Francaisdefrance's Blog

18/10/2011

Abattoir halal dans la Creuse: vous n’avez pas fini de manger à la mode de Momo sans le savoir…

Et pour éviter cela, il n’y a pas 36 solutions: manifester contre cette ignominie auprès des élus qui se sont agenouillés devant cette soumission à l’islam. Et c’est parti !

FDF

.

Un abattoir halal dans la Creuse

Comment ceux qui sont en charge de la Communauté de communes de Guéret-Saint-Vaury et du Conseil Général de Creuse ont-ils pu donner leur feu vert à l’institution, à grande échelle,  d’un abattoir halal ?

Un abattoir halal signe la volonté délibérée de rompre avec les lois qui obligent à étourdir les animaux avant de les tuer pour obéir à des prescriptions religieuses et avec celle de 1905 qui interdit le financement des cultes, puisque l’acheteur de viande halal paye, sans le savoir, le coût de la certification délivrée par une mosquée. 

De plus, au regard des chiffres avancés dans l’article du Populaire, les 5 à 8000 tonnes par an de bovins et ovins vont sans doute peu à peu se transformer en 15 à 18000 tonnes, ce qui signifie qu’une bonne partie du cheptel creusois va se retrouver halaliséet donc, forcément, dans l’assiette du consommateur lambda qui ne veut pas du halal mais va en acheter et en consommer sans le savoir.

On sait que le secrétaire d’Etat au commerce, Frédéric Lefebvre, a refusé tout net la mention du mode d’abattage de la viande au prétexte que cela… stigmatiserait l’islam !!! Il vaut mieux tromper le consommateur…

Abattage-rituel-signal-Niet-de-Fefebvre-JPËG-300x286 Il est absolument inadmissible et scandaleux que les pouvoirs publics prêtent la main  à une telle ignominie. 

Nous vous invitons à signer la pétition, à  écrire aux élus de Creuse (communauté de communes de Guéret-Saint-Vaury et Conseil Général)  :

Communauté de Communes de Guéret Saint-Vaury 9, avenue Charles de Gaulle – BP 302 – 23006 Guéret Cedex
Tél : 05 55 41 04 48 – Fax : 05 55 41 13 01 – accueil@cc-gueret.fr

Conseil général de la Creuse Château des Comtes de la Marche
BP 250, 23011 GUERET Cedex

Source: http://christinetasin.over-blog.fr/

.

Et, pour vous motiver, une petite vidéo que les âmes sensibles sont priées d’éviter de visionner: http://tinyurl.com/6ka8bk4

FDF

13/06/2011

On peut vivre sans pain; mais pas sans Internet…

C’est du moins ce que tente de nous prouver le Secrétariat d’État à la consommation… Ca donne à réfléchir. Pas sur l’Internet, mais sur l’utilité de ce Secrétariat d’Etat. J’ai essayé de manger mon clavier d’ordi: indigeste…

FDF

.

Tocqueville Magazine
LE FLASH

Depuis quelques temps, le monde économique et politique bruisse d’informations sur un futur projet de loi pour soi-disant protéger les consommateurs. C’est en fait, suivant l’usage, un déluge de réglementations qui vont nous être assénées, dans une odeur sulfureuse d’usine à gaz administrative, avec des effets contraires aux buts poursuivis.

Pour comprendre l’origine de ce nouveau tsunami administratif, il faut savoir que nous avons un Secrétaire d’État à la consommation, Frédéric Lefebvre. Pourquoi un tel Secrétaire d’État ? D’abord, c’est une question de partage du butin de la république. Au sein de la « République Fromagère », les victimes-contribuables apportent sans barguigner leur tribut d’une façon permanente et immense, ceci par les prélèvements fiscaux et sociaux que nous connaissons tous. Ainsi se construit un butin annuel dépassant largement les 50 % du PIB. Cela permet donc d’arroser largement tous les camarades, ce qui explique entre autres la quarantaine environ de ministres, sous-ministres ou sous-sous ministres, dont beaucoup sont inutiles.

