Francaisdefrance's Blog

18/11/2010

Belgique : Layla Hachichi, musulmane homosexuelle brûlée vive !

De plus en plus tarés… Et il a demandé combien, pour ça, le « spécialiste du coran« ???

FDF

.


Les parents de Layla Achichi, cette jeune Marocaine de 18 ans, musulmane et homosexuelle, retrouvée morte au mois d’octobre 2009 à son domicile, ont été arrêtés la semaine dernière.
Un marocain, spécialiste du Coran, avait été engagé pour « exorciser » leur fille : il l’a brûlée vive pour notamment la guérir de son homosexualité.
.
Vidéo:   http://www.youtube.com/watch?v=g3xaUpVudgY&feature=player_embedded

02/10/2010

« Les démons m’ont eu »… Un imam condamné pour avoir battu sa femme sous prétexte d’exorcisme !

Ah les cons! Mais c’est pas possible d’être aussi cons! Et dire que ça prêche grave dans les mosquées… Bon, vous me direz, on a bien des curés pédophiles. Mais c’est « considéré » comme une maladie, comme l’alcoolisme.

Mais là, l’imam y a été un peu fort du……………….. bâton. On lui a confisqué, d’ailleurs. Il pourra continuer à frapper sa mousmé avec le coran; ça ne laisse pas de traces… Au fait: il est toujours imam? Parce que si c’est le cas, ça fait peur d’imaginer ce que l’on peut enseigner dans les mosquées…

FDF

TRIBUNAL D’AVESNES-SUR-HELPE

« Imam exorciste », comme l’a présenté son avocat Serge-Marie Agboton, Abdelbaki Assimi n’a jamais dévié de sa version : ce n’est pas sa femme qu’il frappait, mais les démons qu’il avait identifiés en elle, dans une séance de roquiyah qu’il estimait conforme aux préceptes du Coran. « C’est la première fois que j’ai frappé un peu plus fort avec le bâton. Avant, les démons n’étaient pas trop méchants, j’en venais à bout avec des récitations et de l’eau passée sur elle. »

Car depuis seize ans que l’imam pratique la roquiyah, son épouse et sa fille y auraient été soumises à plusieurs reprises, contrairement à ses fils qui n’auraient « pas de problèmes de possession ». Les précédents n’avaient connu aucune dénonciation. L’imam a expliqué que son épouse l’avait accueilli le jour de la séance par une voix sourde et grondante en lui disant : « Aujourd’hui, tu vas nous laisser en paix. »

« Une excuse »

Le président Czech a produit devant le tribunal des photographies, montrant un hématome de seize centimètres de largeur et deux centimètres d’épaisseur sur le bas-ventre de la victime. L’imam a nié toute valeur aux témoignages faisant état de violences conjugales autres que celles de la roquiyah.

Celles-ci ont suffi au parquet pour requérir à l’encontre de cet homme inconnu de la justice un an de prison, dont six mois ferme : « Le Coran est ici une excuse, et ces pratiques, qui rappellent les saignées du Moyen Âge, sont obscurantistes. » Abdelbaki Assimi a été condamné à huit mois de prison, dont six avec sursis et mise à l’épreuve. La défense avait plaidé la relaxe, affirmant la difficulté d’une analyse « cartésienne des frontières de l’irrationnel » en produisant les témoignages de personnes reconnaissant avoir été soignées par la médecine coranique du prévenu. Le bâton de l’imam a été confisqué.

« Je ne m’en servirai plus puisque cela me vaut des ennuis, a-t-il dit à l’audience. Cette fois, les démons m’ont eu. »

Source: lavoixdunord.fr

19/08/2010

Les délires de l’islam: un imam exorcise sa femme à coups de bâton dans le ventre !

Parlez moi d’islam, la « religion » d’amour, etc…

FDF

.

Maubeuge:


Un homme de 52 ans, qui s’est présenté comme un imam officiant en Normandie, était en garde à vue hier soir au commissariat de Maubeuge dans le cadre d’une procédure pour violences conjugales.

Une proche du mis en cause a en effet déposé une plainte accusant ce dernier d’avoir asséné à son épouse, au cours de la nuit de dimanche à lundi, des coups de bâton sur le ventre. La victime a écopé d’une interruption de travail de trois jours. L’imam a soutenu pour sa part avoir voulu procéder à un exorcisme sur son épouse qui serait possédée, selon ses dires, par un démon, oudjinn.

Les sites Internet musulmans ayant pignon sur rue évoquent certes l’exorcisme sur les personnes « malades », mais surtout par la prière, les incantations et l’imposition des mains. Des coups de bâton ne sont évoqués qu’en dernier recours et administrés dans ce cas sur la plante des pieds, partant du fait que le djinn ressent davantage les coups que son hôte.

La garde à vue du quinquagénaire devait se poursuivre hier soir. S’il en est connu de nom, des membres de la communauté musulmane sambrienne expliquaient hier que le mis en cause ne fréquentait pas la communauté, l’un d’eux avançant même : « Qu’il soit imam, c’est lui qui le dit. Notre imam est désigné par la Grande Mosquée de Paris. » Du côté de la Normandie, l’union des musulmans de Rouen affirmait hier ne pas connaître cet homme.


source : La voix du Nord