Francaisdefrance's Blog

31/08/2011

Tolérance musulmane : le « chat » sur MSN est apparemment haram… Et dangereux.

Comment l’islam pratique la tolérance… Et c’est en France, que ça s’est passé. Dément. Ces gens-là vivent à une autre époque; il n’y a plus de doute. 

FDF

.

Une adolescente de 16 ans risque de perdre un oeil pour avoir chatté sur MSN. Surprise sur son ordinateur en décembre, elle a été battue et enfermée, chez elle, dans la cité des Raguenets à Saint-Gratien (Val d’oise). Avec l’assentiment des parents, musulmans rigoureux, ses deux frères auraient corrigé la victime. Les quatre mis en cause auraient tenu un conseil de famille pour éviter les répercussions judiciaires.

Hier, les frères et les parents ont été déférés devant un magistrat du parquet de Pontoise, dans le cadre d’une procédure ouverte pour violences volontaires, séquestration de plus de sept jours et privation de soins. C’est après une visite chez un ophtalmologiste, en ayant enfin pu quitter l’appartement environ un mois après les violences, que l’enquête a été enclenchée. L’adolescente, qui souffrait d’un oeil, a pu consulter un spécialiste qui n’a pas manqué de relever les traces de coups. La jeune victime risque de perdre l’oeil blessé.

Enfermée pendant huit jours dans des conditions pénibles

Au mieux, selon certaines informations, elle conserverait une vue très diminuée. Il était évoqué hier une acuité visuelle de seulement un dixième. Le spécialiste a aussitôt fait un signalement et ainsi lancé la procédure.

Les policiers du commissariat d’Enghien, saisis de l’affaire sur instruction du parquet, ont ouvert une enquête en préliminaire qui a débouché, mercredi, sur l’interpellation des parents de la victime et de ses deux frères. L’un d’eux, âgé d’une trentaine d’années, serait plus particulièrement soupçonné. Ils l’auraient enfermée huit jours dans l’appartement, dans des conditions pénibles.

« Ce qui s’est passé est insupportable, en France, au XXIe siècle. On n’ôte pas un oeil à son enfant à cause de la religion. Les parents doivent aujourd’hui comprendre qu’il s’agit d’un acte très grave », confiait hier soir la maire UMP de Saint-Gratien, Jacqueline Eustache-Brinio.

Source: http://www.kabyles.net/

12/10/2010

« Allah a honoré les épouses en instituant le châtiment des coups » ; « les coups ne sont permis que quand elles refusent les rapports sexuels »…

Ben vous voyez que les muzz ne frappent pas les femmes sans raison… Aux nanas de « Ni putes ni Soumises »: lisez bien ce qui suit… Ca va vous donner de bonnes raisons de faire du « rabattage » (pardon pour le terme…) pour récupérer des musulmanes dans vos rangs. Enfin, si leurs bourreaux de maris le permettent…

FDF

.
Voir les extraits-vidéo sous-titrés en anglais sur MEMRI TV (attention! Il vous faudra peut-être télécharger le plugin; sinon, cliquez la source, plus bas…) : http://www.memri.org/clip/en/0/0/0/0/63/0/2600.htm

Ci-dessous des extraits d´une interview du prédicateur égyptien Saad Arafat, diffusée sur Al-Nas le 4 février 2010.

Présentateur  : Croirez-vous que de nos jours, les Européennes rêvent d´un mari qui soit comme un protecteur pour elles ? J´aimerais pouvoir fournir des statistiques aux téléspectateurs. 90% des femmes britanniques ne veulent pas épouser un homme faible qui reste assis et se met à pleurer quand il a un problème. Elles disent : Non, un tel homme nous fait l´effet d´une femme. Nous voulons un homme viril.

On reproche [à l´islam d´autoriser] de battre sa femme, ce qui est une accusation grave.

Examinons cette affaire point par point.

« Voyez comme elle est honorée : si le mari bat sa femme, il ne doit pas la frapper au visage. »

Saad Arafat : Allah a honoré les épouses en instituant le châtiment des coups.

Présentateur : les a honorées par des coups ? Comment est-ce possible ?

Saad Arafat : Le prophète Mahomet a dit : « Ne la frappez pas au visage, et ne la rendez pas laide. » Voyez comme elle est honorée : si le mari bat sa femme, il ne doit pas la frapper au visage. Et quand il la bat, il ne doit pas l´insulter. C´est incroyable ! Il la bat afin de la discipliner.

