Francaisdefrance's Blog

13/11/2011

Qatar: nouvel Eldorado de la racaille…

 Aucun problème. Si nos « jeunes » veulent partir s’installer là-bas, ce sera avec notre bénédiction. Mais je pense que les candidats seront peu nombreux. Au Qatar, on ne brûle pas des voitures sans impunité; et on obéit aux lois du coin…

FDF

« Laissez venir à moi… »

 

« A l’invitation du Qatar, dix membres de l’Association nationale des élus locaux pour la diversité (Aneld) s’envolent aujourd’hui vers Doha, la capitale, pour « vendre la banlieue à un pays en pleine expansion ». les élus  Mohammed Hakkou,  (sans étiquette), de Gonesse (95), Fouad Sari (Verts), de Vigneux (91), et Faten Hidri, conseillère régionale IDF (Parti radical), récupèrent les cartes de visite qu’ils vont remettre à leurs interlocuteurs au Qatar. »

Le QUATAR  : Un pays pas fréquentable, mais très fréquenté par les politiques français,
(UN PARAGRAPHE à NE SURTOUT PAS MANQUER )  Selon  Wikileaks, le Qatar fait preuve d’un considérable laxisme concernant le financement du terrorisme à partir de son sol.


Tout cela n’empêche pas nos hommes et nos femmes politiques de se succéder en rangs serrés au Qatar.

On peut citer pêle-mêle parmi les habitués des séjours à Doha: Dominique de Villepin, Bertrand Delanoë, Philippe Douste-Blazy, Rachida Dati, Ségolène Royal, Fadela Amara, Claude Guéant, Jean-Louis Debré, Gérard Larcher, Hubert Védrine, Frédéric Mitterrand, Hervé Morin, Jean-Pierre Chevènement, Dominique Baudis, Jack Lang
_________________________________________________________________________________________________________________

Des élus franciliens vont vendre la banlieue au Qatar !!!

Dix élus issus de la diversité et de tous bords politiques sont invités par le riche émirat à découvrir ce pays en pleine expansion, vu comme un nouvel eldorado par les jeunes des cités.


A l’issue de leur réunion avec une vingtaine de chefs d’entreprise, les élus (de gauche à droite) Mohammed Hakkou, avec la cravate noire (sans étiquette), de Gonesse (95), Fouad Sari (Verts), de Vigneux (91), et Faten Hidri, conseillère régionale IDF (Parti radical), récupèrent les cartes de visite qu’ils vont remettre à leurs interlocuteurs au Qatar Ils sont élus à La Courneuve, Vigneux-sur-Seine (Essonne), Gonesse (Val-d’Oise), Roubaix (Nord), Marseille (Bouches-du-Rhône) de toutes tendances politiques et ont tous moins de 40 ans… A l’invitation du Qatar, dix membres de l’Association nationale des élus locaux pour la diversité (Aneld) s’envolent aujourd’hui vers Doha, la capitale, pour « vendre la banlieue à un pays en pleine expansion ».
Pendant cinq jours, ils vont rencontrer les autorités de ce pays qui, disent-ils, « est un modèle pour nous, car attaché à ses traditions tout en étant ultramoderne et innovant ».
Après Washington, l’an dernier, l’Aneld part jouer les VRP des quartiers populaires, de leur diversité sociale et de leurs forces vives à Doha auprès du prince héritier, du Premier ministre et du président de la chambre de commerce, et y rencontrer des Français qui ont réussi. « De plus en plus de jeunes de banlieue viennent nous voir avec des projets au Qatar, explique Kamel Hamza, président de l’Aneld et élu d’opposition UMP à La Courneuve. Ils voient dans le pays qui a racheté le PSG et va organiser la Coupe du monde de football en 2022 le nouvel eldorado. »L’attractivité du Qatar sautait aux yeux jeudi soir à Aubervilliers, où la délégation présentait son action de lobbying à une vingtaine de chefs d’entreprise de la région parisienne. Qu’ils travaillent dans l’immobilier, dans l’informatique ou dans le BTP, beaucoup de ces jeunes patrons voient dans cet émirat pétrolier une destination où se développer et aimeraient être d’un prochain voyage. « Bien sûr que ce pays fait rêver, résume l’un d’eux. Le Qatar rachète tout, fait gagner le PSG. Pendant que l’Europe est en crise, eux avancent à 100 à l’heure. » « Leur capacité d’investissement est évidemment très intéressante, avoue Majid El Jarroudi, délégué général de l’Agence pour la diversité entrepreneuriale (Adive). Chez nous, il y a deux fois plus de créations d’entreprises dans les zones urbaines dites sensibles, mais 60% démarrent sans aucune aide de banque. Imaginez si les Qatariens misaient sur notre savoir-faire. » Lui se veut optimiste. « Comme avec les Etats-Unis, nous avons une carte à jouer là-bas. Notre modèle français, qu’il soit éducatif, culturel ou sportif, les intéresse beaucoup. Ils viennent déjà prendre des idées chez nous. »Petir Rappel sur le Qatar :
La simple addition des liens établis en France par le Qatar et des intérêts acquis a pourtant de quoi inquiéter.
Car le Qatar n’est pas vraiment un pays fréquentable. C’est une monarchie absolue construite sur une rente. Il n’y a pas de partis politiques et encore moins de démocratie. Le régime de l’émir est fragile même si les révolutions arabes semblent ne pas l’avoir affecté. Il est très difficile d’obtenir des informations sur la tentative de coup d’Etat de juillet 2009. Des militaires de haut rang alliés à une puissance étrangère auraient été arrêtés avant de passer à l’acte.Doha fait preuve d’une attitude pour le moins ambiguë à l’égard de l’islamisme chiite iranien et plus encore sunnite. C’est le seul pays wahhabite en-dehors de l’Arabie saoudite. C’est un pays où plus des trois quarts des résidents ne sont pas des nationaux et où les minorités iranienne, chiite, pakistanaise, immigrés de pays arabes, pourraient un jour se révolter, prendre le pouvoir, agir pour une puissance étrangère.Alors Doha tente de jouer un jeu diplomatique subtil consistant à être dans tous les camps en même temps. En février 2010, le Qatar aurait signé un pacte de défense avec la Syrie et l’Iran tout en ayant sur son sol une base militaire américaine depuis la première guerre du Golfe.Le Qatar a été l’organisateur avec le président syrien Bachar el-Assad, de la visite triomphale de Mahmoud Ahmadinejad, le président iranien, au Liban en juillet 2010. L’émir du Qatar s’est rendu en Israël lors d’une visite secrète en mars 2010. Et selon toujours des sources Wikileaks, le Qatar fait preuve d’un considérable laxisme concernant le financement du terrorisme à partir de son sol.Tout cela n’empêche pas nos hommes et nos femmes politiques de se succéder en rangs serrés au Qatar. On peut citer pêle-mêle parmi les habitués des séjours à Doha: Dominique de Villepin, Bertrand Delanoë, Philippe Douste-Blazy, Rachida Dati, Ségolène Royal, Fadela Amara, Claude Guéant, Jean-Louis Debré, Gérard Larcher, Hubert Védrine, Frédéric Mitterrand, Hervé Morin, Jean-Pierre Chevènement, Dominique Baudis, Jack Lang…Un pays pas fréquentable, mais très fréquenté par les politiques français Trois semaines après son élection en 2007, le premier chef d’Etat arabe reçu à l’Elysée par Nicolas Sarkozy était l’émir Hamad bin Khalifa al-Thani. Un mois et demi plus tard, le 14 juillet 2007, il assistait au défilé sur les Champs-Elysées au côté du président de la République. Les liens étroits tissés par Nicolas Sarkozy avec l’émir quand il était ministre de l’Intérieur et faisait former les forces de l’ordre qataries ont été fructueux.Cela s’est traduit, pour la partie visible, par le rôle déterminant du Qatar dans la libération en juillet 2007 des infirmières bulgares détenues en Libye par Kadhafi et plus récemment par la participation symbolique du Qatar à l’intervention militaire occidentale contre le même Kadhafi, seul pays arabe à le faire.

Illustration toutefois du double jeu permanent du Qatar, l’émirat a aussi joué un rôle dans l’affaire al-Megrahi, la libération en août 2009, soi-disant pour raisons médicales, de l’un des auteurs libyens de l’attentat de Lockerbie.

Parmi les actuels et anciens membres du gouvernement, Claude Guéant en tant qu’envoyé spécial de Nicolas Sarkozy, Rachida Dati dont la sœur travaille pour le procureur général du Qatar et Fadela Amara ont multiplié les voyages dans l’émirat. A une époque, quand elle était Garde des sceaux, Rachida Dati se rendait jusqu’à deux ou trois fois par mois au Qatar.

