Francaisdefrance's Blog

11/12/2011

Sardan (30) : Le conseil municipal anti-FN démissionne !

Et c’est reparti! Mais quelle bande de cons ! 

La propagande UMPS fait son sale boulot. Les maires ne sont même plus maîtres de leurs décisions. Celui-ci (Philippe Chagnolleau) donne sa signature à Marine Le Pen et tout de suite, c’est la guerre! Tous les prétextes sont bons pour le traîner dans la boue.

N’allez pas me dire que tout ça n’est pas instrumentalisé… Je l’avais précisé dans un précédent billet: le maire UMP d’une commune voisine de la mienne m’avait avoué en catimini qu’il avait reçu des « consignes » pour donner systématiquement sa signature au candidat UMP (Sarkö Ier ?) en vue des présidentielles et qu’on ne lui donnait pas d’autres choix…

La liberté de penser et d’expression en prend un bon coup. Ca frise le chantage. En fait, c’en est, du chantage…

Courage, Monsieur le maire de Sardan; tenez bon!

FDF

.

Voir: http://youtu.be/xN7sEZCFzKA

07/11/2011

Pourquoi je suis POUR le rétablissement de la peine de mort…

Tout simplement pour ce qui suit… C’est de plus en plus souvent. Puisqu’on ne peut pas effectuer de « prévention », allons y pour la répression; mais exemplaire !!! Le principal étant d’éradiquer complètement cette forme écoeurante de « délinquance »… La soi-disant « folie » de ces criminels est trop souvent et trop facilement l’excuse plaidée devant les cours de justice. D’où les récidives…

FDF

.

Gard: la fillette tuée à coups de couteau !

Portée disparue depuis samedi soir, Océane, fillette de 8 ans, a été retrouvée à trois kilomètres de son domicile de Bellegarde (Gard). 

Océane, fillette de 8 ans habitant à Bellegarde (Gard), portée disparue depuis samedi soir, a été retrouvée morte dimanche vers 10h30, au bout d’une vigne, « deux ou trois kilomètres du domicile familial ». 

L’enfant porte « des traces de coups de couteau » et on « s’oriente clairement vers une piste criminelle« , a indiqué ce dimanche le procureur de la République à Nîmes, Robert Gelli. 

Le corps a été découvert « en partie dénudé, mais pas complètement, par une riveraine des lieux, qui ne participait pas à la battue », a-t-il ajouté. 

« A cet instant, on ne peut pas dire si la fillette a été violée », a précisé le procureur. « Il faut attendre les résultats de l’autopsie », qui devrait avoir lieu lundi, a-t-il précisé. 

La fillette avait disparu de son domicile samedi peu après 19h, alors qu’elle était sortie, à la demande de son père, pour aller chercher un jeu vidéo chez des voisins, habitant à quelque 300 mètres de là, a expliqué la porte-parole de la gendarmerie de Languedoc-Roussillon. 

Ne la voyant pas revenir, ses parents avaient immédiatement donné l’alerte et un important dispositif de recherches avait été mis en place. Une quarantaine de militaires de la section de recherches de Nîmes, assistés notamment d’un hélicoptère, avaient entrepris de fouiller les alentours du village, et de sonder un étang et des canaux proches. 

Les recherches s’étaient poursuivies dimanche matin, avec l’aide de 130 villageois venus spontanément apporter leur concours aux équipes de secours. 

Les parents et les grands-parents de la petite victime ont été entendus par les enquêteurs en début d’après-midi. 

Source: http://www.lexpress.fr/

08/06/2011

Pitoyable: des viticulteurs devant les juges après une course-poursuite avec des voleurs…

Mais de qui se moque t’on, dans ce pays ? Ce sont les victimes qui passent en justice; lamentable… Il ne faut pas que l’affaire Gallinier devienne une habitude…

FDF

.

Les viticulteurs languedociens dépités à la sortie du tribunal correctionnel autour de Stéphan Picas (au centre) après le jugement./ Photo DDM, TopSud
Les viticulteurs languedociens dépités à la sortie du tribunal correctionnel autour de Stéphan Picas (au centre) après le jugement./ Photo DDM, TopSud

Le 21 avril dernier, une spectaculaire course-poursuite d’une extrême violence avait opposé deux viticulteurs de Corconnes (Gard) à deux petites fourgonnettes où avaient pris places des voleurs d’origine roumaine. Ils venaient de charger des piquets de vigne en fer dans la nuit sur le domaine de Stéphane Picas dans le Gard.