(…) Il y a une étique des coups.
En outre, il ne faut pas lui administrer plus de dix coups, et il ne doit pas lui briser les os, l´insulter, lui casser les dents ou lui donner un coup de poing dans l´œil. Il y a une étiquette des coups. S´il la bat pour la discipliner, il ne doit pas lever la main haut. Les coups doivent partir du niveau du buste. Toutes ces choses honorent la femme.

Elle a besoin d´être disciplinée. Comment son mari peut-il faire ? Par des remontrances. Si celles-ci ne la dissuadent pas, il doit refuser de partager son lit avec elle. Si elle ne se repent [toujours] pas, il doit la frapper, mais il y a des règles à respecter : il est interdit de la frapper au visage ou de la rendre laide. Et en la battant, vous ne devez pas la maudire : l´islam l´interdit.

Source: http://tinyurl.com/3ylztmb

10/10/2010

Selon le (saint) coran, les femmes doivent être frappées, battues ou corrigées, c’est au choix…

« Religion » d’amour, de paix et de tolérance…

YouTube – islam battre sa femme est autorisé par le coran

 

Comment battre votre femme avec circonspection

 

 

1 min – 12 mai 2009 – Importé par canalhaine
Un religieux palestinien, le Dr Ismaïl Nawada : comment corriger les femmes rebelles Télévision palestinienne 14 mars 2007
www.youtube.com/watch?v=70s5LlPUYqgmore videos »

S’il est un verset du Coran qui mérite d’être connu, c’est celui de la sourate des femmes où le divin texte exhorte le mari à frapper sa femme. Frapper sa femme, à moins qu’il ne s’agisse de la battre ou, dans la traduction plus pudique de Jacques Berque, de la corriger. Quant à celle de Si Hamza Boubakeur, sévir contre elles suffit, sans en préciser le moyen. Les nuances entre les traductions sont minimes et s’accordent toutes dans la légitimation du châtiment corporel de l’épouse. Texte barbare écrit à une époque où les musulmans se signalaient essentiellement par leur habileté à porter les armes, le Coran sert la domination masculine en alimentant la fable d’une infériorité féminine décidée définitivement lors du péché originel, une tare communément admise, et requise, par les trois monothéismes pour leur propre survie.

Quand leur sont présentés les versets les plus haineux du « saint livre », les croyants rétorquent systématiquement et avec suffisance, fort de s’imaginer les seuls instruits en pseudo-sciences islamiques, que la traduction est mauvaise, que l’infidèle n’a pas compris, que le propos coranique est déformé et autres fariboles qui ne font que refuser, et la précipitent par la même occasion, l’évolution lente, mais inéluctable, de la société vers moins d’emprise du religieux, de son autoritarisme et de ses superstitions.

Afin de couper court à cette argumentation simpliste (« le texte n’est pas mauvais, c’est ta lecture infidèle qui l’est »), neuf traductions de ce verset de la sourate 4 ont été examinées. Comme la numérotation peut varier, le verset apparaît au numéro 34 dans la plupart des éditions alors qu’il est noté au numéro 38 dans celle de Kasimirski et que Blachère indique les deux correspondances 38/34.

Et le résultat est à couper le souffle : selon la traduction, le sort réservé aux femmes par la grandeur spirituelle de l’islam est d’être battues, frappées ou corrigées. Sachant que, d’après les légendes musulmanes, le Coran est incréé (pas d’auteur humain ni de date ou de lieu de confection ce qui résout astucieusement les nombreux écueils propres à l’élaboration de tout texte historique) et qu’il constitue la copie parfaite du « Livre conservé au ciel », la simple existence de ce verset brutal et misogyne suffit à rejeter l’ensemble du livre. Et l’islamophobie devient alors une attitude saine et naturelle.

