Francaisdefrance's Blog

15/08/2011

Carrément méchants, jamais contents…

Ils voulaient un lieu de culte. On leur en a trouvé un, provisoire, et ça ne plait pas à ces messieurs-dames. Il fallait s’y attendre. Ils feront tout pour em…… le monde! C’est dans les gènes…

FDF

Si cette situation leur convient, après tout…

.

Paris : Les musulmans de Myrha refusent de prier dans la caserne !

Ça vient de tomber. Les musulmans refusent la caserne qui leur a été proposée pour installer une salle de prière. D’après l’Imam de la mosquée de la rue Myrha (Paris, XVIII) ce sont des locaux « indignes d’un musulman et de son culte. La sacralité du lieu n’y est pas respectée ». Il ajoute même que cette offre s’apparente « mépris et à de l’humiliation des musulmans ». Rien que ça !

La rue Myrha, elle, avec tous les chiens pissent durant la semaine, serait digne d’un musulman et de son culte. La sacralité du lieu serait même respectée.

Au-delà de ça, s’agissant d’humiliation et de mépris, il serait intéressant de voir combien de temps un chrétien, un bouddhiste ou autre pourra tenir s’il décidait d’aller prier ou méditer ouvertement dans une rue fréquentée d’Alger ou d’Oran. Moi je lui offre 1000 Euros s’il arrive à me prouver qu’il a pu tenir 10 minutes.

Bien sûr, il va y avoir plein de bien-pensants pour me dire que ce n’est pas pareil. Oui, je sais moi ce qui n’est pas pareil. Il y a des peuples qui ont de la dignité et il y a des peuples qui n’en n’ont pas. Il y a des gens qui se sentent humiliés parce qu’on leur a offert un bâtiment public qui a l’heur de ne pas être au même standing que le palais de l’Elysée. Et il y a d’autres qui doivent fermer leur gueule et changer de trottoir.

Il y a plein de musulmans qui seront discriminés à l’emploi parce que ce genre d’actualités font la une régulièrement. Ceux qui en sont à l’origine se foutent complètement de cet aspect. Sachant que le vendredi est jour ouvré dans ce pays, une personne qui travaille et qui n’est pas à l’aide sociale n’a généralement pas le temps de se rendre à la rue Myrha.

Malheureusement, avec la catégorie de gens que le France a choisi d’importer en majorité, la notion de respect mutuel n’existe pas. Il n’y a qu’un seul rapport qui leur est connu dans leur vie de tous les jours : la force. Tu es fort on te respecte. Tu es faible on t’écrase comme une puce. C’est valable dans leurs rapports sociaux et c’est aussi valable dans leur rapport à l’ordre, l’autorité ou l’Etat.

D’un autre coté, je conçois très bien que la France ne soit pas adaptée à la vie d’un musulman. Pour un Français de souche qui choisit cette religion comme voie, il y a assez d’espace et de mosquées pour pratiquer sans se mettre en opposition avec la société toute entière. Pour ceux qui veulent immigrer en France, il y a probablement lieu de reconsidérer ce choix. Il y a dans le monde de très nombreux pays islamiques qui seraient plus adaptés à la vie du pratiquant. Ces pays ne fournissent pas d’aide sociale aux étrangers en général ce qui les rend moins attractifs. Maintenant, si on donne de l’importance à sa religion, il y a un arbitrage à faire.

L’arbitrage est d’autant plus clair qu’Allah interdit au musulman de vivre ailleurs qu’en pays musulmans. Le verset 97 de la surah 4 est très clair sur ce point. Quand le musulman meurt ailleurs qu’en terre d’Islam, c’est qu’il s’est causé un grave tort à lui-même. Les anges lui demandent où il était et certains répondent : « Nous étions impuissants sur terre ». C’est-à-dire tellement impuissants qu’ils ne pouvaient pas aller ailleurs. La faiblesse [dans le sens incapacité / maladie] est souvent acceptée comme excuse, mais ici c’est une des rares fois dans le Coran où elle ne passe pas. L’excuse est refusée et les anges répondent : « La terre de Dieu n’était-elle pas assez vaste pour vous permettre d’émigrer ? ». Le verset finit sans appel : « Voilà bien ceux dont le refuge et l’Enfer. Et quelle mauvaise destination ! ». Le musulman a le devoir de quitter une terre non musulmane si par quelque circonstance que ce soit, il devait s’y trouver. Puis, quelle grave transgression de faire l’inverse du Coran et d’aller vers des terres non musulmanes, faire la prière dans la pisse des chiens et se donner en spectacle.

A l’évidence, il y a aujourd’hui beaucoup de gens qui ont choisi de s’établir en France alors que c’est un pays dont les valeurs sont totalement opposées aux leurs. Il n’y a ni bon, ni mauvais dans cette histoire, juste une effroyable contradiction alimentée par les diverses formes d’aides sociales.

Les autorités françaises, à leur tour, ne sont pas totalement clean dans cette histoire. La voie publique appartient à tout le monde et personne n’a le droit de l’occuper illégalement. Un prétexte pseudo religieux ne doit pas être accepté sous peine de justement officialiser et légitimer des prétextes de même acabit. Faut-il beaucoup de caractère pour envoyer les CRS et les canons à eau pour faire respecter l’ordre ? Evidement, bien plus que ce que les responsables français en possèdent. A les voir se coucher devant une bande de cas sociaux, on se demande comment ils vont trouver le courage pour lutter contre les banques US qui ont décidé de mettre la France à sac.

Sachant que ce texte sera repris sur internet, j’aimerais insister auprès de ceux qui ne connaissent pas toute l’histoire, que je suis moi-même Algérien. C’est-à-dire né et grandi en Algérie et j’écris même de droite à gauche. J’ai un respect profond pour mes compatriotes qui sont en Algérie ou ailleurs et qui mènent leur vie avec honneur en respectant les autres peuples et en se faisant respecter à leur tour.

