Francaisdefrance's Blog

09/07/2011

Le terrifiant bilan de l’une des promesses phare du candidat Sarkozy de 2007…

« Une République irréprochable« , promettait Sarközy.

A moins d’un an des présidentielles en France, le bilan Sarközien est vite épluché. Ce qui suit devrait faire réfléchir le peuple de France… Et lui permettre de ne pas pas se laisser prendre au piège une nouvelle fois…Mais ce n’est pas une raison pour voter socialo-momo. Vous devinez ce qui reste?

FDF

.

Les 36 scandales de la République irréprochable…

À la lecture de cette liste on constate d’une part que les condamnations judiciaires restent relativement rares (les ministres qui n’ont pas été condamnés restent donc officiellement innocents des faits évoqués par la presse) ; par ailleurs, on note que les rares condamnations ? inscrites au casier judiciaire – n’empêchent pas ceux qui en ont fait l’objet d’accéder à des postes de pouvoir.

Diké

Lu Kabylie.net

A l’heure où l’homme est à nouveau candidat et use de tous les artifices pour sa survie à l’Elysée, voici une liste, qui s’allongera encore d’ici le 6 mai 2012, de ces affaires qui polluent la Sarkofrance depuis plus de 4 ans.

Certaines affaires ne datent pas d’hier (cf. 23, 24 et 27), mais leurs auteurs ont été promus sous Nicolas Sarkozy pour des raisons de politique interne à l’UMP.

Depuis 2007, les médias nous informent régulièrement d’affaires ou de possibles scandales impliquant des ministres des gouvernements Fillon, sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Bien sûr, la plupart de ces informations n’ont pas été suivies de condamnations judiciaires et pourraient faire l’objet d’attaques en diffamation si nous n’étions pas prudents quant aux termes employés pour les rappeler.

Cependant, à moins d’un an de la prochaine élection présidentielle, il importe de garder à l’esprit tous ces scandales de la « République irréprochable » prônée par Nicolas Sarkozy, qu’ils soient avérés ou simplement dénoncés par les médias.

1. En pleine révolution tunisienne, Michèle Alliot-Marie propose le 11 janvier 2011 à l’Assemblée nationale que « le savoir-faire de nos forces de sécurité, qui est reconnu dans le monde entier, permette de régler des situations sécuritaires de ce type ». La livraison de grenades lacrymogènes aurait finalement été annulée par la ministre le 18 janvier 2011, soit quatre jours après la fuite de Ben Ali.

2. Mais Le Canard enchaîné révèle aussi que Michèle Alliot-Marie a passé ses vacances de fin d’année en Tunisie, alors que les Tunisiens avaient déjà commencé leur révolution. Michèle Alliot-Marie, son compagnon Patrick Ollier, et ses parents auraient effectué deux trajets dans le jet privé d’ Aziz Miled, un homme d’affaires qui aurait été proche de la famille Ben Ali-Trabelsi. Il aurait même été question d’une transaction immobilière en Tunisie. Mediapart a ajouté que Michèle Alliot-Marie se serait également entretenue au téléphone avec « le président en fuite » pendant ses vacances. Elle a finalement démissionné.

3. L’affaire Visionex concerne une société qui aurait proposé à des cafetiers l’achat de bornes internet qui, selon l’accusation, seraient en fait des machines à sous permettant des paris clandestins. Une enquête pour infraction à la législation sur les jeux de hasard a été ouverte. Mais le 6 octobre dernier, Le Canard enchaîné a révélé que lors d’une perquisition effectuée chez David Sénat (mis en examen le 1er octobre 2010) les policiers de la brigade de répression du banditisme auraient trouvé une lettre écrite en juillet 2008 par Michèle Alliot-Marie, annotée par Rachida Dati, alors ministre de la Justice, pour demander de « clôturer les investigations dans le cadre de la commission rogatoire, car la bonne foi a été prouvée ». Or, l’enquête impliquait le fils de l’ancien garde des Sceaux Albin Chalandon, Fabien Chalandon, mis en examen le 20 mai 2010. Rachida Dati a dit qu’il s’agissait d’une déclaration mensongère et qu’elle envisageait de porter plainte.

4. D’après Le Canard Enchaîné, deux frères de Fadela Amara auraient occupé son logement de fonction de 120 m² (trois pièces, un bureau, deux salles de bains et un cuisinier à disposition) à Paris pendant plusieurs semaines, un hébergement de ses proches aux frais de la République.

5 . Le Canard enchaîné a révélé que Christian Blanc a fait acheter sur le budget de son secrétariat d’État pour 12.000 € de cigares en dix mois. Il aurait remboursé 3.500 euros correspondant, selon ses dires, à sa « consommation personnelle », avant de rembourser la totalité de la dépense…

6. Le Canard enchaîné a révélé en juin 2010 que Jeannette Bougrab avait fait doubler son indemnité de présidente de la HALDE (de 6.900 à 14.000 euros mensuels). Après qu’elle ait déposé plainte pour diffamation, le tribunal correctionnel de Paris l’a déboutée soulignant que l’enquête du Canard enchaîné était sérieuse et que les chiffres déclarés étaient « tout sauf fantaisistes ».