Le Qatar soigne Sarkozy, mais pas seulement: des proches de Chirac (qui en tant que président de la République s’était rendu 9 fois en visite officielle à Doha) et des socialistes bénéficient aussi de son attention et de ses faveurs.

Le Qatar est le principal client du cabinet d’avocat de Dominique de Villepin. Le contrat stipulerait que les déplacements de l’ancien Premier ministre de Jacques Chirac à Doha se font dans les avions de l’émir. Ségolène Royal s’est elle vu offrir un dîner en son honneur à l’ambassade du Qatar le 27 mars 2008.

La bataille d’Areva et les réseaux Sarkozy Autre démonstration du poids de l’émirat dans la vie politique française, il a obtenu le vote à l’Assemblée et au Sénat au début de l’année 2008 d’un statut fiscal exorbitant pour ses investissements en France. Les investissements immobiliers ne sont pas imposables sur les plus-values et les résidents qataris en France ne payent pas l’ISF pendant leurs cinq premières années de présence. Le groupe d’amitié entre la France et le Qatar compte 49 députés à l’Assemblée nationale…

Le Qatar a passé des accords de défense avec la France qui assure la formation des marins de sa flotte de guerre et de ses policiers et lui a fourni une grande partie de son matériel militaire, notamment des mirages 2000. Le Qatar a obtenu ou veut obtenir l’ouverture d’antennes à Doha de quelques-unes de nos plus prestigieuses grandes écoles comme HEC, Saint-Cyr ou l’Ecole nationale de la magistrature.
Les grandes entreprises françaises sont évidemment très présentes à Doha, notamment dans la défense et l’énergie: Total, GDF-Suez, EDF, Veolia, Vinci, Air Liquide, EADS, Technip… ont raflé des contrats importants. Mais le Qatar est aussi et avant tout un investisseur. Le fonds souverain du Qatar est actionnaire ou cherche à le devenir, de groupes stratégiques comme Lagardère (défense et presse), Veolia environnement (services collectifs), Suez (énergie, services collectifs), Vinci (BTP), et du coté des tentatives répétées CMA CGM (shipping) et surtout Areva (nucléaire).

La partie qui s’est jouée il y a quelques mois autour du capital d’Areva illustre bien le poids et l’ambition des Qataris en France et la façon dont ils procèdent et dont leurs réseaux fonctionnent. En l’occurrence, ils ont joué sur les liens étroits et anciens entre Claude Guéant, alors secrétaire général de l’Elysée, François Roussely, président du Crédit Suisse France et Henri Proglio, PDG d’EDF et proche de Nicolas Sarkozy.
Ces trois hommes se connaissent très bien. François Roussely a précédé Claude Guéant à la direction de la police nationale et Henri Proglio à la présidence d’EDF. François Roussely a été chargé par le gouvernement de rédiger un rapport sur l’avenir du nucléaire et, ce qui ne semble gêner personne, conseille le Fonds souverain du Qatar qui est client et actionnaire du Crédit Suisse et souhaite ardemment entrer dans le capital d’Areva.

Paris, la tête de pont qatarie Il a fallu une intervention conjointe du Premier ministre François Fillon, de la ministre de l’Economie Christine Lagarde et d’Anne Lauvergeon, la présidente d’Areva, pour empêcher in extremis l’entrée à la fin de l’année 2010 du Qatar dans le capital du fleuron français du nucléaire.

«Avec les Qataris, c’est toujours du donnant-donnant, explique sous le couvert de l’anonymat un Français qui a longtemps vécu au Qatar, connaît bien la famille régnante et a vu défiler à Doha une bonne partie de la nomenklatura française. Parfois, il y a un grain de sable in extremis comme dans l’affaire Areva, mais c’est l’exception, ils préparent bien leurs coups.»

L’immobilier donne également une bonne mesure de l’influence qatarie. L’émir possède un palais de 4.000 m2 à Marnes-la-Coquette (Hauts-de-Seine) et l’hôtel d’Evreux, place Vendôme ainsi que deux autres hôtels particuliers attenant. Le fonds souverain détient à Paris des hôtels de luxe (Majestic et Royal Monceau).

Mais ce sont les travaux du frère de l’émir lors de la restauration de l’hôtel Lambert, joyau du XVIIe siècle situé sur l’île Saint-Louis, racheté en 2007 aux héritiers du baron Guy de Rotschild, qui ont fait un peu de bruit. Des travaux considérables et illégaux qui ont provoqué une polémique. Pour y mettre fin, Christine Albanel, alors ministre de la Culture, n’avait pas saisi la Commission nationale des monuments historiques, mais un Comité scientifique… créé spécialement.

Et pour finir donc le sport et le football qui pour le Qatar semblent être le moyen idéal pour obtenir enfin la reconnaissance et le statut qu’il cherche frénétiquement. Le recrutement de Zinedine Zidane pour plusieurs millions d’euros afin vanter les mérites de la candidature à la Coupe du monde de football de 2022 du plus petit pays au monde l’ayant jamais organisé — qui ne s’est jamais qualifié pour cette compétition et de surcroit à un climat inadapté à la pratique de ce sport en été… — a été couronné de succès.

La controverse qui a suivi et les lourds soupçons de corruption de la Fifa n’y ont rien changé. Après le Royaume-Uni, l’Allemagne à son tour vient pourtant de contester le choix du Qatar et demande que la candidature soit rééxaminée. Peu probable.

L’intérêt du Qatar pour le football ne s’arrête pas à l’organisation de la Coupe du monde et à l’achat pour ses clubs de joueurs européens en fin de carrière payés à prix d’or. Les clubs de football européens deviennent aussi des proies, celui de Malaga en Espagne, le FC Barcelone dans une moindre mesure, et donc maintenant le Paris Saint-Germain, le seul grand club de la capitale française dont Nicolas Sarkozy est un supporter affirmé. Il se dit de façon insistante que l’Elysée n’aurait d’ailleurs pas ménagé ses efforts pour convaincre l’émir de donner au PSG les moyens de nouvelles ambitions. Mais quelle en sera la contrepartie?

Source :http://www.leparisien.fr
Merci à JC JC…

11/11/2011

Haro sur Guillaume Ayné, directeur général de SOS-Racisme !

Les curieuses méthodes du directeur de Sos Racisme pour défendre la liberté d’expression

SITA pour Riposte Laïque 223Aux côtés de mes amis de gauche, lors de l’affaire des caricatures de Mahomet, j’avais soutenu Charlie Hebdo, sommé qu’il était de se soumettre aux interdits islamiques et, finalement, mis en demeure par des associations musulmanes soi-disant modérées. La République ayant tenu à ses principes, ces charlots musulmans qui voulaient restreindre la liberté d’expression ont fini par perdre le procès. A cette occasion, le journal satirique a même publié un petit texte que j’avais intitulé : « Ce n’est même pas une caricature ! ». J’y avais démontré que Mahomet, prescripteur et pratiquant actif du jihad, sabre en main, est bien pire que les esquisses qu’en ont fait les Danois et nos dessinateurs français. Les jihadistes musulmans savent très bien que c’est l’exemple de Mahomet qui les inspire. La bombe placée par le caricaturiste danois dans le turban de Mahomet reflétait une certaine vérité. C’est pour cela que bien des musulmans se  sentirent blessés.

A l’époque du procès contre Charlie Hebdo, j’étais encore en odeur de sainteté auprès de la revue Prochoix et de mes amis de gauche. Mais entre-temps, ces compagnons de route sont restés en si bon chemin : ils s’en donnent à cœur joie, tout autant que le régime saoudien, contre les islamistes et contre les extrémistes. Autrement dit, mes amis de gauche s’occupent des feux de diversion et nous laissent nous attaquer, nous autres ripostards laïques, au cœur du réacteur, à l’islam, à cette vénération mortifère et meurtrière du Coran et de Mahomet. Voilà donc le buisson ardent, source de tous nos ennuis, à commencer par ses premières victimes : les musulmanes et les musulmans. Il est aussi la pomme de discorde entre Riposte Laïque et nos anciens amis de gauche. Touche pas à l’islam, nous disent-ils tous en cœur, sinon nous vous collons l’étiquette d’extrême droite, surtout que vous vous associez à des actions où le Bloc Identitaire est présent !

