Francaisdefrance's Blog

23/10/2011

Pauvres « jeunes » de Clichy et de Montfermeil…

On a essayé l’intégration. Bilan: nul.

On a essayé la prévention. Bilan: nul.

On a essayé la « raison ». Bilan: nul.

On a essayé la rénovation urbaine. Bilan: ils détruisent tout.

On a essayé la « resocialisation ». Bilan: nul.

On a essayé… En fait on a TOUT essayé. Bilan: archi-nul…

Et « islamisés » à souhait, ces racailles deviennent encore plus dangereux.

Alors, on en fait quoi, de cette racaille. Ohhhhh, je sais qu’il y en a qui ont plein d’idées; mais c’est interdit:

Et même dans les zoo, personne n’en veut. Malgré ça, « on » leur trouve encore des excuses…

Voir ci-dessous.

FDF

.

Une étude réalisée à Clichy-sous-Bois et Montfermeil, en Seine-Saint-Denis, met une nouvelle fois le chômage au « coeur du problème » des quartiers populaires, et met en avant une « intensification de l’identité musulmane » chez des habitants qui se sentent relégués socialement. Les cinq chercheurs qui ont réalisé l’étude pour l’institut Montaigne, conduite par le politologue Gilles Kepel, ont fait une plongée dans Clichy-sous-Bois et Montfermeil, où les émeutes urbaines avaient démarré en 2005. Ils ont mené une enquête auprès de 100 habitants de cette agglomération « emblématique car s’y manifeste une collection de symptômes sociaux ». Ecoutez Elizabeth Martichoux et Laurent Bazin | 05/10/2011 – 13h03 écouter Le politologue Gilles Kepel, l’un des chercheurs qui a dirigé l’étude pour l’institut Montaigne, était l’invité de « RTL Midi » mercredi

A Clichy, le taux de chômage est de 22,7% contre 11% en Ile-de-France. Par ailleurs, 76% des mineurs habitant cette ville ont au moins un parent né à l’étranger, contre 16,9% en Ile-de-France. Et encore : plus de la moitié des élèves de l’agglomération, au sortir du collège, sont orientés en CAP ou en BEP.

Le territoire n’est pas pour autant abandonné de la République : il a bénéficié d’un plan de rénovation urbaine de 600 millions d’euros, qui a transformé le bâti sur le plateau de Clichy-Montfermeil.

Mais « sans insertion sociale par l’emploi, les opérations de rénovation urbaine n’ont au mieux que des effets transitoires », note l’étude. « Le oeur du problème de Clichy-Montfermeil est l’emploi », résument les chercheurs, avant de mentionner le problème de l’enclavement de l’agglomération et le décalage entre les compétences requises par les entreprises qui s’installent en Seine-Saint-Denis et la formation des jeunes de Clichy-Montfermeil. 

« Si l’Etat n’agit pas sur l’éducation, ce qui a été fait de formidable sur le bâti n’aura servi à rien », met en garde Gilles Kepel, dans « Le Monde ».

L’étude s’intéresse aux décrocheurs scolaires, aux jeunes mal orientés, ainsi qu’à ceux qui ont fait des études supérieures, sans toutefois trouver d’emploi. Parmi ces derniers, « certains en viennent à retourner le stigmate dont ils souffrent en un rejet radical de la France et des valeurs qui lui sont prêtées« , écrivent les chercheurs. « L’école est l’objet des ressentiments les plus profonds en cas d’échec scolaire », notent-ils encore.

Tout en faisant part dans un communiqué de son « intérêt » quant au « résultat de l’enquête », le ministre de l’Education nationale Luc Chatel a relevé « que dans le chapitre consacré à l’éducation, le parti pris a été de ne donner la parole qu’aux habitants et non aux acteurs institutionnels qui ne peuvent nuancer des propos souvent à charge ».

« Nous avons plusieurs fois rencontré, au substrat de ces logiques de rupture, l’affirmation de valeurs islamiques de clôture communautaire », expliquent également les auteurs de l’étude.

 Gilles Kepel dit avoir été frappé par « l’intensification de l’identité musulmane ». « Dans ce territoire, il y a eu une compensation à la désaffection de la société française, à la promesse non tenue de l’intégration », dit-il au « Monde ». Il met en avant « l’extraordinaire développement du halal », qui « marque les interdits dans la vie privée et sociale ».

L’étude insiste sur « le poids de l’islam dans le quotidien ».

Gilles Kepel explique malgré tout « ressortir plutôt optimiste » de cette étude. « Nos quartiers recèlent d’un grand potentiel pour notre pays tout entier« , se félicite-t-il.

Merci à JC JC…

12/10/2011

La vérité qui blesse…

Banlieues : Eric Zemmour assimile islam et délinquance…

Et Dieu sait si il a raison. On en a la preuve tous les jours, pour ceux qui s’intéressent au phénomène.

Mais voilà; chez Oumma.com, on s’insurge. Normal, ils sont directement touchés… La relation de cause à effet est pourtant tellement flagrante…

FDF

Un bel exemple… Vous l’avez reconnu ? « La Fouine »…

.


« Récidive. Samedi, le chroniqueur Eric Zemmour a tenu des propos singuliers sur l’antenne d’I Télé en dressant un parallèle entre regain de la délinquance en banlieue et pratique accrue de l’islam.

Sollicité à propos d’une déclaration du ministre de l’Intérieur selon lequel il n’y avait « pas de zone de non-droit » en France, le journaliste du Figaro a développé-sans l’étayer par des faits précis- une corrélation entre la seconde religion du pays et l’accroissement du banditisme dans les quartiers populaires : « C’est souvent le droit du plus fort….souvent le droit des bandes. On nous explique dans Le Monde que c’est parfois le droit de l’islam ». Eric Zemmour fait là référence à l’article du quotidien faisant état d’un rapport dirigé par le chercheur Gilles Kepel et dévoilé la semaine dernière par l’Institut Montaigne.

Le polémiste renchérit : « L’ordre est maintenu par d’autres. Par les clans, par les voyous, parfois par l’imam… Il y a un ordre concurrent, un ordre qui s’est substitué à l’ordre républicain ». D’ordinaire plus conciliant, son interlocuteur Nicolas Domenach du journal Marianne a vivement marqué son désaccord en lui rappelant, au-delà de son « glissement abusif », que le rapport ne contenait aucunement son analyse associant délinquance et islam. Cela n’empêchera pas Eric Zemmour de vouloir conclure de manière péremptoire sur son idée-maîtresse : l’intensification de la pratique religieuse et le repli communautaire constituent, à ses yeux, la cause
 et non la conséquence- de la « ghettoïsation ».

Après son dérapage relatif à l’origine ethnique des trafiquants, son approbation-condamnée par la justice- de la discrimination à l’embauche et sa récente incitation au contrôle « normal des Arabes et des Noirs » par la police, l’homme évincé de France 2 continue de propager un discours idéologique sous couvert de journalisme politique. Déjà ravis par sa dernière interview complaisante de Marine Le Pen, ses admirateurs qui lui vouent un culte systématique -notamment les lecteurs des sites Fdesouche, Riposte laïque et Enquête&Débat devraient être rassurés : l’invité régulier des déjeuners de l’Elysée et des colloques de l’UMP n’a rien perdu de son militantisme islamophobe. Quant au Conseil français du culte musulman, son silence est -comme à l’accoutumée- à la mesure du vacarme causé ailleurs par son homologue du CRIF : assourdissant. »

Source: oumma.com

Bonus: http://youtu.be/yNv70E2MOX8