Francaisdefrance's Blog

20/02/2012

Banlieues: « c’est une terre de l’Islam et à un moment donné effectivement, la République n’y pénétrera plus »…

Comme ça, livré « brut de pomme » ça peut faire peur… Mais on nous rabâche depuis si longtemps qu’il n’existe aucun  lien entre les banlieues, les racailles et l’islam…

L’historien Alexandre Adler nous prouve le contraire. Merci; monsieur Adler.

Un petit bonus, avant de lire la suite: 

Cette vidéo, qui circule LIBREMENT sur la Toile, a déjà été vue plus de 170 000 fois. Par qui?

FDF

.

« Les quartiers essayent au fond de s’auto-administrer contre le pouvoir d’Etat. »

« Alexandre Adler a enfin conclu en relatant une anecdotique arrivée à Martine Aubry. La maire de Lille se rendait à Roubaix, dans un quartier à 90% musulman et « l’Imam l’a accueilli d’un bienvenue chez nous qui malgré toute la tolérance de Martine Aubry dans ce domaine ne lui convenait pas ». »

C’est bien elle  qui, pourtant, avait dit qu’en dessous de  35%  « elle s’emmerdait  »   elle devrait être aux anges ……

.

Les banlieues françaises sont en passe de devenir des « terres d’Islam » et de nombreux musulmans français y aspirent, selon l’historien Alexandre Adler, qui s’inquiète de « l’auto-administration musulmane contre l’Etat » dans les quartiers sensibles.

Selon Alexandre Adler, les violences en banlieue ne s’expliquent pas seulement par des problèmes sociaux, mais il existe selon lui « une conception du territoire propre à l’Islam » : « Il y a l’idée dans la doctrine musulmane la plus traditionnelle qu’il existe une terre de l’islam. Là où l’Islam s’est répandu, là où les peuples l’ont accepté cette terre est désormais islamique », a-t-il expliqué lors d’une interview sur France Info.

Selon lui, la situation des banlieues françaises est comparable à celles des régions musulmanes de l’Inde qui ont fini par faire sécession et devenir le Pakistan et le Bangladesh. « C »est un peu ce qui se passe quand les quartiers essayent au fond de s’auto-administrer contre le pouvoir d’Etat. C’est une terre de l’Islam et à un moment donné effectivement, la République n’y pénétrera plus », a-t-il poursuivi.

Alexandre Adler a enfin conclu en relatant une anecdotique arrivée à Martine Aubry. La maire de Lille se rendait à Roubaix, dans un quartier à 90% musulman et « l’Imam l’a accueilli d’un bienvenue chez nous qui malgré toute la tolérance de Martine Aubry dans ce domaine ne lui convenait pas ».

Source: : http://24heuresactu.com

09/02/2012

Liberté d’expression: abolir l’égalité du temps de parole entre les candidats…

C’est beau, la France… Dans certains pays totalitaires, on les nomme des « radios ou TV d’Etat ».

FDF

Photo d’illustration.

.

.

Certaines TV et radios veulent faire abolir l’égalité du temps de parole entre les candidats : devinez pourquoi…

Les dirigeants de neuf chaînes de télévision et de radio ont adressé lundi une lettre à Jean-Louis Debré, président du Conseil constitutionnel, demandant d’assouplir les règles de stricte égalité entre les candidats, pendant la période électorale.

Les radios concernées sont RTL, France Inter, France Bleu, France Info, France Culture, Europe 1, RMC, BFM Business et BFM TV.

« Les rédactions de l’audiovisuel que nous représentons tiennent à vous faire part de leurs plus vives préoccupations s’agissant des règles applicables en matière de temps de parole des candidats à l’élection présidentielle sur les antennes des services de radio et de télévision », écrivent les neuf dirigeants.

Selon les règles du Conseil supérieur de l’audiovisuel, les médias doivent respecter la stricte égalité du temps de parole entre tous les candidats à partir du jour où le Conseil constitutionnel communique la liste des candidats (entre le 19 et le 21 mars).

« Cette situation n’existe pas chez nos grands partenaires européens qui ne sont pas moins démocratiques que la France, pas plus qu’elle ne concerne ni la presse ni internet, pourtant des vecteurs tout aussi importants d’information que l’audiovisuel », selon les chefs de ces neuf médias audiovisuels.

Les chaînes souhaitent que cette règle de stricte égalité entre candidats « soit limitée à la période de campagne officielle c’est-à-dire aux deux semaines précédant le premier tour de l’élection », contre cinq envisagées aujourd’hui.

