Francaisdefrance's Blog

24/01/2011

Le livret d’accueil des immigrés: que du bonheur…

…Pour eux, puisque c’est nous, les « sous-chiens », qui payons les frais de cette immigration…
FDF

.

Je  viens d’apprendre dans le milieu (politique) que de nombreux politiciens de “gauche” ou de droite auraient très peur, entre autres, de ce que les Français pourraient découvrir quant aux retraites accordées à des étrangers qui arrivent en France pour “la retraite” afin de rejoindre les leurs qui ne repartiront jamais. A partir de 60 ans s’ils ne “peuvent plus travailler”(???) et DANS TOUS LES CAS A 65 ANS, ils  peuvent toucher l’ASPA soit 708 euros mois avec un simple permis de séjour, plus APL et AME que n’ont pas souvent les plus pauvres des Français et les chômeurs !! Et ce, sans jamais avoir travaillé en France ou ailleurs, et sans jamais avoir cotisé un centime. Que diraient par exemple des agricultrices ayant bossé toute leur vie, depuis l’âge de 15 ans, et qui touchent dans les 500 euros mois !!! Que diraient les millions de gens qui ont défilé ??

Ce qui expliquerait en partie que seules 800 000 personnes handicapées touchent l’AAH de 710 euros mois sur les 12 millions qu’elles sont !!! Et dont on ne sait pas ce qu’elles toucheront à la retraite puisque à 60 ans elles disparaissent du traitement administratif du handicap !!!!!

J’ai vérifié et constaté que c’était vrai !!!!! Voir le lien ci dessous (page 54) . Le document du gouvernement est toujours en ligne et date de 2008.

http://www.immigration.gouv.fr/IMG/pdf/livretaccueil.pdf

Ceci expliquerait peut être l’afflux d’immigrés en augmentation ( 30% ) depuis le début de l’année quant au regroupement familial, normalement non admis pour les parents.

A méditer !

25/11/2010

Situation de crise…

Après le scandale du coût de l’avion de Sarkozy, voici celui du coût de son entretien.
Carla One ou Sarko One ne va pas en effet coûter cher seulement à l’acquisition (malgré toutes les précautions pour cacher son prix en le faisant passer notamment sur le budget de la défense) mais aussi en entretien.
Jean-Claude Viollet, député PS chargé de l’examen du budget de l’armée, a demandé à voir Carla Sarko One pour « vérifier » les dépenses.
Cela lui a été refusé :-))
Le député du peuple Viollet a donc du se contenter d’en examiné le coût:
176 millions d’euros dont 91,5 millions pour l’aménagemen et la déco.
25 millions pour qu’ Air Sarko One » ait un dispositif d’écoutes et de brouillages.
Attention au reste ! L’entretien de l’avion de Sarkozy va coûter au contribuable 49 millions d’euros par an pendant 3 ans.
Ensuite ce sera 10 millions par an pour 700 heures de vol prévues.

A noter que l’ Airbus précédent coûtait 4,1 millions pour 1400 heures de vol …..

Source: http://www.impots-utiles.com/

Avions du gouvernement : le coût des vols


Le coût des vols pour 2009 :

  • Elysée : 12,4 millions € .

  • Matignon : 6,31 millions €.

  • Affaires étrangères : 1,32 million €.

  • Défense : 1,13 million €.

  • Coopération : 1,05 millions €.

  • Intérieur : 0,9 million  €.

  • Ecologie : 0,6 million € (Les 5 ministères les plus dépensiers).

L’ ETEC (Escadron de transport, d’entraînement et de calibration) basé à Villacoublay (Yvelines),  compterait ” environ ” 170 personnes.

Cette unité assure également le transport du personnel du Ministère de la Défense ainsi que de délégations étrangères, et effectue des évacuations sanitaires de militaires ou de civils.

Voir aussi 116 500 euros pour l’aller-retour de Joyandet en jet

Source: http://www.observatoiredessubventions.com

20/11/2010

Islamisation. Monseigneur Lefebvre en 1983: visionnaire et réaliste…

Eh bien voilà une excellente vidéo que m’a remémorée un ami…  A méditer. A L’époque, Mgr Lefebvre avait été excommunié pour ses avis trop « francs ». Aujourd’hui, on nous dit encore de la boucler sur le sujet et la censure frappe sans retenue. De quoi  raviver notre devoir de résistance…


FDF

.

Lire: http://www.ina.fr/economie-et-societe/vie-sociale/video/CAB89048112/conference-de-presse-mgr-lefebvre.fr.html

06/11/2010

CINQ QUESTIONS POUR DECRYPTER LE PROJET DE REFORME DE L’AIDE MEDICALE D’ETAT.

Vous vous posez encore des questions sur l’AME (Aide Médicale d’Etat)? Voici de quoi vous éclairer. Vous saurez où passent vos impôts, en outre…

FDF

.


Projet de loi de Finances pour 2011 – Les associations s’opposent à la suppression de l’accès aux soins des sans-papiers…

Le Parlement s’apprête, comme tous les ans, à voter le budget annuel consacré aux différentes aides sociales au sein du budget global de l’Etat (loi de finances). L’aide médicale de l’Etat, qui s’adresse aux étrangers les plus précaires, fait l’objet de nouvelles attaques, dont l’instauration d’un paiement d’un droit d’entrée de 30 euros par an. Rappelons que l’AME s’adresse à des personnes qui ont moins de 634€ par mois pour vivre… Les associations demandent que l’accès gratuit à la couverture santé AME soit conservé dans l’attente d’une généralisation de la CMU pour toutes les personnes à très bas revenus y compris les sans-papiers.

1. Est-ce que les étrangers en situation irrégulière sont mieux lotis en matière de couverture santé que les Français ?

- L’Aide Médicale d’Etat est « réservée » aux étrangers en situation irrégulière qui disposent de moins de 634 euros par mois. Elle permet la prise en charge à 100% des tarifs de sécurité sociale, évite les avances de frais pour les dépenses de soins à l’hôpital ou en médecine libérale. Aujourd’hui, 216 000 personnes sont à l’AME.
- Les personnes françaises et étrangères en situation régulière qui ont moins de 634 euros par mois ont accès gratuitement à l’Assurance maladie et à sa couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C). La CMU-C concerne plus de 4 millions de personnes. La CMU-C permet également la prise en charge à 100% dans la limite des tarifs de sécurité sociale et la dispense des franchises, tickets modérateurs et autres forfaits (hospitalier notamment).
- La couverture maladie (Le panier de soins) garantie au bénéficiaire de l’Aide Médicale d’Etat est plus faibleque celle d’un bénéficiaire de la CMU-complémentaire : les bénéficiaires de l’AME, ainsi que leurs enfants, ne bénéficient pas en effet d’une prise en charge effective des prothèses dentaires et des lunettes, à la différence des bénéficiaires de la CMU-C. Les étrangers en situation irrégulière ont donc, à revenu équivalent, une moins bonne couverture maladie que les assurés français.

