fois, l’éternelle grandiloquence de la carte sur le territoire. Il est clair qu’une telle cécité n’amènera guère les lendemains qui chantent le soir du 1er tour d’avril 2012 : nous fonçons dessus à vive allure, la question n’étant plus maintenant de savoir si nous allons à la catastrophe, mais à quelle vitesse ? Il semble qu’un coup d’accélérateur vient d’être donné…

Bonjour chez vous chers amis numéros (je suis le 3452, le n°6 étant déjà pris… quant au n°2… c’est un vrai siège éjectable non ? Mais qui est le N°1 ? Il faudrait demander à Wikileaks je suis sûr qu’ils savent…)

http://www.lucien-sa-oulahbib.info/article-occupation-bis-62848471.html

Suite à mon billet précédent (« Occupation »: le nouveau mot interdit par la Nomenklatura française) j’ajouterai que si nous laissons faire les nouveaux totalitaires du multiculturalisme et autres alter-islamistes qui n’ont de cesse de penser comment dé(cons)truire la République française (pour des causes « justes » bien sûr, du genre nécessité démographique, économique, climatique, et j’en passe) bientôt il y aura des « compromis », ou « arrangements raisonnables » faits par nos dirigeants avec les responsables communautaires musulmans (entre autres…) pour que chaque personne ayant un nom à consonance musulmane soit considérée comme membre automatique de cette communauté (sauf refus de sa part puisque nous sommes, encore, dans une Etat de droit avec une législation indivisible) ; ce qui aura pour conséquence de pouvoir lui appliquer, pour le code civil, la sharia (déjà fait dans certains pays) ou de placer les enfants à la cantine sur des tables sans porc (ce qui se fait déjà…en France) voilà le meilleur des mondes qui nous attend : jugé selon les lois de « sa » communauté et non la loi générale, en attendant que sur les questions cette fois pénales les arrangements raisonnables, proportionnels à l’affaiblissement de la République, acceptent l’application intégrale, lorsque en effet « la » France aura éclatée façon Yougoslavie (pas encore) façon Belgique pour commencer, les Flamands se séparant précisément des Wallons parce qu’ils refusent le modèle « multiculti » que l’Allemagne, au bord du gouffre, tente d’écarter freinant des mille fers.

Tout cela nous ramène à des siècles en arrière, mais de quel « arrière » s’agit-il puisque les notions de progrès, émancipation, libération, ont été détruites par nos apprentis sorciers soucieux de chercher des préfets « musulmans » de respecter toutes les cultures comme des chefs d’oeuvre en péril, d’imposer l’apprentissage de la supposée langue d’origine comme l’arabe alors que celle-ci a été imposée, tout comme l’islam, aux populations autochtones d’Afrique du Nord (à la différence du christianisme et du judaïsme qui se sont, eux, diffusés, les Romains n’étant pas catholiques officiellement avant le 4 ème siècle avec Constantin) des populations d’ailleurs qui commençaient à parler un latin roman mêlant des mots puniques numides etc, bref, qui aurait pu donner un dérivé comme le françois vis-à-vis du latin…

Aujourd’hui, dans le monde totalitaire du social étatisme, la nomenklatura du politiquement correct obamaïsé (alors que l’on apprend qu’Obama avait téléphoné à Lula pour qu’il n’achète pas le Rafale) rêve de régner sur un monde diffracté sans frontières dans lequel les cultures sont devenus des folklores pour « qui veut gagner des millions » et autres saga ou romans de gare, vidéos portatives pour smartphone (« tiré » de toute façon par un CPF), et dans ce monde virtuel la nomenklatura à la Duflot construit son islam à elle un islam « bouddhistisé » virtuel lui aussi, tandis que les autres marionnettes vocifèrent pétitionnent et postillonnent avec les mots « racisme, haine » alors que ce sont elles qui fabriquent le ressentiment, l’incompréhension.

