Francaisdefrance's Blog

19/10/2011

Lisez cette lettre ouverte, écrite par quelqu’un qui n’a pas froid aux yeux; qui sait utiliser les mots adéquats et chose rare…

Excellent! Vous pouvez devez faire suivre…

FDF

.

 Lettre ouverte en réponse au Président du MRAP (très bien tournée; elle fait bien plaisir à lire !)

==========================================================================

Monsieur,

Vous avez organisé récemment, en tant que président du MRAP, un colloque à l’Assemblée nationale intitulé « Du racisme anti-arabe à  l’islamophobie ».

Vous y avez dénoncé, en France,  » les mosquées souillées, les discriminations à l’emploi et au logement, les appels au meurtre, les violences et agressions à l’endroit des populations et des lieux de culte musulmans.

Vous avez montré du doigt l’impunité dont bénéficient les auteurs de ces délits, appelant à un réveil de l’opinion publique, un sursaut des institutions (Police, Justice, Education nationale, etc.), une mobilisation des grandes consciences intellectuelles.

Vous avez raison ! De plus en plus de Français sont racistes.

De plus en plus en ont par-dessus la tête de ce qu’ils appellent (à tort) l’invasion islamo-maghrébine.

De cet afflux de populations inassimilables qu’ils croient (à tort) être le ressort principal de la délinquance et de la criminalité.

De plus en plus sont épouvantés (à tort) par l’afflux de populations qui, ayant chassé l’occupant raciste des territoires qu’il exploitait, ont rendu ces terres à l’heureux état de nature mais sont contraintes de chercher, auprès de l’ancien colonisateur raciste, les remèdes à la misère provoquée par la décolonisation.

De plus en plus de racistes ont (à tort) des idées de violence en entendant sur les radios les poésies du groupe afro-maghrébin Sniper qui chante, par exemple :  » La France nous ronge, le seul moyen de se faire entendre est de brûler des voitures. La France est une garce. On nique la France. « 

Oui, Monsieur Aounit, la triste vérité est là : les racistes n’entendent rien à la rude poésie des cités et ils en ont par-dessus la tête d’entendre des hexagonoïdes chanter qu’ils niquent la France, et qu’ils baisent leurs mères.

C’est sûr qu’il y a quelque racisme à ne pas accepter ces coutumes de baiser notre mère et de niquer notre pays, mais c’est ainsi, Monsieur Aounit : les racistes ne sont pas tolérants.

Et ils ont tort. Vous avez raison !

Mais comment ces petits blancs arriérés seraient-ils assez évolués, ouverts, libéraux et modernes pour accepter que des populations qu’ils ont accueillies, nourries, soignées et enseignées leur crachent leur haine et leur mépris à la figure ?

Vous faites bien de dénoncer ce racisme-là en France dans la Chambre des députés de cette République qui vous a fait tant de mal.

La dignité de l’endroit ajoute à la force de votre réquisitoire.

Mais vous feriez mieux encore en allant le prononcer là-bas, au bled.

C’est sur place, chez eux, alors qu’ils sont encore libres, qu’il faut alerter les milliers d’Afro-musulmans et d’islamo-maghrébins qui s’apprêtent à céder au mirage du RMI, de la Sécu, des allocs, et à basculer dans le piège affreux que leur tendent les racistes français.

Monsieur Aounit, dites-le à vos frères, à vos cousins, à vos femmes, à vos enfants, à vos voisins, à tous ceux du bled et de la brousse: la France raciste ne veut pas d’eux parce que dans son aveuglement raciste, elle les regarde (à tort) comme des envahisseurs et des prédateurs.

Dites simplement cette sinistre vérité aux vôtres Monsieur Aounit.

Ne les laissez pas se jeter dans la gueule du loup. Il est de votre devoir de protéger ces malheureux contre cette effrayante menace. Les laisser venir, serait se rendre coupable de non-assistance à personnes en danger.

