Francaisdefrance's Blog

09/02/2012

AMIENS: il les droguait pour les violer

Et personne n’avait pensé à lui procurer un âne… Pourtant, maintenant on commence à connaître leurs déviances.

« Couic! », comme dirait Henri…

FDF

.

HOMMES, FEMMES  (plutôt très jeunes)  MÊMES SES CO-DETENUS en prison  TOUT EST BON   POUR Ahmed El Assioui

« Entre 2005 et 2008, Ahmed El Assioui, 52 ans, a fait 18 victimes, hommes ou femmes, à Noyon, Compiègne et Paris.  Son terrain de chasse: le foyer AFTAM de Noyon, et des foyers de jeunes travailleurs en région parisienne. La prison n’avait pas calmé Ahmed El Assioui »

IL ECOPE DE LA PERPETUITE   EN 1ERE INSTANCE  et OSE FAIRE APPEL.

vous avez dit malade mental???    QUI PAYE LES AVOCATS  ET LES FRAIS DE JUSTICE????

JC JC…

.

Il versait du GHB (également appelé drogue du violeur) ou des somnifères dans les verres de ses victimes. Certaines n’ont plus aucun souvenir des faits.

Entre 2005 et 2008, Ahmed El Assioui, 52 ans, a fait 18 victimes, hommes ou femmes, à Noyon, Compiègne et Paris. Il risque à nouveau la perpétuité.

Rarement les affaires de viols jugées devant les cours d’assises comportent autant de victimes. Ahmed El Assioui, 52 ans, est de retour à la barre pour s’expliquer.

Son procès, qui se déroule à huis clos, a commencé hier au palais de justice d’Amiens. Le verdict est attendu vendredi.

Ahmed El Assioui avait été interpellé le 24septembre2007 chez sa mère, à Noyon (Oise). L’homme devait savoir ce que les gendarmes lui reprochaient.

Il a tenté de cacher des vidéos accablantes pour sa défense: on y voit des hommes, nus, se faire sodomiser pendant leur sommeil.

Le Noyonnais, déménageur de profession, agissait comme un prédateur. Son terrain de chasse: le foyer AFTAM de Noyon, et des foyers de jeunes travailleurs en région parisienne.

Les enquêteurs ont recensé 18 victimes: douze garçons et six filles. Certains étaient mineurs de moins de 15 ans au moment des faits.

Accusé de viols sur des codétenus
Sa technique: il sympathisait avec les jeunes gens autour d’un verre. Le piège était tendu. Car à leur insu, il versait du GHB (également appelé drogue du violeur), ou des somnifères dans le thé, le whisky ou le Yop de ses victimes. Une fois sa proie assommée par la drogue, il la violait.

La prison n’avait pas calmé Ahmed El Assioui. Il lui est reproché des viols en maison d’arrêt de Compiègne, en 2007 et2008. Shooté aux médicaments, un codétenu s’était réveillé avec le slip baissé.

La longue série de crime avait commencé le 27 décembre 2005 avec le viol à Paris d’un homme handicapé mental qui se prostituait dans les gares. L’ADN d’El Assioui avait été retrouvé sur le caleçon de la victime, mais l’agresseur se défend: la relation était consentie, dit-il.

L’accusé avait déjà été jugé en mars 2011. La cour d’assises de l’Oise l’avait condamné à la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d’une période de sûreté de 18 ans. Il avait décidé de faire appel.

Source:  http://www.courrier-picard.fr/

25/11/2011

Norvège : Oslo secoué par une vague de viols par des « non occidentaux » !

100% des viols de Norvégiennes sont commis par des immigrés non-Occidentaux… Je vous fais un dessin?

C’est quand-même beau, le « vivre ensemble »… Et la « diversité »? Et les « bienfaits de l’immigration » ?

Admettons qu’un jour, une de mes filles se fasse violer par un (ou plusieurs) « immigrés non Occidentaux ». Je vous garanti qu’il n’y aura pas de frais de justice… Précision: si c’est par un « Occidental », ce qui me semble est plus rare, ce sera pareil.

FDF

.

La Norvège prépare un avenir terrible à ses filles

Un rapport de police publié en avril dernier révélait qu’à Oslo, 100 % des viols commis en 2010 l’ont été par des immigrés non occidentaux et que 9 victimes sur 10 sont des Norvégiennes de souche. En 2011, la situation s’est aggravée…



       Cet article du journal Aftenposten porte sur l’incroyable niveau de violence qui règne à Grønland, un quartier d’Oslo qui ressemble à un mélange de Karachi, de Bassora et de Mogadiscio. Les gens vendent ouvertement de la drogue juste à côté de la station de métro. Ce n’est plus la Norvège, ni l’Europe. En 2010, l’Aftenposten rapportait qu’il y a des patrouilles de la charia dans ce quartier et que les couples gays sont agressés et chassés. Fatima Tetaouni, une immigrante, affirmait que «Grønland est plus islamisé que le Maroc.»

L’Aftenposten est le plus important quotidien de la région d’Oslo. Il est généralement favorable à l’islam et au multiculturalisme.

Victime numéro 351 de vol qualifié à Grønland

Sturla Nøstvik, 36 ans, ne se doutait pas qu’un danger le guettait quand il a été frappé au front avec le canon d’un pistolet. Ce coup a été le début des cinquante minutes d’enfer qu’il a vécues en tant qu’otage d’un groupe de voleurs.

La nuit à Oslo, les femmes sont violées et les hommes sont volés plus fréquemment que jamais.

Dans les dix dernières années, plus de 4.000 personnes ont été victimes de vol dans le centre ville et le secteur de la station de police de Grønland [un ghetto d’immigrés]. La plupart des victimes sont des jeunes hommes. Sturla Nøstvik est la 351e victime de l’année à  Grønland ; durant la même période, une cinquantaine de viols ont été signalés à Oslo. Les voleurs jouent sur ​​la peur, la violence et de graves menaces afin de marquer les victimes. Le surintendant de police de Grønland, Inge Sundeng, les décrit comme «les victimes plus ou moins oubliées».

La police a rendu visite à Sturla Nøstvik aux urgences après le vol. Ils lui ont dit qu’une bande de voleurs avait commis de nombreux vols semblables à Grünerløkka et dans les environs au cours des trois dernières semaines. Ils ont ajouté que tout le monde devrait avoir le droit de se sentir en sécurité, mais qu’ils n’avaient aucun moyen de mettre fin aux vols. «Nous avons perdu la ville», ont-ils déclaré.

.

Source :  Aftenposten (norvégien) via Gates of Vienna (anglais). Extraits traduits par http://www.postedeveille.ca/