Les traductions du verset 34/38 de la sourate 4 :

Mouhammad Hamidullah

« 34. Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu’ils font de leurs biens. Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et protègent ce qui doit être protégé, pendant l’absence de leurs époux, avec la protection d’Allah. Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous d’elles dans leurs lits et frappez-les. Si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles, car Allah est certes, Haut et Grand ! »

Jacques Berque, Albin Michel, 1995

« 34. Les hommes assument les femmes à raison de ce dont Dieu les avantage sur elles et de ce dont ils font dépense sur leurs propres biens. Réciproquement, les bonnes épouses sont dévotieuses et gardent dans l’absence ce que Dieu sauvegarde. Celles de qui vous craignez l’insoumission, faites-leur la morale, désertez leur couche, corrigez-les. Mais une fois ramenées à l’obéissance, ne leur cherchez pas prétexte. Dieu est Auguste et Grand. »

Kasimirski, GF-Flammarion, 1970

« 38. Les hommes sont supérieurs aux femmes à cause des qualités par lesquelles Dieu a élevé ceux-là au-dessus de celles-ci, et parce que les hommes emploient leurs biens pour doter les femmes. Les femmes vertueuses sont obéissantes et soumises ; elles conservent soigneusement pendant l’absence de leurs maris ce que Dieu a ordonné de conserver intact. Vous réprimanderez celles dont vous avez à craindre l’inobéissance; vous les relèguerez dans des lits à part, vous les battrez ; mais aussitôt qu’elles vous obéissent, ne leur cherchez point querelle. Dieu est élevé et grand. »

André Chouraqui

« 34. Les hommes ont autorité sur les femmes, du fait qu’Allah fait grâce à certains plus qu’à d’autres, et du fait qu’ils dépensent leurs biens. Les vertueuses adorent, et gardent le mystère de ce qu’Allah garde. Admonestez celles dont vous craignez la rébellion, reléguez-les dans des dortoirs, battez-les. Si elles vous obéissent, ne cherchez pas contre elles de querelle. Voici, Allah, le Sublime, le Grand. »

Si Hamza Boubakeur, ancien recteur de l’Institut musulman de la mosquée de Paris, Maisonneuve et Larose, 1995

« 34. Les hommes ont autorité sur les femmes en raison [des qualités] par lesquelles Dieu vous a élevés les uns au-dessus des autres et en raison des dépenses qu’ils prélèvent sur leurs biens [au profit de leurs femmes]. Les [femmes] vertueuses sont sobres et maintiennent intact en l’absence de leur mari ce que Dieu a prescrit de conserver [ainsi]. Exhortez celles dont vous redoutez l’insubordination. Reléguez-les dans des lits à part et sévissez contre elles. Si elles vous obéissent, ne leur cherchez plus querelle. En vérité Dieu est très haut et très grand. »

C’est fort judicieusement, mais aussi plus sûrement pour mieux convaincre de sa candeur, que Si Hamza Boubakeur note dans son commentaire du verset 34 que le judaïsme et le christianisme enseignent eux aussi la supériorité de l’homme sur la femme, sans toutefois aller jusqu’aux coups. Mais on ne pourra qu’esquisser un sourire de compassion envers le père de Dalil Boubakeur lorsqu’il en appelle à la Tradition pour expliquer que l’islam, contrairement à ce que professe le Coran, déconseillerait en fait de battre les femmes…

Régis Blachère, Maisonneuve et Larose, 1999

« 38/34. Les hommes ont autorité sur les femmes du fait qu’Allah a préféré certains d’entre vous à certains autres, et du fait que [les hommes] font dépense, sur leurs biens [, en faveur de leurs femmes]. Les [femmes] vertueuses font oraison (qânit) et protègent ce qui doit l’être (?), du fait de ce qu’Allah consigne (?). Celles dont vous craignez l’indocilité, admonestez-les ! reléguez-les dans les lieux où elles couchent ! frappez-les ! Si elles vous obéissent, ne cherchez plus contre elles de voie [de contrainte] ! Allah est auguste et grand. »

Jean Grosjean, Éditions Philippe Lebeau, 1988

« 34. Les hommes ont autorité sur les femmes à cause des préférences de Dieu et à cause des dépenses des hommes. Les vertueuses sont dociles, elles protègent ce qui doit l’être selon la consigne de Dieu. Celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, reléguez-les dans leur chambre, frappez-les, mais si elles vous écoutent ne les querellez plus, car Dieu est sublime et grand. »

René R. Khawam, Maisonneuve et Larose, 1990

« 34. Les hommes ont le pas sur leurs femmes, à cause de la préférence que Dieu a manifestée pour les uns sur les autres, à cause de ce que dépensent les hommes pour la subsistance des femmes. Les femmes Justes sont assidues aux offices de prières, gardant au sujet de l’Invisible le secret que Dieu a gardé. Celles dont vous craignez la rébellion, exhortez-les, reléguez-les dans les chambres où elles couchent, frappez-les. Si elles vous obéissent, ne cherchez contre elles aucune voie de coercition. Dieu s’est montré Elevé et Grand. »

