Francaisdefrance's Blog

31/08/2011

Christianophobie: interdiction de construire des églises en Inde !

Et nous; trop bons, trop cons, on autorise la construction de mosquées. Et les collabos qui nous les imposent sont devenus légions…

FDF

.

Inde – La construction d’église devient interdite en mémoire des massacres d’Orissa !

En Inde, la persécution des chrétiens continue …. ne pouvant recommencer les massacres d’Orissa, il faut bien adopter une autre tactique …

Manifestation pendant les massacres d’Orissa en 2008

Alors qu’approche le 3ème « anniversaire » des massacres d’Orissa (août 2008), le gouvernement viole la liberté religieuse, interdisant la construction d’églises, etc.

Lu sur Agence Fides :

Bhubaneswar (Agence Fides) – Alors qu’approche le troisième anniversaire des massacres de l’Orissa (dont le 24 août constitue la journée commémorative), la communauté chrétienne locale continue de subir des vexations et des violences en tout genre aux plans politique, légal, économique et social. Le 24 août, jour symbole choisi pour commémorer les massacres de 2008, les chrétiens d’Orissa prieront et se réuniront en assemblée afin de faire mémoire des victimes et d’élever leur voix contre les injustices qui continuent à les frapper. Ainsi que l’indiquent des sources de Fides au sein du Diocèse de Cuttak- Bhubaneswar, le gouvernement local viole actuellement de manière flagrante la liberté de religion des fidèles chrétiens, les empêchant de reconstruire les églises démolies au cours des violences ou d’en édifier de nouvelles dans les « colonies » chrétiennes qui se sont formées au lendemain des massacres.

Le gouvernement du district de Kandhamal (le plus fortement intéressé par les massacres) a envoyé une lettre au curé de l’église catholique de « Notre-Dame de la Médaille miraculeuse » qui se trouve à Mondasoro, lui intimant d’interrompre immédiatement les travaux de reconstruction d’une chapelle dans le village de Padunbadi, affirmant que le sol est propriété du domaine. « L’église existe dans le village depuis plus de deux générations » – remarque le curé, le Père Laxmikant Pradhan dans le cadre d’une conversation avec Fides. « L’ordonnance du gouvernement, qui empêche de reconstruire l’église, est donc une claire injustice à l’encontre des fidèles chrétiens, déjà éprouvés par l’évacuation, la faim et la pauvreté ».

Le cas de Mondasoro n’est pas unique en son genre. Voici quelques jours, le gouvernement a bloqué la construction d’une autre église catholique à Nandagiri, toujours dans le district de Kandhamal. Nandagiri est un quartier où de nombreuses familles chrétiennes évacuées après les violences de 2008 et n’ayant pu retourner dans leurs villages d’origine, occupés par les extrémistes hindous, ont été replacées. La colonie en question compte 54 familles catholiques et 17 protestantes de dénomination pentecôtiste, qui ont continué à célébrer leur culte dans des lieux de fortune et qui avaient commencé à construire une chapelle. Le gouvernement, remarque des sources locales de Fides, a intimé l’arrêt des travaux, acceptant les plaintes des radicaux hindous mais violant le principe de liberté religieuse garanti par la Constitution indienne.

[…]

Des milliers de fidèles chrétiens de Kandhamal demeurent encore dans la condition d’évacués, campant au mieux à la périphérie des villes et ayant perdu tous leurs biens, ils vivent dans la misère et souffrent de problèmes de chômage. En outre, les procès contre les responsables des massacres de 2008 sont conditionnés et se concluent souvent par des acquittements, perpétuant une situation d’impunité généralisée. Tels seront les thèmes de la  » journée de la mémoire  » qui verra les chrétiens mobilisés le 24 août prochain afin d’attirer à nouveau l’attention du gouvernement fédéral indien sur la situation tragique de l’Orissa.

Massacres d'Orissa, Aout 2008.
Massacres d’Orissa,
août 2008.
Massacres d'Orissa, Aout 2008.
Massacres d’Orissa,
août 2008.Sources: Infos Méconnues