Francaisdefrance's Blog

02/05/2011

Gaspillages de fonds publics: une entreprise d’insertion lyonnaise tombe avec un trou de 650 000 euros…

Quartiers sensibles, emplois de proximité…

Pour faire fonctionner une entreprise d’insertion par le travail, encore faut’il trouver des gens qui veulent travailler. On est si bien chez soi à toucher des allocations tout en se levant quand on a envie et en glandant toute la journée aux frais de ceux qui bossent…

FDF

.

COMMENT UNE ASSOCIATION LYONNAISE D’INSERTION A ENGLOUTI DES MILLIONS D’EUROS…

L’Arradep, une association lyonnaise spécialisée dans l’insertion, va s’auto-dissoudre le 31 mai. Malgré des millions d’euros de subventions, elle laissera derrière elle un trou de 650 000 euros. Récit d’une mort lente et douloureuse…

L’Association régionale Rhône-Alpes pour le développement des services de proximité (Arradep) va fermer ses portes fin mai. La fin d’une belle idée, victime d’une gestion aléatoire et d’énormes gaspillages des fonds publics, qui a été achevée par la baisse des aides européennes. Elle laisse derrière elle un trou de 650 000 euros. L’Arradep était la plus importante structure d’insertion par le travail de Rhône-Alpes. Créée en 1994 à Lyon par Georges Bullion, un ancien directeur d’un office HLM, son ambition est de développer des services d’entretien dans les quartiers sensibles de l’agglomération, tout en créant des emplois de proximité. Pour la financer, il s’appuie sur les bailleurs sociaux, les collectivités, l’État et l’Union européenne. Les partenaires assurent chaque année un budget annuel de 5 millions d’euros.
Très vite, c’est le succès. L’idée séduit élus et bailleurs sociaux, car l’Arradep permet de réinsérer un public en difficultés. Ce qui favorise la paix sociale dans ces quartiers. L’association intervient alors dans des projets de rénovation urbaine, comme aux Minguettes (à Vénissieux) ou La Grappinière (à Vaulx-en-Velin).
En 1998, l’association se met sur le marché de la propreté. C’est le début des dérives.

(…)

Retrouvez la suite de cette enquête dans Tribune de Lyon N°281, en kiosques jusqu’au mercredi 4 mai.

vu sur http://www.tribunedelyon.fr/index.php?actus//26705-comment-une-association-lyonnaise-a-englouti-des-millions-d-euros