Francaisdefrance's Blog

02/09/2011

Pakistan: les intégristes « nettoyent » le pays…

L’intolérance est reine au Pakistan. Pratiquée à outrance par les adeptes les plus extrémistes de la « religion de tolérance« … Des fous, je vous dis; des fous…

FDF

.

Pakistan : enlèvement de Shahbaz Taseer, le fils du gouverneur du Penjab assassiné en janvier 2011 pour avoir soutenu Asia Bibi

Shahbaz Taseer, 27 ans, le fils du gouverneur de la province du Penjab assassiné début janvier 2011, a été enlevé ce 26 août au matin dans un quartier chic de Lahore, dans l’est du pays. La police n’a encore aucune piste et pour l’instant, les ravisseurs n’ont pas envoyé de revendication.

Son père, Salman Taseer, 65 ans, avait été abattu par l´un de ses gardes du corps, le 4 janvier 2011, à Islamabad. Membre du parti au pouvoir, le Pakistan People´s Party (PPP), ce musulman s´était prononcé contre la loi anti-blasphème et contre la condamnation à mort d´Asia Bibi en vertu de cette loi.

Après la mort de son père, Shahbaz Taseer avait porté plainte contre le meurtrier. Pour le protéger des groupes islamiques armés, les autorités lui avaient donné des gardes du corps. Mais selon le ministre de la Justice du Penjab interrogé par RFI, Shahbaz Taseer conduisait ce matin sans escorte.

Ces derniers mois, Shahbaz Taseer ne s’était pas exprimé sur le cas d’Asia Bibi. L’affaire ne fait plus la Une puisque la jeune femme est en prison, où elle attend son procès en appel. Shahbaz Taseer est un homme d’affaires fortuné et il ne faut pas exclure la possibilité d’un kidnapping pour rançon.

Les lois anti-blasphème ont été mises en place sous la présidence du général dictateur Zia ul-Haq, au pouvoir de 1978 à 1988.

L’AED poursuit son engagement et sa mobilisation pour l’abrogation de ces lois, dont le nombre de victimes, depuis leur promulgation, est estimé à mille.

Source: http://www.aed-france.org/

16/08/2011

Une jeune femme d’origine algérienne frappée et séquestrée par sa famille !

Encore une preuve que « ces gens là » ne veulent pas s’intégrer et gardent leurs idées rétrogrades…

FDF

.

Quatre membres d’une même famille ont été mis en examen à Saint-Etienne pour enlèvement avec violence et séquestration. La victime n’était autre que leur fille et soeur de 26 ans, dont ils désapprouvaient la vie sentimentale. Ses proches, qui l’ont frappé et emmené de force dans une voiture vendredi dernier, étaient fortement opposés à sa relation avec un jeune homme de Brignoles, présenté comme violent à son égard et toxicomane, ce que réfute l’intéressée. Ecouter Peggy Liodenot | 16/08/2011 – 07h47 écouter La famille affirme avoir voulu protéger leur fille et soeur de 26 ans de son compagnon violent, ce qu’elle réfute Frédéric Perruche | 16/08/2011 – 13h01 écouter Le témoignage du responsable d’un magasin de piercing à qui la jeune victime a fait des révélations

La victime, frappée et embarquée de force dans une voiture vendredi matin à Brignoles (Var), avait été libérée dans l’après-midi par la police du domicile familial de Saint-Etienne où elle était retenue.

Le père, un Algérien âgé de 66 ans, son fils de 34 ans et sa fille de 27 ans ont été placés en détention provisoire après avoir été mis en examen pour enlèvement et violences avec armes et en réunion, a précisé le parquet. Ils sont soupçonnés d’avoir frappé la jeune femme, une enseignante, avec une canne et une laisse de chien, pour la contraindre à les suivre.

La mère de la victime, âgée de 62 ans, a pour sa part été remise en liberté sous contrôle judiciaire, alors que le parquet de Saint-Etienne avait requis un mandat de dépôt à l’encontre des quatre mis en examen.

D’après leurs déclarations aux magistrats, ces derniers affirment avoir voulu « sauver (leur) fille » dont on leur aurait rapporté que le compagnon, domicilié à Brignoles, était violent à son égard et toxicomane, ce qu’elle réfute.

La jeune femme avait déposé plainte vendredi pour « enlèvement avec violence et séquestration » contre ses parents, son frère et sa soeur. Une incapacité totale de travail (ITT) de neuf jours lui a été reconnue par le service de médecine légale.

