Francaisdefrance's Blog

23/10/2011

Gaspillage de l’argent public et baffouement de la loi de 1905 à Épinay-sur-Seine !

Pris en flag, le maire d’Épinay-sur-Seine ! Non seulement il marche avec ses gros sabots sur la loi de 1905 (qui dit que l’Etat ne subventionne aucun culte….) et en plus, l’argent des contribuables qu’il a donné en 2010 pour la mosquée n’a pas empêché celle-ci de rester fermée… Excellent travail!

Les muzz prient dans la rue… Et pourquoi? Voir ci-dessous.


FDF

.

Épinay-sur-Seine : 3 millions d’ euros pour une mosquée fermée

La mairie d’ Épinay-sur-Seine ( Seine-Saint-Denis) a financé la construction d’ une mosquée de 700 m² et de 1 400 places. Mais la mosquée demeure fermée.

Le maire Hervé Chevreau ( ex-Modem) a inauguré la mosquée en avril 2009. « Officiellement il s’agit d’une salle polyvalente mise à la disposition d’une association. En réalité la structure sert de mosquée », relate le quotidien 20 Minutes dans un article intitulé : « Obligé de tricher pour bâtir des mosquées ».

« C’est donc bien une subvention déguisée, a admis Hamid Bou Shaki, président de l’association IMS (intégration musulmane spinassienne), mais on le fait déjà pour les synagogues. Pourquoi y aurait-il deux poids deux mesures ? » L’argument, de fait, est imparable.

*********************************************

Bonus: http://youtu.be/5rQ6OuObRNQ

Voir aussi Nouvelles mosquées : financées à 30% par l’argent public

Articles relatifs

10/09/2011

On aura tout vu…

Chaque abonné à EDF, s’il ne paye pas ses factures, subit le même sort; et c’est normal… Alors, les musulmans, il faut arrêter de vous faire plaindre avec ce genre d’incident qui est somme toute d’une logique implacable… Et vous osez faire passer ça presque pour de la discrimination? Payez vos factures (d’ailleurs, vous deviez déjà avoir reçu des relances, non?) et tout ira mieux; vous verrez. Ca se passe comme ça, chez NOUS…

FDF

Factures impayées? On coupe! Valable pour tout le monde…

**************************************************************************************************************************

Une mosquée menacée de coupure d’électricité

Regain de tensions à Épinay-Sur-Seine autour du risque d’une nouvelle fermeture de la « Mosquée ».

Alors que la situation était stable ces dernières semaines, avec la non ingérence de la Mosquée de Paris et des « fonctionnaires » municipaux dans les affaires du culte musulman à Épinay-Sur-Seine, une coupure d’électricité imminente relance le risque d’une nouvelle fermeture du seul et unique lieu de culte sur la ville qui, selon les estimations, compte plus de 57 000 habitants dont 22 000 habitants de confessions musulmanes.

Rappelons tout d’abord que les locaux municipaux du 26 rue de l’Avenir à Épinay-Sur-Seine font, depuis près d’un an maintenant, l’objet d’une contestation importante par les Spinassiens de confessions musulmanes. En effet, le maire de la ville, Hervé CHEVREAU, allié à la mosquée de Paris, tente d’imposer « Sa Loi » aux citoyens musulmans de la ville au lieu de respecter purement et simplement « la Loi ».

Juge et parti dans ce dossier, le 1er magistrat de la ville a manifestement bafoué les règles de base du « vivre ensemble » et se trouve en total contradiction avec la Loi de 1905 de séparation des Églises et de l’État. Car, en choisissant la Grande Mosquée de Paris contre l’avis de tous pour gérer ce lieu, cette dernière s’est crue autorisée à changer les ministres du culte qui ont toujours fait l’unanimité dans notre ville. À ce titre plusieurs dossiers ont été portés devant les tribunaux.

