Francaisdefrance's Blog

09/11/2011

L’Aïd, c’est peut-être sacré. Mais le dimanche, c’est férié… Et chez nous, c’est le « jour du Seigneur ». Pas du saigneur…

Et pan! Depuis le temps que ça me démangeait… Je suis content du jeu de mots.

On ne vas pas faire ouvrir des établissements fermés un jour férié chez les chrétiens pour satisfaire le besoin sanguinaire des musulmans?

Et puis l’aïd, franchement:

FDF

.

Toute l’année, grâce à la présence d’un sacrificateur, l’abattoir de Quintin travaille avec la population musulmane. Durant la fête traditionnelle de l’Aïd, cette collaboration s’intensifie. Sauf que cette année, les uns et les autres ont dû faire face à un véritable casse-tête…

Première solution: rester dans la légalité et débuter la fête une journée plus tard que prévu. Deuxième solution: s’exposer à des poursuites en sacrifiant un mouton hors des abattoirs agréés. Voilà le dilemme auquel ont été confrontés les musulmans costarmoricains cette année. La faute, essentiellement, à la lune et aux dates du calendrier musulman. Car en 2011, l’Aïd el Kébir (fête du sacrifice) est célébrée du dimanche 6 au mardi 8 novembre. Et le dimanche, les abattoirs du département, équipés pour recevoir des ovins, sont fermés.

«Besoin de repos le dimanche»

Malgré plusieurs réunions en préfecture, il n’y a pas eu d’exception à cette règle ce week-end. «Travailler dans un abattoir, c’est un métier pénible. Le dimanche, les gens ont besoin de repos», justifie Pascale Poiron, de l’entreprise Quintin Viande, la seule habilitée par la préfecture à abattre des animaux pour l’Aïd. «Nous n’avons pas souhaité non plus faire appel à des gens extérieurs comme nous le suggérait la préfecture», poursuit la salariée. Avec Lannion, son abattoir est le seul du département à travailler toute l’année avec la population musulmane, grâce à la présence, une journée par semaine, d’un sacrificateur. Comme en 2010, au moment de l’Aïd, c’est donc vers Quintin Viande que les croyants et les services de l’État («soucieux de respecter les dispositions législatives») se sont tournés.

Double problème de calendrier

«Seulement, en plus de la fermeture du dimanche, nous avions un deuxième gros problème lié au calendrier cette année. Car le lundi et le mardi sont nos deux plus grosses journéeset nous n’avons qu’une ligne d’abattage», indique Henri Thébault, le gérant de Quintin Viande. «Je ne pouvais pas dire à mes clients traditionnels que je ne pourrais pas tuer leur bête durant ces deux jours à cause de l’Aïd. Il a donc fallu trouver une autre solution». Conséquence, hier, à 5h, Henri Thébault était à Vitré, chez SVA. Objectif, faire abattre, en respectant les rites religieux, les 71moutons des musulmans costarmoricains. De retour à midi, il a pu fournir les familles. Au deuxième jour de l’Aïd. «Je suis heureux d’avoir trouvé cette solution pour faire plaisir à des gens qui nous font confiance toute l’année», se félicite le gérant de Quintin Viande. Venu de Saint-Julien, Imad, 32ans, a bien été obligé d’accepter cette journée de décalage. Sans amertume. «La fête doit durer trois jours, mais en cas d’empêchement, notre religion nous autorise à débuter la deuxième journée. L’essentiel, c’est de faire le sacrifice. Ce qui se passe est indépendant de notre volonté. Et puis, le sens de cette fête, c’est le partage. Avec la famille, les copains, les voisins et les pauvres.»

«On ne peut pas obliger»

Reste que pour une partie des musulmans, la fête est «un peu gâchée» cette année, comme le souligne Taïcha Ben Taleb, l’imam de Saint-Brieuc, bien conscient que tous ses fidèles n’ont pas respecté à la lettre la loi. «L’Aïd, c’est la grande fête des musulmans. À notre niveau, nous avons fait passer le message qu’il ne fallait pas procéder à des sacrifices à droite et à gauche. Mais on ne peut pas obliger les gens.» Pour l’imam, une chose est sûre: semblable situation ne doit pas se reproduire l’an prochain. «Nous devons travailler dès maintenant pour organiser ça.»

Source: http://saint-brieuc.letelegramme.com/