- En outre, l’accès aux soins des bénéficiaires de l’AME est rendu particulièrement difficile en raison de nombreux refus de soins (même pour des soins importants), encore plus fréquents que pour les bénéficiaires de la CMU-C [1].

2. Pourquoi les étrangers en situation irrégulière ne pourraient pas payer 30 euros par an pour l’accès à une couverture médicale ?

- Les personnes couvertes par l’Aide Médicale d’Etat font partie des personnes les plus pauvres, celles qui ont les plus grandes difficultés à faire face aux dépenses quotidiennes, en premier lieu le logement et la nourriture, pour elles et leur famille. Pour repousser cette dépense de 30€ qui représente au minimum 5% de leurs revenus mensuels, beaucoup d’entre elles retarderaient leur entrée dans le dispositif.
- Ainsi l’accès à la prévention et à un suivi médical régulier serait entravé par ce prix d’entrée. Les personnes seraient donc prises en charge à un stade plus avancé de leur pathologie, au risque d’arriver quand elles ont besoin de soins urgents, toujours plus lourds et compliqués à mettre en œuvre. Cela compromet l’efficacité du traitement et coûte plus cher à la collectivité. Les personnes relèveraient plus souvent des hôpitaux déjà surchargés plutôt que de soins dans les centres de santé ou en médecine libérale.
- Non seulement un droit d’entrée représente un frein aux soins pour les plus pauvres, mais en plus il n’a aucun effet positif sur les finances publiques : le surcoût entraîné par les retards de prise en charge ainsi que les frais de fonctionnement pour collecter cette somme réduiraient à néant les bénéfices escomptés de l’ordre de 6 millions d’euros (rapportés aux 543 millions du budget global de l’AME pour les 216 000 personnes couvertes).

3. N’est-il pas trop coûteux d’accorder une protection à tous les étrangers en situation irrégulière alors que l’équilibre financier de la sécurité sociale n’est actuellement pas assuré ?

- Au contraire, l’existence d’une couverture médicale en France pour les personnes en situation irrégulière permet à une population confrontée à des déterminants de santé tous négatifs (extrême pauvreté, mauvaise qualité des logements quand ils en ont, travail le plus à risque, de nuit, etc.) d’avoir accès aux soins mais aussi à la prévention et à un suivi médical régulier. Elles peuvent donc se soigner au début de leur maladie, limitant ainsi la prise en charge par le système de soins de pathologies aggravées. L’Aide Médicale d’Etat a donc des effets positifs sur la santé individuelle et sur la santé publique. C’est donc aussi un dispositif permettant à la collectivité de réaliser des économies.
- Dans leur rapport d’enquête de 2007, l’Inspection générale des Finances et l’Inspection générale des Affaires sociales concluaient « à la nécessité du maintien du dispositif existant qui permet de soigner les personnes en situation irrégulière et de prévenir les problèmes de santé publique qui pourraient découler d’un défaut de prise en charge. [La mission] écarte une restriction de l’AME aux seuls soins urgents ou à un panier de soins qui serait à définir, ainsi que la mise en œuvre d’un ticket modérateur ».

4. Ce dispositif n’est-il pas de plus en plus coûteux ?

Les dépenses de l’AME ont connu une progression de 13% entre 2008 et 2009 :

- Une part de ces dépenses s’explique par l’augmentation du nombre de bénéficiaires passé de 202 503 en décembre 2008 à 215 763 en décembre 2009 (soit une augmentation de +6,5%). Cette hausse trouve ses origines dans le passage de nombreux ressortissants de l’Union Européenne de la CMU à l’AME. En effet, jusqu’en 2008, les citoyens européens pauvres pouvaient être affiliés à la CMU. Depuis, les citoyens européens sans couverture maladie ni revenus suffisants sont maintenant considérés comme étant en situation irrégulière (souvent des Roumains et des Bulgares). Ils ont donc perdu la CMU et ne peuvent plus obtenir que l’AME.
- Les entraves et les refus de régularisation par les préfectures d’étrangers gravement malades (comme le prévoient pourtant les dispositions sur la carte de séjour « vie privée et familiale » pour raisons de santé) ont aussi pour effet de reporter sur l’AME les frais d’hospitalisation de malades qui devraient normalement bénéficier de l’Assurance maladie.
- Les restrictions au droit au séjour pour raisons de santé qui pourraient être apportées dans le cadre du projet de loi immigration (Besson) augmenteraient encore le nombre de personnes exclues de l’assurance maladie, accroissant le nombre de demandeurs potentiels de l’AME.
- Plus généralement, la précarité administrative suscitée par les nombreuses réformes des lois sur l’immigration tend à accroître le nombre de personnes non-régularisées.
- Enfin, la hausse de ces dépenses s’explique aussi de manière comptable par l’augmentation du prix des actes par les hôpitaux, imposée par la réforme dite de la « tarification à l’acte » (T2A).
- Les pathologies graves sont de plus en plus surreprésentées parmi les bénéficiaires de l’AME : la structure, en volume, des motifs de séjours s’est déformée en 2009 au profit, notamment, des pathologies liées au système nerveux (+ 51%), à la cardiologie (+ 35%), hématologie (+28%) et au VIH (+29%) [2].
- Le montant moyen des dépenses par bénéficiaire AME, pourtant comparable à celui des assurés sociaux, est surévalué parce que ces derniers ne demandent l’AME qu’en cas de besoin de soins, tandis que les assurés sociaux sont affiliés même sans consommation de soin [3]

5. Est-ce que l’Aide Médicale d’Etat attire de nombreux étrangers qui viennent se faire soigner en France ?

L’Aide Médicale d’Etat est réservée aux personnes pouvant justifier d’une résidence habituelle et permanente en France ce qui exclut les étrangers de passage. L’ancienneté minimum de trois mois de présence en France a été ajoutée et doit être prouvée pour obtenir l’AME. Rappelons que l’immigration thérapeutique est extrêmement marginale comme le montrent de nombreuses études :
- Selon une enquête menée par Médecins du Monde auprès de 1218 sans-papiers en Europe, seuls 6% citent la santé comme l’un des motifs de migration [4].
- D’après une étude épidémiologique [5] menée en France en 2002, seuls 9% des étrangers séropositifs interrogés avaient été dépistés dans leur pays d’origine, sans qu’on sache d’ailleurs combien sur ces 9% ont émigré pour raisons de soin.
- En 2009, le Comede (Comité Médical pour les Exilés), qui assure la prise en charge médico-psycho- sociale de près de 5 000 patients exilés par an, relève que 77% d’entre eux ont découvert leur maladie après leur arrivée en France, taux qui monte à 94% pour ce qui concerne le VIH-sida et les hépatites) [6].


