Francaisdefrance's Blog

15/08/2010

Une grande baffe à l’Iran, et à ses dirigeants…

.

Et une p’tite  à l’un des nôtres, de dirigeant… Ca fait circuler le sang.

FDF

En Iran, il n’y a pas que la lapidation…

14.08.2010

LA LAPIDATION ET LA CHARIA EN IRAN : LE PEUPLE IRANIEN REMERCIE LES OCCIDENTAUX D’AVOIR PROPULSE KHOMEINY AU POUVOIR

En 2010, 30 ans après la révolution islamique, la lapidation prévue par le code islamique (qui a remplacé l’ancien code pénal promulgué par Reza Shah, jugé trop occidentalisé) sévit toujours en Iran, notamment comme châtiment de l’adultère.

Souvenons-nous du livre poignant : La femme lapidée de Freidoune Sahebjam (Grasset, 1990) qui raconte la lapidation de Soraya M., faussement accusée par son mari de relations adultérines. La sinistre exécution collective permet à chaque villageois qui jette une pierre de se sentir dépositaire d’une parcelle de la justice divine. Chacun agit à la fois comme bourreau et comme victime lavée du péché par ce meurtre rituel. Evidemment, aucun ne connait la parole du Christ, ni la chanson de Brassens.

Sakineh Mohammadi-Ashtiani, d’origine azérie (turque), 43 ans, a été condamnée à mort pour adultère. En outre, elle aurait convaincu son amant de tuer son mari légitime. C’est du moins ce qu’elle a confessé lors d’aveux télévisés traduits de l’azéri en persan. Son avocat a affirmé à un journal britannique que sa cliente avait été « frappée violemment et torturée » avant de passer à la télévision iranienne.

Sakineh Ashtiari a été condamnée en 2006 pour avoir eu une « relation illégale » avec deux hommes après la mort de son mari. Suite aux protestations du monde occidental, le chef de la Justice Sadeq Larijani a suspendu la sentence. Il n’en reste pas moins qu’elle a été flagellée avant sa mise à mort. En dernier ressort, elle pourrait être pendue au lieu d’être lapidée.

La lapidation se déroule selon le rituel suivant : l’hommes est enterré jusqu’à la taille, la femme jusqu’à la poitrine, pudeur oblige. Selon le code pénal islamique, les pierres sont choisies de manière à n’être ni trop petites, ni trop grosses, « en d’autres termes, à peu près la taille d’une mandarine. » En outre, elles doivent présenter des arêtes coupantes. On voit l’objectif poursuivi. D’après un juge, « toute la procédure prend moins d’une demi-heure. » (Le Canard enchaîné, 11 août 2010 ; AFP, Londres, 12 août 2010)

Par mon canal, le peuple iranien remercie chaleureusement les dirigeants occidentaux qui, lors de la conférence de la Guadeloupe, le 6 janvier 1979, ont pris la décision d’abandonner le shah d’Iran pour laisser la place à la république islamique de Khomeiny. Une mention spéciale est décernée aux présidents Giscard d’Estaing et Carter pour leur remarquable clairvoyance.

Source: http://tinyurl.com/36el5zn