LA CONSOMMATION

Une raison spécifique explique qu’il y ait un Secrétaire d’État à la consommation. Le pouvoir interventionniste est largement pollué par les idées fausses venant de Keynes. L’une de ces idées est que la croissance du PIB serait dépendante de celle de la consommation ; si la consommation augmente, la production finirait par suivre et, après un assez long détour, arriverait à favoriser la croissance du PIB ; cette croissance permettrait, alors, enfin de rembourser les dettes insupportables, d’arrêter les déficits publics et de résoudre les problèmes insurmontables que nous connaissons.

Pour un économiste, ces raisonnements sont totalement faux. La vérité est tout simplement que la consommation détruit la richesse ce qui est normal mais, bien évidemment, ne crée pas de richesse, celle-ci étant nécessaire pour consommer et devant lui préexister.

En plus, l’activisme de ce Secrétaire d’État permet, en période électorale, de promouvoir l’idée que le pouvoir en place protègerait le pouvoir d’achat. Nous savons tous que, si le pouvoir d’achat se détériore, c’est très précisément à cause des interventions brouillonnes du pouvoir dans le domaine économique et des impôts et charges créés par le dit pouvoir.

C’est également pour toutes ces raisons qu’il y a un code de la consommation, lequel fait partie de la quasi centaine de codes de natures diverses qui écrabouillent littéralement la population française. Le nouveau projet de loi s’y réfère souvent.

LES DETAILS DU PROJET

Présenté au conseil des ministres, il contient 25 mesures, ce qui annonce les plus grandes catastrophes compte tenu des décrets d’application, des circulaires, des contentieux : l’expérience fait penser que l’on se dirige vers un bon millier de pages ou peut-être davantage.

Parmi les mesures présentées comme les principales, s’en trouvent certaines concernant la téléphonie mobile et l’Internet. C’est comme si la téléphonie mobile et l’Internet faisaient l’essentiel de la vie ; le projet prévoit un « tarif social » de l’Internet haut débit. Ce tarif social meilleur marché serait proposé aux 2 millions de foyers vivant avec le RSA ; sans doute a-t-on l’espoir fou en haut lieu que ce tarif donnerait du pain à ceux qui n’en n’ont guère !

Les consommateurs qui refusent les prélèvements automatiques sur leurs comptes sont souvent, aujourd’hui, pénalisés, car les opérateurs facturent des frais pour l’usage des chèques ; cela paraît bien logique, tout développement de l’automatisme étant bénéfique pour tout le monde. Cette logique n’émeut guère les énarques aux manettes ; la pratique sera donc pourchassée, au détriment précisément de tous les clients !

Il se trouve des mesures concernant l’immobilier. Les locataires pourraient obtenir une diminution proportionnelle de leur loyer, s’il apparaît que la surface réelle du logement est inférieure de 5 % à celle mentionnée dans le bail. Nos lecteurs habituels savent bien que, s’il y a des problèmes dans l’immobilier, c’est justement à cause de l’inondation de lois réglementant le domaine ; ce n’est pas une contrainte supplémentaire qui améliorera le marché du logement, seule la liberté permettant de développer le secteur et de résoudre les problèmes quand il y en a.

Une bombe est lançée ; les consommateurs pourront repérer dans les contrats une clause pas nécessairement illégale mais qu’ils jugent abusive et demander au juge de la supprimer. Les économistes et les juristes savent qu’évoquer de prétendus abus est se lancer dans l’incertitude : qui peut définir réellement ce qu’est un abus ?

LA CREATION DE RICHESSE

Nous écrivons : « Haro sur le consommateur ». En fait, toutes ces mesures se retournent contre le consommateur, ne serait-ce qu’à cause du déluge de réglementations qu’elles annoncent C’est l’occasion de rappeler que la consommation ne peut se développer que si l’on crée de la richesse et que la seule façon de créer de la richesse est de la libérer.

La liberté permet aux particuliers et aux entrepreneurs de la bâtir, compte tenu des indications du marché. Les entrepreneurs jouent un rôle amplificateur. En effet, un entrepreneur, quel que soit son niveau, rassemble des éléments épars : capitaux, locaux, personnel, fournisseurs, clients, procédés etc. En les rassemblant et en les conjuguant dans la durée, il fait surgir un gisement nouveau de richesse qui n’existerait pas sans lui.

