Francaisdefrance's Blog

17/02/2012

La France a été sommée d’autoriser le retour d’un Algérien expulsé à l’âge de 71 ans.

Ce ne sont pas à ces anciens, à qui il faut s’intéresser. Ce sont aux « jeunes ». Ah oui, zut: ils sont devenus Français… Ben………. aux « jeunes » délinquants criminels issus de l’immigration? Français aussi? Zut.

Reste les clandestins ou candidats à la nationalité Française. Mais ceux-ci se tiennent à carreaux; jusqu’à l’obtention, du moins…

FDF

.

Arrivé en 1972 en France où sont nés plusieurs de ses enfants, Larbi B. avait été condamné en 1997 à cinq ans de prison et à dix ans d’interdiction du territoire, notamment pour association de malfaiteurs.

Expulsion : l’Etat désavoué par la justice

Le Conseil d’Etat a enjoint au ministère de l’Intérieur d’autoriser le retour en France d’un Algérien expulsé en mars 2009 à l’âge de 71 ans, après avoir vécu trente-sept ans dans l’Hexagone où réside sa famille.

Il n’existe pas de « trouble à l’ordre public »

Arrivé en 1972 en France où sont nés plusieurs de ses enfants, Larbi B. avait été condamné en 1997 à cinq ans de prison et à dix ans d’interdiction du territoire, notamment pour association de malfaiteurs. A sa sortie de prison, il avait été frappé par un arrêté d’expulsion qui ne sera exécuté qu’onze ans plus tard, en mars 2009.
Jugeant ce délai excessif, le juge administratif avait ordonné courant 2009 la « suspension » de l’arrêté et sommé l’administration de tout faire pour permettre son retour en France. Mais en décembre 2009, sa demande de visa avait été rejetée.
La plus haute juridiction administrative a notamment estimé que la « note blanche » des services secrets sur laquelle l’administration se fondait pour s’opposer au retour en France de Larbi B. n’était pas suffisante pour établir la menace d' »un trouble à l’ordre public ».

« Mon client a été injustement séparé de sa famille »
« La justice vient de reconnaître que mon client a été injustement séparé de sa famille depuis trois ans et renvoyé dans un pays où il n’avait aucune attache et vivait dans des conditions indignes », a commenté son avocate, Me Férielle Kati.
« On avait toujours imaginé que seule la mort pouvait nous séparer de notre père mais là, c’est l’administration qui l’a éloigné de nous pour alimenter les statistiques de reconduite à la frontière », a affirmé une de ses filles, avant d’ajouter : « en Algérie, il n’avait aucun revenu, aucun capital et aucun repère ».
La haute juridiction a notamment insisté sur « le caractère très ancien des faits » reprochés au requérant et sur « l’absence de tout autre justification par l’administration des troubles pour l’ordre public » que son retour en France risquerait d’entraîner.

Source: http://www.europe1.fr

Merci à JC JC…

10/10/2011

Les bienfaits de la diversité crapuleuse…

Virez les par la porte; ils reviennent par la fenêtre… Je pense que le CRAN va lui venir en aide, à ce bel exemple des bienfaits de la diversité…

FDF

.

Expulsé il y a 1 mois, l’escroc revient à Albi et récidive

La justice tarnaise pensait bien ne plus entendre parler de lui. Début septembre, ce ressortissant camerounais de 36 ans, ayant une adresse à Albi, avait été impliqué dans une affaire d’escroquerie. Les policiers de la brigade de sûreté urbaine, saisis de plusieurs plaintes pour utilisation frauduleuse de coordonnées bancaires, étaient remontés jusqu’à lui. L’intéressé avait détourné des numéros de carte bleue pour effectuer des achats sur internet. Lui se défendait en expliquant avoir agi pour le compte d’une connaissance habitant au Maroc. Le parquet d’Albi avait décidé de ne pas le poursuivre en raison de sa situation administrative. En effet, ce Camerounais père de 7 enfants était entré en Europe par l’Espagne mais n’avait pas de titre de séjour français. Placé en rétention pendant 10 jours, il avait été reconduit en Espagne. Dès le lendemain de son expulsion, il était de retour à Albi. Or, la police continuait à recevoir des plaintes pour des achats frauduleux sur internet effectués depuis son ordinateur. Il a donc été à nouveau interpellé ce jeudi et placé en garde à vue. La perquisition de son domicile a permis aux enquêteurs de retrouver un stock de marchandise acheté frauduleusement. Hier, l’escroc présumé a été déféré au parquet qui a ouvert une information pour escroquerie et requis un placement en détention provisoire. En début de soirée, il était présenté à la juge d’instruction. »