SOS-Racisme et toute la gauche, pour des raisons bassement électoralistes, se sont ainsi laissés engluer dans l’hypocrisie : Harlem Désir, Malek Boutih, Fadela Amara, Dominique Sopo, Guillaume Ayné, Ni Putes Ni Soumises… savent très bien que c’est l’islam qui prescrit la soumission, au quotidien. Ils savent très bien que c’est l’islam qui (…)

La suite sur :
http://ripostelaique.com/le-directeur-general-de-sos-racisme-se-comporte-comme-un-barbu.html

SOS-Racisme est déjà islamisé par le sommet

Avant mon débat télévisé ce jeudi 17 juin 2010 face à M. Guillaume Ayné (1), je croyais naïvement que l’islamisation concernait les fameux territoires perdus de la République, des converti(e)s bien circoncis ou hermétiquement bâchées et que le gros des troupes était constitué de « born again » parmi les nés de parents musulmans. Je dois déchanter et avouer mon erreur de diagnostic.

Il faut que je me fasse à l’idée que l’islamisation des esprits est autrement plus avancée que je ne pensais. Cette maladie infectieuse qui se nomme hypocrisite aiguë atteint désormais le sommet de SOS-Racisme. Elle s’est directement attaqué aux méninges de son élite.

Je crains que Mohamed Sifaoui n’ait réussi à diffuser les germes de cette terrible maladie, endémique en terre d’islam. Elle se manifeste par des contorsions visant à ne pas toucher ou laisser toucher à l’islam, c’est à dire aux prescriptions du Coran et aux pratiques les plus basiques héritées de Mahomet. C’est que ces prescriptions et pratiques permettent, au quotidien, de consolider des ghettos communautaires au sein de la Cité. Elles renforcent les liens au sein de la communauté transformée ainsi en isolat qui fait plus ou moins tache. A la Goutte d’Or comme ailleurs.

Oui, je suis aujourd’hui en mesure de dire que M. Sifaoui, éminent membre de SOS-Racisme, a fini par convaincre ses dirigeants qu’il fallait s’occuper des feux de diversion nommés (…)

La suite sur :
http://ripostelaique.com/SOS-Racime-est-deja-islamise-par.html

Voilà deux textes bien envoyés. Il ne reste plus qu’à… les envoyer vraiment ! C’est très simple avec la méthode Amnesty International SITA : une lettre dans une enveloppe timbrée, envoyée par la poste (voir tinyurl.com/6r4fsu et tinyurl.com/d95pa9)
Et c’est très efficace (voir tinyurl.com/c44rvr)

A qui envoyer ces deux textes ?
Aux divers sous-fifres et pôtes du directeur de S°S Racisme, Guillaume Ayné, pour le poignarder dans le dos afin qu’il se fasse virer comme l’Aounit s’est finalement fait virer du MRAP.

On a fini par avoir la peau du Mouloud, on aura celle du Guillaume, avec d’autant plus de délectation qu’on ne peut même pas trouver à ce dernier ni le prétexte ni l’excuse d’être prisonnier de sa naissance.

Action SITA : imprimer, adresser, poster : la nouvelle façon de poignarder _ dans le dos

Un timbre de base tarif « 20 grammes » permet d’envoyer deux feuilles, c’est à dire quatre pages en recto-verso.
Pour simplifier, vous pouvez utiliser la version PDF quatre pages ci-dessous composée à partir des versions PDF de chaque texte*.

Articles ripostelaique.com - Guillaume Ayné -  Les curieuses méthodes du directeur de Sos Racisme pour défendre la liberté d’expression - SOS-Racisme est déjà islamisé par le sommet
ripostelaique_com-les_curieuses_methodes_du_directeur_de_sos_racisme_deja-islamise_pour_defendre_la_liberte_d-expression.pdf

Vous trouverez les adresses postales des divers Komintern régionaux de S°S Racisme à la page Je Suis Partout de leur site internet.
Vous trouverez les noms des principaux potes à pas toucher de Guillaume Ayné sur la page SOS Racisme > L’équipe.

Voilà, ce n’est pas plus compliqué que ça de poignarder un directeur de S°S Racisme dans le dos.

Vous avez une enveloppe ? Un timbre ?
Alors vous avez le……… P O U V O I R ……
… de poignarder dans le dos toute personne publique.

Éventuellement, vous pouvez recenser votre action au sitathon.blogspot.com afin d’inciter d’autres internautes à agir de même, et vous inscrire à la lettre d’information alertes-sita.blogspot.com pour être averti des prochaines actions.

* Les versions pdf de chaque texte sont obtenues en cliquant sur l’icône PDF en bas à gauche des articles. Choisir la taille du texte (12, 13 ou 14 points) permet de remplir de façon optimale les pages, pdfescape.com permet de retoucher éventuellement la mise en page, pdfjoin.com permet de regrouper les deux PDF en un seul.

Source: Sitamnesty

10/11/2011

Le directeur de SOS Racisme et la liberté d’expression.

Pas mal ce coup de gueule de Pascal Hilout…
FDF

.

Les curieuses méthodes du directeur de Sos Racisme pour défendre la liberté d’expression

Dimanche dernier, 6 novembre 2011, Guillaume Ayné, directeur général de SOS-Racisme a tenté de m’empêcher de manifester sur l’esplanade de l’Hôtel de ville à Paris. Il s’agissait pourtant d’une protestation ouverte à tous les citoyens qui s’élèvent contre l’incendie des locaux de Charlie Hebdo, contre le piratage de son site par des hackeurs turcs et pour défendre la liberté d’expression, y compris caricaturale et blasphématoire.

Aux côtés de mes amis de gauche, lors de l’affaire des caricatures de Mahomet, j’avais soutenu Charlie Hebdo, sommé qu’il était de se soumettre aux interdits islamiques et, finalement, mis en demeure par des associations musulmanes soi-disant modérées. La République ayant tenu à ses principes, ces charlots musulmans qui voulaient restreindre la liberté d’expression ont fini par perdre le procès. A cette occasion, le journal satirique a même publié un petit texte que j’avais intitulé : « Ce n’est même pas une caricature ! ». J’y avais démontré que Mahomet, prescripteur et pratiquant actif du jihad, sabre en main, est bien pire que les esquisses qu’ont en fait les Danois et nos dessinateurs français. Les jihadistes musulmans savent très bien que c’est l’exemple de Mahomet qui les inspire. La bombe placée par le caricaturiste danois dans le turban de Mahomet reflétait une certaine vérité. C’est pour cela que bien des musulmans se  sentirent blessés.

A l’époque du procès contre Charlie Hebdo, j’étais encore en odeur de sainteté auprès de la revue Prochoix et de mes amis de gauche. Mais entre-temps, ces compagnons de route sont restés en si bon chemin : ils s’en donnent à cœur joie, tout autant que le régime saoudien, contre les islamistes et contre les extrémistes. Autrement dit, mes amis de gauche s’occupent des feux de diversion et nous laissent nous attaquer, nous autres ripostards laïques, au cœur du réacteur, à l’islam, à cette vénération mortifère et meurtrière du Coran et de Mahomet. Voilà donc le buisson ardent, source de tous nos ennuis, à commencer par ses premières victimes : les musulmanes et les musulmans. Il est aussi la pomme de discorde entre Riposte Laïque et nos anciens amis de gauche. Touche pas à l’islam, nous disent-ils tous en cœur, sinon nous vous collons l’étiquette d’extrême droite, surtout que vous vous associez à des actions où le Bloc Identitaire est présent !

SOS-Racisme et toute la gauche, pour des raisons bassement électoralistes, se sont ainsi laissés engluer dans l’hypocrisie : Harlem Désir, Malek Boutih, Fadela Amara, Dominique Sopo, Guillaume Ayné, Ni Putes Ni Soumises… savent très bien que c’est l’islam qui prescrit la soumission, au quotidien. Ils savent très bien que c’est l’islam qui prescrit le voilement des filles, nos citoyennes ou voisines qui doivent raser les murs et baisser les yeux dans nos quartiers. Ils savent très bien que cette soumission est si voyante que les militants de la prosternation (sans les militantes) narguaient le maire socialiste du 18e, Daniel Vaillant, ex-ministre de l’intérieur, comme ils avaient si longtemps nargué la République et bien des ministres de l’intérieur, de droite comme de gauche. La République des lâches n’étant pas l’apanage d’un seul camp !

SOS-Racisme et nos amis de gauche savent très bien que les vidéos de Riposte Laïque ont patiemment révélé, semaine après semaine, ce scandale qui leur crevait les yeux, ces occupations illégales des rues par des prieurs du vendredi, sans qu’on y voit les musulmanes s’abaisser à cette indignité : elles prient chez elles, comme peut le faire tout musulman, seul ou en petit groupe. Il a fallu que nous organisions un « Apéritif saucisson-pinard » pour qu’ils s’affolent et crient au « racisme ». Pourtant nous y avions convié tout le monde, et tout particulièrement les citoyens de culture musulmane qui pouvaient ainsi boire un coup avec nous et démontrer aux lâches de la République que le saucisson est bon, aussi bien pour l’intégration que pour l’assimilation…

Suite et source: http://tinyurl.com/ct8nvk5

30/07/2011

Le « pélerinage » à Alger ou l’acte de soumission suprême…

Et pan ! Ca fait mal, ça…


FDF

.