7. La mission sur la mondialisation confiée à Christine Boutin par l’Élysée. L’ex-ministre était rémunérée 9.500 euros par mois pour cette mission (dont certains professionnels jugeaient qu’elle ne présentait qu’un intérêt mesuré), auxquels elle a ensuite renoncé, et qu’elle cumulait avec sa retraite mensuelle de députée et de conseillère générale.

8. Nous connaissons les positions de Christine Boutin sur l’homosexualité, dans son livre Le Mariage des homosexuels (paru en 1998), Christine Boutin pose la question : « où placera-t-on la frontière, pour un enfant adopté, entre l’homosexualité et la pédophilie ? ». Mais n’oublions pas l’opposition de Luc Châtel à la diffusion du court-métrage d’animation « Le Baiser de la lune » dans les écoles, destiné à la prévention contre l’homophobie, et la manière dont Valérie Pécresse aurait poussé Roger Karoutchi à faire son « coming-out » lors de l’investiture UMP pour les élections régionales en Ile-de-France, en sous-entendant qu’un chef de région était d’abord un chef de famille, ce que M. Karoutchi ne pouvait pas être… Enfin, notons que l’actuel ministre de la Défense et des anciens combattants, Gérard Longuet, aurait fait un rapprochement entre homosexualité et pédophilie, en juillet 2008, au Sénat. Il ne souvient pas avoir tenu ces propos.

9. Marc Robert, procureur de la République de Riom depuis 2000, a été muté (en 2009) car il aurait critiqué la réforme de la carte judiciaire conduite par Rachida Dati, un procédé appelé « promotion-sanction ». Or, le 30 décembre 2010 le Conseil d ?État a annulé le décret de mutation de Marc Robert (qui avait déjà été muté à Paris) au motif qu’elle était irrégulière. Il est à nouveau Procureur de la République de Riom depuis le 30 mars 2011.

10. Le Canard enchaîné a révélé que Christian Estrosi aurait annulé les réservations d’un vol régulier d’Air France qui aurait dû le conduire , lui et une délégation d’élus et de journalistes, à Washington. Il aurait fait louer à la place un Falcon 900 car les horaires du vol d’Air France ne lui auraient pas permis d’assister à un cocktail organisé à l’Élysée. Le Canard enchaîné a indiqué que ce changement de programme a coûté la somme de 138.000 euros à l’État. Christian Estrosi a présenté ses excuses.

11. Le Canard enchaîné a également révélé que Christian Estrosi aurait occupé deux logements de fonction : un appartement à Bercy et un un hôtel particulier parisien de 2.900 m² (avec cuisinier) appartenant à la République, et que sa fille aurait occupé. Il a invité la presse à se rendre dans ce logement, pour s’expliquer sur cette information…

12. Le Canard enchaîné a pointé du doigt l’économe Pénélope Fillon qui aurait utilisé un jet privé pour se rendre à Roscoff (Manche) où avait lieu le baptême d’un navire de la flottille des Britanny Ferries qui fait le lien entre la France et l’Angleterre. Coût du vol : 10.000 euros. Elle n’aurait pas voulu prendre le TGV, dont le coût n’aurait été que de 130 euros aller-retour.

13. Fin septembre 2008, François Fillon et sa famille étaient sur le trajet retour d’un « week-end privé » dans la Sarthe quand un avion de tourisme aurait frôlé l’avion du Premier ministre. Problème : les coûteux avions de la République doivent être utilisés dans un cadre strictement professionnel… Le Premier ministre semble avoir pour habitude de se rendre dans son château de la Sarthe en Falcon, alors que cette résidence est à 1h20 de Paris en TGV.

14. Le Canard enchaîné a révélé que le Premier ministre et sa famille auraient séjourné à titre privé, lors des fêtes de fin d’année 2010, en Égypte dans des hôtels luxueux d’Assouan. Ils auraient été invités par Hosni Moubarak, président déchu suite à la révolution égyptienne.

15. Lors de ses vacances italiennes (en Toscane), François Fillon aurait obtenu le prêt d’une Ferrari bleue pour la journée, et ce gratuitement, auprès du patron de la marque (Charlie Hebdo).

16. Une femme qui se trouvait à moto sur la rocade de Rennes, le 19 mai 2009, a été doublée par un 4×4 avec quatre jeunes à bord, dont le conducteur était le fils de François Fillon, Edouard Fillon. Ceux-ci se sont amusés « à la coller », suffisamment pour que la moto soit rayée à l’arrière, puis ont pris la fuite. Elle a indiqué : « J’ai vraiment eu la trouille de ma vie, Il y avait deux jeunes hommes à l’avant. Ils m’ont collée. Moi, je roulais en appui contre la voiture. Un moment, ils ont ralenti. J’ai accéléré. Ils sont restés derrière moi quelques instants avant de me dépasser à nouveau. Là, j’ai eu droit à diverses insultes. » (JDD) Le lendemain, elle a déposé plainte au commissariat de Rennes avec le numéro d’immatriculation du véhicule qu’elle avait relevé. Le fils de François Fillon mis en cause n’a fait l’objet que d’un rappel à la loi, le 16 septembre, par un délégué du procureur.

17. Le 28 février 2011, le site internet Lesinrocks.com révèle que Henri Guaino, conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, a passé les fêtes de fin d’année en Libye.