D. Masson, Gallimard, 1967 :

« 34. Les hommes ont autorité sur les femmes, en vertu de la préférence que Dieu leur a accordé sur elles, et à cause des dépenses qu’il font pour assurer leur entretien. Les femmes vertueuses sont pieuses : elles préservent dans le secret ce que Dieu préserve. Admonestez celles dont vous craignez l’infidélité ; reléguez-les dans des chambres à part et frappez-les. Mais ne leur cherchez plus querelle, si elles vous obéissent. Dieu est élevé et grand. »

D. Masson est en fait Denise Masson mais, pudeur émouvante de l’islam, nulle part le prénom, et donc le sexe, de la traductrice n’est mentionné dans la traduction éditée chez Gallimard en 1967 dans la collection La Pléiade. Ni la préface de Jean Grosjean, dont le prénom n’est pas occulté, ni l’introduction, les notes et la bibliographie de « D. » Masson ne comportent le prénom de la traductrice. Ce travail ayant reçu l’imprimatur de l’Université d’Al Azhar au Caire, avouer qu’une femme ait pu exceller dans l’art de la traduction du Coran était insupportable aux fanatiques.

Bonus: http://www.tagtele.com/videos/voir/7339


26/09/2010

Revoila l’intellectuel auto-proclamé Tariq Ramadan !

Et c’est au Canada qu’il a sévi, ce samedi… On n’arrivera jamais à s’en débarrasser.

FDF

.

Des conférenciers controversés à Montréal.

Environ 2000 personnes étaient attendues hier au Palais des congrès de Montréal pour la tenue de la conférence United for Change.

Lors de ce congrès islamique, de nombreux conférenciers ont abordé le thème de la famille.

Un des organisateurs, Amad Shakur, a précisé qu’il serait notamment question de mariage et du taux élevé de divorce au sein de la communauté musulmane.

Toutefois, certains des conférenciers sont controversés. C’est le cas de Jamal Badawi qui a déjà expliqué comment la charia permet de battre sa femme.

Il est l’un des fondateurs de l’Association musulmane du Canada. Ce groupe se donne pour mandat d’implanter au pays la philosophie des Frères musulmans.

Roksana Nazneen, du Congrès musulman du Canada explique que les Frères musulmans font la promotion du jihad, la lutte armée contre les infidèles. Cette organisation musulmane progressiste condamne les Frères musulmans.

Elle s’inquiète aussi de l’intervention, par vidéoconférence, de Tariq Ramadan, le petit-fils du fondateur des Frères musulmans.

Même si les organisateurs nient toute affiliation avec les Frères musulmans et disent qu’ils ne souhaitent pas l’implantation en Amérique du Nord de la loi islamique (charia), Roksana Nazneen soutient que cette conférence pourrait alimenter l’islamophobie ambiante.

Source: http://tinyurl.com/2e33dl9

08/09/2010

Voulons-nous que la charia s’installe dans notre pays ?

Une fatwa contre Christine Tasin… Des menaces de mort, en fait. Mais qui sont’ils, ces fous d’Allah, pour oser se donner le droit de vie ou de mort à notre encontre, nous les chrétiens, et ce sur notre sol? Ce sont des malades, à qui le coran a fait perdre la tête… Ah? Vous n’acceptez pas le blasphème? Et bien vous allez être servis! Faites nous confiance… Vous allez devoir acheter du stock de « carnets à fatwas », croyez-moi.

Tout mon soutien à Christine. Je ne publie pas ta photo, bien entendu… On les aura, tous ces cinglés.

FDF

.

Aux fatwas, on répond ça!

« J’ai reçu lundi 6 septembre un message sur Facebook m’indiquant qu’une « fatwa » aurait été prononcée contre moi  :  » Une Fatwa a été prononcée contre toi, tous les musulmans de france et de navarre ont le devoir d’exécuter cette dite fatwa où qu’ ils se trouvent , La loi dans le coran dit que celui qui blaspheme l’islam doit etre poursuivi et chatié » (je copie sans le corriger le texte reçu). Le titre du message était clair : « Le blaspheme est un delit dans l ‘islam ! »

Ainsi donc, en France, en 2010, certains individus peuvent délibérément ignorer la loi française (qui permet la liberté de penser et de critiquer et interdit que l’on assassine autrui)  parce que le Coran, qui date du début du Moyen Age, en donne la prescription.

