Francaisdefrance's Blog

07/01/2012

Port du voile et provocation…

Rien que pour le plaisir d’em……

.

Mais jusqu’à quand vont ils jouer la provocation avec cette histoire de port du voile? Car c’est simplement de la provocation; les coutumes ou la religion n’ont rien à voir dans ce actes de non respect de nos lois. Ils veulent instaurer la charia. Et bien qu’ils s’accrochent…

Si ils veulent rester chez nous, qu’ils commencent par respecter NOS lois !

FDF

.

NON SEULEMENT ILS NE RESPECTENT PAS    NOS LOIS     MAIS EN PLUS ILS SONT TOUJOURS PRETS A FAIRE CHIER LE MONDE  AU MAXIMUM DE LEURS POSSIBILITES
EN PLUS CELLE Là   DEMANDE DES DOMMAGES ET INTERETS    50 000  €
(surement pour payer sa maison au bled)  et tout ça pour un foulard qu’on lui a demandé de retirer au nom de NOTRE laïcité.

J ‘OSE ESPERER QUE LE TRIBUNAL LA DÉBOUTERA   ET AINSI ELLE DEVRA PAYER ET REMBOURSER LES FRAIS D’AVOCAT et de JUSTICE  même en AJ   –
Voilà un dossier qui va encore faire une saga islamiste CHEZ NOUS, durant 3 ans

IL VA BIEN FALLOIR UN JOUR OU L’AUTRE METTRE UN TERME A CES ABUS DE DROIT  ET DE JUSTICE
commis pas des gens qui  haïssent  NOTRE  France

Ceci dit notons que c est une claque dans la G…….   des verts et de la gôôôôôôche   qui veut de plus en plus d’immigrés puisque c est une élue écolo qui est mise en cause

JC JC…

Lyon: la mariée à qui on avait demandé de se dévoiler dépose un recours !

.

La Lyonnaise à qui une élue écologiste avait demandé l’an dernier de retirer son voile pour célébrer son mariage demande 50.000 euros de dommages et intérêts. Son avocat évoque un «abus de pouvoir».

SOURCE  :   http://www.mediapart.fr

12/11/2011

C’est décidé: je ne prends plus l’avion.

Ca risque de me donner des nausées… Et ce n’est pas le mal de l’air.

FDF

.

L’art et la manière de jouer sur les mots et de se foutre de nous…

La dernière:

Air France : la burqa autorisée dans l’avion

La loi française sur l’interdiction du voile intégral dans les services publics n’a pas cours à l’intérieur d’un avion. C’est en tout cas l’interprétation des juristes d’Air France dans une note diffusée par nos confrères du Figaro aujourd’hui.

Une femme ne peut pas porter de voile intégral dans un aéroport français qui est considéré comme espace public, mais elle peut le remettre dès son entrée dans l’avion, qui ne peut être considéré comme un lieu de service public. En effet, comme l’explique le mémo rédigé par le service juridique d’Air France « les équipages confrontés à une personne qui dissimule son visage ne peuvent, à notre sens, contraindre la personne à découvrir son visage (…) Les textes relatifs aux lieux publics ne l’exigent pas et ne le permettent pas ».

Comme le rappelle le Figaro qui se l’est procurée, cette note fait suite à une question d’un commandant de bord qui avait eu à faire à une femme portant la burqa sur vol Paris – Marseille en septembre dernier. La position de service juridique d’Air France ne devrait d’ailleurs pas poser problème aux équipages puisque les contrôles de sécurité ont lieu avant l’embarquement, dans l’aéroport où le port du voile intégral est interdit.

Rappelons néanmoins que, selon le règlement de la compagnie française, les hôtesses d’Air France, qui travaillent en contact avec le public, n’ont pas le droit de porter un voile ou un foulard islamique. Une disposition qui, en juin dernier, avait entrainé Air France dans une polémique aux Etats-Unis. Elle avait été montrée du doigt par la principale organisation musulmane américaine, le Council on American-Islamic Relations (CAIR), suite au renvoi chez elle d’une employée d’Air France à l’aéroport de Washington Dulles qui refusait d’ôter son foulard.


Source: http://www.air-journal.fr/

11/03/2011

Un contrôle « dans le strict respect des règles de droit et de déontologie ».

Et SOS Racisme d’en faire de la « récupération anti-autorités »… Et dire que ces sangsues sont subventionnées par l’Etat mais portent plainte contre lui; contre nous, en fait… A liquider.


Marine; Vite !!!


FDF


.

Deux policiers auraient interpellé et menacé un couple, dont la femme portait un foulard, place de l’Hôtel-de-ville à Saint-Etienne, le lundi 7 mars 2011 au matin. Le couple a décidé de déposer plainte.

