Francaisdefrance's Blog

20/07/2011

Dis, pourquoi ???

Mais pour quelles raisons ces pays riches à milliards (voir pièce jointe) ne viennent-ils pas en aide à ceux qui
pratiquent la même religion qu’eux et qui sont dans le besoin?
Pourquoi tous ces peuples musulmans hier opprimés, comme les Tunisiens libérés, les Egyptiens libérés, les Libyens
en passe de l’être, ceux du Yémen, de la Syrie et d’ailleurs, ne trouvent-ils pas refuge dans ces pays frères dont l’or noir
a fait la richesse?
Pourquoi viennent-ils à tout prix en Europe, chez les mécréants ex-colonisateurs, où règnent paraît-il l’exclusion et le racisme? Alors que nous avons déjà tellement de chômage, que nous n’avons pas les moyens de les accueillir, de les loger, les nourrir etc…
Si vous avez la réponse, soyez gentils, donnez-la nous.
Merci
 .
FDF
.
Lire: VAE1

09/07/2011

Epidémie au PS…

Et encore un ! Et encore du PS ! C’est pas possible; il doit y avoir un nid d’addicts aux agressions sexuelles, au PS! C’est la bande à Dodo; pas la bande à Bonnot… En attendant, avant les primaires, on dirait que le PS nettoie ses écuries d’Augias.

FDF

.

PS : condamné pour agression sexuelle, Mahéas démissionne

Le sénateur-maire de Neuilly-sur-Marne, reconnu coupable d’avoir commis des agressions sexuelles sur une ex-employée municipale, a annoncé lui-même son départ devant la commission des conflits du parti.

Après les affaires Tron et DSK, la commission des conflits du PS, chargée de statuer vendredi sur l’appartenance au parti du sénateur-maire Jacques Mahéas, condamné pour agression sexuelle, était attendue au tournant. Elle n’aura finalement pas eu à prendre de décision, l’édile socialiste de Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis) ayant choisi par lui-même de démissionner. Membre du PS depuis 1974, il a annoncé sa décision pendant son audition par les 38 membres de la commission, présidée par Bernard Pignerol.

Les premiers éléments de cette affaire remontent à l’été 2002. Deux employées de la mairie de Neuilly-sur-Marne dénoncent le même type d’actes : baisers forcés, attouchements…. Après le retrait d’une des plaignantes, Jacques Mahéas est condamné en juin 2008 en première instance à 4 mois d’emprisonnement avec sursis et 35.000 euros de dommages et intérêts, pour des agressions sexuelle. L’élu dit être victime d’un complot ourdi par un élu local de gauche, et fait appel. En 2009, sa peine est transformée en une amende de 10.000 euros. Après un ultime pourvoi en cassation, rejeté, sa condamnation devient définitive en mars 2010.

Un soutien embarrassant pour Hollande

Dans une lettre envoyée mi-avril à Martine Aubry, le porte-parole du PS, Benoît Hamon, et Gaëlle Lenfant, secrétaire nationale au droit des femmes, deamandent l’exclusion de Jacques Mahéas du parti, estimant que ses actes et sa condamnation «sont de nature à porter préjudice au parti». Arrive l’affaire DSK, au mois de mai. Pour le PS, Jacques Mahéas devient gênant . Se voulant exemplaire, la direction du PS convoque la commission des conflits, malgré les plusieurs demandes de renvois formulées par Jacques Mahéas.

Plusieurs personnalités du PS demandent son exclusion, notamment le député PS de l’Essonne Manuel Valls et le sénateur David Assouline, secrétaire national du PS à la communication. Le maire de Neuilly-sur-Marne continue de nier les faits, criant à «un complot politique» contre lui en raison notamment de son «soutien» à François Hollande, candidat à la primaire socialiste, dont il se dit «ami». Embarrassée, la garde rapprochée du député de Corrèze a réplique finalement par la voix de Stéphane Le Foll, affirmant n’avoir pour lui «aucune mansuétude».