- Le CISS www.leciss.org
- La FNARS www.fnars.org
- L’ODSE www.odse.eu.org
- L’UNIOPSS www.uniopss.asso.fr

[1] 1 Rapport d’enquête de Médecins du Monde « Je ne m’occupe pas de ces patients » publié en 2006 et faisant état de 37% de refus de soins des médecins généralistes envers les bénéficiaires de l’AME versus 10% pour les porteurs de la CMU ; Enquête « les bénéficiaires de l’AME en contact avec le système de soins », DREES, Etudes et résultats n° 645, juillet 2008, démontrant que plus d’un tiers des bénéficiaires de l’AME ont été confrontés à un refus de soins de la part d’un professionnel de santé, le plus souvent pharmacien ou médecin ; Rapport 2007 de l’IGAS et l’IGF.[2] 2 CNAMTS données 2009 mars à novembre

[3] 3 Comparer les dépenses annuelles des bénéficiaires de l’AME avec les dépenses annuelles des assurés sociaux tend à surestimer les dépenses des sans-papiers. En effet, les enquêtes montrent qu’une grande partie des sans-papiers ne demandent le plus souvent l’AME qu’à l’occasion d’une maladie entraînant une consultation, et plutôt pour des pathologies importantes (les rapports de l’Observatoire de l’accès aux soins de Médecins du Monde). Une partie des sans-papiers (les « non consommant ») n’est donc pas comptabilisée alors que tous les assurés sociaux et leurs ayants droits sont comptabilisés dans l’assurance maladie même ceux qui ne consultent pas une année donnée..

[4] 4 Observatoire européen de l’accès aux soins de Médecins du Monde, septembre 2009

[5] 5 « Parcours socio-médical des personnes originaires d’Afrique sub-saharienne atteintes par le VIH, prises en charge dans les hôpitaux d’Ile-De-France », Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2002, F. Lot et autres

[6] 6 Comede, La santé des Exilés. Rapport d’activité et d’observation, 2009, p.34

Documents joints

5 questions sur l'AME 25 octobre
Source: http://tinyurl.com/38k99t7

16/10/2010

Souvenirs d’une manifestation…

Allez, juste une photo, juste une…

FDF

Réforme des retraites: l’Etat ne lâchera rien; il devrait, pourtant…

Ca se passe de commentaires; du moins, de ma part…

FDF

10/10/2010

HADOPI: on veut pister, traquer, éliminer: ça se monnaie… Bravo à Free !

Ils sont moins cons, chez Free: ils dealent les transactions. Normal, la délation, ça se rémunère…

FDF

.

Free et Hadopi, une épreuve de force.

À la fin de la semaine dernière, la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet (Hadopi) a envoyé ses premiers e-mails d’avertissement aux « pirates » qui téléchargent illégalement. Numéricable et Bouygues Télécom ont été les premiers fournisseurs d’accès à Internet à les adresser à leurs clients. SFR et Orange ont suivi. Mais Free, l’opérateur fondé par Xavier Niel (l’un des trois repreneurs du Monde), hostile à la loi Hadopi, s’est refusé à les imiter

Que préconise la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet ?

Pour lutter contre le téléchargement illégal et conformément à la loi Hadopi, il est demandé à tous les fournisseurs d’accès à Internet (Numéricable, Bouygues Télécom, SFR, Orange et Free) d’envoyer un mail d’avertissement aux internautes pris en flagrant délit de « piratage », pour le compte de la Haute Autorité.

Ce mail est ainsi rédigé : « Votre accès Internet a été utilisé pour commettre des faits qui peuvent constituer une infraction pénale. » En cas de récidive, le « pirate » recevra une lettre recommandée avant d’être sanctionné. La Hadopi attend aussi des fournisseurs d’accès qu’ils lui transmettent les adresses de leurs clients suspectés de piratage.

Quelle est l’attitude de Free ?

Contrairement à tous les autres fournisseurs d’accès à Internet, Free refuse de diffuser auprès de ses abonnés le courriel d’avertissement pour le compte de la Hadopi. « Les autres ont décidé de collaborer, nous nous contenterons juste de respecter la loi », a expliqué une porte-parole de Free, mardi 5 octobre.

Elle invoque le respect de la confidentialité des « données personnelles ». Free dit avoir proposé « le principe d’un conventionnement, dans le courant de l’été, au ministère de la culture et à la Hadopi », dans le but « d’encadrer les échanges portant sur des données personnelles au sujet desquelles la Commission nationale de l’informatique et des libertés porte une attention particulière ».

Mais, poursuit l’opérateur, il n’a eu, à ce jour, aucun retour. Or, constate la directrice de la communication de Free, la « loi est très claire, une convention doit être signée avec l’État pour sécuriser les données personnelles de nos clients ». Convention qui à ce jour, effectivement, n’a pas été signée.

Par ailleurs, Free renâcle pour transmettre à la Hadopi les adresses de ses clients suspectés de piratage. Au lieu les envoyer par voie électronique (comme ses concurrents), il a choisi de les imprimer pour les envoyer par la poste. Une procédure qui ralentit et complique le travail de la Haute Autorité.

Quelle est la réponse d’Hadopi ?

Mardi 5 octobre, au cours d’une conférence de presse, la présidente de la Hadopi, Marie-Françoise Marais, n’a pas exactement répondu aux objections de Free.

Elle a souligné que la position actuelle du fournisseur « va porter atteinte aux droits de ses abonnés. En ne recevant pas le premier mail d’avertissement, ils n’auront pas l’information à laquelle ils pourraient prétendre, ce qui pourrait être fort désagréable pour eux ».

Quelles sont les motivations de Free ?

Free est connu pour son non-conformisme dans le monde des télécoms. C’est lui qui en 2002 avait cassé les prix du secteur, en lançant le premier une offre tri-play à travers sa Freebox : Web, téléphone, télévision sur ADSL pour 29,90 € pas mois.

En refusant pour l’heure de se plier aux demandes de la Hadopi, il s’offre une formidable publicité et apparaît auprès des « pirates » comme le plus indépendant des fournisseurs d’accès à Internet.