Dans un communiqué, SOS Racisme Loire « s’inquiète grandement des nouvelles dérives liées à un climat délétère qui rythme désormais notre quotidien ». L’association explique que le « jeune couple s’est fait contrôlé place de l’Hôtel-de-ville par 2 personnes qui se sont faites passées pour des fonctionnaires de police en civil en brandissant une carte de Police. Ils ont procédé à un contrôle d’identité et ont demandé à la jeune femme de retirer son foulard sous peine d’écoper une amende. La jeune femme, blessée par une telle atteinte à son intégrité physique, leur a répondu qu’elle pouvait les suivre au poste de police du Cours Fauriel pour y enlever son foulard si nécessaire et pour qu’un procès-verbal soit établi. Les 2 « policiers » ont refusé en leur expliquant qu’ils feraient l’objet d’une amende. Pour finir, ils ont pris les coordonnées du jeune couple et sont partis. »

Contactée par nos soins, la Direction de la sécurité publique de la Loire a confirmé que 2 policiers en civil avaient bien procédé à un contrôle d’identité lundi à Saint-Etienne. Un contrôle « dans le strict respect des règles de droit et de déontologie ». Au total, une vingtaine de personnes ont été contrôlées lundi, dont le couple qui a déposé plainte.

source : Zoom dici

06/02/2011

Une “maman voilée” interdite de sortie scolaire. C’est quoi, le problème ?

Enfin! Ca bouge? On ose résister à l’islamisation de NOTRE France? On veut faire peur à nos têtes blondes? On veut les islamiser? Conseil aux intégristes de tous poils : restez dans vos coutumes moyen âgeuses. Nous, nous vivons en 2011 Et ça, vous n’y pourrez rien!
FDF
.

Pantin(neuf-trois)

Une femme qui porte le voile peut-elle accompagner une sortie scolaire ? La directrice de l’école élémentaire Joséphine-Baker à Pantin (Seine-Saint-Denis) a clairement pris position, refusant qu’une mère de famille voilée participe à une sortie. Une décision qui a choqué l’intéressée ainsi que la FCPE, principale fédération de parents d’élèves. L’association vient d’écrire à Luc Châtel, ministre de l’Education nationale, pour lui demander de rappeler la loi et de condamner ces pratiques.

L’affaire remonte au 19 novembre. Sarah* se propose d’accompagner son fils scolarisé en CP lors d’une sortie scolaire. Comme lors d’une précédente tentative un mois plus tôt, elle se heurte à un refus et décide de rencontrer la directrice (qui a refusé de s’exprimer).

« Elle nous a expliqué que la loi interdisait aux personnes portant un foulard de participer à ces sorties et que cette position rejoignait ses convictions personnelles » […]

Il y a beaucoup de fantasme autour du foulard, regrette la jeune femme. Je suis française, je ne suis pas une fanatique, mais je veux pouvoir vivre ma religion sans être ostracisée. » Marc Bablet, inspecteur d’académie adjoint de Seine-Saint-Denis, reconnaît une forme de « zèle » et de « maladresse » de la part de la directrice, mais laisse le débat ouvert.

Conclusion: sortez couverts..

FDF

Le Parisien

Source:  http://www.fdesouche.com/174386-pantin-93-une-maman-voilee-interdite-de-sortie-scolaire

18/10/2010

Turquie: L’interdiction du foulard dans les universités du pays a été nettement assouplie, quand elle n’a pas tout bonnement disparu…

C’est pas comme ça qu’ils vont amadouer l’Union Européenne, les turcs. Quoique… En Europe, rien n’est encore clair sur le sujet. Chassez le naturel…

FDF

.

En Turquie, le voile islamique fait sa rentrée universitaire

L'interdiction du foulard dans les universités du pays a été nettement assouplie par le Conseil de l'enseignement supérieur.
L’interdiction du foulard dans les universités du pays a été nettement assouplie par le Conseil de l’enseignement supérieur. Crédits photo : HOCINE ZAOURAR/AFP

De-ci, de-là, quelques touches fuchsia, turquoise ou d’imprimé fleuri se détachent dans les amphis de l’université d’Istanbul. Le foulard islamique y a ­effectué sa première rentrée. Pas une mèche ne s’échappe de l’élégant fichu en camaïeu noir et blanc d’Aysegül. «L’an dernier, j’étais obligée de me découvrir à la porte, raconte cette étudiante en sciences sociales. Maintenant, je peux assister aux cours avec ma vraie identité, c’est tout simplement génial.» Cette année, l’interdiction du foulard dans les universités du pays a été nettement assouplie, quand elle n’a pas tout bonnement disparu. Au fil des ans, le port du voile était devenu un tabou idéologique quasiment indépassable, et la société turque s’était divisée entre pro et anti-foulard. Il semble désormais que la Turquie mise sur la normalisation silencieuse et le fait accompli pour venir à bout de ce problème qui a déclenché plus d’une crise politique.

