Francaisdefrance's Blog

27/10/2011

Susauxcollabos ! Estrosi a craqué devant les islamistes de Nice !

Et non seulement, il s’agenouille devant les musulmans de sa ville, mais en plus, ils se fait allumer par d’autres. A trop vouloir être compatissant avec ces gens-là, il ne faut pas s’attendre à des retours positifs. Jamais. Si ça pouvait servir de leçon à d’autres dhimmis…

FDF

Bienvenue au club des « soumis »…

.

Mosquée de Nice – Christian Estrosi recule !

mosquee nice suisse Mosquée de Nice   Christian Estrosi recule

Les musulmans de la salle de prière sis rue de Suisse à Nice sont sur le point d’obtenir gain de cause, c’est-à-dire continuer à prier en paix au centre de Nice.

« En juin 2011, Estrosi avait décidé d’exercer son droit de préemption urbain sur la salle de prière confondant ainsi droit de préemption urbain et droit de préemption religieux. Manipulation politique qui sans aucun doute ravit l’électorat d’extrême droite. L’association Al Baraka a déposé un recours  devant le tribunal administratif de Nice pour excès de pouvoir pour avoir exercé son droit de préemption pour empêcher les musulmans d’acquérir les locaux qu’ils occupent depuis  maintenant 11 ans.

Victoire pour les musulmans

Considérant qu’elle était dans son droit, elle a donc fait preuve de patience et  a su communiquer pour faire savoir ses droits et tenir au courant de la situation les musulmans de la ville et de la région. Pari gagnant, le maire Estrosi fait marche arrière et a décidé de concéder à ce que l’unique salle de prière du centre de Nice demeure salle de prière ouverte aux musulmans, avec un bonus : l’extension de la salle de prière par la mise à disposition gratuitement un local municipal attenant. C’était la revendication de l’association Al baraka afin de mettre un terme à la prière de rue du vendredi. Une victoire des musulmans de Nice. Pour rappel l’unique salle de prière du centre de Nice a subi deux actes de préemption, le premier en 2001 avait pour motif d’en faire un local à poubelle municipal, le deuxième du Maire actuel, évoquant le plan de réaménagement urbain, les deux actes avaient un seul objectif : la fermeture de salle de prière, pour des motifs prétextant un ‘’intérêt général’’ fantaisiste.

Reculer pour mieux sauter ?

Le Maire UMP de Nice, Christian ESTROSI, s’est rendu compte de son erreur, il s’est donc résigné à proposer un bail emphytéotique du local en plus de son extension. Un bail qui au départ proposait 30 ans à 1€ symbolique s’est transformé en un bail de 24 mois pour un loyer de 300 euros sans raison particulière. Mais après réflexion, 24 mois, c’est le temps qu’il reste avant les municipales 2014.

De plus le Maire de Nice, dans une réaction d’orgueil a exigé le départ du Président de l’association Al baraka, Monsieur RAZZOUK Abdelhamid.

Alors que l’association Al baraka demeure signataire du compromis de vente dont l’acte de préemption fait l’objet d’un recours devant le tribunal administratif de Nice, une association nouvellement créée aurait déposé une candidature  pour le bail emphytéotique. Une action encouragée par le cabinet du Maire, puisque le Maire a reçu les membres de cette nouvelle association avant même sa création juridique. Diviser pour mieux régner ?

Malgré ce « putsch », nous soulignons la pérennité de l’unique salle de prière musulmane du centre de Nice, ainsi que son extension.

En finalité, on voit bien que le motif avancé au départ pour préempter n’est rien dans les faits qu’un détournement de la loi. Le Maire de Nice invente   »le droit de préemption religieux » au service de sa politique  du culte musulman, l’Islam de France. »

Source: http://www.trouvetamosquee.fr/

12/09/2011

Journées d’été de Marine Le Pen: la provocation de l’UMP.

Si le Front National n’effrayait pas l’UMP, ces derniers n’auraient pas fait une « contre-manifestation » à proximité du lieu où Marine Le Pen avait rassemblé ses troupes ce week-end. Je trouve ça « petit »… Pas de quoi être fier, monsieur Estrosi, vraiment pas… C’est « digne » d’une action cégétiste…

FDF

.

« Dimanche, l’UMP tenait un contre-meeting à 800 mètres des universités d’été du FN.

Christian Estrosi n’est pas peu fier de son contre-meeting. Dimanche, le maire de Nice organisait dans sa ville la rentrée la fédération UMP des Alpes-Maritimes, avec comme objectif affiché de concurrencer les «  Journées d’été de Marine Le Pen » qui se sont déroulées, au même moment, dans la même ville.

« Ne laissons pas le FN tromper les Français »

« Comme Marine Le Pen à choisi Nice pour faire sa rentrée politique, chacun pourra mesurer de quel côté se situera la mobilisation », avait ainsi promis Christian Estrosi qui attendait 3.000 personnes au rassemblement de sa fédération. Finalement, 1.500 militants auront fait le déplacement pour écouter les ministres de l’Ecologie et du Travail, Nathalie Kosciusco-Morizet et Xavier Bertrand et le patron de l’UMP Jean-François Copé.

Il faut « se méfier de ceux qui se drapent dans les étendards bleu blanc rouge mais qui ont toujours choisi la politique du pire », a d’abord mis en garde Jean-François Copé. Ils voient « dans chaque tourment un argument de plus pour vendre de l’angoisse et dénoncer des boucs émissaires ». En 2012, « ne laissons pas le FN tromper les Français et faire gagner la gauche comme en 1997 », a-t-il insisté, alors que 800 mètres plus loin, Marine Le Pen et son père tenaient leurs université d’été au palais des congrès.