Le fait est tragique et terrible, mais il démontre, par l’exemple, à quel point les apéritifs républicains que nous avons proposés samedi 4 dernier sont justifiés. En effet, nous y demandions que la charia soit  épurée des règles incompatibles avec la loi française. Que ce soit les textes qui encouragent les maris à battre leurs femmes ( le nombre des violences faites aux femmes a augmenté de 30% entre 2004 et 2009 ; nombre qui, en Seine Saint Denis, est trois fois plus élevé que la moyenne nationale… ), ceux qui menacent de mort ceux qui  critiquent l’islam (Theo Van Gogh assassiné,  Redeker condamné à vivre sous protection policière, affaire des caricatures…), ceux qui menacent de mort les homosexuels et tous ceux qui quittent la religion musulmane, etc. Ces règles religieuses sont, hélas, très nombreuses.

Nos détracteurs nous disent souvent que la majorité des musulmans de ce pays sont paisibles et ne songent pas à appliquer tous les éléments de la charia. C’est une évidence et heureusement. MAIS il faut être aveugle, fou ou   assassin en puissance pour ne pas voir que permettre à des individus, isolés ou appartenant à des groupes religieux extrémistes de se croire investis par une mission divine par leur lecture du Coran constitue un risque majeur pour l’ensemble de la population de notre pays, celle des femmes, celles des homosexuels, celle des juifs, celle des athées, celle des adeptes de la liberté d’expression…

Qu’attendent nos responsables politiques pour imposer cette purge indispensable dans les textes ? Pourquoi les musulmans ne pourraient-il pas, comme les Protestants l’ont fait en 1791 en inscrivant la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen dans le premier temple protestant construit à Paris,  reconnaître la suprématie de la loi des hommes ? Pourquoi les musulmans ne pourraient-ils pas, comme les juifs l’ont fait sous Napoléon, expurger de leurs textes sacrés ceux qui n’étaient pas compatibles avec la loi française, condition sine qua non pour devenir citoyens français ?

Samedi dernier, des inconscients –et des criminels-  complices de tous les crimes passés et à venir commis au nom de la charia, ont voulu empêcher nos rassemblements, nous traitant de racistes et de fascistes ? Il est où le fascisme ? Du côté de ceux qui réclament l’application de la loi ou du côté de ceux qui veulent imposer par la violence, la terreur et la mort  une loi soi-disant faite au nom d’un Dieu  qui est pourtant dit d’amour ?

Nous ne cèderons pas à la menace, plus que jamais nous sommes déterminés à nous opposer, de toutes nos forces, à l’instauration d’une société islamiste en France, c’est notre devoir  pour nos enfants et nos petits-enfants qui n’ont pas mérité cela.

Nous demanderons solennellement, par une lettre ouverte au Président de la République, à ce qu’il reçoive les responsables de Résistance républicaine et de Riposte Laïque afin que nous lui exposions l’urgence pour le gouvernement d’imposer la loi française à tous et de refuser en France une charia qui ne serait pas expurgée de ses textes monstrueux au regard de nos valeurs, qui sont des valeurs universelles.

Certains de nos opposants croient utile de faire valoir que les catholiques, comme les juifs, ont mis longtemps à mettre leurs textes en conformité avec les lois des démocraties et qu’il faut donner à l’islam le temps de faire la même chose. Si l’islam n’est pas prêt à cette mise en conformité, nous sommes prêts à lui donner ce temps, qu’il reparte dans les pays musulmans pour faire son aggiornamento, il pourra revenir ensuite ; en l’état actuel de la charia, incompatible, d’ailleurs, avec les textes européens ratifiés par la France,  pour le moment il ne peut pas avoir droit de cité en France.  D’où sa nécessité, pour tous les musulmans qui y vivent, qu’il soit réformé.

Rappel, pour exemple, de l’article deux « droit à la vie » de la Convention européenne de Droits de l’homme. « 1.Le droit de toute personne à la vie est protégé par la loi. La mort ne peut être infligée à quiconque intentionnellement, sauf en exécution d’une sentence capitale prononcée par un tribunal au cas où le délit est puni de cette peine par la loi. »

Nous vous rappelons que Pierre Cassen et moi-même participerons samedi après-midi à la Convention nationale du Rif, consacré, drôle de hasard, à la liberté d’expression. (Auditorium d’Issy les Moulineaux, 11/13 rue Danton, de 13h30 à 18h).

