Francaisdefrance's Blog

08/03/2011

Libye: pendant que d’autres se font mitrailler, il en est qui font leur beurre…

Rien d’étonnant.

Ils sont certainement allés à la bonne école Occidentale… La pourriture n’a pas de nationalité…

FDF

.

De retour de Libye, l’homme d’affaires Ziad Takieddine en garde à vue !

L’homme d’affaires libanais a été interpellé, le 5 mars, au Bourget, en provenance de Libye. Les douanes ont saisi 1,5 million d’euros en liquide dans l’avion privé affrété par Tripoli. Deux journalistes du Journal du Dimanche se trouvaient également à bord.

L’homme d’affaires Ziad Takieddine a été placé en garde à vue, le samedi 5 mars au soir, alors qu’il rentrait de Libye, dans un avion privé affrété par Tripoli. Peu après l’atterrissage, à l’aéroport du Bourget (Seine-Saint-Denis), au nord de Paris, les douanes ont opéré un contrôle et découvert 1,5 million d’euros en liquide.

Ziad Takieddine a été placé en garde à vue sous le contrôle du parquet de Bobigny. L’enquête, qui porte sur des « manquements aux obligations déclaratives » et une « suspicion de blanchiment », est désormais confiée au Service national de la douane judiciaire (SNDJ), dépendant de Bercy. Takieddine a été remis en liberté, dans la soirée de dimanche, sans faire, semble-t-il, l’objet de poursuites. Une enquête préliminaire a tout de même été ouverte pour vérifier ses déclarations. L’argent a été saisi.

L’affaire Karachi en toile de fonds

Deux journalistes du Journal du dimanche se trouvaient également à bord de cet appareil en provenance de Tripoli. Ils rentraient à Paris, après avoir réalisé, plus tôt dans l’après-midi, un entretien du leader libyen, le colonel Mouammar Kadhafi. Ils n’ont pas été inquiétés.

Takieddine est considéré par la justice comme l’un des interlocuteurs clefs du contrat de construction de trois sous-marins, signé avec le Pakistan, en 1994; un rôle qu’il conteste. L’homme d’affaires fut également un rouage essentiel d’un autre contrat d’armement, Sawari II, signé cette fois, avec l’Arabie saoudite, en 1994, pour la vente de frégates. Ces deux dossiers se trouvent actuellement à l’instruction, les juges soupçonnant l’existence de rétro commissions destinées à alimenter la campagne de l’ex Premier ministre Edouard Balladur pour l’élection présidentielle de 1995.

Source: http://www.lexpress.fr/

24/11/2010

Une mosquée à Grigny, en attendant SEPT AUTRES dans l’Essonne !!!

Ne nous affolons pas. La communauté muzz vient de poser la première pierre… Il peut (et il va) s’écouler plusieurs années avant que cette mosquée soit construite et inaugurée. Si elle l’est… Preuve en est maints projets de ce type partout en France. On « pose la première pierre » à grands renforts de médias et de dhimmis du coin et on n’en entend plus parler… Et qui s’en plaindra? Les muzz; c’est tout, qui vont pleurer des euros partout parce que les constructions sont stoppées faute de fonds… Les « fidèles » en ont peut-être aussi marre de donner… Alors pas de panique. C’est de la propagande. Lisez tout de même ce qui suit…

FDF

.

« Après plusieurs années de discussions, les vingt deux nationalités composant la communauté musulmane de Grigny (département de l’Essonne, au sud de Paris) ont réussi à mettre en place le projet d’une mosquée. La pose de la première pierre de ce lieu de culte a été effectuée samedi dernier.

Maquette de la future Mosquée de Grigny

// Bientôt les musulmans de la ville de Grigny, auront leur mosquée ! Un grand pas vers la réalisation de ce  lieu de culte à été franchi ce samedi 20 novembre avec la pose de la première pierre de la future mosquée, rapporte France-Soir. Si tout se passe comme prévu, l’édifice devrait être construit avant fin 2011. Seulement, entre-temps, la communauté musulmane de Grigny devrait avoir réuni les 4,5 millions d’euros nécessaires à sa construction. A ce jour, quelque 915 000 euros ont été récoltés.

La cérémonie de pose de la première pierre, qui a rassemblé environ 500 personnes, s’est également tenue en présence du maire de la ville. L’édile de Grigny, le communiste Claude Vazquez a salué « un projet fondateur, fédérateur et ouvert aux autres ». Eddouk Abdelhak, président de l’Union des musulmans de Grigny y voit pour sa part « un événement symbolique » car cette mosquée « doit permettre l’unité de tous les habitants de Grigny ».

L’édifice s’étend sur 3 000 m² et pourra accueillir jusqu’à 1 800 fidèles. Il aura fallu huit années de tractations pour que les musulmans de cette ville d’au moins 26 000 habitants et forte présence d’immigrés, mettent en place ce projet. Un bail de 99 ans a été convenu entre la préfecture de l’Essonne et la communauté musulmane pour le terrain sur lequel la mosquée est érigée.

Les deux parties sont semble-t-il déjà d’accord sur une cession ultérieure du terrain, mais le principe de laïcité de l’Etat interdit le financement public de culte. Il faudra donc trouver une solution sur le prix de cette cession. Et au niveau du cabinet préfectoral, on fait savoir que la « volonté est que [ce prix] soit le moins cher possible ».

La mosquée de Grigny devrait être suivie par sept autres dans l’Essonne, dont les dossiers sont en cours d’examen. L’édification de ces lieux de culte démontre toute la place qu’occupe le spirituel dans le cœur d’une bonne partie des émigrés musulmans en France. Mais aussi, de l’esprit d’ouverture de certains responsables politiques qui n’ont pas de complexe à leur faciliter leur pratique religieuse. »

Source: http://www.yabiladi.com

16/11/2010