Francaisdefrance's Blog

12/03/2012

Incitation au meurtre et à la haine devant la mosquée de Pontoise !

Vidéo déjà publiée, mais j’aime bien insister sur le sujet.

Et dire que l’on nous em….. pire que des criminels pour avoir prononcé ou écrit un mot qui commence par Bo et finit par le

Il va falloir se calmer, à ce sujet, et remettre les choses à leur juste valeur.

FDF

.

http://tinyurl.com/7ksgb3t

Mosquée de Pontoise: « exterminer les sionistes »; « aider les combattants du Soudan »

Le « collectif cheik Yassine » (1938-2004) du nom de l’ancien dirigeant du Hamas neutralisé en 2004, s’est fait connaitre les années passées en manifestant devant la mosquée de Paris afin de dénoncer les relations de Dalil Boubakeur avec la communauté juive.

Vendredi 17 février, le meneur du groupuscule a installé sa sono devant la mosquée salafiste de Pontoise, a harangué les fidèles, qui l’ont écouté poliment tout au long d’un discours qui a fait mouche.

Jouant sur le syndrome de victimisation, il ose faire un lien entre les lois françaises contre le voile à l’école ou la burka… avec le massacre de Srebrenica !

Alternant ses diatribes en français et en arabe pour les propos les plus sulfureux, il finit son discours en arabe, dont voici la traduction :

« Que Dieu casse le dos de ceux qui veulent du mal à l’islam et aux musulmans, renforce les palestiniens, détruisse les sionistes et les extermine, extermine tous ceux qui ne sont pas ennemis du sionisme, aide les combattants en Tchéchênie et en Irak, détruise le colonisateur et l’extermine, aide les combattants en Syrie, détruise leurs ennemis, aide les combattants au Cashmire, au Soudan, et partout ailleurs »

Le chant final: « Par cette foi nous vivons, pour cette foi nous mourons et nous combattons. »

Tout combat entrepris par des musulmans dans le monde serait forcément bon, quand bien même il s’agit du gouvernement islamiste Soudanais qui a massacré des millions de Chrétiens ces vingt dernières années, dont le président Omar El-Bechir est aujourd’hui poursuivit par le CPI pour crimes  contre l’humanité,  quand bien même il s’agit de méthodes terroristes qui touchent des civils.

Source: http://www.islamisation.fr/

11/03/2012

Belgique: le prix du m² de mosquée passive s’établit à €1.440…

Ils sont riches, les « fidèles », en Belgique…


FDF

.

À Bruxelles, un nouveau lieu de culte financé entièrement par des fonds privés de ses fidèles.


Mosquée Selimiye

L’hebdomadaire Brussel Deze Week nous informe que la première pierre de la nouvelle mosquée de Saint Josse (une des 19 communes de Bruxelles), baptisée Selimiye, va être posée ce dimanche.

Cet édifice sera un bâtiment passif.

Simultanément, une campagne de financement est lancée auprès des fidèles pour la construction de ce nouveau lieu religieux. L’initiative est prise par l’Union des Centres Islamiques de Belgique, une organisation fondée il y a 30 ans par des immigrants turcs.

Le bâtiment servant actuellement de mosquée, une ancienne boucherie, est devenu trop petit et insuffisamment sûr (????).

L’organisation a donc acheté les deux bâtiments mitoyens et confié les plans à l’architecte turco-bruxellois Sefik Birkiye. Ce sera le premier lieu de culte passif du pays. Il aura une petite tourelle, coiffée d’un croissant de lune, en guise de minaret, et s’adaptera au style architectural du quartier tout en ayant des éléments de style orientaux.

La salle de prière aura une capacité de 400 croyants, et le double pour la fête du mouton.

Le coût total du projet est de 4 millions d’euros, financé entièrement par des fonds privés. Les responsables souhaitent que l’argent viennent des croyants qui utiliseront la mosquée, et non de l’étranger. La grande levée de fonds commence aujourd’hui [dimanche 4 mars]. Les participants sont invités à « acheter » 1 m2 de leur mosquée pour 1.440 euros. Calculé sur deux ans, cela représente une somme de 60 euros par mois.