D’ailleurs vous-même, Monsieur Aounit, vous et tous ceux qui comme vous, êtes condamnés à vivre dans cet abominable pays raciste, n’hésitez pas: brisez vos chaînes, secouez la poussière de vos sandales et quittez cet enfer.

Ne faites pas plus longtemps aux racistes le cadeau de votre enrichissante présence.

Ne soyez plus le gibier de ces chasseurs impitoyables qui attaquent vos mères dans le métro, violent vos filles dans les caves, pillent vos supermarchés, brûlent vos voitures dans vos cités, vendent de la drogue à vos enfants.

Ne leur laissez aucun homme à discriminer, aucune femme à insulter, aucun enfant à battre, aucune mosquée à souiller.

N’hésitez pas : vengez toutes ces années de terreur, de souffrance, d’humiliation, d’exploitation qu’ils vous ont infligée : privez-les de la chance que vous représentez.

Et puis, pourquoi vous gêner ? En partant, emmenez vos amis…. Les grandes consciences intellectuelles, les militants immigrationnistes, les journalistes amis,

D’abord cela leur épargnera l’insupportable peine de vivre sans vous, ensuite cela privera la France raciste de la formidable force intellectuelle qui fait son rayonnement dans le monde entier. Ils seront bien punis, les racistes !

Songez-y, Monsieur Aounit: ils auront l’air de quoi les Le Pen, les Gollnisch, Les Hortefeux, Besson les militants du FN et les électeurs de tout ce monde quand, le dernier bateau ayant franchi la ligne d’horizon, l’ultime avion s’étant évanoui dans l’azur, la dernière camionnette étant passée de l’autre côté de la frontière, ils découvriront qu’ils sont désormais entre eux ?

Entre racistes.

Tout seul.

Ah, on voudrait voir ça ! Rien que pour le plaisir.

Cordialement

Lettre signée: les@resistants.info

Cette lettre circulait par EMail dans un petit circuit, maintenant osons la diffuser largement.

Source: http://jssnews.com/

06/07/2011

Le courrier qui tue…

Dernière minute: Cette lettre a été écrite par feu Serge de Beketch (merci à ceux qui me l’ont signalé)… Nous pensons beaucoup à lui.

En son souvenir, nous pourrions la dupliquer et l’expédier en masse à son destinataire… Vous trouverez ses coordonnées ici: http://www.mrap.fr/Contacts

FDF

***********************************************************************************************************************************************

Reçu (encore) par mail…

J’ai volontairement masqué le signataire afin de lui éviter des ennuis, ce qui ne manquerait pas d’arriver. Mais en faisant cela, je m’oppose au « politiquement correct ». Mais dans les médias on ne cite que rarement les noms des racailles « issues de l’immigration » quelque soit leurs crimes; alors…

En tout cas, ce courrier, c’est bien envoyé!

FDF

.

Quel beau coup de plume, quelle

lucidité, voilà une réplique !!!

Lisez cette lettre ouverte, écrite par quelqu’un qui n’a pas froid aux yeux ; qui sait utiliser les mots adéquats et chose rare, qui signe sa lettre.

Surtout n’oubliez pas de la faire suivre.

**********************************************************************************************************************************************************************

Lettre ouverte en réponse au Président du MRAP

Monsieur,

Vous avez organisé récemment, en tant que président du MRAP, un

colloque à l’Assemblée nationale intitulé « Du racisme anti-arabe à

l’islamophobie ». Vous y avez dénoncé, en France, « les mosquées

souillées, les discriminations à l’emploi et au logement, les appels au

meurtre, les violences et agressions à l’endroit des populations et des

lieux de culte musulmans. Vous avez montré du doigt l’impunité dont

bénéficient les auteurs de ces délits, appelant à “un réveil de l’opinion

publique”, un sursaut des institutions (Police, Justice, Education

nationale, etc.), une mobilisation des grandes consciences

intellectuelles.