Après avoir tenté de stopper la fuite des voleurs, le viticulteur de 26 ans avait ouvert le feu à deux reprises sur les deux camionnettes qui roulaient à tombeau ouvert cette nuit-là sur les routes du Gard et de l’Hérault faisant des embardées pour semer leurs poursuivants. « Pour moi, il ne s’agissait ni de les tuer, ni de les blesser mais de les arrêter en tirant dans les pneus » a expliqué le jeune producteur devant les deux prévenus de nationalité roumaine qui ont nié les faits racontant qu’ils voulaient dormir sur la route et qu’ils étaient entrés par erreur dans la propriété… Avec un véhicule équipé de fausses plaques et sans assurance. « Il s’agit d’un vol de l’outil de travail par un système organisé. Même si cela doit choquer, le parquet a choisi le langage de la vérité et du bon sens. Vous Monsieur, vous êtes venus en France pour exercer le métier de la mendicité. Mais les faits n’ont rien à voir avec des actes de mendicité. Et il s’agit de condamner ce vol organisé, un petit jeu qui un jour se terminera par un drame. Et qui a d’ailleurs déjà tourné au drame l’an passé dans le Gard puisqu’un agriculteur est décédé après avoir échangé des coups avec des voleurs » a indiqué l’avocat général Vermeil qui a réclamé des peines de 18 mois et de 16 mois avec écrou à l’encontre des deux voleurs. Il a été beaucoup plus mesuré à l’adresse du viticulteur. « Il n’est pas question de tirer sur les gens, y compris pour leur faire peur, même s’il n’a pas choisi de se faire visiter en pleine nuit » a poursuivi le magistrat avant de requérir quatre mois de prison avec sursis pour le tireur et la confiscation du fusil.

Les juges n’ont pas suivi les réquisitions du parquet. Ils ont adouci les peines de prison des deux voleurs : six mois dont trois ferme pour celui qui conduisait la camionnette. Et quatre mois avec sursis pour celui qui l’accompagnait. Stéphan Picas écope lui d’une peine quatre mois de prison avec sursis conforme à ce qu’avait réclamé le procureur de la République. Les viticulteurs venus soutenir le jeune syndicaliste agricole de Corconnes sont repartis scandalisés du palais de justice de Montpellier.


Le vol rural, nouveau fléau

« J’étais excédé. Cinq fois, je m’étais fait cambrioler. Mon voisin les poursuivait en voiture. Alors j’ai pris mon fusil parce que je ne savais pas s’ils étaient ou non armés » raconte Stéphan Picas, le jeune viticulteur de Corconnes, décrit comme un jeune calme et altruiste.

« Les vols dans les champs sont devenus la nouvelle plaie pour les producteurs. On ne peut plus rien laisser. Ces méfaits se multiplient depuis un peu plus de douze mois. Et cela exaspère les agriculteurs qui déjà ne gagnent pas grand-chose à cause du mauvais climat économique de marché », explique Dominique Granier, le président de la chambre d’agriculture du Gard, venu parler avec beaucoup de dignité du prévenu agriculteur. Lui comme les autres producteurs ont reçu cinq sur cinq le réquisitoire de l’avocat général qui a clairement désigné les principaux auteurs : les voleurs de piquets.

Source: http://www.ladepeche.fr/

15/02/2011

Enseignement « orientalement orienté »: ça ne plait pas à tout le monde.

Et fort heureusement. Il y a de quoi être « heurtés » pour les sous-chiens parents d’élève, n’est-ce pas les muzz?

Personnellement, ce n’est pas une lettre anonyme que je lui aurais envoyé. Je serais venu en personne lui affirmer le fond de ma pensée et lui conseiller d’aller enseigner plutôt dans une école coranique.

FDF

.

L’instit enseigne une berceuse en arabe : des parents protestent avec une lettre anonyme.

Plusieurs parents n’ont pas apprécié que leurs enfants apprennent et chantent  en classe les paroles en arabe  de la berceuse du film d’animation “Azur et Asmar” du réalisateur Michel Ocelot. Ils refusent que leur enfant la chante pour le spectacle de fin d’année.

Un courrier anonyme dénonçant ce choix pédagogique  de l’école a été distribué aux parents du regroupement pédagogique intercommunal de la commune Pin et de Saint-Pons-la-Calm. Le maire du Pin, également président du syndicat intercommunal du regroupement,  se dit choqué par ce courrier qu’il a lui-même reçu.


Source: http://www.midilibre.com/