Francaisdefrance's Blog

17/01/2012

Provocation à la discrimination raciale envers les roms: France Télévisions blanchie !

Wesh wesh! C’est pas nous, m’sieur !

.

Bonne nouvelle assortie d’un message clair: tout le monde le sait, il ne faut pas le dire. Roms et racaille ne sont pas incompatibles. Beaucoup de leurs victimes peuvent témoigner.

A quand une jurisprudence de telle sorte pour la relation entre racaille et « jeunes issus de l’immigration »? C’est pareil: tout le monde le sait (surtout ceux qui les côtoient de près) mais il est INTERDIT de le dire. On va se gêner, tiens!

Des témoignages seront faciles à trouver…

FDF

.

Le groupe avait été condamné en appel pour avoir fait l’amalgame entre les Roms et la délinquance dans l’émission « C dans l’air ».

France Télévisions, qui avait été condamnée en juillet 2010 par la cour d’appel de Paris pour provocation à la discrimination raciale envers les Roms, a été blanchie par la Cour de cassation, selon un arrêt consulté mercredi par l’AFP. France Télévisions était poursuivie pour l’émission C dans l’air diffusée en février 2005 sur France 5 et consacrée à la délinquance parmi les gens du voyage. Intitulée « Délinquance, la route des Roms« , l’émission était accusée par des associations de Roms, le Mrap, la Licra et la Ligue des droits de l’homme, d’avoir fait « l’amalgame entre les Roms et la délinquance« .

En mai 2009, le tribunal correctionnel de Paris leur avait donné raison et avait condamné l’ancien PDG de France Télévisions, Marc Tessier, à 5 000 euros d’amende et Yves-Marie Laulan, qui était intervenu dans l’émission en sa qualité d’expert des questions démographiques, à 3 000 euros d’amende. Les deux hommes avaient, en outre, été condamnés à verser des dommages et intérêts aux plaignants.

Liberté d’expression

Les juges avaient, en revanche, relaxé l’animateur Yves Calvi ainsi que le criminologue Xavier Raufer, invité sur le plateau de l’émission. Le 1er juillet 2010, la cour d’appel de Paris a confirmé cette condamnation. Mais France Télévisions s’est pourvue en cassation. Le 7 juin, la chambre criminelle de la Cour de cassation a annulé l’arrêt de la cour d’appel et blanchi définitivement Marc Tessier et Yves-Marie Laulan.

Dans son arrêt, la plus haute autorité judiciaire a estimé que les propos litigieux, « portant sur une question d’intérêt public relative aux difficultés d’intégration de la communauté rom, ne dépassaient pas les limites admissibles de la liberté d’expression » et que « le délit de provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence raciale n’était constitué en aucun de ses éléments ».

Source: http://www.lepoint.fr/

Merci à JC JC…

10/01/2012

Tu vas un peu loin, Ruquier…

Immonde comportement de Laurent Ruquier dans son émission du 7 janvier… Déjà poursuivi en justice par Marine Le Pen qu’il doit recevoir le mois prochain, l’animateur (qui en fait rire certains) de « On n’est pas couché » monte d’un cran dans la vulgarité et la provocation. On dirait qu’il cherche à se faire « éjecter » volontairement pour ne pas se trouver face à Marine dans l’émission où on l’oblige à le faire…

Prendre de tels risques ressemble plutôt à du suicide qu’à du courage… Ca ne m’étonne pas du personnage. En outre, comme les roquets, « il gueule de loin »… Triste sire.

Personnellement, je reprends le courrier de Bruno Bilde et je l’envoie aussi à Remy Pflimlin.

FDF

.


Morandini Zap: Marine le Pen furieuse contre Laurent Ruquier

Video  : http://www.wat.tv/video/morandini-zap-affiches-satiriques-4rscb_2exyv_.html

Bruno Bilde, le directeur de la communication de la campagne de Marine Le Pen, a envoyé une lettre au PDG de France Télévisions Remy Pflimlin suite à l’émission « On n’est pas couché » diffusée samedi soir sur France 2.

Au cours de l’émission, Laurent Ruquier évoquait les affiches que Charlie Hebdo proposait dans son édition de cette semaine. L’une d’elles caricaturait Marine le Pen, avec le titre « Le Pen, la candidate qui vous ressemble », illustré d’excréments.