Source: http://tinyurl.com/2w9bbtj

Lire aussi: http://pro.clubic.com/legislation-loi-internet/hadopi/actualite-371500-hadopi-free-65-centimes-abonne.html

07/10/2010

Comme les muzz: Kouchner se dit « humilié » !!!

C’est un des mots à la mode: « humilié« . C’est du moins que braillent les muzz à chaque fois que l’on ose porter atteinte à leur idéologie. Et ça marche! A court d’idées, Kouchner a repris ce terme à son compte. Ben oui, puisque ça marche. Notre porteur de sac de riz national devait bien trouver un échappatoire à sa mise à la porte (pardon: démission) plus que probable par Sarkö Ier. Humilié, qu’il est. Stigmatisé, aussi, non? Ca marche bien, il paraît…

FDF


.

Se disant humilié, Kouchner aurait envoyé sa lettre de démission.

Le ministre des Affaires étrangères se plaint de subir des « humiliations » des conseillers du président Nicolas Sarkozy dans une lettre de démission remise le 25 août au chef de l’Etat, affirme « Le Nouvel Observateur ».

Dans cette lettre manuscrite qu’a pu consulter le magazine, Bernard Kouchner parle « d’inflexion sécuritaire », prend acte de « la fin de l’ouverture » à gauche opérée par Nicolas Sarkozy depuis son arrivée au pouvoir en 2007, et dénonce des « humiliations » venues « des conseillers » du président, selon la même source.

Il n’a pas été possible dans l’immédiat d’obtenir un commentaire de l’entourage du ministre. Nicolas Sarkozy prépare un remaniement ministériel pour l’automne et le non-renouvellement de Bernard Kouchner au Quai d’Orsay est jugé vraisemblable dans la classe politique et au sein même du ministère.

Il y a dix jours, Bernard Kouchner avait démenti dans un communiqué des propos rapportés par la radio RTL selon laquelle le ministre était écarté de certains dossiers et avait adressé en août à Nicolas Sarkozy une lettre de démission.

Toujours selon « Le Nouvel Observateur », Bernard Kouchner remercie aussi dans sa missive le chef de l’Etat de lui avoir proposé le 3 août le poste bientôt à pourvoir de « Défenseur des droits », une fonction créée en juin par une loi organique. Il précise dans sa lettre y réfléchir, ajoute l’hebdomadaire.

Ce poste doit remplacer celui de Médiateur de la République. Il surpervisera trois institutions: Défenseur des enfants (créé en 2000), Commission nationale de déontologie de la Sécurité (CNDS, 2000) et la Halde (Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité).

Le vote du ministre en faveur de l’UMP aux élections européennes de juin 2009 est dû à une injonction de Nicolas Sarkozy, a d’autre part raconté Bernard Kouchner à l’hebdomadaire. « Nicolas Sarkozy m’a téléphoné. Il m’a dit qu’en tant que ministre en charge des Affaires européennes je ne pouvais que soutenir la majorité présidentielle ».

Homme de gauche dans un gouvernement de droite, Bernard Kouchner, 71 ans le 1er novembre, avait déjà reconnu dans le passé avoir des difficultés avec notamment le secrétaire général de l’Elysée, Claude Guéant, et le conseiller diplomatique de Nicolas Sarkozy, Jean-David Levitte. « Je ne vous dis pas que, de temps en temps, je n’enrage pas mais j’ai l’impression de travailler tout à fait correctement », avait-il ainsi dit en mai au quotidien « Le Parisien ».

Source: http://tinyurl.com/39p275u

04/10/2010

Pays-Bas: l’accord est confirmé entre les libéraux et le PVV de Geert Wilders.

Confirmation d’une excellente nouvelle…

Allez, Geert, c’est une première victoire et nous sommes là pour t’épauler sur le chemin du succès  final contre la propagation du cancert vert!

Geert, it is a first victory and we are there to help you on the road of the final success against the distribution of the green cancert!

FDF

Les chrétiens-démocrates pour un gouvernement soutenu par Geert Wilders

Le parti chrétien-démocrate (CDA) néerlandais a voté majoritairement samedi en faveur d’un accord de gouvernement avec les libéraux soutenu par le parti anti-islam de Geert Wilders, lors d’un congrès extraordinaire à Arnhem (est).

« Sur 4.033 votants, 2.759 ont voté pour, 1.274 contre, soit 68% pour et 32% contre », a annoncé le président du CDA Henk Bleker.

Les libéraux, en tête lors des élections législatives du 9 juin, avaient conclu mardi un accord avec le CDA pour former un gouvernement minoritaire, soutenu par le Parti pour la liberté (PVV) sans lequel ils n’auraient pas de majorité au parlement.

Mais la perspective d’une collaboration avec le parti de M. Wilders a suscité une forte opposition au sein du CDA et les députés chrétiens-démocrates avaient annoncé vouloir attendre l’issue du congrès pour se prononcer sur l’accord, adopté mercredi à l’unanimité par les députés libéraux et du PVV.

Plusieurs dizaines de membres du CDA ont pris la parole samedi, une minute chacun et majoritairement pour exprimer leur désaccord, lors du congrès retransmis en direct par la télévision publique.

« Ce ne sera pas un gouvernement blanc ou vert mais brun, et cela rappelle de funestes souvenirs, 70 ans en arrière », a notamment affirmé un adhérent du parti. « Nous donnons à Geert Wilders une tribune, on lui offre la possibilité de dire tout ce qu’il veut », a mis en garde une autre membre du CDA.

« Ne faites pas cela aux gens dans notre pays, ne le faites pas à notre parti, ne le faites pas à notre pays », a lancé le ministre démissionnaire de la Justice Hirsch Ballin.

Le chef de file du CDA, l’ancien ministre des Affaires étrangères Maxime Verhagen, a justifié la collaboration avec le parti de M. Wilders : « un million et demi de personnes dans notre pays ont voté pour le PVV, si nous les tenons à l’écart, cela n’amenuisera pas les problèmes ».

Partenaire de la quasi-totalité des coalitions gouvernementales néerlandaises depuis la Seconde guerre mondiale, le CDA avait enregistré le 9 juin une défaite historique, n’obtenant que 21 sièges contre 41 auparavant.

Le soutien du PVV (24 députés), qui qualifie l’islam de fasciste et a fait campagne pour l’interdiction du Coran et du voile intégral, donnerait au futur gouvernement libéral-chrétien-démocrate une courte majorité de 76 sièges sur 150 à la chambre basse du parlement.

Geert Wilders, qui affirme mener une croisade contre l’islamisation des Pays-Bas, est jugé à partir de lundi à Amsterdam pour incitation à la haine raciale et à la discrimination envers les musulmans.