18. Brice Hortefeux est condamné le 4 juin 2010 par le tribunal correctionnel de Paris à 750 euros d’amende pour injure non publique envers un groupe de personnes à raison de leur origine, à 2.000 euros de dommages-intérêts à payer au MRAP, et à la publication d’un communiqué de presse compte tenu de « l’effet délétère sur le lien social d’un tel propos, quand il est tenu par un responsable de si haut niveau ». La phrase incriminée, visant un jeune homme d’origine maghrébine, était la suivante : « Quand y’en a un, ça va. C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes. ».

19. Brice Hortefeux a également été condamné le 17 décembre 2010 par le tribunal de grande instance de Paris pour atteinte à la présomption d’innocence de David Sénat, ancien conseiller de Michèle Alliot-Marie, devant lui verser un euro de dommages-intérêts. Il avait laissé entendre que David Sénat était à l’origine de fuites au journal Le Monde dans l’affaire Woerth-Bettencourt. Il a fait appel des deux condamnations.

20. Alain Joyandet a fait louer un jet privé pour 116.500 € afin de se rendre en Martinique, où il devait participer à une conférence internationale.

21. Le Canard enchaîné a par ailleurs révélé que le même Alain Joyandet aurait bénéficié d’un permis de construire illégal pour l’agrandissement de sa villa dans le Var. Le ministre a ensuite renoncé à ce permis de construire…

22. Le Canard enchaîné, en 1995, a révélé un document interne de la Ville de Paris, signé de la main d’Alain Juppé, donnant ordre à ses services de diminuer le loyer de son fils Laurent Juppé qui habitait un appartement de 189 m² appartenant à la Ville de Paris (rue Jacob, dans le 6ème arrondissement, commune la plus chère de France). Des travaux, pour un montant de plusieurs millions de francs, effectués aux frais des contribuables, y ont par ailleurs été effectués. Une plainte pour « prise illégale d’intérêts » a été déposée par l’Association des contribuables parisiens créée ad hoc par Arnaud Montebourg. Une information judiciaire a été ouverte par le procureur de la République de Paris, Bruno Cotte, qui a considéré que le délit de « prise illégale d’intérêts » était établi. Il a annoncé cependant son intention de classer le dossier si Alain Juppé quittait cet appartement. Le procureur général près la cour d’appel de Paris, Jean-François Burgelin, a publié alors un communiqué, approuvé par le ministère de la Justice, affirmant que l’infraction n’était pas constituée et qu’elle était de toute façon prescrite. Cependant, la décision de classement a imposé à Alain Juppé de déménager. Le 28 août 1995, le Garde des Sceaux, Jacques Toubon, a ordonné à Bruno Cotte de quitter le parquet de Paris (Blog de Laurent Remise)…

23. Dans l’affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris, Alain Juppé a été le 1er décembre 2004 condamné à quatorze mois de prison avec sursis et un an d’inéligibilité par la cour d’appel de Paris. Il avait été d’abord condamné par le tribunal correctionnel de Nanterre, le 30 janvier 2004, à dix-huit mois de prison avec sursis et dix ans d’inéligibilité.

24. Scandale sur fond de Françafrique et de conflits d’intérêts. En 2009, Pierre Péan, dans son livreLe Monde selon K a révélé que Bernard Kouchner avait eu des activités de conseil auprès des autorités du Gabon (république où l’alternance politique est inexistante) et de la République du Congo (où les élections sont marquées par nombre d’irrégularités) dans le cadre de la réforme du secteur de la santé de ces deux pays. Bernard Kouchner serait aussi intervenu dans le recouvrement de factures pour deux sociétés de conseil, Africa Steps et Imeda, alors même qu’il était ministre des Affaires étrangères de Nicolas Sarkozy.

25. Le 10 mai 2011, le procureur général de la Cour de cassation, Jean-Louis Nadal, a demandé une enquête pour « abus d’autorité » contre Christine Lagarde dans l’affaire de l’arbitrage privé ayant débouché sur l’attribution de plusieurs centaines de millions d’euros à Bernard Tapie en 2008. Mais le procureur ferait une erreur factuelle en affirmant que Christine Lagarde aurait décidé d’un arbitrage en mai 2007, puisqu’elle était à l’époque ministre de l’Agriculture et non des Finances, poste qu’elle occupera à partir du 19 juin 2007. Ce serait Jean-Louis Borloo, ministre de l’Economie, des finances et de l’emploi du 18 mai au 19 juin 2007 qui devrait donc être visé. Nous précisons que Jean-Louis Borloo a été l’avocat de Bernard Tapie mais qu’il serait aussi un ami très proche. Une enquête préliminaire sur d’éventuels « abus de pouvoirs sociaux » dans l’affaire Lagarde-Tapie vient d’être ouverte. Elle vise les décisions prises par des hauts fonctionnaires (Jean-François Rocchi et Bernard Scemana), qui auraient dissimulé des éléments de la procédure d’arbitrage et ajouté dans le projet d’arbitrage la notion de préjudice moral (chiffrée à 45 millions d’euros pour les époux Tapie). La Cour de justice de la République a mis en délibéré au 8 juillet sa décision sur une éventuelle ouverture d ?enquête contre Christine Lagarde.