La lettre de Bruno Bilde

« Monsieur le président, 

L’émission de M. Ruquier du 7 janvier est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. D’ici le scrutin présidentiel, tout est à craindre de la part de cet animateur. M. Ruquier a diffusé ce samedi cette affiche au cours de son émission hebdomadaire. J’insère l’image dans ma lettre car peut-être n’êtes vous pas au courant ? 

La vulgarité de M. Ruquier atteint son comble. Madame Marine Le Pen est la seule candidate à être traitée ainsi sur le service public. Je récapitule ici les atteintes très graves dont elle fait l’objet :

– Émissions « C’est à vous » et « Infrarouge » de Caroline Fourest : des demandes de droit de réponse sont en cours. Ce serait le minimum que vous vouliez bien les accepter. 

– Procédure contre l’émission « Complément d’enquête » relativement à la déontologie des journalistes de cette émission. J’ai constaté que  la semaine dernière des journalistes de cette émission avaient été placés en garde à vue à l’occasion d’un autre incident déontologique. 

– Plainte pour injure contre M. Ruquier après qu’il ait transformé la généalogie de Mme Le Pen en croix gammée. 

– Je n’oublie pas la plainte qu’a dû déposer aussi Me Collard contre M. Darmon et M. Ruquier. 

Maintenant M. Ruquier compare Mme Le Pen à une merde. En ajoutant, « la candidate qui vous ressemble », Laurent Ruquier insulte au passage des millions de téléspectateurs et d’électeurs

Sous l’impulsion de France télévisions, la campagne présidentielle s’engage dans une voie particulièrement nauséabonde et ordurière. J’adresse copie de la présente lettre au Conseil supérieur de l’audiovisuel et je la rends publique. 

Veuillez agréer, M le Président, l’expression de mes sentiments distingués ».


16/12/2011

Va t’il se plier aux ordres? Ruquier obligé de recevoir Marine Le Pen…

Il en est des indécrottables… Ruquier, par exemple, qui ne fait rire que lui. Avec ses vannes à deux balles et ses propos à peine dirigés contre tout ce qui est national et patriote, le voilà obligé de recevoir Marine Le Pen. Ambiance assurée.

A ne manquer sous aucun prétexte…

FDF

.

Laurent Ruquier forcé d’accueillir Marine Le Pen

L’animateur d’On n’est pas couché est contraint par sa direction de recevoir Marine Le Pen dans son émission.

Alors que celui-ci refusait jusqu’alors de l’inviter.

.

Le boycott de Marine Le Pen par Laurent Ruquier n’est plus toléré par la direction de France Télévisions. Campagne présidentielle oblige, l’animateur devra aussi recevoir la candidate du FN.

« S’il veut continuer à recevoir des invités politiques, il doit se conformer aux règles du pluralisme. Par conséquent, il devra recevoir Marine Le Pen« , explique-t-on à France Télévisions.

L’animateur se retrouve donc au pied du mur : décidera-t-il de se plier aux instructions de son employeur et patron de chaîne, Rémy Pflimlin, ou bien de supprimer la partie politique de son émission ?

L’affaire se complique d’autant plus avec le procès en diffamation intenté contre lui par Marine Le Pen. La leader frontiste n’a semble-t-il pas apprécié « l’humour » du présentateur.

Quand dans une émission récente, Laurent Ruquier avait représenté l’arbre généalogique de la famille Le Pen sous la forme d’une croix gammée:

A mon avis, Ruquier, t’es pas couché…

Source: http://www.planet.fr/

13/05/2011

La CGT en grève pour contrer la promotion du Front National sur France Télévisions…

Ils ne savent plus quoi faire pour se passer le temps, les cosaques…

FDF

.

Débrayage / Rassemblement de la CGT contre la promotion du FN sur France Télévisions


La CGT dépose un préavis de grève le 19 mai de 17 h à 17 h 59 contre la promotion du Front National sur France Télévisions. Pour inaugurer le nouveau magazine politique « Des paroles et des actes », le 19 mai sur France 2, la Direction de France Télévisions a décidé d’inviter Marine Le Pen.

Vu sur http://www.fdesouche.com/208712-cgt-debrayage-rassemblement-contre-la-promotion-du-fn-sur-france-televisions

06/05/2011

Mediapart: et on en rajoute une couche…

Quotas discriminatoires : indignation à sens unique chez Mediapart comme pour le reste de la presse française.