Usant de stratagèmes machiavéliques, les uns plus odieux que les autres, ces derniers ont tenté par tous les moyens de s’ingérer dans les affaires du culte musulman de la ville. Toutefois, leurs plans ont à chaque fois été mis à mal face à la mobilisation et la détermination des fidèles, qui ne souhaitent pas faire allégeance au Maire et encore moins être gérer par un organisme illégitime et extérieure à la ville. Pour ce faire, les associations musulmanes de la ville se sont regroupées autour de l’UAME pour défendre leurs droits fondamentaux.

Aujourd’hui, alors qu’ils en ont le droit et les moyens, EDF refuse curieusement d’accepter le paiement par les fidèles des factures d’électricité impayées du seul et unique local où les musulmans peuvent pratiquer leur culte. Titulaire du contrat avec EDF, c’est la Mosquée de Paris qui à l’origine été censée réglé les factures d’électricité.

Ces jours-ci, nous avons appris que le Maire essayait à nouveau d’intervenir sur ce dossier. Il s’agit donc clairement d’une nouvelle stratégie du maire Hervé CHEVREAU et de la Mosquée de Paris qui a pour objectif la coupure imminente du courant sur le site et par voie de conséquence la fermeture de la « mosquée » puisque le lieu ne répondra plus aux normes d’un « ERP ».

Face ce à cet acharnement continu (HOGRA) du Maire et de la Mosquée de Paris qui n’arrivent pas à s’imposer face à la mobilisation des fidèles, un premier rassemblement a été organisé à 15h juste après la prière de Joumou’a, vendredi 09 Septembre 2011 sur l’esplanade de la Mairie d’Epinay-Sur-Seine pour avertir le Maire et les responsables politiques, mais aussi sensibiliser l’opinion publique et informer les médias, des conséquences désastreuses que cette fermeture impliquerait.

En outre, dans la mesure où le Maire se refuse à tout dialogue, un courrier dénonçant les agissements du Maire a été envoyé à de nombreux responsables et élus politiques locaux (ville, département et région). Ainsi, Monsieur le préfet de Seine-Saint-Denis a été sollicité pour une demande de conciliation.

Par ailleurs, une procédure de référé est en cours.

Enfin, le comportement d’EDF dans cette affaire n’est pas sans rappeler celui d’une autre affaire de l’actualité de ces derniers jours. L’utilisation du tramway de la RATP pour le déplacement des Roms. Même si la situation n’est pas, en tout point, semblable, la comparaison reste inévitable. Serait il devenu courant qu’une entreprise publique investit d’une mission de service publique soit détourné de son rôle pour servir des intérêts privés ?

Source des pleurnicheurs: encore Oumma.com

29/01/2011

Le doute s’installe à la mosquée d’Epinay sur Seine…

Ca fourmille et ça discute ferme, chez les muzz d’Epinay sur Seine… Le doute s’installe sur fonds de complots, de fourberies, de sournoiseries… Un méli-mélo sans queue ni tête. Bordélo-islamique, en fait…

FDF

.

Quand la Mosquée de Paris invite des agents de sécurité dans une Mosquée…

Communiqué de Presse
Union des Associations Musulmanes d’Épinay-Sur-Seine – U.A.M.E.
Collectif des Anciens Membres actifs d’I.M.S. – CAMIMS
Épinay-Sur-Seine, le 25 Janvier 2010

« Depuis la réouverture de la Mosquée d’Épinay-Sur-Seine, le 24 Décembre 2010, et malgré les nombreuses promesses qui ont accompagnées cet heureux événement, la situation ne s’est guère améliorée. Pire ! Les évènements de vendredi dernier, 21 Janvier 2011, montrent à quel point la Municipalité et la Mosquée de Paris au travers de l’OGME sont prêtes à tout pour que celle-ci se dégrade à nouveau.

Tout d’abord, rappelons que l’OGME (Organisme de Gestion de la Mosquée d’Epinay) est le nom de l’association qui est censée gérer la Mosquée d’Epinay-Sur-Seine, association composée de deux personnes : un président, Mohamed Cherfaoui, ami du maire et un trésorier, membre de la Mosquée de Paris. Ainsi, la convention régissant les locaux du 26 rue de l’Avenir, entre la Mairie et la Mosquée de Paris, n’est pas remise en cause et la gestion du lieu serait déléguée à l’OGME, association aux statuts et aux conventions invisibles, mais surtout, et avant tout, à la légitimité contestée et contestable.