Le FN parade

« S’ils sont là, c’est parce qu’ils ont peur de nous », a ironisé, de son côté, Marine Le Pen, estimant que l’initiative de Christian Estrosi démontre l’état de « panique » d’une majorité, qui redoute que le FN ne barre l’accès du second tour de la présidentielle à Nicolas Sarkozy.

« Estrosi, par cette manoeuvre, tente de siphonner nos sympathisants, c’est mesquin », a déclaré Bruno Ligonie, secrétaire départemental adjoint du FN, rappelant que son parti a obtenu 49% des voix aux cantonales de mars dernier, menaçant directement les amis de Christian Estrosi dans la perspective des prochaines législatives. »

Source: http://www.europe1.fr/

04/09/2011

Nice: la « gégéne » reprend du service; mais pas du côté qu’on croit…

Estrosi est au courant? (mauvais jeu de mot…). Bien sûr. C’est quand-même lui le maire. Mais il ne faut pas s’attendre à une réaction de sa part. Sa ville, il l’a offerte aux immigrés…

Dans le cas révélé plus bas, il paraît que le mari avait eu le « coup de foudre » (mauvais de mot aussi).

FDF

.

La barbarie d’un algérien…

  Et ces gens là voudraient nous imposer, à nous peuples libres et civilisés, leurs  coutumes, leur sharia  et leur islam.   RÉVEILLEZ  VOUS AVANT QU’IL NE SOIT TROP TARD!

Nice: il électrocutait sa femme parce qu’elle se refusait à lui !

Après de longs mois de calvaire endurés en silence, une jeune femme de 28 ans, domiciliée quartier de la Californie, à Nice, a trouvé la force et le courage de venir au commissariat d’Auvare et de déposer plainte contre les violences de son compagnon.

Et de raconter aux policiers les actes de torture et de barbarie que lui aurait fait subir son mari, âgé de 34 ans, originaire comme elle d’Algérie. Non content de lui imposer des rapports sexuels non protégés, il se comportait comme un tyran lorsque sa jeune épouse avait l’audace de refuser ses avances. Séquestrée au domicile, elle était alors ligotée à une chaise et électrocutée jusqu’à ce qu’elle cède.

Traces de brûlures

Interpellé hier matin par la Sûreté départementale des Alpes-Maritimes, l’homme a été placé en garde à vue. À son domicile, les policiers ont trouvé de nombreuses prises électriques aux fils dénudés, dont il se serait servi comme d’une véritable «gégéne». De fait, sur le corps de la malheureuse jeune femme, les policiers ont trouvé de nombreuses traces de brûlures.

L’enquête confiée à la Sûreté départementale vient de débuter. Dans les prochains jours, des confrontations devraient être effectuées pour établir les actes de torture et de barbarie. Quant à la jeune femme maltraitée, elle a été placée dans un foyer à Nice.

Source:   http://www.nicematin.com/

08/08/2011

Nice: « On se croirait à Beyrouth  » !

Ne laissons pas Nice devenir Marseille!

FDF

.

Ecoutez: http://youtu.be/UvdYwpOZmAE

Quartier islamique à Nice : Jacques Peyrat soutient Vardon contre Estrosi

Nissa Rebela et Jacques Peyrat disent « non au quartier halal ! »

Pour comprendre le début de la polémique, se référer à notre article précédent du 7 juillet « une mosquée municipale à Nice » suite à l’achat par la mairie d’un local destiné à devenir une mosquée.

Lu dans Le Petit Niçois (extraits) :

« Une mosquée, sept boucheries halal, des librairies coraniques. On se croirait à Beyrouth », peste l’ancien porte-parole des Jeunesses Identitaires, tout en pointant du doigt l’arrivage massif d’immigrés clandestins.

« Même les restaurants asiatiques, présents ici depuis des décennies, désertent peu à peu. Le dernier vendeur de liqueurs a même été sommé de fermer boutique en vertu des principes qui régissent l’Islam », explique-t-il. Pour le chef du parti, tout cela ne vient donc pas jouer en faveur de la diversité nécessaire entre membres d’une même cité, mais œuvre plutôt à ce qu’une minorité se tienne à l’écart de la société et de sa municipalité. Une fois n’est pas coutume, Philippe Vardon a ainsi livré ses meilleures flèches pour Christian Estrosi.

Une mosquée municipale ?

« Autant que je sache, c’est bien une mairie UMP qui a fermé les yeux pendant 11 ans en n’exécutant pas l’arrêté d’expulsion qui avait été adressé à Al Baraka pour sa mosquée illégale, rue de Suisse. Puis, c’est cette même mairie qui tolère les prières de rue depuis trois ans ! Or, nul n’est censé ignoré la loi. Et encore moins Estrosi ! ». Et là, Philippe Vardon va plus loin dans ses accusations en reprochant au député-maire de vouloir intervenir en rachetant un local via les fonds publics. Le but : y installer une mosquée, marquée par le sceau de la municipalité. « Si les faits s’avèrent exacts, Christian Estrosi serait en contradiction immédiate et évidente avec le principe de laïcité et la loi de 1905 concernant la séparation des églises et de l’État. La question est donc de savoir si un concordat entre la religion musulmane et la Ville de Nice aurait été signé à notre insu ! Nice sera-t-elle la première ville de France à passer le culte musulman en régie municipale ? », s’interroge celui-ci. Nul ne le sait. Mais la situation de la rue de Suisse n’est pas la seule qui préoccupe Nissa Rebela. Autre cas : la Place Saëtone.