La richesse, alors, permet aux uns et aux autres de consommer ce qu’ils veulent et quand ils veulent, en envoyant de nouveaux signes générateurs d’évolutions éventuelles : c’est le cycle vertueux.

Michel de Poncins

05/08/2010

« Il y a des liens entre délinquance et immigration » (Bis)…

Ahhhhhhhhh, je suis content. Le porte-parole de l’UMP Frédéric Lefebvre confirme ce que j’évoquais dans le billet précédent. Mis à part qu’il n’évoque pas directement les islamistes… Va t’il être traité de raciste, comme moi?

FDF

05/08/2010

Sécurite: « chacun sait » qu’il y a des liens entre délinquance et immigration, assure Lefebvre !

Sécurite: "chacun sait" qu'il y a des liens entre délinquance et immigration, assure Lefebvre

Le porte-parole de l’UMP Frédéric Lefebvre a assuré jeudi que « chacun sait qu’il y a des liens » entre immigration et délinquance, voyant dans la « question des étrangers » un « problème majeur dans notre pays ».

Le porte-parole de l’UMP Frédéric Lefebvre a assuré ce jeudi que « chacun sait qu’il y a des liens » entre immigration et délinquance, voyant dans la « question des étrangers » un « problème majeur dans notre pays ».

« Il faut faire très attention parce qu’il y a une différence entre immigration, liens avec l’immigration, issus de l’immigration et étrangers », a déclaré M. Lefebvre sur Europe 1.

« Mais vous avez raison de soulever la question des étrangers, c’est un problème majeur dans notre pays », a-t-il lancé à son intervieweur qui l’interrogeait sur la suppression en 2003 par Nicolas Sarkozy de la double peine touchant les étrangers.

« La délinquance, chacun sait qu’il y a des liens avec l’immigration, chacun le sait. C’est souvent pas correct de le dire, mais c’est une réalité que chacun connaît », a poursuivi le porte-parole.

« Il y a quelque chose comme 10% des détenus qui sont étrangers », a-t-il ajouté. « Quand on prend par exemple les mises en cause pour les vols à la tire, c’est 50% d’étrangers. Je ne parle pas de gens issus de l’immigration, je parle d’étrangers ».

Contacté par l’AFP, Frédéric Lefebvre a précisé tenir ces chiffres de l’Observatoire national de la Délinquance (OND), organisme chargé de la publication des statistiques officielles de la délinquance.

Le dernier rapport de l’OND (2009), dans une fiche thématique, détaille le « nombre de Français et d’étrangers mis en cause en 2008 ». La part des étrangers s’élève à 11,9% du total, dont 13,3% dans les vols sans violence. A l’intérieur de cette dernière catégorie, la part des étrangers est de 47,6% pour les vols à la tire.

Interrogé par l’AFP, le criminologue Alain Bauer qui a dirigé le rapport de l’OND, fait remarquer que « plus les faits sont graves, moins les étrangers sont impliqués ». Il relève que le pourcentage des étrangers détenus est plus important que dans l’ensemble de la population en raison des incriminations pour séjour irrégulier.

Frédéric Lefebvre a ajouté sur Europe 1 : « La double peine a été supprimée et tant mieux ». Mais, il faut, selon lui, « réfléchir à d’autres solutions ». Il a promis de faire « des propositions à la rentrée ».

Selon le porte-parole de l’UMP, les « socialistes n’ont pas tiré de leçon de 2002 », lorsque le Front national est arrivé au second tour de la présidentielle. « Ils n’ont rien appris, rien compris », a-t-il martelé, accusant le Parti socialiste de faire « comme si les questions de sécurité n’existaient pas ».

« Nous, au contraire, on tire les conséquences du message qui nous a été envoyé par les Français » aux régionales de mars, a-t-il poursuivi, évoquant le « signal très fort » de l’abstention. « J’étais sur le terrain, en Seine-Saint-Denis. Les Français nous disaient : +Mais allez beaucoup plus fort sur la sécurité, occupez-vous des Roms+ », a-t-il ajouté.

Source: http://tinyurl.com/357x2px