La Sûreté départementale de la Loire avait été prévenue vendredi d’un enlèvement, la jeune femme ayant réussi à se confier à un commerçant chez qui elle avait été conduite pour se faire retirer un piercing.

Les enquêteurs avaient fait le rapprochement avec un enlèvement signalé dans la matinée dans les rues de Brignoles.
Carte de localisation de Saint-Etienne

08/08/2011

Pakistan: des femmes chrétiennes contraintes par la force d’épouser des musulmans.

« Religion » de tolérance… Idéologie de tarés, plutôt.

FDF

.

De plus en plus de femmes chrétiennes sont contraintes par la force d’épouser des musulmans au Pakistan. « Les cas de conversions forcées augmentent de façon alarmante », déclare Mgr Rufin Anthony, évêque catholique d’Islamabad. Il réagissait à l’enlèvement le 3 août d’une jeune chrétienne, Mariam Gill, qui se trouvait sur le marché de Kahota, une ville distante de quelque 20 km d’Islamabad, la capitale du Pakistan.

Mariam Gill a été kidnappée le 3 août dernier par Muhammad Junaid, un musulman de la ville, et ensuite convertie de force à l’islam et contrainte à l’épouser, rapporte l’agence de presse catholique romaine AsiaNews. Munir Gill, le père de la victime, déclare que Muhammad Junaid est « un important homme d’affaires », qui depuis quelque temps avait jeté son dévolu sur sa fille.

   Munir Gill avait dénoncé cette intention à plusieurs reprises au père du kidnappeur et à la police, mais « sans résultat ». Malgré une plainte formelle déposée par les parents de la victime au poste de police, Amir Mirza, fonctionnaire de la police de Kahota, a considéré l’auteur de l’enlèvement comme un « homme d’affaires musulman respectable » et déclaré que la fille s’était convertie et mariée de sa propre volonté.

Les chefs religieux musulmans saluent cet « acte noble » conforme à la charia

Egalement complices de cet enlèvement, les chefs religieux musulmans locaux, qui ont qualifié cet enlèvement et la conversion à l’islam de cette fille d’ »acte noble », conforme à la charia, la loi islamique. En outre, ont-ils décrété, le changement de religion a eu lieu selon les règles et doit être considéré comme valide. Le 5 août dernier, le chef musulman de la zone, Maulana Hafeez Aziz, a converti Mariam Gill à l’islam et a célébré son mariage avec Muhammad Junaid. Pour lui, « seul un vrai musulman » peut agir ainsi.

   Les chrétiens locaux estiment que ce nouvel acte commis contre les femmes chrétiennes au Pakistan est un indice du climat d’impunité dont jouissent ceux qui commettent ce genre d’abus. Mariam Gill, interrogée par des fonctionnaires locaux, a répété qu’elle avait été enlevée et contrainte par la force à se convertir à l’islam, mais qu’elle n’avait aucune intention d’abandonner le christianisme. A la fin des entretiens, les responsables ont décidé de rendre la fille à sa famille d’origine, mais Muhammad Junaid l’a déjà menacée de « conséquences terribles » si on ne lui « rend » pas la jeune fille.

   Mgr Rufin Anthony, interrogé par AsiaNews, a relevé qu’il s’agissait là d’un événement « horrible », confirmant que les cas de conversions forcées augmentent à un taux alarmant: « l’enlèvement de filles chrétiennes est devenu une pratique courante au Punjab. Les responsables de la sécurité doivent garantir le respect de la loi ». Les violences contre les minorités au Pakistan ne concernent pas seulement les jeunes chrétiennes, mais touchent aussi les Hindous, contraints à chercher refuge de l’autre côté de la frontière, affirme l’évêque d’Islamabad. Pakistan:



Source: http://www.kipa-apic.ch/

14/12/2010

Mais puisqu’on vous dit qu’ils baissent, les chiffres !!! Comme le pouvoir d’achat…

Photo d’illustration.

 

Encore à Marseille. A propos, ce n’est pas aux Etats Unis que les enlèvements sont passibles de la peine capitale?

FDF

.

Un jeune buraliste libéré après une semaine de rapt!

.

Une série d’opérations de police a été menée dès six heures du matin ce mardi dans les quartiers nord de Marseille. Douze personnes ont été interpellées et placées en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire. Elles sont soupçonnées d’avoir participé, le 8 décembre, au kidnapping, avec une forte demande de rançon, d’un jeune patron de bar du quinzième arrondissement de la cité phocéenne. L’otage a été retrouvé et libéré mardi dans un appartement situé à Célony, près d’Aix-en-Provence. 