« Le centre-ville s’enfonce »

Selon la figure de proue du parti identitaire, une mosquée de 250m² devrait même succéder, d’ici le mois de septembre, à « La Petite Biche », un restaurant traditionnel. Le tout, suite à une escroquerie présumée. « Le propriétaire, refusant de vendre pour que son local devienne un lieu de culte, des religieux l’ont dupé en missionnant un marchand de biens italien qui a conclu la vente », explique Philippe Vardon. « C’est intolérable ! Une ville se juge au centre. Et si ce centre s’enfonce, il entraîne avec lui toute la ville », déclare-t-il tout en citant Auguste Verola, adjoint au maire chargé des cultes. « Et c’est le triste sort qu’a connu Marseille », prévient ce dernier. Puis, séquence émotion et nostalgie avec Jacques Peyrat, ancien sénateur-maire de Nice. Lequel dit vouloir « apporter tout son soutien à Philippe Vardon ». Au passage, il prend aussi le temps de s’auto-complimenter en expliquant comment il s’y était pris, sous ses mandats de maire, pour éviter la création d’une grande mosquée, rue Hancy. « Il parait normal de laisser les Musulmans exprimer leur culte, c’est vrai. Mais en poussant à l’excès ce phénomène communautaire, cela risque de bouleverser la vie habituelle d’un pays », explique-t-il d’un ton chiraquien Lire la suite sur le Petit Niçois.

Maire de Nice de 1995 à 2008, Jacques Peyrat avait déclaré dans Le Monde en novembre 2005 : « Ce n’est pas le moment, face aux violences urbaines et à la montée de l’islam radical, d’installer en plein coeur de Nice une terre d’islam. Je m’opposerai à toute implantation de mosquée à Nice. « . Ce qui avait amené le satellite socialiste « SOS Racisme » à porter plainte, sans que l’on sache que les musulmans constituent une race…

Nissa Rebela , mouvement politique présent aux cantonales et municipales dans la région, réussit à médiatiser le scandale au niveau national, ce qui irrite Christian Estrosi :

Lors d’un meeting UMP en octobre 2008 à Nice, le directeur des Jeunes UMP, Benjamin Lancar, avait annoncé un des objectifs du mouvement présidentiel : la « discrimination positive par quotas ethniques » (Figaro du 25 octobre 2008, scan) en soutenant chaleureusement son hôte, Christian Estrosi vu comme une « idole » (cf: Figaro) . Une vision communautariste et racialiste de la société annonçant « La France d’après », tant redoutée par un peuple français contraint et forcé à subir « l’immigration choisie », soit 470 000 visas octroyés chaque année aux seuls 3 pays du Maghreb plus la Turquie…

Source: http://www.islamisation.fr/

Bonus: http://tinyurl.com/3gd27vd

28/07/2011

« Nous sommes la force anti-Front national », dit Borloo. Mais il a bien failli y adhérer, au FN…

Il ne faut jamais dire « fontaine, je ne boirai pas de ton eau »…

FDF

.

Quand Borloo et Estrosi étaient prêts à s’allier au FN…

Jean-Louis Borloo et Christian Estrosi se présentent aujourd’hui comme des opposants résolus au FN. Mais, comme s’en amuse Jean-Marie Le Pen, ils n’ont pas toujours été aussi fermes.

« Nous sommes la force anti-Front national. » A Epinay-sur-Seine, ce dimanche 26 juin 2011, Jean-Louis Borloo lance devant 3000 partisans son nouveau mouvement, l’Alliance républicaine, écologiste et sociale (Ares). Le président du Parti radical légitime une candidature centriste indépendante en 2012. « Si on laissait s’affronter le vainqueur de la primaire socialiste et l’UMP actuelle (…) je vous garantis que le Front national serait en tête du premier tour », menace l’ancien ministre de l’Environnement. 

Borloo, l’anti-Le Pen? Il n’en a pas toujours été ainsi. Dans une interview parue le 10 février 1993 dans l’hebdomadaire Minute, « Jean-Louis Borloo avec Le Pen, pourquoi pas? », celui qui est alors maire de Valenciennes est interrogé sur ses alliances. « Personnellement, j’ai des rapports corrects avec les gens du FN de ma région, et je ne serais pas contre, répond Jean-Louis Borloo. Mais s’il devait y avoir des alliances, il faudrait que toute la droite suive. Celui qui prendrait cette initiative tout seul se ferait descendre politiquement. » 

Tout à sa volonté de se démarquer de  »l’ambiguïté de l’UMP vis-à-vis du Front national« , Jean-Louis Borloo aime rappeler ces temps-ci qu’il « avait refusé de devenir président de la Région Nord-Pas-de-Calais grâce à l’appui d’une voix FN en 1992 ». Le conseiller régional du Nord, Jean-Pierre Gendron, conteste cette version. « Nous avions passé un accord avec Jean-Louis Borloo, alors sans étiquette, pour lui donner nos voix afin que la présidence de la région ne bascule pas à gauche, explique l’élu FN. L’accord a achoppé à cause d’un maire RPR de la région, mais Borloo était d’accord sur le principe. » Après avoir quitté Génération Ecologie, Jean-Louis Borloo cherchait à se repositionner au sein du jeu politique afin de préparer les élections législatives de 1993.  

Contacté par LEXPRESS.fr, le président du Parti radical n’a pas souhaité répondre à nos questions. Il n’est pas le seul dans ce cas.  

Estrosi, un autre chevalier anti-frontiste

Autre figure de la majorité à critiquer la droitisation de l’UMP, Christian Estrosi se présente lui aussi comme un chevalier anti-frontiste. Le maire de Nice vient de décider d’organiser un contre-meeting lors des journées d’été du FN, qui se tiendront dans sa ville les 10 et 11 septembre prochains. 