« C’est d’ailleurs aussi le sens des recommandations du CSA dans son rapport sur la dernière campagne présidentielle », écrivent-ils.

Source

Vu sur: http://www.legaulois.info/

Et merci à DG…

12/12/2011

Pour Alain Minc, les dépenses de santé des « très vieux » sont un « luxe » !

Tout simplement honteux !!! Et très grave. Et je suis sûr que ce type est absolument CONTRE l’euthanasie…

C’est de la discrimination !

Si, par bonheur pour lui, Alain Minc arrive à 100 ans, on verra si il considère toujours que vieillir soit un luxe…

FDF

.

Ce proche de Nicolas Sarkozy veut que les dépenses de santé des « très vieux » soient prises en charge par eux-même ou par leur famille. Progressiste ?

Son intervention sur le sujet commence à 21,04mn (voir « bonus » en bas de cette page):

Invité de l’émission « Parlons Net », sur France-Info, Alain Minc a évoqué le problème de l’assurance maladie. Et pour règler « l’effet du vieillissement’ sur les comptes de la Sécu, il a une solution toute simple, qu’il qualifie de « progressiste » : faire cracher au bassinet les « très vieux« .

Pour illustrer son propos, le conseiller de Nicolas Sarkozy évoque une anecdote personnelle : « J’ai un père qui a 102 ans. Il a été hospitalisé 15 jours dans un service de pointe. Il en est sorti. La collectivité française a dépensé 100.000€ pour soigner un homme de 102 ans. C’est un luxe immense, extraordinaire pour lui donner quelques mois ou quelques années de vie ».

Et de poursuivre qu’il trouve « aberrant » que l’Etat « m’ait fait ce cadeau, à l’oeil ».

Donc le remède du bon docteur Minc est tout trouvé : « Je pense qu’il va bien falloir s’interroger sur le fait de savoir comment on va récupèrer les dépenses médicales des très vieux, en ne mettant pas à contribution ou leur patrimoine, quand ils en ont un, ou le patrimoine de leurs ayants-droits ».

Il attend de voir sa proposition reprise dans le programme des socialistes. A tout le moins, en attendant, il pense en toucher un mot à Sarkozy.


Comment un homme aussi intelligent qu’Alain Minc peut-il en arriver à profèrer une telle monstruosité et de la qualifier de « progressiste » alors qu’il s’agit d’une régression sans nom ?

Monstruosité, mais pourquoi ? Et bien parce qu’Alain Minc ne s’interroge que sur la santé des « très vieux ». Donc, pour lui, quand on est « très vieux » (selon des critères qui restent à définir, 90 ans, 100 ans, 70 ans comme en Angleterre ?), on n’est plus un homme ou une femme comme les autres, puisqu’on n’a plus droit à la solidarité nationale. Cela rompt avec le principe d’égalité.

Ensuite, pour lui, dépenser 100.000€ pour un homme de 102 ans est un « luxe immense ». Si on suit sa logique, pour un homme de 40 ans, c’est normal, mais pour quelqu’un qui est plus proche de la sortie que de l’entrée, ça devient contestable. On vaut davantage parce que l’on est encore productif ? Faut-il un barème dégressif de remboursements selon l’âge ? La vie vaut-elle moins d’être vécue quand on a 100 ans passé ?

Et quid des « très vieux » pauvres qui n’ont pas eu la prévoyance d’avoir une progéniture mieux dotée qu’eux ? Ceux là on les soigne ou pas ? Ce serait faire offense à Alain Minc que d’imaginer qu’il ne voudrait pas qu’on les soigne, donc il faudra définir à partir de quel niveau de revenus on est ponctionnable sur la santé de ses parents qui n’ont pas compris qu’il est de très mauvais goût de survivre plus de 10 ans à sa retraite…

Si cette proposition aberrante était reprise -mais je doute qu’aucun politique ne mette le doigt dans cet engrenage infernal- cela constituerait une brèche irrécupérable dans le principe même de la sécurité sociale universelle.

Il y aurait les « bons malades » remboursés et les « mauvais malades » pas remboursés. On commence par les « très vieux », on poursuit par les handicapés, on continue par les fumeurs ou les obèses et on fini avec la mort de la sécu et le champ libre ouvert aux assurances privées. « Progressiste » ?

Source: Le Post

Bonus: http://www.lepost.fr/article/2010/05/08/2066080_lettre-a-m-minc.html