Francaisdefrance's Blog

05/01/2011

Vol d’auto-radio à Montpellier: un mort, un blessé grave; chez les victimes…

Le meurtier-voleur portait un bas de jogging noir, un sweat et une capuche noire… Il a attaqué avec un couteau. C’est un « jeune »; une « chance pour la France », probablement… Rien que cette tenue vestimentaire ne laisse aucune interrogation quant à l’identité de ce barbare. On n’a même pas besoin de son nom.

FDF

.


Montpellier. Le simple vol d’un autoradio tourne au carnage.

Les enquêteurs du SRPJ de Montpellier cherchent des traces scientifiques du passage de l'assassin de Pierre./Photo TopSud

Les enquêteurs du SRPJ de Montpellier cherchent des traces scientifiques du passage de l'assassin de Pierre./Photo TopSud
Les enquêteurs du SRPJ de Montpellier cherchent des traces scientifiques du passage de l’assassin de Pierre./Photo TopSud

« Toute ma vie, je reverrais l’image de la mère agenouillée auprès du corps allongé, tenant la main de son fils qui agonisait » raconte Stéphane qui a porté les premiers secours à Pierre. Le jeune étudiant en Master d’histoire ne survivra pas. Nous sommes en pleine nuit ce lundi matin vers 1 h 15 dans la résidence Chantebrise de Montpellier (Hérault). Quelques minutes plus tôt, son père avait aperçu depuis la fenêtre de leur appartement un homme casser les voitures pour voler. Alors ils étaient descendus pour l’interpeller. Le face-à -face a tourné au bain de sang. Le jeune garçon, de noir vêtu s’est défendu au couteau. Il a porté un premier coup à la gorge du père, un agent commercial de 54 ans, sérieusement touché. Puis poursuivi par Pierre, il va le poignarder deux coups en plein cœur avant de s’échapper abandonnant derrière lui le maigre butin de cette nuit de tragédie. « Leur véhicule avait été fracturé la semaine précédente. Mais cette fois-ci, ils défendaient les voitures des voisins » raconte un des voisins qui parle d’une famille tranquille. « Vingt minutes plus tôt, j’ai vu un jeune traîner tout près de la résidence. Je l’ai bien vu et même dévisagé. Il portait un bas de jogging noir, un sweat et une capuche noire » raconte un des rares témoins. Le signalement correspond à celui du meurtrier qui s’est enfui en direction du quartier du Petit Bard, un ghetto social à la mauvaise réputation qui se trouve de l’autre côté de l’avenue.

« Forcément quelqu’un sait. Quelqu’un a vu » explique le commissaire Soulié qui a lancé un appel à témoin. Hier soir, le père de Pierre était toujours à l’hôpital, dans un état sérieux.

Source: http://www.ladepeche.fr/