_

M6 s’illustre concernant les magazines d’information avec 24 % de personnes perçues comme non-blanches.
CSA

_

Chacun a classé les intervenants dans des catégories qu’on a appelées «perçus comme blanc» et «perçus comme non blanc».
Rachid Arhab, membre du CSA

Le journal en ligne « indépendant » Mediapart s’émeut du recensement de joueurs binationaux dans la formation de jeunes footballeurs. Étayant sa thèse d’un racisme institutionnalisé dans le football français, Mediapart vient de publier un graphique rédigé par François Blaquart (DTN de la Fédération française de football) qui recense le nombre de joueurs, joueurs ni noirs ni arabes ni blancs, mais…binationaux.

Pourtant, d’autres statistiques, ethniques cette fois, sont utilisées par les plus grandes institutions françaises comme le CSA. Mais elles ont cette fois un objectif considéré comme respectable par notre presse nationale : compter les Blancs et limiter leur visibilité dans les médias afin de favoriser celle des personnes dites « non-blanches » sous couvert d’ « égalité des chances ». Discriminer les Blancs pour promouvoir les « non-Blancs » semble donc acceptable pour les journalistes indépendants.

Depuis sa création il y a plus d’un an, Défrancisation a publié à plusieurs reprises les résultats de ces politiques discriminatoires utilisées par les CSA. Les « indignations » de Mediapart sont pour nous l’occasion de dénoncer une nouvelle fois cette discrimination institutionnelle devenue légale selon laquelle il y aurait trop de Blancs dans les médias français.

Bien que les statistiques ethniques soient interdites, le CSA comptabilise les personnes visibles à la télévision française en les considérant comme « Blanches » ou comme « non-Blanches » .

Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel a ainsi émis deux rapports intitulés « Baromètre de la diversité » vague 1 et vague 2 qui témoignent de l’évolution de la « diversité  » sur une période de 5 mois.

Toutes les données et illustrations affichées dans cet article sont directement issues du dernier rapport vague 2 publié le 16 décembre 2010 par le CSA.

Légende (selon les termes employés par le CSA) :

  • En blanc : vus comme Blanc

  • En violet : vus comme non-Blanc

Vous noterez donc que toutes les minorités ethniques ont été regroupées et mise en comparaison avec les Blancs.

_

M6 s’illustre concernant les magazines d’information avec 24 % de personnes perçues comme non-blanches.

La diversité des origines

Rappel : la comparaison entre la vague 1 et la vague 2 a été effectuée au bout de 5 mois.


Fiction française :

  • France 2 : -22 % de blancs

  • France 3 : -11 % de blancs

Cliquer pour agrandir


Données globales :

France 2 et Canal + présentent des résultats en très nette amélioration dans leurs programmes.

  • France 2 : -6 % de blancs

  • Canal + : -6 % de blancs

Cliquer pour agrandir


Divertissements, documentaires, magazines d’information :

Canal + enregistre de très bons résultats dans ces domaines.

  • Divertissement : -7 % de blancs

  • Documentaires : -7 % de blancs

  • Information : -14 % de blancs

Cliquer pour agrandir


Information :

M6 s’illustre concernant les magazines d’information avec 24 % de personnes perçues comme non-blanches.

  • Information : -13 % de blancs

Cliquer pour agrandir

Amirouche Laïdi président du Club Averroes mercredi 19/01/11 sur Itélé :

Extraits de Toutes les France le 14 janvier 2011 :

_

La télévision et les médias en général jouent un rôle moteur dans le fait de façonner l’esprit et les mentalités des Français.

Source : CSA
_______________________________________________

_

Chacun a classé les intervenants dans des catégories qu’on a appelées « perçus comme blanc » et « perçus comme non blanc » .

Lu sur MetroFrance. Rania Hoballah interroge Rachid Arhab.

« La diversité est une vraie chance pour les chaînes »

La parole à Rachid Arhab, membre du CSA et Président de l’Observatoire de la diversité depuis 2008.

Comment mesure-t-on la diversité à la télévision ?