Il y a deux ans encore, la formation islamo-conservatrice au pouvoir avait payé cher une loi qui visait à libéraliser le port du voile à la fac. À peine votée par le Parlement, la réforme avait été déclarée anticonstitutionnelle. Cette audace législative avait ensuite valu au Parti pour la justice et le développement (AKP) une condamnation pour violation de la laïcité, et la formation avait échappé de justesse à une dissolution par la Cour constitutionnelle.

Dans les sondages, la majorité des personnes se déclare pourtant favorable à une autorisation du foulard, jugeant que son bannissement représente une interprétation trop rigide de la laïcité. Dans une allée du campus battue par la pluie d’automne, Ipek Ekmen, étudiante en droit, enlève les écouteurs de son iPod calés sous son türban. «Le droit au voile renvoie à la liberté individuelle, il ne questionne pas la laïcité. On se trompe de débat.» Son interdiction a été entérinée par plusieurs décisions de justice et a été strictement observée à partir de 1997, après la destitution par l’armée du gouvernement islamiste d’Erbakan. Mais, cette année, le recteur de l’université d’Istanbul a reçu une lettre du YOK, le Conseil de l’enseignement supérieur, prohibant le renvoi d’élèves de cours en raison de leur tenue vestimentaire. Longtemps bastion ultrakémaliste proche des militaires, la puissante institution est désormais dirigée par un fidèle du premier ministre, Recep Tayyip Erdogan.

«Levée de la prohibition»

«Il semble que la levée de la prohibition se fait graduellement un peu partout, mais il existe encore des lieux où les filles sont discriminées et subissent une forte pression, déclare Ozge Genç, chargée des études sur la religion et la société à la Tesev, un think-tank libéral. L’intervention du YOK crée une zone grise qui ouvre la voie à l’arbitraire des recteurs. La solution est législative, un consensus doit émerger.» Les partis en sont-ils capables ? À première vue, oui, et c’est une grande première en Turquie. Curieusement, c’est Kemal Kiliçdaroglu, le nouveau leader du CHP, le parti d’Atatürk – le fondateur de la République turque -, et le plus tatillon sur l’interprétation de la laïcité, qui a consacré le retour du voile dans le débat public cet été au cours de la campagne sur la réforme de la Constitution.

Lancé dans une tentative de reconquête de l’électorat populaire et conservateur, il a déclaré qu’il était «déterminé» à régler ce problème et a délaissé le discours classique d’un risque de premier pas vers une islamisation de la société. Mais, depuis, il tergiverse, a proposé de ne laisser entrer dans les universités que les voiles «sur le modèle iranien», c’est-à-dire ceux laissant dépasser des cheveux, une façon de recaler le türban, porté serré et jugé plus religieux.

À dix mois de législatives qui s’annoncent en sa faveur, Erdogan n’a pas raté l’occasion d’engranger des points supplémentaires contre son adversaire. Il a déclaré qu’il n’était pas plus question de demander à des étudiantes de se justifier sur le style de leur foulard que sur le port de pantalons slims.

Source: http://tinyurl.com/25jeefk

Dans ce contexte, le voile à l’université n’est toujours pas à l’ordre du jour du Parlement. Il ne s’agit pourtant que du contentieux autour du foulard le moins ardu. Un autre débat couve, beaucoup plus houleux, celui sur le port du couvre-chef islamique dans les administrations. Les plus conservateurs réclament la levée de l’interdiction. Cette position est loin de faire l’unanimité dans la population. Et d’autres foulards assurent la polémique. Kemal Kiliçdaroglu a annoncé qu’il boycotterait la traditionnelle réception présidentielle organisée le 29 octobre pour la fête de la République turque, car Hayrünnisa Gül, l’épouse du chef de l’État, y accueillera les invités voilée.

18/09/2010

La principale autorité de l’islam interdit le voile intégral !

Et dire quon nous les brise depuis de nombreuses semaines avec cette pseudo loi qui ne sera jamais applicable vu les multiples « aménagements » qu’elle contient… En Egypte, ça a été vite reglé; et ça ne date pas d’hier…

FDF


.

La polémique fait rage en Egypte depuis que le grand imam de l’Université Al-Azhar, au Caire, a interdit le port du niqab dans les classes de filles. Le gouvernement égyptien a quant à lui décidé d’en finir dans tous les lycées. Pour contrer la montée en force des Frères musulmans?