En mars 1998, le futur ministre de l’Industrie de Nicolas Sarkozy plaidait pourtant pour une alliance entre le RPR et le FN en région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA). L’ancien maire frontiste de Toulon, Jean-Marie Le Chevallier, raconte: « Christian Estrosi avait participé aux négociations et aurait été mon vice-président en cas d’entente. » Mais Jean-Marie Le Pen a finalement rejeté les conditions de la droite et l’accord a capoté. 

La droite a toujours été très divisée sur l’attitude à tenir à l’égard du Front national. Malgré la stratégie du cordon sanitaire édictée dès les années 1980 par Jacques Chirac, de nombreux accords locaux ont été signés. Selon le politologue Erwan Lecoeur, les régionales de 1998 sont un moment particulier dans la relation entre la droite et l’extrême droite. « Lors des législatives de 1997, le FN avait réussi à se maintenir dans 133 circonscriptions et avait provoqué de nombreuses triangulaires. En 1998, l’idée d’une alliance avec le Front apparaissait comme l’unique alternative pour que les régions ne basculent pas toutes à gauche ». Dans cinq d’entre elles, défiant la consigne nationale, la droite pactise alors avec les élus frontistes

Suite et source: http://tinyurl.com/3fgbudd

23/06/2011

« La République irréprochable »: le cas Frédéric Mitterrand…

C’est ce qu’annonçait Sarkö Ier… Mais depuis, que d’ « égarements »… On choisi son entourage. La République des copains a fait ses (tristes) preuves… Je ne citerai pas les noms des « égarés », vous les connaissez. Et la liste s’allonge… Presque tous les jours.

FDF

.

Frédéric Mitterrand : 120.000 € de blanchisserie aux frais du contribuable en 2010

« La République irréprochable »…
Sous son mandat (SarkÖ Ier) nous avons pu constater qu’il s’agissait bien plus d’un slogan que d’une réalité (les cigares de Christian Blanc, les vols couteux et injustifiés d’Estrosie et Joyandet…).

L’on découvre sur le site du ministère de la Culture que Frédéric Mitterrand a présenté un appel d’offre en 2010 pour ses frais de blanchisserie et la somme est conséquente.

Le montant présenté dans l’appel d’offre, en date du 28 avril 010, est de 120.000 € sous la mention « blanchissage du linge du ministre », le prestataire est la société Ferdenande située à Houdan (78)* Voir l’appel d’offre ICI

De là à dire qu’il s’agit d’un ministre très propre sur lui, il y a un pas que nous nous refusons à passer. Marine le Pen ayant déjà eu l’occasion de présenter l’absence totale de moralité du personnage avec notamment les récits autobiographiques de son livre La mauvaise vie où il nous narre, par le menus, son tropisme pour les boxeurs thaïlandais.

On reste dubitatif, pour le moins, devant la somme engagée pour le seul blanchiment de la « toilette » du ministre.

________

*Ligne 143 du tableau excell.

Source: http://www.nationspresse.info/

17/06/2011

Nice: Estrosi en immersion et autres aventures…

Visionnez ces trois vidéos; vous vous ferez une opinion après.

Bonne lecture.

FDF

.

Ici: http://echodupays.kazeo.com/CAP-SUR-2012/A-EL-NISSA-LE-MAIRE-FAIT-LA-NOUBA,a2250725.html

04/03/2011

Ca sent les élections… Sarközy: « « La Chrétienté a donné une civilisation à la France ». »…

Le grand pardon…

Ca y est! La mémoire lui est revenue! On n’y croyait plus. Sarkö Ier délaisse l’ilslam pour avoir une révélation: c’est celle qui lui rappelle qu’il dirige un pays aux racines chrétiennes et qui entend bien les garder. Un homme politique en vue qui ne sait plus à quel saint se vouer, surtout à l’approche d’échéances électorales.Il est vrai que nos églises et temples sont de plus en plus cachées par des mosquées gigantesques.

J’en profite pour attirer l’attention des Boudhistes vivant en France: c’est le moment d’en profiter. Vous allez avoir TOUTES les promesses que vous voulez entendre. Des temples boudhistes; payés avec l’argent des contribuables !!! Si si!

Nous, les français de souche, on a déjà pratiqué… Nous savons de quoi on parle…

Eh oui, Monsieur le Président: il y a des Français, des chrétiens, en France. Pas que des musulmans… Ca fait 40 ans que Le Pen le dit…

FDF

.

En visite au Puy en Velay, hier, notre président a eu une révélation.

« La Chrétienté a donné une civilisation à la France ».

Et, de rajouter, comme si cela état nécessaire pour convaincre les sceptiques : « C’est la vérité ! »

La vérité vraie, c’est la campagne électorale qui s’annonce désastreuse pour lui et son camp UMP.

Machines arrière toutes ! On rejoue le scénario de 2007. On va leur en mettre plein la vue et ils nous élirons encore une fois.

Nan ! Nan ! Nan ! Monsieur Sarkozy. Les français ont toujours su que la France était chrétienne et pour tout vous dire, cela fait quelques années qu’ils le crient haut et fort. Mais vous n’avez rien voulu entendre.

D’ailleurs, votre ex ministre de l’Industrie, le maire de Nice,  Estrosi, ne vous entend pas de la même oreille. Pas plus tard qu’hier, il interdisait à ses administrés (voir Nice-Matin) de se réjouir de cette chrétienté en faisant annuler leur gentille réunion qui devait avoir lieu dans les rues de sa cité. Rejoignant, en cela, les cris d’orfraie des socialistes Vauzelle and C°, qui se disent indignés par les provocations de ces foutus chrétiens envers leurs protégés immigrés de confession musulmane.

On croit savoir que vous pourriez le surnommer « la Gaffe » votre ex ministre et pour cause. Voilà-t-il pas qu’il vient mettre quelques grains de sables supplémentaires dans votre Région de prédilection pour les élections prochaines, la PACA.