Source: http://www.lefigaro.fr/

18/06/2011

Ils ont du pétrole, ils ont notre fric. Ils en mettent plein la vue au monde; et nous méprisent…

Mais pour quelles raisons ces pays riches à milliards (voir pièce jointe) ne viennent-ils pas en aide à ceux qui

 pratiquent la même religion qu’eux et qui sont dans le besoin?

 

Pourquoi tous ces peuples musulmans hier opprimés, comme les Tunisiens libérés, les Egyptiens libérés, les Libyens

en passe de l’être, ceux du Yémen, de la Syrie et d’ailleurs, ne trouvent-ils pas refuge dans ces pays frères dont l’or noir

a fait la richesse?

 

Pourquoi viennent-ils à tout prix en Europe, chez les mécréants ex-colonisateurs, où règnent paraît-il l’exclusion et le racisme? Alors que nous avons déjà tellement de chômage, que nous n’avons pas les moyens de les accueillir, de les loger, les nourrir etc…

Si vous avez la réponse, soyez gentils, donnez-la nous…

Voir: VAE1

26/11/2010

Et l’on stigmatise avec l’exclusion. La belle affaire…

Là, moi, j’applaudis. J’applaudis l’Académie de Toulouse et ses responsables. Il faut bien qu’un jour, ces gens là (les muzz) apprennent que la provocation ne peut durer ad vitam eternam… La provocation conduit inéluctablement à l’exclusion… Et après on braille sur l’exclusion. Quel beau prétexte… Pourvu que cette sanction fasse jurisprudence.

FDF

.

Tournefeuille. L’enseignante musulmane licenciée pour refus d’ôter son voile

En poste à Tournefeuille, dans la Haute-Garonne, la nouvelle enseignante a refusé de retirer son voile./Photo DR
En poste à Tournefeuille, dans la Haute-Garonne, la nouvelle enseignante a refusé de retirer son voile./Photo DR


Une enseignante stagiaire de la banlieue toulousaine risque d’être bientôt licenciée pour avoir refusé de retirer son voile islamique devant ses élèves du primaire. Une commission réunie le 19 novembre en formation disciplinaire avec des représentants des syndicats enseignants et de l’administration a proposé au recteur le licenciement.

Cette commission a une vocation consultative et c’est au recteur qu’il appartient maintenant de trancher, a priori sous quelques jours.

«Dans la pratique, les recteurs, notamment en matière disciplinaire, ont plutôt tendance à suivre les recommandations de la commission administrative paritaire départementale», explique au rectorat, Michel Montredon, tout en invitant à la prudence.

L’enseignante a réussi son concours en 2002, mais n’a pas été appelée à faire la classe en raison de différents congés maternité et congés parentaux. Convertie entre-temps à l’islam et arrivée au terme de ses congés, elle s’est présentée à la rentrée de cette année dans une école primaire de Tournefeuille pour prendre en charge une classe. Les responsables de l’établissement lui ont demandé de retirer son voile, ce qu’elle a refusé de faire.

Premier cas constaté dans l’académie de Toulouse

«C’est vraisemblablement le premier cas que nous avons eu à connaître dans l’académie de Toulouse, (avec) une enseignante et non pas une assistante», dit-on au rectorat. L’inspecteur d’académie Jean-Louis Baglan a confirmé ne pas avoir été confronté à des cas semblables en Haute-Garonne.

«Je ne sais pas dans quel sens le recteur va se prononcer; ce que je sais, c’est qu’il est extrêmement soucieux du respect des principes de laïcité et que, sachant que c’est le premier cas, il sera très attentif à la décision à prendre, qui fera jurisprudence», précise-t-on au rectorat.

Cette affaire rappele celle d’une employée voilée d’une crèche de Chanteloup-Les vignes , dans les Yvelines. La jeune femme, licenciée en début de mois, poursuit l’établissement devant les prud’hommes.

L’académie de Toulouse a décidé au nom de la laïcité de licencier une enseignante stagiaire qui refusait de retirer son voile islamique pour faire la classe à des élèves de primaire, a annoncé le recteur vendredi.

« J’ai décidé de suivre l’avis de la commission administrative paritaire, qui avait été émis à l’unanimité, et donc de procéder à l’exclusion de service de l’intéressée », a dit le recteur, Olivier Dugrip, à l’AFP.