Source: http://tinyurl.com/3a3k58w

*****************************************************************************************************

FDF:

« incitation à la haine raciale« … Depuis quand l’islam est il une race???

21/09/2010

Education: Les « commissions poubelles »…

Les “commissions poubelles” ont eu lieu.

De quoi s’agit-il ? Dans le jargon des enseignants, il s’agit de commissions chargées d’affecter dans les classes de 2de des lycées professionnels où il reste encore des places, les élèves réputés turbulents et perturbateurs qui, en raison de leurs résultats scolaires et de leur comportement, n’ont été acceptés nulle part ailleurs.
Ces élèves-là qui se savent soutenus par des parents irresponsables ou démissionnaires, sont incapables de se plier à la moindre discipline et ont, après quatre années (minimum) de collège, un niveau qui ne leur permet pas de suivre le programme – pourtant très léger – de 2de.

Mais comme le gouvernement préfère savoir les perturbateurs dans une classe (où ils ne s’en prendront qu’à un enseignant à la fois) plutôt que dans la rue (où ils risquent de faire des dégâts), ils sont coûte que coûte inscrits dans un établissement scolaire où dès leur arrivée ils retrouveront des copains avec lesquels ils formeront une bande capable d’imposer “sa” loi aux autres élèves et aux professeurs.

Au moment où, après la rentrée, la plupart des classes commençaient à prendre un rythme de travail et où certains élèves percevaient la nécessité de faire des efforts pour surmonter leurs difficultés, les élèves ainsi repêchés par les “commissions poubelles” arrivent pour tout désorganiser, pour tout déséquilibrer, pour démolir le travail déjà accompli par les enseignants et généralement apprécié des élèves motivés.

Résultats : des professeurs qui, trois semaines après la reprise des cours, craquent nerveusement en imaginant les difficultés qu’il leur faudra surmonter ; des chefs d’établissement désemparés ou désabusés ; une montée en flèche des accrochages et des incivilités… en attendant pire; des recteurs d’académies sourds aux signaux d’alarme lancés par les professeurs ; des bons élèves qui annoncent déjà leur intention de quitter les établissements pour éviter d’avoir à supporter l’insupportable…

Le gouvernement se félicite de l’ouverture de quelques établissements “spéciaux” où des élèves particulièrement difficiles seront remis sur les rails – du moins l’espère-t-on – grâce à une discipline efficace.

Mais qu’attend-on pour remettre cette même discipline dans l’ensemble des établissements scolaires puisqu’on la dit efficace?

“Discipline” et “sanctions” sont deux mots qui apparaissent dans la “lettre” que M. Sarkozy avait envoyé à tous les enseignants et éducateurs au lendemain de son élection à la présidence de la République.
“Rien que des mots…” chantait Dalida!

Un professeur de Lettres en lycée
(envoyé par mail)

Vu sur http://soseducation-leblog.com/2010/09/21/les-commissions-poubelles/

17/09/2010

Le CFCM avance à pas feutrés, inéluctablement…

On parle souvent d’islamisation rampante. Je dirais plutôt que ce sont que ce sont d’autres qui rampent devant l’islam. Mais dans quel buts inavoués? Parce que la « tolérance », ça ne passe plus…

FDF

.


Et son représentant, présent à un dîner très « consensuel » a été chaleureusement félicité par le ministre. Le ministre? Monsieur Hortefeux… Le « représentant »? Monsieur Mohammed Moussaoui, président du CFCM.  Le CFCM? Le Conseil français du culte musulman, fruit d’une initiative de Monsieur Sarkozy… Nous réservons nos commentaires à venir… Lire « SaphirNews »…

17 septembre 2010
Pour la deuxième année consécutive, les représentants de l’Etat et le Conseil français du culte musulman se sont réunis autour d’un repas officiel, mardi 7 septembre. Un rendez-vous en passe de devenir aussi important que le dîner annuel du CRIF. Pour cause : le CFCM, qui enregistre quelques avancées, voit son autorité se renforcer aux yeux des autorités. Cependant, beaucoup reste à faire pour asseoir sa légitimité auprès de la communauté musulmane.

C’est dans le prestigieux Pavillon Dauphine, au cœur du 16e arrondissement de Paris, que près de 200 personnes se sont retrouvées pour rompre ensemble le jeûne autour d’un iftar, à quelques jours de l’Aïd el-Fitr.

Politiques, membres de la société civile, représentants religieux… que du beau monde s’est déplacé pour cette occasion. A l’heure où les musulmans se sentent particulièrement stigmatisés en France, sans pour autant reconnaître une réelle légitimité au CFCM, la présence de tous ces officiels − politiques et religieux − devient essentielle.

A la table centrale, où se trouvaient les principales personnalités politiques et religieuses, l’atmosphère était amicale et détendue. Parmi elles, Brice Hortefeux, ministre de l’Intérieur et des Cultes, Fadela Amara, secrétaire d’Etat chargée de la politique de la ville, Eric Besson, ministre de l’Immigration, Nadine Morano, ministre de la Famille, ainsi que Gilles Bernheim, Grand Rabbin de France, André Vingt-trois, président de la conférence des Evêques, Claude Baty, président de la Fédération protestante ; Dalil Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris et, bien sûr, Mohammed Moussaoui, président du CFCM.

La suite…

http://www.saphirnews.com/Le-CFCM-avance-a-pas-feutres_a11815.html?preaction=nl&id=1102866&idnl=74233&

Source: http://tinyurl.com/33cc7xp

14/09/2010

Depuis 2007 la France à deux gouvernements: l’un à l’Élysée et l’autre à Matignon…

Un bon billet; très bon, même…

FDF

.

14 SEPTEMBRE 2010

VACANCE DU POUVOIR…

Le trait marquant d’un été pluvieux est la vacance du pouvoir, lequel est aux abonnés absents sur fond de désastre permanent. En faisant publiquement l’annonce d’un prochain remaniement ministériel, ce pouvoir a déclenché les plus puissants appétits, d’une part de ceux qui lorgnent les places des futurs ministres partants et d’autre part de ces futures « victimes » qui ne pensent qu’à réserver leurs arrières : ne jamais oublier que le droit à un reclassement fastueux sur fonds publics est une part inestimable de la richesse de ces gens. Le désordre s’installe donc dans les deux gouvernements, puisque depuis 2007 la France à deux gouvernements l’un à l’Élysée et l’autre à Matignon ; il s’étend en cascades dans les effectifs des cabinets, effectifs pléthoriques malgré quelques coups de ciseau.