Vous avez raison ! De plus en plus de Français sont racistes. De plus en

plus en ont par-dessus la tête de ce qu’il appellent (à tort) l’invasion

islamo-maghrébine. De cet afflux de populations inassimilables qu’ils

croient (à tort) être le ressort principal de la délinquance et de la

criminalité. De plus en plus sont épouvantés (à tort) par l’afflux de

populations qui, ayant chassé l’occupant raciste des territoires qu’il

exploitait, ont rendu ces terres à l’heureux état de nature mais sont

contraintes de chercher, auprès de l’ancien colonisateur raciste, les

remèdes à la misère provoquée par la décolonisation.

De plus en plus de racistes ont (à tort) des idées de violence en

entendant sur les radios les poésies du groupe afro-maghrébin Sniper

qui chante, par exemple : « La France nous ronge, le seul moyen de se

faire entendre est de brûler des voitures. La France est une garce. On

nique la France. »

Oui, Monsieur Aounit, la triste vérité est là : les racistes n’entendent

rien à la rude poésie des cités et ils en ont par-dessus la tête

d’entendre des hexagonoïdes chanter qu’ils niquent la France, et qu’ils

baisent leurs mères.

C’est sûr qu’il y a quelque racisme à ne pas accepter ces coutumes de

baiser notre mère et de niquer notre pays, mais c’est ainsi, Monsieur

Aounit : les racistes ne sont pas tolérants.

Et ils ont tort. Vous avez raison !

Mais comment ces petits blancs arriérés seraient-ils assez évolués,

ouverts, libéraux et modernes pour accepter que des populations qu’ils

ont accueillies, nourries, soignées et enseignées leur crachent leur haine

et leur mépris à la figure ?

Vous faites bien de dénoncer ce racisme-là en France dans la Chambre

des députés de cette République qui vous a fait tant de mal.. La dignité

de l’endroit ajoute à la force de votre réquisitoire. Mais vous feriez

mieux encore en allant le prononcer là-bas, au bled.

C’est sur place, chez eux, alors qu’ils sont encore libres, qu’il faut

alerter les milliers d’Afro-musulmans et d’islamo-maghrébins qui

s’apprêtent à céder au mirage du RMI, de la Sécu, des allocs, et à

basculer dans le piège affreux que leur tendent les racistes français.

Monsieur Aounit, dites-le à vos frères, à vos cousins, à vos femmes, à

vos enfants, à vos voisins, à tous ceux du bled et de la brousse : la

France raciste ne veut pas d’eux parce que dans son aveuglement

raciste, elle les regarde (à tort) comme des envahisseurs et des

prédateurs.

Dites simplement cette sinistre vérité aux vôtres Monsieur Aounit .

Ne les laissez pas se jeter dans la gueule du loup. Il est de votre devoir

de protéger ces malheureux contre cette effrayante menace. Les

laisser venir, serait se rendre coupable de non-assistance à personnes

en danger.

D’ailleurs vous-même, Monsieur Aounit, vous et tous ceux qui comme

vous, êtes condamnés à vivre dans cet abominable pays raciste,

n’hésitez pas : brisez vos chaînes, secouez la poussière de vos sandales

et quittez cet enfer.

Ne faites pas plus longtemps aux racistes le cadeau de votre

enrichissante présence.

Ne soyez plus le gibier de ces chasseurs impitoyables qui attaquent vos

mères dans le métro, violent vos filles dans les caves, pillent vos

supermarchés, brûlent vos voitures dans vos cités, vendent de la drogue

à vos enfants. Ne leur laissez aucun homme à discriminer, aucune femme

à insulter, aucun enfant à battre, aucune mosquée à souiller.

N’hésitez pas : vengez toutes ces années de terreur, de souffrance,

d’humiliation, d’exploitation qu’ils vous ont infligées : privez-les de la

chance que vous représentez.