Les auteurs présumés sont âgés de 20 à 32 ans. Le supposé cerveau du gang, un certain Anis R., connu des services de police, fait partie des personnes interpellées.

Les policiers de la PJ de Marseille et la direction centrale de la police judiciaire, avec l’appui du GIPN, du Raid et de la BRI, ont été mobilisés pour l’opération. Selon nos informations, d’autres interventions de ce type devraient être organisées dans les jours prochains à Marseille.

Source: http://www.lepoint.fr/

27/09/2010

Otages: un « blanc » vaut plus cher…

On dirait que la cote du « blanc »remonte en bourse sur les marchés du kidnapping…


Mais c’est de la ségrégation raciale, ça! Que fait la Halde, SOS Racisme et les autres associations spécialisées dans la chasse au racisme? Bon; d’habitude, ils « chassent » de préférence le « blanc » mais là, il faut que l’égalité des races reprenne ses droits. C’est quoi cette histoire? AQMI a enlevé un nigérien par erreur? Ils n’ont pas vu qu’il était noir? Affelou fait des promotions, en ce moment… En attendant, je vais aller me faire bronzer un max aux UV. En ces temps difficiles, c’est plus sûr…

FDF

.

Nigérien libéré par Aqmi: « Ils voulaient plus de Blancs »

27 09 2010

Abdallah a été enlevé en même temps que les cinq Français au Niger. Il a été relâché et raconte.

Il y a dix jours, 5 Français travaillant pour des entreprises françaises au Niger ont été enlevés. Une prise d’otage revendiquée par Aqmi, Al-Qaïda au Maghreb islamique.

« Nous avons toutes les raisons de penser qu’ils sont en vie » a indiqué samedi Hervé Morin, ministre de la Défense.

Ce dimanche, Abdallah, un nigérien Touareg, logisticien pour le groupe Areva raconte son enlèvement, en même temps que les Français.

Abdallah, accompagne par sa femme, ont été enlevés par erreur, indique le Journal du Dimanche.

Emmené à plusieurs kilomètres de leur lieu de résidence par un groupe d’hommes armés, il décrit ces moments de terreur: « Nous sommes attachés. Nos ravisseurs nous encerclent. ».
Une scène qui se passe à une quinzaine de mètres du lieu où les autres otages, dont les cinq Français sont retenus. Abdallah ne distingue que la silhouette d’un homme blanc, indique le JDD.

Interrogé directement par Abou Zeid lui-même, le chef de ce groupe d’Al-Qaïda au Maghreb islamique, Abdallah, à qui il est demandé où sont les autres Blancs, ne répond pas, et invente qu’il ne sait rien d’Areva. « Ils se posaient la question de nous tuer ou pas ».

« Ils voulaient plus de Blancs », décrit Abdallah, finalement relâché, et interrogé de longues heures par la police locale. « Ils étaient traumatisés, parlaient bizarrement », dit de lui et sa femme Patrick l’un de leurs amis contacté par Le JDD.

Côté français, on est toujours sans nouvelle des otages.
« Nous n’avons pas de preuve de vie, mais nous avons toutes les raisons de penser qu’ils sont en vie. Al-Qaida a indiqué qu’ils allaient annoncer des revendications. Nous attendons » a indiqué Hervé Morin samedi.


Sources : Le Journal du Dimanche

08/12/2009

Al-Qaida revendique le rapt d’un Français.

Filed under: islam,musulmans — francaisdefrance @ 12:38
Tags: , ,
08/12/2009

Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi) a revendiqué le rapt du Français Pierre Camatte et de trois Espagnols, enlevés fin novembre respectivement au Mali et en Mauritanie, dans un enregistrement sonore de son porte-parole diffusé ce mardi par la chaîne de télévision Al-Jazira.

« Deux unités des vaillants moujahidine ont réussi à enlever quatre Européens dans deux opérations distinctes: la première au Mali, où a été enlevé le 25 novembre le Français Pierre Camatte, déclare le porte-parole, Saleh Abou Mohammad dans l’enregistrement. La deuxième en Mauritanie, où ont été enlevés le 29 novembre trois Espagnols ».

Le porte-parole, qui a également identifié les trois otages espagnols, a ajouté que « la France et l’Espagne seront informées ultérieurement des revendications légitimes des moujahidine », sans donner de précisions sur la nature de ces revendications.

Après l’enlèvement de Pierre Camatte, 61 ans, à plus de 1.500 km au nord-est de Bamako, Paris a « instamment » demandé aux Français vivant dans le nord et l’est du Mali et dans les zones frontalières proches de « quitter immédiatement la zone ».

D’après une nouvelle de l’AFP