Nous y tiendrons, avec l’accord des organisateurs, une conférence de presse, de 12 heures à 13 heures, où nous proposerons à l’ensemble des citoyens de ce pays, attachés à la défense des principes laïques, à la liberté d’expression et à l’égalité entre les hommes et les femmes (ce que l’islam refuse) des perspectives d’action, dans la continuité du 18 juin et du 4 septembre. »

vu sur http://christinetasin.over-blog.fr/article-condamnation-56675389.html

04/09/2010

Toulouse: Ali respecte la charia à la lettre… Mais la Justice française reste clémente.

Et on va encore lui trouver des excuses: c’est une « Chance pour la France ». Frapper sa femme et un bébé de 22 mois… Ignoble! Et comme les autres racailles, il ne comprend pas pourquoi… Il n’explique pas son geste… Lisez la fin du texte: Ce con avait déjà pris 10 ans de prison pour violences ayant entraîné la mort… Là, il ne prend que QUATRE mois. Il y a un un problème, non? Et, toujours en lisant le texte, on constate que sa femme ne semble pas avoir compris la « leçon », non plus… Bon, d’un autre coté, si elle aime ça, c’est son problème. Mais que ce genre de situation existe encore en France, je ne suis pas d’accord.

C’est tout juste si il ne va pas oser dire que ce n’est pas lui, que ce n’est pas de sa faute. Je t’en foutrai, moi!

Si tu veux appliquer la charia, mon pote, tu retournes au bled!

FDF

.

Il passe à tabac sa femme et son bébé !

Ali T., 35 ans, comparaissait libre, hier, devant le tribunal correctionnel de Toulouse, pour avoir battu sa femme et tabassé leur fils de 22 mois. C’est son épouse qui l’a dénoncé à la police.

Bien que reconnaissant les faits et les regrettant, Ali ne parvient pas à expliquer les raisons pour lesquelles il a, une fois encore, succombé à un tel excès de violence. C’est au cours d’une dispute avec sa femme qu’il a subitement asséné plusieurs coups sur la figure de son fils. Celle-ci lui reprochait, justement, d’être à l’origine des nombreux hématomes que son gamin avait sur le corps. à la barre, Ali a malgré tout tenté de minimiser l’affaire : « Je lui ai simplement donné une gifle avec le plat de la main ». Mais, les expertises du médecin légiste mettent à mal sa version. Ces examens révèlent que « plusieurs coups ont été portés avec un objet, comme une chevalière », par exemple. À l’appui de ces analyses, le tribunal avait sous les yeux les photos du visage tuméfié de l’enfant. Quant à son épouse, elle est revenue sur ses déclarations. Après avoir, dans un premier temps, expliqué aux policiers les violences qu’elle a subies, elle les a, ni plus ni moins, réfutées devant le tribunal. Fragile et apeurée, cette femme au foyer refusait l’idée que son mari puisse être condamné : « j’ai besoin de lui pour élever mes fils, ils sont trop jeunes ». Sentant le malaise, le juge a essayé avant tout de la rassurer. Le magistrat lui a rappelé ses premières déclarations et tous ces coups de pied reçus de son mari. Mais, craignant certainement des représailles, elle a – comme le font par peur de nombreuses femmes battues – maintenu sa nouvelle version. Le procureur a insisté sur la nécessité de protéger les femmes et les enfants. Contre cet homme déjà condamné à 10 ans de prison pour violences volontaires ayant entraîné la mort, il a requis 8 mois de prison ferme. Le tribunal lui a infligé 8 mois de prison, dont 4 avec sursis. Il a été arrêté à l’audience.

Source: http://tinyurl.com/2856yma

26/08/2010

Bon voyage en Algérie…

Voyageur: passé cette limite, tes chances de survie sont moindres…

LE PETIT FUTÉ GUIDE TOURISTIQUE OU SOCIAL-ÉCONOMIQUE ?

