Francaisdefrance's Blog

24/06/2011

Confirmation: les Tunisiens qui débarquent en Europe sont en bonne partie des évadés de prison…

On s’en doutait un peu, mais en voici la confirmation. On comprend mieux pourquoi Berlusconi a tout fait pour qu’ils ne fassent qu’un passage par l’Italie… Encore une fois, la France accueille « la crème » des autres pays. Et on se plaint de la délinquance…

Il va falloir créer d’autres associations de soutien, comme on sait si bien le faire par chez nous. Par exemple: « Collectifs des Tunisiens Clandestins Evadés de Prison« . Les subventions devraient tomber… Et ça devrait faire des émules parmi la Gauche-bobos.

FDF

.

Ce sont des Tunisiens qui le disent:

« Selon les témoignages recueillis, il s’est avéré qu’une bonne partie de nos émigrants clandestins qui ont rallié l’île de Lampedusa se sont évadés des prisons tunisiennes au lendemain de la révolution. »

Source: http://yvesdaoudal.hautetfort.com/

11/05/2011

On sait d’où sortent les clandestins tunisiens…

La France, poubelle du monde… Et ce n’est pas qu’une image. Mais désolé; NOS prisons sont déjà pleines… de ressortissants étrangers ou « issus de l’immigration ». Si quelqu’un veut des chiffres…

FDF

.

De retour de Tunisie, premières impressions…

1. Aperçu

Retour d’un voyage en Tunisie, voici présenté, pour les lecteurs de Riposte Laïque, un aperçu général sur la situation actuelle dans ce pays ainsi que des réflexions inspirées par le séjour effectué là-bas. C’est d’abord une impression jubilatoire de grande liberté, de parole et de mouvement, avec le sentiment qu’il sera très difficile, voire impossible, de revenir sur cet acquis de la révolution. C’est aussi un paradoxe que cette révolution « spontanée », conduite par le peuple, sans chef ni parti établi, qui fait jaillir la notion toute nouvelle de citoyenneté – rappelons que depuis 1956, la Tunisie n’a connu que des régimes paternalistes et autoritaires, fondés sur le patriarcat qui caractérise les sociétés musulmanes. Citoyenneté émergente et tout prometteuse, venue comme par inadvertance s’intercaler entre le sentiment d’appartenance religieuse et la soumission intériorisée au père-président.

Les rues n’ont jamais vu autant de rassemblements et de manifestations, les murs autant de graffitis, les journaux et la télé autant de débats. Et tout cela pendant que le régime transitoire expédie les affaires courantes tout en manœuvrant en vue de l’élection d’une assemblée constituante, le 23 juillet prochain, qui déterminera la nouvelle règle du jeu en prenant en compte cette citoyenneté, improbable sous les régimes arabo-musulmans. Les chars, les engins blindés de l’armée en faction devant les édifices publics ainsi que les barbelés qui les entourent n’y changent rien.

Hommage à ceux qui sont tombés en défendant la liberté ; gloire et reconnaissance aux syndicalistes, aux personnalités féministes, aux comités d’avocats, d’étudiants et de chômeurs qui, par suite des grèves du 12 janvier, ont fait chuter le gouvernement Ben Ali bis. Ombre au tableau : les indicateurs économiques sont au rouge. La presse et diverses sources patronales font état de la chute de la production (12,2 % au premier trimestre 2011), du ralentissement général de l’économie et du recul significatif du tourisme.

2. La démocratie et la recomposition du paysage politique

En vertu de la liberté et des nouveaux droits démocratiques, la presse se veut désormais libre et plus de soixante partis politiques ont déjà pignon sur rue ; et cela sans parler des associations. Des postulants attendent encore que leur dossier soit instruit. Selon l’opinion générale, cela fait tout de même beaucoup pour une population de dix millions d’habitants, chacun craignant la dilution des voix et l’atomisation de la vie politique face à l’appareil hérité de l’ancien régime…

Suite et source: http://ripostelaique.com/de-retour-de-tunisie-premieres-impressions.html