Francaisdefrance's Blog

19/03/2012

Un américain, Jared Taylor aux Assises “La France en danger”.

Image d’illustration.

.

Les dangers de la « diversité », ça le connait, Jared Taylor. Qui de mieux placé que lui pour en parler. Celles et ceux qui étaient aux Assises “La France en danger” samedi passé peuvent en témoigner.

FDF

.

Une liberté de ton presque impossible pour un Français et en plus dans un très bon français, samedi dernier Jared Taylor (fondateur et rédacteur de American Renaissance) est intervenu lors des assises “Nationalité, Citoyenneté, Identité – La France en danger” qui se sont  déroulées à Paris.

Jared Taylor est une des personnalités les plus attachantes du vaste univers des think tanks conservateurs américains.
Son histoire en fait un des hommes les plus ouverts sur le monde de la capitale américaine. Né au Japon dans un petit village de campagne, il parle un japonais parfait ainsi qu’un excellent français, perfectionné à l’université de Yale et à l’Institut d’études politiques de Paris
À la fin de ses pérégrinations en Europe, après avoir longtemps séjourné en Afrique, il rentre aux États-Unis

C’est en partant d’une comparaison avec le peuple japonais qu’il connaît parfaitement et les sociétés traditionnelles qu’il a appris à apprécier durant son étape africaine, qu’il a perçu le rôle croissant du dogme de la «diversité» dans le détricotage du tissu social américain.

Un américain, Jared Taylor aux Assises “La France en danger” [vidéo]

Catherine Blein, organisatrice des Assises, entourée de gauche à droite de Jean-Yves Le Gallou, Jared Taylor et Fabrice Robert

Véritable religion civile des États unis à partir du président Johnson, l’idéologie de la « diversité » tend à justifier les choix des élites financières et politiques américaines du libre échange des personnes quelque en soit le prix à payer par les citoyens américains ordinaires.

Un américain, Jared Taylor aux Assises “La France en danger” [vidéo]

Vue d’une partie de la salle.

Les quelques voix comme celle de Jared Taylor qui osent crier que le roi est nu avec des arguments solides, puisés tout autant dans l’actualité, les statistiques officielles que dans les travaux les plus avancés de la génétique, mettent à mal les défenseurs de la « diversité » qui, faute d’idées, en sont réduits à la politique du « name calling ».

C’est ainsi que Jared Taylor est devenu, pour certains à gauche, le visage souriant des suprématistes blancs ou la version moderne du vieux colonialisme, pour d’autres à droite, il serait un vrai dissident américain qui dénonce sans peur les « tabous tribaux » contemporains.

Quoi qu’il en soit, Jared Taylor et le laboratoire d’idées qu’il anime occupent une place originale dans une Amérique traditionnellement conformiste. Sa critique du principe cardinal de la société américaine d’aujourd’hui, le dogme des bienfaits de la « diversité », est d’autant plus douloureuse pour l’intelligentzia progressiste de la côte Est et pour l’establishment financier qu’elle s’appuie sur des faits que tous les Américains connaissent et sur des données scientifiques difficiles à réfuter.

Vingt jours avant les Assises “La France en danger”, Jared Taylor avait accordé une interview exclusive à Novopress.

Novopress a déjà publié en vidéo 3 autres interventions de ces Assises :
Jean-Yves Le Gallou aux Assises “La France en danger” [vidéo]
Filip Dewinter, du Vlams Belang, aux Assises “La France en danger” [vidéo]
Démographie de l’immigration : Y-M Laulan aux Assises “La France en danger” [vidéo]

Crédit photos : Novopress, licence CC.

[cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine [http://fr.novopress.info/]

14/03/2012

Assises de la Nationalité du 10 mars 2012; il s’est passé quoi ???

Samedi 10 mars se sont tenues les Assises de la Nationalité. Voici le compte-rendu de Riposte Laïque.

Bonne lecture.

FDF

.

Compte-rendu des Assises de la Nationalité du 10 mars 2012

Une douceur toute printanière nous attendait à l’Espace Charenton ce matin où nous nous sommes retrouvés, telle une chaleureuse famille que l’on se réjouit de revoir lors des grands évènements et qui s’agrandit avec bonheur.

Ce qui était frappant d’emblée c’était ces vitres recouvertes de planches de bois tandis que d’autres offraient à notre sidération la nudité des impacts de pierres, une lapidation en règle contre la liberté d’expression témoignant de l’intolérance contre laquelle il nous fallait plus que jamais être là. Le Figaro nous apprendra à ce sujet l’interpellation d’individus du NPA s’étant trouvés par une totale inadvertance devant l’Espace Charenton jeudi soir et précisera « que l’affaire dépasserait le cadre du simple collage d’affiches ». Lesquels militants allant même jusqu’à se réunir samedi soir devant le quai des Orfèvres pour exiger la libération de leurs camarades.

Vraiment, la tolérance, la liberté et la démocratie sont des valeurs qu’il est urgent de remettre entre les mains de gens bien éduqués, intelligents, respectueux des lois et antitotalitaires.

Nous devisions aimablement à l’extérieur en attendant l’ouverture quand quelqu’un a raconté avoir reçu un mail l’informant qu’une école primaire publique de Grigny, territoire perdu de la République, donnait ses cours (français, maths…) en langue arabe durant les heures de classe normales et qu’incrédule il s’était renseigné auprès de la directrice de l’école qui lui avait confirmé, lui proposant même de rencontrer l’enseignante.

Nous sommes entrés dans la salle, avons aperçu quelques images des éructations haineuses de Mohammed Achamlane juste avant l’arrivée des premiers intervenants, des historiens qui nous ont rappelé les origines anciennes de la démocratie, évoquant le remplacement de la population originelle de l’Egypte dans l’hyper violente conquête islamique et le sort des Balkans et la Grèce « stérilisées » lors de l’occupation turque, rappelant aussi le Pacte de Quincy (1) passé en 1945 entre les EU et l’Arabie Saoudite afin de sceller à nos dépens des liens intimes très particuliers entre les deux pays.

Yvan Blot de Démocratie Directe a notamment fait part d’un projet en Allemagne consistant à modifier la langue allemande parce que les immigrés turcs se plaignent de la difficulté à l’apprendre.

Est intervenu ensuite Javier Pontella de El Manifiesto appelant à la nécessaire préservation du sens de la patrie car sans patrie pas d’Histoire, pas de racines, pas de lien entre les hommes d’hier et ceux d’aujourd’hui, pas de lien avec les hommes de demain et donc pas de construction possible des individus ni à titre personnel ni à titre collectif.

Les sentiments régionalistes des Identitaires ont ensuite été un peu chatouillés par Christine désireuse de se recentrer sur l’union nationale plutôt que sur la tentation de diviser la République en territoires spécifiques qui ferait le jeu de la mondialisation, des propos provoquant quelques sifflets appuyés dans le fond de la salle heureusement suivis de l’intervention de Pierre prenant son relais pour « recoller les morceaux » et se remémorant l’anecdote entre Philippe de Villiers et Sarkozy, ce dernier confiant sa totale froideur devant les paysages de notre pays et devant l’Histoire passée puisque seul l’intéresse l’avenir. Quand on relie cette anecdote aux propos de Javier Pontella ci-dessus on en mesure tout le cynisme et l’aberration.

Nous avons ensuite été emmenés en Flandre avec Filip Dewinter du Vlaams Belang se réjouissant du danger que connait la Belgique actuellement puisque pressé de sa séparation, se lamentant aussi de ce que le prénom Mohamed soit le plus donné à Bruxelles et Anvers.  Son intervention sera émaillée de nombreux applaudissements.

Des murmures de satisfaction se sont élevés quand Oskar Freysinger nous est apparu assis à côté de son ficus pour nous enjoindre à ne pas être des feuilles mortes face à la menace qui nous pend au nez.

Nous ont été passés des tableaux de chiffres catastrophiques sur l’immigration par le pétulant démographe Yves-Marie Laulan qui a saupoudré ses explications d’une bonne dose  d’humour. Chiffres officiels à l’appui, l’immigration nous coûte 73,3 milliards par an alors que la France est endettée jusqu’au cou et de ce fait s’appauvrit encore plus gravement. Il affirme avoir les preuves que les chiffres de l’Insee sont bidonnés et que le nombre d’entrants n’est jamais descendu en-dessous de 250 000 par an, comprenant les clandestins et les populations d’outremer malgré les différentes lois de 2003, 2006 et 2007 instaurant la fermeture des frontières.

Les tableaux ont défilé sous nos yeux ébahis faisant pleuvoir les infos : la nationalité française accordée par mariage durablement installée par Chirac en 74 ; sur 810 000 naissances en métropole 165 000 sont de populations immigrées hors naissances en outremer ; les Africaines font plus d’enfants en France que dans leur pays d’origine grâce aux allocations que nous leur offrons ; plus de 12% de la population française est d’origine étrangère, dans 20 ans ce sera 20% et dans 40 ans nous deviendrons minoritaires ; on nous tait ces chiffres sidérants pour nous mettre devant le fait accompli ; la gauche prépare l’avènement du métissage qui lui permettra à terme (du moins le pense-t-elle) de régner indéfiniment…

Il nous a enjoint à consulter le rapport du CICI (Comité Interministériel de Contrôle de l’Immigration) (2) pour tout savoir sur les vrais chiffres de l’immigration, les conditions de délivrance de visas et titres de séjour, les fraudes à l’identité, les conditions d’asile, l’intégration, etc.

Jean-Paul Gourévitch a fait sourire l’assistance en confondant par deux fois les millions et les milliards au sujet des étrangers dont il a affirmé qu’il coûtait six fois plus cher de les garder en France que de les renvoyer dans leur pays, que la fraude à la RATP coûtait plus d’un milliard par an au contribuable. Il a fait bondir la salle et s’est même fait huer lorsqu’il a dit que pour lui l’islamisme était un problème mais pas l’islam puisque les deux seraient très différents selon lui, ce qui sera relevé par Henry de Lesquen qui rappellera par ailleurs les différentes lois comme celle sur le droit du sang en 1803 ou celle sur le droit du sol qui par contre n’existe pas en France.

Jean-Yves Le Gallou de la Fondation Polémia a pris ensuite le micro pour là encore nous ruiner encore plus le moral : le Syndicat Intercommunal de la Restauration Collective (Siresco) a banni le mot « porc » de son vocabulaire et de ses attributions ; à la Courneuve cohabitent 100 nationalités différentes alors qu’on nous embrouille en parlant de 75% de Français sans toutefois préciser qu’ils ne sont français que par la détention d’un petit bout de carton plastifié n’ayant d’autre valeur que celle d’un passe-droit permettant d’accéder à la caisse fiduciaire des Français d’origine ; à Pantin règnent désormais six boucheries, toutes halal, info relayée par Le Monde évoquant ironiquement une « passation en douceur » du commerce traditionnel au halal.