Quelle peut être l’autorité du malheureux premier ministre quand il voit plusieurs de ses collaborateurs se déclarer officiellement comme « premiers ministrables » ?

LA FARCE DE L’ELECTION DE 2012

S’ajoute l’incroyable farce de la prochaine élection présidentielle en 2012. Les candidats potentiels ont pratiquement tous le même programme, à savoir continuer la ruine de la France sous des formes diverses sans que personne n’abandonne rien du formidable statut des hommes politiques qui leur permet de mener la vie à grandes guides sur le dos des contribuables. Dans ce jeu pervers, la stratégie des divers candidats potentiels est très simple : malgré l’uniformité des programmes, il faut à tout prix se distinguer des autres candidats potentiels en prenant des postures différentes. C’est particulièrement visible au parti socialiste où chacun essaie de se démarquer de ses concurrents en disant ou laissant dire le contraire de ce qu’ils disent et c’est également évident dans le parti de la majorité. Monsieur de Villepin lui-même rentre dans le jeu en affirmant, sans rire, que la politique du président concernant la sécurité est une honte pour la France (!) : or il n’y a pas de politique sécuritaire du président puisque l’insécurité a grandi d’une façon terrifiante depuis 2007 ; il y a seulement des gesticulations verbales et électoralistes.

Cette quasi-absence du gouvernement pourrait finalement réjouir les Français. Les économistes et bien d’autres, en effet, savent que l’activisme bouillon des 38 ministres ou ministrucules ainsi que des élus est largement à l’origine des calamités désastreuses qui frappent les Français.

LA DEFERLANTE DES LOIS

Le déferlement indéfini des lois est comparable aux mines antipersonnel qui éclatent sous les pas du promeneur dans certaines régions du globe. En France, il est impossible d’exercer n’importe quelle activité sans encourir le risque d’être englouti par ce véritable tsunami législatif. La déferlante n’est pas du tout due au hasard ou à la nécessité, mais simplement à la volonté ardente des politiques.

L’esclavagisme par la loi est tellement ancrée dans les esprits que les journalistes n’hésitent pas à parler de « vide juridique » quand une nouvelle activité n’est pas « encadrée ». Il y a au moins 61 codes avec 10 millions de mots En plus des lois, il y a les décrets d’application, les circulaires et les interprétations jurisprudentielles. Le désordre est si total que personne ne sait où se trouve la loi. L’incertitude juridique avec ses innombrables et puissants recours est totale et peut se prolonger sur des années.

Il y a peu le premier ministre lui-même avait inventé un système invraisemblable de notation des ministres. Sur quoi les notait-il ? Sur leur aptitude à fabriquer de nouvelles lois. Ce trait de génie s’est éteint comme la fusée retombante d’un mauvais feu d’artifice.

Malgré cette absence du gouvernement et malheureusement la déferlante des lois continue en sourdine. C’est ainsi que nous avons pour le malheur de l’activité du logement un secrétaire d’État au logement, Monsieur Benoist Apparu. Il réfléchit publiquement à une modification du dispositif Scellier. Rappelons que le logement voit se succéder depuis des années une foule de dispositifs qui, par nature, ne peuvent jamais marcher ; il en était ainsi du dispositif Robien et maintenant nous avons le dispositif Scellier qui va précisément être aménagé. Quand ces gens comprendront-ils qu’il faut libérer le logement et non pas l’asservir à des « dispositifs », annonciateurs épouvantables de galaxies d’usines à gaz administratives ?

LA PRETENDUE REFORME DES RETRAITES

Une autre activité remplit l’espace à savoir la prétendue réforme des retraites. Nous disons bien que c’est une prétendue réforme puisque que la seule réforme valable, à savoir l’introduction de la retraite par répartition est formellement exclue par le pouvoir aux ordres des syndicats qui n’en veulent absolument pas et le font savoir.

Dans cette tragi-comédie ridicule telle que les politiques en raffolent, le gouvernement soutient mordicus son représentant afin de pouvoir clamer le moment venu qu’il aura réformé les retraites ; or, s’il arrive à faire voter le recul de l’âge légal à 62 ans en 2018 (!), cela n’aura qu’un effet minime sur l’écroulement annoncé et progressif des retraites des privés.

Pour les contreparties qu’il cèdera il n’y a pas lieu d’être optimiste. Rappelons-nous la soit-disanr victoire pour les régimes spéciaux. Cette réforme n’avait aucun intérêt : malgré le scandale de ces régimes la réforme ne devait donner aucun somme d’argent au régime général, les maigres ressources éventuellement ramassées devant se perdre dans les méandres du désordre étatique. Le pouvoir a annoncé qu’il avait réformé ces régimes. Or, il a été démontré que les syndicats avaient obtenu des avantages considérables et immédiats contre une simple promesse d’alignement en 2016. A ce titre l’exemple de l’Edf est très parlant.

C’est pour cette raison qu’il faudra que les associations spécialisées détricotent attentivement pour l’information de tous les avantages que les syndicats vont arracher dans les négociations en cours que le pouvoir a la faiblesse de mener sous la pression de la rue.

En attendant tout le monde suppose que le ministre en charge après avoir obtenu une victoire à la Phyrrus fera valoir son droit acquis au reclassement, lequel devra être à la hauteur de la montagne de secrets qu’il est le seul à vraiment bien connaître.

LA DANSE DEVANT LE BUFFET

Tout rentrera alors dans l’ordre. Les multiples acteurs poursuivront jusqu’en 2012 leur danse devant les buffets biens garnis de la « République Fromagère » (R.F.), ceci grâce aux ressources sans limites des inépuisables déficits publics. Le parquet où glissent les danseurs repose sur un vrai château de cartes, car les financiers savent que n’importe quoi peut écrouler le parquet : hausse des taux d’intérêts, dégradation de la note de la France, scandale politco-financier de grandeur insupportable.

Quand et comment le parquet s’écroulera sous le poids des danseurs ? Dieu seul le sait.

Michel de Poncins

http://www.libeco.net


01/09/2010

Russie: « Pour aider l’Etat, fumez et buvez! »

Chez nous, en France, on ne nous le dit pas aussi directement… Mais l’idée est la même… On a du bol, quand-même. Et en plus, on nous impose du halal; nourriture oh combien saine et pure…

FDF

.

Le ministre russe des Finances, Alexeï Koudrine a déclaré que plus ses concitoyens consommaient de la vodka et des cigarettes, des produits taxés, plus ils aidaient à la résolution de «problèmes sociaux» du pays.

Et en plus, nous sommes écolos…

01.09.2010

L’alcool et le tabac font plus de 500 000 morts par an en Russie.