Source: https://www.contrepoints.org/

21/01/2012

Patience: tout le monde en aura…

La distribution a commencé depuis longtemps, souvent grâce à l’appui de certains élus…

Mais beaucoup de projets sont en cours et stagnent dans leur fange. Car certains de nos élus ont peut être compris. Je dis bien peut-être… En outre, chez les muzz, les « fidèles » commencent à avoir les poches vides, à force.

Nul n’est censé ignorer la loi. Surtout celle de 1905. Mais quand la fibre électoraliste prend le dessus…

Néanmoins, voici la photographie de notre France arrêtée à 2011… Pas beau à voir quand-même.

FDF

.

05/11/2011

Nouveau style d’attentats! Augmentation des vols de chaussures dans les mosquées en Algérie

Et en particulier à la mosquée de Bel Air, à Sétif. La crise touche aussi l’Algérie. Le prix de la pompe (comme celui à la pompe…) monte en flèche.

J’a la solution: embaucher un gardien de babouches à l’entrée des « lieux de prière ». Ca fera baisser les chiffres du chômage…

FDF

.

Les citoyens habitant la cité « Bel Air » se rendant dans la mosquée pour prier doivent faire face au vol de leurs chaussures, de marques et chères, qui sont revendues à des particuliers ou des magasins.

Selon certains citoyens, le ou les voleurs profitent du moment de la prière pour dérober des chaussures aux fidèles, souvent contraints à rejoindre leurs domiciles avec des claquettes et autres sandales en caoutchouc appartenant à la mosquée.

A noter que depuis quelques temps, la mosquée de « Bel Air » se trouve sans imam et gérée par des vacataires qui a fait que la situation actuelle dans cette mosquée, est proche de la débandade en attendant l’intervention salutaire de la tutelle.

21/10/2011

En Suède, les « fidèles » soumis à rude épreuve…

Vont pas avoir chaud aux miches, les momos… Les prières vont baisser en fréquentation. J’ai une idée: qu’ils aillent donc prier dans la rue. L’amour du Prophète demande parfois beaucoup d’abnégation…

Préparez les babouches en moumoute. Ah oui, c’est vrai, il faut les ôter à l’entrée… Ben, les « protège « glaouis ». Bonjour les engelures.

FDF

.

Idée cadeau pour Noël; pardon, pas Noël… Ils vont encore se sentir « heurtés »…

Une mosquée de glace en Suède

Jukkasjarvi mosquee glace Une mosquée de glace en Suède

« Chaque année, à l’arrivée de l’hiver, un hôtel de glace se construit à Jukkasjärvi dans le nord de la Suède. Depuis quelques années se construit dans la même période une église qui est mis à la disposition de l’Eglise de Suède pour célébrer mariages et autres actes religieux.

L’église en glace s’est avérée être un moyen efficace pour atteindre la communauté et attirer un nouveau public. C’est un vrai succès pour l’Hôtel de Glace et l’Eglise de Suède car les chrétiens viennent du monde entier pour visiter ou se marier dans cet édifice religieux.

Cette église sera, d’ici l’hiver prochain, rejointe par une mosquée, elle aussi de glace. L’imam Mahmoud Aldebe, à l’origine de cette idée, espère que cette mosquée de glace rencontre le même succès que l’église. Un moyen de faire découvrir l’islam aux suédois et aux touristes. Les visiteurs auront probablement plus de facilité à entrer dans une mosquée de glace. Les deux bâtiments seront l’un à côté de l’autre et cette proximité symbolisera le dialogue entre les différentes cultures et religions.

Le PDG de l’hôtel qui a donné son accord trouve l’idée intéressante d’autant plus que nombreux de ses clients viennent d’Arabie Saoudite.

Si vous êtes tenté par un petit week-end inoubliable au cœur de la Laponie suédoise, la nuit à l’hôtel ne vous coûtera pas moins de 350 € et ce, sans chauffage. »

Source: trouvetamosquee

30/08/2011

Inde: encore une église cible des intégristes !

La christianophobie est contagieuse…

FDF

.

Une église catholique vandalisée et saccagée par des extrémistes dans l’Andhra Pradesh !

