Francaisdefrance's Blog

18/11/2010

Réhabilitons l’Occident et ses valeurs, dont nous n’avons pas à rougir. Halte à la repentance maladive!

Reçu anonymement par mail… Merci à son auteur.

FDF


04/11/2010

Agression au couteau. C’est pas de sa faute, il est sous curatelle…

Quand je lis ce genre d’info et que j’en vois l’issue judiciaire; je me révolte. Et il y a de quoi… Le type met un coup de couteau à un restaurateur mais ce n’est PAS DE SA FAUTE: il est « sous curatelle ». Sous curatelle renforcée, en outre. On doit se poser une question: qu’est-ce qu’il foutait dehors ???

La curatelle est donc comme la délinquance issue de l’immigration: ça autorise bien des choses… Et la loi ferme les yeux.

Lamentable.

FDF

.

Agen.

Coup de couteau au restaurateur : 9 mois requis… Mais « pour la forme »…

Le restaurant Le Tempo était bondé en ce soir du vendredi 4 septembre 2010. Luigi Moiola, figure locale de la restauration agenaise, se pressait entre les tables quand il remarque un individu devant la porte de son établissement, occupé à installer deux des chaises restées à l’extérieur. Des bouteilles d’alcool à moitié vides gisent à ses pieds. L’homme est visiblement ivre et le restaurateur, après lui avoir demandé de partir sans succès, lui assène un coup de poing à l’issue d’un vif échange verbal. Puis il rentre pour appeler la police. Mais l’intrus le suit et le poignarde dans le dos.

Opéré d’urgence, Luigi Moiola garde encore des séquelles de ce coup de couteau.

Hier, l’agresseur était jugé par le tribunal correctionnel d’Agen, escorté de trois infirmières de l’hôpital psychiatrique où il est soigné, ainsi que de sa responsable de curatelle. Me Briat, avocat de la victime, soulignait que le prévenu n’avait pas frappé à l’aveuglette et que la scène s’était passée en présence de plusieurs familles, violence gratuite en plein centre ville.

La représentante du Ministère public abondait dans ce sens, écartant toute notion de légitime défense. «Il est absolument disproportionné de sortir un couteau à cran d’arrêt alors qu’au moment où il a porté le coup, il n’y avait plus de danger pour le prévenu». Tenant compte toutefois d’une atténuation de sa responsabilité, elle requérait 18 mois de prison dont 9 mois avec sursis et mise à l’épreuve avec obligation de soins. (Il est déjà en soin, le mec, non? FDF)

Me Lagarde, pour la défense, revenait sur le fait que son client est sous curatelle renforcée et placé en hospitalisation d’office depuis début octobre. «Il ne doit pas être jugé comme en pleine possession de ses facultés. A t-il voulu vraiment faire mal ou s’est-il senti menacé ?». Elle plaidait le renvoi des fins de la poursuite.

Le tribunal a mis l’affaire en délibéré.

Source: http://tinyurl.com/3y5mqhb

30/10/2010

Ah, quand-même! Un ado de 16 ans jette des pierres sur la police et écope d’un an de prison ferme !

C’est pas vrai; c’est une blague? La Justice se réveillerait elle? Ou bien c’est « pour l’exemple? ».  Bof, dans trois mois il est dehors; prêt à recommencer… Mais en attendant, ça peut faire réfléchir ses potes… Ben quoi? On peut toujours rêver, non?

FDF

Jeudi, le tribunal pour enfants  de Toulouse, dans la Haute-Garonne, a condamné un « adolescent » de 16 ans à un an de prison ferme, pour avoir jeté des pierres sur les forces de l’ordre. 

Les faits s’étaient déroulés, le 14 octobre dernier, en marge d’une manifestation contre la réforme des retraites.

Source: Le Post

29/10/2010

Ils ne pourront plus dire qu’il n’y a que le tram qui ne leur est pas passé dessus…

Ils n’avaient pas prévu ça, les muzz… Un imbroglio auquel ils ne sont pas habitués… C’est sûr qu’un vent de panique doit s’installer. C’est ça, quand on a l’habitude que tout vous tombe tout cuit dans la bouche…

FDF

.

Reims: le tram passe sur les fondations de la mosquée !

« COMBIEN d’années encore les musulmans du Nord de Reims et du quartier Orgeval vont-ils devoir prier dans les sous-sols d’un appartement de la rue Charles que le Foyer Rémois leur a prêté pour servir de mosquée en 1994 ? Personne ne peut le dire.