Quand, en 2004, il lança le premier guide touristique sur l’Algérie, Le Petit Futé, maison d’édition spécialisée dans le tourisme, expliquait que l’ouvrage était  » destiné à tous ceux qui sont curieux de connaître les richesses que recèle l’Algérie », qu’il réhabilite la destination et peut suggérer l’idée d’un futur voyage (lire l’interview de Jean-Paul Labourdette, directeur des collections)
Pour l’année 2010, si on en croit un article de notre confrère El-Watan, Le Petit futé semble gagné par l’envie de dissuader ceux qui seraient tentés par l’idée d’un « futur voyage » dans notre pays, d’aller au bout de leur rêve.
Parmi les « les richesses que recèle l’Algérie », Le Petit Futé cite, en effet « le machisme », les moeurs légères, les faux barrages, les femmes battues,  la frustration, la jalousie, la perversion sexuelle, l’hypocrisie, les coupures d’eau, le manque d’hygiène, le sida…
Le guide est sans nuances envers les candidats voyageurs :  » N’espérez pas y trouver le confort qu’on s’est habitués à découvrir au Maroc voisin » .

En Algérie, lit-on, on couche dans des   » hôtels agonisants », « sordides », au service « aléatoire »,  où « le personnel a pris de l’âge en même temps que les piscines se vidaient, que les jardins s’asséchaient, que la plomberie s’engorgeait de détritus divers ou que la moquette aux spirales psychédéliques pourrissait » Pour ceux qui n’auraient pas tout saisi, le guide se fait explicite :  » Aucun hôtel algérien ne peut être qualifié de cadre enchanteur, le service laisse presque toujours à désirer, la plomberie et l’électricité peuvent inquiéter les plus anxieux et la propreté les plus maniaques… »
Et remerciez la providence si vous parvenez à prendre votre douche : «Principale particularité qui peut être un problème : la pénurie de l’eau ! Dans les toilettes des lieux publics ou même chez les particuliers, l’eau est stockée dans un récipient qu’on déverse dans la cuvette (sans exagérer sur la quantité) en guise de chasse d’eau. Dans la plupart des cas, comme il n’y a pas du tout- à-l’égout, on ne jette rien dans la cuvette. Une poubelle est presque toujours mise à disposition. Il s’agit juste de s’y habituer ! Autre particularité : il n’y a presque jamais de papier toilette».
Le Petit futé Algérie suggère de ne rien boire du tout. «Dans les grandes villes, l’eau du robinet peut se boire à condition de tolérer les goûts la caractérisant», peut-on lire à la page 143 à propos de l’eau du robinet en Algérie. «Dans les sources des villages et des oasis, l’eau est meilleure au goût, mais peut être à l’origine de troubles intestinaux…», lit-on à propos de l’eau des sources, comme quoi, cette eau est aussi à éviter. Enfin, la suspicion touche aussi l’eau embouteillée. «On trouve partout des bouteilles d’eau minérale, pas toujours scellées, souvent de marque…», lit- on encore.
Autrement dit, en Algérie, il est déconseillé de boire de l’eau.
Mais alors boire quoi ? A propos des bars et cafés, on peut lire à la page 145 que «s’il est devenu facile de trouver des bars où l’on serre de l’alcool à Alger, il en va autrement dans d’autres villes et a fortiori à l’intérieur du pays. Les bars sont certes des lieux de convivialité mais aussi et surtout des lieux où les clients viennent pour s’enivrer ou pour oublier (alors que bien souvent les Algériens ont le vin triste) et il n’est pas rare d’y croiser des femmes.»
Si la perspective de mourir de soif ne vous dissuade pas, le Petit futé vous signale celle de mourir du sida  » mais aussi l’herpes, de chlamydiae et autres joyeusetés  »  L’Algérie est, en effet,  présenté comme un vaste bordel.  « A Alger ou à Oran, lit-on en page 106, de Club des Pins aux cabarets les plus miteux en passant par les restaurants, les bars d’hôtel et bien sûr internet et les sites de rencontre, des dizaines de filles cherchent une vie meilleure malgré les tabous, malgré le hidjab facilitant paradoxalement les choses, qui pour un cadeau, qui pour un dîner sortant de l’ordinaire, qu’on appartienne à la classe moyenne (s’il en reste une !) ou qu’on soit plus défavorisé… la prostitution est plus visible qu’on aurait pu l’imaginer dans la rue, dans les hôtels, très fréquentés l’après-midi, les bars de ces mêmes hôtels, les lieux de sortie nocturne » Mais le guide est formel : « Le sida n’épargne pas l’Algérie »
Ces messieurs les touristes sont donc avertis.
Les femmes aussi d’ailleurs : il est risqué de voyager seule dans ce beau pays.