Lors de la réouverture, le représentant du Maire et de la Mosquée de Paris, ont pourtant affirmé publiquement que dès le lendemain à 8h du matin, des discussions seraient ouvertes afin que des membres représentants de la communauté musulmane de la ville soient intégrés dans le Bureau de l’OGME.

Depuis, il n’y a eu aucune négociation, seule une proposition de composition de bureau a été envoyée par courriel à M. Cherfaoui, le 27 décembre 2011. Et mise à part deux tentatives consistant à déloger l’Imam présent sur la ville depuis 15 ans, aucune suite n’a été donnée à notre proposition. M. Cherfaoui s’était pourtant engagé à nous rendre une réponse avant le 5 Janvier 2011, mais depuis, rien de nouveau, si ce n’est l’envoi d’une vingtaine de vigiles pour imposer l’imam de la Mosquée de Paris, Missoum Chaoui, contre l’avis des fidèles d’Épinay.

En effet, vendredi dernier, 21 janvier 2011, les citoyens musulmans, venus comme chaque vendredi écouter le prêche, ont été choqué par l’important dispositif de vigiles présents sur les lieux. Face à ce déploiement de force, un certain nombre de membres de l’UAME, soutenu par l’ensemble des fidèles, ont permis, par une démarche pacifiste, à l’Imam des musulmans Spinassiens de faire son prêche du vendredi comme d’habitude. Contacté par téléphone au moment des faits pour lui demander des explications, le représentant de la Mairie n’était exceptionnellement pas présent sur les lieux ce vendredi, alors qu’il l’est habituellement, pure coïncidence ?

Une fois de plus, et fort heureusement, le dénouement de cette histoire s’est fait sans débordement, et ce, grâce aux membres de l’UAME ainsi qu’aux fidèles, qui ont réussi à calmer les esprits et ont donc fait échouer les plans de déstabilisation que la Mairie et la Mosquée de Paris tentent sans relâche de voir aboutir. Le calme et la sérénité étaient pourtant revenus puisque sur le terrain et dans les faits, ce sont les musulmans Spinassiens qui gèrent le lieu, chose qui n’est apparemment pas du goût du Maire et de la Mosquée de Paris.

Notre inquiétude est grande aujourd’hui : Que préparent la Mairie et la Mosquée de Paris ? Une ou des intervention(s) plus musclée(s) ? Les menaces inacceptables proférées par l’imam de la Mosquée de Paris, Missoum Chaoui, seront elles mises à exécution ? à savoir l’envoi de personnes venant de mosquées sous la tutelle de la Mosquée de Paris, dans le but de venir s’imposer à Épinay. En d’autres termes, la Mosquée de Paris, avec la complicité de la Municipalité d’Épinay, va elle encore vouloir semer le trouble et le désordre dans ce lieu qui a pourtant retrouvé le calme. Enfin, une nouvelle fermeture du lieu de culte est désormais envisageable bien que des engagements aient été pris pour que cela n’arrive plus, mais que valent réellement les engagements de personnes se comportant de la sorte ? »

Source: http://www.inversalis-productions.eu/blog/

10/12/2010

Epinay sur Seine: ça gronde chez les muzz…

Epinay-sur-Seine : La crise des mosquées continue

Depuis la signature d’une convention entre la ville et la Grande mosquée de Paris, la colère gronde dans les rangs des fidèles. Regroupés au sein d’un Collectif, ceux-ci pointent du doigt l’ingérence du maire et n’hésitent plus à parler d’une deuxième affaire de Drancy.

Photo Audio
Lire le commentaire

Le recteur de la Grande mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, sollicité par le maire Hervé Chevreau (Modem), pour  trouver une solution au conflit qui mine, depuis plusieurs semaines, la mosquée d’Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis), en proie à des divisions entre fidèles, a ouvertement interpeller, vendredi dernier, les pouvoirs publics, à s’impliquer davantage.