ALGER REDEVIENT LA CAPITALE DE LA FRANCE OCCUPEE….

PAR LES ALGERIENS !

Après Giscard et Chirac, Sarkozy remet Alger sur la sellette, comme l’interlocuteur incontournable de la politique française.

Une véritable hystérie gagne nos ministres passés, présents… et à venir.

« Se rendre à Alger devient le pèlerinage obligé pour tout ministre ou présidentiable français. » (PB)

Après ALLIOT-MARIE et VILLEPIN, hier, RAFFARIN, aujourd’hui, c’est HORTEFEUX qui décide d’aller brosser le burnous du Bouteflika, demain.

On a le droit de se poser des questions à les voir, tous, se presser auprès de « son éminence » pour faire les salamalek d’usage en pays oriental.

Certains vous diront que négocier avec l’Algérie est indispensable pour « décrocher » des marchés qui redresseraient l’économie française.

Rien n’est plus faux et les français l’ont très bien compris.

D’ailleurs, la très indépendante Algérie s’est déjà rapprochée, de très près, des américains (les nouveaux colons) et ils ont décidé d’un commun accord, qu’il n’y aurait  «aucun pays étranger » qui interviendrait ni dans le Sahara ni en Afrique subsaharienne. Exit la France.

Ca veut dire que la France ne pourra plus compter sur l’uranium convoité du Niger. Quant au reste des ressources africaines, appelées « richesses », elle n’avait plus que l’avantage de payer très cher leurs produits. Dans les marchés de demain, l’Amérique, partenaire de l’Algérie, préemptera et la France paiera encore plus cher.

Le nouveau gouvernement (très gaulliste) de Sarkozy met trop d’empressement à se prosterner devant Bouteflika, pour que les seuls intérêts financiers de la France en soient la véritable raison.

Ces gens-là pensent-ils que les français ont perdu leur bon sens légendaire ? Que nenni !

Nous savons à quel point la France est endettée puisque nous supportons les restrictions rigoristes qu’elle nous impose, à nous, pour sortir d’une crise que nous pourrions éviter.

En appliquant des mesures très simples et de bon sens, la France pourrait dès demain, remplir à nouveau, ses caisses vides sans devoir mendier d’hypothétiques marchés à une Algérie exsangue dont le seul but est de coloniser la France.

Pour cela, il faudrait, qu’avec fermeté, la France cesse d’importer une main d’œuvre algérienne dont l’employeur principal est, chez nous, L’ASSEDIC.

Car, si la France veut faire des économies, elle doit impérativement revoir sa politique immigrationniste suicidaire.

Et, comme les français ont oublié d’être idiots, ils ont compris que toutes ces allées et venues en Algérie n’augurent rien de bon pour leur avenir face à ce problème essentiel qu’est devenue l’immigration dans notre pays.

On se demande, donc, avec inquiétude :

– Quelles concessions vont encore faire les gaullistes à l’Algérie après qu’Alliot-Marie ait déjà promis à Bouteflika, plus de visas et une libre circulation, à sens unique, des immigrés algériens ?

– Quel paquet-cadeau, offert par la France, transporte Raffarin dans ses valises ?

– Quelles promesses, au nom de la France, aura faites un Villepin à Bouteflika, pour obtenir les voix des algériens en France ?

– A quel prix Hortefeux rachètera sa repentance pour avoir tenu des propos « racistes » ?

Quand on sait qu’un Azouz Begag ou une Fadela Amara, gens de gauche, introduits dans les gouvernements de droite sous Chirac et Sarkozy, militent pour la république algérienne dans l’espoir de voir – comme Montebourg le fait, aujourd’hui, au Parti socialiste – des algériens de souche à la tête de l’Etat français.

Alger capitale de la France ? Oui, si nous ne nous décidons pas très vite à condamner ces partis en place qui vendent la France à l’Algérie. Et la seule manière de les condamner est de nous investir dès aujourd’hui, dans les élections de demain.

A qui ferez-vous confiance en 2012, alors que vous savez, déjà, que ceux en place, vous trahissent en 2010 ?

On entend dire de ces Résistance Républicaines, Blocs identitaires et autres francaisdefrance, formations nationalistes qui voient, de jour en jour, grossir leurs rangs, que ce sont des partis extrémistes parce qu’ils se révoltent.

Ils ont raison de se révolter. Ils voient clairement notre pays aller à la faillite par la faute des politiques français, toujours prêts à faire les yeux doux à un pays fantôme, l’Algérie, continuant, en cela, la politique menée depuis son indépendance par De Gaulle.

Car ces groupes ou associations ou partis politiques ont compris que notre passé de français en Algérie, ressemble à leur présent et ils appréhendent leur avenir. Et, tout comme nous nous sommes dressés, en Algérie française, contre le pouvoir en place, ils sont bien décidés, aujourd’hui, à faire de même pour conserver à la France, son territoire.

Notre combat d’hier est devenu le leur mais il demeure, toujours, le nôtre. Nous devons leur apporter tout notre appui et notre expérience pour éviter les écueils que nous avons rencontrés et rencontrons encore, dans la politique pro algérienne du pouvoir en place.

Nous savons, d’ores et déjà, que notre vote n’ira jamais à la gauche pro arabe et pro immigrationiste.

Mais nous ne devons pas laisser cette droite asservie recommencer les erreurs du passé.

Regardez donc tous ces ministres RPR-UMP qui se sont bousculés pour décrocher un maroquin (comme ça porte bien son nom !), se précipiter pour ce prosterner aux pieds d’un algérien qui hait la France.

Allons-nous les laisser vendre la France à l’Algérie comme ils l’ont fait par le passé ?

Pourrions-nous faire confiance à un Mariani qui parlait de « reconnaissance de génocide sur les français d’Algérie » il y a quelques jours et qui, pour une place de ministre, vend son honneur à une équipe qui nous raye de la France ?

Car, c’est bien de cela qu’il s’agit. Vous êtes-vous demandé qui a été nommé, dans ce nouveau gouvernement, au  « secrétariat aux rapatriés » ?

Personne ! Pourquoi ? Parce qu’il a disparu, purement et simplement, de la liste des ministères constitués.

Comment voulez-vous qu’ils soient en train de lècher la poire au Bouteflika et, en même temps, nous reconnaître en nous faisant exister sous une forme quelconque dans leur politique gouvernementale ?

Non. C’est incompatible. Alors, comme toujours, ils choisissent les algériens d’abord !

Pendant 50 années de notre vie en France métropolitaine, nous nous sommes battus pour que l’Etat reconnaisse son implication dans l’abandon de notre peuple et dans notre exode forcé au profit des algériens.

En réponse à nos revendications, pendant 50 ans, la droite et la gauche ont continué de favoriser les algériens, à notre détriment, faisant tout pour nous désavantager, pour nous faire taire, pour nous refuser toute reconnaissance légitime. H. Falco ayant été le dernier en date à nous avoir trahis dans le texte de loi concernant le mémorial du quai Branly.

Pendant 50 ans, avec un mépris affiché, ils nous ont collé une étiquette d’extrémiste, ne se souciant de notre passé qu’au moment des élections.

Et bien, oui. Nous acceptons d’être des extrémistes. Au même titre que le sont les patriotes de Résistance républicaine, des Ligues du Sud ou du Midi, de l’Alsace d’abord ou du Bloc identitaire et bien d’autres encore.

Comme eux, nous voulons la France aux français. Peut-être, plus qu’eux, parce que nous avons souffert, jusque dans notre chair, de l’abandon par la France des fervents patriotes que nous étions et que nous sommes restés.

Alors, il n’est plus question de nous tromper. Dans 18 mois, nous devrons choisir ceux qui nous rendront notre fierté de rester français. Et, ceux-là, n’appartiennent ni à L’UMP, ni au PS, ni aux Verts.

Trop de noms de traîtres à notre cause résonnent comme un glas dans notre mémoire. De Gaulle, Pompidou, Giscard, Mitterrand, Chirac, Sarkozy…

Nous avons le devoir de nous unir à tous ceux qui, comme nous, rejettent les partis de la droite UMP/UDF/MoDem et, avec plus de force encore, les partis de la gauche PS/PCF/VERTS.