Se prononçant contre tous ces Français d’Algérie et ces Niçois bon teint qui la peuplent, votre dévoué -mais malhabile- représentant vient conforter vos efforts de complaisance envers l’Algérie, pendant que vous annoncez, à l’autre bout de la France, que nous sommes une civilisation chrétienne.

Vous êtes-vous demandé, vous-même, si la dernière disposition de l’Etat à indemniser TOUS les Harkis, ne gênait pas précisément TOUS les Français ?

Quand on sait que les vrais Harkis et supplétifs de l’Armée française, vivant en France, depuis l’exode de 1962, ne possèdent que la nationalité française, vous incorporez dans cette catégorie, ceux qui ont la double nationalité – algérienne ET française.

Vous en connaissez beaucoup de vrais Harkis qui ont pu rester, en Algérie, jusqu’en 1973 ? Quand on sait, surtout, que l’Algérie refuse, depuis son indépendance, le retour des vrais français Harkis dans leur pays d’origine.

Oui, Monsieur Sarkozy, notre France a hérité d’une civilisation chrétienne, mais, à force de privilégier les civilisations immigrées qui ont, peu à peu, envahi le pays,  vous l’avez quelque peu oublié, depuis votre élection.

Les Français, eux, n’ont rien oublié de leurs racines, de leur identité et de leur civilisation.

Source: http://echodupays.kazeo.com/

14/11/2010

La résistance identitaire fait face aux collabos de l’invasion rue Clémenceau à Nice.

Nice : La résistance identitaire fait face aux collabos de l’invasion rue Clémenceau. 

Les militants de Nissa Rebela ont réclamé l’évacuation de l’immeuble illégalement occupé.

Rassemblés devant l’immeuble occupé par des immigrés rue Clémenceau, les identitaires ont fait face à toute la haine déversée par les organisations gauchistes, les associations pro-immigrés et des racailles ameutées pour l’occasion.

Derrière une banderole « Dégagez-les / FOUORA ! » les militants de Nissa Rebela ont réclamé l’évacuation de l’immeuble, l’expulsion immédiate de tous les occupants qui entendent obtenir des titres de séjour – et sans doute la nationalité française – en commençant par violer la loi, l’arrêt des subventions aux associations dont le seul but est d’aider au séjour irrégulier et enfin de vraies poursuites contre les personnes incitant (car cette occupation est bien le fait des responsables d’association en tout premier lieu) ou aidant à la commission de délits en rapport avec l’immigration clandestine.

Les provocations, les insultes, ou les menaces n’ont pas manqué de fleurir dans les rangs des amoureux des clandestins. On aimerait voir toutes ces belles âmes aussi mobilisées quand ce sont des Niçois qui souffrent, vivent dans la précarité et la misère. Mais pour eux, n’est beau que ce qui est exotique et n’a d’intérêt que ce qui vient de loin.

De nombreuses racailles n’ont pas hésité à répondre aux slogans lancés par les identitaires par de vibrants « Allah akbar », sans que cela semble heurter les gauchistes présents. Trop contents, il est vrai, de voir quelques jeunes se joindre à leur rassemblement dont la moyenne d’âge traduisait par elle-même la ringardise de leur combat…

La jeunesse, la vigueur, l’audace et le courage étaient sans aucun doute ce soir dans les rangs identitaires !

Si le Préfet ou messieurs Estrosi et Ciotti n’entendent pas accompagner leurs paroles d’actes et faire respecter la loi, nous ne comptons pas pour notre part laisser des associations sans aucun soutien populaire – autre que celui de la petite racaille – dans notre ville y faire la loi.

Halte à la passivité de l’Etat ! Halte à la complicité des associations ! IMMIGRATION BASTA !

Les militants de Nissa Rebela

Les militants de Nissa Rebela

Les militants de Nissa Rebela

Les militants de Nissa Rebela

Source: Nissa Rebela

13/11/2010

Chapeau bas aux Identitaires Niçois !

Lu sur le blog de PIERRE-LOUIS HIKOUM:

Le Fief des Identitaires Niçois

Au cœur de Nice, le Mouvement Identitaire niçois “Nissa Rebela” a ouvert sa nouvelle salle appelée “Lou Bastioun“. Ce local sert de permanence politique dans la première partie de l’édifice et de bar associatif dans la seconde partie. Ce Bastion a été refait à neuf du sol au plafond, avec goût, par une poignée de bénévoles qui avaient le courage et l’envie de bien faire chevillée au corps.

Je prépare un article sur la fâcheuse tendance de la Droite dite Nationale à voir des complots partout. Voici un bel exemple : Nissa Rebela et son dirigeant Philippe Vardon seraient très largement financés par l’UMP. Cette hypothèse est pour le moins fantaisiste lorsque l’on prête un minimum d’attention aux interventions de Monsieur Vardon contre le conseil municipal de Nice en général et son Maire, Monsieur Dominique Estrosi, en particulier. Cela relèverait de l’aliénation mentale ou d’un masochisme des plus surprenants de financer les identitaires lorsque l’on constate que toutes les sorties médiatiques contre les projets et/ou déclarations du Maitre de Nice sont faites par les Identitaires et par personne d’autre. Même l’opposition de Monsieur Estrosi au Conseil Municipal n’occupe pas le terrain médiatique ou bien la rue, en manifestation ou déclaration, la seule opposition ne se trouve pas, c’est un comble, au sein de ce Conseil.

Cette petite erreur dissipée, reprenons notre sujet. Le Bastion qui avait ouvert ses portes en juin 2010 compte déjà plus de 200 adhérents ; fort de ce succès la deuxième partie des travaux lancée. Une grande salle qui servira tout à la fois de salle de conférence et de salle de sports associative sera inaugurée le 19 novembre 2010.