Pour qualifier une situation, il faut la quantifier un minimum. La Constitution française interdit heureusement de quantifier les Français en fonction de leur origine. L’exercice est difficile, nous avons mis l’accent sur la notion de perception. Nous n’avons pas comptabilisé des gens, mais on a mis nos enquêteurs en situation de téléspectateurs. On leur a donné une semaine de programmes à regarder et chacun a classé les intervenants dans des catégories qu’on a appelées « perçus comme blanc » et « perçus comme non-blanc. Notre observation a porté aussi bien sur les animateurs que sur les héros de fiction ou encore les intervenants sollicités dans les journaux télévisés.

Le premier baromètre de la diversité a été créé en 2009 par le CSA. Quelles étaient les premières constatations ?

Les résultats du premier baromètre étaient très négatifs. On a constaté que la société française telle que vous et moi la percevons dans la rue n’était pas réellement représentée à la télévision. Et quand il y avait une exposition de la diversité, celle-ci était qualitativement assez négative. On avait tendance à voir souvent les Noirs et les Arabes dans des rôles de trafiquants ou de délinquants. Entre les déclarations d’intentions des chaînes et la réalité, il y avait un gouffre.

Et depuis, les choses ont-elles évolué ?

Tout le travail de conviction que nous avons fait commence à porter ses fruits.

On constate qu’il y a une vraie prise de conscience des chaînes. Certaines commencent à avoir une politique active pour faire évoluer les choses car elles se sont rendues compte qu’il y avait beaucoup de retard. Le deuxième baromètre est en cours de réalisation et il devrait sortir en septembre 2010. Nous attendons donc les résultats, mais ce que je peux vous dire d’ores et déjà c’est qu’aujourd’hui, il n’y a aucune chaîne qui estime que la diversité est un dossier mineur. Tout le travail de conviction que nous avons fait commence à porter ses fruits.

Concrètement que fait le CSA pour faire bouger les choses ?

Moi je suis contre la contrainte et l’idée de quotas car j’estime que les chaînes sont responsables. Notre rôle est de leur donner des pistes de réflexion dans un domaine où nous savons qu’elles peuvent faire d’importants progrès. C’est le cas des journaux télévisés par exemple, et plus particulièrement dans le choix que les rédactions font pour faire appel à des intervenants ou des spécialistes.

Comment les chaînes ont-elles réagi ?

J’ai trouvé dans chacune d’elles des interlocuteurs vraiment engagés. Grâce au baromètre, chacun s’est rendu compte de ses propres faiblesses. D’ailleurs, de nombreuses initiatives ont vu le jour : le comité permanent pour la diversité à France Télévisions, la Fondation d’entreprise de TF1, les initiatives prises chez M6 ou encore dans les chaînes du groupe Next qui ont aussi lancé des accords de partenariat avec des lycées et des écoles. C’est tout un système qui s’est mis en route grâce à l’impulsion du Conseil.

Pour que la diversité existe à l’écran, elle doit aussi exister dans les équipes, non ?

Il y a encore du travail mais les choses avancent.

C’est même essentiel. On a vécu trop longtemps à la télévision avec des responsables qui n’étaient pas en phase avec la réalité de la société française. Il y a encore cinq ans, on disait aux producteurs de fiction de ne pas prendre de héros noir. Aujourd’hui, ça a changé car les décideurs ont pris conscience du problème. Et aussi parce qu’un certain nombre de personnes, dont je fais partie, qui sont dans les cercles de décision, font le relais. Même si cela était compliqué au départ car un certains ne voyaient que le côté contraignant, au final, les chaînes se sont rendues compte que la diversité était une vraie chance pour elles.

Le prochain chantier du CSA est la radio. Comment fait-on pour rendre la diversité audible ?

C’est encore plus compliqué que pour la télévision car il n’y a pas d’image. Nous sommes en train d’y travailler et nous discutons étroitement avec les responsables des radios pour trouver comment quantifier et améliorer la situation. Il y a encore du travail mais les choses avancent.

Source : MetroFrance
_______________________________________________
Extraits de Toutes les France le 14 janvier 2011 avec :

  • Amirouche Laïdi, président du club Averroès.

  • Edouard Boccon-Gibod, président du Comité Diversité de TF1, développe les méthodes utilisées pour favoriser la « diversité » sur sa chaîne.

  • Rachid Arhab, membre du Conseil supérieur de l’audiovisuel et président de l’Observatoire de la diversité.