26. Très récemment, Mme Lagarde a déclaré sa candidature à la direction du Fonds Monétaire International (FMI), pour succéder à Dominique Strauss-Kahn, inculpé par la justice américaine. Obtenir ce poste nécessite de mener une campagne d’auto-publicité dans le monde entier. Or, comme l’ont pointé de nombreux journaux, non seulement Christine Lagarde consacre du temps (théoriquement dédié à son poste de ministre de l’Économie) mais aussi de l’argent public à cette cause. Le 16 juin 2011, l’Expansion avançait le chiffre de 150.000 euros pour le coût en argent public de cette campagne pour un poste pourtant privé. Mme Lagarde, qui touchera 35.000 euros par mois si elle devient directrice générale du FMI, continue de percevoir pendant sa campagne son salaire de ministre : plus de 20.000 euros par mois.

27. Gérard Longuet est connu pour différentes affaires judiciaires pour lesquelles il n’a jamais été condamné. Ainsi, il a été mis en examen en 1995 dans l’enquête sur le financement occulte du Parti républicain mais il a bénéficié d’un non-lieu le 8 mars 2010, en partie grâce à la loi d’amnistie de 1990 sur les financements politiques. Dans une affaire concernant la construction de sa villa de Saint-Tropez où il est accusé de « recel d’abus de crédit », le ministre est relaxé en première instance, puis par la cour d’appel de Paris en 1998. Il a également été mis en garde à vue en mai 2001, pour recel de corruption dans l’affaire des marchés publics d’Île-de-France mais il est relaxé en 2005.

28. En 2010, Gérard Longuet s’oppose à la nomination de Malek Boutih à la tête de la HALDE car il considère qu’« il vaut mieux que ce soit le corps français traditionnel qui se sente responsable de l’accueil de tous nos compatriotes », excluant ainsi M. Boutih d’un « corps français traditionnel » supposé.

29. Le quotidien La République du centre a révélé qu’Olivier Marleix, conseiller technique du président de la République et fils de l’ancien ministre Alain Marleix, circulait à bord d’une voiture du parc automobile de l’Élysée lorsqu’il a été arrêté par les gendarmes pour avoir circulé à 119 km/h au lieu des 70 autorisés. Il aurait fait valoir ses relations auprès des militaires et leur aurait comprendre qu’il serait « préférable de classer l’incident ». M. Marleix a démenti ; il a affirmé que le gendarme l’ayant reconnu en tant que Maire d’Anet, aurait spontanément renoncé à le verbaliser.

30. Le site Rue89 nous a informé qu’une employée de 36 ans du Printemps de Nancy aurait été licenciée suite à une altercation avec Nadine Morano. Dans un communiqué, Nadine Morano a réfuté être à l’origine de ce licenciement, qui aurait relevé selon elle de la seule appréciation de l’employeur… Mme Morano avait fait venir le directeur du magasin pour l’informer du comportement de cette employée… ce qui aurait entraîné son licenciement.

31. Patrick Ollier, compagnon de Michèle Alliot-Marie, ancien président de l’Assemblée nationale, ministre des relations avec le Parlement depuis le 14 novembre 2010 est aussi un ami de Mouammar Khadafi, et est à la tête du groupe d’amitié France-Libye à l’Assemblée nationale.

32. Le 22 juin 2011, Georges Tron est mis en examen pour « viols et agressions sexuelles en réunion » sur deux employées de sa Mairie de Draveil. Il est placé sous contrôle judiciaire.

33. La presse a en outre relayé les doutes des élus d’opposition de la ville de Draveil concernant la provenance des fonds qui auraient financé l’installation d’un cabinet de réflexologie de Georges Tron attenant à la mairie.

34. L’épouse d’Éric Woerth, ministre du Budget, aurait, selon les dires de Patrice de Maistre enregistrés par un majordome de Liliane Bettencourt, été engagée pour faire plaisir au ministre, au sein de la société Clymène chargée de gérer le patrimoine de la milliardaire héritière de L’Oréal. Florence Woerth a démissionné le 25 juin 2010 après des accusations de conflits d’intérêt concernant son mari. Le site internet de l’Express a de plus révélé qu’Éric Woerth avait remis la Légion d’honneur à Patrice de Maistre.

35. Éric Woerth a également été critiqué pour le cumul de ses fonctions ministérielles avec celle de trésorier de l’UMP. Or, selon l’ex-comptable de Liliane Bettencourt, Claie Thibout, 150.000 euros d’argent liquide, dépassant le plafond légal de 7.500 euros, auraient été remis à Éric Woerth par l’intermédiaire de Patrice de Maistre pour financer la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Le ministre a annoncé sa démission du poste de trésorier de l’UMP le 13 juillet 2010.

La presse s’est aussi étonnée du fait que bien que la 2e fortune de France ait admis elle-même avoir fraudé le fisc (elle a dit avoir remis de l’ordre dans ses comptes depuis), les services fiscaux, de leur côté, n’ont jamais posé aucune question à Mme Bettencourt sur le sujet…

36. Le Canard enchaîné et Marianne ont révélé qu’Éric Woerth avait autorisé, en mars 2010, la vente de gré à gré d’une parcelle de la forêt domaniale de Compiègne à un prix largement inférieur à celui du marché, à l’association privée Société des courses de Compiègne. Saisi par le procureur général de la Cour de cassation, Jean-Louis Nadal, la Commission des requêtes de la Cour de justice de la République a donné le 13 janvier 2011 un avis favorable à l’ouverture d’une enquête pour « prise illégale d’intérêts ».