Source: http://www.ladepeche.fr/

29/08/2011

Les règles de l’immigration…

Je crois (non, je suis sûr) que nous sommes vraiment des lopettes, en France… Et le monde entier doit bien se foutre de nous. Il a bien raison. Il est tout de même incroyable que la « tolérance zéro » soit appliquée dans les pays dont nous accueillons la fange…

FDF

.

Règles d’immigration (Lire jusqu’au bout)

1. Il n’y aura pas de programmes en langues étrangères dans les écoles.

2. Toutes les annonces du gouvernement et les élections se dérouleront dans la langue nationale.

3. Toutes les questions administratives auront lieu dans notre langue.

4. Les étrangers ne seront pas un fardeau pour les contribuables.

Pas de sécurité sociale, pas d’indemnité de repas, pas de soins de santé ou tout autre avantage public ne seront accordés.

Tout abus provoquera la déportation.

5. Les étrangers peuvent investir dans ce pays, mais le montant doit s’élever au minimum à 40.000 fois la moyenne journalière de subsistance.

6. Si les étrangers achètent de l’immobilier les possibilités sont limitées.

Certains terrains, en particuliers les biens immobiliers disposant d’accès à l’eau courante, seront réservées  pour les citoyens nés ici.

7. Les étrangers ne peuvent pas protester chez nous.

Aucune manifestation, aucune utilisation d’un drapeau étranger, aucune organisation politique.

Aucune calomnie sur notre pays, le gouvernement et sa politique. Toute violation conduira à la déportation.

8. Si quelqu’un pénètre dans ce pays illégalement, il sera traqué sans merci.

Arrêté, il sera détenu jusqu’à ce qu’il soit expulsé. Tous ses biens sont saisis. 

Sans pitié, inhumain, trop dur et les droits de l’homme ??? 

Les règles ci-dessus ne sont pas celles d’un quelconque parti d’extrême droite français, ce sont les règles d’immigration en vigueur en Arabie Saoudite et dans les Émirats Arabes Unis ! 

  Etonnant n’est-ce pas ?

09/08/2011

C’est pas moi, m’sieur !

Encore un délinquant que tout accuse mais qui nie l’évidence. On a l’habitude… Dans le cas présent et vu sa situation, il risque l’expulsion. Va t’il bénéficier lui aussi de la clémence de la justice? Affaire à suivre…

FDF

.

Condamné pour violence, un père dénonce un complot familial…

« Je n’ai jamais utilisé de couteau, c’est un complot contre moi », se défend Mohamadi, 31 ans, jugé hier, en audience de comparution immédiate pour violences avec arme à l’encontre des proches de son ex-femme.

Le 16 juillet, cet homme se rend à Ramonville-Saint-Agne pour récupérer son enfant dans le cadre d’un droit de visite autorisé par la justice. Mais très vite, le rendez-vous tourne au pugilat. Son ex-épouse venue avec son frère et un ami lui demande s’il possède un siège pour bébé dans sa voiture. Le ton monte et la rencontre dégénère. Le jeune père sort un couteau et se bat avec les deux autres hommes devant des témoins. Les gendarmes interviennent et interpellent Mohamadi.

Hier, le prévenu qui comparaissait libre, a maintenu ses dénégations. « C’est un complot pour que je quitte le pays », a-t-il dit. Titulaire d’une carte de résidant qui arrive a expiration, le jeune homme était en attente de son renouvellement. Sauf écart de sa part. Dans la salle, les trois parties civiles, l’ex-femme, son frère et un ami, assistent à l’audience soutenues par leur avocat Me Frédéric David. La procureure Claudine Viaud a requis six mois de prison avec sursis à l’encontre du prévenu, jamais condamné auparavant.