« La situation ne peut être réglée que par les autorités dûment habilitées à assurer l’ordre public et la sérénité des lieux de culte », a déclaré Mr Boubakeur, dans un communiqué. Depuis le mois d’octobre, un vent de contestations avait soufflé, à Epinay-sur-seine. Un collectif de fidèles, l’Union des associations musulmanes d’Epinay (UAME), dénoncent une ingérence du maire, dans la gestion du centre cultuel, ouvert et inauguré, un an plus tôt. Cette gestion, assurée jusqu’ici par l’IMS (Intégration musulmane spinacienne), avait été confiée à la Grande Mosquée de Paris, après un blocage lié à une divergence entre l’ancien imam de la mosquée et l’IMS, qui souhaitait réorganiser le culte, en intégrant un imam supplémentaire.Confrontée à une impasse, l’IMS avait décidé de se décharger de la gestion de la salle de prière, obligeant le maire, juridiquement propriétaire des lieux, mis à la disposition des musulmans, à choisir un nouveau gestionnaire. Une convention fut signée dans ce sens, entre la ville et la GMP, le 20 octobre dernier…

Suite et source: http://fr.zaman.com.tr/fr/

.

FDF: un centre cultuel est le nom donné à une mosquée pour éviter de tomber sous le coup de la loi de 1905 pour les élus. Cette loi interdit à une municipalité de financer un lieu de culte. Une mosquée est un lieu de culte; un « centre cultuel », non. Mais ces lieux servent à la prière. C’est un « arrangement » entre les municipalités et les communautés musulmanes. Ils nomment les mosquées également « centres culturels »… Ces dénominations ne font donc pas référence aux mosquées mais tous ces lieux de cultes re-baptisés le sont en fait. Sans cesse, cette loi de 1905 est bafouée sciemment… Et pratiquement personne ne bouge. Honteux.

05/12/2010

France : contrôle des mosquées et «vote musulman»…

Les musulmans de France s’essayent au vote « démocratique »… Pas très bon, ça.
FDF
.

A Drancy comme à Epinay-sur-Seine, deux communes de Seine-Saint-Denis, les polémiques et les tensions autour de la mosquée traduisent-elles une volonté de contrôle de la part des maires et de la Grande Mosquée de Paris sur l’électorat musulman de plus en plus nombreux ? Epinay sur Seine compterait ainsi 22 000 musulmans sur un peu plus de 50 000 habitants.

“lorsque les collectivités départementales, régionales voir nationales pour l’éducation sous contrat d’État, financent des projets musulmans (mosquée, écoles…) c’est en même temps pour avoir leur mot à dire”

L’ingérence des mairies dans le contrôle des lieux de cultes et le choix des pseudo-imams à la Hassan Chalghoulmi [imam de Drancy] semblent présager ce que sera le futur de la pratique de l’islam en France, le fameux «islam de France».

La mairie ayant financé le lieu de culte à hauteur de plusieurs millions ne semble pas être très attaché au principe de laïcité. Etant donné qu’elle a investi une certaine somme dans la construction de la mosquée déguisée en centre culturel, cela lui permettrait selon son maire d’intervenir dans les affaires des musulmans. Cette ingérence au passage assumée se traduit comme à Drancy par le choix de l’imam qui accomplit le prêche du vendredi mais aussi par la délégation de la gestion de la mosquée à la Grande Mosquée de Paris et son recteur, Dalil Boubakeur. (…)

Suite sur ajib.fr

Mosquée d’Epinay sur Seine : écrivez au maire !

Mosquée d’Epinay sur Seine : écrivez au maire comme Pascal Hilout

Monsieur Le Maire,

Je vous écris au sujet des locaux communaux utilisés comme mosquée. Votre mairie en avait confié la gestion à une association musulmane locale. Celle ci ne fonctionnant plus comme il faut, vous avez fait appel à l’association Grande Mosquée de Paris (GMP), pour ne pas en confier la gestion à une autre association locale. La GMP, non plus, n’a pas réussi à ramener l’ordre dans cette mosquée. Le 18 septembre 2010, elle a tout simplement fermé cette mosquée. Et le 26 novembre, Epinay-sur-Seine se retrouve avec des prières dans la rue.