Cette exclusion est définitive et revient à un licenciement, a-t-il précisé.

A sa connaissance, il s’agit d’une première dans l’académie de Midi-Pyrénées.

La jeune femme, dont l’identité n’a pas été révélée, n’a manifesté jusqu’alors aucune intention de contester cette décision. Au contraire, elle l’a acceptée « avec beaucoup de dignité et de responsabilité, elle n’a montré aucune volonté de monter cette affaire en épingle, elle savait ce que sa décision impliquait dans sa vie professionnelle et publique », a affirmé le directeur de la communication du rectorat, Michel Montredon.

Le recteur a invoqué « le principe de laïcité qui est affirmé par l’article premier de la Constitution et qui se traduit pour les fonctionnaires par une obligation de neutralité », laquelle leur interdit d’exprimer ou de matérialiser leurs croyances religieuses.

« Or cette personne se présentait revêtue d’un foulard recouvrant l’ensemble de sa chevelure, elle refusait par ailleurs de serrer la main de ses collègues ou des personnes de sexe masculin au nom de ses convictions religieuses », a-t-il dit.

Selon des informations concordantes, l’enseignante a réussi son concours en 2001 (et non 2002 comme rapporté précédemment), mais n’avait pas été appelée à faire la classe en raison de différents congés maternité et congés parentaux.

Convertie entre-temps à l’islam et arrivée au terme de ses congés, elle s’est présentée à la rentrée de cette année dans une école primaire de Tournefeuille, dans la proche banlieue de Toulouse, pour prendre en charge une classe.

Les responsables de l’établissement lui ont demandé de retirer son voile mais elle a refusé.

Une commission ad hoc réunie le 19 novembre en formation disciplinaire avec des représentants des syndicats enseignants et de l’administration a proposé au recteur le licenciement.

C’est cet avis que le recteur a suivi.

Devant le conseil de discipline, « elle a constamment affirmé ses convictions religieuses, elle a admis les conséquences de sa position, cela n’a fait aucune difficulté, ni pour elle, ni pour les membres de la commission, puisqu’ils se sont prononcés à l’unanimité », a-t-il dit.

Même s’il s’agit d’une première dans la région, la décision ne fera pas jurisprudence, a-t-il souligné, parce qu’il « y a déjà une jurisprudence clairement établie, il y a eu d’autres situations de ce type » ailleurs en France. « C’est l’application pure et simple du droit » et ce cas « s’inscrit dans une ligne jurisprudentielle qui est toujours la même », celle de l’exclusion, a-t-il dit.

Source: http://tinyurl.com/25gvw49

06/10/2010

l’islam: idéologie totalitaire menant irrémédiablement à la haine, à l’exclusion et au massacre…

islam: religion de paix et d’amour…

La punition à l’acide…

En Italie :

« Un père et son fils, pakistanais, “punissent”à coups de barre d’acier une mère et sa fille qui refusent un mariage arrangé. Puis avec une pierre, utilisé peut être seulement par le père, réduisent au silence la défense désespérée de la mère. La jeune femme est dans un état grave mais ces jours ne seraient plus en danger, la maman est morte. L’histoire rappelle celle de Hina Saleem, la pakistanaise de 21 ans qui voulait vivre “de manière occidentale” et qui fut égorgée pour ce motif le 10 aout 2006 à Brescia dans la maison de ses parents. Cependant à Brescia la jeune Hina mourut et la mère était d’accord avec les choix du père. Là c’est la maman de Nosheen Butt qui paye le prix fort pour s’être rebellé ».

Au Soudan :

« Une institutrice britannique comparaît, ce jeudi, à Khartoum, pour avoir laissé ses élèves [musulmans. NDL] appeler Mahomet l’ours en peluche de la classe. Gillian Gibbons, qui a semble-t-il agi par naïveté, est notamment poursuivie pour insulte au prophète Mahomet des musulmans (…) Reste que Gillian Gibbons risque, en vertu de l’article 125 du code pénal, six mois de prison, 40 coups de fouet ou une amende ».

Source: http://lesalonbeige.blogs.com/