Avec les partis républicains, nationalistes et patriotes, nous serons plus forts pour ébranler, dès aujourd’hui, l’édifice qu’ils se sont bâti et qui doit impérativement tomber demain, si nous voulons conserver la France aux français.

C’est dans l’union avec toutes ces forces vives profrançaises, qui comptent une jeunesse forte et révoltée contre les apparatchiks au pouvoir, que nous retrouverons notre dignité de français.

Source: http://www.petitsechodoran.com/

23/07/2011

La biographie « fouillée » de Fadéla Amara…

J’ai ressorti cet article des fonds de tiroirs… On apprend encore de belles choses. Sarkö a toujours su bien s’entourer…

FDF

.

La face cachée de Fadela

Qui est la si médiatique secrétaire d’Etat à la Ville ? La journaliste Cécile Amar lui consacre une biographie fouillée.

Fadela Amara, encartée au PS jusqu’en juin 2007, est devenue l’une des meilleures avocates de Nicolas Sarkozy. Mais, secrétaire d’Etat à la Politique de la ville depuis deux ans, elle n’a pas convaincu. Journaliste au Journal du dimanche, Cécile Amar a enquêté sur les origines, le parcours, les convictions, les ressorts d’une fille d’immigrés algériens qui vient de loin. Fadela Amara, le destin d’une femmesortira le 20 mai (Hachette Littératures) ; c’est un livre sans concession, très éclairant. Extraits exclusifs.  

« A nous Paris : l’envol

Octobre 2001. Malek Boutih sort, content de sa soirée, du cinéma où il a vu Chaos, de Coline Serreau. […] L’itinéraire tragique de l’héroïne vient de permettre au président de SOS-Racisme de formaliser le concept qu’il cherche depuis si longtemps. « La morale du film, c’est : soit tu te soumets, soit tu es une pute », résume le militant antiraciste, qui poursuit : « Je tiens alors la clef qui me manquait. Les filles ne peuvent pas s’en sortir parce qu’à l’extérieur on leur dit : « Si tu ne te plies pas aux exigences des hommes, voilà quel sera ton destin : dehors, tu seras acceptée, mais par ton corps. » Il faut prendre à revers ce nouvel enfermement. » […] Pour résumer, elles ne doivent être ni des putes ni des filles soumises. « Ni putes ni soumises », Malek vient de trouver le nom de la campagne contre les violences faites aux filles des cités. Il vient aussi de trouver celle qui va l’incarner. Il a repéré Fadela Amara depuis longtemps chez les Potes. Plus radicale que les autres, plus brute, elle détonne. Et surtout, c’est une fille des quartiers qui n’a pas fait d’études et a souffert, et ça se voit. […] 

Fadela n’a pas peur, même si elle sent bien qu’en s’emparant de la question des femmes des quartiers elle va soulever certaines questions personnelles, notamment l’oppression familiale et le système patriarcal, qui veut que les filles ne soient pas les égales de leurs frères. En somme, elle va devoir rendre publique sa révolte intime. Et elle se sent prête à le faire. C’est ce qui bluffe Malek Boutih. « Tout le monde était d’accord avec mon constat, mais personne ne voulait y aller. Toutes les femmes avec qui je discutais de mettre tout ça sur la place publique étaient terrorisées. Elles voulaient bien tout organiser, mais ça ne devait pas s’exprimer publiquement. Fadela est la seule femme qui ait accepté. Elle avait peur, une peur intime, familiale, sociale, mais elle l’a fait. C’est un courage que personne n’a jamais eu. » 

Ni putes ni soumises, naissance d’une usurpation…

Suite et source: http://tinyurl.com/29qq3g4

09/07/2011

Le terrifiant bilan de l’une des promesses phare du candidat Sarkozy de 2007…

« Une République irréprochable« , promettait Sarközy.

A moins d’un an des présidentielles en France, le bilan Sarközien est vite épluché. Ce qui suit devrait faire réfléchir le peuple de France… Et lui permettre de ne pas pas se laisser prendre au piège une nouvelle fois…Mais ce n’est pas une raison pour voter socialo-momo. Vous devinez ce qui reste?

FDF

.

Les 36 scandales de la République irréprochable…

À la lecture de cette liste on constate d’une part que les condamnations judiciaires restent relativement rares (les ministres qui n’ont pas été condamnés restent donc officiellement innocents des faits évoqués par la presse) ; par ailleurs, on note que les rares condamnations ? inscrites au casier judiciaire – n’empêchent pas ceux qui en ont fait l’objet d’accéder à des postes de pouvoir.

Diké

Lu Kabylie.net

A l’heure où l’homme est à nouveau candidat et use de tous les artifices pour sa survie à l’Elysée, voici une liste, qui s’allongera encore d’ici le 6 mai 2012, de ces affaires qui polluent la Sarkofrance depuis plus de 4 ans.

Certaines affaires ne datent pas d’hier (cf. 23, 24 et 27), mais leurs auteurs ont été promus sous Nicolas Sarkozy pour des raisons de politique interne à l’UMP.

Depuis 2007, les médias nous informent régulièrement d’affaires ou de possibles scandales impliquant des ministres des gouvernements Fillon, sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Bien sûr, la plupart de ces informations n’ont pas été suivies de condamnations judiciaires et pourraient faire l’objet d’attaques en diffamation si nous n’étions pas prudents quant aux termes employés pour les rappeler.

Cependant, à moins d’un an de la prochaine élection présidentielle, il importe de garder à l’esprit tous ces scandales de la « République irréprochable » prônée par Nicolas Sarkozy, qu’ils soient avérés ou simplement dénoncés par les médias.

1. En pleine révolution tunisienne, Michèle Alliot-Marie propose le 11 janvier 2011 à l’Assemblée nationale que « le savoir-faire de nos forces de sécurité, qui est reconnu dans le monde entier, permette de régler des situations sécuritaires de ce type ». La livraison de grenades lacrymogènes aurait finalement été annulée par la ministre le 18 janvier 2011, soit quatre jours après la fuite de Ben Ali.

2. Mais Le Canard enchaîné révèle aussi que Michèle Alliot-Marie a passé ses vacances de fin d’année en Tunisie, alors que les Tunisiens avaient déjà commencé leur révolution. Michèle Alliot-Marie, son compagnon Patrick Ollier, et ses parents auraient effectué deux trajets dans le jet privé d’ Aziz Miled, un homme d’affaires qui aurait été proche de la famille Ben Ali-Trabelsi. Il aurait même été question d’une transaction immobilière en Tunisie. Mediapart a ajouté que Michèle Alliot-Marie se serait également entretenue au téléphone avec « le président en fuite » pendant ses vacances. Elle a finalement démissionné.

3. L’affaire Visionex concerne une société qui aurait proposé à des cafetiers l’achat de bornes internet qui, selon l’accusation, seraient en fait des machines à sous permettant des paris clandestins. Une enquête pour infraction à la législation sur les jeux de hasard a été ouverte. Mais le 6 octobre dernier, Le Canard enchaîné a révélé que lors d’une perquisition effectuée chez David Sénat (mis en examen le 1er octobre 2010) les policiers de la brigade de répression du banditisme auraient trouvé une lettre écrite en juillet 2008 par Michèle Alliot-Marie, annotée par Rachida Dati, alors ministre de la Justice, pour demander de « clôturer les investigations dans le cadre de la commission rogatoire, car la bonne foi a été prouvée ». Or, l’enquête impliquait le fils de l’ancien garde des Sceaux Albin Chalandon, Fabien Chalandon, mis en examen le 20 mai 2010. Rachida Dati a dit qu’il s’agissait d’une déclaration mensongère et qu’elle envisageait de porter plainte.

4. D’après Le Canard Enchaîné, deux frères de Fadela Amara auraient occupé son logement de fonction de 120 m² (trois pièces, un bureau, deux salles de bains et un cuisinier à disposition) à Paris pendant plusieurs semaines, un hébergement de ses proches aux frais de la République.

5 . Le Canard enchaîné a révélé que Christian Blanc a fait acheter sur le budget de son secrétariat d’État pour 12.000 € de cigares en dix mois. Il aurait remboursé 3.500 euros correspondant, selon ses dires, à sa « consommation personnelle », avant de rembourser la totalité de la dépense…

6. Le Canard enchaîné a révélé en juin 2010 que Jeannette Bougrab avait fait doubler son indemnité de présidente de la HALDE (de 6.900 à 14.000 euros mensuels). Après qu’elle ait déposé plainte pour diffamation, le tribunal correctionnel de Paris l’a déboutée soulignant que l’enquête du Canard enchaîné était sérieuse et que les chiffres déclarés étaient « tout sauf fantaisistes ».

