Francaisdefrance's Blog

29/06/2011

Et on nomme ça un « caïd » ?

Zut de Zut ! Un électeur de moins pour Martine Aubry… Et une « chance pour la France » en moins, aussi. 

FDF

.

Fin de cavale pour le caïd le plus recherché de France

Rédoine Faïd, ici sur le plateau de LCI. Capture d'écran.
Rédoine Faïd, ici sur le plateau de LCI. Capture d’écran.

Rédoine Faïd, interpellé mardi, serait impliqué dans la mort d’une policière municipale.

Il était devenu tour à tour une des étoiles montantes du banditisme, le «repenti» le plus médiatique et l’un des «caïds» les plus recherchés de France. Au terme de six mois de cavale, Rédoine Faïd a été interpellé mardi après-midi à Villeneuve-d’Ascq par l’antigang de la Direction interrégionale de la police judiciaire (DIPJ) de Lille. Appréhendé en compagnie de deux personnes, il était selon les enquêteurs «peut-être sur le point de participer à un projet de braquage de transport de fonds dans la région lilloise ».

Mobilisant toute la PJ, Rédoine Faïd est considéré comme le «cerveau» du projet d’attaque à main armée ayant coûté la vie d’Aurélie Fouquet, policière municipale fauchée à l’âge de 26 ans d’une rafale de kalachnikov lors d’une fusillade sur l’A4 dans le Val-de-Marne. Aux obsèques de la jeune femme, Nicolas Sarkozy avait promis: «Nous ne laisserons aucun répit aux voyous», avant d’ajouter: «Les meurtriers d’Aurélie Fouquet, je le dis devant son cercueil, seront punis avec la sévérité qu’exige l’ignominie de leur crime.»

Un livre de témoignages

Peu après la fusillade, un premier suspect porteur de plusieurs armes de guerre a été interpellé à Champigny-sur-Marne, avant d’être mis en examen pour assassinat puis écroué. Par la suite, les policiers se sont évertués à déterminer la composition exacte du commando qui «montait» ce jour-là sur le braquage d’un fourgon abritant 10 millions d’euros à destination de la Banque de France. Le 11 janvier dernier, 27 personnes avaient été interpellées en région parisienne. Parmi les «cibles» figurait en bonne place Rédoine Faïd. Mais ce dernier avait réussi à échapper au coup de filet dans des circonstances assez confuses. Condamné à vingt ans de prison pour plusieurs hold-up, dont celui d’un fourgon blindé à Villepinte en 1997, et incarcéré l’année suivante, ce braqueur de haut vol était notamment issu des quartiers de Creil (Oise), tout comme Olivier Tracoulat, dur à cuire dont un échantillon de sang a été retrouvé dans une voiture abandonnée.

Sorti de prison en 2009, Rédoine Faïd avait écrit un livre de témoignages, intitulé Braqueur, des cités au grand banditisme. Retraçant sa trajectoire de délinquant des cités ayant monté en gamme et s’inspirant du cinéma, il raconte comment il a braqué une banque comme dans Réservoir Dogs ou des fourgons blindés en mettant des masques de hockey, à l’image de Robert De Niro dans Heat. Faïd était aussi à la charnière d’un documentaire choc sur la nouvelle «voyoucratie» de banlieue, diffusé le 3 janvier dernier sur Canal +. Fruit d’un an de tournage à hauts risques mené par le journaliste Jérôme Pierrat, fin connaisseur du crime organisé, le film a été vu par plus d’un million de téléspectateurs selon la chaîne cryptée.

La mise en cavale de Rédoine Faïd avait d’emblée été interprétée comme une forme d’aveu par les enquêteurs. Mardi, Frédéric Foncel, président du syndicat national de la police municipale, se félicitait de l’interception de ce «voyou de banlieue» et demandait que toute la lumière soit faite sur la fin tragique de sa jeune collègue. La profession endeuillée avait commémoré l’anniversaire de sa mort le 20 mai dernier, en présence du ministre de l’Intérieur, Claude Guéant.

Source: http://www.lefigaro.fr/