Ce n’était pas à la mairie de financer des locaux et de les mettre à la disposition d’un culte, quel qu’il soit. C’est un flagrant irrespect de la loi. Ne vous étonnez donc pas si vos concitoyens et administrés en viennent à ne plus la respecter. La Mairie est hors la loi lorsqu’elle confie la gestion de biens communaux et des espaces dits culturels à des religieux, peu importe leur obédience, leur formation, leur appartenance, leur trajectoire ou leurs promesses.

Nous vous invitons instamment à utiliser les locaux communaux, fermés et vacants, pour des services ouverts à tous les citoyens et de ne plus en confier la gestion ni à l’ancienne, ni à la nouvelle association musulmane. Vous ne pouviez pas non plus la confier à la mosquée de Paris puisqu’il s’agit toujours de la même infraction.

Les musulmans ont la possibilité de faire comme la majorité des musulmanes : prier chez eux, seuls ou en petits groupes. Nos citoyens contribuables et nos élus ont suffisamment été abusés avec la supercherie nommée ‘islam des caves’. Vous voyez que même sortis des locaux sombres aux frais de Marianne, vous n’arrivez nullement à maîtriser les affaires islamiques, à moins de vous transformer en régime aussi autoritaire que les régimes des pays musulmans. La laïcité voulait votre bien en vous évitant toutes ces embrouilles et il est temps d’en profiter pour rendre à César ce qui est à César et renvoyer la Mosquée chez elle.

Avec tous mes respects

Pascal Hilout, membre de Résistance républicaine

Source: http://resistancerepublicaine.wordpress.com/

27/11/2010

A Ostricourt, les musulmans n’ont même pas besoin de se battre pour envahir…

Et le pire est que c’est identique dans beaucoup de villes FRANCAISES… Eh, les muzz d’Epinay: là, il va y en avoir de la place! Ca fait un peu loin, mais l’amour du « Prophète » demande parfois beaucoup d’abnégation et de sacrifices. Au prix où est l’essence…

FDF

.

Une mosquée de 1260 places pour une ville de 5000 habitants

Lu dans Daoudal Hebdo :

O

« Le 15 novembre a été posée la première pierre de la mosquée d’Ostricourt (au sud de Lille). De façon symbolique, puisque, en fait, la dalle a déjà été posée… Sa superficie totale sera de 1400m2, elle est prévue pour recevoir 1 260 personnes. Ostricourt est une commune de 5 000 habitants… On y trouvera une grande salle de prière, une salle de réunion, des salles de classe, etc. Elle aura un minaret de 16 mètres. Coût total : 1,3 million d’euros. Son originalité est que sera une mosquée «à haute qualité environnementale»… Sic: pompe à chaleur, panneaux photovoltaïques, récupération de l’eau de pluie… la mosquée écolo, c’est nouveau. Mais le vert est la couleur de l’islam…

A la pose de la première pierre, il y avait le député de la circonscription, Thierry Lazaro, UMP, qui a promis de donner de l’argent, de sa réserve parlementaire, «pour la partie culturelle»… Car, comme l’a dit Abdelkader Aoussedj, le président régional de la fédération de la Grande Mosquée de Paris, «une mosquée qui ne dispose pas d’un volet culturel, pour moi, c’est une grande salle de prières, pas une mosquée.» Et les journalistes soulignent cet aspect, sans comprendre de quoi il s’agit : le volet «culturel», ce sont des salles de classe pour apprendre le Coran, avec ses appels aux jihad… Il y avait le maire, le socialiste Robert Anselin, qui n’a pas promis d’argent mais a «déjà largement apporté son appui pour la réalisation de cet édifice», comme le rappelle le journal local.