Et puis, pourquoi vous gêner ? En partant, emmenez vos amis. Les

grandes consciences intellectuelles, les militants immigrationnistes, les

journalistes amis, les dirigeants socialistes, communistes, trotskistes et

autres.

D’abord cela leur épargnera l’insupportable peine de vivre sans vous,

ensuite cela privera la France raciste de la formidable force

intellectuelle qui fait son rayonnement dans le monde entier. Ils seront

bien punis, les racistes !

Songez-y, Monsieur Aounit : ils auront l’air de quoi les Le Pen, les

Gollnisch, les militants du FN et les électeurs de tout ce monde quand,

le dernier bateau ayant franchi la ligne d’horizon, l’ultime avion s’étant

évanoui dans l’azur, la dernière camionnette étant passée de l’autre

côté de la frontière, ils découvriront qu’ils sont désormais entre eux ?

Entre racistes.

Tout seuls.

Ah, on voudrait voir ça ! Rien que pour le plaisir.


Cette lettre circulait par email dans un petit circuit, maintenant osons

la diffuser largement…

06/01/2011

Islamisme, progressisme, populisme…

Je ne suis pas trop « Gollnisch », mais bon. Ce billet est intéressant…

FDF

.

 

Le résultat du sondage IFOP  sur les musulmans  relayé par nous aujourd’hui intervient aussi dans un climat  d’assez  forte médiatisation des exactions perpétrées  contre les chrétiens   par les « fous d’Allah » en Egypte, en Irak, au Nigéria,  au Pakistan… Pays musulmans ou une personne qui voudrait quitter la religion du prophète pour embrasser la foi chrétienne sera persécutée, emprisonnée voire mise à mort comme  en Afghanistan. A contrario, les sites communautaires mahométans en France, ont relayé avec satisfaction un récent article du journal anglais The independent. Le site ajib.fr indique ainsi qu’en  «  Grande Bretagne, pays où la population musulmane augmente dix fois plus vite que la moyenne (…)  les conversions à l’islam battent des records. Selon une récente étude élaborée par l’organisation britannique  Faith Matters (…),  il y aurait (…) près de 100 000 britanniques convertis à l’islam. Ainsi chaque année ils seraient près de 5000 à embrasser l’islam et devenir musulman. »

« La France n’est pas le seul pays à voir bon nombre de ses concitoyens embrasser l’islam poursuit cet article. Les États Unis, les Pays Bas, l’Espagne, l’Allemagne, le Danemark, l’Angleterre, la Belgique, l’Australie … toutes les sociétés occidentales assistent à la conversion en masse de leur ressortissants, l’islam attire, l’islam séduit, l’islam progresse, Allahou Akbar ! »

« Les raisons favorisant les conversions à l’islam sont diverses, est-il expliqué,  mixité des populations dans les quartiers populaires, absence d’éducation religieuse, mariage mixtes, découverte de l’islam en pays musulman mais aussi curiosité née de la diabolisation de l’islam et des musulmans… »

Il est en effet évident que la domination démographique musulmane dans de nombreux quartiers poussent effectivement à la conversion des «de souche » » les plus fragiles, et/ou en quête de « sens », devant l’affaissement de la colonne vertébrale de nos sociétés, le recul de l’Eglise, ou la communion généralisée  dans  les très ambiguës « valeurs occidentales » évoquées dans le sondage cité plus haut.

Que recouvrent en effet   lesdites « valeurs » ?  Le mariage et l’adoption par les couples  homosexuels ? L’euthanasie ? La destruction de la famille ? La banalisation de l’IVG? Le mondialisme? L’individualisme forcené ? Le « métissage » obligatoire ?   Le règne du relativisme, du matérialisme et de la marchandise ?

Ou au contraire  l’affirmation d’une vision du monde puisant sa source dans une éthique classique de mesure, de  responsabilité, de liberté, de libre-arbitre, de défense du Bien, du Beau et du Vrai ;   dans les valeurs de notre civilisation helléno-chrétienne, aujourd’hui combattue et moquée par les « forces de progrès » qui règnent sans partage sur tous les rouages du Système ?