Ce sont elles qui sont la cause d’un changement de climat en effet où l’étranger est perçu avec crainte et une profonde déception : pourquoi ne voulez-vous pas accepter notre façon de vivre alors que nous acceptons la vôtre, du moins si elle ne remet pas en cause nos acquis culturels comme la liberté de conscience et la liberté du corps, sa beauté n’étant plus l’apanage des élites, mais aussi du peuple qui aime se montrer, jouer des regards au croisement des rencontres lorsque le soleil et le vent s’amusent en chevauchant les chevelures d’ondulations sereines, tout cela est à respecter, même si nous ne sommes pas une population amazonienne qui verrait évidemment sa culture protégée, intégralement, par des cohortes d’admirateurs.

Il faut accuser haut et fort les pseudo associations anti-racistes d’avoir, elles, alimenté une haine et un rejet (le FN ne faisant que tirer les marrons du feu) au lieu de se battre par exemple pour que dans les médias, dans la pub, dans les partis politiques il existe un réel multicoloralisme, seul Benetton a essayé…

Méfiez vous des visages d’ange qui savent très bien ce qu’ils disent, d’autant que à trop faire l’ange… on laisse venir la Bête qui est déjà là parmi tous ces gens qui hurlent au loup alors que ce sont eux qui l’ont… réintroduit …

Source: http://www.lucien-sa-oulahbib.info/article-occupation-le-nouveau-mot-interdit-par-la-nomenklatura-62841674.html

27/10/2010

Grande mosquée de Chambéry le Haut: des sous, des sous !

Toujours en train de chialer, ces muzz. C’est cette fois à Chambéry le Haut,  où ils évoquent l’implication de l’Etat dans le financement de leur lieu de culte… Et la loi de 1905, c’est une loi Française, pas musulmane, non? Alors pas touche! Les pays arabes ne crachent plus au bassinet autant qu’avant… Il y a une raison. Et les fidèles, les allocs ils s’en servent pour vivre, maintenant… Les dons, ça va un moment. La crise, c’est pour tout le monde. Ce sont pas les muzz qui vont changer NOS lois pour assouvir leurs besoins…………… spirituels, dirons-nous.  On se comprendra à demi-mots…

FDF

.

Chambéry-le-haut : une grande mosquée ?

les salles de prière actuelles à Chambéry-le-haut 

Les salles de prière actuelles à Chambéry-le-haut

Les musulmans chambériens sont toujours à la recherche de financements mais pas à n’importe quel prix !

4 ans après avoir acheté le terrain à la commune, les musulmans de Chambéry-le-Haut n’ont toujours pas construit leur grande mosquée.

Depuis 20 ans, leur association  privilégie le dialogue avec les autorités locales et cultive son indépendance vis-à-vis de financeurs étrangers qui pourraient influer sur son orientation religieuse.

Vidéo

En vidéo notre rencontre avec des musulmans chambériens à l’occasion de la prière du vendredi, cette grande prière collective. Pour l’instant les 600 fidèles prient dans d’anciens hangars qu’ils ont rénovés, achetés à la ville dès 2001, en auto-financement.

Au départ, il y a 20 ans, c’est l’histoire d’une bande de copains de ce quartier populaire, enfants d’immigrés. Ils ont 25 ans quand ils re-découvrent l’Islam de leurs parents, en pleine « affaire du voile », après la déception de la marche des Beurs et le demi-échec de SOS Racisme.

Les copains embrassent l’Islam comme un nouvel espoir et créent leur association, le « Centre Islamique de Chambéry-le-haut ». Depuis, jour après jour, à travers notamment l’aide aux devoirs, ils ont obtenu la confiance de la commune, qui prône une laïcité ouverte.

Une association qui se veut indépendante

les nombreux fidèles lors de la prière du vendredi

L’an dernier, le Centre Islamique de Chambéry-le-haut, le CICH, a refusé un premier projet de grande mosquée, avec minaret, évalué dans les 800.000 euros, tout simplement parce qu’il ne s’intégrait pas dans le paysage chambérien.

Le CICH semble très attaché à son indépendance, quitte à se priver de l’argent de pays arabes, très riches, qui pourraient lui imposer un imam ou une orientation religieuse.