Et Abdelkader Aoussedj a conclu : «Je remercie les imams pour leur travail, leurs discours, leurs prêches de fraternité et d’amour. Ils transmettent les vraies valeurs de l’Islam, un peu victime de certains comportements que nous condamnons tous. Alors que c’est une religion de paix, d’amour et de tolérance. » D’après les témoins, il aurait réussi à dire cela sans rire. Mais c’est vrai qu’ils ont désormais l’habitude de le dire, en face d’élus qui se garderont bien d’ouvrir le Coran pour vérifier ces propos… De même qu’ils ne chercheront pas à savoir qui est Khalid ibn Walid, qui donne son nom à la mosquée. Ils n’auraient pourtant pas beaucoup à chercher pour apprendre que Khalid ibn Walid n’est pas à proprement parler un apôtre de la paix, de l’amour et de la tolérance. En 629, simple soldat de l’armée de Mahomet, il prend l’initiative et gagne contre les Byzantins une bataille qui paraissait perdue. Mahomet lui donne le titre de «sabre dégainé de Dieu». Il est l’un des chefs qui conquièrent La Mecque. Après la mort de Mahomet, il combat les tribus rebelles. Puis il mène la guerre de conquête en Mésopotamie (prise de Hira en 633), et en Syrie contre l’empire byzantin (bataille d’Ajnadayn en 634, du Yarmouk en 636) : la Syrie est entièrement conquise en 639. Selon l’historiographie musulmane, il a mené 100 batailles et n’en a perdu aucune.

A Ostricourt, comme ailleurs en France, ses héritiers n’ont pas besoin de faire la guerre… »

Musulmans d’Epinay sur Seine: prières devant la mairie…

Il sont vraiment fanatiques… « des milliers de musulmans »; c’est l’invasion, déjà? On n’était pas au courant…

Prier devant la Mairie, rien que pour emmerder… Ils devraient aller prier devant le commissariat, pour voir… Ils ne peuvent pas prendre leurs voitures et aller prier à la mosquée la plus proche, si ils sont en manque? Quelle bande de……………….. je ne trouve plus le nom…

FDF

.

Plusieurs dizaines de musulmans d’Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis) ont fait la prière du vendredi devant la mairie de la ville, après la fermeture de leur mosquée, à propos de laquelle ils mettent le maire en cause, a constaté une journaliste de l’AFP.

 

Des musulmans lors d’une précédente manifestation à Epinay

« « Nous sommes là parce que la mosquée a été fermée et que donc les milliers de musulmans d’Epinay n’ont plus » de lieu de culte, a dit Hamza Bouaziz, secrétaire général de l’Union des associations musulmanes d’Epinay (UAME), entouré de dizaines d’hommes de tous âges.

La salle de prière a été fermée le 18 novembre « à cause de troubles graves à l’exercice du culte et à l’ordre public », peut-on lire sur une affiche accrochée à l’entrée.

L’imam est resté deux jours en raison de l’opposition « violente, y compris physique.

Autre ton sur une autre feuille : « Non à une ingérence de la mosquée de Paris ».
L’affaire a débuté à la fin de l’été quand le gestionnaire de la mosquée a été contesté par des fidèles. L’UAME lui reproche « une gestion chaotique et opaque » des dons des fidèles.

« Certains individus ont mis une telle pression sur le gestionnaire qu’il a démissionné de sa partie cultuelle », assure le maire, Hervé Chevreau (divers droite).

« Il a fallu trouver quelqu’un d’autre pour éviter la fermeture, donc je me suis rapproché de la grande mosquée de Paris, une institution connue et reconnue », poursuit le maire. C’est la mosquée de Paris qui gère aujourd’hui la salle de prière, dont la mairie est propriétaire, et qui a décidé de sa fermeture.

« L’imam nommé ne pouvait pas faire le prêche, certains voulaient que ce soit l’ancien », rapporte M. Chevreau. L’imam est resté deux jours en raison de l’opposition « violente, y compris physique » des partisans de l’ancien imam, selon le porte-parole de la mosquée de Paris, Slimane Nadour.

Quand la gestion a été transférée à la mosquée de Paris, « on ne nous a pas demandé notre avis alors que nous sommes d’Epinay et donc les premiers concernés », dit M. Bouaziz.

« Le maire ne peut pas nous dire de prier derrière un tel ou un tel », affirme-t-il.