Il faut vraiment être aveugle pour ne pas voir que le grand remplacement est déjà bien avancé, ainsi entre 2006 et 2010 il y a eu 700 000 acquisitions de la nationalité française.

L’essayiste et chef d’entreprise Marc Rousset a suivi, évoquant lui l’identité à géométrie variable chez les bien pensants toujours prompts à défendre l’identité tibétaine, amérindienne et autres et condamnant systématiquement toute velléité de revendication identitaire pour les pays européens. Un deux poids deux mesure malhonnête auquel on est habitués de leur part mais qui reste toujours aussi difficile à digérer.

Le moment qui est resté le plus fort pour moi de cette journée a été l’intervention de l’Américain Jared Taylor (American Renaissance) nous gratifiant d’anecdotes concrètes, se moquant du culte de la diversité aux EU poussé à l’excès jusqu’au ridicule « la diversité est notre force ! » me faisant penser au slogan répété jusqu’à complète intégration dans la Ferme des Animaux d’Orwell « quatre pattes oui, deux pattes non ! ». Il nous a raconté ces églises peuplées chacune de populations spécifiques et jamais mélangées, ces citoyens condamnés à faire faire des trajets invraisemblables à leurs enfants ou à les mettre dans le privé très coûteux alors qu’ils ont des écoles à proximité, pour la seule raison des incompatibilités de chacun à vivre ensemble et des affrontements inter-ethniques quotidiens. Ainsi les Porto-ricains se frittent avec les blancs, les asiatiques avec les noirs, les noirs avec blancs.

Des Porto-ricains ont éliminé tous les noirs de « leur » ville provoquant une émeute meurtrière sans qu’il n’en soit fait mention dans la presse. Dans certaines grandes villes des EU il y a moins de 10% de blancs. Détroit, ville des industries Ford et General Motors, a vu sa population blanche déserter, chassée par les noirs. Le taux de pauvreté de Détroit est actuellement deux fois plus élevé que dans le reste du pays, les bureaux ont été abandonnés par une population désireuse d’aller chercher de la sécurité ailleurs, les gratte-ciels sont désormais totalement vides ainsi que les rues environnantes donnant aux anciens quartiers d’affaires des allures de ville fantôme.

Les revendications de la communauté musulmane pourtant peu nombreuse consistent à imposer là-bas aussi le halal dans les cantines et le port de tenue spéciale pour les femmes dans les piscines. Les administrations avaient instauré également un jour de fermeture pour « l’Aïd machin chose » mais devant les demandes des autres communautés religieuses se sentant flouées ils ont dû arrêter faute de quoi ils auraient dû fermer tous les jours de l’année.

Jared Taylor est ovationné debout quand il conclut par une déclaration d’amour pour la France où il a fait ses études et qu’il nous supplie de la défendre de toutes nos forces. Nous serons nombreux à aller le voir pour le remercier de son intervention et lui témoigner notre gratitude.

Fabrice Robert a accaparé à son tour la tribune, brandissant sa carte d’identité en affirmant qu’à elle seule elle ne pouvait définir l’identité d’un individu. Il a lu quelques lignes du courrier que Georges Marchais avait adressé au recteur de la mosquée de Paris en 81 (3), a vilipendé les contrôles de papiers à Barbès quand on laissait grandes ouvertes les frontières. Il nous a amusés de ce jeu de mot « les bobos c’est un tiers mondain, deux tiers mondistes ».

La journée s’est conclu avec la Présidente du NCI (Nationalité Citoyenneté Identité), Catherine Blein,  dont les propos n’ont pas fait l’unanimité mais qui a appelé à réfléchir sur la pertinence à accorder la nationalité française à des personnes dont on ne sait pas contre qui elles tireraient en cas de guerre.

Elle nous avait par ailleurs confié en introduction que plus de 90% des maires sur les 30 000 interrogés par son association se sont déclarés hostiles au droit de vote et d’éligibilité des étrangers.

J’ai regretté l’absence de certains intervenants programmés comme Omar Ba, Jean Raspail ou Jean-Paul Bourre, ce dernier ayant été contraint d’annuler sa venue pour cause de… menaces. Voilà la France qui nous attend si on en confie les clés aux individus plus prompts à jeter des pierres sur la liberté d’expression qu’à condamner ceux qui jettent des pierres sur les femmes désobéissantes.

Et pour finir j’ajouterai à l’attention de Mme Michèle Blumenthal, maire PS du 12e à qui, la veille, j’avais exprimé en 1 000 caractères ce que je pensais de ses propos, que je n’ai pas vu l’ombre d’un skin head mais par contre de nombreux et joyeux quinquas (et plus) grisonnants, vrais défenseurs de la Liberté et qu’elle serait bien avisée d’en prendre de la graine.

Caroline Alamachère

______________________________________________________________

(1)  http://fr.wikipedia.org/wiki/Pacte_du_Quincy

(2)  http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/094000036/0000.pdf

(3) « Je vous le déclare nettement : oui, la vérité des faits me conduit à approuver, sans réserve, la riposte de mon ami Paul Mercieca. … Plus généralement, j’approuve son refus de laisser s’accroître dans sa commune le nombre, déjà élevé, de travailleurs immigrés … En raison de la présence en France de près de quatre millions et demi de travailleurs immigrés et de membres de leur familles, la poursuite de l’immigration pose aujourd’hui de graves problèmes. Il faut les regarder en face et prendre rapidement les mesures indispensables. … La cote d’alerte est atteinte. … C’est pourquoi nous disons : il faut arrêter l’immigration, sous peine de jeter de nouveaux travailleurs au chômage. … Je précise bien : il faut stopper l’immigration officielle et clandestine. … Il faut résoudre l’important problème posé dans la vie locale française par l’immigration. … Se trouvent entassés dans ce qu’il faut bien appeler des ghettos, des travailleurs et des familles aux traditions, aux langues, aux façons de vivre différentes. Cela crée des tensions, et parfois des heurts entre immigrés des divers pays. Cela rend difficiles leurs relations avec les Français. … Quand la concentration devient très importante … la crise du logement s’aggrave ; les HLM font cruellement défaut et de nombreuses familles françaises ne peuvent y accéder. Les charges d’aide sociale nécessaires pour les familles immigrés plongées dans la misère deviennent insupportables pour les budgets des communes » (Georges Marchais au Recteur de la Mosquée – L’Humanité, 6 janvier 1981)

14/12/2011

Vidéos du rassemblement de ce jour à l’occasion du procès d’Houria Bouteldja sur le racisme anti-blanc

Allez; vous l’avez bien mérité…
Comme le dit Fabrice Robert: « ici, c’est la France » !!!

FDF
.
Vidéos du rassemblement de ce jour à l’occasion du procès d’Houria Bouteldja sur le racisme anti-blanc

Novopress présente quelques courts extraits vidéo du rassemblement qui a eu lieu cet après-midi 14 décembre devant le Palais de Justice de Toulouse à l’occasion du procès d’Houria Bouteldja concernant le jeu de mot raciste anti-blanc souchiens/sous-chiens qu’elle a fait dans l’émission “Ce soir (ou jamais !)” de Frédéric Taddeï en juin 2007.

Une centaine de personnes y participèrent à l’appel du Bloc Identitaire et également de Riposte laïque, Résistance Républicaine et France-Solidarité. Nous avons déjà publié l’allocution faite sur place par Fabrice Robert, président du Bloc Identitaire.

[cc] Novopress.info

Haro sur la Houria ce mercredi 14 décembre à Toulouse !

Il faut y aller nombreux. Elle va se rendre compte ce qu’est de « niquer la France », cette conne !
Pour mémoire: http://www.dailymotion.com/video/xb26x6_houria-bouteldja-les-francais-sous_news
Et:
FDF
.

Procès Houria Bouteldja à Toulouse : Fabrice Robert dénoncera les complices du racisme anti-blanc

Malgré le silence assourdissant des pouvoirs publics, des grands médias et des autorités morales, le racisme anti-blanc est en train de se banaliser dans la société française et le procès de Houria Bouteldja aura permis, en quelques mois, d’alerter les français sur une terrible réalité : aujourd’hui, le racisme anti-blanc tue…
Cependant,  certains ne pourront plus en témoigner comme, Romain, tué à la machette en Avignon, Jean-Claude  battu à mort à Epinay-sur-Seine, Gaëtan poignardé à Beaulieu, Thierry battu à mort à Bolène, Martin, rescapé miraculeux d’un lynchage et de plusieurs coups de couteau à Grenoble.

Et quand il ne tue pas, le racisme anti-blanc se décline au quotidien en vexations, insultes, agressions en bandes organisées. En témoigne le cas de ces jeunes gens traités de « sales Blancs » et molestés dans une rame du métro toulousain, celui de l’étudiant parisien passé à tabac dans un bus de nuit aux cris de « sale Français de merde ! », ou encore le cas du jeune Paulo, lynché il y a quelques semaines à Dijon aux cris de « On casse du Blanc ! »… les cas similaires se comptant par centaines.

Mais, quelle que soit la forme que revêtent ces agressions, nous n’avons pas vocation à baisser les yeux ou à changer de trottoir du fait de la couleur de notre peau. Ce sera le sens de l’intervention de Fabrice Robert président du Bloc Identitaire qui compte également dénoncer les complices de cette situation.

Rappelons que ce rassemblement est organisé par les trois mouvements à l’origine de l’apéro saucisson-pinard – Riposte laïque, Bloc Identitaire et Résistance Républicaine auxquels se joint France-Solidarité –  qui appellent tous les résistants et identitaires à clamer leur indignation à l’occasion de ce procès.

Rendez vous le 14 décembre à 14 h devant le Palais de Justice de Toulouse
Co-voiturage, à partir des principales villes du sud de la France
: info@bloc-identitaire.com
: Permanence : 09 7541 63 22 (de 09h00 à 20h00)
: Service Communication : 06 78 79 31 81
: www.bloc-identitaire.com

29/11/2011

Procès Bouteldja : tous à Toulouse le 14 décembre pour dénoncer le racisme anti-blanc !

Les « sous-chiens » devraient se régaler, ce jour là. A moins que notre justice fasse encore pencher la balance dans le mauvais sens…

FDF

Houria Bouteldja, c’est ça…

.

Le mercredi 14 décembre , les Identitaires seront mobilisés à Toulouse à l’occasion de la comparution de Houria Bouteldja pour injures raciales en raison de son utilisation du terme « sous-chiens ».

Fabrice Robert – Président du Bloc identitaire – et Christine Tasin – Présidente de Résistance républicaine – prendront la parole lors de la manifestation prévue devant le tribunal.

En traitant les Français de souche de « sous-chiens », en proposant d' »éduquer » les Blancs, nous considérons qu’Houria Bouteldja porte une responsabilité morale dans la propagation de la haine contre les Français, contre les Européens de souche, contre les Blancs.