7. La mission sur la mondialisation confiée à Christine Boutin par l’Élysée. L’ex-ministre était rémunérée 9.500 euros par mois pour cette mission (dont certains professionnels jugeaient qu’elle ne présentait qu’un intérêt mesuré), auxquels elle a ensuite renoncé, et qu’elle cumulait avec sa retraite mensuelle de députée et de conseillère générale.

8. Nous connaissons les positions de Christine Boutin sur l’homosexualité, dans son livre Le Mariage des homosexuels (paru en 1998), Christine Boutin pose la question : « où placera-t-on la frontière, pour un enfant adopté, entre l’homosexualité et la pédophilie ? ». Mais n’oublions pas l’opposition de Luc Châtel à la diffusion du court-métrage d’animation « Le Baiser de la lune » dans les écoles, destiné à la prévention contre l’homophobie, et la manière dont Valérie Pécresse aurait poussé Roger Karoutchi à faire son « coming-out » lors de l’investiture UMP pour les élections régionales en Ile-de-France, en sous-entendant qu’un chef de région était d’abord un chef de famille, ce que M. Karoutchi ne pouvait pas être… Enfin, notons que l’actuel ministre de la Défense et des anciens combattants, Gérard Longuet, aurait fait un rapprochement entre homosexualité et pédophilie, en juillet 2008, au Sénat. Il ne souvient pas avoir tenu ces propos.

9. Marc Robert, procureur de la République de Riom depuis 2000, a été muté (en 2009) car il aurait critiqué la réforme de la carte judiciaire conduite par Rachida Dati, un procédé appelé « promotion-sanction ». Or, le 30 décembre 2010 le Conseil d ?État a annulé le décret de mutation de Marc Robert (qui avait déjà été muté à Paris) au motif qu’elle était irrégulière. Il est à nouveau Procureur de la République de Riom depuis le 30 mars 2011.

10. Le Canard enchaîné a révélé que Christian Estrosi aurait annulé les réservations d’un vol régulier d’Air France qui aurait dû le conduire , lui et une délégation d’élus et de journalistes, à Washington. Il aurait fait louer à la place un Falcon 900 car les horaires du vol d’Air France ne lui auraient pas permis d’assister à un cocktail organisé à l’Élysée. Le Canard enchaîné a indiqué que ce changement de programme a coûté la somme de 138.000 euros à l’État. Christian Estrosi a présenté ses excuses.

11. Le Canard enchaîné a également révélé que Christian Estrosi aurait occupé deux logements de fonction : un appartement à Bercy et un un hôtel particulier parisien de 2.900 m² (avec cuisinier) appartenant à la République, et que sa fille aurait occupé. Il a invité la presse à se rendre dans ce logement, pour s’expliquer sur cette information…

12. Le Canard enchaîné a pointé du doigt l’économe Pénélope Fillon qui aurait utilisé un jet privé pour se rendre à Roscoff (Manche) où avait lieu le baptême d’un navire de la flottille des Britanny Ferries qui fait le lien entre la France et l’Angleterre. Coût du vol : 10.000 euros. Elle n’aurait pas voulu prendre le TGV, dont le coût n’aurait été que de 130 euros aller-retour.

13. Fin septembre 2008, François Fillon et sa famille étaient sur le trajet retour d’un « week-end privé » dans la Sarthe quand un avion de tourisme aurait frôlé l’avion du Premier ministre. Problème : les coûteux avions de la République doivent être utilisés dans un cadre strictement professionnel… Le Premier ministre semble avoir pour habitude de se rendre dans son château de la Sarthe en Falcon, alors que cette résidence est à 1h20 de Paris en TGV.

14. Le Canard enchaîné a révélé que le Premier ministre et sa famille auraient séjourné à titre privé, lors des fêtes de fin d’année 2010, en Égypte dans des hôtels luxueux d’Assouan. Ils auraient été invités par Hosni Moubarak, président déchu suite à la révolution égyptienne.

15. Lors de ses vacances italiennes (en Toscane), François Fillon aurait obtenu le prêt d’une Ferrari bleue pour la journée, et ce gratuitement, auprès du patron de la marque (Charlie Hebdo).

16. Une femme qui se trouvait à moto sur la rocade de Rennes, le 19 mai 2009, a été doublée par un 4×4 avec quatre jeunes à bord, dont le conducteur était le fils de François Fillon, Edouard Fillon. Ceux-ci se sont amusés « à la coller », suffisamment pour que la moto soit rayée à l’arrière, puis ont pris la fuite. Elle a indiqué : « J’ai vraiment eu la trouille de ma vie, Il y avait deux jeunes hommes à l’avant. Ils m’ont collée. Moi, je roulais en appui contre la voiture. Un moment, ils ont ralenti. J’ai accéléré. Ils sont restés derrière moi quelques instants avant de me dépasser à nouveau. Là, j’ai eu droit à diverses insultes. » (JDD) Le lendemain, elle a déposé plainte au commissariat de Rennes avec le numéro d’immatriculation du véhicule qu’elle avait relevé. Le fils de François Fillon mis en cause n’a fait l’objet que d’un rappel à la loi, le 16 septembre, par un délégué du procureur.

17. Le 28 février 2011, le site internet Lesinrocks.com révèle que Henri Guaino, conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, a passé les fêtes de fin d’année en Libye.

18. Brice Hortefeux est condamné le 4 juin 2010 par le tribunal correctionnel de Paris à 750 euros d’amende pour injure non publique envers un groupe de personnes à raison de leur origine, à 2.000 euros de dommages-intérêts à payer au MRAP, et à la publication d’un communiqué de presse compte tenu de « l’effet délétère sur le lien social d’un tel propos, quand il est tenu par un responsable de si haut niveau ». La phrase incriminée, visant un jeune homme d’origine maghrébine, était la suivante : « Quand y’en a un, ça va. C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes. ».

19. Brice Hortefeux a également été condamné le 17 décembre 2010 par le tribunal de grande instance de Paris pour atteinte à la présomption d’innocence de David Sénat, ancien conseiller de Michèle Alliot-Marie, devant lui verser un euro de dommages-intérêts. Il avait laissé entendre que David Sénat était à l’origine de fuites au journal Le Monde dans l’affaire Woerth-Bettencourt. Il a fait appel des deux condamnations.

20. Alain Joyandet a fait louer un jet privé pour 116.500 € afin de se rendre en Martinique, où il devait participer à une conférence internationale.

21. Le Canard enchaîné a par ailleurs révélé que le même Alain Joyandet aurait bénéficié d’un permis de construire illégal pour l’agrandissement de sa villa dans le Var. Le ministre a ensuite renoncé à ce permis de construire…

22. Le Canard enchaîné, en 1995, a révélé un document interne de la Ville de Paris, signé de la main d’Alain Juppé, donnant ordre à ses services de diminuer le loyer de son fils Laurent Juppé qui habitait un appartement de 189 m² appartenant à la Ville de Paris (rue Jacob, dans le 6ème arrondissement, commune la plus chère de France). Des travaux, pour un montant de plusieurs millions de francs, effectués aux frais des contribuables, y ont par ailleurs été effectués. Une plainte pour « prise illégale d’intérêts » a été déposée par l’Association des contribuables parisiens créée ad hoc par Arnaud Montebourg. Une information judiciaire a été ouverte par le procureur de la République de Paris, Bruno Cotte, qui a considéré que le délit de « prise illégale d’intérêts » était établi. Il a annoncé cependant son intention de classer le dossier si Alain Juppé quittait cet appartement. Le procureur général près la cour d’appel de Paris, Jean-François Burgelin, a publié alors un communiqué, approuvé par le ministère de la Justice, affirmant que l’infraction n’était pas constituée et qu’elle était de toute façon prescrite. Cependant, la décision de classement a imposé à Alain Juppé de déménager. Le 28 août 1995, le Garde des Sceaux, Jacques Toubon, a ordonné à Bruno Cotte de quitter le parquet de Paris (Blog de Laurent Remise)…

23. Dans l’affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris, Alain Juppé a été le 1er décembre 2004 condamné à quatorze mois de prison avec sursis et un an d’inéligibilité par la cour d’appel de Paris. Il avait été d’abord condamné par le tribunal correctionnel de Nanterre, le 30 janvier 2004, à dix-huit mois de prison avec sursis et dix ans d’inéligibilité.

24. Scandale sur fond de Françafrique et de conflits d’intérêts. En 2009, Pierre Péan, dans son livreLe Monde selon K a révélé que Bernard Kouchner avait eu des activités de conseil auprès des autorités du Gabon (république où l’alternance politique est inexistante) et de la République du Congo (où les élections sont marquées par nombre d’irrégularités) dans le cadre de la réforme du secteur de la santé de ces deux pays. Bernard Kouchner serait aussi intervenu dans le recouvrement de factures pour deux sociétés de conseil, Africa Steps et Imeda, alors même qu’il était ministre des Affaires étrangères de Nicolas Sarkozy.

