Francaisdefrance's Blog

09/11/2010

Aïd-El-Kébir : le conseil général du 93 signe une convention avec le CRCM !

Et pourquoi pas voter des subventions pour acheter des couteau à égorger bien affûtés à cette bande de sauvages?A savoir que le Conseil Général c’est vous, c’est moi, c’est nous, les « souchiens »… Dégueulasse. On paye de par nos impôts cette barbarie que nous n’approuvons pas !

FDF

.

Mille moutons de l’Aïd seront abattus à Dugny!!!

Des centaines de moutons gambadant tranquillement près du tarmac de l’aéroport du Bourget, à deux pas des fusées du musée de l’Air et de l’Espace : cette scène peu banale s’est déroulée tout le week-end à Dugny, sur l’aire des Vents. Et elle a franchement réjoui les dizaines de musulmans qui avaient fait le déplacement.

Car c’est sur ce terrain départemental de 25 ha, situé à l’extrémité du parc de La Courneuve, que se sont installés il y a dix jours et pour dix jours encore un marché au vif et un abattoir mobile, à l’occasion de la fête de l’Aïd-el-Kébir qui commencera le 16 novembre.
Un abattoir mobile pour sacrifier les bêtes selon le rite musulman : cela ne s’était pas vu depuis six ans en Seine-Saint-Denis qui compte pourtant le plus grand nombre de musulmans en Ile-de-France, soit environ 450000.

Une anomalie réparée pour longtemps puisque le conseil général de Seine-Saint-Denis et le Conseil régional du culte musulman d’Ile-de-France (CRCM) ont signé une convention prévoyant la mise à disposition pour cinq ans de l’aire des Vents pendant l’Aïd.

Ce genre de lieu manquait cruellement et cela obligeait les gens à enfreindre la loi.

(…) Venu en voisin de Dugny avec sa fille de 6 ans, Mohamed ne cache pas sa satisfaction. « Jusqu’ici, faute d’abattoir, j’envoyais de l’argent au Maroc pour qu’un mouton soit égorgé à mon nom et que la viande soit distribuée aux nécessiteux », confie le trentenaire qui reconnaît avoir déjà songé à l’abattage clandestin. « Ce genre de lieu manquait cruellement dans le département et cela obligeait les gens à enfreindre la loi, résume Malek. Aujourd’hui, on peut enfin acheter un mouton dans un cadre légal, avec une sécurité sur le produit. »
Pour autant, cet équipement dans lequel un peu moins de 1000 bêtes seront abattues la semaine prochaine est encore loin de suffire, reconnaît Rachid Bouchama, responsable de l’abattage au Conseil régional du culte musulman d’Ile-de-France. « En Seine-Saint-Denis, la demande dépasse les 10000 à 15000 agneaux : cet abattoir va donc répondre à moins de 10% des besoins. Sans compter que sur toute la région on compte seulement une dizaine d’abattoirs contre 30 l’année dernière. » A Dugny, l’opérateur installé sur l’aire des Vents, et qui reviendra chaque année jusqu’en 2013, explique qu’il lui est possible d’augmenter sa cadence d’abattage. « Si le succès est au rendez-vous, nous pourrions venir avec plus de moutons l’an prochain », promet-il.

Source : Le Parisien.fr