La mosquée de Paris, qui assure que le précédent imam « n’avait pas les compétences requises », a annoncé qu’elle enverra un imam « dès que le calme sera revenu ». »

Source : http://www.defrancisation.com/

02/11/2010

Et encore une mosquée à problèmes !

Et encore avec un imam soupçonné de « douteux »… La guerre des imams bat son plein sur fond de mosquées mal gérées… Ces gens ne s’entendent même pas entre eux. Ils vivent dans la méfiance perpétuelle de l’autre. Comment voulez-vous que l’on puisse appliquer le « vivre ensemble » qu’ils préconisent… Nous, les souschiens, nous avons assez de nos problèmes personnels sans avoir à traiter en plus de ceux de la communauté musulmane…  Vous avez voulu des lieux de cultes dans tous les coins; ben faut apprendre à gérer, maintenant; et en silence, svp… Nous sommes en France, pas au bled…

FDF

.

La mosquée d’Épinay-sur-Seine dans la tourmente !

La Grande Mosquée de Paris y étend son influence

Une centaine de personnes se sont réunies vendredi 29 octobre, à l’appel de l’Union des associations musulmanes d’Épinay-sur-Seine (UAME), pour dénoncer la convention donnant la gestion du lieu de culte de la ville à la Grande Mosquée de Paris. Au centre du conflit : le président d’IMS, Hamid Boushaki, que l’UAME accuse d’avoir mal géré la mosquée et permis, avec le maire Hervé Chevreau, ce parachutage. Saphirnews, présent au rassemblement, a laissé les deux parties en conflit s’exprimer.

Une centaine de personnes se sont réunies vendredi 29 octobre, à l'appel de l'Union des associations musulmanes d'Epinay-sur-Seine (UAME), pour dénoncer la convention donnant la gestion du lieu de culte de la ville à la Grande Mosquée de Paris.
Encore une manifestation d’une violence inouïe…
.
Une centaine de personnes se sont réunies vendredi 29 octobre, à l’appel de l’Union des associations musulmanes d’Epinay-sur-Seine (UAME), pour dénoncer la convention donnant la gestion du lieu de culte de la ville à la Grande Mosquée de Paris.
« Non à l’ingérence de la Mosquée de Paris. Non à l’atteinte de la liberté de culte ! » « Musulmans d’Épinay sous-citoyens ? Priez et taisez-vous ! On décide pour vous. » Signes de leur mécontentement, ces deux banderoles, tenues par des fidèles de la mosquée rue de l’Avenir, à Épinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis), ont été déployées, vendredi 29 octobre, devant la mairie. 

Une centaine de personnes s’y sont retrouvées, dans le calme, après la prière du vendredi à l’appel de l’Union des associations musulmanes d’Épinay (UAME), créée trois mois auparavant et qui regroupe trois (bientôt quatre) associations musulmanes spinaciennes.

Ces dernières reprochent au président d’Intégration musulmane spinacienne (IMS) Hamid Boushaki d’avoir géré le centre islamique sans transparence depuis son acquisition, en avril 2009, puis d’avoir cédé la gestion du lieu de culte à la municipalité, qui l’a, à son tour, cédé à la Grande Mosquée de Paris, après signature d’une convention, le 20 octobre dernier, et ce, sans consultation préalable auprès des musulmans de la ville selon l’UAME.

Au grand dam de l’Union, le maire, absent pour le week-end de la Toussaint, n’apparaîtra pas au rassemblement.

Retour aux faits

Jusqu’en avril 2009, l’association IMS et son président étaient pourtant loués pour son travail de longue date sur le terrain ; et ses détracteurs d’aujourd’hui le reconnaissent volontiers. 

Mais, depuis que l’IMS s’est vue accorder par la mairie l’exclusivité de la gestion des locaux, rien ne va plus. Pourtant, l’acquisition de la mosquée s’est faite au prix de gros efforts de la communauté musulmane locale. Financé à hauteur de 2 millions d’euros, le centre islamique de 700 m² – anciennement un hangar – peut accueillir jusqu’à 1 400 fidèles, remplaçant deux anciens et exigus lieux de culte dans la ville…

Suite et source: http://tinyurl.com/34lf66e