Mercredi 14 décembre , à Toulouse, nous souhaitons faire le procès du racisme anti-blanc et ce ne sera pas un luxe, puisqu’il y a moins de dix jours, le maire de Dijon, interpellé par les Identitaires, osait balayer d’un revers de main et d’un rictus dédaigneux le lynchage d’un jeune blanc par ces mots insanes « Le racisme anti-blanc ce n’est pas celui-là qui m’inquiète… ».
Pour notre part, il nous révolte et portés par des millions de Français, nous montrerons que nous entendons y porter un coup d’arrêt à Toulouse.

Les trois mouvements qui avaient organisé l’apéro saucisson-pinard le 18 juin 2010 devant l’Arc de triomphe – Riposte laïque, Bloc Identitaire et Résistance Républicaine auxquels se joint France-Solidarité – appellent tous les résistants et identitaires à clamer leur indignation à l’occasion de ce procès.

Rendez-vous le mercredi 14 decembre à 14 heures devant le tribunal de Toulouse. Co-voiturage organisé à partir des principales villes du sud.

25/06/2011

Conférence sur l’islam le 2 juillet à Strasbourg.

Venez nombreux…

FDF

.


Islamisation : rassemblement européen à Strasbourg le 2 juillet

Les associations de défense des droits humains SIOA et SIOA organisent le 2 juillet à Strasbourg une conférence sur l’islam, à 15 h. Cette conférence sera précédée, par une manifestation à 13 h. 

Les conférencier(e)s sont :  

Pamela Geller, journaliste (juive) américaine, auteur du livre « La Présidence post-américaine : la guerre de l’administration Obama contre l’Amérique » et du livre à paraître prochainement « Arrêtez l’islamisation de l’Amérique, Un guide pratique pour la Résistance » ;  

Robert Spencer, spécialiste de renommée internationale de l’islam, auteur notamment du « Guide poliquement incorrect de l’islam » traduit en français sur le site : http://www.gpii.precaution.ch/

Anders Gravers, président de SIOE stop à l’islamisation de l’Europe,

Roberta Moore de la section juive -EDL;

Conny Meier du groupe de défense des droits humains en Allemagne Pax Europa  

Pavel Chernev , le candidat bulgare aux élections présidentielles,

Christine Tasin, présidente de l’association  Résistance Républicaine

Pierre Cassen, rédacteur en chef de Riposte laïque

Fabrice Robert, Président du Bloc Identitaire

Rassemblement : Stop à la construction de mosquées et de minarets en Europe à 13 heures

Conférence : à 15 h ,  entrée : 10 €

Le lieu exact sera communiqué ultérieurement sur le site Riposte laïque.

A lire ci-dessous le communiqué de Robert Spencer, et la lettre de Résistance Républicaine au Préfet

Communiqué de Robert Spencer.

Unis face au jihad : première Conférence transatlantique anti-islamisation, le 2 juillet en France
Les organisations de défense des droits humains « Stop à l’islamisation de l’Amérique » (SIOA) et « Stop à l’Islamisation de l’Europe » (SIOE) tiendront leur premier sommet transatlantique à Strasbourg, en France, le 2 Juillet.

SIOA et SIOE sont les principales organisations en Amérique et en Europe qui sont dédiés à la défense des droits humains, de la liberté religieuse et de la liberté de parole, contre l’intimidation suprémaciste islamique et les tentatives d’instauration d’éléments de la loi islamique (charia) en Occident. Ce sera la première projection européenne du documentaire de SIOA sur la controverse de la mosquée de Ground Zero, : « La Mosquée de Ground Zero: Seconde vague des attaques du 11 septembre ».

Le documentaire présente des conférenciers tels le défenseur hollandais des libertés  Geert Wilders, l’ancien ambassadeur, John Bolton, l’ex-esclave soudanais Simon Deng, des membres des famille de victimes du 11 septembre et les premiers intervenants. Il présente également de nouveaux entretiens avec Pamela Geller et Robert Spencer, de SIOA. Alors que de nombreuses initiatives de constructions de mosquée se poursuivent en Europe, ce film a une urgence particulière pour l’Europe comme pour  l’Amérique.

La liste des orateurs lors de la conférence comprend : Pamela Geller, chroniqueuse célèbre qui publie le blog AtlasShrugs.com, auteure du livre « La Présidence post-américaine : la guerre de l’administration Obama contre l’Amérique » et du livre à paraitre prochainement « Arrêtez l’islamisation de l’Amérique, Un guide pratique pour la Résistance » ; Robert Spencer, un auteur à succès et spécialiste de renommée internationale de l’islam ;  le président de l’association SIOE  Anders Gravers; Roberta Moore de la section juive -EDL; Conny Meier du groupe de défense des droits humains en Allemagne « Pax Europa »;  le candidat bulgare aux élections présidentielles Pavel Chernev , d’autres seront bientôt annoncés.

La manifestation SIOA / SIOE va établir une coalition Amérique/ Europe des peuples libres qui sont déterminés à tenir bon pour la liberté et à s’opposer à l’avancée de la loi islamique, la charia, qui n’est pas simplement un système religieux, mais un système politique englobant tous les aspects de la vie;  autoritaire, discriminatoire et répressif, et contredisant les lois et principes occidentaux sur de nombreux points.

La manifestation de SIOA / SIOE à Strasbourg débutera à 13 heures avec une rassemblement et sera suivie d’une conférence à 15 heures.

Nous sommes une coalition d’hommes et de femmes libres qui sont déterminés à défendre les principes constitutionnels sur lesquels les Etats-Unis ont été fondés. Par conséquent, pour défendre la liberté,  nous nous opposons à l’avancement de la charia dans toutes ses manifestations dans ce pays, à savoir :

– L’utilisation de la charia pour statuer dans des procès devant les tribunaux américains, ce qui généralement victimise les femmes impliquées dans de tels cas;
– L’adoption de dispositions de la finance islamique par les institutions financières américaines, ce qui suppose la restriction des secteurs entiers de l’économie américaine, et permet un dangereux accès des suprémacistes islamiques à notre appareil financier;
– L’acceptation de prescriptions de la charia dans les lieux de travail américains, les écoles et les institutions gouvernementales, ce qui est généralement destiné à établir les musulmans comme une classe spéciale avec des droits et des privilèges particuliers dont les non-musulmans ne bénéficient pas (exactement comme la charia prévoit);
– La construction de méga-mosquées destinées à affirmer la suprématie islamique, et qui seront consacrées à l’enseignement des principes de la Charia dans les quartiers américains;
– Le relâchement du contrôle approprié et justifié de la communauté musulmane américaine pour des activités terroristes et séditieuses, de peur d’offenser les musulmans;
– La brutalisation et l’assassinat de femmes aux Etats-Unis lors de crimes d’honneur islamiques qui sont ensuite oubliés ou légèrement punis par les autorités soucieux de ne pas offenser la communauté musulmane;
– La partialité des médias qui se concentre sur un inexistant « retour de baton » anti-musulman après chaque manifestation de jihad aux Etats-Unis, plutôt que sur la réalité de l’activité du djihad dans les mosquées américaines, et qui ignore ou minimise les liens djihadistes des organisations musulmans soit-disant « modérés» des États-Unis ;
– La diabolisation constante par les médias des militants anti-jihad, en accord avec les dispositions de la charia interdisant la critique de l’islam;
.. et toutes les autres manifestations de l’islamisation de l’Amérique.

Nous sommes pour :

– La liberté d’expression – par opposition aux interdictions islamiques du « blasphème » et de la »calomnie », utilisées, avec efficacité, pour empêcher toute discussion honnête sur le jihad et le suprémacisme islamique;
– La liberté de conscience – par opposition à la peine de mort islamique pour apostasie;
– L’égalité des droits de tous devant la loi – par opposition à la discrimination institutionnalisée contre la charia les femmes et les non-musulmans.

Nous appelons tous les élus et les autorités policières à prendre toutes les mesures nécessaires pour défendre les libertés constitutionnelles, qu’ils ont été chargés de préserver et de protéger. Nous insistons pour qu’ils appliquent les lois existantes sur la sédition à tous les individus et groupes qui prônent l’adoption aux États-Unis de dispositions de la charia en contradiction avec la loi américaine. Nous appelons les médias à rendre compte des activités suprémacistes islamiques, et de la résistance à cette activité, de façon équitable, complète et précise. Nous appelons tous les hommes et femmes libres de toutes races et croyances à se joindre à nous pour défendre nos libertés contre cette idéologie radicale intolérante. Dans cet effort, nous nous engageons nos vies, nos fortunes et notre honneur sacré.

Robert Spencer

Lettre de Résistance républicaine au préfet d’Alsace

A monsieur le  Préfet de la région Alsace,

 Monsieur Pierre-Etienne BISCH

Préfecture de la Région Alsace et du Département du Bas Rhin 

Monsieur le Préfet,

Résistance Républicaine s’est jointe à l’appel des associations SIOE et SIOA, Stop à l’islamisation de l’Amérique et de l’Europe, dans l’appel à manifester contre les constructions de mosquées et de minarets et contre le jihad, prévue le 2 juillet à 13 heures à Strasbourg.

Nous vous remercions à l’avance  de bien vouloir mettre  en œuvre toutes les forces publiques nécessaires pour assurer la sécurité des manifestants et de l’ensemble de la ville de Strasbourg. 

Nous vous prions instamment de ne pas plier devant la menace de contre-manifestants qui souhaiteraient s’opposer à cette manifestation absolument pacifique, ayant pour seul but de rendre publique notre opposition à la construction de mosquées, où se tiennent des discours incompatibles avec nos lois et donc inacceptables comme le prévoit la loi de 1905  et notre opposition au jihad, c’est-à-dire à la lutte de musulmans pour l’instauration de la loi islamique dans le monde. 

Si Strasbourg, capitale de l’Europe, ne peut plus défendre sur son sol le droit d’exprimer cette opinion, pour la défense des principes fondamentaux de l’Europe et du monde libre : où, comment, pourra –t- on encore exprimer la moindre opposition à la loi islamique et à ses partisans violents ?

S’il n’était pas possible que, ce deux juillet, des citoyens pacifiques puissent s’exprimer, soucieux de défendre des libertés essentielles, alors dans quelques années, ce sont peut-être les crèches ou le marché de Noël que les Strasbourgeois n’oseront plus établir, sous la menace d’’émeutes, voire de la mise à sac annoncée de leur ville, sous prétexte que ces manifestations de nos traditions « offenseraient » des musulmans ?

L’ordre public républicain exige d’abord et avant tout la défense par l’Etat des droits et libertés fondamentales, parmi lesquelles figurent en tout premier lieu la sûreté et la liberté d’opinion et de conscience. Vous en êtes le garant au nom de l’Etat et nous espérons donc que vous  autoriserez et sécuriserez manifestation en opposant la force publique et armée aux contre-manifestants menaçant d’employer la violence.