_

La télévision et les médias en général jouent un rôle moteur dans le fait de façonner l’esprit et les mentalités des Français.

Ton public là derrière, il n’y a que des Blancs, tu me mets un peu de…

____________________________________________________

Vidéos sur http://www.defrancisation.com/ces-statistiques-ethniques-dont-mediapart-ne-parle-pas/

18/03/2011

Judiciarisation de la parole publique: l’affaire Zemmour ressurgit.

Il n’y a que la vérité qui blesse…

.

La CGT, les « cocos », quoi, en perte de vitesse, ne savent plus à quoi se raccrocher pour que l’on parle d’eux sans qu’ils passent pour des demeurés. Les voilà qui s’en prennent à Zemmour, maintenant. C’est très « mode ». Et encore une fois, ils vont l’avoir « profond »…

FDF

.

Affaire Zemmour : la CGT envoie une lettre ouverte au PDG de France Télévisions

« L’affaire Zemmour » rebondit à France Télévisions. Dans une lettre ouverte, rendue publique mardi 15 mars, la CGT du groupe public s’indigne du « silence assourdissant » de Rémy Pflimlin, le PDG, qui a décidé de ne pas sanctionner le journaliste Eric Zemmour, après sa condamnation, le 1er mars par le tribunal correctionnel de Paris, pour provocation à la discrimination raciale, en raison de ses propos sur « les Noirs et les Arabes » tenus dans des émission de Canal+ et France Ô.

Le chroniqueur (qui collabore chaque semaine à l’émission « On est pas couché » de Laurent Ruquier sur France 2) avait affirmé dans une émission de la chaîne cryptée que « la plupart des trafiquants sont noirs et arabes, c’est comme ça, c’est un fait », et répété sur France Ô (chaîne appartenant à France Télévisions) qu’on avait « le droit » de refuser un emploi à des Arabes ou des Noirs.

Suite à la décision du tribunal, M. Pflimlin, avait demandé à France Ô de diffuser la publication de cette condamnation, mais n’avait pas suspendu M. Zemmour pour sa participation à l’émission de Laurent Ruquier. M. Pflimlin s’en est justifié à l’AFP en expliquant qu’il se « refusait à porter une appréciation sur les propos d’Éric Zemmour dans d’autres enceintes que France Télévisions ».

Une position qui avait choqué SOS Racisme, par ailleurs membre du comité de la diversité de France Télévisions. Dans une lettre ouverte à M. Pflimlin, son président Dominique Sopo soulignait que « de par sa caractéristique de service public, le groupe France Télévisions se doit, comme vous l’avez à maintes fois exprimé, d’adopter un comportement exemplaire et citoyen ». Il ajoutait : « J’imagine que France Télévisions ne se contentera pas d’un rappel général à la nécessaire éthique dont doivent faire montre les animateurs, collaborateurs et journalistes de la chaîne «  et n’en restera pas à  » une action purement déclarative ».

Dans sa lettre ouverte, la CGT écrit que « les mots portent leurs choses ». Le syndicat souligne que « les milliers de salariés qui travaillent à France Télévisions attendent un communiqué interne qui clarifie votre position, quand un juge a condamné l’incitation à la discrimination raciale sur nos antennes ». Le syndicat ajoute : « Vous n’êtes pas un enfant pour ignorer que, malheureusement, l’histoire trop souvent se répète. Vous vous devez donc de cesser cet attentisme coupable. (…) Nous n’acceptons plus votre discrétion en interne quand, dans le même temps, vous administrez la bonne parole dans les médias privés, rappelant combien vous êtes attaché aux principes de la République ».

Contactée par Le Monde, la direction de France Télévisions réaffirme que M. Zemmour ne sera pas sanctionné et rappelle que le président de France Télévisions a demandé à l’ensemble des directeurs de chaîne du service public de veiller à ce que de tels propos ne soient plus tenus sur leurs antennes.

Invité, après sa condamnation, par le groupe UMP de l’Assemblée nationale, M. Zemmour avait dénoncé « la judiciarisation de la parole publique », et la « terreur moralisatrice ». « La liberté d’expression, c’est la liberté d’avoir tort », avait-il proclamé en demandant aux élus UMP de « supprimer » notamment les lois mémorielles, et « l’action pénale pour les associations anti-racistes ».

Source: http://www.lemonde.fr/