Francaisdefrance's Blog

01/03/2012

Alors? Halal ou non halal ?

Pour moi, la question ne se pose même pas.

Quand je dis que ce sont des gens d’une autre époque. Des gens des temps barbares. Et « ON » veut nous imposer ça ?  Même pas en rêve…

Attention, certains passages de la vidéo ne sont pas pour tous les regards…

FDF

L’empreinte de l’islam…

.

Vidéo réaliste sur ce que nous avons dans nos assiettes !!!! Elle est belle la France !!!!
Bientôt ils nous obligerons à tolérer la lapidation sur la place publique pour le respect de leur religion !!!!
Vive notre gouvernement qui les soutient !!!!

http://www.wat.tv/video/realite-viande-halal-video-30n71_2i2it_.html

Et puis sur celle-ci:

http://envoye-special.france2.fr/les-reportages-en-video/la-viande-dans-tous-ses-etats-16-fevrier-2012-4220.html

26/12/2011

Blagounette…

Les qualifications de « halal » et « haram » concernent notamment l’alimentation du musulman : par exemple manger du poisson est halal, alors que manger du porc est harâm. Pour que la viande soit halal, il faut que l’animal égorgé vivant ne soit pas préalablement étourdi et ait la tête tournée vers La Mecque pour qu’il se vide de son sang2. Un musulman doit lui couper la carotide et les jugulaires, tout en prononçant des paroles sacrées (Bismillah allahou akbar: Au nom de Dieu le plus grand).

Ah celle là, elle est pas mal…

Faites suivre.

FDF

.

Un musulman doit se faire opérer de l’appendicite.

On l’emmène dans la salle d’opération et il voit le chirurgien qui vient vers lui avec un grand couteau.

– Hé docteur ! je ne suis pas encore endormi !!!!!!!! 

– Je sais, dit le chirurgien, mais aujourd’hui j’opère halal.

Merci à Babette…

02/08/2011

Viande halal: l’étourdissement autorisé…

Il faut que l’on m’explique, là. Je n’ai pas tout compris. Pourquoi donc cette sauvagerie exercée durant l’abattage? Par sadisme? Certainement.

Plusieurs « hautes éminences » du monde islamique donnent leur avis…

FDF

.

Sans étourdissement, c’est plus marrant…

Le Cheikh Ahmed HAMMANI* (Algérie),

Président du Haut Conseil Islamique d’Algérie :

s’appuyant sur l’avis du Cheikh Mohamed ABDOU (Egypte), du Cheikh Rachid REDHA (Egypte), fondateur de la célèbre revue “Al’Manar“ du Caire, du Cheikh Atiyya SAQR, président du “Conseil de la Fatwa“ auprès de l’Université d’Al Azhar (Egypte), conclut que : « les sacrifices opérés par les gens du livre (Juifs et Chrétiens) y compris par des moyens appropriés visant à rendre inconscient l’animal avant la saignée sont licites pour les musulmans… »
[Réf. pages 361, 362, 36, “Fatawa“ de Cheikh Hammani, SNED éditions, 1993, sous le patronage du Ministère des Affaires religieuses, Alger]

Wahba AZ-ZUHAYLI (Syrie),

Professeur à l’université de Damas, partage sensiblement le même point de vue dans “Encyclopédie du droit musulman“ éditée à Beyrouth en 1994.

Abdelkrim ZAYDAN (Iraq),

dans son Encyclopédie du droit musulman – “Al’Mufassal“, [tome 3, page 31], insiste fortement sur le principe de l’immolation de l’animal fondé sur la tradition prophétique évoquée ci-dessus, tout en ajoutant que :
« L’étourdissement par moyens électrique, “al-âlati al-kahraba’iyati“, soulage l’animal lors de l’immolation et réduit sa douleur. Ce principe s’inscrit dans la visée de la loi coranique à condition que l’étourdissement en question n’entraîne pas simultanément la mort de l’animal. »

Atiyya SAQR (Egypte),

président de la Commission de la Fatwa de l’Université d’Al-Azhar, dans « Le meilleur discours » – “Ahssan al-kalam“ .
Editions Dar Al-Ghad Al-Arabi, dernière édition, tome 1, p. 348, 349, 350.