L’église après le passage des vandales…

C’est encore une église catholique de rite syro-malankar qui vient d’être vandalisée et saccagée par des extrémistes, un événement qui survient peu de jour après la profanation de l’église St. Mary de Warje Malwadi (État du Maharashtra, voir ici). C’est le 25 août, tôt le matin, que des fidèles de l’église Mother Mary de Secundrabad (État d’Andhra Pradesh). Les vandales ont mis le feu à l’autel, aux Bibles, aux Croix, aux livres de chants, aux vêtements liturgiques… Le feu s’est communiqué au toit qui a été en grande partie détruit. Cette église avait déjà été attaquée, voici quatre ans, par des extrémistes hindous du Bajrang Dal.

Source: http://www.christianophobie.fr/

03/08/2011

Mosquées: Mohammed Moussaoui booste les « fidèles »…

Tout de suite des grands mot: « constructions de mosquée« … Heureusement pour nous, la plus part ne sont que des projets. Dès que l’on « pose la première pierre », ils appellent ça des chantiers de construction. Mais combien de projets en sont restés à la pose de la première pierre, faute de moyens ? Plein. Mais cette propagande illicite marque les esprits et redonne du courage aux « fidèles » qui commencent à se fatiguer voyant leurs tentatives d’islamisation stagner. Et puis, il n’y a pas de miracles: chez eux aussi, la crise se fait sentir. Alors les « dons des fidèles »…
L’espoir fait vivre…
FDF
.

Début, suite et fin des travaux…


.

Entre 100 et 150 mosquées sont en construction en France, principalement financées par les fidèles, a indiqué sur RTL le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), Mohammed Moussaoui mardi, au lendemain du début du ramadan.

« On estime entre 100 et 150 le nombre de projets, qui sont soit au début (des travaux), soit à la fin », a déclaré M. Moussaoui en précisant qu’ils sont « souvent financés par les fidèles » et « très peu par l’étranger« .

(FDF: et ce qui reste , alors, c’est financé par qui ???).

Le nombre de mosquées et salles de prières pour les musulmans est passé de 1.000 à 2.000 en l’espace de dix années, a indiqué il y a trois mois le ministre de l’Intérieur Claude Guéant, qui veut faire cesser les prières dans les rues, comme c’est le cas à Barbès (Paris, XVIIIe) lors du grand office du vendredi.

Selon M. Moussaoui, entre 17 et 23% des musulmans de France se rendent à cette prière qu’il présente comme le critère distinguant le musulman pratiquant du non-pratiquant.

M. Moussaoui a répété que la prière dans la rue était « indigne » mais qu’elle découlait du « manque de places » dans les mosquées et lieux dédiés.

Le préfet de police de Paris Michel Gaudin a récemment proposé aux responsables du culte musulman la mise à disposition d’une ancienne caserne dans le XVIIIe arrondissement pour y accueillir les fidèles priant dans la rue.

Cette ancienne caserne, propriété de l’Etat, est située avenue de la Porte des Poissonniers. Elle possède deux grandes salles de 750 m2 et 600 m2 qui pourraient être aménagées temporairement en lieu de culte, et peut accueillir « près de 2.700 personnes »

« A Paris, il y a 17 lieux de culte musulmans, tous saturés, et ils ne peuvent accueillir que 13.000 personnes. C’est évidemment insuffisant », a récemment admis un haut fonctionnaire.

Source: lepoint.fr

Bonus: http://planete-sita.bravehost.com/Izards2.html

27/07/2011

Crise du logement…

« Ils » nous ont eu à l’usure. Prometteur pour la phase 2 de l’invasion…

Dessin piqué chez Poste de Veille…
.

La boucle est bouclée… Ils étaient « demandeurs »; leur(s) souhait(s), du moins l’un d’entre eux, sont exaucés:

« Les minarets sont nos baïonnettes. Les coupoles, nos casques et les mosquées nos casernements. » , un poème tres connu d’un des maitres de l’islamisme turc.

(Erdogan, premier ministre de la Turquie, en 1998).

.

Pourvu que les deux autres souhaits ne voient jamais le jour…

FDF

.

Une caserne pour pallier le manque de mosquées à Paris….