Une association représentative ?

l'imam de Chambéry-le-haut

A Chambéry-le-haut, le CICH ne semble pas être dominé par une nationalité, comme c’est pourtant souvent le cas ailleurs en France. La représentativité est un vrai problème dans l’Islam, puisque cette religion -sans véritable clergé- est beaucoup moins organisée, moins pyramidale que l’église catholique à laquelle nous sommes plus habitués.

Pour en savoir plus sur  les islams de France, lisez le livre « Les musulmans en France », éditions Laffont, 2007 de Sylvie Taussig et Bernard Godard, ce dernier, sociologue et ancien haut-fonctionnaire des renseignements généraux, est l’un des meilleurs spécialistes français.

Faudrait-il changer la loi ?

la communauté musulmane chambérienne est multi-ethnique

La ville de Chambéry veille sur les imams officiant sur son territoire. Mais est-ce le cas partout en France ? Pour éviter les financements extérieurs, et contrôler les prêches dans l’ensemble du pays, faudrait-il que l’Etat s’en mêle ? Mais cela supposerait une révision de la sacro-sainte loi de 1905 sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Une révolution !

Sur le débat entre « laïcité ouverte » et « laïcité fermée », à l’occasion des lois sur les voiles islamiques, lire « quatre raisons pour ne pas interdire le voile intégral », par la politologue Cécile Laborde, « réflexions sur quelques bouts de tissu », dans la revue Le Tigre, et l’interview de Jean Baubérot, historien, membre de la commission Stasi sur la laïcité, sur Libération.fr

Source: http://tinyurl.com/2crr6o3

10/10/2010

Mosquée de Metz: attention à la loi de 1905 !

D’après cet article, du moins son contenu, les musulmans de Metz comptent sur la municipalité pour assouvir leur désir d’implanter une « grande » mosquée; au niveau financier, du moins. Rappelons à la mairie de Metz que la loi de 1905 est valable pour toutes les religions... Et là, il est bien question de mosquée; pas de « centre cultuel et culturel », comme d’habitude, quand on est obligé de nommer ce genre d’édifice afin d’obtenir les subventions municipales…

FDF

.

Bien que l’affaire dure depuis longtemps, on ne peut pas dire que le politique local fasse preuve d’une grande fermeté :  « Question pratique, tout reste encore assez évasif. Aucun planning n’a encore été fixé. «Il faut laisser les choses se mettre en place»,» tient à préciser Antoine Fonté, adjoint à la Culture et aux Cultes. «On prendra le temps qu’il faudra. La mairie de Metz ne s’inscrit pas dans une démarche d’urgence. Nous voulons que les liens entre les communautés soient les plus serrés possible. Ce projet a besoin de sérénité.» Les rôles sont toutefois répartis. «C’est l’association qui va mener sa réflexion et imaginer ses échéances, sa gouvernance. Tout cela sera exprimé dans un cahier des charges.

La Ville de Metz accompagnera cette grande mosquée selon des modalités qui restent encore à fixer et qui respecteront le cadre législatif. Cela pourra être aussi bien une aide logistique qu’un financement du bâtiment.» Pour l’implantation, rien n’est encore décidé. Officiellement, personne n’y a encore pensé. «Le rêve, ce serait qu’elle soit visible, à côté d’une église et d’une synagogue. Mais il faut aussi répondre au besoin de proximité pour les pratiquants.» On pense, logiquement, à Borny. Rien n’est confirmé. Même un éventuel minaret. «Beaucoup de choses se décideront aussi en fonction de l’argent dont nous disposerons. Nous comptons sur la générosité de la communauté et sur la mairie» confie Djamila El Brahmi« . Bon, finalement : on aura une grande mosquée avec minaret dans un quartier communautaire – et reconnu et accepté comme tel – financée en partie par la Mairie. Pour remplacer celle-ci ou celle-là?

Source: http://tinyurl.com/2a88966

02/10/2010

N’importe quoi! La ville de Metz veut sa grande mosquée !