Source: http://aldo-sterone.blogspot.com/

07/07/2011

Bientôt plus de « culs en l’air » rue Myrha et rue Polonceau à Paris ?

Merde! Doivent ils se dire les adeptes des prières de rues; on nous a trouvé un lieu de culte. Comment em…… les souschiens, désormais ???

FDF

Bientôt « tous aux abris »…

.

Une caserne pour les musulmans du XVIIIe arrondissement de Paris?


C’est un immense hangar, près de la porte des Poissonniers, à la frontière nord du XVIII arrondissement de Paris, entre le boulevard Ney et le périphérique, à l’angle de la rue Jean-Cocteau et de l’avenue de la porte des Poissonniers.

Agrandir le plan

D’après des informations recueillies par Libération, la préfecture de police (PP) de Paris envisage d’y loger les musulmans qui prient, chaque vendredi, rue Myrha et rue Polonceau.

Hier, Hamza Salah, le recteur de la mosquée de la rue Myrha, a visité les lieux en compagnie de représentants de la PP et du ministère de l’Intérieur.

Moussa Diakité, recteur de la mosquée de la rue Polonceau a fait de même, il y a quelques jours. « Depuis plusieurs mois, la préfecture cherche des locaux permettant de résoudre le problème des prières de rue », affirme Daniel Vaillant, le maire PS du XVIIIe arrondissement.

Lu sur http://www.fdesouche.com/224617-une-caserne-pour-les-musulmans-du-xviiie-arrondissement-de-paris

07/04/2011

« Ils » ont gagné ! Guéant promet la fin des prières de rue…

Quelle autorité, monsieur le ministre de l’intérieur!

Plus ça:

Mais ça:

Ils doivent être contents, les muzz… Depuis le temps qu’ils nous em……… volontairement avec le blocage systématique de certaines rue à Paris (et ailleurs…) pour y faire leurs dévotions débiles sous couvert (pas mal, celle-là…) ne ne pas avoir assez de mosquées pour rendre gloire à Allah et écouter les prêches anti-chrétiennes, ils ont enfin eu gain de cause. On croit notre ministre de l’intérieur fort dans sa fonction de garant du respect de la République  car il promet (lui aussi?) la fin de ces prières de rues. En fait, il ne fait qu’acheter la paix sociale en offrant aux muzz des lieux couverts pour la « pratique de leur idéologie »… C’est exactement ce qu’ils voulaient. A chialer de rire…

Bien joué, non, après la claque prise par l’UMP aux cantonales? La cote de Sarkö Ier devrait remonter, à 13 mois des présidentielles. Mais je crains qu’il ne soit un peu tard…

Enfin; c’est la communauté musulmane qui doit bien rigoler… Pas nous, qui sommes pris pour des abrutis encore une fois. Mais ce ne sont pas les musulmans qui éliront le président de la République en 2012…

FDF

.

Il n’y aura plus de prières musulmanes dans les rues de France «d’ici à quelques mois», affirme Claude Guéant dans un entretien à paraître vendredi dans Le Figaro Magazine.

Le ministre de l’Intérieur précise que «plusieurs pistes» sont étudiées pour mettre un terme à ces rassemblements -illégaux-, «comme la possibilité de faire plusieurs offices ou de louer des locaux dans l’attente de la construction de mosquées».

«J’ai engagé des concertations qui me laissent penser que d’ici à quelques mois, il n’y aura plus, en France, de prières dans la rue. La rue n’est pas faite pour prier mais pour circuler», déclare-t-il, jugeant ces prières «indignes pour les fidèles».

Des «correspondants laïcité»

Cette initiative s’inscrit dans la ligne du débat sur la laïcité de l’UMP, qui a avancé 26 propositions pour garantir notamment la neutralité des services publics.

Outre un «code de la laïcité et de la liberté religieuse», qui compilera textes et jurisprudence, Claude Guéant annonce la création d’un «double réseau de “correspondants laïcité”, d’abord dans chacun des ministères, et ensuite dans chaque préfecture »».

«Ces référents seront ceux vers lesquels les agents des services publics, les élus et les associations cultuelles pourront se tourner s’ils éprouvent une difficulté pratique ou une difficulté de conscience», explique-t-il.

Au chapitre de l’immigration illégale, Claude Guéant affirme sa volonté de dépasser l’objectif de 28.000 reconduites à la frontière qu’il s’est fixé pour 2011 et s’interroge sur les limites de l’espace Schengen, qui garantit la libre circulation des personnes entre les 25 Etats signataires.

Il se défend de provoquer

Il ajoute vouloir également réduire l’immigration légale. «J’ai demandé que l’on réduise le nombre de personnes admises au titre de l’immigration du travail (20.000 arrivées par an). Et nous allons continuer à réduire le nombre d’étrangers venant en France au titre du regroupement familial (15.000)», précise-t-il.

Il n’exclut pas des «modifications» des pratiques françaises en matière de droit d’asile, expliquant que «notre pays est plus généreux, malgré les restrictions apportées, que l’Allemagne ou le Royaume-Uni, alors que nous appliquons les mêmes conventions internationales».

Face à l’afflux de clandestins sur l’île italienne de Lampedusa, le ministre de l’Intérieur estime que la règle de Schengen «n’est peut-être pas complètement adaptée à des situations d’urgence come celle-là».

Interrogé sur les controverses nées de certains de ses propos sur l’islam et l’immigration, Claude Guéant se défend de toute provocation. «Il faut cesser de voir la polémique dans la simple évocation de la réalité des problèmes que nos concitoyens ressentent», dit-il.

Source: http://www.20minutes.fr/