La mairie du XVIIIe arrondissement de Paris et la préfecture de police envisagent de mettre à disposition des fidèles musulmans qui prient dans les rues une caserne de pompier désaffectée.

Un lieu de culte provisoire. Selon Le Parisien, la préfecture de police souhaite mettre à disposition des fidèles musulmans une ancienne caserne de pompiers désaffectée du XVIIIe arrondissement de Paris. L’objectif: mettre un terme aux prières de rue. Une solution provisoire en attendant la fin des travaux de l’Institut des cultes de l’islam (Ici) prévue fin 2012. 

Chaque vendredi, des centaines de fidèles musulmans prient dans les rues du quartier de la Goutte-d’Or. Les mosquées des rues Myrha et Polonceau ne sont pas suffisamment grandes pour les accueillir. 

Après avoir visité plusieurs gymnases, la mairie d’arrondissement et la préfecture de police semblent d’accord pour envisager d’utiliser l’ancienne caserne pour accueillir les prières du vendredi. « Il vaut mieux ce local que la rue », tranche la préfecture de police. 

Une solution provisoire

D’après Daniel Vaillant, maire du XVIIIe arrondissement, cité par le quotidien, cette solution n’est envisagée qu’à titre provisoire: « Dès que l’Insitut des cultes de l’islam sera ouvert, il est évident que plus personne ne devra prier dehors. »  

L’Institut mettra à la disposition des fidèles musulmans deux salles de prières de 1000 m2 chacune et un pôle culturel. Suffisant, selon les autorités, pour en finir avec les prières de rue.

Source: http://www.lexpress.fr/

02/07/2011

Les musulmans de Fives (Lille) pas contents.

Il faut vite faire intervenir Martine Aubry ! Elle est en campagne et ne devrait pas laisser passer une opportunité pareille pour récupérer de l’électorat…
FDF
.

Un litige très complexe oppose les musulmans de Fives (un quartier de Lille) aux propriétaires et bailleurs d’un foyer pour immigrés qui comprend une « salle de prière ». Cette salle de prière au départ, est communément  appelée « mosquée de Fives » par les fidèles de la ville qui viennent y prier. Mais voilà que des travaux de rénovation du foyer sont prévus, et le bailleur veut dorénavant limiter l’accès à la salle aux seuls résidents. Considérant la « mosquée » comme un bien pour tous les musulmans des quartiers environnants, les fidèles s’opposent à sa démolition, alors qu’une intervention policière devient de plus en plus imminente.

Pour bien comprendre le dessous du problème, il faut remonter à ses débuts, qui datent de 1969. Cette année-là, l’association Aréli, qui gérait surtout des foyers pour les travailleurs migrants, avait construit un foyer d’une capacité de 240 personnes pour les immigrés de Fives, à Lille. Les membres du foyer musulmans ont eu droit à une salle de prière, située dans une petite impasse. Mais au fil des années, des musulmans du quartier viennent prier dans ce local qui finit par être considéré comme la « mosquée de Fives ». En juillet 2010, des travaux de reconstruction, initiés par l’association Aréli, en accord avec le bailleur LMH  (Lille Métropole Habitat)  prévoient de réduire le nombre de places du foyer à 200 et de limiter la nouvelle salle de prière aux membres uniquement. Ce qui provoque une levée de boucliers des plus de 300 fidèles qui fréquentent la mosquée.

Dialogue de sourds

Ces derniers proposent de maintenir la mosquée ou de la remplacer à l’échelle des besoins du quartier. L’association Areli, ainsi que LMH disent niet, et refusent de pourvoir un local pour des publics qui n’entrent pas dans leurs champs d’action. La salle devait donc être démolie coûte que coûte. Prévue pour mi-août 2010, en plein ramadan, cette démolition avait été reportée une première fois au 13 octobre. La tension monte et la mairie intervient pour calmer la situation. Mais l’accalmie fut de courte durée car une nouvelle date de démolition était prévue en mai 2011. Le 15 avril, une cinquantaine de fidèles manifestent de nouveau devant la mairie de Lille où on leur rétorque que « la Ville n’a pas à se mêler d’un conflit privé et d’un problème religieux ».