La “COMMISSION EGYPTIENNE DE LA FATWA“

a rendu le 18 décembre 1978 la “Fatwa“ suivante, signée par Jad-al-haq Ali JAD-AL-HAQ, ancien Recteur de l’Université d’Al’Azhar :
« Si l’électrochoc ou l’anesthésie de l’animal avant de le saigner a pour objectif de réduire sa résistance sans provoquer sa mort, il est permis d’y recourir… », et il ajoute « par contre, si l’électronarcose ou tout autre moyen d’anesthésie provoque la mort de l’animal, il n’est pas permis d’y recourir. »

Le “CONSEIL SAOUDIEN DE LA FATWA“,

répond à cette question dans la “Fatwa“ 22-16 de l’an 1396 de l’Hégire (1979). Elle est citée, concernant l’importation de la viande halal, dans “Ahkam al-dhabh wal-luhum al-mustawradah min al-kharij, majmu’at min al-fatawi“ – Dar Al-Thaqafa, Riyad, 1979, et stipule que :
« si l’animal a été abattu par un pistolet ou par un choc électrique dont il est mort, la viande est illicite en vertu de la Sourate 5 verset 3. Mais si dans ce cas l’animal a été égorgé pendant qu’il était encore en vie, la viande est considérée comme licite.

19/06/2011

Le vrai visage de l’islam… Suite.

Grâce à Robespierre, que je remerçie, j’ai pu récupérer une vidéo semblable à celle qui a été censurée. En souhaitant que la bien-pensance qui nous surveille ne la vire pas tout de suite, je vous la soumet. Et pour ceux qui veulent la garder, servez vous…

FDF

.

 

 http://www.dailymotion.com/video/xertaj_abattage-rituel-halal-sans-etourdis_news

Enquête GAIA dans des abattoirs de Belgique. 2009.
Généralement, les abattages rituels halal (et casher) en Belgique et en France sont réalisés sans étourdissement. Les animaux sont égorgés en pleine conscience. Un rapport INRA estime que l’agonie des animaux peut se prolonger jusqu’à 14 minutes.

17/06/2011

Etiquettage halal: les lobbys muzz et juif ont eu le dernier mot cette fois encore…

La soumission se fait de plus en plus palpable…


FDF

.

Plus de mention « abattus sans étourdissement » sur les étiquettes !

Avril 2011. Le Parlement européen votait un texte – provisoire – sur l’obligation de mentionner sur les étiquettes de produits carnés issus de l’abattage rituel « abattus sans étourdissement » (voir l’Europe vote l’étiquetage « abattus sans étourdissement ») Victoire pour les animalistes, catastrophes pour les juifs et les industriels du faux halal. Victoire pour les animalistes, car c’est l’une de leurs principales revendications. Catastrophe pour les juifs, car 70 % de la carcasse d’une bête casher part de facto dans le circuit traditionnel. La filière casher ne survit que parce qu’elle a la possibilité de revendre à d’autres les parties de la bête non consommable pour un juif. Catastrophe pour les industriels du faux halal, car cet étiquetage les aurait contraint à la transparence, hantise absolue tant l’opacité profite à leurs petites affaires.Voici ce que disait le communiqué de presse officiel.

Étiquetage supplémentaire pour les viandes et étiquetage clair des « imitations »: ne pas induire le consommateur en erreur

Selon les députés, les étiquettes des viandes devraient indiquer le lieu de naissance, d’élevage et d’abattement de l’animal. En outre, la viande provenant d’animaux abattus sans étourdissement (conformément à certaines traditions religieuses) devrait être étiquetée comme telle et la viande composée de morceaux reconstitués devrait porter la mention « morceaux de viande reconstitués ».

Les députés ont affiné les règles existantes afin que le consommateur ne soit pas induit en erreur par le conditionnement des denrées alimentaires. Ils ont également insisté pour que les denrées alimentaires n’aient pas l’apparence, du fait de l’étiquette, d’une autre denrée alimentaire. Selon eux, le remplacement d’un ingrédient par un autre doit être clairement indiqué sur l’étiquette. Les denrées alimentaires contenant de l’aspartame devraient porter l’étiquette « contient de l’aspartame (source de phénylalanine et pourrait ne pas convenir aux femmes enceintes) ».

Mai 2011. Le Consistoire publiait un communiqué de presse sur son site appelant à défendre l’abattage rituel. Le propos était clair et alarmiste. Conscientes qu’il faille plutôt traiter de ces problématiques, très polémiques et particulièrement prisées de l’extrême-droite antisémite et islamophobe, en toute discrétion, les autorités juives multiplient depuis plusieurs mois les interventions publiques ; ce qui témoigne de’une très grande préoccupation et de l’extrême gravité de la situation.