Le tribunal correctionnel a finalement condamné Mohamadi à une peine de deux mois de prison avec sursis. Il doit également verser 200 € à chacune des parties civiles au titre des dommages et intérêts.

Source: http://www.ladepeche.fr/

02/05/2011

Armes « d’invasion massive »… Italie: le flux migratoire reprend de plus belle…

Et ça recommence… Ils arriveront bientôt en France. Nous revoilà confrontés à nouveau aux « bienfaits de l’immigration »…

FDF

.


Un nouvel afflux de migrants inquiète l’Italie

En deux jours, trois mille immigrés partis de Libye sont arrivés à Lampedusa. Le ministre italien des Affaires étrangères redoute que leur nombre s’élève à 60.000.

À quatre heures du matin dimanche, la barque de pêche déglinguée partie de Libye est entrée dans le port de Lampedusa, étroitement encadrée par trois vedettes des gardes-côtes italiens. Au large de Malte, elle avait lancé un SOS par téléphone cellulaire car elle prenait l’eau dans une mer démontée. À bord se trouvaient 461 réfugiés, dont 44 femmes et six enfants, africains pour la plupart mais aussi asiatiques. La veille à minuit, une autre embarcation transportant 612 réfugiés était arrivée à Lampedusa. En l’espace de deux jours, trois mille immigrés partis de Libye ont mis pied sur cet îlot rocheux à mi-distance de la Sicile et de l’Afrique du Nord.

C’est signe que l’exode, interrompu depuis quinze jours à partir de la Tunisie, a repris à large échelle, en provenance de Libye cette fois. Ces migrants pourraient constituer l’avant-garde des réfugiés que Mouammar Kadhafi menace d’expulser dans les prochaines semaines en représailles des bombardements contre ses positions. Le ministre italien des Affaires étrangères, Franco Frattini, redoute que leur nombre s’élève à 60.000

Suite et source: http://www.lefigaro.fr/international/2011/05/01/01003-20110501ARTFIG00177-un-nouvel-afflux-de-migrants-inquiete-l-italie.php

26/04/2011

Le Conseil général des Hauts de Seine va expulser des gendarmes!

C’est tout simplement honteux!!!  Des « logements éducatifs sociaux ». Pour y loger des « cas sociaux »! Et savez-vous qui sont ces « cas sociaux »??? Ce sont ceux dont la progéniture a comme idéal de « casser du flic »! Eh bien, pour commencer, « on » les y aide …

FDF

.

 Des familles de gendarmes sommées sans état d’âme de déguerpir de leur logement de fonction à la caserne de Levallois Perret (92).

C’est vrai que les gendarmes et leur famille  avaient  tous une tête d’enterrement à cette réunion de mardi dernier (19 avril 2011), où on leur a expliqué et annoncé qu’ils devaient dégager fissa de leur logement de fonction de la caserne de gendarmerie de Levallois Perret, sise –comme on dit- dans les Hauts de Seine, département cher au Président.

Dix familles de gendarmes de tous grades, dont 7 sont arrivées depuis moins d’un an, doivent en théorie déguerpir avant le mois d’août pour transformer les appartements « en logements locatifs sociaux » selon une délibération du Conseil général des Hauts de Seine en date du 7 mars 2011.

Voilà qui est aberrant et incompréhensible : les logements sont déjà locatifs puisque la Gendarmerie paye un loyer au département et ils ont bien un caractère social. Ce ne sont, en effet, que des logements de sous-officiers, nullement luxueux, et la modicité relative des soldes des gendarmes, atteste du caractère social de la destination de ces appartements. Mais ces critères de bons sens ne sont pas ceux de la loi. Et ce n’est pas la vision du Conseil général, propriétaire des lieux.

Haro sur les gendarmes.

Pour l’Etat employeur, les gendarmes sont une poule aux œufs d’or. Tout d’abord, ils sont militaires, donc a priori obéissants, sauf quand ils décident de descendre dans la rue comme en 2001. Ils ne sont pas non plus syndiqués, ce qui garantit une absence de résistance quand on touche à leurs intérêts. Ce n’est pas comme les policiers, qui sont parvenus à stopper la dissolution de deux CRS à Lyon et Marseille, voici quelques mois. Et puis, les gendarmes n’ont pas d’horaires de travail à respecter. On peut presser le citron. On ne risque pas de voir débouler l’inspection du travail, même en cas de suicide.