Intervention policière

La démolition programmée en mai échoue et une nouvelle date est retenue, le 7 juin dernier. Ce jour là, les fidèles campent sur les lieux et empêchent le rasage de la moquée. Aréli et LMH font appel à un huissier pour constater l’occupation des lieux par une partie des fidèles. Ces derniers à leur tour font de même pour le même motif. Et le dialogue de sourds continue.

Seulement, les différends reports coutent chers à LMH.  L’Office public indique avoir saisi le juge des référés qui lui a donné raison. Il vient de solliciter la préfecture, qui ne devrait pouvoir régler le problème que par la force. Il ne faudrait plus exclure, dans les jours à venir, une intervention musclée des forces de l’ordre.

Source: http://www.yabiladi.com/

13/05/2011

Algérie: des pratiquants salafistes s’intronisent animateurs de halaqate au profit des jeunes «désœuvrés».

Attention DANGER ! Car des « jeunes désoeuvrés », il y en a plein, en France, aussi… Et beaucoup sont Algériens de coeur, avant tout.

FDF

.

Le grand retour des halaqate

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

A coup de fetwas et de rappels à l’ordre : depuis quelque temps, un peu partout dans les quartiers d’Alger, notamment dans les marchés informels ou à la sortie des mosquées, des pratiquants salafistes s’intronisent animateurs de halaqate au profit des jeunes «désœuvrés». El Watan Week-end a pu se faire inviter dans une de ces rencontres que le pouvoir surveille de près.

«Nous ne faisons rien dans la clandestinité. Il s’agit de la pratique de notre religion et il est de l’obligation de chaque musulman de propager l’Islam et ses préceptes, et de rappeler les musulmans à la foi d’Allah», annonce d’emblée akh (frère) Moussa*, animateur de halaqa dans la banlieue est d’Alger. Si les halaqate, sorte de cours cycliques et thématiques – les théologiens considèrent que c’est un «rappel» – traitant des préceptes de l’Islam sont fortement recommandées par les oulémas, elles inquiètent toutefois plusieurs spécialistes. Car par une pratique biaisée à huis clos, ces rencontres présentent un risque d’endoctrinement et de déviation des lois de la charia qui mènerait à «la radicalisation des idées et au ralliement de certains groupes islamistes extrémistes», selon les termes d’un spécialiste de la lutte antiterroriste. «Sans pour autant stigmatiser ces groupes – car il y en a qui le font de bonne foi –, la surveillance est de rigueur», tranche-t-il.

Selon certains animateurs, la raison du retour des halaqate serait liée à la levée récente de l’état d’urgence. «Aujourd’hui, nous ne craignons plus les interpellations, car avant, nous étions assimilés aux terroristes et on pouvait facilement être interpellés et jugés pour apologie du terrorisme ou de soutien aux terroristes», poursuit notre interlocuteur. Pour d’autres, ce succès correspond à un repositionnement en vue de la réappropriation du champ politique. «Nous avons reçu des garanties du ministère de l’Intérieur quant à l’agrément de notre parti (ex-FIS) mais sous une autre appellation. Ce qui explique ce soutien sans condition des milieux islamistes au président de la République : sur toutes les lèvres, revient ainsi “Rebbi ykhalina Bouteflika“».

Machination ?

Même si la semaine dernière, le ministre de l’Intérieur, Daho Ould Kablia, a exclu cette éventualité. Selon le quotidien Le Soir d’Algérie, le président Bouteflika aurait signifié clairement que le FIS relève de l’histoire ancienne et qu’aucun parti de mouvance islamique ne sera agréé sous aucune forme. Pour d’autres sources, ce retour n’est qu’une machination du pouvoir : une carte que l’on pourrait brandir pour étouffer toute réclamation de changement. Les halaqate que les Algériens avaient connues à la fin des années 1980 étaient l’essence même de l’ex-FIS, le principal pourvoyeur de fidèles et de sympathisants. A l’instauration de l’état d’urgence, les mosquées ont été placées sous haute surveillance, notamment celles dites salafistes. Les portes des mosquées n’étaient ouvertes que pour la prière et tout rassemblement à l’intérieur était formellement prohibé…

…Suite et source: http://www.elwatan.com/weekend/contrechamps/le-grand-retour-des-halaqate-13-05-2011-124223_184.php

15/04/2011

Alerte ! Trois musulmans en grève de la faim pour la mosquées des Ulis !