Le 19 avril 2011, la commission Environnement du Parlement Européen a adopté un amendement, dit Gerbrandy-Jorgensen qui prévoit l’étiquetage des viandes provenant d’animaux abattus sans étourdissement, c’est-à-dire issues d’abattage selon un rite religieux (juif ou musulman). Ce texte, avec de très nombreuses autres dispositions sur l’étiquetage des aliments, sera soumis au Parlement pour adoption en séance plénière début juillet 2011. L’amendement Gerbrandy-Jorgensen pose comme postulat que l’abattage sans étourdissement est source de douleur importante pour les animaux. L’étiquetage des viandes abattues selon un rite religieux permettra ainsi d’accréditer l’idée que les animaux dont proviennent ces viandes auront été exposés à une souffrance inutile et injustifiée, selon un rite rétrograde. On peut prévoir d’ores et déjà des conséquences dramatiques sur les circuits de production et de distribution de la viande cacher ou halal.

Même le CRIF, organisation laïque, s’est ému de la situation et en est venu appeler au lobbying (voir Abattage casher : le CRIF appelle au lobbying).

Après le vote du 19 avril, la situation semblait très compliquée. Si compliquée que les autorités françaises ont demandé, discrètement, aux organisations juives et musulmanes d’approuver et de soutenir le texte. Recommandation non suivie ni par les représentants de la communauté juive, ni par les négociateurs européens qui ont planché sur le texte. Suite aux protestations « de représentants de la communauté juive » contre cette mesure « qui aurait pénalisé selon eux les abattoirs cashers », comme l’indique une dépêche AFP de ce jour, « les négociateurs se sont finalement mis d’accord pour évacuer la question dans une future réglementation européenne concernant le bien-être animal, selon un diplomate européen ». De fait, le communiqué de presse publié hier ne comporte plus aucune mention à l’abattage rituel, contrairement au précédent.

Ce volte-face de l’Europe risque d’agacer sérieusement Brigitte Bardot, qui n’a de cesse de s’attaquer à l’abattage rituel. De même, il va être très difficile à Nicolas Dhuicq, l’UMP qui en veut à l’abattage rituel uniquement halal, de mener à bien son entreprise anti-halal. Après avoir été mouché une première fois en décembre dernier (L’UMP fait retirer en catimini la loi contre l’abattage rituel), le député de droite a essayé gauchement de convaincre que son projet était toujours d’actualité. Mieux, érigeant l’absurde en tactique politique, N. Dhuicq est allé, dans un entretien accordé au souvent croquignolesque Causeur.fr, jusqu’à différencier le casher du halal, dédouanant le premier – ce qui a dû faire bien rire les connaisseurs –, accablant le second.

Juifs et musulmans sont des alliés objectifs dans la défense de leur droit, reconnu par la loi française et par l’Europe, de disposer de viandes abattues rituellement. Vouloir distinguer l’abattage rituel musulman de l’abattage juif est toujours douteux, tant ils sont similaires. Si la défense des consommateurs était sa véritable motivation, Nicolas Dhuicq ne commettrait pas un impair aussi disqualifiant. Big fail, comme souvent à l’UMP, chez qui on devrait tout de même travailler mieux les dossiers. Pas si facile finalement de taper sur les musulmans.

Pour rappel, l’étourdissement préalable, c’est aussi ça; à voir ici: http://www.al-kanz.org/2011/06/16/etiquette-abattage-rituel/

Merci à G…..

23/02/2011

Hausse des abattages rituels : « Brigitte Bardot dit vrai… ».

Et nous devons « intégrer » des gens comme ça?

Y’en a marre du halal! « Abattage rituel »: on n’entend que ça! Nous sommes en France et il serait bon de se rappeler que si à des époques très anciennes de nore Histoire, on s’adonnait à ces coutumes barbares, ces temps sont révolus. C’était il y a fort longtemps.

Les muzz nous bassinent avec ça. Il faudrait peut-être leur rappeler que nous sommes au XXI ème siècle et que nous, au moins, avons évolué. Alors quand on me parle d’intégration de gens qui vivent à une autre époque où l’intelligence commence seulement à pointer le bout de son nez, laissez moi rire.

Si nous ne voulons pas régresser, ne laissons pas ces « minorités » nous imposer leurs coutumes éculées…

FDF

.