25. Le 10 mai 2011, le procureur général de la Cour de cassation, Jean-Louis Nadal, a demandé une enquête pour « abus d’autorité » contre Christine Lagarde dans l’affaire de l’arbitrage privé ayant débouché sur l’attribution de plusieurs centaines de millions d’euros à Bernard Tapie en 2008. Mais le procureur ferait une erreur factuelle en affirmant que Christine Lagarde aurait décidé d’un arbitrage en mai 2007, puisqu’elle était à l’époque ministre de l’Agriculture et non des Finances, poste qu’elle occupera à partir du 19 juin 2007. Ce serait Jean-Louis Borloo, ministre de l’Economie, des finances et de l’emploi du 18 mai au 19 juin 2007 qui devrait donc être visé. Nous précisons que Jean-Louis Borloo a été l’avocat de Bernard Tapie mais qu’il serait aussi un ami très proche. Une enquête préliminaire sur d’éventuels « abus de pouvoirs sociaux » dans l’affaire Lagarde-Tapie vient d’être ouverte. Elle vise les décisions prises par des hauts fonctionnaires (Jean-François Rocchi et Bernard Scemana), qui auraient dissimulé des éléments de la procédure d’arbitrage et ajouté dans le projet d’arbitrage la notion de préjudice moral (chiffrée à 45 millions d’euros pour les époux Tapie). La Cour de justice de la République a mis en délibéré au 8 juillet sa décision sur une éventuelle ouverture d ?enquête contre Christine Lagarde.

26. Très récemment, Mme Lagarde a déclaré sa candidature à la direction du Fonds Monétaire International (FMI), pour succéder à Dominique Strauss-Kahn, inculpé par la justice américaine. Obtenir ce poste nécessite de mener une campagne d’auto-publicité dans le monde entier. Or, comme l’ont pointé de nombreux journaux, non seulement Christine Lagarde consacre du temps (théoriquement dédié à son poste de ministre de l’Économie) mais aussi de l’argent public à cette cause. Le 16 juin 2011, l’Expansion avançait le chiffre de 150.000 euros pour le coût en argent public de cette campagne pour un poste pourtant privé. Mme Lagarde, qui touchera 35.000 euros par mois si elle devient directrice générale du FMI, continue de percevoir pendant sa campagne son salaire de ministre : plus de 20.000 euros par mois.

27. Gérard Longuet est connu pour différentes affaires judiciaires pour lesquelles il n’a jamais été condamné. Ainsi, il a été mis en examen en 1995 dans l’enquête sur le financement occulte du Parti républicain mais il a bénéficié d’un non-lieu le 8 mars 2010, en partie grâce à la loi d’amnistie de 1990 sur les financements politiques. Dans une affaire concernant la construction de sa villa de Saint-Tropez où il est accusé de « recel d’abus de crédit », le ministre est relaxé en première instance, puis par la cour d’appel de Paris en 1998. Il a également été mis en garde à vue en mai 2001, pour recel de corruption dans l’affaire des marchés publics d’Île-de-France mais il est relaxé en 2005.

28. En 2010, Gérard Longuet s’oppose à la nomination de Malek Boutih à la tête de la HALDE car il considère qu’« il vaut mieux que ce soit le corps français traditionnel qui se sente responsable de l’accueil de tous nos compatriotes », excluant ainsi M. Boutih d’un « corps français traditionnel » supposé.

29. Le quotidien La République du centre a révélé qu’Olivier Marleix, conseiller technique du président de la République et fils de l’ancien ministre Alain Marleix, circulait à bord d’une voiture du parc automobile de l’Élysée lorsqu’il a été arrêté par les gendarmes pour avoir circulé à 119 km/h au lieu des 70 autorisés. Il aurait fait valoir ses relations auprès des militaires et leur aurait comprendre qu’il serait « préférable de classer l’incident ». M. Marleix a démenti ; il a affirmé que le gendarme l’ayant reconnu en tant que Maire d’Anet, aurait spontanément renoncé à le verbaliser.

30. Le site Rue89 nous a informé qu’une employée de 36 ans du Printemps de Nancy aurait été licenciée suite à une altercation avec Nadine Morano. Dans un communiqué, Nadine Morano a réfuté être à l’origine de ce licenciement, qui aurait relevé selon elle de la seule appréciation de l’employeur… Mme Morano avait fait venir le directeur du magasin pour l’informer du comportement de cette employée… ce qui aurait entraîné son licenciement.

31. Patrick Ollier, compagnon de Michèle Alliot-Marie, ancien président de l’Assemblée nationale, ministre des relations avec le Parlement depuis le 14 novembre 2010 est aussi un ami de Mouammar Khadafi, et est à la tête du groupe d’amitié France-Libye à l’Assemblée nationale.

32. Le 22 juin 2011, Georges Tron est mis en examen pour « viols et agressions sexuelles en réunion » sur deux employées de sa Mairie de Draveil. Il est placé sous contrôle judiciaire.

33. La presse a en outre relayé les doutes des élus d’opposition de la ville de Draveil concernant la provenance des fonds qui auraient financé l’installation d’un cabinet de réflexologie de Georges Tron attenant à la mairie.

34. L’épouse d’Éric Woerth, ministre du Budget, aurait, selon les dires de Patrice de Maistre enregistrés par un majordome de Liliane Bettencourt, été engagée pour faire plaisir au ministre, au sein de la société Clymène chargée de gérer le patrimoine de la milliardaire héritière de L’Oréal. Florence Woerth a démissionné le 25 juin 2010 après des accusations de conflits d’intérêt concernant son mari. Le site internet de l’Express a de plus révélé qu’Éric Woerth avait remis la Légion d’honneur à Patrice de Maistre.

35. Éric Woerth a également été critiqué pour le cumul de ses fonctions ministérielles avec celle de trésorier de l’UMP. Or, selon l’ex-comptable de Liliane Bettencourt, Claie Thibout, 150.000 euros d’argent liquide, dépassant le plafond légal de 7.500 euros, auraient été remis à Éric Woerth par l’intermédiaire de Patrice de Maistre pour financer la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Le ministre a annoncé sa démission du poste de trésorier de l’UMP le 13 juillet 2010.

La presse s’est aussi étonnée du fait que bien que la 2e fortune de France ait admis elle-même avoir fraudé le fisc (elle a dit avoir remis de l’ordre dans ses comptes depuis), les services fiscaux, de leur côté, n’ont jamais posé aucune question à Mme Bettencourt sur le sujet…

36. Le Canard enchaîné et Marianne ont révélé qu’Éric Woerth avait autorisé, en mars 2010, la vente de gré à gré d’une parcelle de la forêt domaniale de Compiègne à un prix largement inférieur à celui du marché, à l’association privée Société des courses de Compiègne. Saisi par le procureur général de la Cour de cassation, Jean-Louis Nadal, la Commission des requêtes de la Cour de justice de la République a donné le 13 janvier 2011 un avis favorable à l’ouverture d’une enquête pour « prise illégale d’intérêts ».

À la lecture de cette liste on constate d’une part que les condamnations judiciaires restent relativement rares (les ministres qui n’ont pas été condamnés restent donc officiellement innocents des faits évoqués par la presse) ; par ailleurs, on note que les rares condamnations ? inscrites au casier judiciaire – n’empêchent pas ceux qui en ont fait l’objet d’accéder à des postes de pouvoir. »

Cet article, signé Diké, est un terrifiant bilan de l’une des promesses phare du candidat Sarkozy de 2007…

Diké

22/09/2010

Politique de la ville : les subventions aux associations…

Epluchez ce document et regardez quelles associations sont particulièrement « gâtées ». Et faites le rapprochement avec qui est la secrétariat d’ État à la politique de la ville aux associations… On n’est jamais si bien servi que par soi-même et pour les siens…

Fadela Amara

FDF

Subventions du secrétariat d’ État à la politique de la ville aux associations. L’ essentiel des financements est assuré par l’ Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (ACSé)

En 2008, 93 associations ont été subventionnées par l’ACSé, pour un montant total de de 4 329 588 euros.

Parmi les heureux élus, notons que SOS Racisme a reçu 50 000 euros, Ni putes ni soumises 40 000 euros.  Pour Bondy blog : 25 00 euros ;  Journalisme et Citoyenneté a touché  5 000 euros. L’ Union des couveuses (?) : 30 000 euros.  L’ Anah, qui est un établissement public …  a touché 17 781 euros.