Ne les laissons pas mourir de faim! Faites un geste! Je ne sais pas, moi, apportez leur une soupe, au moins; même au cochon. C’est ce qu’on fait l’hiver, à ceux qui ont faim, dans les rues de France…

FDF

.

L’association El Andalous tire la sonnette d’alarme, trois de ses membres sont actuellement en grève de la faim pour attirer l’attention de l’opinion publique. Bien que le conseil municipal des Ulis approuve la signature d’un bail d’un terrain pour la construction d’une nouvelle mosquée, le maire de la ville refuse. L’association a réuni suffisamment d’argent pour construire la première partie de la grande mosquée des Ulis, ce qui permettrait d’accueillir les fidèles et ainsi éviter de prier dans la rue.

Source: http://tinyurl.com/5uugxr6

29/01/2011

Le doute s’installe à la mosquée d’Epinay sur Seine…

Ca fourmille et ça discute ferme, chez les muzz d’Epinay sur Seine… Le doute s’installe sur fonds de complots, de fourberies, de sournoiseries… Un méli-mélo sans queue ni tête. Bordélo-islamique, en fait…

FDF

.

Quand la Mosquée de Paris invite des agents de sécurité dans une Mosquée…

Communiqué de Presse
Union des Associations Musulmanes d’Épinay-Sur-Seine – U.A.M.E.
Collectif des Anciens Membres actifs d’I.M.S. – CAMIMS
Épinay-Sur-Seine, le 25 Janvier 2010

« Depuis la réouverture de la Mosquée d’Épinay-Sur-Seine, le 24 Décembre 2010, et malgré les nombreuses promesses qui ont accompagnées cet heureux événement, la situation ne s’est guère améliorée. Pire ! Les évènements de vendredi dernier, 21 Janvier 2011, montrent à quel point la Municipalité et la Mosquée de Paris au travers de l’OGME sont prêtes à tout pour que celle-ci se dégrade à nouveau.

Tout d’abord, rappelons que l’OGME (Organisme de Gestion de la Mosquée d’Epinay) est le nom de l’association qui est censée gérer la Mosquée d’Epinay-Sur-Seine, association composée de deux personnes : un président, Mohamed Cherfaoui, ami du maire et un trésorier, membre de la Mosquée de Paris. Ainsi, la convention régissant les locaux du 26 rue de l’Avenir, entre la Mairie et la Mosquée de Paris, n’est pas remise en cause et la gestion du lieu serait déléguée à l’OGME, association aux statuts et aux conventions invisibles, mais surtout, et avant tout, à la légitimité contestée et contestable.

Lors de la réouverture, le représentant du Maire et de la Mosquée de Paris, ont pourtant affirmé publiquement que dès le lendemain à 8h du matin, des discussions seraient ouvertes afin que des membres représentants de la communauté musulmane de la ville soient intégrés dans le Bureau de l’OGME.

Depuis, il n’y a eu aucune négociation, seule une proposition de composition de bureau a été envoyée par courriel à M. Cherfaoui, le 27 décembre 2011. Et mise à part deux tentatives consistant à déloger l’Imam présent sur la ville depuis 15 ans, aucune suite n’a été donnée à notre proposition. M. Cherfaoui s’était pourtant engagé à nous rendre une réponse avant le 5 Janvier 2011, mais depuis, rien de nouveau, si ce n’est l’envoi d’une vingtaine de vigiles pour imposer l’imam de la Mosquée de Paris, Missoum Chaoui, contre l’avis des fidèles d’Épinay.

En effet, vendredi dernier, 21 janvier 2011, les citoyens musulmans, venus comme chaque vendredi écouter le prêche, ont été choqué par l’important dispositif de vigiles présents sur les lieux. Face à ce déploiement de force, un certain nombre de membres de l’UAME, soutenu par l’ensemble des fidèles, ont permis, par une démarche pacifiste, à l’Imam des musulmans Spinassiens de faire son prêche du vendredi comme d’habitude. Contacté par téléphone au moment des faits pour lui demander des explications, le représentant de la Mairie n’était exceptionnellement pas présent sur les lieux ce vendredi, alors qu’il l’est habituellement, pure coïncidence ?