« Pour que les gens comprennent: celui qui boit de la vodka et celui qui fume aide plus l’Etat. Si tu fumes un paquet de cigarettes, alors tu as donné des fonds pour règler les problèmes sociaux comme le soutien à la politique démographique, le développement de services sociaux, le soutien à la natalité », a-t-il dit, selon l’agence Interfax.

Cette prise de position est pour le moins étonnante, alors que la vodka et autres alcools forts sont à l’orgine d’un demi-million de morts chaque année en Russie.

Cette mortalité se répercute sur l’espérance de vie des hommes (60 ans d’après l’OMS), qui est inférieure à celle de pays pauvres comme le Bangladesh ou le Honduras, selon des estimations officielles.

Pour tenter de lutter contre cette surmortalité, la ville de Moscou a introduit à partir de mercredi une interdiction de la vente d’alcools forts entre 22 h et 10 h.


Source: http://tinyurl.com/39qndln

31/08/2010

Fadela Amara est «contre» l’élargissement des conditions de déchéance de nationalité. Etonnant, non ?

Du coté du gouvernement, il ne manquait plus qu’elle pour s’opposer au début du « nettoyage des écuries d’Augias »… Et pour cause… Lire: http://tinyurl.com/2dnj78e

FDF

31.08.10

La secrétaire d'Etat à la politique de la Ville, Fadela Amara, le 17 mai 2010, à Rabat (Maroc)

La secrétaire d’Etat à la politique de la Ville, Fadela Amara, le 17 mai 2010, à Rabat (Maroc) A.SENNA / AFP

Après Hervé Morin, un autre membre du gouvernement se fait entendre. La secrétaire d’Etat chargée de la politique de la Ville Fadela Amara s’est déclarée mardi sur RTL «contre» l’élargissement des conditions de déchéance de la nationalité envisagé par le gouvernement.

Lors de son discours de Grenoble le 30 juillet, le président de la République Nicolas Sarkozy avait fait un lien entre insécurité et immigration et s’était prononcé pour la déchéance de la nationalité pour certains criminels d’origine étrangère, notamment les meurtriers de membres des forces de l’ordre ou de fonctionnaires. Le ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux avait ensuite annoncé qu’il voulait étendre cette possibilité de déchéance aux faits d’excision ou de polygamie.

«Je suis contre l’élargissement à toutes les autres formes de crimes»

Fadela Amara a rappelé qu’elle était favorable à la législation actuelle (déchéance de la nationalité en cas de condamnation pour «terrorisme» ou «atteinte à la sûreté de l’Etat») ajoutant: «Je suis contre l’élargissement à toutes les autres formes de crimes».

La veille, Bernard Kouchner a déclaré avoir «pensé à la démission», à cause des expulsions de Roms.

Source: http://tinyurl.com/2ult7sy

06/08/2010

Explosion de « conflits d’intérêts » au Gouvernement.

Ils se battent pour être sur le podium; dirait-on. Et nous ne sommes pas au bout de nos surprise, je crois… On est mal, on est mal car devinez qui va payer les pots cassés ??? Ben nos « pommes », comme d’habitude… Il est temps d’avoir des gens sérieux et intègres pour diriger la République. Mais ceux-là existent ils? That is the question… Et puis, le peuple de la « France d’en bas » n’attendra sans doute pas 2012…

FDF

05/08/2010

MAXPPP et Le Post

Dans un des extraits des enregistrements pirates de conversations de Liliane Bettencourt révélés par le site Mediapart les 18, 21 et 28 juin , selon Challenges, on peut lire à la date du 23 octobre 2009 que le gestionnaire de la fortune de Liliane Bettencourt, Patrice de Maistre, n’a qu’une seule crainte : « c’est que je ne veux pas réveiller le tigre qui dort. »

Et comme on le comprend depuis deux mois!

De même qu’on comprend qu’à l’UMP non plus ils n’ont pas envie de « réveiller le tigre qui dort ». Et pour cause. pendant que le tigre dort, les conflits d’intérêts vont bon train.

Au détour d’un article du journal Les Echos, on apprend que le Fonds stratégique d’investissement (FSI), détenu à 51% par la Caisse de Dépôts et Consignation, change de directeur.

A dater de septembre 2010, le nouveau directeur du FSI sera Jean-Yves Gilet, actuel patron de la branche des aciers inoxydables chez Arcelor Mittal. Il va remplacer Gilles Michel.

La mission du nouveau directeur sera la même que celle de l’ancien, à souligné Christine Lagarde: « La mission ne change pas : il devra continuer à investir pour soutenir des entreprises (1,5 milliard déjà investi dans 35 entreprises qui emploient près de 50.000 personnes)« 

Gilles Michel, lui, doit reprendre en septembre la direction générale d’Imerys… une société majoritairement contrôlée par Albert Frère. Et dont, comme par hasard, le directeur général adjoint depuis 2008 est Jerôme Pecresse, l’époux de Valérie Pécresse, la même qui a bénéficié, comme chacun sait, du financement de Liliane Bettencourt lors de sa campagne régionale.

Autre hasard, Eric Le Moyne de Sérigny, conseiller discret d’Eric Woerth et néanmoins beau fils de Paul Desmarais (ami de Nicolas sarkozy) richissime homme d’affaires, collaborateur du Groupe Carlyle ( qui a fait une très juteuse affaire avec l’achat et la revente à l’Etat des locaux de l’imprimerie Nationale), Eric Le Moyne de Sérigny, donc, fait parti du conseil d’administration de la société Imerys .

Jusque là, il n’y aurait qu’un hasard sommes toutes négligeable, le monde est si petit Pied de nez.

Sauf que…

Le directeur sortant du FSI ,comme le soulignes Christine Lagarde dans Les Echos, travaille depuis un certain temps, comme représentant de l’Etat, à l’entrée du FSI , au côté de la société Imérys, dans le capital de CMA-CGM  » armateur français lourdement endetté.

– Après la nomination controversée de François Pérol, ancien secrétaire général adjoint de l’Elysée , à la tête du futur groupe Caisse d’épargne — Banque Populaire (Nomination qui, malgré l’avis du parquet de Paris, qui s’était prononcé contre l’ouverture d’une information judiciaire, fait, depuis mars 2010, l’objet d’une information judiciare pour prise illégale d’intérêt),

– Après celle de Stéphane Richard qui est passé de la direction du cabinet de la ministre de l’Economie au poste de PDG de France Telecom en moins de un an, contre l’avis de la commission de déontologie,

On peut se demander si le départ de Gilles Michel, nommé en 2008 à la tête du Fonds Stratégique d’Investissement créé par l’État français, travaillant à fournir des fonds publics à des entreprises privées FRANCAISES déclarées vitales pour l’économie du pays,on peut se demander si ce départ, pour prendre la tête d’une des entreprises généreusement aidée par la CDC, principal actionnaire du FSI, n’est pas à la limite du conflit d’intérêt, voir de la prise illégale d’intérêt!