Incroyable mais vrai

En effet, alors que depuis 2006, l’Association islamique cultuelle et culturelle de Reims et de sa région, après bien des déboires, était enfin parvenue à faire les fondations de sa mosquée entre la rue Laberte et la rue Charles-Guggiari (lire par ailleurs), la mise en service du tram vient tout remettre en cause quatre ans plus tard.
Éric Quénard, premier adjoint, s’explique : « L’Aiccrr, propriétaire d’un terrain a commencé ses travaux bien avant même que ne soit décidée la réalisation du tramway. Elle a eu son permis et édifié les fondations de sa mosquée tandis qu’à côté l’Ami avait prévu suite à un bail à construction pour réaliser un « centre culturel » sur un terrain de la ville.
Quand nous sommes arrivés aux affaires en mars 2008, on s’est aperçu que le mail piétonnier prévu pour relier le futur terminus du tram à Orgeval mordait sur les fondations de la mosquée et une partie du terrain concédé à l’Ami ! Les deux dossiers étaient bloqués. Il a bien fallu trouver une solution. Après négociation, passage des géomètres nous avons trouvé une solution qui satisfait les deux parties. »
Pour régler ce litige les élus ont voté deux délibérations. Dans la première, la Ville autorise d’une part la résiliation du bail à construction (d’un centre culturel) signé avec l’Ami. Elle lui fait cadeau des 15 500 € de pénalités de retard qu’elle aurait dû payer n’ayant pas achevé ses travaux avant le 30 juillet 2007 comme le prévoyait le contrat. L’Ami supportera les frais notariés de résiliation dudit bail.

Un préjudice de plus de 130 000 euros

D’autre part, elle propose un échange foncier avec l’Aiccrr. Elle prend une emprise de 192 m2 sur le terrain de l’Aiccrr pour réaliser le mail piétonnier et lui vend deux parcelles de 1 555 m2 et 2 348 m2 moyennant la somme de 141 018 €. Le conseil municipal autorise l’association à déposer tout permis de construire ou autres autorisations administratives sur ces nouvelles emprises. La Ville supportera les frais de géomètres afférents à cet échange, les frais d’actes notariés étant à la charge de l’Aiccrr. Dans une seconde délibération la Ville accepte de payer un préjudice de 111 171,78 € HT à l’Aiccir « représentant le coût des fondations et de la plate-forme réalisées, de leur démolition et des honoraires d’architecte. »

Suite et source: http://tinyurl.com/2a36rps

16/10/2010

Qui est Pamela Geller ?

Eh ben, c’est une sacré gonzesse ! Je crois bien qu’elle bat même Geert Wilders au niveau de la lutte contre l’islamisation du monde Occidental… Pour l’instant, elle se bat griffes et ongles pour sa patrie, l’Amérique. Et elle y met du coeur. Il nous faudrait le même genre de personnage dans chaque pays en voie d’islamisation. Rectif: il nous faudra… Je pense que ça vient… Un peu de patience… Malgré toutes ces lois et associations à la con et à préférence non-nationale, on va y arriver. Je me mets sur les rangs…

FDF

.

Pour beaucoup, c’est une menteuse qui appelle sans sourciller à contrer l’islamisation de l’Amérique, quand la population musulmane ne représente qu’une part infime de la population (0,6% selon le Pew Research Center. Et qui fustige avec la même conviction la future « mosquée de Ground Zero » alors que le projet proposé :

  • n’est pas une mosquée (mais un centre culturel islamique)
  • ne se trouve pas à Ground Zero (mais à deux rues au nord)

Mais pour d’autres, elle est celle qui délivrera l’Amérique de la charia.


Le projet de centre non loin du site des attentats du 11 Septembre a provoqué un regain d’islamophobie, et la blogueuse aux allures de femme fatale, inconnue du grand public il y a seulement un an, est devenue l’une des figures les plus visibles (et controversées) de la nébuleuse antimusulmane américaine.

Invitée par le chroniqueur Bill O’Reilly sur FoxNews

Cet été, elle a par exemple été invitée par le très droitier Bill O’Reilly sur la chaîne d’info FoxNews, pour réagir à des attaques formulées la veille sur le même plateau par un représentant dela com . (Voir la vidéo, en anglais)
http://www.youtube.com/v/KhBZeGL3-HI?fs=1

Ses propos, parfois incohérents, toujours sulfureux, sont aujourd’hui repris par des personnalités politiques de premier plan, dont l’ex-candidate républicaine à la vice-présidente Sarah Palin et l’ancien président de la Chambre des représentants Newt Gingrich.