Alors se pose une  question embarrassante  pour le « microcosme » : comment continuer à vendre les bienfaits de l’immigration, alors que  les immigrés musulmans  rejettent la séparation entre domaine spirituel et temporel,  « le progressisme »,  la « tolérance » ?

Nos « élites » qui prônent  l’immigrationnisme, une  société française « plurielle », abandonnant  définitivement son identité  européenne, s’aperçoivent que l’islam peut être aussi un élément de destruction du  modèle  pseudo républicain structuré par l’idéologie  droit-de-l’hommiste.

Embarras d’autant plus réel que cette question de l’islam permet aux Français et aux Européens de prendre conscience des conséquences de cette politique à marche forcée vers la babélisation de notre continent.

Réagissant au sondage IFOP sur l’islam,  une réflexion de  la journaliste militante « féministe, « laïcarde » et « anti-FN »  Caroline Fourest est assez révélatrice de cette inquiétude. Mme Fourest s’est émue sur RMC de cette franchise des sondés dans leurs réponses aux questions posées par cette enquête. Car en effet, celle-ci  explique-t-elle,  «  a été réalisée en ligne. Les sondés se sont connectés devant leur écran, et n’ont pas répondu en face à face ou au téléphone à un sondeur. »

En un mot ils n’ont pas été encadrés et intimidés.  Ce qui est effectivement un problème dans nos « démocraties » le peuple est toujours suspect…de « populisme », de  ne pas vouloir mordre à l’hameçon cosmopolite,  de réclamer un droit de regard sur son destin

 

source : http://www.gollnisch.com/

31/07/2010

Lettre ouverte de Bruno Gollnisch (FN) au Président de la République

Bien envoyé, toute vérité n’est pas bonne à dire, mais il faut reconnaître que le père Gollnisch, il a le mérite d’être direct, franc, sincère et surtout réaliste… Comme beaucoup des ses amis du FN, d’ailleurs. Réaction normale: Sarkö pique une nouvelle fois les idées à JM Le Pen, le Mouvement réagit… Les électeurs de 2012 comprendront, souhaitons-le…
FDF
.

Lettre ouverte de Bruno Gollnisch, de Mireille d’Ornano, Alexandre Gabriac et Maurice Faurobert, conseillers régionaux FN en région Rhône-Alpes.


Monsieur le Président de la République,

Nous avons l’honneur, à la suite des très graves événements qui justifient votre présence aujourd’hui à Grenoble, de vous présenter une requête urgente.

Depuis début avril à Grenoble, autrefois cité paisible, les agressions physiques aux personnes ont augmenté en nombre, en violence, en sauvagerie haineuse. Une véritable barbarie s’est acharnée sur des victimes à terre, subissant coups de pied, coups de couteau, coups de tesson de bouteille au visage…

On déplore trois assassinats, des braquages, des vols, deux séquestrations, un viol, des incendies de voitures par dizaines…
C’est une escalade dans l’horreur ; un terrorisme de proximité, asséné au quotidien. N’importe qui peut tomber sous ces coups, comme ce jeune homme de 23 ans poignardé sur la place centrale de Grenoble parce qu’il ne pouvait donner une cigarette réclamée par une bande de malfrats. Il sera sauvé par une intervention chirurgicale de six heures, mais restera avec des séquelles. Ou encore ce paisible septuagénaire rentrant d’une partie de pétanque, poignardé par deux encapuchonnés qui tentaient de lui extorquer son porte-monnaie.