Ils ont toutefois un grave défaut, au regard de l’Etat et de ses élus : ils sont logés par nécessité absolue de service pour être sifflés par leurs chefs, quand ça les arrange.

En région parisienne, il y a beaucoup de gendarmes qui travaillent dans les ministères, et les administrations diverses et variées qui en dépendent. Il y a donc un besoin important en logements. En 2007, la Gendarmerie, le petit doigt sur la couture du pantalon, a créé, non pas une bulle …immobilière, mais le BUL, bureau unique du logement, chargé de « rationaliser ». Bilan : plus de 600 baux de logements hors casernes résiliés et une économie de plus de 10 millions d’euros. Mais, elle n’en est pas récompensée pour autant.

Dans le même temps, la plupart des unités de gendarmerie de Paris et de la petite couronne ont été fermées. C’est ce qui est arrivé à la brigade de Levallois Perret à partir du 1erjuillet 2010. Les logements de la caserne, dont le Conseil général des Hauts de Seine est propriétaire, n’en continuent pas moins d’être occupés par dix familles.  L’usage et la bienséance justifieraient  que l’évacuation d’une caserne en vue de sa restitution au propriétaire soit étalée dans le temps pour tenir compte de la situation sociale des familles et de la gestion des personnels. Pas dans les Hauts de Seine ! Est-ce parce que cela se passe dans le département du président ou bien parce que d’autres facteurs plus personnels interviennent ?

Attention, un Patrick peut en cacher un autre.

A Levallois, il y a des programmes immobiliers et des expropriations en cours, notamment dans le secteur de la rue Anatole France où se trouve la caserne. Alors, certains  auraient été prêts à voir  la main de Patrick, l’ami de Sarko, dans cette mauvaise manière faite aux gendarmes. On ne prête qu’aux riches.

Mais non ! C’est l’autre Patrick… Devedjian,  un peu moins copain que le précédent avec l’occupant du château, qui est à l’origine du coup de poignard dans le dos.

A l’automne 2010, la gendarmerie a envoyé en éclaireur un colonel  pour s’enquérir auprès du Conseil général des intentions du propriétaire sur la caserne de Levallois. Toutes les assurances verbales ont alors été données à ce missi dominici. Mais, c’est connu, les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent.

Et  le 23 décembre, en guise de cadeau de Noël, le Conseil général a fait part de son intention de vendre l’immeuble. Après une visite des locaux par des acquéreurs potentiels, la vente a été autorisée par une délibération du 7 mars 2011, qui fixe sans concertation la remise des locaux libres de toute occupation au 1er août, sans se préoccuper du sort des occupants.

Garde à vous et déguerpissez ! Peu importe que le propriétaire n’ait pas adressé de préavis officiel. Peu importe que la plupart des occupants soient arrivés depuis moins d’un an. Peu importe que les enfants soient déstabilisés par un déménagement et une réinstallation dans un lieu inconnu à ce jour. Peu importe que telle famille doive préparer son déménagement alors que l’époux, le père, sert en Afghanistan. Ah, qu’il est réconfortant pour les gendarmes et leurs familles, considérés ainsi comme de vulgaires meubles meublants d’un casernement, de se sentir si bien soutenus par les élus !

Ultime manœuvre désespérée voire utopique, promise par le colonel du BUL : solliciter du nouveau propriétaire une prolongation du bail permettant aux familles de se maintenir dans les lieux deux années de plus, afin que l’évacuation des locaux corresponde aux mutations des militaires.

Mais, pour quelle raison, M. Dova, conseiller général  d’Antony (Centre), président de l’Office Public Départemental de l’Habitat des Hauts de Seine, qui va devenir l’heureux acquéreur de la caserne serait-il plus compréhensif ?

M. Devedjian et M. Dova s’apprêtent à commettre une mauvaise action. Le comprendront- ils ?

Peut-être !

A défaut, les gendarmes ne leur disent pas : Merci !

Source:http://adefdromil.org/13457

08/02/2011

Délinquance: une racaille turque expulsée de Suisse !