Nous vous remercions à l’avance et vous prions d’accepter l’expression de nos salutations républicaines.

Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine

101, Avenue du Général Leclerc

75685 Paris Cedex 14

Source: http://christinetasin.over-blog.fr/

25/05/2011

18 juin 2011 à 15h00 à Paris…

Comme les muzz: on ne lâchera pas !!! Ténacité et résistance.

FDF

.

18 juin 2011 : un an après l’apéro saucisson-pinard, ils reviennent !

Il y a un an, notre journal et notre toute nouvelle association de citoyens militants, Résistance républicaine, sortaient de l’anonymat et défrayaient la chronique. Nous avions en effet commis deux crimes, aux yeux de la bien-pensance. Le premier était de vouloir organiser un apéro saucisson-pinard dans le quartier de la Goutte d’Or, quelques heures après les prières musulmanes. Le deuxième était de l’organiser avec une vingtaine d’associations, mais curieusement on ne parlait que d’une seule, les fameux « Identitaires » dont Robert Ménard, lors d’une interview mémorable de Pierre Cassen, assurait qu’à côté d’eux, Hitler était un gauchiste, rien de moins !

Après de multiples péripéties, cela se termina par un moment inoubliable, grâce à notre plan B, un rassemblement sur les Champs-Elysées, devant un millier de personnes, de toutes origines, ravies d’entendre les interventions complémentaires de Fabrice Robert, Christine Tasin et Pierre Cassen pour rendre hommage à l’appel du 18 juin 40 tout en s’inscrivant….

…Suite et source: http://ripostelaique.com/18-juin-2011-un-an-apres-l%E2%80%99apero-saucisson-pinard-ils-reviennent.html

10/05/2011

Lyon-Marche des cochons: les jeunes identitaires lyonnais contre-attaquent.

Les jeunes identitaires ont le soutien de nombreux patriotes garants de notre drapeau. Nous sommes envahis et nous n’avons pas le droit de nous défendre; dingue, non?

FDF

.


Lyon: Les jeunes identitaires maintiennent leur manifestation samedi «pour défendre la liberté d’expression»

Après s’être vu interdit de manifester samedi 14 mai dans le centre de Lyon «contre le halal» et «l’islamisation de la France», les jeunes identitaires lyonnais contre-attaquent. Ces derniers, qui organisaient ce lundi une conférence de presse, ont indiqué avoir décidé de maintenir leur appel au rassemblement samedi prochain à 14h30 place Saint-Jean «pour défendre leur liberté d’expression».

Selon eux, plus de 600 personnes devraient participer à cette manifestation. Parmi eux, plusieurs groupes venus d’Alsace, de Bretagne et de la Côte d’Azur ont décidé de maintenir leur déplacement à Lyon, malgré l’interdiction d’organiser «la marche des cochons».

Une marche «à caractère islamophobe» selon le préfet

La semaine passée, de nombreux élus, syndicats et associations de lutte contre le racisme et de défense des droits de l’homme s’étaient mobilisés à Lyon pour demander l’interdiction de cette marche. Le préfet avait alors pris le 4 mai un arrêté contre ce rassemblement à «caractère islamophobe».

Cette décision avait été confirmée vendredi 6 mai par le juge des référés du tribunal administratif de Lyon. «On interdit aux Français et Européens de marcher à Lyon, on leur interdit de défendre leur identité», a dénoncé Fabrice Robert, président du bloc identitaire. «Je défends le droit de critiquer les politiques, les religions et même l’islam», a pour sa part estimé Arnaud Gouillon, candidat Identitaire à la présidentielle, invité par le groupe lyonnais à participer à la «marche des cochons».

Source: http://www.20minutes.fr/

06/04/2011

Osons parler de la laïcité !

Ca, je ne peux m’empêcher de relayer…

FDF

.

« Mieux encadrer l’exercice de l’abattage rituel. »


(Extrait du discours de Monsieur COPE)…

.

La culture politique, depuis 1940, c’est de promettre et de ne pas tenir. Depuis 1958 c’est même d’accomplir le contraire de ce qui est promis.

Mais là, Monsieur COPE invente un nouveau genre, celui de l’oxymore.

« Mieux encadrer l’exercice de l’abattage rituel ». Voilà une phrase historique, fabuleuse, digne des dévôts de la secte humaniste que ces bigots suivent en découvrant lentement qu’ils sont couchés dans un corbillard.

Comme pour le sang contaminé ou Tchernobyl, le discours pourrait être:

« Voilà le sang et la mort vont vous arriver dessus comme les plaies d’Egypte mais je vous promets que vous ne saurez rien et que vous ne vous en rendrez compte qu’au moment de mourir. Pour le moment continuez de vaquer à vos occupations ».

Il parle d’une barbarie épouvantable tandis que  pas un Français sur mille n’a la moindre idée de ce qu’est l’abattage « rituel ».

Les Français sont habilement rangés sur la voie de garage de la corrida et de son horreur. Les militants défilent contre les corridas au cours desquelles un taureau est mis à mort en 15 minutes alors qu’au même moment, au bout de leurs propres rues, dans les abattoirs officiels, des milliers de bovins, d’ovins et toutes sortes d’autres animaux parcourent le martyre horrible de la mort lente, durant des heures, jusqu’à la vidange totale de leur sang.

Qui proteste ? Personne ! Personne n’est informé !

Les mêmes dissimulateurs qui cachent les horreurs de ces abattages sont ceux qui osent répandre le mythe de « trois à quatre millions de musulmans en France » alors que l’interdiction de leur dénombrement à elle seule prouve que le Mollah de Poitiers – celui de l’appel au Jihad sur la voie publique –  a raison de parler des 15 millions de musulmans en France. Au moins un qui ne ment pas !

Il est vrai que l’abattage rituel concerne l’abattage « casher » tout autant que l’abattage « halal ». Alors ?

Le flou artistique de Monsieur COPE met le feu aux poudres. L’incendie n’est pas prêt de cesser. La Résistance s’est mise en marche. Il faut espérer que le Maire de Meaux ne choisit pas cette attitude en raison de la réalité de son nom d’origine: COPELOVICI. Ce serait bien triste.  Hyper vague pour ne pas faire de vagues. C’est comme des gens qui parleraient des camps sans en rien savoir ou de l’enterrement de milliers de Harkis vivants, sans imaginer un instant ce que ce spectacle peut représenter de réalité constatée.

« Mieux encadrer », qu’est-ce que ça veut dire ?

« L’exercice » …. Mais il se fout de nous ?

« L’abattage rituel » . Là, c’est de la provocation, de l’injure, une atteinte à la vie elle-même.

A-t-on déjà entendu dire que la corrida pouvait être défendable en raison de sa pratique qui serait rituelle ?

Et ça lui fait quoi à la vache de savoir qu’elle est suppliciée pour les impératifs incontournables d’un rite ? Elle souffrira moins ?

Mettre une heure et demie à mourir dans les flots de sang des vaches qui l’ont précédée parce que sa mort, précédée de l’arrachage à mains nue de son oesophage, gorge ouverte, procède d’un rite, ça lui fait quoi à la vache, Monsieur COPE de l’UMPS ?

Les nazis ont-ils expliqué à Nuremberg qu’ils auraient été moins coupables s’ils avaient agi rituellement ?

Tout cela est flou, odieux, cynique, politicien .

Ce qui est plus sûr encore c’est que tous ces politiciens de rencontre, ces courtisans, toutes tendances confondues dès l’instant où ils reçoivent salaire de la politique, et de toutes ascensions, n’espèrent qu’une seule chose, comme Ben Ali et Moubarak. Avoir le temps de se remplir les fouilles avant de quitter la maison en feu.

Ce qui hante ces pantins salariés du chaud bise et de la politique, c’est la montée de Marine. Ruquier traite les millions d’électeurs de Marine Le Pen de « cons » et l’ancien « occidentaliste » Goazguen les traite de « primates ». Imaginons une seule seconde la révolution des antennes paraboliques à laquelle nous aurions assistée si Marine Le Pen avait déclaré que les électeurs de Goazguen sont des primates et que les auditeurs de Ruquier sont des cons. Ou des tarlouzes.

Non ! Ne l’imaginons même pas !

Dans moins de dix ans, si les Jean Moulin ne se lèvent pas, si Madame Christine TASIN et si Monsieur Fabrice ROBERT n’emportent pas les volontés des Français désireux de recouvrer leur liberté, leur indépendance nationale, leur république laïque et leur identité, alors le débat des collabos portera sur la lapidation publique ou privée des femmes infidèles.

Amitié

Vitus

Non décoré de la Légion d’Honneur

Exilé de l’Intérieur

Patagon honoraire


> Chère Amie, Cher Ami,
> > A l’UMP, nous avons la conviction profonde qu’il n’y a pas de débats interdits. Au contraire : nous croyons fermement que ne pas parler d’un sujet est un risque pour le « vivre- ensemble » : l’ignorance est le fondement des incompréhensions, des peurs et des caricatures.
>

Parler de la laïcité, c’est être à l’écoute des Français et c’est prendre nos responsabilités.
> >
> > Certaines pratiques peuvent, à terme, mettre à mal les principes fondateurs de la République telle que nous la concevons : indivisible, laïque, démocratique et sociale. Notre devoir est d’en parler et d’apporter des solutions concrètes afin de permettre à chaque Français d’exercer sereinement son culte dans le respect de celui des autres et des lois de notre pays.

Nous l’affirmons : oui, la laïcité est au cœur du débat républicain. Et c’est dans cet esprit de rassemblement que nous organisons ce mardi 5 avril une Convention intitulée « La laïcité : pour mieux vivre ensemble ».

La consultation de nos adhérents, de clubs de réflexion, de nos élus et de différentes personnalités de la société civile ont permis de faire avancer le débat et de faire émerger 26 propositions. Nous suggérons notamment de :

Rédiger un code de la laïcité et de la liberté religieuse.

Interdire toute soustraction au programme scolaire obligatoire pour motif religieux.

Mieux encadrer l’exercice de l’abattage rituel.

Interdire aux usagers du service public de récuser un agent à raison de son sexe ou de sa
> > eereligion supposée
.

Vous êtes les premiers concernés : qu’en pensez-vous ?

L’UMP est votre parti : nous avons besoin de vos remarques, de votre opinion, car ce n’est qu’ensemble que nous pourrons construire un projet fédérateur pour 2012, pour la France. 

Nous comptons sur vous.

Merci,

Jean-François Copé

Débat sur la place de l’islam : c’est au peuple français de se prononcer !

Oui, mais en France, quand on lance un référendum (ce qui est très rare tellement on a peur des résultats…), comme celui sur l’Europe en 2005:


« on » ne tient pas compte de l’avis du peuple. C’est ça, la démocratie…

FDF

.