On peut également se demander si, dans le sillage du ministre du Travail, nos hauts fonctionnaires n’ont pas, au cours de leur formation, fait l’impasse sur le concept de conflit d’intérêts…

Quoi qu’il en soit, il serait bon, que la ministre Lagarde nous donne de plus amples explications sur ce départ du Directeur du FSI dans une entreprise dont certes, le propriétaire est un grand ami du Président, mais avec laquelle l’Etat Français est en transactions financières.



Remerciement spécial à MayaLila pour ses infos sur Eric Le Moyne de Sérigny.

Source: http://tinyurl.com/2fctyye

03/08/2010

Insécurité…

De la « saine » lecture…
FDF

.

TOCQUEVILLE MAGAZINE

LE FLASH

2 AOUT 2010

INSECURITE

Nous voilà aujourd’hui après les événements de Grenoble et d’ailleurs obligé de parler à nouveau de l’insécurité. Avec la politique du matamore couché, qui semble être la politique du pouvoir depuis longtemps sur tous les sujets et en particulier depuis 2007, nous risquons de devoir souvent en reparler.

Nul ne niera que le premier devoir d’un gouvernement est d’assurer la sécurité des citoyens. Le nouveau pouvoir en 2007 devait s’y attacher particulièrement compte tenu du mandat qu’il avait reçu et de la situation dramatique et ancienne qu’il connaissait fort bien.

La presse s’étonne aujourd’hui de voir des armes de guerre utilisées par les bandes à Grenoble et à Saint Aignan alors que ce n’est pas du tout un fait nouveau car il y a longtemps que la police sait que les armes de guerre sont stockées dans les quartiers. Les bandes sont en fait des armées organisées avec des chefs, une stratégie, des troupes. Il y a plusieurs années, la place de la Bastille avait été détruite par une armée de mille malandrins parfaitement entrainés et dirigés.

LA GUERRE

Le pouvoir fait dire à la presse qu’il « déclare la guerre » à la criminalité. Il n’avoue pas que c’est le contraire : il subit la guerre depuis très longtemps et ceci sans réaction notable, avec plus de 500 villes ou quartiers  ayant gagné leur indépendance au profit de caïds et en conjonction avec l’islam. La capitulation publique est telle que lors des émeutes de Villiers-le-Bel, le gouvernement avait félicité les policiers parce qu’ils ne s’étaient pas défendus !

Pour faire croire qu’il commence à réagir, le pouvoir aujourd’hui change des préfets. Ceux-ci sont généralement des énarques lesquels ne sont guère préparés à gérer des problèmes de sécurité qui doivent plutôt les ennuyer. A la préfecture de la Seine-Saint-Denis, c’est maintenant un policier expérimenté. A Grenoble, préfecture de l’Isère, il en est de même, avec installation spectaculaire du nouveau. Ce n’est pas en soi une mauvaise idée mais honnêtement, cependant, les perspectives n’en sont guère améliorées.

D’abord l’on insiste officiellement sur le mal-être des banlieues comme si c’était la cause de la guerre. Certes il y a dans ces morceaux de territoires en état de sécession de multiples problèmes, dont le chômage endémique n’est pas le moindre ; toutes ces calamités ne sont pas nouvelles : elles sont le résultat des politiques menées par les pouvoirs successifs depuis des décennies et nullement le fait de la crise. Or il se trouve que le quartier de la Villeneuve à Grenoble avait reçu une véritable abondance d’équipements divers, dans la suite des trop nombreuses et inefficaces politiques de la ville dont il devait être une vitrine. Le mal-être est, certes, un terreau favorable pour les armées qui occupent le terrain parfois en se battant entre elles précisément pour des questions de territoires ; ce ne saurait constituer l’essentiel. Personne ne parle officiellement ou sinon à mots couverts des causes véritables à savoir l’immigration sauvage, l’islam, et la drogue.

DES SUPPOSITIONS

Une autre analyse ne pousse guère à l’optimisme.

Faisons la supposition tout à fait gratuite qu’un grand nombre de préfets officiant dans ce que l’on appelle les zones sensibles soit débarqué et remplacé par des super policiers. Il faudrait du temps et une immense consommation de fonds publics, mais pourquoi pas ? Leur objectif serait d’attraper les délinquants ce qu’ils savent peut-être faire et ensuite de les faire juger.

Un obstacle se révèle tout aussitôt : la justice est paralysée soit par la lâcheté de certains magistrats, soit par le gauchisme de leur idéologie et c’est une autre face du désastre français. Un autre obstacle surviendrait aussi ; si l’on imagine que le succès arrive avec de nombreuses condamnations à la prison, que fera-t-on de ces prisonniers ? Qui ignore que les prisons sont scandaleuses et en état permanent de surcharge ? Enfin au bout du parcours et si l’on ne va pas au coeur des problèmes, ce sera une situation « talibanesque » : pour un délinquant attrapé et puni, dix autres renaîtront aussitôt.

On arrive inévitablement à l’idée que nous assistons à de pures postures électoralistes et il faut d’autres moyens pour gagner cette guerre.

CONCLUSION

La situation rappelle étrangement la guerre de 1939 ; les pouvoirs de gauche de l’époque avaient laissé grandir le nazisme alors qu’ils auraient pu l’arrêter plusieurs fois et ils sont ainsi directement co-responsables de la deuxième guerre mondiale avec tous ses massacres. S’apercevant trop tard de la catastrophe, ils ont déclenché une guerre qu’ils n’avaient pas préparée et ensuite ils ne l’ont pas livrée de peur d’énerver l’adversaire : ce fut la drôle de guerre. Bien entendu et par voie de conséquence ils l’ont perdu. Ce morceau d’histoire offre des ressemblances étranges avec la situation d’aujourd’hui.

Cette guerre que l’on nous livre pourrait certes être gagnée. Il faudrait des politiques qui veuillent la gagner et qui imaginent la stratégie nécessaire. Quiconque connaît un peu l’histoire des multiples guerres depuis des siècles observe qu’il y a toujours une stratégie à condition de vouloir gagner, de savoir où se situe l’adversaire et d’avoir beaucoup de talent.

Michel de Poncins

.

Source: http://www.libeco.net

et LE PILORI http://www.midiassurancesconseils.com/Lepilorigeneral.htm

(A diffuser largement)

« Page précédente