(Source : Réponse du secrétariat d’ État à une question écrite du député Marland-Militello ;  publiée au JO du 27/07/2010).

ASSOCIATIONS SUBVENTIONNÉES DÉPARTEMENT SUBVENTION
2008
(en euros)
Académie des sciences 75 30 000
ACEPP (Association collectifs enfants parents professionnels) 75 50 000
ACSB (Association communautaire santé bien-être) 20 000
ADICR (Association du dialogue inter culturel et interreligieux) 15 000
AFEV (Association de la fondation étudiante pour la ville) 75 100 000
AFIJ (Association pour faciliter l’insertion professionnelle des jeunes diplômés) 75 30 000
ANACEJ (Association nationale de conseils d’enfants et des jeunes) 75 10 000
ANAH (Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat) 75 17 781
ANDEV (Association nationale des directeurs de l’éducation des villes de France) 45 10 000
ANGC (Association nationale des groupements de créateurs) 77 45 000
APEM-SP (Association nationale du réseau d’acteurs des plates-formes, espaces et maisons des services publics) 93 22 000
Artfactories 75 30 000
Association des compagnons bâtisseurs 37 70 000
Associations des ludothèques de France 10 000
Association des travailleurs sociaux dans les commissariats et les brigades 59 35 000
Association enfance et musique – Noisy-le-Sec 93 20 000
Association France Médiation 60 000
Backstreet Productions 93 25 000
Banlieues d’Europe – Strasbourg 67 25 000
Bondy Blog 25 000
Centre en ville en mouvement 19 000
CIPC (Centre international pour la prévention de la criminalité) 150 000
CNLRQ (Comité national de liaison des régies de quartier – Paris) 75 35 000
Concours Talents 75 175 000
Coopérer pour entreprendre 75 30 000
Conférence des grandes écoles 75 100 000
Culture du coeur 75 15 000
Culture et hôpital 30 000
Débarquement Jeunes Suite et source: http://tinyurl.com/2u6kven

31/08/2010

Fadela Amara est «contre» l’élargissement des conditions de déchéance de nationalité. Etonnant, non ?

Du coté du gouvernement, il ne manquait plus qu’elle pour s’opposer au début du « nettoyage des écuries d’Augias »… Et pour cause… Lire: http://tinyurl.com/2dnj78e

FDF

31.08.10

La secrétaire d'Etat à la politique de la Ville, Fadela Amara, le 17 mai 2010, à Rabat (Maroc)

La secrétaire d’Etat à la politique de la Ville, Fadela Amara, le 17 mai 2010, à Rabat (Maroc) A.SENNA / AFP

Après Hervé Morin, un autre membre du gouvernement se fait entendre. La secrétaire d’Etat chargée de la politique de la Ville Fadela Amara s’est déclarée mardi sur RTL «contre» l’élargissement des conditions de déchéance de la nationalité envisagé par le gouvernement.

Lors de son discours de Grenoble le 30 juillet, le président de la République Nicolas Sarkozy avait fait un lien entre insécurité et immigration et s’était prononcé pour la déchéance de la nationalité pour certains criminels d’origine étrangère, notamment les meurtriers de membres des forces de l’ordre ou de fonctionnaires. Le ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux avait ensuite annoncé qu’il voulait étendre cette possibilité de déchéance aux faits d’excision ou de polygamie.

«Je suis contre l’élargissement à toutes les autres formes de crimes»

Fadela Amara a rappelé qu’elle était favorable à la législation actuelle (déchéance de la nationalité en cas de condamnation pour «terrorisme» ou «atteinte à la sûreté de l’Etat») ajoutant: «Je suis contre l’élargissement à toutes les autres formes de crimes».

La veille, Bernard Kouchner a déclaré avoir «pensé à la démission», à cause des expulsions de Roms.

Source: http://tinyurl.com/2ult7sy

30/08/2010

Mitterrand et Amara hués à un concert de musiques du Maghreb! (2).

J’ai récupéré la vidéo: http://tinyurl.com/3aak2er

Mais franchement, qu’est-ce qu’il leur a pris de se jeter dans la gueule du loup? Ils se font huer mais apparemment, ils s’en foutent… Ce genre de manifestation bien ciblée n’est guère fréquentable, tout le monde le sait. Retour de bâton de la préférence non-nationale… Et l’autre qui ne peut s’empêcher de jacter en arabe… On est gâtés, au Gouvernement…

FDF

.

29/08/2010

Le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, et la secrétaire d’Etat chargée de la politique de la Ville, Fadela Amara, ont été hués par la foule, ce soir lors du Grand Ramdam, un concert de musiques du Maghreb organisé à la Cité de la Musique et au parc de la Villette.

S’adressant au public entre deux concerts, les deux membres du gouvernement ont été accueillis par les sifflets et les huées des spectateurs. « Vous êtes venus ici pour écouter de la musique et pas pour écouter des ministres », a dit à la foule M. Mitterrand, à l’origine de la manifestation, pour tenter de la calmer.

Interrogé quelques minutes après l’incident par l’AFP, le ministre de la Culture a reconnu qu’il y avait eu « des mouvements divers » parmi les spectateurs. « Quand vous interrompez un concert, ce qui est une chose que je ne voulais absolument pas qu’on fasse, vous dérangez absolument tout le monde. Je voulais m’exprimer dans les coulisses sans déranger le déroulement de la soirée », a insisté Frédéric Mitterrand.

« La soirée est formidable. Il y a plein de monde, des gens qui viennent de partout », s’est-il par ailleurs réjoui, estimant que « l’essentiel est que le public qui est venu soit content ».

Source: http://tinyurl.com/2f2yh3e

14/05/2009

L’ascension étonnante de Fadela Amara…

Filed under: Uncategorized — francaisdefrance @ 11:37
Tags: , , ,

On a du beau monde au gouvernement…

Le 20 mai prochain sortira en librairie l’ouvrage Fadela Amara, le destin d’une femme, écrit par Cécile Amar, journaliste au Journal du dimanche, qui a décidé de lever le voile sur la secrétaire d’Etat à la Politique de la Ville, en fouillant dans son passé afin de retracer au plus près son parcours.

L’Express nous révèle aujourd’hui des passages exclusifs de cette biographie approfondie, à commencer par le récit de son ascension – non sans écarter les gêneurs – au rang de présidente du mouvement féministe Ni putes Ni soumises, fondé en 2003 suite au succès de l’opération la Marche des femmes des quartiers pour l’égalité et contre les ghettos.

Outre cette période, qui révèle une Fadela Amara radicale et détonnante, une difficile affaire de famille – qui a été une épreuve terrible pour elle – est révélée dans ce livre.

Le 14 février 1984, le bijoutier André Baster et sa femme Marie-Louise rentrent chez eux, à Joze, une commune située dans le Puy-de-Dôme, et se font braquer par trois hommes cagoulés et armés. Quelques instants plus tard, le propriétaire de la maison est assassiné par un coup de feu. Le cambrioleur qui a tiré n’est autre que Hassein Amara, 23 ans, le frère aîné de Fadela.

S’en suivent alors des années de combat, afin que cet homme, arrêté sept ans plus tard, soit défendu comme il en a le droit. Cécile Amar raconte : « Ce drame ruine Fadela, qui se démène, emprunte à qui elle peut pour régler les frais d’avocat. Elle se bat, toute seule, sans rien dire, pour son frère, ou plutôt pour ses parents. Et craque parfois. »

Le 11 octobre 1995, Hassein Amara est condamné à seize ans de prison. Durant son incarcération, sa carte de séjour arrive à expiration, commence alors une nouvelle quête pour Fadela : réussir à lui obtenir un titre de séjour.

Après de nombreux découragements, lorsque Nicolas Sarkozy accède au poste de ministre de l’Intérieur, le soulagement arrive. « Je ne sais pas si Sarko a donné des ordres, mais mon frère a eu enfin ses papiers«  dit-elle.

Est-ce pour ça que la secrétaire d’Etat à la Ville, encartée au Parti Socialiste jusqu’en 2007, défend bec et ongles et tempère les propos parfois désobligeants qu’elle entend sur le président de la République ? Sûrement.

Les liens entre le chef de l’Etat et Fadela Amara seraient-ils, grâce à cet épisode qui a terminé un long combat, un peu plus étroits que nous le pensions ? « Tu ne sais pas ce qu’il a fait pour mon frère« , dit-elle parfois. Ne jugeons pas, car c’est vrai, nous ne savons pas.

Laureline Reygner

vu sur http://www.purepeople.com/article/fadela-amara-des-liens-avec-nicolas-sarkozy-plus-forts-qu-on-le-pensait_a31062/1