En politique, comme dans tant d’autres choses, les moyens ne sont rien, seule la volonté compte. C’est avec force volonté et obstination que ce projet un peu fou a vu le jour, c’est avec persévérance qu’il continuera à officier. Combien de grands partis politiques très implantés et depuis de très nombreuses années rêveraient d’avoir un si beau et si grand local. Ils ont les élus, les moyens financiers qui vont avec mais pas de permanence digne de ce nom car ils leur manque cette volonté qui fait tant de choses.

Tous les jours, même le soir et parfois jusqu’à très tard, les bénévoles se relient pour faire avancer les travaux pharaoniques de cette nouvelle salle. Ne nous trompons pas, s’il a été permis à Nissa Rebella de s’installer en plein Nice, ce n’est pas grâce à des moyens financiers Himalayesques mais parce qu’ils ont accepté de reprendre un local vide, en piteux état et de le remettre à neuf… La volonté, toujours la volonté.

Ces quelques lignes sont faites pour rendre hommage, avant l’heure des discours de l’inauguration, à ces jeunes qui passent leur temps libre pour qu’avancent les travaux.

Chapeau bas jeunes gens !!!!

PIERRE-LOUIS HIKOUM

05/08/2010

Invasion islamiste et délinquance tous azimuts: pas gâtés, les Niçois…

Désolé pour la « redondance »… Tout le monde se rend maintenant compte qu’ islamisation et délinquance sont étroitement liés… Il a fallu du temps, mais les faits sont là, désormais en plein jour.  Mais il est certain que les adeptes de la « religion d’amour, de paix et de tolérance » ont les poils (de barbe) qui dressent quand on leur colle ça en pleine tronche. Pourtant, ce n’est pas faute d’avoir prévenu. Il n’y a que la vérité qui blesse…
FDF
.

04.08.2010

Un entretien avec Philippe Vardon paru dans Minute du 28 juillet 2010.




Philippe Vardon est président de Nissa Rebela, le mouvement identitaire niçois, et membre du bureau exécutif du Bloc identitaire. Il a dirigé la liste identitaire Nissa (pour Nice Identité Sécurité Solidarité Action) aux municipales de 2008. Profondément enraciné, Niçois de vieille souche, il mène une véritable guérilla contre la politique mise en œuvre par la majorité estrosiste. Il nous présente un portrait édifiant de la réalité d’une grande ville administrée par l’un des plus proches amis de Nicolas Sarkozy.

Minute : Alors, Philippe Vardon, qu’est-ce que cela fait de vivre dans une grande ville dirigée par un véritable homme de droite ?

Philippe Vardon : J’aurais compris que vous me posiez cette question avant mars 2008, mais aujourd’hui ! Contrairement à ce que le maire veut faire croire, Nice n’est pas dirigée par un homme de droite ! D’ailleurs Christian Estrosi a tout fait pour se débarrasser de cette image droitière héritée de son entrée en politique comme « bébé Médecin », comme héritier de Jacques Médecin, qu’il a d’ailleurs plusieurs fois renié…
Christian Estrosi, fils de Piémontais, se présente maintenant comme fils d’immigrés, ce qui lui permet de se dire proche des immigrés maghrébins ou Africains qui seraient délaissés ! Il copie Sarkozy dans tout ce qu’il a de pire. Il s’est fait son casting « diversité » au conseil municipal avec Fatima Khaldi, Maghrébine issue des « quartiers chauds », ersatz de Fadela Amara, et Maty Diouf, Sénagalaise de naissance, dans le rôle de Rama Yade. Même chose avec l’« ouverture à gauche » : il déclare volontiers sa flamme à l’actrice Sophie Duez, élue sur la liste socialiste mais débauchée au profit d’un poste en mairie concernant un vague projet de centre artistique contemporain dont aucun Niçois n’a encore compris le sens…
Il s’est aussi mis à la mode verte, pas le vert de nos voisins italiens de la Ligue du Nord, mais celui des écolo-bobos parisiens. Et comme pour tout le reste, son écologie n’est qu’un vague vernis publicitaire. Le 14 juillet, il s’est payé le luxe de participer au défilé parisien le matin, et au niçois l’après-midi… Ce très utile déplacement en avion étant sans aucun doute garanti sans émission de carbone !
La réalité, c’est que sur bien des points Christian Estrosi mène une politique plus à gauche que si les socialistes avaient emporté la mairie en 2008 !

Mais enfin, Christian Estrosi représente pourtant l’aile droite de l’UMP avec Thierry Mariani, Lionnel Luca et quelques autres élus du Sud ?

Si Christian Estrosi représente l’aile droite de l’UMP, je n’ose imaginer ce qu’il en est du reste de ce parti… Nous sommes très loin du Christian Estrosi des années 1980, celui qui se déclarait favorable aux accords électoraux avec le Front national et était un partisan résolu de la peine de mort. Ou de celui des années 1990, quand il bataillait contre le Pacs. Estrosi a sacrément mué et il célèbre aujourd’hui les Pacs dans la salle des mariages de la mairie, fête la rupture du jeûne du ramadan dans une famille musulmane et participe aux inaugurations de mosquées ! Elle a du plomb dans l’aile, l’« aile droite » !

Parlons-en de la mosquée. Vous avez mené campagne lors des municipales contre le projet de Grande Mosquée. Où en est-il ?