Brigitte Bardot vient de porter plainte contre les ministres Brice Hortefeux (Intérieur) et Bruno Le Maire (Agriculture). Elle dénonce la généralisation des abattages rituels, cruels pour les animaux dit-elle. « Vrai », concède sur RMC un responsable de la filière.


Selon un responsable d’Interbev (Association nationale interprofessionnelle du bétail et des viandes), la généralisation des abattages rituels en France dénoncée par Brigitte Bardot est une réalité.
En ligne de mire de Brigitte Bardot, l’abattage des animaux selon les rites musulman et juif. Selon elle, la pratique se généralise en France. Selon cette méthode, les animaux ne sont pas étourdis mais égorgés vifs, alors qu’ils sont parfaitement éveillés.
Selon la Fondation de l’ancienne actrice, ce rite pratiqué dans les abattoirs engendre des souffrances inacceptables pour les bêtes dont l’agonie peut durer un quart d’heure.
« 60% des moutons abattus en France sans étourdissement »
Elle souligne que la technique de l’étourdissement – qui est supposée être la norme en France – permet au moins à l’animal de perdre conscience avant d’être tué. Selon elle, 43% des veaux et 60% des moutons abattus dans l’Hexagone « subissent » un rituel halal ou casher, « sans aucune transparence pour le consommateur ». 60% à 70% des produits de l’abattage rituel arriveraient ainsi dans le circuit de la grande consommation (grandes surfaces, boucheries de quartier…) sans mention ni étiquetage visant à informer l’acheteur de ce qu’il met dans son sac à provisions.
La règlementation européenne prévoit bien une dérogation à l’obligation d’étourdissement des animaux pour motif rituel, mais la Fondation Bardot estime que « ce qui doit être l’exception est devenu la règle en France ».
« Pas de données fiables pour contredire Bardot »
Cet ensemble d’affirmations est-il exact ? A en croire Yves Berger, délégué général d’Interbev (organisme représentant l’ensemble de la filière de la viande en France), la réponse est affirmative. « Oui, c’est vrai, la pratique de l’abattage rituel est en pleine augmentation en France. Et effectivement, nous n’avons aucune donnée suffisamment fiable pour contrer les chiffres avancés par Brigitte Bardot ».
Prenant pour exemple la région Ile-de-France, Yves Berger concède que « tous les abattoirs font de l’abattage rituel. Dans la région, quasiment 100% des moutons tués le sont par égorgement. L’explication est simple, c’est qu’il y a une forte concentration de croyants musulmans ».
« Des responsables religieux très à cheval sur l’interprétation des textes »
Selon lui, la filière travaille actuellement à une évolution des pratiques. Une obligation d’étiquetage visant à informer les consommateurs sur le mode de l’abattage de l’animal consommé est notamment à l’étude, explique Yves berger. « Comme on indique déjà la race de l’animal dans les rayons, on pourrait très bien indiquer la manière dont il a été tué », suggère-t-il.
Des réflexions sont aussi engagées pour un adoucissement des méthodes d’étourdissement qui pourrait convenir à l’abattage rituel, comme c’est le cas dans d’autres pays européens. « Mais nous nous heurtons malheureusement aux responsables religieux, musulmans notamment, qui sont très à cheval sur l’interprétation des textes sacrés et qui ne veulent pas entendre parler de changement pour l’instant ».

28/10/2010

Brigitte Bardot à la présidentielle contre le halal.

Il est certain qu’avec le halal comme cheval de bataille, elle va récupérer des voix…

FDF

.


 

Brigitte Bardot envisage de se présenter à l’élection présidentielle. « Ce sont les promesses non tenues du président Sarkozy (NDLR : sur une loi rendant obligatoire l’étourdissement des animaux lors d’un abattage halal) qui ont poussé Brigitte à s’engager, explique son quatrième époux, l’ancien industriel Bernard d’Ormale.

Brigitte est capable de présenter sa candidature pour faire entendre la voix des animaux en danger. » Bernard d’Ormale répète volontiers le message de son épouse : « Elle reçoit tous les jours des lettres et soutiens de la France entière. Des gens de droite et de gauche qui se disent prêts à monter des comités en régions. Brigitte est une vraie écologiste qui agit sans intérêt personnel et fera des propositions. Et même si elle n’obtient que 5 % des voix, les politiques l’écouteront sans doute d’une oreille plus attentive. » Le mois prochain, le Parti de l’alliance écologiste indépendante, dont l’actrice se sent proche, doit se réunir. Préambule à une candidature officielle ?

Source : leparisien.fr