À la lecture de cette liste on constate d’une part que les condamnations judiciaires restent relativement rares (les ministres qui n’ont pas été condamnés restent donc officiellement innocents des faits évoqués par la presse) ; par ailleurs, on note que les rares condamnations ? inscrites au casier judiciaire – n’empêchent pas ceux qui en ont fait l’objet d’accéder à des postes de pouvoir. »

Cet article, signé Diké, est un terrifiant bilan de l’une des promesses phare du candidat Sarkozy de 2007…

Diké

23/06/2011

« La République irréprochable »: le cas Frédéric Mitterrand…

C’est ce qu’annonçait Sarkö Ier… Mais depuis, que d’ « égarements »… On choisi son entourage. La République des copains a fait ses (tristes) preuves… Je ne citerai pas les noms des « égarés », vous les connaissez. Et la liste s’allonge… Presque tous les jours.

FDF

.

Frédéric Mitterrand : 120.000 € de blanchisserie aux frais du contribuable en 2010

« La République irréprochable »…
Sous son mandat (SarkÖ Ier) nous avons pu constater qu’il s’agissait bien plus d’un slogan que d’une réalité (les cigares de Christian Blanc, les vols couteux et injustifiés d’Estrosie et Joyandet…).

L’on découvre sur le site du ministère de la Culture que Frédéric Mitterrand a présenté un appel d’offre en 2010 pour ses frais de blanchisserie et la somme est conséquente.

Le montant présenté dans l’appel d’offre, en date du 28 avril 010, est de 120.000 € sous la mention « blanchissage du linge du ministre », le prestataire est la société Ferdenande située à Houdan (78)* Voir l’appel d’offre ICI

De là à dire qu’il s’agit d’un ministre très propre sur lui, il y a un pas que nous nous refusons à passer. Marine le Pen ayant déjà eu l’occasion de présenter l’absence totale de moralité du personnage avec notamment les récits autobiographiques de son livre La mauvaise vie où il nous narre, par le menus, son tropisme pour les boxeurs thaïlandais.

On reste dubitatif, pour le moins, devant la somme engagée pour le seul blanchiment de la « toilette » du ministre.

________

*Ligne 143 du tableau excell.

Source: http://www.nationspresse.info/

20/06/2011

Dans les pas de Strauss-Kahn…

Et de deux, ou trois; on ne sait plus. Et je pense que liste est loin d’être exhaustive. J’en connais qui doivent commencer à avoir les boules (c’est le cas de le dire…). C’est pas bon, tout ça, alors que les présidentielles font déjà rage… Mais « Don Jojo » est encore maire, non? C’est du cumul de mandat, çà! Avec le mandat de dépot qui va lui tomber sur la tronche…

FDF

.

Georges Tron placé en garde à vue

 

 

Représentatif de l’UMP ?

.

L’ancien ministre Georges Tron a été placé en garde à vue par la police judiciaire de Versailles, annonce le parquet d’Évry.

Georges Tron, visé par une enquête judiciaire après des accusations d’agression sexuelle,

a démissionné de son poste de secrétaire d’État à la Fonction publique le 29 mai.

Une enquête préliminaire a été ouverte fin mai par le parquet d’Evry et confiée à la police judiciaire de Versailles après les plaintes de deux ex-employées municipales de Draveil, dans l’Essonne, contre Georges Tron, ville dont il est maire.

Les deux accusatrices ont confirmé jeudi aux enquêteurs les propos qu’elles ont décrits dans leur plainte.

Source:  http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/06/20/97001-20110620FILWWW00604-georges-tron-place-en-garde-a-vue.php

Merci à DG pour l’info…

09/06/2011

Affaire Georges Tron: un de ses anciens proches collaborateurs confirme les accusations…

Affaire Tron : le témoignage à charge d’un ex-directeur de cabinet

Mal barré, le Georges…
FDF
.


François-Joseph Roux, ancien proche collaborateur du maire de Draveil, confirme les accusations portées par l’une des deux plaignantes contre l’élu UMP. Il se confie en exclusivité (Le Parisien).

C’est la première fois qu’il parle depuis que l’affaire a éclaté. François-Joseph Roux est un ancien collaborateur de cabinet de Georges Tron, le maire UMP de Draveil (Essonne), contre lequel deux ex-employées municipales ont porté plainte pour « harcèlement sexuel », des faits présumés qu’elles situent entre 2007 et 2010.

« Oui, Éloïse (NDLR : une des deux plaignantes, dont le prénom a été changé) est venue me voir à l’époque, confie François-Joseph Roux. Elle m’a tout raconté à propos du harcèlement sexuel qu’elle subissait. Éloïse était ravagée par cette histoire avec Georges Tron. Je l’ai vue vrillée, anéantie. » Ce récit, l’ex-bras droit de Georges Tron l’a relaté aux enquêteurs de la police judiciaire de Versailles (Yvelines) auxquels le parquet d’Évry a confié l’enquête préliminaire ouverte le 25 mai. Il a été entendu comme témoin à deux reprises cette semaine. Sa première audition a duré six heures et a donné lieu à une déposition de sept pages.

Âgé de 55 ans, cet ex-rédacteur à la mairie de Paris, actuellement conseiller municipal à Courcouronnes (Essonne), a rejoint la mairie de Draveil en 2001. Il sera l’un des proches collaborateurs de Georges Tron pendant huit ans, jusqu’en 2009, sans le titre de directeur de cabinet, mais officiellement coordinateur des services.

