Francaisdefrance's Blog

16/11/2011

Cinq « jeunes » prennent une raclée: ils n’osent pas porter plainte…

Et une bonne dans la tronche de ces cinq sous-merdes à qui ça a du faire drôle de se faire massacrer par deux types à qui ils cherchaient des noises. En même temps, cela va servir de leçon aux autres racailles qui voient ainsi fuir lentement leur sentiment d’impunité… Et ce n’est qu’un début, croyez moi… La baston, c’est réciproque.

Le règne de l’insécurité venue « du Sud » prend fin. Vous aimez la bagarre? Vous allez être servi: nos troupes sont prêtes et connaissent vos points faibles sur le bout des doigts…

Ca va être dur de quitter en vitesse les banlieues en ambulance. Puis, à l’hôpital, vous serez remis sur pied vite fait, bien fait. Et ensuite, retour au bled où vous serez accueillis à bras ouverts, je pense.

Quelle délectation de lire ces faits dans un journal…

FDF

.

La langue française a perdu un mot. C’est une lourde perte pour les amoureux du vocabulaire, de la syntaxe et de la langue de Molière.  Les prédateurs ont été laissés en liberté par l’Académie Française, gardienne …

La langue française a perdu un mot. C’est une lourde perte pour les amoureux du vocabulaire, de la syntaxe et de la langue de Molière. 

Les prédateurs ont été laissés en liberté par l’Académie Française, gardienne du dictionnaire, parce qu’ils ont jugé que les coupables, identifiés comme « journalistes », méritent leur clémence : la culture, qui ne fait plus partie de leur cycle d’apprentissage professionnel, a été remplacée par l’enseignement de la novlangue. 

Ainsi le Dauphiné Libéré (1) nous en fait, d’une manière aussi désuète que pathétique, les aveux criants.

A Annecy, en Haute Savoie, une bagarre a éclaté samedi après midi rue de la Poste entre, explique le journaliste, un groupe de cinq « jeunes » et deux « hommes ».

« Il était 18 heures lorsqu’un petit groupe de cinq jeunes réunis autour d’une belle voiture a interpellé grossièrement deux couples (…) demandant (…) aux jeunes femmes, si elles souhaitaient finir leur soirée dans leur bolide (…). Une proposition que n’ont que modérément goûtée les deux hommes qui accompagnaient les deux jeunes femmes ».

Le lecteur de Dreuz.info aura compris : ces « jeunes » sont probablement une bande de « jeunes issus de l’immigration, des nouveaux français » (avant on disait arabes, mais le mot a lui aussi disparu), et les « hommes » sont certainement des français historiques.

L’incident est rapporté dans le journal car la scène a été d’une rare violence, mais aussi parce que les deux « hommes » ont donné aux cinq « jeunes » une raclée carabinée – et humiliante : cinq contre deux.

C’est la fin de l’article qui nous apporte notre cerise sur le gâteau, et qui n’appelle aucun commentaire :

« Hier soir, aucun des cinq jeunes, âgés de 25 à 30 ans (…) n’avait estimé nécessaire de porter plainte ». « Leurs deux adversaires, âgés de 24 et 34 ans, ont eux été (…) entendus par les policiers. »

.

Reproduction autorisée, et même vivement encouragée, avec la mention suivante et le lien ci dessous :
© Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info
(1) http://www.ledauphine.com/haute-savoie/2011/11/14/ils-voulaient-provoquer-mais-se-font-tabasser