Communiqué du Bloc Identitaire:

Lors de la conférence de presse du lundi 4 avril 2011, intitulée : « Face  à l’ampleur de l’islamisation de la France, il faut prendre des mesures de salut public », Pierre Cassen (Riposte laïque), Fabrice Robert (Bloc identitaire) et Christine Tasin (Résistance républicaine) ont expliqué pourquoi l’islam n’est compatible, ni avec notre civilisation, ni avec les principes républicains.

Le pseudo-débat lancé par l’UMP est une supercherie. Sous couvert de rassurer les Français de plus en plus inquiets face à la progression de l’islam, le gouvernement veut, au contraire, favoriser la multiplication de mosquées financées par l’argent public et l’ouverture de centres scolaires musulmans, poursuivre l’adaptation de notre droit aux exigences du Coran et institutionnaliser un peu plus un prétendu « islam de France ».

Pour nous :

• l’islam n’est pas une religion comme les autres, mais un projet politico-religieux totalitaire incompatible tant avec les fondements de la civilisation européenne qu’avec nos principes démocratiques et laïques, sur lesquels il s’appuie pour mieux les détruire demain ; la progression de l’islam en France est la conséquence directe de l’absence totale de maîtrise des flux migratoires extra-européens depuis plusieurs décennies ; • l’islam « modéré » n’existe pas et ne peut pas exister, comme en font la preuve la totalité des pays musulmans dans le monde.

Si les choses continuent ainsi, dans deux générations, la France sera majoritairement peuplée de musulmans, et donc deviendra terre d’islam. Il ne saurait en être question.

En conséquence, en application de nos principes démocratiques les plus élémentaires, le Bloc identitaire demande la tenue d’un référendum portant sur la place de l’islam en France.

Les questions pourraient être formulées ainsi :

• Etes-vous favorable, oui ou non, à la construction de mosquées en France ?

• Etes-vous favorable, oui ou non, à l’édification de minarets en France ?
• Etes-vous favorable, oui ou non, à l’existence d’écoles coraniques en France ?
• Etes-vous favorable, oui ou non, à la révision de la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat en faveur de l’islam ?
• Etes-vous favorable, oui ou non, à l’adaptation du droit français en fonction des règles du Coran ?
• Etes-vous favorable, oui ou non, à l’affectation d’argent public à des projets cultuels ou culturels musulmans ?

Pour nous, à ces six questions, la réponse est non.

• Etes-vous favorable, oui ou non, à l’interdiction en France de l’abattage des animaux sans étourdissement selon le rite halal ?

• Etes-vous favorable, oui ou non, à l’interdiction en France de la commercialisation de viande d’animaux abattus selon le rite halal ?
• Etes-vous favorable, oui ou non, à l’arrêt de l’immigration extra-européenne vers la France (excepté pour les véritables demandeurs d’asile politique) ?
• Etes-vous favorable, oui ou non, à l’arrêt du regroupement familial dont bénéficient en France les étrangers extra-européens ?

Pour nous, à ces quatre questions, la réponse est oui.

Conscient que c’est faire violence aux musulmans que de leur imposer ces règles strictes de protection de notre identité, nous favoriserons les partenariats avec les pays musulmans afin que les musulmans de France puissent vivre pleinement leur foi musulmane en terre d’Islam.

Et d’ores et déjà, avant que le peuple français ne se prononce, nous demandons que soit instauré un moratoire immédiat sur la construction de mosquées en France.

Les mesures que nous proposons sont les seules qui permettront de stopper l’offensive de l’islam. Il en va de l’avenir de nos enfants et de nos petits-enfants, et de leur droit absolu à préserver et à transmettre l’héritage de la civilisation européenne, à continuer à vivre dans une République laïque et à bénéficier des libertés démocratiques.

*****************************************************************************************************************

info@bloc-identitaire.com

www.bloc-identitaire.com
Facebook : http://www.facebook.com/pages/Bloc-Identitaire/120744067952013
Twitter : http://twitter.com/blocidentitaire

05/01/2011

Fabrice Robert : « Les Assises contre l’islamisation : acte II de la Résistance »!




Le succès de l’opération « Apéro saucisson Pinard » du 18 juin 2010 avait ouvert de nouvelles perspectives au-delà de toutes nos espérances. Ce rassemblement, qui avait réuni des personnalités de sensibilités différentes – des gens de gauche et des gens de droite, des républicains et des déçus de la république – avait posé les fondations d’une nouvelle Résistance aux contours encore un peu flous. Cette initiative n’aurait sûrement jamais pu voir le jour sans cette rencontre un peu improbable – au mois de mai à Paris – entre Pierre Cassen, Christine Tasin, Bruno Larebière et moi-même. Au-delà de certaines divergences évidentes entre responsables républicains laïcs et responsables identitaires, nous savions que nous partagions les mêmes analyses face au développement de l’Islam en Europe. Nous décidâmes alors d’organiser ensemble un « Apéro-saucisson Pinard » dans le quartier de la Goutte d’Or afin de dénoncer les occupations illégales de rues pour la prière musulmane dans le silence assourdissant des autorités politiques et médiatiques. Premier projet commun, premier succès. La polémique fut telle que cette initiative traversa rapidement les frontières pour se transformer en buzz mondial. Interdit par la préfecture, le rassemblement se déplaça – sous haute tension – vers l’Arc-de-Triomphe. Ce sont alors plus de 800 personnes qui bravèrent les interdits pour dire leur refus de l’offensive de l’Islam en France.

Que retenir de l’événement du 18 juin 2010 ? Cette opération a permis de faire bouger les lignes de manière considérable. Mais, surtout, nous avons contribué à libérer la parole sur la question de l’islamisation de la France. Il suffisait de voir le nombre de réactions des internautes sur les milliers de sites qui évoquaient notre initiative. Au final, près de 80 % de Français s’étaient alors déclarés favorables à notre initiative.

Après ce formidable succès, il convenait de se retrouver pour faire un bilan. C’est ce que nous fîmes courant juillet. Le constat était sans appel. L’alliance Bloc identitaire – Riposte Laïque avait bien fonctionné, une totale confiance régnait entre les principaux protagonistes et nous avions envie de continuer à travailler ensemble. Là était l’essentiel. Chacun allait continuer à agir dans sa sphère d’influence mais il ne fallait pas exclure une prochaine collaboration. Et c’est à ce moment-là que fut évoqué – dans le calme du Périgord – le projet d’organiser une grande journée à Paris en décembre autour de la laïcité et de la défense des valeurs de notre civilisation. Le projet nous séduisait, nous décidâmes de laisser mûrir l’idée et de refaire un point en septembre.
Le mois d’août passé, nous nous retrouvâmes donc, comme convenu, à Paris. Ce projet d’Assises sur l’islamisation restait capital à nos yeux malgré sa complexité de mise en œuvre. Les délais étaient assez courts. Il fallait trouver une salle à Paris et nous devions dresser rapidement une liste d’orateurs potentiels puis les convaincre de venir, sachant que nous avions dès le départ l’ambition de donner une dimension internationale à l’événement.

Nous avons décidé de foncer à un moment où très peu autour de nous croyaient à la faisabilité du projet. La répartition des rôles était claire. Nous avions trois mois devant nous. Le compte à rebours déclenché, nous nous sommes démené chacun de notre côté pour faire de ce rendez-vous une réussite totale.
Très vite, une première liste d’orateurs a vu le jour. Le projet suscitait un réel enthousiasme et l’événement commençait à prendre forme. Les intervenants avaient des profils très variés. Des féministes, des militants laïcs, des syndicalistes, des Identitaires. Du jamais vu en France ! Par ailleurs, nous savions que nous pourrions déjà compter sur des orateurs de plusieurs pays dont le Danemark, les Pays-Bas, la Belgique, l’Angleterre ou encore la Russie. Grande nouvelle : Oskar Freysinger, l’homme de la votation contre les minarets en Suisse, venait de donner son accord pour venir prendre la parole à nos Assises. C’est aussi la première fois qu’il s’exprimerait en France. Quelques semaines après le nouveau succès de la votation sur les délinquants étrangers, lancé par l’UDC en Suisse, l’événement était de taille.
Nous avions décidé d’organiser ces Assises le 18 décembre, soit six mois exactement après le fameux apéro saucisson pinard du 18 juin.

Dans un premier temps, il y eut peu de réactions hostiles à nos Assises, si ce n’est de la part de sites musulmans relativement confidentiels. Comme si des consignes avaient été données pour ne pas faire trop de publicité à cet événement. Et c’est finalement à une semaine des Assises que la machine médiatique s’est emballée. Après quelques obscurs élus du 12e arrondissement de Paris, après le Mrap, la LDH ou encore SOS Racisme, c’est Bertrand Delanoë – le maire de Paris – qui est entré dans la danse en demandant au préfet d’interdire notre rassemblement. Des collectifs anti-Assises ont vu le jour dans lesquels on y retrouvait aussi bien le NPA que SUD-Rail… Des contre-manifestations étaient annoncées et certains islamistes menaçaient les responsables de l’Espace Charenton de mobiliser les frères des quartiers.

A quelques jours des Assises, la pression était à son comble. Et il n’était pas inconcevable de voir le préfet interdire l’événement la veille. Il fallait pourtant gérer toute la partie logistique : les contacts avec la préfecture, le service d’ordre, la sécurité des intervenants, la gestion des journalistes, l’organisation à l’entrée (billetterie, badges nominatifs, etc.), la mise en place du plan B que nous avions prévu (une spécialité identitaire !), la retransmission en direct sur le Net que nous avions souhaitée pour donner le plus de visibilité possible à cette journée, etc.
Pour clore le tout, Météo France annonçait des conditions climatiques très difficiles avec un fort épisode neigeux sur une partie de la France. Le public allait-il pouvoir se déplacer ? Les intervenants – notamment ceux venant de loin – allaient-ils réussir à nous rejoindre ? Autant dire que jusqu’au bout, ces Assises ont été organisées dans des conditions épiques. Peu de sommeil, beaucoup de stress et, au final, un événement que l’on peut qualifier d’historique. Comme pour confirmer que les plus grands succès ne s’obtiennent qu’avec une détermination sans faille.