À Draveil, il se murmure que François-Joseph Roux « sait tout » et « a tout vu ». Aujourd’hui, le même homme confie : « Georges Tron convoquait Éloïse le soir, à n’importe quelle heure, et il s’enfermait avec elle dans son bureau. »

S’il admet qu’il n’a pas été le témoin direct des agressions sexuelles dénoncées par la jeune femme, Roux commente néanmoins les relations entre l’édile et l’ancienne employée communale.

« Éloïse était sous l’emprise de Georges Tron », affirme François-Joseph Roux, en précisant que la jeune femme lui a parlé du rôle de l’adjointe au maire de Draveil, également visée par la plainte.

Témoin important dans cette affaire sensible, François-Joseph Roux ne cache pas sa proximité avec Éloïse. Passionné de littérature et d’histoire, il appréciait cette collègue, également bibliophile, en charge du Salon du premier roman de Draveil et d’un projet de pavillon du livre. « Elle m’avait raconté que Georges Tron avait créé ce poste pour elle, pour l’avoir à ses côtés », dit-il. Informé des problèmes de harcèlement sexuel allégués par l’employée, il assure lui avoir conseillé de se tourner vers la police.

« La seule manière de mettre fin à ça, c’était de porter plainte », relate François-Joseph Roux. À l’époque, Éloïse n’en fera rien. « Elle avait besoin de ce travail en mairie et avait un enfant à charge. Elle était vulnérable », explique-t-il. En revanche, l’ancien directeur de cabinet confirme que la jeune femme « est allée voir un avocat » auquel elle a tout raconté au printemps 2009.

Selon François-Joseph Roux, sa proximité avec Éloïse lui a valu son éviction de la mairie de Draveil en 2009. « Je suis parti à cause de ça, assure-t-il. Georges Tron savait que je savais. Il m’a demandé de quitter la mairie, disant ne plus avoir confiance en moi. »

Aujourd’hui, François-Joseph Roux est directeur des ressources humaines à la mairie de Vigneux (Essonne), dont le maire UMP, Serge Poinsot, est en froid avec Georges Tron. Soulagé d’avoir témoigné, il affirme que d’autres cadres de la mairie ne « pouvaient pas ne pas être au courant ».

Contactés hier, ni Georges Tron — qui nie l’intégralité des faits dénoncés par les plaignantes — ni son avocat n’ont souhaité réagir aux déclarations faites à notre journal par François-Joseph Roux.

Source: http://www.legaulois.info/

05/06/2011

DSK fait l’objet de toutes les ferveurs médiatiques françaises…

Médiatiquement parlant, ça paye les affaires de sexe. D’autant se sont depuis accrochés au wagon depuis les premiers bruits sur DSK…
FDF

.

Comment l’affaire DSK remet en cause les pratiques médiatiques françaises…

Voilà que la préparation minutieuse est à son comble pour couvrir la troisième comparution de DSK devant un tribunal américain.


| MarcD67
La troisième comparution de Dominique Strauss Kahn devant un tribunal américain prévue lundi est l’objet de toutes le ferveurs médiatiques françaises. Passé le choc de la surprise et de l’improvisation, voilà que la préparation minutieuse est à son comble, avec des dispositifs de couverture dignes d’un grand spectacle à ne rater sous aucun prétexte. 

Il est vrai que sur un plan froidement comptable, l’affaire DSK a dopé les ventes de journaux et de magazine et les audiences des journaux télévisés. Sans doute le fruit d’une profonde incrédulité face à cet acte suicidaire d’un homme politique, déjà au sommet et au seuil d’une grande gloire politique et d’un sens morbide du voyeurisme que suscite les malheurs et les détresses d’un destin privilégié, avec l’effet d’une calèche brusquement transformée en citrouille.

Il est vrai aussi que même si la mésaventure DSK est une histoire exclusivement  américaine, même le plus fantaisiste des écrivains de scénario de Hollywood n’aurait pu en imaginer les séquences et encore moins en  inventer la finalité. L’affaire DSK demeure un grand énigme si épais que les opinions des français continuent d’osciller entre le complot-piège dans lequel un dragueur lourd et sanguin serait tombé et la manifestation d’une nature morbide enivrée par le pouvoir qui se croit tout permis, naturellement légitimé à cueillir tout en toute impunité.  

L’opinion française se mobilise pour le procès de lundi car l’affaire DSK a provoqué une grande césure dans sa vie politique. Non seulement ce troisième procès lèvera le voile officiellement sur la stratégie de défense choisie par les avocats de l’ancienne icône socialiste, mais il déroulera aussi le prochain calendrier juridique qui rythmera cette affaire. Le plaider coupable, qui peut entraîner un arrangement immédiat sur la nature de la sanction et clore juridiquement le dossier, est pour le moment exclu par la défense. Cette dernière se veut offensive et se donne pour ambition de démontrer l’innocence du prévenu.

Avec le recul, l’affaire DSK a provoqué un énorme séisme en France, avec une onde de choc qui continue de sévir. Elle a eu au moins trois grandes conséquences politiques identifiables. La première frappa de plein fouet le président Nicolas Sarkozy lui même. La campagne des présidentielles s’annonçait laborieuse, avec des sondages en berne, un bilan mitigé, une défiance de plus en plus rude et un favori, DSK à qui rien ne semblait barrer la route conquérante de L’Elysée. Et voilà que brusquement, par un étrange coup du destin, le ciel s’éclaircit. Ce qui nécessitait hier un miracle pour s’accomplir devient aujourd’hui une opportunité à portée de la main. Même si publiquement, Nicolas Sarkozy s’est abstenu de tout triomphalisme, son entourage n’a qu’un seul cri sous forme de constat victorieux pour la présidentielle : « c’est plié » lit-on sous forme de confidences.