Vendredi 16 juillet au matin, après une attaque à main armée au casino d’Uriage, des malfrats ont tiré sur des policiers et l’un d’eux, multi-récidiviste, est mort dans la fusillade à Villeneuve de Grenoble. Des bandes ont alors attaqué un tramway, puis caillassé les forces de l’ordre, proféré injures, menaces de mort, « fait du tir à tuer les policiers » comme l’a défini la Directrice Départementale de la sécurité publique, avec arme de poing et fusil. Des incendies de voitures par dizaines, des pillages et incendies de commerces ont mobilisé d’importantes forces de police, CRS, GIPN Raid, hélicoptère…

On découvre une cache d’armes de guerre. On découvre que les policiers de la Brigade anti-criminalité sont fichés, menacés, et que des « contrats » existent sur leur tête. Du coup, leur hiérarchie les prie de se mettre au vert.

Où cela va-t-il s’arrêter ? On appelle des renforts. Mais, si les renforts sont menacés, qui les protègera ? Les parachutistes ? Les blindés ?

Un journaliste parlait d’insurrection. Serait-ce l’explication de l’aggravation des agressions aux personnes ? Il faut en tout cas cesser d’incriminer la pauvreté ou le manque de services sociaux pour expliquer, voire justifier, comme le font certains, cette guerre haineuse faite à la France. L’Inspection Générale des affaires sociales a d’ailleurs constaté que la vraie misère se trouve dans nos campagnes, et non dans les « quartiers » de nos villes. En 2004 le taux de pauvreté en Seine-Saint-Denis atteignait 18 %, dans la Creuse 19,5 % ! Mais il ressort du rapport de l’Observatoire National de la délinquance qu’en 2009, le taux de violences physiques crapuleuses pour 1000 habitants est 83 fois plus élevé en Seine-Saint-Denis que dans la Creuse (8,3 contre 0,1).

En réalité, ce sont les Français les plus démunis qui subissent l’insécurité le plus violemment, dans l’indifférence généralisée de la classe politique et médiatique.

À la Villeneuve de Grenoble, après des années d’investissements dans le cadre de la « politique de la ville », et après les dégâts causés par ces dernières émeutes, le Maire, M. Destot, promet la prise en charge du coût des voitures brûlées et 75 Millions d’€ pour la Villeneuve. C’est donc toujours plus d’argent pour toujours plus de dégâts !

M. le Président de la république, cette situation ne changera pas avec le remplacement d’un préfet qui n’avait pas démérité. Elle ne changera pas avec les voyages de Monsieur Hortefeux (deux en un trimestre), même accompagnée de déclarations martiales, et de mouvements de troupes de police.

Elle ne changera qu’avec des actions décisives contre la délinquance, et notamment la suppression de l’un de ses terreaux de prédilection, celui que lui fournit une immigration massive, incontrôlée, et qui trop souvent donne lieu à l’implantation sur notre territoire de communautés étrangères à notre culture, hostiles au reste de la population, animées d’une mentalité conquérante, déterminées à combattre tout ce qui peut représenter l’ordre public français : police, gendarmerie, mais aussi conducteurs de bus ou de tramway, contrôleurs, pompiers, médecins, professeurs, etc.

Contre l’abandon des citoyens aux agressions à venir, toujours plus sauvages, notre mouvement, le Front National est depuis des années le seul à sonner l’alarme et à dénoncer les graves déséquilibres sociaux engendrés par la folle politique d’immigration massive et incontrôlée mais orientée vers le communautarisme, c’est à dire la Libanisation.

Pour briser l’impunité des criminels et délinquants :

Il faut maintenir intacts et améliorer les moyens en personnel et matériel de la police (en 10 ans, alors que la population a considérablement augmenté, Grenoble a perdu 150 policiers !).

Il faut également des moyens supplémentaires pour la Justice.

Il faut rétablir la hiérarchie des peines dans le Code pénal, que les réformes successives ont amoindri. Il faut que ces peines soient promptes, certaines, qu’elles assurent la mise hors d’état de nuire des délinquants, la protection de la société, et qu’elles soient accompagnées d’un suivi.

Mais il faut pour cela de nouvelles places de prison. Nos prisons actuelles sont des dépotoirs. Les condamnés doivent y acquérir l’expérience du travail, s’ils ne l’ont pas, et être suivis à la sortie. La construction de 100 000 nouvelles places s’impose d’urgence.