Le 18 décembre 2010, ce sont plus de mille personnes qui se sont donné rendez-vous dans une salle restée comble toute la journée. Pendant ce temps, quelques dizaines de contre-manifestants tentaient difficilement de faire bonne figure pour masquer l’échec de leur mobilisation. Dans la salle, au chaud, le public a pu tranquillement écouter les discours très variés de personnalités de France et d’Europe venues pour appeler à lutter contre l’islamisation de notre sol. Des orateurs aussi différents que Pascal Hilout, Jacques Philarchein, Halim Akli (lu par Christine Tasin), Carl Pincemin, Marie-José Letailleur, Jean-Paul Gourevitch, Aldo Mungo, Anders Gravers, Timo Vermeulen, Tom Trento, Michèle Vianès, Arezki Bakri, Elena Tchoudinova, René Marchand, Elisabeth Wolff, René Stadtkewitz, Oskar Freysinger, Arnaud Gouillon, Anne-Marie Delcambre (invitée surprise), Anne Zelensky, Renaud Camus, Christine Tasin, Pierre Cassen et moi-même.
Dans le même temps, ce sont plus de 300 000 personnes qui ont pu écouter les discours, dans le monde entier, grâce à la retransmission en direct sur Internet. Dès le lendemain, les discours avaient été visualisés 600 000 fois et quelques jours plus tard, plus d’un million de fois. Une véritable prouesse technique, inédite en France dans le champ politique, et qui démontre une nouvelle fois la maîtrise des Identitaires dans le domaine des Nouvelles technologies. Une performance qui représente un véritable pied de nez aux censeurs qui avaient voulu interdire notre rassemblement. Réduits à quelques dizaines dans la rue, incapables de renouveler leur discours, dépassés par les événements, ils ont dû assister impuissants au succès de nos Assises suivies, sur place ou à distance, par plusieurs centaines de milliers de personnes.

Curieusement, AUCUN média n’a évoqué cette retransmission en direct. Et la presse audiovisuelle a consacré plus de temps d’antenne aux opposants qu’aux organisateurs des Assises sur l’islamisation. Les reportages les plus complets ont été diffusés… sur des chaînes arabes et iraniennes comme Al Jazeera et Al Arabia… Le malaise est donc flagrant, la liberté d’expression inexistante, mais le mur des certitudes et des idéologies se fissure. La votation suisse contre les minarets, la progression de la Ligue du Nord en Italie ou encore le succès du livre de Thilo Sarrazin, en Allemagne, montrent que les Français ne sont pas les seuls à s’inquiéter de la progression d’une idéologie politico-religieuse de plus en plus agressive. Nous sommes en phase avec les attentes de l’opinion et les digues médiatiques ne tarderont pas à sauter.

Les Assises sur l’islamisation de l’Europe ont été un véritable triomphe. Oui, ces Assises répondaient à une attente du peuple français et, au-delà, de tous les peuples européens, tant pour accéder à une description sincère de la réalité de l’islamisation en cours de notre continent que pour entendre le message d’espoir de la résistance européenne.
L’alliance entre organisations laïques et identitaires, de gauche, de droite ou du dehors, doit aller crescendo, car le rassemblement de tous les résistants face aux dangers que l’islam fait peser sur la civilisation européenne, sur notre héritage, notre culture, nos traditions, nos institutions et notre mode d’organisation sociale, est la condition de notre survie.

A Paris, ce 18 décembre 2010, est né un mouvement de résistance européenne à l’islamisation. Le combat pour la défense de nos libertés et de notre identité ne fait que commencer !

Comme à Vienne et à Poitiers, si la détermination est de notre côté, la victoire sera au rendez-vous !

Fabrice Robert
président du Bloc identitaire

Source : http://fr.novopress.info/75725/les-assises-contre-lislamisation-acte-ii-de-la-resistance-par-fabrice-robert/


CONTACT : Bloc Identitaire
BP 13
06301 NICE cedex 04

email-petit : info@bloc-identitaire.com
telephone-petit : Permanence : 09 75 41 63 22 (de 09h00 à 20h00)
telephone-petit : Service Communication : 06 78 79 31 81
internet-petit : www.bloc-identitaire.com
Facebook : http://www.facebook.com/pages/Bloc-Identitaire/120744067952013
Twitter : http://twitter.com/blocidentitaire


01/01/2011

Le Bloc identitaire porte plainte contre Bernard-Henri Lévy !

Communiqué de presse du 29 décembre 2010


Sacré BHL ! Dans son « Bloc-notes » du Point du 23 décembre, Bernard-Henri Lévy a tenté le « coup du chapeau » et l’a lamentablement foiré : trois tirs au but, trois tirs à côté du cadre ! Au nom de « l’honneur des musulmans » qu’il voulait laver en réaction aux Assises sur l’islamisation de l’Europe co-organisées par le Bloc identitaire et Riposte laïque.

15e ligne, pas encore bien échauffé, BHL balance un obus sur le Bloc identitaire, le qualifiant de « groupuscule néo-nazi ». Et un procès en diffamation, un, au motif que le Bloc identitaire n’est ni néo-, ni archéo-, ni nazi tout court (et qu’il est profondément antitotalitaire, ce qu’il aurait découvert en quelques clics sur notre site). Le dossier d’accusation s’alourdit dans la foulée puisque, dans la même phrase, il impute la paternité d’un événement survenu en 2002 au Bloc identitaire qui a été créé en 2003, de sorte que celui-ci ne peut être impliqué dans quoi que ce soit s’étant déroulé alors qu’il n’était même pas une lueur de désir dans le regard de ses géniteurs (1). On ajoutera qu’en fait de « groupuscule », il est un peu plus étoffé que le fan club de BHL. L’ascension de l’un et l’érosion de l’autre illustrent même assez bien le principe des vases communicants…

A peine le temps de reprendre son souffle et, à la 30e ligne, ne sachant comment passer au travers de la défense adverse, il tacle méchamment « tel ancien du Monde diplo, Bernard Cassen », confondant celui-ci avec Pierre Cassen, le porte-parole de Riposte laïque !

Face au procès annoncé par Bernard Cassen en personne, qui n’a pas attendu le coup de sifflet final, BHL fait machine arrière et remplace sur son blog et sur le site du Point la formule « tel ancien du Monde diplo, Bernard Cassen » par « tel ancien lambertiste, Pierre Cassen ». Et de trois ! Les « lambertistes », c’est la chapelle trotskiste à laquelle appartenaient Lionel Jospin, Jean-Christophe Cambadélis et quelques autres. Pierre Cassen, lui, a appartenu à un autre courant trotskiste, celui représenté par la Ligue communiste révolutionnaire (LCR). On est spécialiste de « l’idéologie française » ou on ne l’est pas…

Que BHL ne rende surtout pas ses primes de match : il va en avoir besoin pour se faire représenter devant la 17e chambre correctionnelle du TGI de Paris où le Bloc identitaire va le convier. En compagnie de la direction du Point, puisque la loi nous contraint d’assigner aussi la publication que BHL a entraînée dans son errance.

(1) Afin de prévenir tout nouveau malentendu, précisions que Fabrice Robert, président du Bloc identitaire, est né en 1971 et qu’il ne peut donc être tenu pour responsable de la mort de John Fitzgerald Kennedy (Dallas, 22 novembre 1963).

CONTACT : Bloc Identitaire
BP 13
06301 NICE cedex 04

email-petit : info@bloc-identitaire.com
telephone-petit : Permanence : 09 75 41 63 22 (de 09h00 à 20h00)
telephone-petit : Service Communication : 06 78 79 31 81
internet-petit : www.bloc-identitaire.com
Facebook : http://www.facebook.com/pages/Bloc-Identitaire/120744067952013
Twitter : http://twitter.com/blocidentitaire

18/12/2010

Assises contre l’islamisation à Paris: les « cloportes » sont venus manifester…

Ils n’ont pas pu s’en empêcher, les « gauchiottes-communo-collabos », épaulés par les « associations sangsues » de service, de venir troubler ces assises de l’islamisation par une minable manifestation qui n’a fait que renforcer le sentiment d’inutilité que la majorité des français ont d’eux. Un coup d’épée dans l’eau. Ce geste de soumission à l’islam les fait passer en outre pour des arriérés. Au lieu de brandir des bannières rouges, ils auraient du montrer des drapeaux du Hamas; c’eût été plus « parlant ». Ils devraient se convertir. Ca, au moins, serait un geste apprécié par les musulmans qui d’ailleurs, ne se sont pas montrés dans le secteur. Ces derniers ont désapprouvé ces assises, sans plus, ils savaient bien que les dhimmis habituels iraient manifester à leur place… Ce fut chose faite.

FDF

.

Un colloque à Paris « contre l’islamisation », manifestation d’opposants.

Manifestation contre la tenue des
Manifestation contre la tenue des « Assises contre l’islamisation » à Paris, le 18 décembre 2010 Francois Guillot AFP

Quelque 200 opposants à la tenue d’un colloque baptisé « Assises contre l’islamisation de l’Europe » organisé par un « mouvement d’extrême droite », ont manifesté samedi à Paris, à proximité de la salle où se tenait l’événement, a constaté un journaliste de l’AFP.

Sur un périmètre de plusieurs centaines de mètres autour de la salle, des forces de l’ordre déployées en nombre filtraient l’accès au bâtiment.

Derrière une banderole rouge portant le slogan: « Pas de fachos dans nos quartiers », les manifestants se sont rassemblés sur une place non loin de là, à l’appel de plusieurs associations et partis de gauche, avant de se disperser dans le calme en milieu de journée.

A l’intérieur de l’Espace Charenton, où se tenait le colloque organisé par le Bloc Identitaire (extrême droite), plusieurs centaines de personnes, jusqu’à « 800 » selon les organisateurs, étaient réunies pour applaudir les interventions successives, toutes centrées sur l’islam et « ses dangers ».

Le suisse Oskar Freysinger, l’un des porte-drapeaux du parti populiste UDC et des référendums victorieux contre les minarets ou pour l’expulsion des délinquants étrangers, a été accueilli comme un héros et ovationné à son arrivée. Il devait intervenir dans l’après-midi.

Un militant américain, Tom Trento, a déclaré, selon la traduction en français de son discours diffusée sur un écran, que l' »islam politique » représentait un danger supérieur à Hitler, devant un public de tous âges.

Leader du Bloc Identitaire, Fabrice Robert s’est félicité de « ce véritable succès ». « Le message c’est de montrer que l’islam est une menace pour la laïcité et pour les valeurs de la civilisation européenne », a-t-il affirmé à l’AFP, ajoutant que « le problème n’est pas qu’il n’y a pas assez de mosquées, mais qu’il y a trop de musulmans« .

Le maire de Paris avait demandé l’interdiction de ce colloque et le préfet de police a mis « solennellement en garde » les organisateurs contre tout risque de dérapage.

Source: http://www.ladepeche.fr/

17/12/2010

Pas assez de mosquées, ou trop de musulmans ?

COMMUNIQUÉ DU BLOC IDENTITAIRE


Communiqué de Fabrice Robert, président du Bloc identitaire
16 décembre 2010


Et si notre problème n’était pas qu’il n’y a pas assez de mosquées en France, mais trop de musulmans ?

Au débat suscité ces derniers jours concernant l’occupation de certaines rues par des musulmans dans le cadre de prières publiques, de nombreux acteurs politiques et médiatiques, reprenant en choeur le discours des instances islamiques, répondent en réclamant la construction de nouvelles mosquées.

Rappelons qu’en 1965 il y avait 5 mosquées en France ; aujourd’hui il y en a plus de 2100 !