Une fois de plus, et fort heureusement, le dénouement de cette histoire s’est fait sans débordement, et ce, grâce aux membres de l’UAME ainsi qu’aux fidèles, qui ont réussi à calmer les esprits et ont donc fait échouer les plans de déstabilisation que la Mairie et la Mosquée de Paris tentent sans relâche de voir aboutir. Le calme et la sérénité étaient pourtant revenus puisque sur le terrain et dans les faits, ce sont les musulmans Spinassiens qui gèrent le lieu, chose qui n’est apparemment pas du goût du Maire et de la Mosquée de Paris.

Notre inquiétude est grande aujourd’hui : Que préparent la Mairie et la Mosquée de Paris ? Une ou des intervention(s) plus musclée(s) ? Les menaces inacceptables proférées par l’imam de la Mosquée de Paris, Missoum Chaoui, seront elles mises à exécution ? à savoir l’envoi de personnes venant de mosquées sous la tutelle de la Mosquée de Paris, dans le but de venir s’imposer à Épinay. En d’autres termes, la Mosquée de Paris, avec la complicité de la Municipalité d’Épinay, va elle encore vouloir semer le trouble et le désordre dans ce lieu qui a pourtant retrouvé le calme. Enfin, une nouvelle fermeture du lieu de culte est désormais envisageable bien que des engagements aient été pris pour que cela n’arrive plus, mais que valent réellement les engagements de personnes se comportant de la sorte ? »

Source: http://www.inversalis-productions.eu/blog/

14/12/2010

En Algérie, la prière est INTERDITE dans les lieux pubics…

Ils sont bien moins cons que nous, toute de même… Du moins sur ce point là. En outre, ils sont en terres d’islam.

En France, suite aux réactions de la classe politique concernant ce sujet dénoncé par Marine Le Pen, on se pose des questions à savoir si ce n’est pas un des piliers de NOTRE République, les prières musulmanes dans la rue…

FDF

.

Interdiction formelle de la prière dans les endroits publics en Algérie.

Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Bouabdallah Ghlamallah, vient de relancer l’interdiction de pratiquer la prière, celle du vendredi notamment, en des endroits publics, situés, pour être plus précis, à proximité des mosquées.

Il arrive, en effet, que pendant la prière hebdomadaire du vendredi, plusieurs dizaines de fidèles s’agglutinent à l’extérieur des mosquées pour accomplir leur devoir religieux à même les trottoirs jouxtant les maisons de Dieu.

Ce genre de constat est visible notamment dans les mégapoles du pays, à l’instar d’Alger où les mosquées ne désemplissent pas chaque vendredi. Seulement, ce n’est pas là une raison, insiste le ministre des Affaires religieuses, pour tolérer les rassemblements des fidèles au niveau des endroits environnants aux lieux de culte.

Il a indiqué : «Seul l’intérieur des mosquées est fait pour les prières et si celui-ci est rempli de pratiquants, les autres fidèles n’ont qu’à prier chez eux et non pas dehors». Faut-il juste rappeler que le fait de prier en des lieux publics a toujours été une pratique interdite par la loi en vigueur.

http://www.letempsdz.com/content/view/41852/1/

Pendant ce temps, en France :


27/09/2010

Faut pas faire ch… le Tessbih.

Record d’intolérance et de connerie battus à Sétif… Imaginez vous aller trouver le curé de la paroisse la plus proche et lui demander de faire cesser le son des cloches de son église parce que vos mômes font la sieste… Ca ne vous viendrait même pas à l’idée, non? Ben chez eux, si. Et en outre, le plaignant est immédiatement incarcéré. Religion d’amour, de paix, de tolérance…

FDF

.

Pour avoir tenté d’empêcher les chants religieux en provenance de la mosquée : Un an de prison ferme pour un citoyen d’Ain Ouelmen (Sétif)

« Nous apprenons qu’un citoyen originaire d’Ain Oulmen dans la wilaya de Sétif a été condamné par le tribunal à une année de prison ferme. L’affaire remonte au jour de l’Aïd, lorsque le citoyen a protesté auprès de l’Imam de la mosquée, lui demandant d’arrêter la diffusion des chants religieux « Tessbih » par le biais des hauts parleurs externes.