Celui qui va gober cette info avec un titre pareil devrait aller vite consulter… Ce sont les MUZZ qui veulent cette « grande » mosquée et pas la ville. Il n’ y qu’à demander leur avis aux habitants… En toute démocratie…

FDF

.

L’adjoint au maire de Metz, Antoine Fonte, a présenté le bureau de l’union des associations cultuelles et culturelles des musulmans de Metz.  Photo Stéphane STIFTER

L’adjoint au maire de Metz, Antoine Fonte, a présenté le bureau de l’union des associations cultuelles et culturelles des musulmans de Metz. Photo Stéphane STIFTER

La municipalité messine a présenté, hier, l’association de préfiguration d’une future grande mosquée à Metz. Elle regroupe les différentes associations cultuelles. Soutenue par la Ville, elle va dessiner les contours de l’édifice.

Y aura-t-il bientôt une grande mosquée à Metz ? Difficile à dire aujourd’hui, tant le projet présente des complexités financières et légales. Une chose est certaine : la municipalité socialiste fera tout pour qu’il aboutisse.

Après avoir ouvert le dossier il y a un an et demi, elle a présenté, hier, l’achèvement d’une étape majeure : la constitution d’une association de préfiguration, l’union des associations cultuelles et culturelles des musulmans de Metz (UACM). Celle-ci regroupe cinq des six associations musulmanes messines, qui organisent aujourd’hui le culte dans des locaux exigus et inadaptés. « C’était un préalable capital, explique Antoine Fonte, adjoint au maire chargé de la culture et des cultes. En France, l’islam n’est pas organisé de manière hiérarchique et institutionnelle comme la religion catholique, par exemple. Les musulmans se regroupent par communautés, en associations. Il nous fallait fédérer un maximum d’associations autour de ce projet. C’est ce que nous avons fait avec cette union. »

« C’est un moment historique pour la Ville de Metz et la communauté musulmane », n’hésite pas à dire Raymond Beller, secrétaire général de l’UACM. Avec cette union, nous avons su dépasser nos différences pour effectuer un retour aux sources de l’islam. Nous allons maintenant pouvoir travailler pour que ce beau projet commun aboutisse. » Un travail qui se fera en partenariat avec le conseil régional du culte musulman de Lorraine.

La question du lieu en suspens

« Il appartient maintenant à l’UACM de définir le cahier des charges et de faire aboutir le projet, explique Antoine Fonte. La municipalité sera là pour l’accompagner. » Et pour participer au financement de cette future grande mosquée ? « Nous n’excluons pas de le faire dans le cadre légal », répond simplement Antoine Fonte.

« Nous n’avons pas défini de calendrier, précise Djamila El Brahmi, qui a été élue à la présidence de l’UACM. Il n’y a aucune urgence. Nous voulons élaborer ce projet dans la sérénité et la concertation. Quand viendra le moment de constituer un tour de table financier, nous ferons appel à la communauté et aux élus locaux intéressés. Mais il est trop tôt. » Pour permettre au projet d’aboutir, la mairie envisage aussi la possibilité de mettre un terrain à disposition de l’UACM, par un bail emphytéotique par exemple.

L’emplacement, c’est l’autre point fondamental toujours en suspens. « Nous attendons les propositions de l’union des associations », lâche Antoine Fonte. « Le rêve, c’est que cette grande mosquée soit assez visible, sourit Ibili Güngör, le porte-parole de l’UACM. Il faut donc qu’elle soit assez proche d’une église ou d’une synagogue. »

Car pour les musulmans de Metz, cette grande mosquée doit être perçue comme le signe d’une parfaite intégration de leur religion dans la République. « Ce sera avant tout un lieu d’ouverture, vers l’extérieur, promet Djamila El Brahmi. Il devra permettre à tous les Messins de mieux comprendre l’islam. »

(Mieux comprendre l’islam? Voici: http://www.geocities.jp/fursacmontautre/) FDF

« C’est aussi la raison pour laquelle nous soutenons politiquement ce projet », confirme Antoine Fonte, au nom du maire de Metz.

Source: http://tinyurl.com/34coxbb