L’Algérie est en effet peuplée de  » crétins frustrés » où il « reste difficile, voire impossible, de faire certaines choses comme de s’asseoir seule à une terrasse de café même dans les grandes villes ». Elles s’exposeraient aux  » ragots et les médisances qui naissent et prospèrent très rapidement dans le terreau de la frustration et de la jalousie. » Mais elle s’exposent aussi aux machos :  » Il est toujours normal pour un homme algérien de lever la main sur sa femme, sa petite amie, sa fille… » Et gare aux illusions : « «…Même si vous apercevez en ville des jeunes femmes habillées légèrement, ne sachant pas qui elles sont, où elles vivent ou comment elles sont jugées, évitez de faire comme elles en portant des tenues jugées provocantes», lit-on encore.
Et gare aux jeunes racoleurs qui ne rêvent que de vous épouser pour une carte de séjour !  » Dans le sud, les gens se sont habitués à voir des bras et des jambes nus, mais ils n’en pensent pas moins ! Garder à l’esprit que vous représentez le pays vers lequel on rêve très fort de s’envoler pour un meilleur avenir… Sachez donc rester circonspecte devant toute tentative de séduction un peu incongrue», lit-on à la même page…
Le guide s’attarde sur la condition féminine.
«Le nouveau code de la famille présenté par Bouteflika en mars 2005 est loin d’être satisfaisant.

L’idéologie islamiste a complètement assombri le regard des hommes sur les femmes. On voit, mais on ne connaît pas la femme. On ignore ou on en veut à celle qui par sa seule existence vous attirera dans les filets du mal. Comme ailleurs, et peut-être plus qu’ailleurs, les femmes sont souvent rabaissées, voire battues… Il est toujours normal pour un homme algérien de lever la main sur sa femme, sa petite amie, sa fille…», lit-ont toujours dans la page 105.
«Si les hommes algériens peuvent reconnaître haut et fort que les femmes sont leurs égales, sinon supérieures, reprenant le mythe de la bonne mère, dévouée et courageuse sans qui le pays n’existerait plus, bla, bla, bla, dans la réalité, il ne reste pas grand-chose de ce beau discours qui nous surprendrait presque…»

 » Le pays de la mafia politico-financière « 

Si en dépit de tout cela, vous tenez à séjourner dans cette contrée bizarre, sachez que  l’Algérie, « destination touristique à réhabiliter », c’est   » le pays de la mafia politico-financière », des milices des forces spéciales,  et des atteintes aux libertés. «A la lecture des titres parfois audacieux de certains journaux de la presse algérienne, on pourrait penser que la presse est libre en Algérie.

Ce n’est plus le cas depuis 2004, année de la pénalisation des délits de presse. Et cette audace est chèrement payée souvent par la prison avec sursis et des amendes très sévères et quelquefois par la prison ferme…

En revanche, des pressions de toutes natures sont constamment exercées sur les journalistes de la part des responsables politiques, de la mafia politico-financière, de notables et d’hommes d’affaires locaux mettant en péril leur métier et dans certains cas leur vie», lit-on à la page 473.
«Les journaux, leurs directeurs et leurs journalistes sont régulièrement assignés en justice pour répondre de plaintes pour diffamation et le plus acharné semble être le ministère de la Défense qui s’estime diffamé par la moindre allusion dans les caricatures et les articles publiés», lit-on encore à la même page.
Le Petit futé signale que « la consommation d’anti dépresseurs, d’anxiolytiques et autres tranquillisants est également importante et dans certaines villes, le nombre de panneaux annonçant un psy peut surprendre. »
El-Watan rappelle que ce bel ouvrage dythirambique envers l’Algérie est financé par de grands annonceurs publics que sont Air Algérie, l’ONAT, Moblis et l’hôtel Aurassi, pour ne citer que ces derniers, et qui, fait remarquer le journal,  « ont, sans le savoir, subventionné une grave atteinte à l’image de la destination Algérie et à celle de tout le pays. »
Faut-il pour autant parler, comme l’écrit l’auteur de l’article d’El-Watan, « d’un des plus néfastes traités commis contre l’Algérie ces 10 dernières années » ? Sans doute pas.

Le guide dérape par moments, abuse de clichés mais révèle des vérités incontestables.

Pas bonnes à dire, certes. Mais pour qui ?

Source : http://www.elwatan.com/actualite/feroce-attaque-contre-la-destination-algerie-par-le-petit-fute-24-08-2010-87315_109.php
Merci à JLB pour l’info…