Francaisdefrance's Blog

28/02/2012

MES: ce que vous ne devriez pas savoir…

Il est certain que ce genre d’info ne circule pas allègrement sur la Toile…

FDF

.

Jacques Sapir : « Le G20 a refusé la copie du MES »

.
Voilà une information passée sous silence: le G20 a refusé la copie du Mécanisme Européen de Solidarité. Ce qui signifie que le conseil européen va devoir augmenter le volume du MES. Problème: Pour pouvoir répondre à une nouvelle crise, le MES doit être au dessus de 1000 milliards d’euros. Or, l’Allemagne a plus à perdre en acceptant cette logique que si la zone euro éclate (2% de sa croissance).
En conséquence de quoi, le ministre de l’intérieur Allemand a clairement affirmé que la Grèce doit sortir de l’euro. Une déclaration qui rompt avec l’unanimisme de façade qu’affichaient jusqu’à présent nos représentants européens.

En Allemagne le débat sur l’avenir de l’Euro fait rage… En France, c’est motus et bouche cousue…le système UMP/PS/Modem/ Front de Gauche a trop à perdre !

« Le MES n’est absolument pas capable d’arrêter une nouvelle crise ».

Jacques Sapir

http://www.prechi-precha.fr/2012/02/27/jacques-sapir-le-g20-a-refuse-la-copie-du-mes/

Merci à DG…


11/02/2012

Merci à Christine Lagarde d’avoir vendu l’Europe !

Et à des monarchies arabes, qui plus est. Ca plus l’islamisation rampante, à mon avis, la résistance sera plus dure que prévue.

On aurait mieux fait de garder Strauss Kahn, à la tête du FMI. Sa libido exacerbée lui faisait penser à autre chose et pendant ce temps là, il était loin de s’occuper à savoir si il devait mettre genou à terre devant les Arabes du Golfe…

Vous pensez que ça vaut combien, notre France, en petro-dollars ? Maintenant, plus grand-chose…

On est mal…

FDF

.

Photo pillée chez http://jean-marielebraud.hautetfort.com/

.

Pour sauver l’Europe, le FMI peut compter sur les fonds saoudiens !

Le ministre saoudien des Finances, Ibrahim al-Assaf, s’est entretenu aujourd’hui avec la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, du rôle du fonds dans la crise de la dette européenne et des « efforts en cours pour régler » cette crise.

Selon l’agence officielle saoudienne Spa, l’entretien a également porté sur la conjoncture économique et financière, aux plans régional et mondial. Hier, Christine Lagarde avait été reçue par le roi Abdallah pour un entretien sur « l’action du FMI et les développements de l’économie mondiale ». L’Arabie saoudite, riche monarchie pétrolière et membre du G20, est l’un des pays dont le FMI souhaiterait obtenir une contribution à l’augmentation de 500 milliards de dollars de ses ressources, que Mme Lagarde estime nécessaire pour affronter la crise économique mondiale.

« Le FMI comptera sur ses principaux Etats membres » pour réunir ces fonds, avait déclaré Christine Lagarde dans un entretien publié hier par le quotidien saoudien Asharq Al-Awsat, sans citer nommément l’Arabie saoudite. Mais rien n’a filtré des entretiens de Christine Lagarde, qui doit achève dans la soirée sa visite de deux jours dans le royaume saoudien. Le royaume saoudien, premier exportateur mondial de brut, a dégagé en 2011 un excédent budgétaire record de plus de 81 milliards de dollars.

Source: http://www.latribune.fr/

08/11/2011

Honteux ! G20: la nuit à 37 000 € de Sarkozy !

Le plan d’austérité commence bien ! Français: travaillez plus pour qu’il gagne plus ! « Je serai le président du pouvoir d’achat », qu’il promettait, le roi du monde !

Cela devient cynique; et outrageant.


FDF

.

En pleine crise économique, et alors que le gouvernement racle les fonds de tiroirs à la recherche des milliards manquants, le prix de la nuit d’hôtel de Nicolas Sarkozy à Cannes, la semaine dernière pour le sommet du G20, frise la provocation.