Trop c’est trop. L’Université d’Al-Azhar au Caire, qui fait référence dans l’ensemble du monde arabo-musulman, a décidé d’interdire le port du niqab (le voile intégral cachant le visage) dans les cours réservés aux filles et donnés par des femmes. Les étudiantes devront également s’abstenir de le porter dans la résidence universitaire de cette prestigieuse institution islamique.

C’est en fait une écolière de 12 ans qui a mis le feu aux poudres il y a quinze jours. Appelons-la Leïla. Couverte de la tête aux pieds, elle a suscité l’ire du grand imam d’Al-Azhar, Mohammed Sayyed Tantaoui, qui rendait une banale visite dans une école tenue par la célèbre institution religieuse. «Le niqab n’est qu’une tradition! Il n’a pas de lien avec la religion, ni de près ni de loin», s’est-il emporté, exigeant de l’enfant qu’elle ôte le voile et montre son visage aux autres filles et à l’institutrice.

Ni une ni deux, le haut conseil d’Al-Azhar a prononcé l’interdiction dans la foulée. «Car l’insistance de porter le niqab en présence de femmes est un genre de rigorisme rejeté par la charia islamique.» Certes, il n’est pas question d’en empêcher le port dans la rue ou au travail, mais cette importante autorité de l’islam sunnite veut éviter que le rigorisme ne soit «gravé dans la mentalité des jeunes filles».

Pourquoi ce soudain accès de colère? C’est que la montée du port du voile intégral commence à inquiéter les autorités et certains responsables religieux, qui y voient un signe de progrès de l’islam fondamentaliste, dans un pays déjà très conservateur. Pour l’instant, la grande majorité des Egyptiennes musulmanes s’en tiennent au simple hijab, le foulard cachant les cheveux et le cou. Mais elles sont de plus en plus nombreuses à vouloir voiler leur visage.

L’influence des djihadistes et des chaînes satellitaires

«C’est un phénomène récent, le niqab est étranger à la culture égyptienne», explique à Genève Hasni Abidi, qui dirige le Centre d’études et de recherche sur le monde arabe et méditerranéen (Cermam). «On peut y voir l’influence de l’islam pratiqué dans le Golfe, très présent sur les chaînes satellitaires. Ou encore l’impact des djihadistes revenus d’Afghanistan avec leurs familles. Une importation culturelle qui fait peur en Egypte.»

Avant-hier, le ministre de l’Enseignement a ainsi décidé de réactiver une directive de 1995 interdisant le port du niqab. Il y a quelques mois, le ministre de la Santé en faisait autant pour le personnel soignant.

«Les autorités veulent montrer qu’elles ne laisseront pas faire», poursuit Hasni Abidi. «Un message clair à tous les fondamentalistes. Et aux Frères musulmans. Le principal mouvement d’opposition s’est emparé de cette affaire, défendant le droit des femmes à porter le niqab, au nom de la liberté de religion.»

source : lesquotidiennes.com (Andrès Allemand | 15-10-2009 | 09:32)

10/09/2010

Foulard obligatoire pour les filles d’une école publique de Lorraine !

En Lorraine, certains semblent avoir perdu tout sentiment d’identité nationale. Les enfants d’une école en font les frais, de cette ignoble soumission. A quand la lapidation organisée pendant la récré ?

FDF

.

Semaine du Patrimoine?


10 septembre 2010

Mot donné aux parents d’élèves de l’école Binet-Freinet de Farébersviller (57) en prévision de la Semaine du Patrimoine:

Photos : Ecole Binet-Freinet (bulletin municipal) ci dessus.

et mosquée de Farébersviller

vu sur http://www.fdesouche.com/136437-semaine-du-patrimoine-foulard-obligatoire-pour-les-filles-dune-ecole-publique-de-lorraine

03/07/2009

Exclue de la MJC pour port de foulard: elle ne comprend pas…

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 17:23
Tags: ,

On peut lui expliquer, si elle veut… C’est pourtant simple; elles est en France et pas au Maghreb…

- Karima souhaite garder son voile - (c) France Télévisions - Bruno Courtaux -

Karima ne comprend pas… On vient de lui signifier son exclusion si elle continue à porter le foulard.

Karima a 27 ans. Elle fréquentait le cours de couture de la M.J.C. de Joeuf (54).
Une musulmane qui porte le foulard, lequel, selon elle, n’a pas dérangé les autres participantes.
Seulement voilà, le conseil d’administration de la M.JC. souhaite qu’elle retire ce foulard pendant les activités.

==> Voir le reportage de Jean Baudin et Bruno Courtaux

Pour le mari de Karima, le foulard ne constitue pas un « signe d’appartenance religieuse », mais un « respect d’obligation religieuse ».


C’est ce qui s’appelle, « jouer sur les mots »,  juste pour em……

FDF