Christian Estrosi s’y était déclaré favorable en 2006 déjà, soutien réitéré il y a un an par son épouse Dominique (adjointe au maire). Par notre mobilisation, nous avons fait reculer Estrosi, mais les représentants du Conseil français du culte musulman affirmaient récemment que des discussions étaient en cours, et réclamaient même la Grande Mosquée dans les deux ans !
La véritable escroquerie est qu’une Grande Mosquée existe déjà à Nice, dans le quartier de l’Ariane. Et Christian Estrosi le sait très bien puisqu’il a participé, en 2007, à l’inauguration de ce site pouvant accueillir 800 personnes ! Lors de l’inauguration, Christian Estrosi avait poussé la dhimmitude jusqu’à déclarer à l’imam qu’il se sentait « chez lui » dans la mosquée. Dommage qu’il n’y soit pas resté et qu’il soit revenu chez nous…
L’existence de cette très vaste mosquée prouve bien une chose : ce que réclament les musulmans, c’est un véritable monument, avec minaret, affirmant de manière visible, je dirais même ostensible, la présence islamique. Cela, nous nous y opposons résolument.

Christian Estrosi a évoqué dans les médias Nice comme « la ville la plus sûre de France », vous confirmez ?

C’est une immense fumisterie. Notre ville est en proie à une vague d’insécurité et de violences jusque-là jamais rencontrée, même lorsque nous caracolions en tête de la délinquance à la grande époque des « vols à la portière ». Le soir du résultat des élections régionales, un conseiller municipal UMP me confiait qu’ils avaient perdu sur la question de l’insécurité mais que « Christian » ne pouvait pas le comprendre, car il était trop éloigné du quotidien des Niçois.
Et le quotiden des Niçois, ce sont les violences dans les transports (dans les trains, les bus, les tramways – avec un chauffeur agressé au sabre ! –, des viols…), c’est le règne des bandes sur la mythique avenue Jean Médecin et sur la Promenade des Anglais le soir venu, c’est la vieille ville transformée en repère de dealers, ce sont les cambriolages en série – je viens moi-même d’être cambriolé ! –, les braquages de bijouterie, les agressions de vieilles dames à la sortie des cimetières, etc.
Notre ville va très mal et la réponse municipale n’est que cosmétique. Ce ne sont pas des caméras (quelle chance d’être filmé lorsqu’on se fait agresser !) ou des portiques de sécurité à l’entrée des collèges qui y changeront quelque chose. Il faut un véritable courage politique et Christian Estrosi en est malheureusement dépourvu.

Beaucoup de gens ont pu voir circuler sur internet des photos d’émeutes sur l’avenue Jean Médecin, il y a un an, en marge des manifestations pour Gaza…

Oui, ce diaporama de « Nice Matin » tourne encore énormément. Ces images sont très choquantes, mais je peux vous assurer qu’en comparaison des événements en eux-mêmes ce n’est rien. J’étais avec un de nos militants sur l’avenue au moment où la police a reçu l’ordre de laisser les manifestants passer. J’ai pu assister de mes yeux à cette démonstration de haine (on était bien loin d’une manifestation humanitaire) et à l’impuissance des pouvoirs publics. Je vous laisse imaginer l’ambiance lorsque l’un des « manifestants » (comprenez racaille ayant agrémenté son survêtement d’un keffieh et alternant « allah ouakbar » et « nique la France ») m’a reconnu…
Bien que gravissimes, ces faits ne sont pas isolés. Lors des victoires de l’équipe de foot d’Algérie, le centre ville a été pris d’assaut. Chaque samedi les mariages sont prétextes à des manifestations de patriotisme étranger, et tout récemment encore, quarante musulmans ont bloqué la circulation du tramway pour réclamer la restitution du corps d’un proche afin de pouvoir le rapatrier et l’inhumer en Tunisie. Le corps de cet homme était conservé pour les besoins de l’enquête : il avait été tué d’un coup de couteau dans une rixe…

Pourtant, Estrosi apparaît comme un vrai Niçois, passionné pour sa ville et ses habitants…

Estrosi a été élu sur un mensonge. Il avait promis de se consacrer uniquement à Nice. Dès qu’il a pu, il est remonté à Paris dans les ministères. Pour lui, Nice n’est qu’un faire-valoir, un strapontin.
Il se situe profondément en rupture avec la tradition des édiles niçois. Il a été élu grâce à sa proximité avec le pouvoir, grâce à la puissance d’un parti, et il se fait le fidèle représentant du gouvernement à Nice, là où, auparavant, nos maires étaient toujours plus ou moins en rupture (Médecin, homme de droite anti-gaulliste, puis Peyrat l’ex-FN) et portaient la parole niçoise à la capitale. S’ils finissaient ministres, c’était plutôt en tant que baron local que de fidèle serviteur… Quant à la considération d’Estrosi pour les Niçois !

Je sens que vous allez me parler de l’embauche des frères Amara…

Oui, mais pas seulement. On est exactement dans le même schéma : pour faire plaisir à sa collègue du gouvernement, pour être bien en cour à Paris, Estrosi a embauché deux frères de Fadela Amara à Nice, l’un à la mairie, l’autre à la communuaté urbaine. Comme s’il n’y avait pas de Niçois qui cherchaient des emplois ou des stages…
Qu’attendre de mieux de toute façon de celui qui a fait ratifier la Charte de la diversité par le conseil municipal, et donc introduit le principe de la discrimination positive dans la politique d’emploi de la ville ?

En vous entendant, on a moins envie de venir passer ses vacances à Nice du coup…

Nice est une ville magnifique, le Pays niçois avec sa mer et ses montagnes est forcément pour moi le plus bel endroit du monde. L’affluence touristique semble prouver que je n’ai pas totalement tort, mais je dois avouer qu’aujourd’hui, pour les indigènes que nous sommes, la ville est devenue terriblement difficile à vivre. Violence, « kebabisation » des quartiers, fiscalité en hausse (20 % d’augmentation des impôts locaux sous la première année de la magistrature Estrosi !), tout est fait pour faire fuir les authentiques Niçois qui n’ont pas les revenus du maire de la ville.