En dépensant un peu plus de 37 000 € pour une nuit dans une suite de l’hôtel Majestic de Cannes, le Président français se hisse sur la plus haute marche du podium des dirigeants peu regardants à la dépense. Il devance Barack Obama et Silvio Berlusconi, hébergés au Carlton voisin, pour respectivement 35 000 € et 29 000 € la suite. Le président chinois Hu Jintao, objet de toutes les attentions, a payé trois fois moins cher sa chambre au Gray d’Albion, soit 11 600 €. Sans pour autant dormir dans un Formule1, le Premier ministre anglais David Cameron peut s’enorgueillir d’avoir été le plus économe des dirigeants présents à Cannes. Il n’aura déboursé « que » 1950€ pour une nuit au Marriott. C’est toujours 300 € de plus que le salaire mensuel médian en France. On est loin de la « République irréprochable » du candidat Sarkozy en 2007. Il ne suffira pas de geler le salaire du Président et des ministres pour y parvenir.

Source: http://www.ladepeche.fr/

16/05/2011

La dette américaine va dépasser son plafond de 14.294 milliards de dollars…

Les États-Unis à moins de trois mois de la faillite !

On ne peut pas indéfiniment financer des guerres partout dans le monde… Souhaitons que cela serve de leçon à certains autres pays…

FDF

.


Ce lundi, la dette américaine dépassera son plafond de 14.294 milliards de dollars, à partir duquel l’État fédéral ne peut plus emprunter. Sans compromis entre le Congrès et la Maison-Blanche avant le 2 août, les États-Unis seront en défaut de paiement.

Depuis plusieurs mois, le G20 et le FMI, mais aussi l’Europe, le Brésil, la Chine, et les agences de notations pressent les États-Unis d’assainir leurs déficit et dette publics démentiels. Aujourd’hui, l’État fédéral américain a le couteau sous la gorge: lundi, la dette américaine devrait toucher son plafond – déjà relevé en janvier dernier -, fixé à 14.294 milliards de dollars, et à partir duquel les États-Unis ne pourront plus emprunter.

Autrement dit, les États-Unis sont au bord de la faillite. Devant l’urgence de la situation, le secrétaire au Trésor, Tim Geithner, a donné un sursis de 30 jours supplémentaires pour permettre au Congrès de trouver un accord avec la Maison-Blanche. Ils ont donc jusqu’au 2 août prochain pour négocier un compromis : les républicains du Congrès n’accepteront pas de voter le relèvement du plafond de la dette tant que le gouvernement n’aura pas mis en place un plan de rigueur budgétaire. Les États-Unis enchaînent en effet trois années de déficit public supérieur à 10% et aucun programme concret et crédible de réduction des dépenses n’est envisagé. Pour Olivier Blanchard, chef économiste du FMI, le plan d’économies de 39 milliards de dollars accouché le 8 avril dernier est «insuffisant».

Barack Obama s’est fixé pour objectif de diminuer le déficit du budget américain de 4000 milliards de dollars au cours des douze prochaines années. Il fixe la réduction du déficit budgétaire à 2,5% du PIB en 2015, et veut qu’elle soit atteinte aux trois quart par des baisses de dépenses. Des objectifs, mais pas de moyen clairs pour les atteindre : lors d’une visite chez Facebook, le président a parlé réforme de la fiscalité.Sans donner trop de détails, il compte d’attaquer aux cadeaux fiscaux destinés aux Américains les plus riches, envisage de limiter les dépenses militaires et les aides à l’agriculture, et de tailler dans le programme de santé, pourtant très populaire, Medicare.

«L’équivalent financier d’un bombe nucléaire»

Que se passerait-il si les États-Unis ne pouvaient plus honorer leur dette, comme cela a été le cas pour la Grèce, l’Irlande, ou le Portugal ? Ce serait «l’équivalent financier d’une bombe nucléaire», s’alarme Aaron Kohli, spécialiste des bons du Trésor chez Nomura Securities. Le cataclysme mondial serait tel que les gens n’y croient pas. «Ils doivent trouver une solution, ils ne peuvent pas laisser la planète finance exploser», se rassure un analyste, qui note que les marchés financiers ne montrent pas de signes d’inquiétudes sur la capacité des autorités américaines à s’entendre.

Pour David Wyss, économiste en chef de l’agence de notation Standard and Poor’s qui a récemment menacé le triple A américain, non seulement le Trésor «peut continuer à fonctionner jusqu’en août (via des manipulations comptables, NDLR)», laissant le temps au Congrès de s’entendre, mais de plus, en cas de situation critique, le gouvernement «fera passer le service de la dette en priorité».

vu sur http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2011/05/14/04016-20110514ARTFIG00533-les-etats-unis-a-moins-de-trois-mois-de-la-faillite.php