Francaisdefrance's Blog

16/03/2012

Yvelines: une jeune musulmanne prise d’un délire intégriste .

Ca devient grave, chez les momos… L’ islamisme rend fou. Provocations, stigmatisation, crises. Mais ça, tout le monde l’avait déjà remarqué.

FDF

.

UNE FOLLE D’ALLAH !!!!!!!   ils ne savent même plus comment faire chier le monde avec leur allah, et celle -là  est en récidive
« Fatigués, les locataires avaient alors appelé la police pour mettre fin au tapage. En arrivant sur place, les fonctionnaires ont été accueillis par une volée d’insultes et la résidante leur a lancé plusieurs objets depuis son appartement.
L’an passé, elle avait été, malgré elle, à l’origine d’une polémique. Appelée par les policiers pour récupérer sa fille arrêtée après un vol à l’étalage, elle s’était présentée au commissariat vêtue d’un niqab, ce voile qui recouvre intégralement le corps et le visage. Ce type de vêtement étant interdit dans l’espace public, elle avait écopé d’une amende… ce qui déclencha chez elle une crise de folie. »
(JE VOUS ENVOIE LA COPIE DU PROCES VERBAL  EN PJ  –  LISEZ LE  CA VAUT SON PESANT DE COUSCOUS  –   LISEZ LE C’EST EDIFIANT )

JC JC…

.

Une femme de 35 ans devait être présentée hier soir devant les magistrats du tribunal correctionnel de Versailles.

Dimanche, en fin de journée, elle avait importuné ses voisins d’une façon assez singulière : elle avait placé les enceintes de sa chaîne hi-fi dans la cage d’escalier de son immeuble et avait diffusé, le son réglé à fond, des versets du Coran.

Fatigués, les locataires avaient alors appelé la police pour mettre fin au tapage. En arrivant sur place, les fonctionnaires ont été accueillis par une volée d’insultes et la résidante leur a lancé plusieurs objets depuis son appartement.

Finalement, celle-ci a été interpellée lundi matin et immédiatement placée en garde à vue. Au commissariat, elle s’est montrée tout aussi violente en s’attaquant à une policière lors de la fouille de sécurité, lui assénant des coups et la griffant violemment au visage.

Lors de son audition, elle a reconnu les faits, sans pouvoir cependant expliquer son comportement totalement irrationnel. Plus tard, dans sa cellule de garde à vue, elle s’est mise à réciter à haute voix des versets du Coran.

Cette jeune femme, décrite comme fragile, a une réputation difficile. « Dans son quartier, les habitants n’en pouvaient plus. Elle faisait régner la terreur auprès de ses voisins, qui étaient littéralement terrorisés », détaille un enquêteur. Elle est aussi défavorablement connue des services de police.

L’an passé, elle avait été, malgré elle, à l’origine d’une polémique. Appelée par les policiers pour récupérer sa fille arrêtée après un vol à l’étalage, elle s’était présentée au commissariat vêtue d’un niqab, ce voile qui recouvre intégralement le corps et le visage. Ce type de vêtement étant interdit dans l’espace public, elle avait écopé d’une amende… ce qui déclencha chez elle une crise de folie.

Elle avait alors tenu des propos hostiles à la France. Par on ne sait encore quel canal, le procès verbal relatant cette affaire s’était alors retrouvé sur Internet. Des médias traditionnels mais aussi des sites d’extrême droite qui avaient récupéré la polémique, au grand dam de la hiérarchie policière.

Source: http://www.leparisien.fr/

16/12/2011

Délinquance ou coup de folie? Un viel homme meurt roué de coups dans un bus à Marseille.

Chronique de la violence ordinaire…

Ca devient gravissime. Voilà le genre de « faits divers » qui me met hors de moi. Ce septuagénaire, très malade, meurt sous les coups d’un folle, déjà connue pour des faits de violence gratuite…

On va encore plaider la folie? Certainement. Le vieux monsieur, lui, n’aura plus rien à plaider…

Au fait, on n’a pas le nom de cette folle? Je demande ça car vu que c’est à Marseille que les faits se sont passés…

FDF

.

Photo d’illustration

Les passagers n’en ont d’abord pas cru leurs yeux. Comment cette femme d’à peine 30 ans, accompagnée de sa fille, pouvait-elle à ce point s’acharner, avec une telle violence ? En face d’elle, un homme à l’apparence malingre, âgé de 70 ans, qui venait de s’asseoir, sur une place réservée aux personnes handicapées. Pour une raison que la justice n’a pas encore établie, elle l’a apostrophé, puis l’a frappé, jusqu’à ce qu’il perde connaissance, sur le trottoir.

Les faits se sont produits lundi en fin d’après-midi, dans un bus de la ligne 49, au niveau de la place de Strasbourg (3e). Déjà, en début de semaine (notre édition du 14 décembre), les enquêteurs de la Brigade criminelle de la Sûreté départementale avaient lancé un appel à témoins. Après la stupéfaction, des passagers, au moins deux, étaient intervenus pour mettre fin à cette insoutenable scène de violence. La police cherchait notamment à comprendre comment les faits s’étaient enchaînés dans le bus et pourquoi l’altercation s’était produite.

Ils ignoraient encore que la victime allait décéder des suites de ses blessures. Le septuagénaire a finalement succombé dans la nuit de mercredi à jeudi, à l’hôpital de La Timone, où il n’était jamais sorti de son coma.

Depuis, les témoignages manquent. L’enquête a simplement permis de reconstituer le début de la rixe. Vers 17 h 30, la victime, un homme malade souffrant de troubles respiratoires, monte dans le bus. Il demande à deux personnes assises sur les places réservées aux invalides et aux handicapés de le laisser s’asseoir. Elles s’exécutent. À quelques mètres de lui, une femme l’interpelle. Sa fille de 8 ans et une amie se trouvent à ses côtés. Des insultes sont-elles échangées ? Toujours est-il que la jeune femme sombre dans une colère noire, empoigne l’homme, qui se défend. Des voyageurs, dont l’amie de la mise en cause, tentent de les séparer. Selon d’autres témoignages, c’est même la fillette qui se rend devant la cabine du conducteur pour lui demander d’arrêter son véhicule.

Mais une fois le bus arrêté, la bagarre se poursuit sur le trottoir. Le vieux monsieur commence à suffoquer. Il sort un aérosol de Ventoline mais ne réussit pas à respirer sa dose. Il finit par s’affaler sur le capot d’une voiture, sous les coups incessants de la jeune femme.

Elle est finalement interpellée non loin, après l’alerte donnée par les témoins. Placée en garde à vue, elle a été déférée au parquet mercredi, mise en examen et écrouée pour coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Elle était ivre au moment des faits et avait déjà été arrêtée pour des violences, en 2009. Elle avait cogné sur sa voisine, avec un extincteur.

Toute personne ayant assisté à la rixe peut contacter la Brigade criminelle au 06 14 08 03 61.

Source: http://www.laprovence.com/