Ce débat, récurrent, autour de la place de l’islam dans les sociétés européennes (des minarets aux burqas, en passant par le halal) et de l’islamisation que constatent les Européens est la conséquence d’une réalité que personne n’ose évoquer : une immigration musulmane massive et incontrôlée, qu’elle soit clandestine ou liée au regroupement familial.

Je considère que les Européens ont le droit, comme tous les peuples, de vouloir préserver leur civilisation et leur être au monde particulier.

Et qu’à ce titre ils peuvent refuser l’islamisation de leur continent, et exiger l’arrêt de l’immigration massive.

J’invite tous les citoyens préoccupés par ces questions graves à venir participer aux Assises sur l’islamisation de l’Europe se déroulant ce samedi 18 décembre à Paris, de 9 h à 18 h, à l’Espace Charenton, 327, rue de Charenton dans le XIIe.

Fabrice Robert,
président du Bloc identitaireCONTACT : Bloc Identitaire
BP 13
06301 NICE cedex 04

Contact : info@bloc-identitaire.com
Permanence : 09 75 41 63 22 (de 09h00 à 20h00)
Service Communication : 06 78 79 31 81
Site : www.bloc-identitaire.com
Facebook : http://www.facebook.com/pages/Bloc-Identitaire/1207440679…
Twitter : http://twitter.com/blocidentitaire


Novopress.info, 2010

16/12/2010

18 juin-18 décembre : deux initiatives historiques contre l’islamisation.


Vidéo:          http://www.youtube.com/watch?v=xo93pbeLaiE&feature=player_embedded#at=97

Le 18 juin 2010 avait lieu l’Apéro Saucisson-Pinard qui a alerté la France entière sur l’islamisation de La Goutte d’Or. Ce samedi 18 décembre 2010, six mois après jour pour jour, vont avoir lieu, à l’Espace Charenton à Paris,  les Assises sur l’islamisation de l’Europe. Dans cette vidéo de 6 minutes, Pierre Cassen, Michel Onfray, Fabrice Robert, Anne Zelensky, Pascal Hilout, Christine Tasin et Pat Condell parlent de l’islam.
Merci à JLB pour le rappel…

07/11/2010

Le combat de l’homme blanc continue !

L’Allemagne contre l’immigration…

 

Le débat sur l’immigration est beaucoup plus libre en Allemagne qu’en France. Ainsi, après les déclarations de l’ancien ministre socialiste du Land de Berlin Thilo Sarrazin (voir VDF 126), puis les propos du chancelier Angela Merkel (voir ci-contre), c’est maintenant au pays réel de s’exprimer. Selon une étude présentée le 13 octobre, l’islam paraît de plus en plus rejeté par les Allemands, « chez qui les idées racistes gagnent du terrain ».
Plus de la moitié des Allemands (58,4 %) estiment qu’il faut considérablement restreindre la pratique du culte musulman en Allemagne, d’après cette étude intitulée « Crise dans l’Allemagne moyenne », publiée par la Fondation Friedrich-Ebert, proche du Parti social-démocrate (SPD, opposition).
55,4 % des personnes interrogées disent en outre comprendre que, « pour certaines personnes, les Arabes soient désagréables ». Plus généralement, 34,3 % pensent que les étrangers ne viennent en Allemagne que pour profiter des prestations sociales.
« En 2010, on assiste à une augmentation sensible des prises de position antidémocratiques et racistes », a souligné l’un des auteurs de l’étude, Oliver Decker, à l’occasion d’une conférence à Berlin. La raison principale tient dans la crise économique et financière de 2008, assurent les rédacteurs de cette étude réalisée auprès de quelque 2.400 personnes âgées de 14 à 90 ans en avril 2010.
Les Allemands sont d’ailleurs 31,7 % à affirmer qu’en cas de situation tendue sur le marché de l’emploi, on devrait renvoyer les étrangers chez eux.

LE DÉBAT TOURNE À LA POLÉMIQUE

Toutefois, l’hostilité des Allemands pour les étrangers progresse tous azimuts : « Depuis plusieurs années, les Arabes étaient considérés comme un danger. Aujourd’hui ce sont les Turcs » (ils sont 2,5 millions en Allemagne). Le rejet de l’islam et des étrangers inassimilables est loin de ne concerner que les citoyens les plus patriotes et les plus sensibles à la préservation de leur identité. Selon Nora Langenbacher, de la Fondation Friedrich-Ebert : « L’extrémisme de droite (sic) n’est pas un phénomène en marge de la société (…). Bien au contraire, il est préoccupant de constater des prises de position d’extrême droite dans les couches médianes de la société : à l’est et à l’ouest, dans toutes les tranches d’âge (…), chez les femmes et les hommes ».
Le débat sur « l’intégration » des quelque quatre millions de musulmans – dont 45 % ont la nationalité allemande – a tourné à la polémique depuis la publication, fin août, du livre de Thilo Sarrazin.
Vilipendé par les responsables politiques – à commencer par la chancelière Angela Merkel –, Thilo Sarrazin a reçu le soutien d’une majorité d’Allemands. Sur une population totale de 82 millions d’habitants, environ 16 millions sont des immigrés ou d’origine étrangère.
A l’inverse, le président fédéral Christian Wulff, membre de l’Union démocratechrétienne (CDU), a été durement critiqué pour avoir affirmé, début octobre, que l’islam faisait désormais partie de la culture allemande.

Bonus: DISCRIMINATION
Le racisme anti-blanc
serait-il permis ?

Le 8 octobre, l’Agrif a été déboutée par le tribunal correctionnel de Paris des poursuites qu’elle avait engagées contre la présidente d’Areva, Anne Lauvergeon, pour provocation à la discrimination.
L’Alliance générale contre le Racisme et pour le Respect de l’Identité française et chrétienne reprochait à la patronne d’Areva des propos tenus dans un reportage diffusé lors du journal télévisé de France 2, le 16 octobre 2009. Anne Lauvergeon, intervenant en marge du quatrième « Women’s Forum » (Forum des femmes) organisé à Deauville, avait déclaré : « A compétences égales, eh bien désolée, on choisira la femme, ou on choisira autre chose que le mâle blanc pour être clair ».  

UNE NOUVELLE PLAINTE
L’Agrif soutenait qu’Anne Lauvergeon avait ainsi démontré son intention de « pratiquer chez Areva une discrimination à l’encontre de ce qu’elle appelle “le mâle blanc”, c’est-à-dire sur un critère racial ». Le tribunal estime que, « si de telles prises de position, aussi brutalement exprimées, peuvent susciter la controverse, elles relèvent cependant incontestablement d’un débat public d’intérêt général largement entretenu depuis plusieurs années dans les secteurs d’opinion les plus divers. »
Annoncer que l’on va discriminer les Blancs relèverait donc « d’un débat public d’intérêt général ». Mais annoncer que l’on entend discriminer les Noirs ? Poser la question, c’est y répondre… Aux yeux des magistrats, Anne Lauvergeon n’a eu aucune « volonté de stigmatiser un groupe de personnes », ni « l’intention de susciter à leur égard un sentiment d’hostilité ou de rejet ». Considérant que l’infraction n’était « pas constituée », le tribunal a relaxé tant France 2 que la patronne d’Areva. En résumé, Madame Lauvergeon dit A, mais le tribunal nous assure qu’en fait elle pense B.


Bernard Antony (photo), pugnace président de l’Agrif, a décidé de faire appel de cette décision. Et une autre plainte est toujours en cours : celle déposée en son nom propre par Fabrice Robert, président du Bloc identitaire, auprès du procureur de la République de Lisieux.

Le combat de l’homme blanc continue !

Source: http://www.vdfr95.com/Journal127/tribune_127.htm

15/09/2010

Papy Galinier : Rassemblement ce mercredi 15 septembre à 18h30 – Palais de Justice de Lyon.

LIBERTÉ POUR PAPY GALINIER !

 Trégor : Jeune Bretagne se mobilise en faveur de René Galinier

Hier, une petite délégation de la section Trégor de Jeune Bretagne a souhaité afficher son soutien à Papy Galinier, ce retraité injustement emprisonné après avoir voulu se protéger contre l’intrusion de deux cambrioleuses à son domicile. Alors que certains jeunes de cette section reviennent tout juste de l’université de rentrée du Bloc Identitaire, d’autres démontrent que le militantisme identitaire breton est plus que jamais actif.

Le tract suivant, appelant à soutenir René Galinier, a été distribué à la population.

« Depuis un mois, un homme de 73 ans croupit en prison au milieu de vrais de déinquants et criminels.

Le crime de René Galinier ? Avoir voulu protéger sa famille et son foyer.

René Galinier est emprisonné pour avoir ouvert le feu sur deux cambrioleuses, découvertes au milieu de la nuit dans sa maison. Sur le moment, René Galinier n’a pu voir que deux silhouettes et il lui était impossible d’évaluer la dangerosité des individus ayant pénéré son domicile. Hommes ou femmes? Armés ou pas?

C’est donc la sécurite? qu’a choisi René Galinier, et on peut le comprendre au vu des nombreuses attaques de personnages agées qui se sont succédés cet été.

Récemment encore, c’est un agriculteur de 60 ans qui succombait à ses blessures aprés avoir  été roué de coup par des voleurs de métaux venus dépouiller son exploitation, et cela dans la  même région.

Alors que les agressions se font de plus en plus sordides et violentes, alors que l’Etat ne parvient plus à assurer la sécurité des citoyens, nous ne pouvons tolérer qu’un honnête citoyen de 73 ans croupisse en prison.

Si demain c’était votre foyer qui était en danger, votre famille menacée agiriez-vous autrement que Papy Galinier ?

Avec les identitaires de Jeune Bretagne, exigez une refonte du cadre juridique de la légitime ddéfense et la sanctuarisation du domicile, comme c’est déjà le cas dans de très nombreux pays.

Défendre son foyer n’est pas un crime ! «

Liberté pour Papy Galinier !

source : breizh.novopress.info

Lyon : Rassemblement de soutien à René Galinier le 15 septembre

Papy Galinier : Rassemblement mercredi 15 septembre à 18h30 – Palais de Justice de Lyon. Avec la présence de Fabrice Robert, président du Bloc identitaire.

Depuis le 6 août, plus d’un mois, un homme de 73 ans croupit en prison au milieu de vrais délinquants et criminels. Le crime de René Galinier ? Avoir voulu protéger sa famille et son foyer.

René Galinier est emprisonné pour avoir ouvert le feu sur deux cambrioleuses, qui s’étaient introduites par effraction dans sa maison pendant qu’il dormait. Sur le moment, René Galinier n’a pu voir que deux silhouettes et il lui était impossible d’évaluer la dangerosité des individus ayant pénétré son domicile. C’est donc la sécurité qu’a choisi René Galinier, et on peut le comprendre au vu des nombreuses attaques de personnages âgées, saucissonnages avec torture et autres joyeusetés. Récemment, c’est un agriculteur de 60 ans qui succombait à ses blessures après avoir été roué de coup par des voleurs de métaux venus dépouiller son exploitation, et cela dans la même région.