Et bien voilà! C’est pourtant pas compliqué. Grand coup de chapeau à nos amis Suisses !!!

FDF

.

« Si seulement, les autorités politiques et judiciaires Françaises pouvaient s’inspirer de temps en temps, de ce que sont capables les SUISSES, ce serait formidable pour notre pays. A condition, bien évidement, que les politiques et les juges en aient une bonne paire accrochée ou il faut; et que les » béni-oui-oui » socialistes ou les  « bien-pensant » résidents en SUISSE, comme Emmanuelle Béart, et autres acteurs ou sportifs, cessent de nous les briser avec leur morale à deux balles… »


29/08/2010

Chassé par la porte, l’imam de Pantin revient par la fenêtre…

Et dire que ce n’est pas une exception…

“Depuis 2002, ce sont 125 islamistes radicaux – dont 29 imams ou prédicateurs – qui ont été expulsés” de France, selon le ministère de l’Intérieur.

FDF

.

29 08 10


La France renvoie en Egypte un « imam islamiste » déjà expulsé en janvier.

L’imam « voyageur »…

Le gouvernement a renvoyé jeudi vers l’Egypte « en urgence absolue » un imam « islamiste radical » d’une mosquée de Pantin, déjà expulsé de France vers l’Egypte en janvier, a annoncé le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux.

« J’ai fait procéder, aujourd’hui, à l’expulsion en urgence absolue d’Ali Ibrahim El Soudany, ancien imam islamiste radical de la mosquée Hamza de Pantin (Seine-Saint-Denis) à destination de son pays d’origine, l’Egypte », a écrit le ministre dans un communiqué.

« Cet individu est très récemment réapparu sur le territoire national alors qu’il était sous le coup d’un arrêté d’expulsion, exécuté en janvier dernier », a-t-il rappelé.

De fait, M. Hortefeux avait annoncé le 7 janvier dernier, quasiment dans les mêmes termes, « l’interpellation et l’expulsion en urgence » de M. El Soudany vers l’Egypte…

Source et suite: http://tinyurl.com/32m2z8v

20/08/2010

La France expulse un imam radical. Bon vent !

Et ben voilà, une action utile! Et dire qu’il y en a plein, des comme ça (imams radicaux). Il suffit de les débusquer…

FDF

La France a expulsé jeudi vers l’Egypte Ali Ibrahim El Soudany, ancien « imam islamiste radical » égyptien de la mosquée de la mosquée Hamza de Pantin (Seine-Seint-Denis), a annoncé le ministère de l’Intérieur.

Expulsé en janvier pour « des prêches appelant à la lutte contre l’Occident », Ali Ibrahim El Soudany était « très récemment réapparu sur le territoire national », indique le ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux dans un communiqué. « Immédiatement identifié par les services spécialisés, il a été expulsé sans délai ».


Source: http://tinyurl.com/3anvbm2

30/07/2010

Une expulsion : la vidéo qui choque Libération…

.

« Ils » font le bordel quand « ils » sont chez nous. « Ils » font le bordel quand on veut les renvoyer chez eux car « ils » sont en situation irrégulière… C’est tout ce qu' »ils » savent faire, en fait:  foutre le bordel. Celui-ci est un spécimen du genre. Je me pose la question à savoir si les otages français que l’on égorge pour le plaisir dans les pays d’où viennent ces clandestins hurlent autant… Alors, les assocs et collectifs de tout poil spécialisés dans la défense des sans-papiers qui pompent dans nos prestations sociales, ça ne vous fait pas réfléchir, ça?

FDF


Voici la vidéo qui choque Libération. Un clandestin est embarqué dans un avion pour effectuer un vol Paris-Dakar. Filmée à l’aide d’un téléphone portable, la scène scandalise Libération et ses lecteurs.

A défaut de trouver des images (inexistantes) des légendaires expulsions violentes et sanglantes, Libération n’a rien trouvé de plus « choquant » que ce clandestin qui tente d’ameuter les autres voyageurs en…criant. Notez le talent de comédien de ce clandestin qui pourra certainement envisager une carrière dans le théâtre, au Sénégal.

http://www.dailymotion.com/video/xe3e2z_une-expulsion-ordinaire-france-ete_news?start=3#from=embed