Son association, Stop Islamization of America, qu’elle décrit comme une association de défense des libertés individuelles, a organisé plusieurs manifestations « anti-mosquée » à New York, avec des milliers de participants.

Pamela Geller porte un message islamophobe autrefois très marginal

Et de plateaux télé en couverture de journaux, elle pousse chaque jour un peu plus un message d’hostilité envers l’islam autrefois relégué aux marges de la société américaine.

Pour Eric Boehlert, journaliste à Media Matters for America, organisation qui analyse le contenu des médias conservateurs américains « il est indéniable qu’elle joue un rôle important dans la controverse autour de la “mosquée de Ground Zero”. »

Ex-commerciale, Geller fait partie des Américains dont l’intérêt pour l’islam a été suscité par le 11-Septembre. Sur sa table de chevet se côtoient :

  • les ouvrages de l’écrivaine Bat Ye’or sur les problèmes d’intégration des musulmans en Europe
  • « Pourquoi je ne suis pas musulman », de l’ex-musulman Ibn Warraq
  • « La Révolte d’Atlas », par l’auteure libertarienne Ayn Rand, la bible de nombreux commentateurs conservateurs

Un photomontage d’Obama urinant sur le drapeau américain

Sur son blog Atlas Shrugs, on peut trouver un photo-montage d’Obama urinant sur le drapeau américain, ou une vidéo où elle dénonce l » « islamofascisme »… en bikini à la plage. (Voir la vidéo)

Edito vidéo de Pamela Geller à la plage...

C’est grâce à une note publiée sur ce site que son ascension commence. En mai 2010, elle déclare la guerre au projet de centre culturel islamique près de Ground Zero, tout juste approuvé par le conseil de quartier.

Sa note est sobrement titrée : « Une méga-mosquée avance dans l’ombre de la mort et de la destruction du World Trade Center par l’islam. »

Le quotidien conservateur The New York Post, qui la cite, la fait entrer dans les circuits de l’information. Ses phrases courtes et explosives font mouche, les chaînes d’informations et les grands networks s’en emparent.

Bientôt, les mobilisations qu’elle organise un peu partout aux Etats-Unis contre l’installation de mosquées attirent les foules… et font capoter certains projets, comme sur l’ile de Staten Island, dans le sud de New York.

Quand les médias l’attaquent, elle affirme que les critiques venues l’« establishment » prouvent au contraire qu’elle dit la vérité. Et quand, le 11 septembre dernier à New York, en compagnie du populiste néerlandais Geert Wilders, elle monte sur l’estrade pour dénoncer le projet de centre culturel islamique new-yorkais, 2 000 personnes (« plusieurs dizaines de milliers » selon elle) l’acclament.

Pamela Geller, « voix puissante, courageuse et éloquente »

Les « pro-mosquée », dans la rue d’à côté, font pâle figure.

« C’est une voix puissante, courageuse et éloquente. J’ai toujours pensé qu’elle serait reconnue », estime Robert Spencer, un chercheur réputé, auteur du site Djihad Watch et avec qui elle a signé un livre : « La Présidence post-américaine : la guerre de l’administration Obama sur l’Amérique. »

L’ascension de Pamela Geller en inquiète plus d’un. Certains y voient le résultat d’une Amérique anxieuse, qui vit mal la crise économique et les changements politiques. D’autres comme Diane Winston, la spécialiste du traitement des religions dans les médias à l’université de Caroline du Sud, accusent les bouleversements du paysage médiatique américain :

« Les journaux sont tellement compromis financièrement qu’ils seraient prêt à écrire sur n’importe qui. La nouvelle écologie de l’info fait qu’il y a une plus grande porosité entre la blogosphère et les médias dit “traditionnels”.

Une fois que l’un de ces derniers, comme le New York Post, cite une blogueuse comme Geller, les autres pourront légitimement la reprendre.

C’est comme la théorie de l’escalade dans les drogues : si on commence par la marijuana, on risque fort de consommer de l’héroïne par la suite. »

Malgré plusieurs tentatives, je n’ai pu obtenir un rendez-vous avec Pamela Geller. Il faut dire que même la presse de qualité s’intéresse à elle : le New York Times a ainsi dressé son portrait. L’Amérique est déjà accro.

Source: http://tinyurl.com/25lhyrx