La seconde conséquence s’est abattue sur le Parti socialiste lui même. Alors que sa premier secrétaire, Martine Aubry, se préparait à jouer les forces d’appoint, la voila qui se trouve subitement acculée à faire des choix de rupture, elle qui avait élevé la culture de l’hésitation et de l’indécision au rang de comportement depuis son accession à la tête de la rue de Solférino. Martine Aubry se trouve dans la situation de devoir accélérer sa transformation. Sans parler que la chute soudaine de DSK a réveillé les ambitions que sa suprématie incontestable dans les sondages faisait taire. D’ou le retour sur le scène de Ségolène Royal, impatiente de refaire le match de 2007 avec Nicolas Sarkozy, d’ou l’éclosion d’une presque nouvelle personnalité, comme François Hollande avec une visible capacité à charmer et pourquoi pas à convaincre.

La troisième conséquence de l’affaire DSK est à trouver dans l’étrange libération de parole sur un sujet longtemps resté tabou en France, le machisme et la sexualité  en politique. Signe qu’un bond qualitatif a eu lieu, la démission de Georges Tron de son poste de secrétaire d’Etat à la fonction publique sous les accusations de harcèlement  sexuel portées contre lui par d’anciennes collaboratrices. L’illustration de cette libération de la parole à l’excès fut la sortie de l’ancien ministre de l’éducation nationale Luc Ferry qui évoque le cas d’un ministre qui avait avait commis des actes de pédophilie au Maroc, accusant presque tout le Gotha de s’être mué dans un silence complice.

30/05/2011

L’affaire Tron a parasité samedi la réunion de Copé et Fillon…

Le « socle de la reconquête » bien ébranlé à l’UMP… Il y a eu Woerth, Alliot-Marie, maintenant Tron; à qui le tour?

FDF

.

Sexe, morale et 2012 au conseil national de l’UMP


Samedi, Georges Tron n’a pas fait le déplacement porte de Versailles pour le deuxième conseil national de l’UMP version Copé. Mais en coulisses, il n’était question que du secrétaire d’État à la Fonction publique et de sa démission, pressentie comme imminente. Ne restait plus du coup à ses amis qu’à commencer à jeter quelques pelletées de terre sur son cercueil. « Georges Tron est un garçon sympathique, dynamique et très compétent, note ainsi Jean-Claude Gaudin, chef du groupe UMP au Sénat. Il y a la présomption d’innocence mais pour rendre service à ses amis, cela ne me surprendrait pas qu’il le fasse ». Sous entendu, qu’il jette l’éponge. « À un moment donné, poursuit Marc-Philippe Daubresse, secrétaire général adjoint de l’UMP, quand on est en charge et qu’il y a des suspicions très fortes, on peut prendre ses responsabilités. Il vaut mieux clarifier les choses tout de suite ». « J’espère qu’il se sortira de ce mauvais pas, observe le député de Paris Claude Goasguen. Mais il est vrai que cela pose une gêne à la majorité ». Fermez le ban!

Dans la salle, la bande-son n’est pas meilleure : « Il faut que Tron parte, et vite », peut-on y entendre. Samedi, si l’on parlait à l’UMP des ennuis judiciaires du maire de Draveil, c’est surtout parce que cette histoire touche un tabou. « Ce n’est pas l’affaire DSK, note un secrétaire national, il n’y a pas de traumatisme militant. Tron, ce n’est tout de même pas une figure de l’UMP ni un sarkozyste historique et comme il commence à avoir un discours personnel, on va pouvoir éviter l’amalgame avec le parti ». Certains commençaient déjà à envisager l’après. « Pourquoi remplacer Tron? remarque ainsi un cadre. On peut très bien laisser le poste vacant pour, au moment du départ de Christine Lagarde à Bercy, faire un cadeau à un centriste ».

« La machine à fantasmes est enclenchée »

À la tribune, samedi, le patron de l’UMP et le Premier ministre, qui célébraient le réchauffement –officiel du moins– de leurs relations après avoir, selon le mot de Jean-François Copé, « failli trouver du gaz de schiste » tant leurs désaccords étaient profonds, ont fait allusion à ces affaires. Le secrétaire général de l’UMP qui avait appelé le matin même à « la retenue » et à « la prudence », a glissé dans son discours un paragraphe sur la présomption d’innocence : « C’est à mes yeux, un principe essentiel, qu’il s’agisse d’un directeur général du FMI, d’un ministre du gouvernement, comme de n’importe quel autre citoyen ». François Fillon a, lui, raillé un PS contraint de « ravaler ses leçons de morale, en comparaison d’une UMP qui débat, réfléchit et concentre ses forces pour faire du bilan du quinquennat le socle » de la reconquête.