Vous vous étiez engagé au cours de votre campagne présidentielle à augmenter les moyens de la police de la justice. Rien, ou presque rien n’a été fait.

Pour éradiquer le réflexe tribal et insurrectionnel de certains quartiers :

Il faut arrêter les repentances à répétition par lesquelles la France se déconsidère auprès des Français et des étrangers qui vivent sur son sol. Nous serions responsables de tous les maux de la terre : colonialisme, exploitation, esclavage… Vous vous étiez engagé à mettre fin à ces repentances ; le premier acte de votre quinquennat, avant même votre intronisation, a été de vous y livrer.

Il faut obtenir l’union dans les valeurs de la nationalité Française de tous ceux qui le souhaitent et renvoyer d’où ils viennent ceux qui la contestent. Cela implique une redéfinition du code de la nationalité française qui, doit s’hériter ou à défaut se mériter. On apprend tous les jours, par les faits divers, que des prédateurs divers, des prostituées, des personnes sans foi ni loi l’ont obtenue facilement ; et notre droit est ainsi fait que les formalités sont souvent beaucoup plus difficiles pour les gens honnêtes et parfaitement intégrés ! Votre majorité, votre parti, dès avant les élections législatives de 1986, s’était engagé à une réforme substantielle du code de la nationalité. Rien n’a été fait dans ce domaine. Un laxisme incroyable prévaut, qui n’existe pas dans la plupart des autres pays du monde.

Il faut rendre impossible le cumul des nationalités. Cela implique un contrôle des entrées sur notre territoire.

Vous vous étiez engagé à la maîtrise de l’immigration. Rien n’a été fait. « L’immigration choisie », sur laquelle il aurait beaucoup à dire, devait se substituer à l’immigration subie. En fait, aujourd’hui, l’immigration choisie concerne selon les statistiques mêmes de l’État, 180 personnes par an ! Et l’immigration subie : regroupement familial, demandeurs d’asile réels ou fictifs (la plupart du temps fictifs), naissances étrangères sur le sol français, régularisations de clandestins, ou tolérance de leur présence sur le territoire, concerne plus de 300 000 personnes par an !

L’auteur du braquage dont la mort a été le prétexte de ces émeutes était un multirécidiviste déjà condamné trois fois en cour d’assises pour vol à main armée. Comment a-t-il obtenu la nationalité française ? Comment l’a-t-il gardée, puisqu’il était très vraisemblablement pourvu d’une double nationalité ? Pourquoi n’en a-t-il pas été déchu ? Il faut expulser sans faiblesse les délinquants étrangers. Hélas, Monsieur le Président de la République, vous-même avez lutté contre ces expulsions au nom de l’abolition de la prétendue double peine. Les Français sont exaspérés de voir que l’on continue de tolérer sur leur territoire des gens dont les agissements, s’ils avaient été commis par des Français en pays étranger, leur aurait valu l’expulsion immédiate et définitive.

Il y a bien sûr des étrangers honnêtes, et des voyous bien de chez nous. Mais commencez, M. le Président de la République, par nous débarrasser des voyous étrangers, et nous ferons de la place pour les nôtres dans nos prisons. La préférence nationale doit s’appliquer dans tous les domaines y compris celui-ci !

Tant que ces réformes de fond n’auront pas été mises en œuvre, l’insécurité ne régressera pas. Tout le monde le sait, et chacun fait semblant de ne pas le savoir.

Nous vous remercions, Monsieur le Président de la République, d’avoir bien voulu prendre connaissance de ces quelques réflexions, et nous vous prions d’accepter qu’elles puissent être rendues publiques.

Dans l’espoir qu’elles puissent recevoir au moins un début d’exécution, nous vous prions aussi de bien vouloir agréer l’expression de notre haute considération.

source : nationspresse.info