Selon l’accusé dont l’appartement est limitrophe à la mosquée, les chants des fidèles diffusés sur les hauts parleurs à l’aube ont brutalement réveillés et terrorisés ses enfants qui ne cessaient de pleurer. Alertés par les fidèles, les gendarmes ont procédé à l’arrestation du protestataire qui fut présenté devant le procureur. Alors qu’il s’attendait à ce qu’il obtient gain de cause dans cette affaire pour nuisance sonores, l’individu a écopé d’une année de prison ferme par le tribunal.« 

Source: http://lavoixdesmartyrsdelaplume.over-blog.com/

19/09/2010

Mosquée d’Avignon: des coups de feu, une oreille arrachée, des coups qui pleuvent…

Ahhhhhhhhhh, cette « religion » d’amour, de paix et de tolérance. Heureusement que ses fidèles sont là pour nous faire rire… J’oubliais: « religion » de partage. A Avignon, le partage de la mosquée se fait dans la douleur, sur fond de fanatisme et de querelles personnelles… La fréquentation des mosquées, c’est risqué. C’est pour ça que je n’y vais pas (non, j’rigole…).

FDF

.

RAPPEL : Le 17 février 2008, la mosquée du Chemin-bas d’Avignon à Nîmes avait été le théâtre de violences.

Ce 17 février 2008, au soir, après plusieurs mois de tension, la mosquée du Chemin-bas d’Avignon a sombré dans la violence pendant la prière. A cette époque, deux groupes de fidèles – les partisans de l’iman et ses détracteurs – se partageaient la mosquée à l’heure de la prière. Dans une ambiance particulièrement délétère.
Hier, deux des principaux protagonistes mis en cause dans cette affaire – Boubaker Slimani, un fidèle proche de Driss Saoudi, l’imam de la mosquée, et Saïd Chibani, un opposant – étaient convoqués devant le tribunal correctionnel. Le premier nommé représenté par M e Romain Floutier a dû s’expliquer sur les coups de feu et sur le pistolet qu’il avait dans la poche ce 17 février dans l’enceinte
de la mosquée. Deux balles avaient atteint le jeune imam du clan des opposants, sérieusement blessé au talon.

Le deuxième prévenu, défendu par M e Jean-Pierre Cabanes, a contesté les coups portés à Boubaker Slimani. « Vous voulez le condamner pour quoi ? proteste M e Cabanes. Parce qu’il a fallu maîtriser Boubaker Slimani qui avait tiré plusieurs coups de feu ? » « J’avais pris cette arme pour me défendre » , a raconté de son côté Boubaker Slimani. « Mais j’ai tiré à terre. Et je demande pardon à la justice pour l’arme . Dans la mosquée, il me regardait comme ça » , mime ce sexagénaire, évoquant les moqueries, provocations des opposants de l’imam… Ou encore des coups qu’il aurait reçus ce 17 février, avant que, ce soir-là, tout dégénère. « C’est un menteur. Et il va le payer très cher devant Dieu » , trépigne Said Chibani qui sera finalement expulsé de la salle.
« La trame de fond de cette histoire, ce n’est pas l’aspect religieux, a relevé M e Romain Floutier, l’avocat de Boubaker Slimani. Il y a derrière tout cela un aspect polito-financier. A cette époque se préparaient les élections du Conseil français du culte musulman (CFCM). » L’avocat évoque alors « l’intervention bienveillante » d’un membre du CFCM qui aurait essayé, selon lui, de rallier à sa cause, l’association cultuelle de la mosquée du Chemin-bas d’Avignon. D’où ces tensions et incidents qui se multiplieront ? « Derrière tout cela, il y aussi les agissements de ceux qui ont voulu prendre le pouvoir de l’association cultuelle », assure l’avocat. Le tribunal a suivi les réquisitions du vice-procureur Patrick Pribile. Boubaker Slimani a été condamné à un an de prison avec sursis ; Said Chibani à 6 mois de prison avec sursis.

Source: http://tinyurl.com/22tuvyv