Ces scandales sexuels ont, en tout cas, engendré une nouvelle inquiétude, palpable samedi dans les rangs de l’UMP. « On va entrer dans une période compliquée à gérer », observe Bruno Beschizza, conseiller régional en Seine-Saint-Denis. Cet ancien syndicaliste policier en veut pour preuve l’article paru cette semaine dans Le Monde, qui fait état d’un rapport policier sur les activités sexuelles tarifées de DSK à Paris : « On voit bien que l’on va commencer à entrer dans les chambres à coucher ». « Sexe, argent et pouvoir, de toutes manières, on n’y peut rien, la machine à fantasmes est enclenchée », soupire une députée. Un conseiller s’inquiète : « Si on se lance dans une opération mains propres, autant donner tout de suite les clés à Marine Le Pen! » En ce qui concerne les chances de Nicolas Sarkozy en 2012, les ténors de l’UMP sont restés samedi très prudents. Si Jean-François Copé a dit sentir un « frémissement » dans le parti, Jean-Pierre Raffarin a jugé la victoire « probable mais pas certaine », tous deux appelant Jean-Louis Borloo à l’unité derrière le Président.

vu sur http://www.lejdd.fr/Election-presidentielle-2012/Actualite/L-affaire-Tron-parasite-le-second-conseil-national-de-l-UMP-version-Cope-321915/?sitemapnews

26/05/2011

Manque pas d’air, Georges Tron: il accuse le Front National d’être à l’origine de ses ennuis avec la justice.

Trop facile. Georges Tron pense faire d’une pierre deux coups en ce qui concerne ses démêlées avec la justice sur fond d’agression sexuelle: impliquer le Front National et refaire monter la cote de l’UMP en se positionnant donc comme victime du FN et de ses deux ex-employées de mairie. A mon avis, ça va être la brasse coulée pour le secrétaire d’Etat. En France on n’aime pas quand ça éclabousse trop…

Mais Marine Le Pen réagit immédiatement en portant plainte en diffamation… Bon courage, M. Tron.

FDF

.

Marine Le Pen poursuit Georges Tron en diffamation !

La présidente du FN juge « graves » les accusations du secrétaire d’État à la Fonction publique, qui considère que la famille Le Pen est derrière la plainte pour abus sexuel qui le vise.

Marine Le Pen a annoncé jeudi qu’elle poursuivait en diffamation Georges Tron, qui accuse le Front national d’être à l’origine d’une campagne contre lui ayant débouché sur l’ouverture d’une enquête pour abus sexuel. Le secrétaire d’État à la Fonction publique est visé par une enquête préliminaire pour agression et viol, ouverte mercredi à la suite d’une plainte de deux ex-collaboratrices. « J’observe que cela vient de Me Gilbert Collard, qui est un proche de Marine Le Pen, avec laquelle je suis en conflit depuis des mois », avait répondu mercredi Georges Tron, évoquant un contentieux privé l’opposant à la famille Le Pen.

Marine Le Pen, présidente du Front national, a répliqué sur RFI : « Je trouve ça très grave et je poursuis dès aujourd’hui M. Tron en diffamation. » « Je poursuis en diffamation M. Tron et je ne le laisserai pas mettre en cause ma réputation pour essayer de sauver la sienne », a-t-elle ajouté. Deux ex-collaboratrices de Georges Tron à la mairie de Draveil (Essonne) ont porté plainte pour harcèlement sexuel. Mais le procureur de la République d’Évry considère que les faits décrits dans la plainte pourraient être qualifiés d’agression sexuelle et de viol s’ils étaient confirmés. Georges Tron a fait savoir par son avocat qu’il porterait plainte contre ses accusatrices pour dénonciation calomnieuse.

Source: http://www.lepoint.fr/

25/05/2011

Sale temps pour nos hautes instances politiques…

Une affaire en amorce une autre; la contagion s’installe, le doute aussi… On soulève des lièvres, les langues se délient, la machine est lancée… On doit passer pour des beaux spécimens, aux yeux du monde… A un an des présidentielles, ça la fout moche aussi en politique interne. Srauss-Kahn était il contagieux ?

Marine: VITE !!!

FDF

.

Affaire Tron: « Si les faits sont avérés, ils pourraient être qualifiés de viol »

Le secrétaire d’Etat à la Fonction publique serait mis en cause par deux employées de la mairie de Draveil. Le parquet a ouvert une enquête préliminaire.

Une enquête préliminaire a été ouverte mercredi à Evry après une plainte déposée contre Georges Tron, secrétaire d’Etat à la Fonction publique. Deux ex-employées de la mairie de Draveil (Essonne) dont il est maire, l’accusent de « harcèlement sexuel ». 

« Une plainte a bien été adressée par voie recommandée au parquet par deux ex-employées de la mairie pour harcèlement sexuel mardi à 12 heures », a confirmé l’avocat Gilbert Collard, qui s’est dit proche de Marine Le Pen sans appartenir au Front National. 

Les accusations, si elles étaient établies, « seraient susceptibles de recevoir la qualification d’agression sexuelle et de viol », a annoncé le parquet. 

Au terme de cette enquête, en fonction des éléments recueillis, le parquet aura le pouvoir de ne pas donner suite à la procédure, d’ouvrir une information judiciaire confiée à un juge d’instruction ou, en cas de seul délit d’agression sexuelle, de renvoyer l’affaire devant un tribunal correctionnel…

Suite et source: http://www.lexpress.fr/actualite/politique/affaire-tron-si-les-faits-sont-averes-ils-pourraient-etre-qualifies-de-viol_996251.html?xtor=EPR-181