Il y a pourtant une véritable opposition de droite au conseil municipal avec les neuf conseillers municipaux élus sur la liste de Jacques Peyrat ?

Les deux vous voulez dire ? Car les sept autres ont rejoint la majorité municipale quelques mois après leur élection ! Jacques Peyrat porte une responsabilité énorme dans cette absence d’opposition de droite à Estrosi. Tout d’abord car il a refusé de réaliser la liste de large union que tout le monde attendait de lui (incluant la droite nationale et les identitaires) et a donc fait élire des gens dont on voit la fiabilité ; ensuite parce qu’il a démissionné et refusé de siéger au conseil, facilitant l’éclatement de son groupe. Les Niçois ayant voté pour lui ne décolèrent pas.

Et le FN ? Il a encore réalisé un bon résultat lors des élections régionales.

Oui, mais faire un score avec Jean-Marie Le Pen comme tête de liste et exister localement, c’est très différent. Le FN n’a quasiment plus d’existence réelle sur Nice. C’était déjà le cas lors des municipales où il avait vu son score chuter de 10 points.

Vous pensez donc incarner la seule opposition au système Estrosi sur Nice ?

La seule, je n’espère pas, mais la principale, c’est certain. Nous ne laissons rien passer, et Christian Estrosi sait qu’à chaque faux pas nous sommes présents pour réinformer la population (grâce à notre journal gratuit diffusé dans toute la ville par exemple), manifester (nous l’avons ainsi fait reculer sur son projet dément de tramway sur la Promenade) et lui mener la vie dure.
Ces derniers mois nous avons encore démontré notre capacité de mobilisation, et notre poids grandissant au sein de la population, que cela soit par des opérations concrètes de solidarité face à l’insécurité (sécurisation des gares et des trains), contre la falsification de notre mémoire, ou encore contre la spéculation immobilière, en bataillant avec les habitants de tout un quartier contre la destruction d’un bâtiment ancien par les rapaces de Bouygues, avec la complicité passive de la mairie. Là aussi, il a dû faire machine arrière.

Nous pouvons donc imaginer que vous réfléchissez aux municipales de 2014 ?

Et aux cantonales de 2011 pour commencer, en faisant monter la fronde des cantons niçois et du haut-pays.
Pour les municipales de 2014, le véritable enjeu sera de constituer une seule liste à la droite d’Estrosi pour enrayer la politique suicidaire dans laquelle celui-ci nous entraîne. Les Identitaires de Nissa Rebela ont toute légitimité pour la mener.

Propos recueillis par Pierre Villedary

Source: http://tinyurl.com/2wuxr87

14/12/2009

Mosquées: et maintenant, « ILS » réclament, c’est un dû…

Filed under: dhimmitude,immigration,islam,islamisation,mosquée,musulmans — francaisdefrance @ 10:07
Tags: , ,

Un pas de plus dans l’invasion islamique de le France… A Nice, les musulmans exigent une mosquée avant 2014 !!!

FDF

lundi 14 décembre 2009

Mosquée : le maire attend des propositions

 Abderrazak Fetnan, conseiller municipal du groupe « Changer d'ère », a réclamé une mosquée à Nice « avant 2014 ».  :  Photo doc Richard Ray
Abderrazak Fetnan, conseiller municipal « envahisseur » du groupe « Changer d’ère », a réclamé une mosquée à Nice « avant 2014 ».

Alors que le débat « pour ou contre » des minarets n’est toujours pas clos en Europe après le référendum interdisant ce symbole religieux en Suisse, c’est la question d’une mosquée à Nice qui s’est posée à l’issue du conseil municipal de vendredi.

Voilà plusieurs années que la communauté musulmane réclame un tel lieu de culte, « reconnaissable et identifiable ». Les tentatives pour y parvenir ont chaque fois échoué, les terrains ou bâtiments pressentis n’étant pas finalement disponibles. Des échecs auxquels les levées de boucliers des riverains ont, sans nul doute, contribué, qu’il s’agisse de projets dans la plaine du Var (notamment sur le boulevard Slama à Nice La Plaine) ou dans le centre-ville.

Après une première motion dont l’examen avait été rejeté à l’avant-dernier conseil municipal, les élus de gauche sont repartis à l’assaut, en présentant cette fois un « voeu » formulé par Abderrazak Fetnan (groupe « Changer d’ère »).

« Au plus tard en 2014 »…

S’adressant au maire, il se livre à un petit rappel historique : « Aux dernières municipales, vous avez publiquement pris position à plusieurs reprises en faveur de la réalisation d’une grande mosquée à Nice. De nombreux citoyens musulmans avaient apprécié de voir que ce dossier faisait consensus auprès des principaux candidats au fauteuil de maire. »

Pour l’élu socialiste, « il appartient à la puissance publique, en tant que levier de l’action politique, de tout faire pour faciliter la construction de cette mosquée », afin que celle-ci soit une réalité « au plus tard en 2014 ».

Mais le débat attendu n’a finalement pas eu lieu ce vendredi. Christian Estrosi l’a refusé au nom de la séparation des pouvoirs entre le politique et le religieux : « Il n’y a pas lieu d’en débattre dans cette enceinte. Les avis du Conseil d’Etat sont très clairs à cet égard. »

Ce qui n’a pas empêché le maire d’en dire un peu plus : « J’ai reçu cette semaine les représentants de la communauté musulmane. C’est à celle-ci de prendre l’initiative d’un tel aménagement. Nous attendons ses propositions. Deux possibilités s’offrent : soit un bâtiment déjà existant, soit une construction sur un terrain avec un bail emphytéotique. »

Ah ça, c’est le bon filon, les baux emphythéotiques…

FDF

Source: Nice-Matin