Dans le même temps, le second braqueur présumé du casino d’Uriage-les- Bains a été libéré sous contrôle judiciaire ; cet homme connu des services de police pour “vol à main armée” et “tentative d’homicides volontaires sur agent de la force publique“ est aujourd’hui en liberté. Tout comme des centaines de multi-récidivistes il est préférable aux yeux de la justice d’être « présumé innocent « que de défendre, son foyer et ses êtres chers ! Alors que les agressions se font de plus en plus sordides et violentes, alors que l’Etat ne parvient plus à assurer la sécurité des citoyens, nous ne pouvons tolérer qu’un honnête citoyen de 73 ans croupisse en prison. Défendre son foyer n’est pas un crime !

Avec les identitaires, exigez une refonte du cadre juridique de la légitime défense et la sanctuarisation du domicile, comme c’est déjà le cas dans de très nombreux pays.

Si demain c’est votre foyer qui est en danger, votre famille menacée, agirez-vous autrement que Papy Galinier ?

Pour obtenir la libération de Papy Galinier,

source : fr.novopress.info

RASSEMBLEMENT MERCREDI 15 SEPTEMBRE 2010 A 18H30
PALAIS DE JUSTICE (Vieux-Lyon)



source : fr.novopress.info

07/09/2010

Parcours… Fabrice Robert.




Retour sur un parcours politique personnel, par Fabrice Robert.

7 septembre 2010 Imprimer cet article

A l’heure où le Bloc identitaire se développe partout en France et cherche à inscrire durablement un nouveau courant de pensée dans le paysage politique français, les attaques se multiplient logiquement pour tenter de freiner notre progression. Parce que je suis en première ligne – par mon statut de président du mouvement –, j’apparais aujourd’hui comme une cible prioritaire. Et je me retrouve dans une situation paradoxale.

D’un côté, certains journalistes fouillent dans mon parcours militant pour trouver des éléments qui, à leurs yeux, pourraient se révéler infamants afin d’imposer l’idée selon laquelle certains choix passés interdisent toute évolution et discréditent a priori mes prises de position actuelles. De l’autre, quelques individus issus de la mouvance nationaliste ne parviennent pas à comprendre certaines de ces prises de position et vont jusqu’à parler de « reniements ». Il faudrait se mettre d’accord.

Je crois le moment venu de clarifier certains points de mon parcours personnel car le débat – si débat il doit y avoir – ne se pose pas en ces termes. Cela me semble d’autant plus important que ma personnalité – ce que je suis en 2010 – est indissociable des diverses expériences que j’ai vécues depuis le début de mon engagement en politique. Je ne renie rien, j’assume tout. Je dirais même que la force qui est en moi aujourd’hui s’est construite dans l’adversité, la douleur et la répression.

Quitte à choquer, il est donc temps pour moi de dire certaines choses face à tous ceux qui préfèrent les raccourcis faciles et qui ne connaîtront jamais le dixième de ce que j’ai vécu. Je ne me veux pas exhaustif. Je veux seulement apporter des précisions sur quelques moments clés de mon parcours personnel.

Chez les « rebelles blancs »

« Face aux bandes ethniques qui terrorisaient, déjà, certains quartiers, nous voulions que la peur change de camp. »

Mes premiers pas dans le militantisme politique remontent à la fin des années 1980. J’avais 16 ans et une profonde envie de m’engager pour mon pays. Attiré immédiatement par le nationalisme-révolutionnaire – avec le mouvement Troisième Voie –, je rêvais de justice sociale, de nation forte et unie, d’identité assumée, d’Europe indépendante face aux blocs américain et soviétique. A travers le slogan « Ni trusts, ni soviets », nous voulions proposer une troisième voie entre communisme et libéralisme. Il y avait aussi dans cet engagement, non dénué de romantisme, la recherche d’une certaine esthétique de l’action.

Le système dénonçait les militants nationalistes comme des « salauds ». J’ai donc pris allégrement l’habit du « salaud », du proscrit. « Seuls contre tous », nous avions la certitude d’incarner la vérité face à la trahison des élites.

Pour aller encore plus loin dans la radicalité, je me suis alors rapproché de ces bandes de « rebelles blancs » aux cheveux courts qui se développaient, à cette époque, dans la plupart des villes de France. Par notre tenue vestimentaire, nous étions de véritables cibles vivantes. Le risque était quotidien, permanent. Nos idées étaient clairement affichées comme un bras d’honneur à ceux qui tentaient de criminaliser l’idéal nationaliste. A une situation violente, la réponse adéquate ne pouvait être que violente. D’ailleurs, nous savions que l’Histoire s’était construite dans la violence et nous pensions qu’il ne pourrait pas en être autrement. Face aux bandes ethniques qui terrorisaient, déjà, certains quartiers, nous voulions que la peur change de camp et prouver notre détermination à rester maîtres chez nous.

Cette période de ma vie restera à jamais gravée dans mon esprit. C’est dans ces bandes de « rebelles blancs » que j’ai découvert l’esprit de camaraderie, le courage, la détermination. J’y ai perdu de nombreux amis, certains morts sous les coups des bandes adverses, d’autres incarcérés pour de nombreuses années. J’ai moi-même failli perdre la vie à plusieurs reprises ; j’aurais pu également finir en prison. Mon quotidien était à cette époque rythmé par les rixes à répétition, les gardes à vue et les séjours aux urgences dans une multitude d’hôpitaux. Mais nous étions respectés et craints. Très souvent en minorité, à un contre cinq, nous parvenions à avoir le dessus car nous étions déterminés. C’est dans ce genre de situation que l’on découvre sur qui on peut compter, que les liens se renforcent, que l’esprit de communauté se développe.

Bien évidemment, nous n’étions pas toujours victorieux. Et je me suis parfois retrouvé dans ses situations vraiment délicates. Comme cette soirée où, seul, poursuivi par une dizaine de caïds maghrébins, je me suis retrouvé au bout d’un ponton en pleine nuit avec une arme de poing sur le front. Ou cette autre fois où, traqué par quatre Noirs bodybuildés et armés de machettes, j’ai cru que mes dernières heures étaient arrivées.

Avec le recul, je crois pouvoir dire que l’expérience que j’ai acquise dans la rue a été déterminante dans la suite de mon engagement.

Questions d’Histoire

« La vie reste pour moi un combat permanent. Rebelle j’étais, rebelle je suis resté. »

En 1991, alors que je commençais à peine mes études d’histoire, je me suis intéressé au révisionnisme. Par rejet de tout dogme, par refus qu’une quelconque vérité historique soit imposée par les tribunaux, j’ai voulu provoquer un débat par différentes actions militantes. Le scandale ayant éclaté et largement dépassé les frontières de Nice – interventions de députés à l’Assemblée nationale, condamnation de Simone Veil, etc. –, je me savais recherché par les autorités judiciaires mais pas seulement… C’est ainsi qu’en pleine action nocturne, je me suis retrouvé plaqué à terre, braqué avec une arme sur la nuque par un individu – qui avait décidé de « faire justice » lui-même ? – qui m’a ensuite livré à la police. Cette « arrestation » n’a jamais fait l’objet d’une enquête approfondie.

La machine judiciaire s’est mise en marche. Face aux juges, j’ai adopté une stratégie de rupture dans une ambiance lourde et délétère, le « pigeonnier » normalement dédié aux procès d’assises ayant été spécialement ouvert afin d’accueillir le maximum de public pour cet événement à vocation pédagogique. J’ai eu le « privilège » d’être le deuxième condamné en France sur le fondement de la loi Gayssot.

Les problèmes ne faisaient que commencer. Mon adresse personnelle fut divulguée par un journaliste de Nice-Matin, des pétitions demandèrent mon exclusion de l’université, je fus l’objet de menaces de mort à répétition (avec notamment le dépôt de balles de gros calibre dans la boîte aux lettres de mon domicile, accompagnées de photos de moi avec une cible sur le visage), des biens matériels m’appartenant furent dégradées – dont une voiture plusieurs fois vitriolée (en guise d’avertissement avant de passer au visage ?). Je dus m’endetter aussi sur cinq ans pour payer les frais d’avocat.

Tout ceci pouvait paraître assez lourd à porter pour un jeune homme de 20 ans. J’ai toutefois tenu bon et cet épisode de ma vie m’a considérablement endurci.

Musique et politique

Fabrice Robert (accompagné de Philippe Vardon et de BenoÎt Lœuillet) en compagnie de Filip Dewinter, dirigeant du Vlaams Belang.

En 1996, autre affaire : celle des poursuites engagées par l’Etat contre le groupe de rock dans lequel je jouais à l’époque, Fraction.

Considérant que pour prendre le pouvoir, encore faut-il déjà réussir à conquérir les esprits et donc utiliser tous les outils susceptibles de diffuser notre conception du monde, j’ai toujours été impliqué dans le combat culturel. A l’instar de camarades italiens qui suivaient la même stratégie, j’ai participé au développement d’une scène musicale diffusant un message enraciné. D’où mon rôle dans la création du label Bleu Blanc Rock puis, plus tard, dans le label Alternative-s.

En 1996, ce fut la fameuse polémique autour du groupe NTM suite à certains propos tenus à l’encontre des forces de l’ordre lors d’un concert à la Seyne-sur-Mer. C’est le moment que choisirent certains journalistes et élus qui, pour mieux défendre les rappeurs, mirent en avant l’existence d’une scène musicale tout aussi radicale mais classée à droite.

C’est alors que le groupe Fraction a été pris comme principale cible. Philippe Douste-Blazy, ministre de la Culture, demanda des sanctions exemplaires. Le débat était lancé et le grand public apprit l’existence de groupes de rock patriotes. En pleine tempête médiatique, LCI envisagea même d’organiser un débat opposant les membres de NTM à ceux de Fraction. Le projet fut abandonné à cause des risques de dérapages sur le plateau et en coulisses entre supporters des deux groupes…

Aujourd’hui, si Fraction se produisait encore, quelques titres ne seraient plus interprétés. En effet, certains textes restent liés à une période de ma vie qui correspond à un contexte bien précis. Mais je ne renie rien de cette aventure politique et musicale.

Dissolution et appel à la révolution culturelle

Maxime Brunerie : « Il n’a jamais été membre d’Unité radicale. »

Le 14 juillet 2002, l’acte d’un certain Maxime Brunerie (qui tire avec une carabine en direction de Jacques Chirac sur les Champs-Elysées) apporte à celui-ci la notoriété qu’il recherchait… et me plonge dans une nouvelle tourmente médiatique. Et quelle tourmente ! Il n’est pas fréquent de gérer une crise relative à une tentative d’assassinat sur un chef d’Etat…

Suite et source: http://tinyurl.com/372fy3f